AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: Retour dans le passé

Contracter un pupillage intéressant

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
avatar
Everard Zullheimer
Premier serviteur d'Ameth en Ambrosia
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Amethien
Messages : 1239
Date d'inscription : 14/04/2016
MessageSujet: Contracter un pupillage intéressant Sam 11 Fév 2017 - 21:31

Oui, j’étais en retard pour atteindre le ministère de l’éducation et des pupilles. Mais à qui la faute ? J’étais en train de procéder à un office et ensuite j’avais rendez-vous avec deux serviteurs pour régler un problème de territorialité de chapelle. Rien de bien transcendant, mais parfois, ça prenait du temps. Je savais que j’avais rendez-vous à midi pour rencontrer la personne qui allait être m’attribuée comme pupille. J’en avais fait la demande car je savais qu’il était important que les autres générations soient bien accueillies mais je ne savais pas à quoi ni à qui m’attendre. Enfin bon, j’avais pris un whorse et j’étais en chemin pour me présenter là-bas, et j’espérais que cela commencerait bien, une relation de confiance et durable.

« Accélérez un peu ! Je suis déjà en retard ! »

Je reconnaissais bien volontiers que j’aurais pu être à l’heure pour la première rencontre, mais d’un autre côté, j’avais des obligations plus que prenantes… et il faudrait bien que mon ou ma pupille sache s’y habituer car je comptais bien l’emmener à peu près partout, j’allais le ou la présenter à tous les endroits possibles qui méritaient de l’intérêt et l’initier à la vie de cour, lui apprendre ou lui faire apprendre tout ce qu’il ou elle devait savoir. J’aimais enseigner, et j’aimais ce rôle d’initiateur. Il me semblait essentiel et important… c’était avec un bon initiateur que l’on pouvait partir du bon pas dans la vie… surtout en Ambrosia, qui avait un peu une réputation de nouvel Eden pour les étrangers, mais qui n’était pas aussi rose qu’ils l’escomptaient.

Enfin, j’arrivais devant le bâtiment et je prévins que j’étais attendu pour un pupillage. Soit ! On me fit entrer dans un petit salon où on me pria de patienter pendant que l’on allait prévenir la personne et chercher le contrat. Je regardais alentour. Les teintes chaudes des lieux donnaient un côté accueillant à la pièce, et je tranchais un peu avec ma bure austère bien que sacrée et décorée de délicats entrelacs de fils d’argent au col et aux poignets. La capuche était baissée bien proprement et j’avais mon long bâton ferré sur lequel je m’appuyais légèrement. J’avais dormi peu de temps cette semaine et je devais avoir les traits un peu trop tirés…

Enfin la porte grinça légèrement alors qu’on faisait entrer une fort jolie jeune femme et un secrétaire tenant un contrat. Pourquoi avait-on l’impression qu’il avait de la bouse sous le nez ? En tout cas il tenait le contrat dans sa main, parfait. Je l’ignorais toutefois pour m’incliner légèrement et faire un baisemain à la demoiselle présente avant de tendre ma propre main ornée de la chevalière indiquant mon rang, s’incliner en baisant la chevalière serait bien la moindre des choses.

« Mademoiselle, je suis ravi de vous rencontrer. Je suis le prieur Everard Zullheimer, premier serviteur de la Lignée d’Ameth en Ambrosia. Votre tuteur, si vous signez le contrat… »

Non pas qu’elle ait beaucoup de choix, et moi non plus d’ailleurs…


avatar
Elena Spina
Herboriste
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Raclusienne d'Adop
Messages : 36
Date d'inscription : 22/01/2017
MessageSujet: Re: Contracter un pupillage intéressant Lun 27 Fév 2017 - 20:19
Jamais Elena n’avait quitté sa maison, jusqu’à ce jour, deux jours plus tôt. Dire au revoir à son père et à sa belle-mère avait été particulièrement difficile… Elle les avait pris dans ses bras fins, pour deux longs câlins, avant de regarder, le cœur lourd, sa maison et sa famille disparaitre, tandis que le fiacre avançait pour la mener jusqu’à l’aire d’où partirait le zeppelin qui la mènerait en Ambrosia. Où elle deviendrait la pupille de… Quelqu’un. Alors que les larmes roulaient le long de ses joues, Elena repensait à ce jour où son père l’avait invitée dans son bureau. Elle avait cru alors qu’il lui parlerait de ses prochaines fiançailles. À bientôt 18 ans, elle se doutait que cela arriverait bientôt. Et elle devait reconnaitre qu’elle attendait ce moment depuis quelques temps… Où son père l’informerait qu’il lui avait trouvé un fiancé, ou lui proposerait de rencontrer un prétendant… Elle s’imaginait alors tomber follement amoureuse de son fiancé… Bientôt ils se marieraient, puis fonderaient une famille… Mais non, ce n’était pas pour cela que son père lui avait demandé de le rejoindre dans son antre. Comme il faisait partie des élus de la Ligue, elle allait avoir la chance de participer au programme de la tutelle. Pendant trois longues années, elle allait vivre aux côtés d’un (ou une) inconnu(e)… Loin de sa famille. Jamais elle ne les avait quittés ! Jamais elle n’avait même dormi ailleurs que chez elle ! Comment pourrait-elle tenir trois années ? Elle était trop jeune pour cela. Trop jeune pour… Partir vivre loin de chez elle, seule… Enfin, pas réellement seule. Elle serait sous la protection de son tuteur, ou de sa tutrice, mais… Tout ce qu’elle connaissait… Fermant les yeux, elle s’était sermonnée. Il ne lui servait à rien de désespérer. Ces trois années… Passeraient vite. Et bientôt, elle pourrait retrouver les siens ! Elle devait relever la tête, inspirer profondément et… Aller de l’avant !

C’était sur cette résolution optimiste, qu’elle avait cessé de pleurer. Et c’était aussi ce qu’elle se répéta, avant de suivre cet homme qui la menait, aujourd’hui, vers la salle où elle allait enfin rencontrer celui qui serait son tuteur pour les trois années à venir. On l’avait en effet informée que ce serait un homme qui la prendrait sous son aile, un peu plus tôt, ce jour. Elle ignorait encore tout de son identité mais… Mais en trois ans, elle aurait bien assez de temps pour apprendre à connaitre cet homme. Arrivés devant la porte du bureau, elle demanda à l’homme qui l’avait escortée de lui accorder quelques instants, avant d’ouvrir la porte qui scellerait son destin. Immobile, elle inspira profondément, s’essuya les mains sur le jupon de sa robe, vérifia son corset et ses plis, comme sa belle-mère le lui avait appris puis acquiesça. Il pouvait ouvrir.

Timidement, elle avança dans la pièce, puis, comme l’homme refermait la porte derrière elle, elle fit une profonde révérence. Quand elle osa légèrement relever la tête, elle remarqua qu’il lui tendait la main. Aussi y glissa-t-elle délicatement la sienne. L’instant d’après il lui faisait un baisemain, et elle rougit aussitôt. Puis, comme il lui tendait sa main, dans l’autre sens, elle repartit en une profonde révérence et posa doucement ses lèvres sur la somptueuse chevalière qui décorait sa main.

« Mademoiselle, je suis ravi de vous rencontrer. Je suis le prieur Everard Zullheimer, premier serviteur de la Lignée d’Ameth en Ambrosia. Votre tuteur, si vous signez le contrat… »

PREMIER SERVITEUR DE LA LIGNÉE D’AMETH ??? Rien que ça ? Oh, seigneur ! Son tuteur allait être… Le premier serviteur d’Ameth en Ambrosia ? Son cœur s’emballa aussitôt. « C’est… Un honneur de vous rencontrer, Monsieur… Zullheimer. »
avatar
Everard Zullheimer
Premier serviteur d'Ameth en Ambrosia
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Amethien
Messages : 1239
Date d'inscription : 14/04/2016
MessageSujet: Re: Contracter un pupillage intéressant Lun 6 Mar 2017 - 11:54
Ce petit bout de femme semblait si timide, c’était mignon, d’une certaine manière… et en même temps, je ne pouvais que déplorer qu’il ne s’agisse pas d’une expression qui allait rester. Elle était une jeune femme qui semblait très douce, mais elle ne pouvait pas le rester, pas ici, à la cour impériale ! Elle allait s’endurcir, bien vite, et peut être devait-elle recevoir sa première leçon de ma part… non, sans doute autant s’arrêter là… je lui enseignerai plus tard ce genre de choses, tout d’abord, évitons s de la brusquer… je lui souris et posais le bout de mes doigts sur son front.

« Soyez bénie, mon enfant ! Puisse Ameth veiller sur vous. »

Puis, je me détendais et l’invitais à s’asseoir bien aimablement. Oui, je comptais bien lui faire voir le bon côté des choses… mais s’abord, peut être connaitre son nom ? Oui, ce serait un bon début. Dans tous les cas, je m’asseyais une fois qu’elle se serait installé et laissais un valet nous servir un petit quelque chose à boire de très léger, un jus de fruit sans doute, pas d’alcool pendant le protocole…

« Pourrais-je savoir quel est votre nom, jeune fille ? Et quel âge avez-vous ? »

Je bus une petite gorgée… et je restais silencieux, avec le regard braqué sur elle, j’avais beau avoir l’air détendu, je la fixais du fond des yeux, la scrutant à la manière d’un prédateur peut être, ou du moins, c’était comme ça que cela pouvait être perçu… pourtant ce n’était pas le cas, alors je détournais les yeux, après mon examen approfondi et je reprenais mon « interrogatoire » …

« Parlez-moi un peu de vous, comme par exemple, ce que vous savez faire, aimez faire, bref, comme vous allez être de ma responsabilité pendant trois ans, j’aimerai vous connaitre le mieux possible. J’espère que vous comprenez… si vous voulez, en échange, je répondrai à vos questions, à chaque question que je vous poserai, vous pourrez m’en poser une. Qu’en dites-vous ? »


avatar
Elena Spina
Herboriste
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Raclusienne d'Adop
Messages : 36
Date d'inscription : 22/01/2017
MessageSujet: Re: Contracter un pupillage intéressant Mer 8 Mar 2017 - 20:27
« Soyez bénie, mon enfant ! Puisse Ameth veiller sur vous. »

Cette bénédiction la prit par surprise. Elle n’avait pas imaginé qu’il… ferait cela… Mais après tout, elle se trouvait face au Premier Serviteur d’Ameth en Ambrosia. Peut-être était-ce… Normal ? Sans doute l’était-ce. Sinon il ne l’aurait pas fait. Alors que ses joues rosissaient doucement, elle baissa les yeux et bredouilla des remerciements. Alors que le secrétaire demeurait dans un coin, les laissant faire connaissance mais restant disponible avec le contrat de son pupillage, elle s’installa dans un canapé, délicatement, comme son tuteur l’avait invitée à faire. Rapidement, après qu’il se fut installé face à elle, un domestique leur apporta des boissons. Anxieuse, elle attrapa son verre et prit une gorgée du délicieux jus de fruits.

« Pourrais-je savoir quel est votre nom, jeune fille ? Et quel âge avez-vous ? »

Son nom ? Sa question l’étonna tant qu’elle manqua avaler de travers. « Oh je pensais que… Vous le saviez… » N’avait-il pas reçu un dossier la concernant ? « Pardon, je… Elena. Je me nomme Elena Spina. Et j’ai … 18 ans, Monsieur… Monsieur ? » Était-ce ainsi qu’elle devait l’appeler, s’adresser à lui ? Ou devait-elle l’appeler autrement ? Mon père ? Mon… Votre… ? L’inquiétude, la peur de commettre un impair, lui serra la gorge.

« Parlez-moi un peu de vous, comme par exemple, ce que vous savez faire, aimez faire, bref, comme vous allez être de ma responsabilité pendant trois ans, j’aimerai vous connaitre le mieux possible. J’espère que vous comprenez… si vous voulez, en échange, je répondrai à vos questions, à chaque question que je vous poserai, vous pourrez m’en poser une. Qu’en dites-vous ? »

Lui parler d’elle ? Elle cligna des yeux plusieurs fois, rapidement, avant de se reprendre. Au fond, ce n’était pas une question difficile. Même si sa réponse ne serait pas bien longue… Après tout, elle n’avait que dix-huit ans. Elle n’avait pas grand-chose à raconter. À la proposition de Monsieur Zullheimer, elle acquiesça timidement. C’était… Une bonne idée… Mais que pourrait-elle bien lui demander ? « C’est… Une très bonne idée… Et c’est très… prévenant de votre part. » Quoique « prévenant » ne soit peut-être pas l’adjectif le plus adéquat. C’était plutôt… généreux. Oui, voilà. « Pour répondre à votre demande, je dirais que… Je n’ai pas grand-chose à dire… Enfin… Mon père est herboriste… Il m’a appris son métier. Quant à ma belle-mère, elle m’a appris à tenir une maison, mais aussi à soigner quelques plaies ainsi qu’à aider les femmes à accoucher. » Cela lui conviendrait-il ? « Sinon, j’ai l’habitude d’aider quand je le peux… Et… Voilà… » Elle avait l’impression d’être une cruche. Pour se calmer, elle reprit une gorgée de jus de fruits.

Enfin, il l’avait invitée à lui poser des questions, elle aussi… Du coup… Il fallait qu’elle trouve une question. « Êtes-vous… marié ? »
avatar
Everard Zullheimer
Premier serviteur d'Ameth en Ambrosia
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Amethien
Messages : 1239
Date d'inscription : 14/04/2016
MessageSujet: Re: Contracter un pupillage intéressant Lun 13 Mar 2017 - 11:39
Oui, aussi étrange que cela paraisse, on découvrait vraiment son pupille le jour J, comme ça, nulle contestation n’était possible et comme ça, il s’agissait d’une véritable découverte… et pour être honnête, je préférais cela !  Je lui souris et attendis de voir ce qu’elle pouvait bien avoir à dire. Elena Spina… 18 ans... d’accord, en somme, rien de bien inhabituel, mais cela me convenait ! Je lui souris et acquiesçais comme je commençais donc par la connaitre. Au final, voilà qui elle était aux yeux du monde, sans tout ce qui était superflus… nom prénom, âge. Tout était réduit à ces trois données. Le reste aurait été parasitaire. Elle était ça dans sa personne la plus réduite…

Une jeune femme qui semblait avoir certaines connaissances intéressantes… mais quelque chose d’autre me dérangeait, à bien y réfléchir, j’avais déjà entendu ce nom, Spina, dans certains cercles, récemment... mais où ? Je restais pensif en l’écoutant donc continuer… les plantes, tenir une maison, aider à accoucher… peut être me chargerais-je de son apprentissage en la faisant un peu travailler avec le médecin royal, ou avec mon médecin personnel… oui, c’était une bonne idée… je souris et restais un moment silencieux avant d’entendre sa question et d’avoir envie d’en rire… il y avait peut-être quelques choses un peu plus importantes, n’est-ce pas ?

« Hum… Ameth m’en soit témoins, pas encore, hélas… ce qui désespère un peu mon oncle… mais quelle place aurait une épouse dans la relation que j’ai avec mon dieu ? »

Je continuais alors sur ma lancée, car il y avait mille et une questions à) poser, à mon avis, et mille et une réponses à lui donner, quand on prenait le temps d’y penser… alors il fallait que nous continuions ce petit entretien. Mais peut être par un sujet qui fâchait un peu plus… tout devait être abordé.

« Entre nous pas de secrets… à moins que je ne sois tenu au secret par le protectorat, bien sûr, vous le comprendrez, mais du coup, dans cet ordre d’idée, j’ai besoin de savoir et désolé si mes mots sont un peu brusques : y a-t-il un squelette dans le placard familial que je devrais savoir afin de vous protéger de cela… »

Oui, c’était un sujet délicat, mais je devais savoir, surtout que ce n’étaient pas dans les cercles les plus vertueux que l’on prononçait ce nom…


avatar
Elena Spina
Herboriste
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Raclusienne d'Adop
Messages : 36
Date d'inscription : 22/01/2017
MessageSujet: Re: Contracter un pupillage intéressant Mar 14 Mar 2017 - 19:59
Certes, cette question pouvait sembler ridicule. À vrai dire, elle n’avait pas beaucoup réfléchi avant de la poser. Elle s’était contentée de dire ce qui lui passait par la tête. Mais l’expression amusée qu’elle devina sur les traits de l’homme qui serait son tuteur pour les trois prochaines années, la gêna et… L’énerva aussi. Qu’il n’aille pas l’imaginer sans cervelle ! Elle était plus intelligente qu’elle n’y paraissait. Elle savait qu’elle donnait l’impression d’une jeune femme douce, naïve et trop gentille. Mais elle n’était pas cela, ou pas que cela. Elle était douce, en effet, et peut-être trop gentille également. Mais elle n’était pas particulièrement naïve. Innocente, tout au plus. Mais ce qu’elle avait appris grâce à sa belle-mère lui avait ôté une bonne part de sa naïveté. Ainsi, par exemple, elle n’ignorait pas comment les enfants naissaient. Et il n’était pas question ici que de l’accouchement. Sa belle-mère lui avait expliqué comment un homme et une femme… Créaient la vie. Bien sûr, ses connaissances étaient théoriques. Quant à son père, il lui avait appris que parfois l’air ne faisait pas la chanson. Ainsi, même si en apparence il était honnête et irréprochable… Il lui avait appris que parfois la défense d’une cause en laquelle on croyait pouvait pousser à faire des choses que certains jugeraient répréhensibles. Comme par exemple, créer des poisons, et provoquer des maux, au lieu de les guérir.

« Hum… Ameth m’en soit témoins, pas encore, hélas… ce qui désespère un peu mon oncle… mais quelle place aurait une épouse dans la relation que j’ai avec mon dieu ? »

Ainsi donc le mariage n’était pas inconcevable, même pour le Premier Serviteur d’Ameth en Ambrosia… Oh, pas qu’elle songe à postuler pour la place d’épouse ! Voyons, elle venait seulement de le rencontrer ! Et il existait une importante différence d’âge entre eux ! Mais elle avait pensé que peut-être sa religion l’empêcherait-elle de convoler ? Cela dit, même s’il ne lui était pas formellement interdit de se marier… Il ne semblait pas pressé. Pourquoi cela ? Tout homme n’aspirait-il pas à se marier et à fonder une famille ? Elle pensait que tous les hommes espéraient engendrer des fils, ou au moins un, pour transmettre son patrimoine. Parfois, elle avait songé que peut-être son propre père aurait préféré un fils. Mais elle lisait l’affection dans son regard, quand il pensait qu’elle ne le voyait pas. Et il lui avait appris tout ce qu’il savait. Alors, c’était un peu du pareil au même en vérité. Mais son père n’était pas riche, ni même noble. Ce devait être différent pour eux. Bien que… Ambrosia était gouvernée par une femme, alors… Peut-être n’était-ce pas si important ?

« Entre nous pas de secrets… à moins que je ne sois tenu au secret par le protectorat, bien sûr, vous le comprendrez, mais du coup, dans cet ordre d’idée, j’ai besoin de savoir et désolé si mes mots sont un peu brusques : y a-t-il un squelette dans le placard familial que je devrais savoir afin de vous protéger de cela… »

Un peu brusques ? C’était le moins qu’on puisse dire ! En face de lui, Elena blêmit. Instinctivement, elle porta une main à sa poitrine, tandis que l’autre se posait sur son ventre. Un squelette dans le placard ? Oh, elle n’était pas dupe, il ne voulait pas insinuer qu’elle-même ou sa famille avait une mort à se reprocher. Bien que… C’était probablement le cas de son père. Il voulait juste s’assurer qu’aucun secret ne pourrait… Planer au-dessus de sa tête. Discrètement, elle jeta un coup d’œil au secrétaire qui attendait toujours, dans un coin, avec le contrat dans ses mains. Comment cet homme, Everard, pouvait-il lui poser une telle question, en présence de témoins ? « C’est une question bien étrange que vous me posez là, Monsieur Zullheimer… Quand bien même ce serait le cas, vous me demanderiez une importante preuve de confiance… Or… Nous venons à peine de nous rencontrer. Et la confiance, Monsieur, sa gagne avec le temps. N’est-ce pas ? » Timidement, elle jeta un coup d’œil vers son tuteur, avant d’en lancer un autre vers le secrétaire.

Puis, désireuse de revenir en terrain plus sûr, elle changea de sujet. « Quant à ma précédente question, Monsieur, je me doute qu’elle devait vous sembler bien anodine, mais il n’en est rien. Ma mère est décédée quand j’étais enfant. Quand mon père a décidé de convoler en secondes noces, j’ai eu à m’adapter. Il a fallu que j’apprenne à connaitre ma belle-mère. Ce ne fut pas aisé tous les jours, surtout au début. Mais j’ai eu de la chance, j’en suis consciente. Elle a été douce et bonne avec moi. Ce qui n’est pas le cas pour tous les enfants. Aussi, par cette question, je cherchais à savoir… S’il me faudrait apprendre à connaitre une personne, vous, ou deux. » Ce n’était pas forcément un mensonge… Disons que cela lui était probablement passé à l’esprit… Sans qu’elle s’en rende compte.
avatar
Everard Zullheimer
Premier serviteur d'Ameth en Ambrosia
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Amethien
Messages : 1239
Date d'inscription : 14/04/2016
MessageSujet: Re: Contracter un pupillage intéressant Mer 15 Mar 2017 - 1:19
Je souris face à sa réaction… oui, en effet, je lui en demandais beaucoup, peut-être même trop, mais j’avais une place bien particulière, et je ne pouvais pas me permettre de me retrouver acculé à cause du passé de ma pupille>. Même si, dans ce cas, me connaissant, je ferai ce qu’il faut pour calmer les ardeurs d’éventuels protagonistes… Je me contentais donc de hocher la tête et finalement de lancer.

« Je comprends et je vous prie de m’excuser pour cette question pour le moins déplacée… mais je devais essayer au moins de demander. Je compte sur vous pour me le dire en temps voulu, quand j’aurai votre confiance, s’il y a quelque chose du genre. Sachez, pour ma part, que je ne vous répondrai jamais que par la vérité. J’ai après tout, au moment de prononcer mes vœux de prêtre d’Ameth, j’y ai ajouté un vœu, cela de chercher la vérité en paroles comme en actes. Aussi, je ne peux mentir sans me retrouver à abjurer mes vœux comme mon Dieu. »

Je lui souris avant de finalement répondre à ses interrogations.

« Mon enfant, ne soyez pas surprise, mais vous aurez à vous adapter. Je vis de façon très austère et rythmé par la prière… aussi, parfois, votre rythme de vie sera chamboulé, sera mis à l’épreuve…  Je vais vous emmener partout, vous allez avoir la chance et l’honneur de rencontrer beaucoup de monde, et pendant un certain temps, vous serez comme mon ombre. Toutefois, je dois savoir s’il y a des horaires particuliers à aménager. Par exemple, si vous avez un fiancé ou quelqu’un qui vous courtise, je puis vous laisser des moments pour cela… avec un chaperon bien sûr. »

Je me resservis un petit verre que je vidais aussi sec, j’avais très soif aujourd’hui…

« Vous devrez apprendre à connaitre beaucoup de monde à partir d’aujourd’hui, afin que vous vous introduisiez dans le monde. Mais ne vous en faites pas. Je suis peut-être sévère et dur… toutefois, je ne suis pas le monstre que l’on prétend… »

Je lui souris et restais silencieux avant de finalement lui confier.

« Si vous aimez en apprendre sur les soins, je connais un excellent médecin qui sera ravi de vous laisser l’assister quand vous en aurez le temps ! »


avatar
Elena Spina
Herboriste
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Raclusienne d'Adop
Messages : 36
Date d'inscription : 22/01/2017
MessageSujet: Re: Contracter un pupillage intéressant Ven 17 Mar 2017 - 20:13
« Je comprends et je vous prie de m’excuser pour cette question pour le moins déplacée… mais je devais essayer au moins de demander. Je compte sur vous pour me le dire en temps voulu, quand j’aurai votre confiance, s’il y a quelque chose du genre. Sachez, pour ma part, que je ne vous répondrai jamais que par la vérité. J’ai après tout, au moment de prononcer mes vœux de prêtre d’Ameth, j’y ai ajouté un vœu, cela de chercher la vérité en paroles comme en actes. Aussi, je ne peux mentir sans me retrouver à abjurer mes vœux comme mon Dieu. »

Il comprenait ? Et s’excusait ? Ces aveux étonnèrent Elena autant que la question qui les avait précédés. Ca alors ! Elle n’aurait réellement pas cru qu’il tolérerait un refus ! Elle s’attendait déjà à le voir s’emporter, voire même à le voir refuser de la prendre sous son aile ! Après tout, il allait devoir l’aider et veiller sur elle pendant trois années. Il était normal qu’il s’attende à une totale franchise de sa part. Toutefois, il était également normal qu’elle ait besoin de temps pour lui accorder sa confiance. Néanmoins… En l’entendant parler de vérité et de mensonge, elle ne put s’empêcher de ressentir une pointe de culpabilité. En lui faisant part de sa réserve, elle lui avait laissé sous-entendre qu’elle n’avait rien à lui cacher, ce qui n’était pas le cas. Mais comment aurait-elle pu lui avouer que les activités de son père n’étaient pas toutes honnêtes et charitables ? Si elle lui avait fait part de ce qu’elle avait découvert trois ans plus tôt, elle aurait certes été honnête envers lui, mais elle aurait trahi son père et la promesse qu’elle lui avait faite ! Un jour, peut-être lui parlerait-elle des capacités de son père. Après tout, un herboriste qui connaissait les plantes et leurs bienfaits, connaissait aussi leurs vertus moins honorables… Comment pouvait-on savoir comment soigner des maux sans savoir ce qui les causait ?

Acquiesçant, lui promettant ainsi implicitement de lui accorder un jour sa confiance, et de partager avec lui ses secrets, elle changea de sujet, revenant sur la question qu’elle lui avait posée, très innocente en apparence et pourtant lourde de répercussions. Après tout, elle savait qu’une belle-mère pouvait être particulièrement difficile à vivre. Elle avait eu la chance que son père choisisse une femme douce et gentille, mais elle connaissait d’autres jeunes filles qui n’avaient pas eu cette chance ! Cela dit, si elle s’inquiétait d’avoir à apprendre à connaitre deux personnes, elle était en réalité bien loin du compte, et Everard la rappela à la réalité rapidement. S’adapter à son rythme ? C’était compréhensible. Après tout, ce programme avait précisément pour but de guider les pupilles dans le monde, de leur faire découvrir d’autres modes de vie, de nouvelles personnes, …


« Par exemple, si vous avez un fiancé ou quelqu’un qui vous courtise, je puis vous laisser des moments pour cela… avec un chaperon bien sûr. »

Alors qu’elle prenait une timide gorgée de jus de fruits, elle manqua s’étouffer en l’entendant parler d’un fiancé. Timide, elle rougit violemment et baissa les yeux, préférant regarder partout ailleurs que cet homme qui lui faisait face. « Il… Il n’y a aucun fiancé ou… Courtisan, Monsieur… » À vrai dire, elle s’était attendue à ce que cela arrive bientôt. Après tout, elle était une jeune femme avec plusieurs flèches à son arc, comme disait l’autre. Elle avait un certain charme, savait tenir une maison, lire, écrire, avait appris à aider les femmes à accoucher, et son père l’avait initiée à l’herboristerie ! Quand son père l’avait conviée dans son bureau, elle s’était attendue à ce qu’il lui parle d’un prochain mariage. Après tout, à dix-huit ans, il « était temps ». Mais non, ce n’était pas cela qu’il avait prévu pour elle. Au lieu de s’atteler aux préparatifs d’un mariage, ou de rencontrer des gentilshommes, elle se retrouvait ici, dans ce salon, avec l’homme qui serait pour les trois années à venir son tuteur.


« Vous devrez apprendre à connaitre beaucoup de monde à partir d’aujourd’hui, afin que vous vous introduisiez dans le monde. Mais ne vous en faites pas. Je suis peut-être sévère et dur… toutefois, je ne suis pas le monstre que l’on prétend… »

Sévère et dur… Génial. Anxieuse, elle lissa les pans de sa jupe, sur ses cuisses. L’entendre l’assurer qu’il n’était pas un monstre aurait peut-être dû la rassurer mais… Ce n’était pas exactement le cas. Car il laissait sous-entendre que certains le pensaient ! Or, ne disait-on pas qu’il n’y avait pas de fumée sans feu ?

« Si vous aimez en apprendre sur les soins, je connais un excellent médecin qui sera ravi de vous laisser l’assister quand vous en aurez le temps ! »

Alors qu’elle fixait résolument la jupe de sa robe des yeux, perdue dans ses pensées, elle releva vivement la tête. Venait-il réellement de lui proposer… Ahurie, elle le fixa quelques instants sans bouger, avant d’enfin cligner des yeux. « J’en serais honorée, Monsieur ! » Après tout, elle connaissait certains soins, les plus communs. Elle savait nettoyer une plaie, bander une blessure avec des linges propres… Mais ses connaissances n’allaient pas beaucoup plus loin. « Monsieur Zullheimer… comment suis-je censée vous appeler ? Je m’excuse de vous poser cette question… Mais… Je préfère la poser, plutôt que de commettre un impair. »
avatar
Everard Zullheimer
Premier serviteur d'Ameth en Ambrosia
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Amethien
Messages : 1239
Date d'inscription : 14/04/2016
MessageSujet: Re: Contracter un pupillage intéressant Lun 20 Mar 2017 - 22:06
Elle semblait un peu ailleurs. Pensait-elle que je m’écoutais vraiment parler ? Peut-être… toujours était-il qu’il y avait un air un peu ailleurs sur son visage, les yeux baissés. Ou alors peut-être était-ce de la timidité ? Elle était très étrange. Pourquoi était-elle aussi intimidée ? Je comprenais que mon titre pouvait faire arriver là cette idée… mais quand même… je lui souris, je voulais la rassurer. En tout cas si elle n’avait ni fiancé ni courtisan, alors peut être devrais-je lui trouver quelqu’un de bien. Cela revenait au rôle de certains tuteurs… peut être devrais-je contacter sa famille à ce sujet… nous verrions cela plus tard.

En tout cas, il y avait une chose de sûre, le coup de lui proposer d’aider un médecin, et du coup d’officier comme une infirmière, lui plaisait. Alors j’opinais du chef. Soit, cela serait parfait !  Et même plus que parfait d’ailleurs, en y repensant, et en plus j’aurai quelqu’un connaissant la médecine à mes ôté en cas de besoin !  Comme ça je serai bien plus tranquille. Et en plus cela servirait mes intérêts. Et si en plus elle se montrait aussi diligente et aussi prudente qu’elle se manifestait maintenant, alors ce serait parfait.

« A vraie dire, normalement il faudrait m’appeler Prieur, juste Prieur, et non pas Prieur Zullheimer, ou, à la limite, votre Eminence. Toutefois, avec la proximité que nous allons avoir, vous pouvez m’appeler Monsieur, si le terme de Prieur ne vous met pas à l’aise, en privé bien sûr. Après tout, je ne vais pas vous forcer à croire en notre Puissant Ameth et en sa Divine Lignée. »

Je lui souris et finalement je me décidais à prendre le papier et y apposer ma signature. Je n’avais pas de question sine qua non, autres que celles que j’avais déjà posé. J’étais sûr que nous allions bien travailler ensemble !  Et j’avais hâte de voir ce qu’elle allait bien pouvoir m’apporter. Car il s’agissait d’un échange, n’est-ce pas ?

« Bon, et sinon, avez-vous reçu des cours d’étiquette, ou de protocole ? Et des cours de théologie sommaire ? En bref, je veux plus de détail pour vous fournir les enseignements les plus adéquats… un autre exemple, connaissez-vous les danses mondaines ou encore l’art de la conversation ? C sont des petites choses comme ça… après tout, le but est de vous rendre à l’aise en société… et aussi pour être sûr d’inculquer à tous de profondes valeur de tolérance. Aussi je vous enseignerai l’histoire Amethienne, nos mœurs et peut être aurais-je la chance de vous emmener à la Ville Sainte, au moins une fois, au cours de ces trois ans… »


avatar
Elena Spina
Herboriste
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Raclusienne d'Adop
Messages : 36
Date d'inscription : 22/01/2017
MessageSujet: Re: Contracter un pupillage intéressant Lun 27 Mar 2017 - 20:11
« A vraie dire, normalement il faudrait m’appeler Prieur, juste Prieur, et non pas Prieur Zullheimer, ou, à la limite, votre Eminence. Toutefois, avec la proximité que nous allons avoir, vous pouvez m’appeler Monsieur, si le terme de Prieur ne vous met pas à l’aise, en privé bien sûr. Après tout, je ne vais pas vous forcer à croire en notre Puissant Ameth et en sa Divine Lignée. »

Prieur ? Votre Éminence ? Elena se sentait blêmir, à mesure qu’elle réalisait qu’elle avait commis plusieurs impairs depuis qu’ils avaient été présentés. À plusieurs reprises, elle l’avait en effet appelé « Monsieur » ! Mais ce n’était pas sa faute, elle ignorait que… Oh, elle pouvait aussi l’appeler ainsi. Aussitôt, elle sentit une vague de soulagement la traverser. Rassurée, elle soupira discrètement, et sentit son cœur se calmer et recouvrer un rythme normal. Prieur, Votre Éminence ou Monsieur. Au final, tout dépendrait de la situation. Elle pourrait l’appeler Monsieur quand ils seraient deux, comme en cet instant – ou presque puisque le secrétaire attendait toujours – et l’appeler Prieur ou Votre Éminence en public. Il lui faudrait juste s’en rappeler et faire attention. Sobrement, elle acquiesça, puis reprit une gorgée de l’excellent jus de fruits qui leur avait été servi. Alors qu’elle reposait sa coupe, Everard se leva et appela le secrétaire. Tendant la main, il lui demanda les papiers qui scelleraient son destin, pour les trois prochaines années du moins. Sans même prendre la peine de lire le document, il apposa sa signature à l’endroit indiqué. Voilà, elle était officiellement sa pupille. Étrangement, cette idée… l’excita. Il ne s’agissait plus uniquement d’anxiété face à l’inconnu. En quelques minutes à peine, elle avait appris à connaitre un peu l’homme qui serait son tuteur. Il lui semblait… Intimidant, certes, mais aussi très intéressant. Il semblait instruit, sage… Puis, il semblait s’intéresser vraiment à elle, et vouloir lui apprendre des choses. Il lui avait ainsi proposé de suivre un médecin ! Tous les tuteurs ne proposaient sans doute pas cela.

« Bon, et sinon, avez-vous reçu des cours d’étiquette, ou de protocole ? Et des cours de théologie sommaire ? En bref, je veux plus de détail pour vous fournir les enseignements les plus adéquats… un autre exemple, connaissez-vous les danses mondaines ou encore l’art de la conversation ? C sont des petites choses comme ça… après tout, le but est de vous rendre à l’aise en société… et aussi pour être sûr d’inculquer à tous de profondes valeur de tolérance. Aussi je vous enseignerai l’histoire Amethienne, nos mœurs et peut être aurais-je la chance de vous emmener à la Ville Sainte, au moins une fois, au cours de ces trois ans… »

Des cours de… Et de… Après quelques instants de silence, la tirade d’Everard la laissa un instant abasourdie. Cela faisait beaucoup de questions d’un coup ! Clignant des yeux, elle se rappela à l’ordre. Il avait terminé de parler et lui avait posé des questions, elle se devait donc d’y répondre ! « Je… N’ai pas reçu de cours… d’étiquette, ni de protocole. C’est essentiellement ma belle-mère qui s’est chargée de mon éducation. J’ai bien entendu eu un précepteur mais il avait pour mission de m’apprendre à lire, à écrire et les bases de calcul. Je n’ai ainsi pas reçu de réel cours de théologie. Comme mon père est herboriste… Nous priions surtout Natos. Je connais bien sûr les autres divinités mais… Seulement leurs noms et leurs attributs, je le crains. Et… Je ne sais rien d’Ameth… Mais j’apprendrai avec plaisir. » Après tout, l’idée à la base du système de pupillage était d’ouvrir aux autres, d’apprendre les autres cultures. « Quant aux danses et à l’art de la conversation… Je dois là aussi reconnaitre mon ignorance, Monsieur. Mon père n’aimait pas danser, aussi n’ai-je jamais eu l’occasion d’apprendre. » À ce train, Everard allait vite regretter de l’avoir acceptée comme pupille, il allait avoir une quantité astonomique de choses à lui enseigner.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Contracter un pupillage intéressant
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: Retour dans le passé-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous sur