AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez|

[CLOS]Dîner chez Pygmalion [Sarah Vialanni]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Ross Brisendan
Héritier de la Gobelin Bank
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 577
Date d'inscription : 27/01/2017
MessageSujet: [CLOS]Dîner chez Pygmalion [Sarah Vialanni] Mer 22 Fév 2017 - 11:18
La décoration de l'endroit en faisait tout le cachet ; c'était ce qu'on avait rapporté à Ross Brisendan. Il espérait que les repas et le service n'étaient pas négligés pour autant. C'était une grande occasion qu'il venait fêter ce jour-là, en la seule compagnie d'une dame qui savait juger de la qualité d'un service. Non, il n'était pas accompagné de sa femme. C'était rarement le cas lorsqu'il sortait en ville, à moins que l'occasion ne soit publique, faite pour échanger les potins mondains de la haute société. Cette occasion-ci aurait difficilement pu être plus privée.

En redingote bleu marine à jabot blanc et épingle de cravate argentée, il aurait pu se rendre à une occasion officielle cependant, une parade militaire ou une cérémonie ; certaines personnes, en le voyant entrer dans le restaurant, s'étaient demandées si une quelconque manifestation artistique avait lieu dans le quartier.

Il se fraya un chemin entre les œuvres d'art qui décoraient l'endroit : des statues grandeur nature au milieu des allées, des trompe-l’œil ouvrant sur des paysages divers partout sur les murs, et même quelques statues de cire à l'effigie des hauts personnages du pays, attablées dans les coins de la salle. Les derniers airs à la mode étaient interprétés par un petit ensemble à cordes sur une estrade voisine de l'entrée. Il demanda la table qu'il avait réservée, s'assura qu'elle était, selon sa requête, un peu à l'écart de ses voisines afin de pouvoir converser en toute intimité, puis s'accouda au comptoir pour attendre son invitée.

En la reconnaissant devant le bâtiment, il sortit à sa rencontre et lui fit signe en agitant son mouchoir. Puis, alors qu'elle arrivait à sa hauteur, il abandonna pour une fois tous les compliments d'usage, et se contenta de la saisir par les deux bras pour l'embrasser vivement, sur la joue gauche puis sur la joue droite.

Ils se voyaient régulièrement depuis quelques années, et aux abords d'une maison close, où d'ailleurs elle travaillait ; mais ce n'était pas sa maîtresse. C'était bien plus que cela. C'était grâce à elle qu'il avait pu consommer son mariage. Les dons de concoctions diablement efficaces de dame Vialanni faisaient oublier à Ross Brisendan, une fois par mois, l'aversion qu'il éprouvait pour le corps charmant de sa compagne légitime, comme la lune fait oublier sa raison une fois par mois au lycanthrope.

Ces efforts de part et d'autre, longtemps vains, avaient enfin fini par porter leurs fruits ; et c'était la raison de cette invitation. De cet enthousiasme également. Bien qu'il lui soit profondément reconnaissant, pour cette aide que nul autre n'aurait pu lui apporter, Ross ne serait pas fâché de pouvoir s'en passer. Du moins pendant quelques temps : il était toujours possible que son intervention soit à nouveau requise.

Il fit ensuite signe à Sarah de suivre le serveur qui les menait à leurs tables, et leur remettait les menus - apparemment aussi artistiques que la décoration, à en croire leurs noms en tout cas : tous portaient des titres de pièces de théâtre. Difficile d'en inférer ce qui se trouverait dans l'assiette, mais du moins cela piquait la curiosité.

"Madame, je ne vous ai pas dit pourquoi je vous invitais ce soir, mais vous devez vous en douter... Miranda attend un heureux événement."
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [CLOS]Dîner chez Pygmalion [Sarah Vialanni] Ven 3 Mar 2017 - 8:33
Je reçois une invitation de la part de Monsieur Brisendan, un rendez-vous fort étonnant chez Pygmalion, généralement on se voyait aux abords des vices et Délices mais ce n’est pas le cas, je ne me posai pas plus de questions que ça, c’est un jeune homme fort agréable à côtoyer depuis le temps que nous avons nos rencontres.

Je me préparai je pris une ne met plus belle robe bordeaux, elle est échancré derrière et sur le côté pour laisser paraître entre les volants ma jambe gauche, une jolie décolletée et une petite ouverture pour voir une partie de mon dos, les escarpins et un petit sac pour accompagner ma tenue.

Je me dirigeais vers le Pygmalion, j’avais hâte de retrouver Ross, cela faisait un moment que nous ne nous sommes pas revue, c’était devenu plus qu’un client, je ne le voyais plus ainsi d’ailleurs mais plus comme un ami, une personne que j’apprécie beaucoup.

J’arrivais devant le Pygmalion, quand je vis un homme agité son mouchoir en redingote te bleu marine, il était plutôt élégant, avec un grand sourire que de le revoir de me diriger vers lui, il me saisit par les deux bras et me fit la bise, j’étais surprise mais je lui rendis avec plaisir.

Nous rentrons, à l’intérieur c’était plutôt joli, des statues, des trompes-œil, de la musique à la mode oui la soirée promettait d’être fort sympathique, mais je me demandais toujours le pourquoi Mr Brisendan m’avait invité ma foi, même si je ne sais pas le pourquoi du comment, je ne refuse jamais une invitation et certainement pas d’un ami.

Nous suivons le serveur et nous nous sommes mise à table, le menu n’était pas dans mes habitudes, j’avais un peu de mal à m’y retrouver mais les titres me mirent en appétit donc peu importe ce que j’avais dans l’assiette.

- Monsieur Brisendan, depuis le temps que nous nous voyons peut-être pourriez-vous m’appeler Sarah.

Je lui fis un sourire et en encore plus grand quand j’ai appris la bonne nouvelle.

- J’en suis très heureuse pour vous et Madame, mes félicitations, cela se fête, nos efforts non pas été en vain.

J’étais vraiment réjoui que Madame était enceinte, nous avons vraiment fait ce qu’il fallait pour sauver, son mariage et sa vie de famille.
avatar
Ross Brisendan
Héritier de la Gobelin Bank
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 577
Date d'inscription : 27/01/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Dîner chez Pygmalion [Sarah Vialanni] Ven 3 Mar 2017 - 9:38
Les deux convives avaient pris place à l’une des meilleures tables, et leurs voisins immédiats levèrent leurs verres dans leur direction ; ils ne pouvaient guère entendre leur conversation, mais ils avaient bien remarqué que c’était une joyeuse occasion quelque peu improvisée qui les amenait là, et dans ce quartier bruissant de jeux d’esprit, cela mettait tout le monde de bonne humeur. Ross prit la main de son invitée et la regarda dans les yeux, presque étonné de la trouver si jolie, lui qui d’ordinaire ne regardait pas les femmes mais quelles robes elles portaient. Sa robe également avait de quoi retenir l’attention ; mais en ce moment, il n’était pas d’humeur à minauder sur les dernières tendances de la Cour. Il n’avait jamais semblé si sérieux, lors de leurs échanges, mis à part le premier peut-être, alors qu’il ignorait encore si cette dame accepterait de l’aider.

« Sarah. Miranda vous remercierait certainement, elle aussi. Mais vous savez qu’elle n’est pas au courant. Je vous remercie donc également en son nom ! »

Il avait pris sur lui de tenir son épouse dans l’ombre, concernant les à côtés techniques de leur projet de fonder une famille. D’une part, il n’était pas totalement certain de son soutien ; et d’autre part, il ne voulait pas la vexer en lui annonçant à quel point il avait besoin d’aide pour accomplir ses devoirs mois après mois. Mais à présent, cela n’avait plus aucune importance. Les moyens mis en œuvre n’étaient qu’un détail. Ce qui comptait, c’était leur réussite. Leurs premières boissons arrivèrent à ce moment, et il leva son verre avec un sourire radieux. Les noms ésotériques de ces breuvages ne dissimulaient aucune négligence sur le plan de la qualité : ils reflétaient simplement les œuvres classiques auxquelles elles faisaient écho. Celle de Ross, un cocktail de fruits rouges et d’alcool de plantes des montagnes, était nommée d’après un roman dont les héros la consommaient souvent ; celle de Sarah évoquait par ses notes épicées les poèmes cadencés des légendes Eskroises.

« D’ailleurs, » ajouta Ross en s’inclinant légèrement sur la table pour parler plus bas, « mon médecin de famille n’est toujours pas au courant, non plus. Je crois qu’il ne sera pas nécessaire de l’inquiéter avec ce genre d’histoires, qu’en pensez-vous ? »

Il n’estimait pas avoir mis sa santé en danger – et d’ailleurs, même s’il l’avait fait, c’était une bonne cause pour laquelle l’engager. Mais les effets psychotropes auxquels il avait eu recours n’auraient été dangereux que s’il s’était mêlé de conduire un véhicule dans la foulée, or il avait scrupuleusement veillé à se limiter, sitôt l’acte accompli, à une bonne nuit de sommeil réconfortant. Machinalement, tout en bavardant, il avait saisi dans sa veste un crayon doré, à l’aide duquel il dessinait de petites croix en face de certains jolis noms de plats. Tous un peu trop extravagants pour en décorer une personne humaine, bien sûr, mais il lui était bien permis de profiter de son euphorie passagère. Qui sait quand les ennuis commenceraient… La mention du médecin avait réveillé dans un coin de son esprit les craintes bien naturelles qui pouvaient toujours surgir en pareil cas.

C’était un peu ainsi qu’il considérait Sarah : un médecin de famille parallèle et clandestin, mais aussi dévouée à son bien-être que n’importe quel praticien officiel qui aurait pris sa cause à coeur. Avec un avantage non négligeable : son habitude à préserver les secrets de ses clients, et à pouvoir tout entendre, là où certains médecins auraient froncé le sourcil – légitimement peut-être ; mais Ross avait déjà suffisamment de personnes raisonnables et moralisatrices à ses côtés.

Il n'était pas sans se soucier d'elle de son côté également. S'il y avait une chose qu'on ne pouvait pas reprocher à l'héritier de la dynastie banquière, c'était d'être avare. Au contraire, il était partisan des dépenses les plus effrénées, à condition qu'elles soient dirigées vers les bons investissements pour produire au final plus de richesse. En ce cas précis, il ne raisonnait d'ailleurs plus en directeur d'agence, mais en conseiller financier. Il avait dans l'idée que ses paiements royaux, tombés tous les mois depuis des années qu'il était marié, avaient pris une place importante dans le budget de la maison close.

Certes, Sarah n'était ni pauvre ni menacée de faillite, mais cela le gênait de lui retirer si soudainement une rentrée d'argent régulière, sur laquelle elle avait peut-être pris l'habitude de se reposer. Et pour avoir fréquenté l'établissement, il aurait été peiné qu'une des personnes qu'elle employait doive aller chercher du travail ailleurs en raison de son retrait de l'équation. Il savait que les dames du Vices et Délices étaient traitées correctement par leur patronne, et pratiquaient ce métier parce qu'elles en avaient décidé ainsi. Elles étaient mieux là que dans un autre cadre tenu par une personne moins humaine.
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [CLOS]Dîner chez Pygmalion [Sarah Vialanni] Ven 3 Mar 2017 - 18:16
Nous avons pris place à une bonne table, Ross faisait vraiment honneur à ce repas, spécial pour lui, il allait être père c’était vraiment plus qu’une bonne nouvelle, j’étais très heureuse pour le couple, d’ailleurs nous n’étions pas les seuls puisque nos voisins levèrent leurs verres aussi. Quand Ross prit ma main, je sentais vraiment qu’il était heureux et soulagé par la situation, peut être aussi qu’il me voyait ainsi habillé mais nous n’étions pas là pour faire des mondanités.

- Je comprends tout à fait Monsieur Brisendan, ne vous inquiétez pas et tout cela restera confidentiel soyez en sûr.

Serrant à mon tour fermement la main de Ross. J’étais devenue une confidente avec plein de secret pour beaucoup de mes clients, je respectais les secrets tant qu’ils ne touchent pas à la vie de l’Impératrice et de son entourage. Evidement je ne voulais pas qu’un tel scandale et éclate, je n’irais pas voir Madame Brisendan pour raconter les dessous de cet enfant à naître, je voulais que cette famille soit heureuse.

A voix un peu plus basse - Je n’irais pas voir le médecin pour cela. J’ajoutais un clin d’œil. - Il n’a pas besoin d’être au courant, tant que tout fonctionne,je me demande même s’il aurait un remède pour cela et je sais garder les secrets.

Je dégageais un petit sourire depuis le temps, j’aurais pu en effet aller voir ce médecin mais pour quoi faire ? Mes petites concoctions étaient à base de plante et de …..Mes petits secrets. De plus c’était pour moi toujours de l’argent qui rentrait régulièrement donc pourquoi tuer mon marché en plus de provoquer un tapage, doubler d’un divorce, il ne manquerait plus que ça pour mes affaires, j’aurais pu faire un marchandage mais pas mon but non plus j’étais peut être trop bonne.

Je levais mon verre et bu quelques gorgées de mon cocktail qui était rafraîchissant, je regardais le menu, tous les plats avaient d’être aussi bon les uns que les autres, si pour une fois c’était à moi de me laisser guider par les choix et de faire confiance.

Monsieur Brisendan, tous ces plats m’ont l’air d’être si bon les uns que les autres, je me laisserais bien guider par votre choix gastronomique.

Je fermais le menu, en attendant la réponse de Ross. Je continuais à boire mon cocktail, tout en souriant, j’étais vraiment ravie de cette nouvelle.

Passons une bonne soirée, sans inquiétude aucune, je suis plus que ravie, vraiment et s’il y a encore besoin d’aide, n’hésitez surtout pas, je suis toujours partante pour rendre de services.

J’espérais aussi le rassurer que je serais là et que son secret ne sera pas divulgué, j’étais aussi là pour ça, comme beaucoup de mes clients qui venaient parfois pour la première fois au Vices et Délices. Ce n’était pas comparable avec Monsieur Brisendan mais le principe était le même.
avatar
Ross Brisendan
Héritier de la Gobelin Bank
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 577
Date d'inscription : 27/01/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Dîner chez Pygmalion [Sarah Vialanni] Ven 3 Mar 2017 - 18:51
« Eh bien, ces plats sont aussi mystérieux que vos propres recettes, mais je vais tenter de nos orienter de manière à éviter les écueils… »

Tout ce qui avait un nom de volcan, déjà, ou de roman dont le point culminant était un incendie, lui paraissait assez risqué. Il passa commande avec une certaine assurance, mais aussi beaucoup de curiosité : il n’avait pas encore eu l’occasion de goûter tous ces plats. Il sourit aux aimables remarques de sa convive, qui semblait pressentir une certaine nervosité à travers toute la joie bien naturelle qu’il affichait. C’était une fine connaisseuse de l’âme humaine, une aptitude que son métier avait évidemment beaucoup développée ; et il ne songeait pas un instant lui cacher tous les bouleversements que la grande nouvelle lui inspirait. Mais il préférait débuter la fête par de bons souvenirs.

« Vous vous souvenez de notre première rencontre, bien sûr ? J’étais infiniment plus timide. Jamais je n’aurais rêvé, par exemple, de vous embrasser sur la joue ou de vous tenir la main. »

Il eut un petit rire : cette époque lui apparaissait toujours environnée d’une sorte de halo doré, magique et étincelant. C’était celle des préparatifs de son mariage. Combien de tenues avait-il essayées alors, combien de visites avait-il faites aux boutiques de luxe du centre-ville avec sa femme, dont il faisait alors la connaissance ! Dans le même temps, il avait manifesté, il s’en souvenait, la même nervosité qu’aujourd’hui… la peur de mal faire, tout simplement, se dit-il en se replongeant dans tout ce qui restait en fait de cette période : les bons côtés. Il avait pour ainsi dire oublié tout le reste.

« Et cette charmante demoiselle, si spirituelle, qui m’a tenu compagnie lors de mon enterrement de vie de garçon. Vous lui transmettrez mes amitiés. Savez-vous que le mariage de mon enfant est actuellement discuté parmi les anciens de ma famille ? »

Il eut un petit rire alors que leurs plats arrivaient, étranges salades mêlées de froid et de chaud, arrangées pour évoquer un visage aux cheveux de sirène, et un paysage exotique. Ross fut si fasciné qu’il eut un moment du mal à se décider ; il n’avait pas envie d’attaquer tout de suite. Son attention, facilement distraite et exacerbée par son état de fébrilité, était retenue par l'orchestre qui jouait un peu plus loin, un air dont il ne se rappelait pas les paroles.

Tout serait certainement plus facile quand il aurait des informations concrètes à se mettre sous la dent : un physique, un prénom, des capacités, des goûts... tous les paramètres qui lui permettraient de calculer cet enfant comme il calculait ses adversaires et ses alliés dans le monde de la politique et de la finance. Pour le moment, il naviguait en eaux troubles, et c'était cela qui l'empêchait de simplement se reposer sur ses lauriers.
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [CLOS]Dîner chez Pygmalion [Sarah Vialanni] Dim 5 Mar 2017 - 9:57
- Oui je suis d’accord avec vous, les plats sont si mystérieux aussi bien les uns les que les autres.

Je voyais Ross avec un air amusé que de contrôler les plats pour ne pas avoir de surprise, ni de tomber sur des plats un peu douteux. J’espérais avec que durant le repas Ross arriverait à être moins nerveux par la future aventure que le couple attendait, je n’avais pas d’enfant je ne pouvais pas l’aider sur ce point de vue là sauf peut être l’instinct maternel comme on entend souvent dire.

Oui que je me souviens, de cet homme timide, osant à peine me demander ce service, rentrer craintivement dans ma pièce pour m’expliquer son problème en toute discrétion. A vrai dire j’ai pris les choses très au sérieux même si au fond j’avais un petit sourire car beaucoup me demandent tellement de choses que je ne suis plus à un petit secret ou concoction prêt.

Je finis par en rigoler car finalement ce n’était pas grand-chose en somme enfin pas pour moi, cette époque parait si loin mais si proche à la fois. Je n’avais pas réagi à la seconde partie car peu d’hommes osaient toucher Sarah est ce par peur ? par crainte ? par respect que j’ai due gagner avec le temps, je ne sais pas mais peu importe, la bise de Ross me fit plaisir, même un peu rougir au fond et en tenant sa main je voulais vraiment le rassurer.

- Je lui dirais, elle en sera ravie même si elle est payée pour cela, un remerciement est toujours plaisant à recevoir si rare dans notre monde. Déjà ? n’est ce pas trop tôt ? Je suis parfois étonnée par les coutumes que l’ont peu avoir, le laisser grandir serait déjà pas mal. Ce n’est juste mon humble avi.

Pauvre gosse pas encore née et déjà qu’il va arriver dans ce bas monde et sa vie va être toute tracée, est ce une vie ? Mais si cela est leurs mœurs autant les respecter, loin de moi de juger qui que ce soit.

Les salades arrivèrent, j’avais rarement vu de si belles présentations, cela change des espèces de plats que je mange tous les jours, elles m’avaient bien succulente, en prenant une bouchée, je reposai ma cuillère en voyant Ross songeur.

Vous m’avez l’air bien songeur mon ami, tout va bien ?
avatar
Ross Brisendan
Héritier de la Gobelin Bank
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 577
Date d'inscription : 27/01/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Dîner chez Pygmalion [Sarah Vialanni] Dim 5 Mar 2017 - 23:04
Il n’y avait aucun doute sur ce que pouvaient penser les autres convives de leur dialogue à mi-voix : tout ce que l’on percevait d’eux, c’était qu’il était élégant au possible, qu’elle arborait une robe sublime, qu’ils se prenaient les mains, se regardaient dans les yeux, échangeaient de grands sourires ; et qu’ils venaient d’échanger au-dessus d’un dîner exquisement présenté une carte de tarot, qui figurait une sorte de couple enlacé.

Sur ce dernier point, seuls ceux qui pratiquaient l’art divinatoire lié à ces cartes pouvaient se douter que ce couple, qui comptait en réalité trois personnes, n’était pas un symbole amoureux. L’homme était en proie à deux femmes opposées, porteuses de tenues différentes, qui cherchaient à l’entraîner chacune d’un côté différent. L’Amoureux était un symbole de préoccupations qui déchiraient un individu placé face à des choix difficiles, où entraient en jeu d’une part ses envies et son ego, d’autre part sa conscience et ses devoirs.

"Je suis préoccupé... par deux femmes. Vous qui êtes spécialiste, si je peux dire," sourit Ross en désignant sa convive dans son ensemble physique, "je me disais justement que je pourrais peut-être vous demander conseil. Mais je ne veux pas gâcher ce moment de distraction."

Quelque chose lui disait que, maintenant qu'ils abordaient le sujet, il serait difficile de l'esquiver ; mais il était certain que personne ne prêterait l'oreille à ce qui passait aisément pour une conversation entre amoureux. Il repensait à son enterrement de vie de garçon, aux amis présents, aux regards dubitatifs de certains et aux encouragements des autres. Il aurait pu être acteur, mais il avait besoin de gens sur scène à ses côtés qui comprenaient à quoi il jouait.

Le fait que Sarah ne soit pas fan du mariage arrangé ne le surprenait pas ; il avait ses arguments pour justifier qu'il y sacrifie sur le moment, mais comptait bien la rassurer si elle présentait d'autres inquiétudes pour l'avenir de l'enfant concerné. Il espérait bien avoir pris, d'ici là, beaucoup de puissance dans la bonne marche de sa dynastie - peut-être une puissance capitale, selon l'âge auquel son enfant se marierait - et pouvoir le soutenir à ce moment dans ses rêves sentimentaux. Tout en lui rappelant, bien sûr, à quel point il était important de faire ses grands choix de vie dans l'intérêt de l'Empire.

"Voilà... Vous n'êtes pas sans savoir que j'entretiens avec notre impératrice des rapports très amicaux. Je me demande sérieusement comment lui présenter mon bonheur en prévision, sachant sa propre situation actuelle. Je ne voudrais pas lui paraître insensible ; d'un autre côté, cette nouvelle ramènera peut-être un peu de joie et d'espoir en l'avenir dans son univers. Et il y a aussi ma femme, bien sûr... mais c'est secondaire."
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [CLOS]Dîner chez Pygmalion [Sarah Vialanni] Lun 6 Mar 2017 - 12:28
Je commençais à manger mon entrée quand je m’aperçus vraiment que Ross était plus que préoccupé, j’espérais qu’il allait se détendre au cours du repas, il ne fallait pas qu’il se pose plus de questions que sa, qu’il laisse le temps faire son cour, il adviendra ce qu’il adviendra mais rien de bien malheureux enfin je l’espère.

- Vous pouvez le dire Monsieur Brisendan. Je rougis et souris en le voyant me désigner. - Pas de soucis, si je peux vous aider cela sera toujours avec plaisir rien ne peut gâcher ce moment.

Je me demandais bien ce qu’il voulait comme conseil, si toutefois il désirait bien m’en parler, rien ne l’obligeait mais maintenant qu’il avait commencé autant continuer. Je jetais un coup d’œil autour de nous personne ne prêtait guère à ce qui se passait et forte heureusement car les rumeurs vont très vite mais loin de moi l’idée qu’il y a quoique ce soit entre Ross et moi.

J’écoutai Ross son souci d’annoncer à m’Impératrice la si bonne nouvelle, alors qu’elle est encore sous le choc du décès de son mari, quelle tristesse mais je pense qu’elle est assez forte pour apprendre une telle nouvelle et sans réjouir.

- Je suis d’accord l’Impératrice est fragile mais aussi forte. La triste situation fait que ce ne serait pas le moment mais il faut savoir avancer et une telle nouvelle ne peut apporter que du bonheur, de la joie et peut être de lui faire oublier un moment sa peine. Je pense qu’il faut lui dire un peu de baume au cœur.

Cela ma fait repenser à notre Impératrice et sa peine lourde à porter un tel meurtre ne devrait pas exister, c’est une honte, j’espère qu’elle se remettra vite car le peuple à besoin d’elle et de son soutient.

- Votre femme mais ne l’oubliez pas tout de même, elle porte votre enfant, elle va l’éduquer pas so secondaire que ça.

Je souris en continuant à manger mon entrée.
avatar
Ross Brisendan
Héritier de la Gobelin Bank
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 577
Date d'inscription : 27/01/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Dîner chez Pygmalion [Sarah Vialanni] Lun 6 Mar 2017 - 12:52
C’était à tort que l’héritier de la Gobelin Bank craignait parfois de n’avoir pas la sensibilité nécessaire pour comprendre les dames. Généralement, on le rassurait aisément sur ce point ; et cette fois encore, les conclusions de Sarah lui confirmèrent qu’il pouvait compter sur une réaction positive de son amie lorsqu’il lui déclarerait sa bonne fortune.

Il se promit tout de même de lui témoigner, par tous les moyens possibles, qu’il n’était pas pour autant indifférent à elle, mais comptait au contraire partager avec elle les moindres joies de ce long processus. D’ailleurs, l’enfant serait dès son plus jeune âge présenté à ses neveux et nièces, avec lesquels on espérait en haut lieu qu’il formerait des liens étroits. Il se demanda brièvement s’il préférerait avoir un garçon ou une fille. Mais il n’arrivait pas à dégager de différence entre ces deux relations, telles qu’il s’y projetait.

« Ah oui, ma femme… Voyons, comment donc pourrais-je l’oublier ? »


Il leva les yeux au ciel en disant cela, avec l’une de ces mimiques un peu trop expressives qui lui échappaient parfois. On a beau avoir reçu la meilleure éducation qui soit, le naturel revient parfois au galop, surtout lorsque l’on aborde des sujets qui nous tiennent tout particulièrement à coeur.

« De son côté, il y a une chose qui me chagrine : je ne la connais pas vraiment. Nous ne partageons guère de passe-temps. J’aimerais l’associer à mes visites à l’orphelinat – nous finançons quelques travaux là-bas, c’est assez étrange comme univers, mais aussi passionnant... »

Ross avait en fait eu un choc assez prononcé en se trouvant soudainement au milieu d’une marée de petits êtres, en quelque sorte humanoïdes mais pas tout à fait des semblables, grouillant autour de lui dans un chaos absolu ; il avait ensuite surmonté ce choc, et quelque chose lui suggérait que placer sa femme dans un pareil environnement, et regarder comment elle s’en sortirait, l’aiderait à se la figurer dans le rôle de mère. Il en aurait été curieux, en tout cas.

Et quelque part, tout au fond de son esprit prévoyant, il avait peur qu’elle ne soit pas prête, qu’elle ne se soit livrée à cet exercice conjugal que par obligation, et qu’elle ne soit pas une mère idéale au moment où il faudrait prendre la petite créature hurlante dans ses bras. Il avait envie de savoir ; et si quoi que ce soit lui donnait des inquiétudes, il avait besoin de prévoir. Tout obstacle prévu à l’avance, contre lequel son esprit avait eu le temps de dresser ses barricades, cessait de l’intimider.

« Je ne sais pas si son tempérament lui permettrait d’apprécier une telle visite, ou si cela la dégoûterait au contraire, » conclut-il en restant évasif. « Une dame du grand monde… Qu’en pensez-vous ? » D’ailleurs, le repas avançant, il avait du mal à ignorer les joyeux airs de danse qu’exécutait l’orchestre, et battait inconsciemment la mesure du pied. Il se promit qu’ils iraient faire un pas de danse lorsqu’ils seraient venus à bout de ce dîner si original.
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [CLOS]Dîner chez Pygmalion [Sarah Vialanni] Lun 6 Mar 2017 - 14:21
Je reconnus bien là une des mimiques de Ross qui leva les yeux au ciel suite à ma réplique, mais parfois cette impression qu’il prend soin d’elle mais l’oublie un peu comme il a dit c’est secondaire.

- - Ouf ! Vous me rassurez Monsieur Brisendan, parfois j’ai des réactions qui vont plus vite que ma pensée.

Il est vrai que je pensais qu’il voulait bien faire mais aussi mettre sa femme un peu de côté et chacun vivre sa vie tant que l’enfant maintenant était là, elle avait fait son devoir conjugal, et comme beaucoup il se préoccupait de l’enfant et plus de la mère ce qui parfois était regrettable.

- Vous passez si peu de temps ensemble, que cela est regrettable.

J’ai du mal à imaginer une vie de couple sans avoir de point en communs, même pas un passe temps, je ne connais pas non plus la vie de couple peut être que cela serait pareil après tout, je ne peux juger ni vraiment comprendre, étant célibataire, les obligations de ce genre pas pour moi.

- Ross si vous me le permettez, je ne connais pas grand choses aux enfants, encore moins aux femmes enceintes, mais peut être va-t-elle se dévoiler un peu plus et vous découvrir dans ce merveilleux projet.

J’étais loin de penser que Monsieur Brisendan s’intéressait aux orphelins, il est vrai que l’orphelinat a bien besoin de travaux, ces enfants le méritent, ils ne sont pas mauvais ma la vie n’a pas eu de chance avec eux, c’est bien que des personnes comme Ross s’occupent d’eux.

- Je pense que ça ferait du bien à Madame de voir des enfants, ressentir cet instinct maternel, je pense que d’être entouré de la joie des enfants ne peut que faire du bien.

J’essayais tant bien que de mal à rassurer Ross, à donner des conseils mais je ne pense pas être la meilleure placée pour cela, je réponds vraiment à l’instinct et en essayant de me mettre à la place de Madame, enfin moi j’en serais ravi.

Je voyais Ross entrainer par la musique, cela me fit rigoler, il est vrai que l’air est entrainant, ce repas se déroule plutôt bien, une bonne soirée, petit pas de danse, une petite cigarette après manger et cela serait parfait.
Aller à la page : 1, 2  Suivant

[CLOS]Dîner chez Pygmalion [Sarah Vialanni]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: Prologue final :: La salle des archives-
Sauter vers: