AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: Préface Ambrosienne :: Registres ambrosiens :: Identités ambrosiennes

Peuple-Maraies Alessia

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Alessia Maraies
Prêtresse de Miraï et devineresse
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambroisienne
Messages : 15
Date d'inscription : 05/03/2017
MessageSujet: Peuple-Maraies Alessia Dim 5 Mar 2017 - 16:23
Soeur Alessia
ft. Clemence Poesy
Surnom : La sœur de l'obscurité
Âge : .33
Métier : Sœur au temple de Mirai
Nationalité et origines : Campagne 'Ambrosia
Situation conjugale : Voeu de célibat
Culte : Mirai, la faucheuse
Orientation sexuelle : ne ressent aucun désir sexuel ou amoureux envers autrui
Groupe : peuple
Carnation : blanche
Taille : 1m66
Corpulence : fine à forte poitrine
Cheveux : Long cheveux blond qu'elle n'attache jamais préférant les laisser libre d'aller à leur guise
Yeux : bleu
Signe(s) distinctif(s) : Tatouage de manthe religieuse lui recouvrant l'intégralité du dos, vêtue d'une longue robe noir aux manches longues, sans décolleté remontant en haut de son cou, capuche noir souvent relevée sur sa tête. De nombreuses petites cicatrices jonchent son corps.
Caractère :

Dès ces premières années de noviciat, elle fut désignée comme faisant preuve d'une grande ferveur dans la foi. S’étant plongée dedans très vite, elle ne pardonne à quiconque un manque profond d’investissement au temple pouvant aller jusqu'au mépris envers ces personnes. Le plus important est la foi, et le voyage de l’âme lors de la mort.
Au contraire, elle éprouve un profond respect envers toutes personnes faisant parti d'une ordre religieux. Ainsi, depuis des années, bien qu'il réponde d'Ameth et seulement de lui, elle ressent une grande admiration pour le Prieur Everard Zullheimer.
Qu'importe envers quel dieu l'audience du choix dirige le novice, en tout cas chacun œuvre pour le bien commun.
Et le bien commun est quelque chose pour lequel Alessia pourrait aller très loin. Elle n'hésitera devant rien si cela s'avère nécessaire.
Elle ne réfléchit que peu à ses besoins ou ses désirs. Elle fera don sans se poser de question de ses souliers si un mendiant le lui demandait. En aucun cas, elle n'assouvirait ses envies personnelles, elle sait vivre avec peu. Un lit, une lampe, un bureau et une bassine pour sa toilette lui suffisent amplement.
D'une honnêteté sans faille disant les choses telle qu'elle les pense sans s’inquiéter de blesser autrui, elle n'a donc que peu d'amis. Toute vérité est bonne à dire qu'importe le mal qu'elle puisse faire. Trop confondent méchanceté et honnêteté.
La Sœur de l'obscurité appréhende la vie à la ville. En effet, la jeune femme est restée longtemps coupée du monde au sein de son couvent passant le plus clair de son temps dans des bibliothèques poussiéreuses lisant  tout ce qu'elle pouvait ingurgiter en rapport avec Mirai
Il serait possible de la croire fermée aux autres. De la penser recluse en pleine lecture seule au fond d'une salle avec pour toute lumière une petite bougie posée à ses côtes.
Si elle préfère la compagnie des livres c'est parce que mis à part Jolaine, elle n'a jamais eu de véritables amie. Parfois trop froide, souvent trop directe, les gens ne restent jamais longtemps à ses côtés.
Elle devra changer cela maintenant qu'elle habite la capitale.
Histoire :

****
La naissance
Richard Ribolier et Clarissa Ribolier était un couple très ordinaire. L'homme était brun, grand et fort. Qu'il neige ou qu'il vente, un chapeau était enfoncé sur son crâne chauve. Quant à la femme, ses cheveux était d'un blond presque blanc et ses yeux verts et immenses avaient fait chavirer le cœur de plus d'une personne aux alentours.
Ils s'étaient rencontrés au temple de Pohn. un jour d'orage. Il ne leur fallut que quelques semaines pour se marier au même endroit. Couple très pieux, ils ne manquaient jamais le Grand office du dimanche. De même, Clarissa se faisait un point d'honneur à être présente à chaque Offices. C'est par la foi que l’Innommable s'écarte de nos chemins. Et leur pire peur était que l’Innommable tape à leur fenêtre.

Ils tenaient tous deux une très grande ferme dans la campagne d'Ambrosia. Une trentaine de vaches, plusieurs champs de céréales et une vingtaines de cochons étaient ce qui faisaient leur fierté. Ils avaient embauché quelques apprentis et deux aides Jean et Léo afin de les délester d'un travail trop lourd pour leurs simples épaules.
La vie était calme et joyeuse.
Au bout de 2  ans de vie commune, Clarissa accoucha de deux jumeaux. Dès lors, un bonheur rayonna autour de cette jeune famille, les récoltes restaient excellentes au fur et a mesure des années, les vaches donnaient un lait de très bon goût et jusqu'à la Capitale la qualité de la viande de ses porcs étaient reconnus.
Tout naturellement, la femme de Richard tomba enceinte une nouvelle fois faisant la joie de tous les habitants de la ferme.

C'est alors que s'abattit la sécheresse sur leurs terres.
Très vite, les champs ne purent donner assez de foin et de nourriture entrainant la mort de leurs bêtes les unes après les autres.
La famine était là.
Les apprenties, Jean et Léo partirent un beau matin d'hiver. Les rumeurs couraient qu'il y avait  du travail en ville, surement espéraient ils donc pouvoir obtenir quelques pièces pour subvenir aux besoins de leurs familles respectives. C'est dans ses conditions qu'elle mis au monde une petite fille qu'elle appela Brune.
Privée de nourriture, elle cessa de fournir du lait et, n'ayant plus de bois pour la cheminée, les pièces de la maison devinrent glaciales. Les jumeaux, âgés de 7 ans, supportèrent mieux le manque de nourriture que leur petite sœur et aidèrent beaucoup leur père qui s'affaiblissait à travailler la terre seul.
Un matin, le cœur brisé, le couple prit la douloureuse décision de se séparer de leur fille. Jeune bébé, elle devenait de plus en plus faible par manque de lait, et bien qu'ils étaient conscient qu'en la confiant à un orphelinat ils perdraient leur droit de parenté sur elle, ils ne pouvait continuer à la voir dépérir.
****
L'orphelinat

Arrivée à l'orphelinat, une nouvelle vie s'offrit à Brune. Les sœurs la renommèrent Alessia.
Elle resta 16 ans dans cet endroit. Seize ans sans encombre. On demandait peu aux orphelins. Aider pour l'essentiel les sœurs au jardinage, à la couture, aux repas, quelques heures par jours réservées à l'enseignement ou elle appris les rudiments de la lecture et de l'écriture. Enfin, chaque soirs on leur narrait les épopées des dieux et leur bataille contre l’innommable.
Ce qui marqua énormément l'enfant fut sa rencontre avec Jolaine.
De trois ans son ainée, elle était plutôt grande pour son age avec des cheveux flamboyants. Dès son arrivée, elle pris Alessia tendrement sous son aile. Elle prit à chaque fois soin de sa jeune amie en lui offrant son dessert, en la bordant le soir...Quand elle dû partir pour faire son noviciat, elles se promirent de se retrouver plus tard.
Les années qui suivirent ne furent que solitude et tristesse.
****
L'Audience du Choix

Son noviciat s'était déroulée tranquillement.
Trois années ou elle avait étudié l'histoire des Dieux. Pieuse, elle n'avait loupé aucune messes, aucun rituel.
Jusqu'au jour de L'audience du choix.
Elle avait longtemps appréhendé ce moment. Il lui faudrait se présenter devant le Conseil contenant un représentant par Trinité. Chacun aurait le droit à une question, une seule, permettant de définir sa place optimale au sein de l'ordre religieux.
Une fois les délibérations finies, elle serait rattachée à un Dieu au sein d'une Trinité.
Lorsque la porte s'ouvrit, Alessia sentit ses jambes se dérober sous elle, la jeune femme se rattrapa à l'embrasure de la porte., on la poussa gentiment à travers celle-ci.
Un couloir sombre et poussiéreux. Les murs des pierres apparentes semblaient prêt à s’émietter au moindre choc, il y faisait froid.
Une personnage à la capuche relevée l’attendait à l'autre bout, une torche à la main. Il semblait si paisible qu'il aurait pu être mort si la buée de son souffle n'apparaissait pas à intervalles réguliers.
Alors qu'elle le dépassait, elle arriva dans une grande salle circulaire, si elle était faite de pierre elle aussi , elle était doté de  fenêtres procurant une lumière douce et apaisante.
En face d'elle, sur une estrade, se tenaient huit personnes droites et solennelles assises sur une chaise la regardant avec attention.  Ils  semblaient tous indifférenciable avec leur capuche remontée jusqu'en bas de leur front et pourtant, en s'attardant sur chacun d'entre eux il était possible de s'apercevoir qu'il n'en était rien.
Des hommes et des femmes l'observant parfois avec empathie comprenant son désarroi , ou avec avidité lui donnant l’impression de devenir une marchandise à leur yeux, ou encore avec ennui comme cet homme à droite de l'assemblée se tenant sa tête entre ses mains.

Une femme se leva tandis que tous les regards se tournaient vers elle, elle invita Alessia à approcher. Les flammes des bougies posées sur la table s’amplifièrent jusqu'à créer des ombres sur le sol arrivant jusqu'au pied de la futur Soeur.
La femme prit alors la parole :`

Bonjour mon enfant. Tu es ici aujourd'hui car tu as achevé ton noviciat il y a peu. Il te faut désormais rejoindre le dieu qui t'est dédié.

Elle fit une pause et d'un geste de la main présenta ses compagnons.

Voici les représentants de chaque trinité divine. Chacun aura la permission de te poser une question. Au terme de cette entrevue, tu seras attribuée à l'une des trinité et plus particulièrement à un de  ses dieux. S'il n'est pas question de jugement, nous te demanderons néanmoins de répondre avec une sincérité totale.

Alessia hocha la tête sereine. Cela ne lui poserait pas de difficulté, elle avait conscience de l'enjeu que cette audience comportait pour son avenir.
Un homme petit et barbu s'approcha d'elle tenant à la main un bol de pierre d’où s'échappait une odeur désagréable.

Bien, je vais te demander aussi de boire ce breuvage, il t'apportera sincérité si tu venais à en manquer.

La jeune femme avala d'un trait la boisson qui avait le goût de son odeur. Aussitôt sa tête tourna, les ombres s'agrandirent autour d'elle et Alessia ne put décrocher son regard de la tablée en face d'elle.
Alors un des membres de cette compagnie se leva tout en joignant les mains avant de demander :

L'eau ou les flammes, la terre ou l'air ?


Elle répondit sans même réfléchir :

Le feu car il est autant capable de destruction que de renaissance. La terre pour sa capacité à sublimer chaque chose s'épanouissant en elle.

Les questions se poursuivirent jusqu'à la dernière. Le vieil homme qui paraissait s'ennuyer au plus au point regarda pour la première fois la sœur en devenir.

Qu'est ce que la vie ?

Elle se redressa soudain et planta son regard dans les yeux de l'homme.

Le commencement de la mort.

Il lui sourit avant de se rassoir.
On la somma d'attendre dans une petite pièce attenantes à la grande salle, les délibérations durèrent plusieurs heures.
Seul le résultat compte.
Elle serait dévouée à Miraï au sein du temple de la mort.
****
La divination

Une fois sa formation achevée, une Sœur nommée Maxine l’intégra assez tôt aux rites divinatoires.
Dans un premier temps, elle fournit à Alessia quelques ouvrages anciens concernant les rites de Miraï, ne lui imposant aucune idée, simplement lui proposant une compréhension de la foi autre que ce qu'on lui avait inculqué durant son noviciat, et après.
Elle ne doutait pas que leurs consultations ne fussent pas tolérés, sinon pourquoi seraient-ils cachés aux yeux de tous ? Elle ne considéra pas ce risque. Rien n'était plus important  que de parfaire sa connaissance concernant le dieu qui lui avait été attribué lors de l'Audience du Choix.
Au fil de ses lectures, elle commença à comprendre le rôle que pouvait jouer les arts divinatoires au sein du temple.  En effet, elle estimait que s'il était possible de prévoir et comprendre certains évènements passés, présent ou futur, alors les Dieux leur en avait donné la possibilité. Il serait donc hypocrite de ne pas user de ce cadeau pour aider son prochain, d'ignorer ce qu'elle avait appris pour ne pas froisser son ordre. Surement se fourvoyaient-ils en interdisant ces méthodes. Or, la sœur de l'obscurité ne doutait pas du bien fondé des textes qu'elle avait parcouru la nuit, dans la salle des archives, sans bruit autre que le bruissement des pages qu'elle tournait petit à petit. Au contraire, elle s'affligeait de voir ses frères et ses sœurs si loin de la vérité.

Alessia étant à la limite du fanatisme, c'est tout naturellement qu'elle se pencha avec entrain sur cet apprentissage quasiment oublié proposé par une ainée de son ordre. N'ayant jamais aimé laisser le hasard au destin, elle s’enfonça peu à peu dans cet art jusqu'à ne plus le dissocier de sa quête de connaissance au sein de l'ordre. Bien évidemment, ces méthodes n'étaient plus utilisées aujourd'hui et ce depuis des lustres, et si certains les pratiquaient dans l'ombre du secret, il n'en était pas moins que cela restait répréhensibles.

Tout d'abord, on lui inculqua l'art des Augures, consistant à voir quelques présages lors de vol d'oiseaux. Si de toute sa vie elle avait pensé que cela n'était dû qu'à un concours de circonstances, elle compris bien assez vite qu'il n'en était rien et que chacun des volatiles était placé pour une raison obscure qu'elle s'essayait à déchiffrer.

Elle découvrit ensuite la puissance de la flamme. C'est une amie de sa formatrice qui l'introduit à cette méthode. Elle devait se trouver immergée, et à l'aide de bougie, bruler son corps par petite touche pour ensuite tremper la chair brulée dans l'eau avant d'observer la trace laissée.
Au bout de quelques mois son corps fut criblée de ces petites taches brunes et irrégulières. Bien qu'elle soit devenue experte dans cette discipline, son corps meurtri attirait les curieux. Elle n'avait que faire du quand dira-t-on à son sujet mais elle ne laisserait pas son corps remettre en question la réputation de son ordre. Elle avait dû se résoudre à diminuer cette activité.

Soeur Maxine décida alors que sa jeune apprenti était prête pour l'haruspice. Là ou certains ne voyait que la barbarie de l'acte, ici ce n'était que respect de la bête et don de soi car il fallait du courage pour éviscérer un animal encore vivant et examiner les viscères toujours fumantes de la créature, parfois un lapin d'autres fois un cerf. Tout dépendait de la demande. Si Alessia priait pour chacun des sacrifices, elle ne doutait pas que son dieu avait mis entre ses mains des mécanismes pour comprendre les choses du monde. Ces différentes techniques était selon elle la réponse aux questions que l'humanité se posait.

Toutes ces arts appris lui étaient bénéfique afin de tenter de répondre à la moindre question qu'elle se posait.
De même, il était coutume à la fin des Offices que les pénitents demandent conseils aux sœurs et frères présents ces jours-là.
Si elle ne disait rien des rituels qu'elle accomplissait, elle s'en servait afin de pouvoir au mieux aider les personnes dans le besoin. Rarement, elle ne s'était trompée quant aux conseils prodigués.  Au fur et à mesure du temps, elle commença à être reconnue. On venait maintenant de loin, sans aucun doute, pour profiter d'une sagesse qu'on lui attribuait.

****
Dernier temps à la campagne.

A la suite de sa formation, elle décida de rester loin de la ville. Ainsi, durant une décennie, outre les arts divinatoires, elle se passionna pour Miraï. De son histoire, il n'y avait que peu de choses qu'elle ignorait de même que pour les autres Dieux de la Trinité. Chaque protocoles, chaque variation, chaque temps sacrés n'étaient pas inconnus pour la sœur. Elle menait une vie paisible, rarement troublée.
Qu'elle ne fut pas sa surprise lorsqu'un beau jour d'automne une sœur venant d'Ambrosie réclama une entrevue avec elle.
La visiteuse lui annonça de but en blanc la mort de sa formatrice, Soeur Maxine.
Elles avaient été très proches l'un de l'autre, passant moult nuits à converser théologie, divination et sentiments.
La sœur de l’obscurité fut très affectée de son décès et décida de se rendre à la Capitale afin de lui rendre un dernier hommage. Elle ne doutait pas que Maxine avait continué de former des frères et sœurs aux arts divinatoires,  sa mort les aurait laissée à l'abandon. Elle se devrait de les former tout comme on l'avait fait pour elle.
¨*****
Ambrosia
Arrivée.
Elle arriva à Ambrosia quelques jours après la mort du Prince Consort par une fin de journée orageuse. Le bûcher funéraire venait de se terminer et il régnait dans la ville une atmosphère sombre, secrète et triste. Il avait dû être grandement apprécie par le Peuple.
Elle se fit indiquer le temple de la trinité de la mort et se dirigea dans cette direction.
C'était la première fois qu'elle se tenait dans les rues d'une ville. Elle lui préférait la nature mais elle n'avait pour l'instant pas d'autres choix que de serrer les dents.
Alors qu'elle arrivait devant les trois statues devançant le temple, un frère les cheveux grisonnant vint à sa rencontre.
Il lui expliqua ou les cendres de sa formatrice avaient été déposé et qu'elle était demandé par le Haut- Prêtre Julien.

Le Haut-prêtre julien.
Elle en avait entendu parler. Le maître de Maxine, celui qui voyait tout.
Ils se retrouvèrent sous la statue géant de Manthes Religieuse, le symbole de Miraï. Elle posa sa main sur elle et récita une prière.
Ils discutèrent durant des heures.
Elle reprendrait, dans le plus grand secret, la formation de ses frères et sœurs laissé à l'abandon par la mort de Soeur Maxine.  Elle postulerait aussi pour le poste officiel qu'occupait la défunte, à savoir la communication de la confrérie de Mirai au public et aux autres ordres.
Elle accepta cela comme les dernières volonté d'un être cher à ses yeux.
Divers :  

Rumeur :
-Elle serait à la recherche d'une femme appelée autrefois Jolaine.
- S'adonnerait à la compréhension du monde par les arts divinatoires
- Ne pardonnerait aucun manquement aux devoirs sacrés.
-Serait à la Capitale pour rendre hommage à Sœur Maxine.

Chronologie :
-405 : Naissance à la ferme Ribolier dans la campagne Ambrosienne puis quelques mois après  arrivée à l'orphelinat.
-421 : Début de la formation religieuse.
-424 : L'audience du choix. Sera dévouée à Miraï.
-428 : Fin de formation religieuse. Nommé Sœur.
-438 : Arrivée à Ambrosia à la mort de Maxine.
Date de naissance : 15/04/90
Double compte : hélène de valene
Où nous as-tu trouvé? : ne sais plus, tristesse.
Commentaire : coeur bisous licorne
avatar
Everard Zullheimer
Premier serviteur d'Ameth en Ambrosia
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Amethien
Messages : 996
Date d'inscription : 14/04/2016
MessageSujet: Re: Peuple-Maraies Alessia Dim 5 Mar 2017 - 16:27
Re-bienvenue !

Nous en avions déjà parlé je crois avec toi, mais ton pseudo ne remplit pas la forme souhaitée, quel serait le nom de famille que tu souhaiterais pour que nous modifions celui-ci ? ^^


avatar
Lilith de Choiseul
Impératrice de vapeur
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t35-grand-lilith-de-choi
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 2000
Date d'inscription : 14/01/2017
MessageSujet: Re: Peuple-Maraies Alessia Dim 5 Mar 2017 - 17:01
Re bienvenue Very Happy


avatar
Aÿmĕrik G. de Rauchechoyr
Secrétaire de la ministre de l'E&P
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t57-dignitaire-aymerik-g-de-rauchechoyr-_-en-cours
Nationalité : Ambro-Eskrois
Messages : 208
Date d'inscription : 23/01/2017
MessageSujet: Re: Peuple-Maraies Alessia Lun 6 Mar 2017 - 19:14
Re-bienvenue à toi ! Wink
avatar
Lilith de Choiseul
Impératrice de vapeur
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t35-grand-lilith-de-choi
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 2000
Date d'inscription : 14/01/2017
MessageSujet: Re: Peuple-Maraies Alessia Sam 18 Mar 2017 - 16:43
Bonjour Alessia ,as-tu besoin d'un délai pour ta fiche?


avatar
Alessia Maraies
Prêtresse de Miraï et devineresse
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambroisienne
Messages : 15
Date d'inscription : 05/03/2017
MessageSujet: Re: Peuple-Maraies Alessia Jeu 23 Mar 2017 - 15:05
terminé ?


avatar
Everard Zullheimer
Premier serviteur d'Ameth en Ambrosia
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Amethien
Messages : 996
Date d'inscription : 14/04/2016
MessageSujet: Re: Peuple-Maraies Alessia Jeu 23 Mar 2017 - 17:43
Il te manque ton vava ! Je modèrerai une fois le vava en place ! Wink


avatar
Alessia Maraies
Prêtresse de Miraï et devineresse
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambroisienne
Messages : 15
Date d'inscription : 05/03/2017
MessageSujet: Re: Peuple-Maraies Alessia Jeu 23 Mar 2017 - 21:38
voilà !!


avatar
Everard Zullheimer
Premier serviteur d'Ameth en Ambrosia
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Amethien
Messages : 996
Date d'inscription : 14/04/2016
MessageSujet: Re: Peuple-Maraies Alessia Sam 25 Mar 2017 - 14:51
Bon, et bien, je vais te donner un peu de travail, toi qui prétends souvent t’ennuyer ! :p
Il faudrait que tu complètes ta fiche, en remplissant le cadre qui concerne l’avatar, dans la fiche (que l’on puisse le recenser), et que tu remplisses ton profil !

Y a de petites choses qui me dérangent dans la fiche en fait :
- Tu parles de fanatisme (et donc d’une obéissance aux règles de la manière la plus stricte, et du coup, tenter des pratiques qui font pas partie du dogme…. Voilà quelque chose qui pourrait être contraire au fanatisme.
- Si cet art divinatoire est dans le plus grand secret, comment peut-on venir de loin pour la consulter ? N’est-ce pas contradictoire ?
- Je n’arrive pas à comprendre comment elle finit à gérer la communication vers l’extérieur… justement parce qu’on ne peut pas la nommer parce qu’elle enseigne les arts divinatoires à des initiés… ce n’est pas elle qui décide… et au final, je pense qu’il y a des listes de postulants pour les postes à responsabilité.
- Il manque, je pense, un petit quelque chose concernant l'audience du choix... comme le pourquoi Mirai ^^


avatar
Hélène de Valene
Comédienne
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Empire de vapeur
Messages : 318
Date d'inscription : 29/01/2017
MessageSujet: Re: Peuple-Maraies Alessia Sam 25 Mar 2017 - 14:57
yep, je te fais ca dans la soirée.
là je me bats avec bravoure contre des nuggets.


Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: Préface Ambrosienne :: Registres ambrosiens :: Identités ambrosiennes-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous sur