AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez|

Un chapeau qui s'envole

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t128-peuple-amelia-clark-proprietaire-de-plantations
Nationalité : ambrosienne
Messages : 79
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Un chapeau qui s'envole Ven 10 Mar 2017 - 22:12
Le soleil de l’automne pose sur la traversée, une agréable sensation. Si j’étais sur le chemin des autres, je remercierais probablement celle qui se charge de rendre cet automne plutôt doux. Mais je me contrefous de cette déesse, je me fiche éperdument de ces choses, je me tiens sur le pont du wharpz, à observer l’horizon, dans une élégante robe brune, et un manteau en peau. Je souris, ce qui est une chose probablement rare chez moi, observant l’océan qui s’étends, le soleil me plait, c’est un fait qui est sans erreur.

Mon aîné s’est absenté, cet enfant suit mes traces et j’en suis fort aise, nous avons pris l’après-midi pour aller nous promener, il s’est poliment excusé avant de me laisser, je suppose qu’il est allé lire sur un coin du navire, appréciant sa solitude et je ne déprécie pas qu’il se soit éloigné, au contraire.

Le sourire sur les lèvres, un coup de vent agite l’étendue saline, faisant osciller la coque du navire de traversée d’une étrange manière. Depuis le temps, habitant sur une petite île à mes origines, j’ai le pied marin et ce n’est pas cette très légère houle qui pourrait me faire aller mal, malheureusement, l’histoire est différente pour le chapeau ornant le sommet de mon crâne, qui, dans un mouvement s’agite avant de s’envoler.

Cela ne libère en rien mes cheveux, retenu dans un chignon serré. Mon corps d’un mouvement gracile, se retourne, sans pousser un cri quelconque, regardant le couvre-chef s’éloigner, courant sur le bois du pont, je me déplace dans sa direction.
Il s’échappe entre quelques passages inattentifs, occupés à discuter, parler entre eux avant de trouver une main qui s’en saisit. Haussant un sourcils, mes pas me dirigent vers le sauveteur, et alors que mes pupilles passent de ses mains à son visage, je reconnais les traits qui se présentent.

Lestan Dobremont, qui ne connait le visage placardé dans les journaux, il y a quelques temps, comme le plus jeune doyen d’université connu dans l’histoire de notre cité pour sa nomination. Je n’ai jamais réussi à l’avoir à un de mes dîners, pour autant, en tant que visage de la cité, il a été invité…je me rapproche, un sourire toujours aux lèvres.

-Vous êtes un homme adroit Monsieur. –tendant ma main.-Amélia Clark.


avatar
Lestan Dobremont
Doyen de l'université
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t156-peuple-lestan-dobremont-en-cours
Nationalité : Ambrosien, empire de vapeur, contrée du Sud
Messages : 50
Date d'inscription : 27/02/2017
MessageSujet: Re: Un chapeau qui s'envole Mar 21 Mar 2017 - 19:29
La journée organisée de Lestan continue par un retour vers la capitale. La douce chaleur du soleil d’automne, il ne la sent pas. Tout comme l’effervescence lié à la présence de divers passagers. Perdu dans la contemplation d’un point qui n’existe pas, il réfléchit, comme toujours. A ce moment précis, il s’agit du dernier livre qu’il a dévoré la veille au coin de sa cheminée. Lestan apprécie les plaisirs simples, une bonne plume, un verre d’alcool et un feu crépitant.

Adossé au bastingage du bateau, et en appui sur sa canne, l’homme ne semble pas perturber par la brise levée. Le vent vient se perdre dans ses cheveux, soulevant ci-et-là quelques mèches rebelles. La houle légère n’a pas raison de la taille imposante du Doyen. Toutefois, il ne faudrait pas qu’elle dure trop longtemps, Lestan n’appréciant que très moyennement le tango que peut danser un navire guidé par un vent en colère.

Dérangé donc dans ses pensées réflexives, Lestan accorde au commun des mortels un regard plein de concupiscence. Rappelons ici qu’il n’accorde aux individus que peu d’importance tant que ceux-ci ne lui ont pas prouvé leur valeur intellectuelle. Que Kay lui apporte la détermination nécessaire, en cet instant, pour continuer à se perdre dans ses pensées plutôt que dans la contemplation de cette populace sans intérêt ! Fermant les yeux quelques secondes pour recentrer son esprit sur l’essentiel, il sent quelque chose frôle le bas de son pantalon noir. Saisi par ce contact non désiré, Lestan regarde l’objet du méfait. Un simple chapeau.

Difficilement, sa jambe le faisant souffrir comme bien souvent quand il traverse les eaux, il se saisit du malotrus et fixe les personnes présentes pour repérer celle à l’origine de ce désagrément. La propriétaire ne se fait pas attendre.

Serrant la main tendue – Lestan n’est pas un impoli, « Lestan Dobremont. Ceci vous appartient semble-t-il. » Le ton n’est pas interrogatif, plutôt affirmatif. Légèrement teinté même d’un agacement froid. Le Doyen n’est pas doué pour le contact humain, c’est de notoriété publique. Toujours appuyé sur sa canne, il a tout de même fait l’effort, en serrant la main féminine, de se redresser. Il connaît les bonnes manières, même s’il les applique avec parcimonie et distance.

Amélia Clark n’est pas un patronyme inconnu. Le tabac, sans être une drogue pour l’homme de culture, est un sain plaisir qui l’aide à se détendre et à supporter la médiocrité des personnes qui l’entoure, surtout de ses étudiants. Continuant à adopter une attitude de gentleman, « Peut-être devriez-vous songer à tenir à la main votre chapeau plutôt qu’à le laisser vagabonder selon le bon plaisir du vent. Il serait dommage que celui-ci se retrouver à l’eau ou importune un passager dans ses réflexions. »

Le ton n’engage pas la conservation. La rumeur dit vraie. Il n’a pas une once d’humour et l’intransigeance fait partie de son quotidien. Pourtant, Lestan devrait apprendre depuis le temps que l’échange humaine est une forme d’apprentissage du savoir. Drapé dans son costume sombre, l’homme pose un regard dénué de toute émotion, de toute chaleur humaine sur la dame au chapeau. Son cerveau note, malgré lui, qu’elle a un regard intéressant.  « Je pensais la gérante des plantations Clark plus âgée. »  Ce constat franchit les lèvres masculines avec naturel et aplomb. A aucun moment, il n’a fait le rapprochement avec sa propre situation. Les mauvaises langues ne le trouvent-elles pas trop jeune pour accomplir la mission qui est la sienne ? Lestan peut vraiment surprendre par son manque de tact avec ses semblables et sa logique sortie du monde de la connaissance et de la science.


Comme le disait un illustre penseur du temps ancien, "on se lasse de tout, excepté d'apprendre",
voilà pourquoi je me lasse de vous et non de mes livres.
avatar
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t128-peuple-amelia-clark-proprietaire-de-plantations
Nationalité : ambrosienne
Messages : 79
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: Un chapeau qui s'envole Sam 1 Avr 2017 - 22:36
-Je pensais le Doyen de l’université plus juvénile encore.

Cet homme me plait, sans compromis, direct, sans pudibonderie, il ne se dérange pas, un autre n’aurait certainement pas osé me faire comprendre que mon seul chapeau l’avait dérangé, mais il est au moins digne des rumeurs que l’on tient à son égard ! C’est bien tout à son avantage, point de fausseté, il arrive que l’on soit bien déçu entre l’image que l’on rapporte et la vérité.
Bien entendu, je sais de qui il s’agit, je ne vais pas vous le redire, comme je sais aussi que bon nombre de personne juge sa nomination comme la récompense de coucherie, soit avec l’Impératrice mais si je connais bien ma cousine en une chose, c’est sa faculté à ne point supporter les coucheries. Peut-être avait-il déridé la Ministre Duval ?

Voilà une question qui aurait pu fort m’intéresser si je ne m’en foutais pas un peu totalement !

-Nous voilà démentit tous deux de nos croyances infondées.

Bien entendu il aurait pu le savoir bien avant, s’il s’était prêté aux invitations de mes dîners, mais jamais il ne l’a fait, et entre nous je ne suis point étonnée au vue de l’espèce masculine qui se tient face à moi. Quoi qu’il en soit, le pauvre homme s’est vu interrompre dans ses réflexions par un chapeau, drame il semblerait de sa journée.

-Je vous remercie en tous les cas.

Je suis fort peu navrée par contre de l’avoir dérangée, non que je m’en fiche, mais il n’y a de la gêne que pour lui et je n’ai plus les années de minauderie. Je ne les ai jamais eu de toutes façons, ces années de jeune femme, qui se présentent toutes confuses, en pardonnant sa maladresse.


avatar
Lestan Dobremont
Doyen de l'université
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t156-peuple-lestan-dobremont-en-cours
Nationalité : Ambrosien, empire de vapeur, contrée du Sud
Messages : 50
Date d'inscription : 27/02/2017
MessageSujet: Re: Un chapeau qui s'envole Sam 10 Juin 2017 - 22:53
« Ne me remerciez point, je n’ai fait que ce qu’il fallait faire. » Lestan ne s’embarrasse pas du superficiel, préférant laisser à d’autres les flagorneries et autres subtilités mondaines. Néanmoins, il reconnaît à la courtoisie polie le mérite de ne froisser aucune susceptibilité, surtout lorsque face à lui se présente une personne érudite.

Toujours adossé au bastingage du wharpz, l’homme appuie son regard vers le visage de son interlocutrice. Non, il ne regarde pas les traits du visage féminin, ne se questionne pas sur la finesse des courbes de celui-ci ou le dessin des lèvres d’Amélia. Il essaye juste de percevoir l’intelligence, seule qualité pouvant être reconnue par lui comme digne d’intérêt. « Qu’avez-vous lu dernièrement ? »

La question tombe comme un cheveu sur la soupe, mais Lestan est ainsi. Seule la culture, la recherche du savoir le nourrit. Or, s’il ne voit pas la femme, il pourrait voir l’être instruit que le chapeau malencontreux le pousse à rencontrer. « A moins que vous ne lisiez point et préférer simplement arpenter les sentiers de votre plantation. »

Le ton adopté par l’homme n’est en rien condescendant, il est juste neutre. Aucun sentiment, aucune émotion ne l’habite. Il fait la conversation. Un œil averti pourrait remarquer le bref éclair d’impatience. L’érudit attend la réponse, espère avoir une partenaire de conversation lors du trajet retour vers la capitale. Il faut dire qu’il est si rare pour notre doyen d’échanger en dehors de son activité professionnelle. Son intolérance face à la bêtise et à l’ignorance l’amène à vivre en reclus en dehors de sa présence professionnelle. D’ailleurs, de mauvaises langues laisseront entendre que même lorsqu’il est à la faculté, il ne peut communiquer avec les autres, les trouvant trop insipides et ignares. Et, le pire, c’est qu’ils auront raison.

« Occupation saine, cela dit » un temps d’arrêt est observé « enfin je suppose. Si l’enrichissement intellectuel n’est que secondaire. » Voilà qu’encore une fois, notre homme ne fait guère preuve de finesse face à une dame. Il n’est en rien agressif, mais il est loin d’être charmeur.

Sa jambe le lance, ses doigts se crispent sur le pommeau de sa canne. La longueur de la journée se rappelle à lui, la danse du bateau aussi, sûrement. Cependant, il résiste à la nécessité de s’assoir, ne voulant pas se mélanger aux quelques pèlerins dévissant sans barrière, riant un peu trop fort pour lui.


Comme le disait un illustre penseur du temps ancien, "on se lasse de tout, excepté d'apprendre",
voilà pourquoi je me lasse de vous et non de mes livres.
avatar
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t128-peuple-amelia-clark-proprietaire-de-plantations
Nationalité : ambrosienne
Messages : 79
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: Un chapeau qui s'envole Mar 20 Juin 2017 - 8:23
Voilà bien homme à la hauteur de sa réputation, une réputation agréable qui ne s’incommode guère de chose inutile, du parfait en soit dans les choses. Tenue droite et observant l’horizon je me moque certainement d’être observé, je ne sais ce qu’il cherche. Mon intelligence est sournoise et mon regard plein de noblesse, quand il me demande mes lectures, un sourire me vient en coin.

-Je lis rassurez-vous et pas seulement mes livres de compte. Ainsi que tout à chacun le présume sur ma personne. J’ai terminé la lecture des mémoires de Monsieur l’Envers, il y a peu et je me suis attaquée à quelques recueils littéraire de nouvelles dans les veines du fantastique, du Brams Striker*, un peu trop en vogue à mon gout et surévalué.

Oh je ne plonge pas dans la philosophie, elle m’indiffère, l’histoire ou les romans sont mes favoris. Depuis le temps que je devais lire les mémoires de mon oncle, nullement écrit par ses soins mais par un petit prétentieux qui ne l’a jamais rencontré….je me ferais une joie de lui dire ce que je pense à un dîner, non que je veuille défendre mon oncle, j’ai aimé mon oncle plus jeune avant qu’il ne s’intéresse qu’à sa chère petite princesse.

De la jalousie ? Bien sûr, je suis venue à tant haïr Lilith que toutes créatures qui l’apprécient me révulsent en tout point.

-L’instruction est une chose primordiale, j’ai beau avoir été relégué des années en épouse et mère, je n’en ai pas pour autant épargné mon esprit de lecture et d’échange constructif. Et vous-même ? Que Lisez-vous ?

Le ton de l’homme ne me déplait pas, au contraire, il m’évite à des chichis supplémentaire, dont je n’ai absolument que faire et qui sont rajoutés en général. Pourquoi ? Pour rien mais d’autres vous expliquerait la bienséance, l’amabilité et autres foutaises pour ne pas froisser les autres, hors, ce n’est que de la stupidité grossissante.

-Vous devez avoir des lectures plus enrichissantes que les miennes. Ce ne serait que la vérité, après tout il est le doyen de l’université.

*HJ : Le changement de nom est volontaire :p


Un chapeau qui s'envole

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: Îles alentours-
Sauter vers: