AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: 2nd niveau de la cité

[Clos]Charmante connaissance....

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t128-peuple-amelia-clark-proprietaire-de-plantations
Nationalité : ambrosienne
Messages : 128
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: [Clos]Charmante connaissance.... Jeu 6 Avr 2017 - 16:38
Dans un sursaut, je me repousse, écarquillant les yeux pour regarder de Lascelle … non mais les hommes en plus d’être de grossières carcasses insipides, aussi vulgaires que débiles, se comportent comme des animaux stupides. Je n’aurais jamais cru me sentir aussi épuisée que maintenant dans cet échange et face aux parts de mon frère, qui me mettent dans une bonne faveur, je retrouve mes esprits et les dévisagent comme s’ils furent des créatures incapables de marcher sur deux pattes sans passer pour des choses tordues !

Je secoue la tête, et cette tirade ! Par l’innommable qu’un météore les foudroie sur place, je grince des dents, je serre des dents. David reçoit deux coups, je n’en peux plus, mais quand je vois mo frère se bidonner en se tenant, rouge comme un poivrot qui aurait trop bu, je le dévisage. David est un parieur et un bourgeois, il aime aussi mettre des besoins sous le nez, mais pas que ça et Monsieur le comte désargenté ne l’a pas compris.

Alors que de Lascelle s’adresse à moi, j’ai un sourire qui vient sur mes traits, je suis en colère, intéressée par l’appat du gain mais je désapprouve tout, du principe que je n’apprécie rien de ce genre de pensée, il aurait étonnant que j’aime ça.

-Parce que vous pensez réellement que vous pourrez parvenir maintenant ou dans un mois à quoi que ce soit monsieur de Lascelle ? Sérieusement, comment pouvait-il y croire un instant, un seul ! Vous vous surestimez grandement. Croyez-moi. L’enjeu du pari est un appât qui me plait grandement, la seule satisfaction de David sera de vous voir éconduit ou moi à l’égale de toutes les gourdes que vous avez obtenue ? Mais j’exècre les hommes de votre nature, que j’accepte les idioties de mon frère, ce sont là des pardons bien familial, mais vous…vous courrez le jupon comme n’importe quel imbécile et vous pensez pouvoir me faire apprécier les hommes de la sorte. Déjà que mon appréciation de la gente masculine est limitée, vous êtes à l’extrême limite de ce que je peux supporter.

Mieux vaut pour lui qui ne prenne pas cela comme compliment, sinon, je lui en tire une, une vraie, une gifle de femme qui lui rappellera mon bon souvenir, je ne puis en durer plus, tout simplement.

-Pour autant, je sais d’avance ce que vous pensez, vous pensez que je craigne de succomber, me prêtant un effrois quelconque. De ce fait Monsieur de Lascelle, soyons assurés d’être présent, vous aurez vos invitations sans les grappiller. Je tâcherais même de vous faire don de quelques bonus en me déplaçant quelques fois à votre Hippodrome. Maintenant ma nature en a assez supporté.

Je repousse la chaise et laisse tomber sur la table quelques roues, bien plus nécessaire et je m’en vais, sans un signe d’au revoir, plus fâchée encore que précédemment. Je suis bien assez aise de les quitter et je ne pense guère revoir David avant la fin de son séjour, à vrai dire, il me sort par les yeux.

A la table, mon frère pousse un grognement et sourit à Zenon.

-Tu m’as fait mal mon vieux…mais c’était mérité, je te présente mes excuses de t’appâter ainsi. Mais je veux te dire la vérité. –Il laisse un silence pour ce fait et si Zenon accepte. –Ma sœur m’a fait une saloperie que je veux lui faire payer, et je n’ai jamais eu l’occasion que cela arrive. Si t’as besoin de l’argent, tu sais que tu peux me demander, je n’ai cure des roues. Ça provient des plantations qu’elle fait si bien tourner…-Un geste de sa main. – Peu importe, j’aime ma sœur, mais y a des saloperies qu’on peut pas négliger. Tu comprends ? L’humilier ne lui fera pas de mal… au contraire

Et si Zenon vient à demander ce que j'ai fais, David pourra lui expliquer comment je l'ai forcé à abandonner un duel pour présenter de plates excuses humiliantes, me jurant de me priver de ressource et de faire en sorte de perdre l'héritage après en avoir donné vent à notre père.
Franchement, à l'époque, j'aurais cru qu'il perdrait l'héritage des plantations, mais il s'était excusé, il faut croire qu'il a le tabac dans le sang lui aussi etqu'il n'est pas prêt à me le laisser totalement.


avatar
Zenon de Lascelle
Propriétaire (fauché) d'un hippodrome
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 46
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: [Clos]Charmante connaissance.... Jeu 6 Avr 2017 - 19:34
Bon, voilà, c’était raisonnable et ça m’évitait d’avoir à mùe prendre une veste maintenant !  Et puis… oh mais attendez… oui, , bien sur !  Je souris, ravi, quand bien même elle prendrait la mouche, histoire de ne pas lui donner la moinde satisfaction alors qu’elle semblait vexée. Mais vexée de quoi au juste ? J ene comprenais p… ah ben oui, vexée de se rendre compte qu’elle pouvait être probablement comme n’importe quelle femme… oh ça faisait mal hein ! Je ricanais intérieurement alors que madame prenait la mouche !  Je souris et attendis en silence, me demandant ce qu’elle allait dire… allez, un petit effort… était-ce si difficile que cela ? Je la fixais droit dans les yeux avec mon petit sourire ravi sur le coin du visage, comme une sorte de moquerie permanente au visage de la jeune femme… qu’elle endure un peu ça… ça lui faisait du bien d’être un peu rappelée à l’ordre, après tout !  Qu’avaiut-ellede plus que les autres à part de l’argent ?

Bingo !  Finalement j’avais obtenu ce que je voulais !  Non seulement je mangerai à l’œil plusieurs fois, mais en plus sans le savoir, elle venait de perdre son pari !  Car là, j’avais obtenu plus d’elle que de simples échanges verbaux… bien plus, même, avais-je envie de dire… c’étaient les termes du pari… et alors que je la voyais s’éloigner, je jubilais en silence, hors de question que je le lui dise maintenant, ou je perdrai tous les avantages que j’avais gagné… enfin bon, je ne lui souhaitais pas plus la bonne journée qu’elle ne me l’avait souhaité et je restais à la regarder partir, ravi, un petit sourire en coin sur mon visage et un regard plein de jubilation. Oui, je jubilais ! et elle ne le saurait que trop tard…

Tout en criant victoire intérieurement, j’écoutais David d’une oreille plus que distraite. A quoi bon se servir de moi pour une vengeance…. Après tout, nous étions assez proche pour fomenter un coup comme celui-ci sans me forcer la main…

« Tu aurais pu m’en parler avant… »

Je lâchais ça d’un air un rien, comme ça… s’il m’en avait parlé avant nous aurions mis en scène une petite comédie… ou alors nous nous serions arrangés pour qu’il lui arrive une bricole ! Ou du moins, c’était une manière de procéder qui convenait déjà mieux… mais finalement je me décidais à l’interrompre pour lui faire comprendre une réalité. Il ne l’avait pas remarqué, trop obnubilé par son petit nombril.

« J’ai gagné, crétin. J’ai obtenu plus que des échanges verbaux :  des invitations pour chacune de ses soirées, donc des invitations en mains propres et non comme plus un, mais aussi qu’elle viendrait possiblement à l’hippodrome… tu me dois donc sept fois le prix d’un de mes chevaux… J’ne ai vieux boiteu que je te passerai en échange, pour la peine… toutefois… avant de reparti, passe chez moi, et apporte une bonne bouteille… j’ai une idée… »


Prière de me MP sous le compte d'EVERARD ZULLHEIMER
Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: 2nd niveau de la cité-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous sur