AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez|

"The children have never been seen again." | Mélusine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Naomi Sunder
Employée de l'IMPERIAL
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t141-peuple-naomi-sunder-employee-de-l-imperial-terminee#2100
Nationalité : Raclusienne (originaire d'Hishkar)
Messages : 100
Date d'inscription : 16/02/2017
MessageSujet: "The children have never been seen again." | Mélusine Jeu 30 Mar 2017 - 19:02
La découverte du corps de Madeleine avait été rendue publique. L’information n’aurait eu que peu d’importance aux yeux de Naomi si elle n’avait pas choisi de se mêler à ce point de l’enquête sur les enfants disparus. Et voilà que la surveillante des dortoirs était retrouvée morte… Pourquoi ? Toute cette histoire devenait de plus en plus obscure, et l’inquiétude de Naomi s’en ressentait. Déjà un moment qu’elle se sentait suivie. Soit, que ce soit son imagination fertile ou la réalité, elle était donc allée acheter une arme chez Aslak, dans son bien justement nommé magasin Aux armes. Par la même occasion, elle avait croisé – ou entraîné contre son gré – Astan dans sa combine, le prenant comme « protecteur » ou plutôt quelqu’un pouvant créer une diversion. Toute cette enquête commençait donc à mêler plus de monde qu’elle ne le pensait, et elle se retrouvait elle-même dans des situations qu’elle n’aurait pas vraiment imaginées.

Pourquoi y tenait-elle tant, à vrai dire, alors qu’elle se frayait son chemin au tournant des rues, vers l’orphelinat du peuple ? Certains avanceront que depuis le décès de son mari, sa vie était certes devenue d’une platitude ennuyeuse, et que plutôt que de prendre un amant, on s’intéressait aux racontars, ou aux affaires sordides. Naomi n’aimait guère les rumeurs, elle avait donc choisi une quête plus juste. Elle n’avait pas d’enfants, pour autant, elle ne cherchait guère à adopter un gamin abandonné. Non, il faudrait sans doute chercher une autre solution à ses propres mobiles.

L’employée de l’Impérial s’était habillée discrètement pour l’occasion. Elle avait un jour de repos, dû à un trajet éprouvant et particulièrement long, la veille, qu’elle avait conduit, mais plutôt que de se reposer, elle avait préféré continuer son enquête. Continuer ses actions dans l’ombre, si l’on pouvait dire. Elle s’arrêta un bref instant devant la devanture de l’orphelinat, peut-être plus lugubre qu’elle ne l’aurait imaginé. Le Temple d’Aernia non loin aurait pourtant pu faire penser que cela était plus riche. Ou bien ce n’était que dans son esprit…

Une chose était sûre, ce n’était pas la piété du quartier qui empêchait ces enlèvements de pauvres enfants, songea-t-elle.

Elle rentra d’un pas décidé dans l’orphelinat, s’attardant dans l’entrée, ne sachant où aller, ni à qui s’adresser premièrement. Elle avait bien une ébauche de plan, mais cela dépendait de qui voudrait bien répondre à ses questions… Le hall de la bâtisse étant vide, à part le bruit régulier d’une horloge de cuivre dans un coin, elle passa dans la pièce à côté, une sorte de salon d'attente peut-être, à moins que ce ne soit un lieu de réunion pour les enfants ; tombant sur une femme de son âge, qui devait être l’une des personnes s’occupant de l’endroit.

— Excusez-moi… je m’appelle Naomi Sunder. J’ai appris pour votre surveillante, Madeleine. Je vous présente mes condoléances. Que Sarkemos veille sur elle…

Évidemment, on n’aurait pu parler de la surveillante, sans éveiller un air ému, voir un regard embué, chez cette autre femme de l’orphelinat, mais Naomi était décidée à jouer franc-jeu, et d’ailleurs elle détestait l’hypocrisie. En apparence, elle demeurait calme, cordiale, voire douce. Elle ne cherchait nullement à brusquer les gens, préférant user de la gentillesse, pour parvenir à ses fins. La compassion était ce qui la dirigeait, dans cette histoire.

— J’enquête sur les enfants qui ont disparu… J’aurais aimé savoir si vous n’avez aucune information qui aurait pu être utile… si d’autres gens sont peut-être déjà venus vous poser des questions.


A qui cela n'est-il arrivé, d'être libre en apparence, et de se sentir les ailes empêtrées ?
       
avatar
Mélusine Duval
Ministre de l'éducation et des pupilles
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t66-grand-melusine-duval-ministre-de-l-education-et-des-pupilles
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 634
Date d'inscription : 26/01/2017
MessageSujet: Re: "The children have never been seen again." | Mélusine Mar 11 Avr 2017 - 16:42
Les évènements se bousculaient dans la tête de la Ministre de l'Education. Elle se maudissait de ne pas avoir été assez rapide pour retrouver Madeleine vivante. Le Serviteur Aran avait été très réticent pour lui donner les informations qu'elle voulait. Elle n'avait pas appris grand chose de lui si ce n'est l'urgence de la situation, d'autres enfants allaient être enlevés et certainement tués. Mais que cachait vraiment Madeleine ? Cette pauvre fille s'était suicidée, d'après les autorités, sans doute le poids de la culpabilité était devenu trop présent ? Mais Mélusine était persuadée que quelque chose clochait dans cette affaire.

Les enfants ainsi que les autres membres de l'orphelinat White étaient sous le choc. La Ministre voulait essayer de replacer tout ce petit monde dans d'autres orphelinats et éloigner les curieux de l'endroit. Mais ce n'était pas chose facile. Et le coupable pouvait évidemment s'en prendre aux autres orphelinats.

La Ministre se dirigea donc ce jour-là en direction de l'orphelinat White pour voir comment replacer le personnel ailleurs, et prendre de leurs nouvelles. Qu'une telle affaire lui tienne à cœur éveillait l’incompréhension de certaines personnes du Ministère. Soit, la surveillante c'était suicidée et alors ? En quoi la Ministre de l'Education et des Pupilles pouvait-elle y faire quelque chose ? C'était bien ce qu'ils pensaient. Personne ne soupçonnait quoique ce soit. Mais Mélusine voulait vraiment tirer cette affaire au clair et faire en sorte de retrouver le ou les coupables, et qu'aucun autre enfant ne disparaisse. Elle se l'était promis, c'était son combat.

Arrivée sur les lieux, elle pris une profonde respiration et s'introduisit dans la bâtisse. Tout semblait calme. Mais elle s'arrêta un instant en entendant quelqu'un parler. Une voix de femme qu'elle ne reconnaissait pas vraiment. Discrètement, Mélusine avança doucement sans faire de bruit en direction de la voix. Quelqu'un qui soit disant enquêtait sur la mort des orphelins. Ces propos étaient plus que suspicieux. Qui donc venait se mêler de cette affaire ? Certainement encore un journaliste ! Mélusine sentit monter en elle la colère et le dégoût. Oh oui, cette personne allait devoir déguerpir vite de l'orphelinat si elle ne voulait pas se mesurer à la foudre de la Ministre.

Elle fit son apparition dans l'encadrement de la porte du salon, les bras croisés et un air maussade. Elle vit une femme blonde de dos et croisa le regard de la directrice qui semblait déstabilisé par sa venue. Comme à son habitude, la Ministre n'avait pas prévenu de sa visite. Elle ne laissa pas le temps à la directrice de dire quoique ce soit, mais elle s'adressa à la femme qu'elle ne voyait que de dos.

- Pas de journaliste ici ! Sortez ! Allez écrire vos torchons ailleurs !

La voix de Mélusine était sévère et son ton strict. Elle n'avait pas de pouvoir contre la liberté d'expression journalistique mais elle avait encore de l'influence sur les lieux. Et si quelqu'un n'était pas le bienvenue, il devait immédiatement prendre la porte.


avatar
Naomi Sunder
Employée de l'IMPERIAL
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t141-peuple-naomi-sunder-employee-de-l-imperial-terminee#2100
Nationalité : Raclusienne (originaire d'Hishkar)
Messages : 100
Date d'inscription : 16/02/2017
MessageSujet: Re: "The children have never been seen again." | Mélusine Dim 23 Avr 2017 - 19:00
Le début d’interrogatoire tourna vite court ; à vrai dire il y avait à peine eu le temps que cela en soit un. Naomi avait tout juste posé quelques questions et exprimé la raison de sa venue, à une directrice de l’orphelinat plutôt désarçonnée, qu’une autre voix de femme retentit avec force derrière elle. Naomi se crispa, ne s’attendant pas à une telle attaque verbale aussi sévère, mais se retourna d’un cran, plantant un regard azur résolu sur la femme qui venait de l’accuser d’écrire des torchons et de la traiter de journaliste. Toutefois, elle n’était qu’une modeste nouvelliste aux récits sans cesse inachevés, et ne risquait guère de se faire publier un jour dans les journaux…

— Je ne suis pas une journaliste et je ne cherche qu’à savoir ce qui se passe vraiment avec ces disparitions d’enfants, lâcha-t-elle, froidement, avant de réaliser à qui elle avait affaire.

Du temps s’était écoulé, mais elle reconnaissait sans peine le traits de la mère éprouvée qui était venue, trois ans plus tôt, à l’agence de l’Impériale en demandant à parler au directeur, au risque d’un scandale. Ce visage s'était gravé dans sa mémoire. Sauf que depuis, cette femme avait fait du chemin : elle était désormais la Ministre de l’Éducation et des Pupilles, la place précédemment occupée par son mari. Naomi se sentit mal, d’avoir réagi aussi violemment sur l’instant, mais il n’était pas de son genre de se laisser insulter, à tort qui plus était.

Elle hésita, mais elle eut un regard plus respectueux, la seconde d’après. Pourtant, rien dans son attitude fermement campée n’avait bougé : elle se tenait toujours droite et assurée, certaine d’être dans son bon droit, et en tout cas aucunement disposée à décamper sans avoir ce qu’elle était venue chercher, Ministre ou pas en face d’elle. Une part de son esprit soupçonnait à quel point il était dangereux de jouer avec le feu, mais ses intentions étaient louables, et honnêtes : elle n’avait aucune raison d’obéir à l’ordre de partir. Et puis, que risquait-elle, dans cette lente destruction qu’elle entamait sans même s’en rendre compte ? En vérité, elle n’avait pas grand-chose à perdre.

La brève rencontre de trois ans plus tôt pouvait faire tourner les choses, plus ou moins bien, selon le souvenir qu’en gardait la Ministre, mais c’était du moment présent que Naomi s’occupait, et elle voyait qu’en tout cas elle n’était pas la bienvenue. Mais cette « familiarité » lui permettait au moins de s’exprimer à cœur un peu plus ouvert et de défendre son point de vue.

— Ça fait plusieurs semaines que j’enquête sur les enlèvements d’enfants. Ce n’est pas un crime, que je sache, déclara-t-elle, la voix moins froide, mais l’intensité de son regard ne diminuant pas devant la sévérité de Mélusine. Au contraire, au rythme où ça continue, je commence à me demander si la gendarmerie s’en occupe vraiment, de ce qui arrive au peuple.

Son franc-parler lui porterait peut-être préjudice, mais tant pis… Elle verrait bien dans les secondes qui suivraient, si la Ministre lui ordonnait encore une fois de décamper.


A qui cela n'est-il arrivé, d'être libre en apparence, et de se sentir les ailes empêtrées ?
       
avatar
Mélusine Duval
Ministre de l'éducation et des pupilles
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t66-grand-melusine-duval-ministre-de-l-education-et-des-pupilles
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 634
Date d'inscription : 26/01/2017
MessageSujet: Re: "The children have never been seen again." | Mélusine Ven 16 Juin 2017 - 15:42
Mélusine découvrit avec un étonnement non dissimulé le visage de la femme qui demandait des renseignement. Ce visage lui rappela les temps douloureux. Comment oublier cette femme qui l'avait aidé quelques années auparavant lors de l'accident de son fils et qui travaillait à l'Impérial. Comment s'appelait-elle déjà ? Mélusine ne mit que quelques secondes à se rappeler de son nom. Sunder. Oui c'était bien ça. Mais que pouvait-elle bien faire à l'Orphelinat et qu'avait-elle à y gagner ?

La Ministre se calma instantanément en lui lançant un air étonné. Madame Sunder n'était certainement pas une journaliste, mais elle ne comprenait pas pourquoi elle s'intéressait aux enfants disparus. Il faut dire que la majorité des citoyens s'en fichaient royalement.

- Madame Sunder ?

La surprise se lisait dans le visage de la Ministre. Elle prit un ton plus calme avant de continuer.

- Pardonnez-moi, ces temps-ci il y a quelques journalistes un peu trop curieux qui importunent l'Orphelinat et les enfants... Je vous ai pris à tord pour l'un d'eux.

Mélusine s'approcha de Naomi. Elle enquêtait donc aussi de son côté. La Ministre ne pouvait que constater ce qu'elle avait déjà vu trois ans auparavant, cette femme avait bon fond et un grand cœur. Et cela était plutôt rare ces derniers temps. Elle fit un petit signe de la tête à la directrice signifiant qu'elle s'en occupait et qu'elle pouvait les laisser. La directrice compris le geste et les laissa alors toutes deux dans la pièce tandis qu'elle en sortait.

Alors la Ministre se tourna vers Naomi, un regard compatissant et elle prit un ton posé et lui parla à la limite du chuchotement.

- Je dois dire que je ne m'attendais pas à vous voir ici. Je suis même très étonnée de voir une citoyenne se préoccuper de ces disparitions. Malheureusement, on ne sait pas grand chose, et la directrice non plus. Nous allons placer les enfants de cet orphelinats ailleurs ainsi que le personnel. Avez-vous trouvé des indices de votre côté ? Mélusine marqua une courte pause. Ecoutez, nous ne devons pas chercher ainsi chacune de notre côté, nous devons communiquer. Mais sachez où vous mettez les pieds, cette affaire sordide peut être vraiment dangereuse. Les autorités ont l'air de prendre ça trop à la légère, mais nous avons l'appui total de l'Impératrice.

Mélusine continua de regarder Naomi tout en réfléchissant. Peut être que cette femme était justement la personne qui pourrait aider grandement la Ministre dans cette affaire, et passer beaucoup plus discrètement dans les endroits que Mélusine ne pouvait franchir sans être reconnue. Infiltrer le bas peuple.


"The children have never been seen again." | Mélusine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: 3ème niveau de la cité-
Sauter vers: