AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez|

Rencontre à la carte [Pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Richard Welton
Ministre de la justice
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 12
Date d'inscription : 04/04/2017
MessageSujet: Rencontre à la carte [Pv] Sam 8 Avr 2017 - 16:16
Tant de travail, trop de travail, la force dd l’habitude me faisait résister, mais je doutais d’être capable de tenir ce rythme indéfiniment ! Peut-être devrais-je prendre un assistant ? Oui, ce ne serait pas forcément une mauvaise chose ! Mais trouver quelqu’un de propre sur lui, d’efficace, et de fiable, c’était une tâche ardue ! En effet, j’avais beaucoup de mal à accorder ma confiance, qu’elle soit personnelle ou professionnelle ! Je devais trouver une solution car sinon l’expression familière de se tuer au travail allait bel et bien devenir littérale ! Mais que voulez-vous… était-ce de ma faute si j’avais beaucoup de travail, et comme si tout cela n’était qu’une vaste blague, je devais aussi régler les problèmes des médias en ce moment trop invasifs dans les enquêtes… peut être aurais-je du proposer une nouvelle loi sur le sujet ? Non, non. Le sensationnalisme journalistique était une purge… et souvent cela avait pour effet de causer la création d’imitateurs. Salopards de fouille-merde. Ils me mettaient en rogne. Je soufflais un bon coup et regardais la masse de dossiers sur mon immense bureau… il en était couvert… je soupirais de nouveau et me levais, sentant une légère douleur dans les reins. Je regardais l’heure… et ouvris des yeux ronds comme des billes. Quoi, déjà neuf heures ?

Il était neuf heures du matin et je n’avais, une fois n’était pas coutume, pas dormi de la nuit… j’&étais dans ces histoires d’enlèvement d’enfant depuis hier soir relisant tous les rapports de police, tous les rapports de légistes…. J’avais peut-être une piste…. Il me fallait une table sans rien dessus, et une carte… je me rendais peut-être compte d’une chose ! Il fallait que je vérifie… mais toutes mes cartes étaient gribouillées, annotées, à cause de différentes affaires… il m’en fallait une autre. La bibliothèque impériale serait-elle ouverte à cette heure-ci ? Sans doute…

En fin de compte, j’aurai peut-être dû faire ce que me conseillait ma secrétaire, Morticia m’avait conseillé de faire installer un petit lit d’appoint, une paillasse de base, pour dormir quand je le pouvais ici, au lieu de m’abimer la santé. En effet, j’aurai pu me faire des micro-siestes dessus… j’y réfléchirais ! Mais bon, je sortais de mon bureau et je la croisais dans le hall de l’entrée des bâtiments du ministère de la justice ! Et je ne répondis, bien sûr, à son regard accusateur qui m’accablait du reproche de ne pas avoir dormi par une simple demande pour une grande carafe de Kaf, un dérivé du café beaucoup plus fort du café, qui utilisait une partie des grains et qui donnait un coup de fouet plutôt violent. Je carburais à ça ! Elle rajouta sur un ton tout aussi accusateur que son regard qu’elle allait aussi me fournir une bassine d’eau chaude et un linge pour que je puisse me rafraichir le visage. Elle alla même, la saleté, jusqu’à me demander si je voulais qu’elle passe prendre une tenue chez moi. Je grognais rapidement que la mienne était propre – bien que froissée – et qu’au pire j’avais une autre tenue dans ma commode…

Quand elle se racla la gorge, je compris, et je retournais dans mon bureau, et attendis d’avoir de quoi me débarbouiller pour me changer avant de sortir. Je ne pouvais pas lui reprocher grand-chose, elle pensait à mon bien, je le savais, mais voir cette jeune femme qui pourrait être ma fille me faire des remontrances sur ma tenue, ou mon état… parfois, ça faisait un peu mal à l’ego… ça me donnait l’impression d’être un enfant avec sa mère et je n’aimais pas ça. Mais bon, je l’avais engagé pour veiller sur moi… enfin, je crois… je ne sais plus vraiment quand j’y pense… à la base, elle ne devait pas juste se charger de mon courrier et de mon emploi du temps ? Là j’avais un doute…

Enfin bref, je n’eus « l’autorisation » de sortir d’une fois débarbouillé et changé… et la moitié de la carafe de Kaf ingurgitée. Je me rendis directement au palais pour fouiller la bibliothèque impériale. Je me souvenais d’une très vieille affaire dont la disposition était similaire… ou du moins j’avais l’impression, et je voulais retrouver une vieille carta avec la moindre venelle d’indiquée pour cela ! Je fonçais donc au palais, en fiacre puis à pied dans les couloirs, les gens s’écartant instinctivement de mon chemin – ou alors je les évitais, je ne savais plus exactement – jusqu’à arriver à la bibliothèque royale. Je la connaissais fort bien et répondais par un petit grognement au « bonjour monsieur le ministre » qu’on me lançait. J’allais vers la section des cartes et en ouvrait une. Trop récente, je la posais sans la ranger. La suivante ? Pareil. Et encore une qui n’allait p… ah, si peut être ! Il m’en fallait une par niveau concerné ! Je choisissais plusieurs cartes pour comparer et je =signalais que je prenais celles-ci à la personne chargée de la conservation des lieux. Elle me demanda fort aimablement si elles seraient encore utilisables après. Je ne répondis pas, déjà plongé dans mes pensées. J’avais au total sélectionné plus d’une douzaine de cartes… il ne restait plus qu’à dégager mon bureau. Me souvenant de toutes ms enquêtes passées, j’avais juste besoin d’un support pour les replacer physiquement. Peut-être userai-je de simples épingles colorées pour repérer les différents endroits au lieu d’user de crayons à papier, comme je le faisais habituellement…

Tenant toutes la cartes sous le bras sauf une que j’avais déplié, je marchais, soucieux, cherchant déjà à vérifier mes pensées, tout en marchant, manquant plusieurs fois de faire tomber mes documents jusqu’à ce que… crac, par mégarde, la tête de quelqu’un passe au travers de la carte tendue… une tête féminine… oui, bon ben en même temps, il ne fallait pas se mettre sur ma route ! Ce papier était fragile, alors les autres devaient faire attention !

« Vous ne pouvez pas regarder où vous vous arrêt… oh bonjour Mélusine. »

Ah était chouette avec une carte autour du cou…
avatar
Mélusine Duval
Ministre de l'éducation et des pupilles
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t66-grand-melusine-duval-ministre-de-l-education-et-des-pupilles
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 659
Date d'inscription : 26/01/2017
MessageSujet: Re: Rencontre à la carte [Pv] Mar 18 Avr 2017 - 14:15
Mélusine finissait d'écrire son compte rendu à l'Impératrice sur l'affaire des enfants disparus et sur l'orphelinat White. Elle n'avait plus de piste depuis le suicide de Madeleine. Mais elle tenait à faire un compte rendu régulier de ses recherches à sa Majesté. Elle s'était levée très tôt ce jour-là pour profiter du calme du Ministère de l'Education, c'était l'heure à laquelle elle préférait travailler. Il n'y avait encore personne dans les couloirs, juste le personnel qui venait nettoyer les lieux comme chaque matin avant qu'une nouvelle journée de travail ne commence. Même Aÿmerik n'était pas encore arrivé.

Dernièrement ses nuits étaient agitées, elle avait du mal à trouver le sommeil et cette affaire lui prenait beaucoup de temps. Elle se déplaçait plus régulièrement dans les orphelinats pour prendre des nouvelles des enfants et voir si tout allait bien. Elle avait toujours peur qu'un autre crime affreux ait lieu et il n'y avait pas non plus de traces des enfants enlevés. Madeleine avait pourtant confessé au Serviteur Aran qu'il y aurait d'autres enlèvements et d'autres meurtres, et la Ministre prenait cela très au sérieux.

Elle rangea soigneusement la lettre dans un dossier qu'elle glissa dans une enveloppe puis pris d'autres dossiers de son bureau sous son bras. Elle allait partir pour le Palais Impérial mais elle prenait un peu de lecture pour le trajet. Il n'y avait pas que l'affaire des orphelins à traiter, mais les autres dossiers ne pouvaient pas non plus attendre. Elle rangea son bureau, tout devait être à sa place comme d'habitude, et se mit en route.

Arrivée au Palais, elle alla remettre l'enveloppe à l'intendance de sa Majesté, la personne qui s'occupait des papiers administratifs et qui avait l'habitude dernièrement de voir Mélusine en personne remettre ses comptes rendus. La Ministre aurait très bien pu prendre un coursier, mais comme elle comptait sortir pour prendre des nouvelles des orphelinats, elle pouvait très bien faire un détour pour remettre le dossier.

Elle parcourait les couloirs du Palais, plongée dans ses pensées, et lisait une note que son secrétaire avait rédigé la veille sur l'arrivée d'autres pupilles à la capitale. Au détour d'un couloir, elle fonça s'en sans rendre compte sur quelqu'un. Elle n'eut le temps que d'émettre un petit cri dans un bruit de déchirement, en lâchant ce qu'elle tenait dans les mains. Elle se retrouva ainsi face à face avec Richard, ne comprenant pas bien ce qu'il venait de se produire.

Elle s'aperçut alors de la situation gênante dans laquelle elle se trouvait, une carte autour du cou. Elle l'ôta rapidement en la déchirant encore plus en la remettant maladroitement entre les mains du Ministre de la Justice, ses joues s'empourprèrent, et elle se trouvait totalement idiote. Elle jeta un bref regard autour d'elle pour voir si personne n'avait remarqué ce petit accident.

- Je... Que... Ex.. Excuse-moi Richard, je ne t'avais pas vu... Bonjour...

Elle passa sa main dans ses cheveux avec gêne avant de constater que la pile de dossier était éparpillée par terre, et que toutes les feuilles s'étaient mélangées. Elle s'accroupit en soupirant devant Richard pour ramasser ses affaires.

- Je ne m'attendais pas à te voir ici de si bonne heure. Elle constata que le Ministre avait également les bras chargés et qu'il était en train de piétiner l'un de ses rapports. Pourrais-tu s'il te plaît lever un peu ton pied gauche ?

La situation semblait plutôt grotesque, mais Mélusine essayait de garder son calme dans cette confusion. Ah ça, pour une rencontre inattendue...


avatar
Richard Welton
Ministre de la justice
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 12
Date d'inscription : 04/04/2017
MessageSujet: Re: Rencontre à la carte [Pv] Mer 3 Mai 2017 - 23:00
La situation était étrange, et pas forcément attendue… oui, en vérité je ne m’attendais pas à croiser qui que ce soit d’intéressant à cette heure-là… mais bon. Je souris et appréciais d’avoir rencontré Mélusine, même si la carte était désormais en très mauvais état et était donc inutilisable ! Intérieurement, donc, je rageais un peu, j’allais devoir retourner dans la bibliothèque, me faire incendier, et ensuite repartir vers mon bureau pour travailler. Encore tellement à faire… et voilà que je repartais dans mes pensées, sans réfléchir… d’ailleurs elle me sortit de mes pensées pour me dire qu’il fallait que je lève le pied…

« Quoi ? Comment ça lever le pied ? Non, non, et non ! Je te remercie de penser à moi et ma santé, mais j’ai beaucoup trop de travail pour lever le pied ! On verra quand tout ce foutoir sera réglé… oh ! »

Oui, je m’enflammais, j’avais sous le pied un feuillet d’un rapport... je levais le pied et me décalais, même si j’avais les bras plein de mes propres documents. Trop de travail, toujours trop de travail ! J’en étais harassé et nul doute que j’allais vieillir précocement… je lui souris et la regardais finir e out ramasser. D’ailleurs en parlant de travail, je n’avais pas encore lu son rapport, sinon je m’en souviendrai… je savais qu’elle enquêtait de son côté… et j’attendais donc en toue logique un apport sur les morveux qui disparaissaient… mais je ne l’avais pas encore…

« D’ailleurs, où en es-tu d’un éventuel rapport sur tes avancées dans l’enquête ? J’attends d’avoir des informations… à quoi bon me penche sur les pistes que u explores, au juste, autant que je cherche ailleurs pendant ce temps… mais du coup j’ai besoin d’avoir des rapports détaillés de tes progrès ! Ces fumiers…. Il faut les coincer ! »

Oui, je disais une évidence, mais bon, je ne faisais la conversation que pour la politesse… même si j’aimais beaucoup Mélusine, j’avais trop de travail pour m’arrêter longtemps par ici ! Et sans doute elle aussi… mais bon, je comprenais aussi ce besoin de résultats qu’elle avait. Je lui souris et reprenais la parole.

« Comment vas-tu… je sais, je ne pends aucunes nouvelles, mais je dors presque au bureau ces derniers temps ! »

Non que ça change beaucoup de d’habitude… mais le fait était que je risquerais sans doute de perde mon travail si je faisais chou blanc…
avatar
Mélusine Duval
Ministre de l'éducation et des pupilles
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t66-grand-melusine-duval-ministre-de-l-education-et-des-pupilles
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 659
Date d'inscription : 26/01/2017
MessageSujet: Re: Rencontre à la carte [Pv] Lun 19 Juin 2017 - 15:19
Mélusine constata que Richard était plutôt hargneux ce matin-là. Elle le trouvait beaucoup plus stressé depuis qu'il était devenu Ministre de la Justice. Les rumeurs comme quoi le Ministre prenait une drogue excitante ne pouvait que s'avérer réaliste lorsqu'il était dans cet état.  Ah qu'il était loin le temps où ils étaient insouciants...

Elle rangea ses papiers du mieux qu'elle le pu en soupirant de voir une trace de pas sur l'un d'eux. Elle se releva en tenant fermement ses dossiers sous le bras et en regardant son interlocuteur. Il avait changé lui aussi, il était devenu soucieux, l'air fatigué, de petites rides se formant au coin des yeux.

- Calme-toi Richard, je t'en prie. Cette affaire est abominable, et nous faisons tout ce que nous pouvons pour l'élucider. Mais prend le temps de respirer un peu, on ne peut pas y laisser notre santé, les victimes ont besoin de nous et de notre mental intact.

Elle avait prononcé ses paroles avec douceur, mais en vérité elle s'inquiétait pour Richard. Elle lui tendit un dossier qu'elle avait sous le bras. C'était la copie de ce qu'elle avait remis aux mains de l'intendant de l'Impératrice. Malheureusement, il n'y avait pas beaucoup de pistes sur les disparitions, et l'affaire avait plutôt l'air de stagner.

- Tu devrais savoir depuis le temps que je ne t'oublies pas... Mélusine prit conscience de la phrase qu'elle venait de dire et se rattrapa. Enfin, pour ce qui concerne le travail... J'allais justement t'envoyer mes recherches, tu allais les avoir sur ton bureau ce matin. Mais puisque tu es là, autant que je te le donne directement.

Mélusine constata que Richard ne pouvait prendre plus de choses dans ces bras. Aussi fit-elle le geste pour le débarrasser un peu de ses cartes.

- Attends laisse-moi t'aider. Je vais t'accompagner.

Oui, il ne donnait plus trop de nouvelles, mais elle non plus. Leur travail respectif les accaparait comme jamais. Et l'affaire des enfants disparus ne venait que compliquer leur relationnel. Et puis Mélusine évitait de trop le voir en dehors de son boulot. Il y avait toujours eu cette gêne vis à vis de leur passé. Même si le temps s'était écoulé depuis, qu'ils avaient eu chacun une vie et une famille, quelque part cet ancien coup de foudre ne s'était jamais totalement refermé. Elle l'avait aimé malgré tout.

- Je vais bien, je te remercie. Enfin, j'essaye. Elle lui fit un sourire timide. Nous vivons des temps difficiles, n'est-ce pas. Notre métier nous absorbe tout notre énergie.

Elle lui prit quelques cartes qu'il avait sous le bras, et lorsque sa main frôla la sienne, un petit frisson lui parcourut l'échine. Mélusine n'était plus habituée aux contacts physiques depuis bien longtemps, et elle n'aimait pas qu'on la touche en général, mais elle ne pouvait cacher qu'elle se sentait plutôt en sécurité avec Richard et que le contact n'était pas si désagréable.


avatar
Richard Welton
Ministre de la justice
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 12
Date d'inscription : 04/04/2017
MessageSujet: Re: Rencontre à la carte [Pv] Lun 26 Juin 2017 - 18:28

Me calmer… me calmer ? Comment ça me calmer ? Elle se rendait compte de la masse de travail que j’avais en ce moment ou pas ? Entre ce salopard d’Ambrose Lampré, ces disparitions, et tout le travail habituel qui allait avec… c’était une véritable purge ! Je soupirais et je tachais de rester calme avec Mélusine. Elle ne méritait pas que je m’énerve contre elle. Même si ça m’aurait fait un bien fou ! J’avais besoin d’exploser un peu, de laisser libre court à ma rage ! M’en libérer aurait fait beaucoup de bien, et j’aurai pu repartir sur des bases plus saines et des bases plus légères. Ce serait parfait !

« Mais lâcher un peu la bonde à la colère n’est parfois pas désagréable… ça permettrait de repartir sur un comportement et un mental plus froid et plus logique. »

On sentait que je bouillais, c’était évident, et je pris le dossier pour finalement la regarder, le dossier, je le consulterai dans le moyen de transport. Ce serait plus simple ! Ces recherches étaient, vue l’épaisseur du dossier, très maigres. Mais bon, à cheval donner on ne regardait pas les dents, n’est-ce pas ? Je fis un sourire, un peu forcé, certes, mais un sourire tout de même, et j’acceptais d’un mouvement de la tête qu’elle m’accompagne.

« Merci. »

Quant à vivre des temps difficiles… elle n’avait jamais travaillé comme ministre de la justice. Tout était toujours dans ce même état… contrairement à son travail, moi j’avais toujours des urgences, en permanence. Les temps n’étaient pas plus difficiles qu’avant. Certaines enquêtes étaient juste plus compliquées. Toujours cette histoire de meurtre du prince consort à régler, notamment !

« Ce n’est pas nouveau. Nous exerçons un sacerdoce. Nos emplois du temps sont, comme le dit l’expression, de ministre. Nous avons du travail, beaucoup de travail, et dormir devient un luxe en ce moment. Mais les temps n’ont pas changé. Les gens, oui. Avec tous ces traqueurs d’impie… les gens deviennent fou… tuer reste un crime, que ce soit au nom d’un dieu ou d’une idéologie quelconque… bande de sagouins ! »

Avec politesse, je lui proposais mon bras, vu qu’elle tenait mes cartes.

« Les êtres sensés se font de plus en plus rares… »
avatar
Mélusine Duval
Ministre de l'éducation et des pupilles
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t66-grand-melusine-duval-ministre-de-l-education-et-des-pupilles
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 659
Date d'inscription : 26/01/2017
MessageSujet: Re: Rencontre à la carte [Pv] Lun 24 Juil 2017 - 16:47
Mélusine semblait être tout le contraire de Richard. Elle avait déjà eu des accès de colères mais rarement, elle était en général beaucoup plus posée, et elle se disait que ce sentiment ne servait et n'aboutissait à rien. Mais le Ministre de la Justice n'était pas du même avis, aussi elle ne fit aucune remarque sur cela. Parfois, il était préférable de ne pas contrarier un homme.

Elle comprenait pourtant bien que Richard était débordé niveau travail, mais elle ne l'était pas moins entre l'affaire des orphelins, les pupilles à gérer, les orphelinats à améliorer, et l'éducation scolaire des enfants. Certes, ce n'étaient peut être pas toutes des affaires de vols, d'assassinats, ou de disparitions, mais on ne pouvait pas dire qu'elle se tournait les pouces.

Mélusine accepta poliment le bras de Richard avec un sourire. Cela lui fit plutôt bizarre de marcher ainsi à côté de lui. Elle se souvenait de ces promenades jadis dans les jardins de la cité, où ils riaient ensembles, savourant ces moments particuliers, s'embrassant en cachette, leurs corps languissants... Elle essaya d'ôter ces dernières images de son esprit. A quoi bon revenir là-dessus ? Le destin les avait séparé et il était absurde de repenser à tout cela.

- Que dirais-tu que l'on se pose quelques minutes pour boire une tasse de thé ? Mélusine ne voulait pas lui proposer un verre d'alcool de si bon matin et encore moins une boisson trop excitante. Il était déjà bien énervé ainsi. Et ensuite je te raccompagne au Ministère, et je t'aide pour l'avancement du dossier des orphelins disparus ? Deux têtes valent mieux qu'une.

Elle lui fit un de ces rares sourire charmeur, qui à l'époque, ne laissait pas les garçons insensibles. Elle avait fait ce sourire plutôt naturellement, sans sous entendu derrière. Richard restait tout de même un ami, et une personne qu'elle estimait beaucoup.

Il n'était cependant pas tout à fait au courant de tout ce qu'entreprenait Mélusine sur l'affaire des enfants disparus dans son dos. Elle faisait bien plus que le travail d'une simple Ministre de L'Education, elle s'était transformée en une sorte de détective avec d'autres personnes comme Aÿmerik ou Naomi. Si Richard savait qu'ils se mettaient ainsi en danger sans que ce soit leurs emplois, il ne serait certainement pas content. Mais ce qui importait à Mélusine, c'était de découvrir la vérité, même si elle devait y mettre les bouchées double et déranger le travail des inspecteurs de police.


avatar
Richard Welton
Ministre de la justice
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 12
Date d'inscription : 04/04/2017
MessageSujet: Re: Rencontre à la carte [Pv] Dim 30 Juil 2017 - 20:57
Une cité, un Etat, dans lequel le crime existait était un Etat en bonne santé, en général du moins et quand cela ne dépassait pas certains taux. Taux que je faisais en sorte de garder aussi bas que possible. Et même si j’avais le plus grand respect pour le travail de mes confrères et consœurs, j’estimais que c’était hélas bien secondaire que leurs occupations, pas triviales, hein !  Juste secondaires. La loi et l’ordre, et ensuite seulement venait le reste !  Logique à mes yeux ! Mais elle pensait sans doute comme moi vis-à-vis de son ministère, non ? Je lui souris et restais un peu silencieux… prendre une pause pour se poser autour d’une tasse de thé… je ne savais pas si j’aurai le temps. Je glissais une main dans ma poche. La poche où Morticia me mettait tous les matins un papier me rappelant le programme de la journée… je l’en sortais pour le regarder et je grognais un peu. Encore une journée trop pleine pour enquêter vraiment. Le terrain me manquait… beaucoup, même. Le plaisir de chasser les criminels sur le terrain, de remonter les pistes… il fallait que je fasse en sorte de mettre mes dernières idées en application… que je vois si elles étaient vraies…

« Merci, c’est très gentil de ta part, mais je n’ai pas le temps, et je doute que tu l’aies aussi… je dois vérifier mes dernières idées… et ensuite je dois recevoir plusieurs hauts fonctionnaires. Ensuite j’ai une réunion avec les différents commandants de cercle qui promet de durer longtemps, très longtemps. Et ça m’amène déjà à 16h… tu rajoutes à cela que je vais devoir cesser de travailler pour déjeuner rapidement… non… j’adorerai mais j’ai beaucoup trop de travail… »

J’aurai aimé passer plus de temps avec elle… mais j’étais trop accroc à mon job pour me couper facilement du travail. Et je ne voyais pas à qui je pouvais déléguer tout ça, de toute façon ! Pas à Morticia. Comme secrétaire elle était très bien, très attentionnée. Elle avait un très grand cœur et un très bon fond. Mais elle n’était pas assez futée pour lui déléguer des taches plus complexes…

« Quant à travailler ensemble sur le dossier des orphelins… ne devrais-tu pas me laisser la main là-dessus ? Cette affaire concerne les gendarmes, pas le ministère de l’éducation… les enquêtes criminelles sont mon droit régalien, et si je comprends que tu veuilles obtenir le fin mot de l’histoire, puis-je te demander de laisser les professionnels faire leur travail ? Je comprends que tu te déplaces dans les orphelinats concernés, mais s’il te plait, n’enquête pas par toi-même. C’est dangereux cette histoire et je pense que le pire est à venir… alors s’il te plait, laisse-nous, mes hommes et moi, enquêter. Toutefois, si tu veux, tu pourras me donner ton avis sur mes théories et mes déductions… mais s’il te plait reste à ta place de ministre de l’éducation. Et non de ministre de la justice et de l’intérieur. »

S’il fallait, pour la protéger, en parler à L’Impératrice, je le ferai sans hésiter un seul instant, pendant le prochain conseil des ministres s’il le fallait… sans animosité contre elle, bien sûr, juste pour la protéger, et pour éviter de compliquer mon travail plus qu’il ne l’était déjà. Je n’avais pas besoin que mes gendarmes arrivent sur place pour qu’on leur dise « quelqu’un de chez vous est déjà venu me poser des questions, vous n’avez qu’à lui demander. Si elle me court-circuitait, même sans faire exprès, je devrais la forcer à botter en touche, quitte à me la mettre à dos. Mais cela ne me ferait pas plaisir du tout !

Rencontre à la carte [Pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: Palais impérial :: Rez-de chaussée-
Sauter vers: