AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez|

[CLOS]Dégustation aux plantations Clark.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t128-peuple-amelia-clark-proprietaire-de-plantations
Nationalité : ambrosienne
Messages : 80
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: [CLOS]Dégustation aux plantations Clark. Sam 8 Avr 2017 - 16:42
Buffet de gourmandise d’après-midi, café, chocolat et thé, ainsi qu’autres breuvages plus masculins mais les premiers visant à occuper les dames, les Clarks savent recevoir, ma mère et mes sœurs sont présentes pour la forme mais étrangement s’occupent des enfants, mon frère est bien loin et je déambule parmi les invités, des employés de l’entreprise aussi occupés à plaire, je porte un merveilleux sourire sur mes lèvres.

Quelques acheteurs d’Opiumerie ont fait le déplacement, par curiosité, les ventes dans le domaine, tout à fait libéral, ne font point office de dégustation, ce serait bien déplacé. Mais ils aiment le tabac et ne s’en cachent pas, certain le mélange avec des plantes emportant aussi les sens mais dont je ne connais rien et dont je me fous un peu.

Evoluant avec une aisance sans égale, il faut croire que mon expression souveraine aura tot fait de s’estomper. Il suffit d’un mouvement, de se retourner et de distinguer une silhouette que l’on espérait ne pas voir. Celle de Zenon de Lascelle. Dans le corsage d’une robe aux teintes brunes et beige, j’aperçois l’idiot désargenté et je me fends d’un sourire forcé. Bien entendu il a été convié, mais je pensais justement que le prix du ferry ne le dérange, probable qu’il a trouvé un idiot, ou une idiote, pour l’emmener, à moins qu’il n’est mis à la bourse trouée.

Prenant le choix de terminer mes amitiés avec un milliardaire, je laisse le « hasard » nous mener à nous rencontrer, car il faut bien avoir conscience que je ne vais pas aller à son encontre dans l’immédiat et qu’il faudra attendre qu’il fasse le pas ou que l’obligation nous y pousse. Donc il a pu se passer quelques instants avant que l’on ne se retrouve en face à face.

Je tends ainsi ma main comme il convient de le faire.

-Monsieur le comte, quel plaisir de vous voir parmi nous.

Un mensonge certes mais il le sait bien, les autres beaucoup moins.


avatar
Zenon de Lascelle
Propriétaire (fauché) d'un hippodrome
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 24
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Dégustation aux plantations Clark. Sam 8 Avr 2017 - 20:00
Je ne vais pas vous mentir, le trajet m’avait raclé… j’avais plus la moindre petite pièce et je me demandais comment j’allais faire pour revenir chez moi sans le moindre sou ! Bon, je trouverai bien !  Mais bon, je devais avouer que venir chez Madame Clark m’avait ruiné encore un peu plus. Volontairement aurai-je parié !  Et pour ce pari, j’aurai du parier mon hippodrome, je me serai refait en moins de deux ! Enfin bon, je ne comptais pas non plus en faire un fromage auprès de Madame Clark… je me taisais donc un moment avant de commencer à faire la discussion avec les personnes qui m’entouraient, ne cherchant pas forcément à aller parler à notre hôtesse immédiatement. Que manque de courtoisie était-ce là ? D’ailleurs je ne m’attendais pas vraiment à mieux de sa part, mais je ne manquerai pas de mentionner ce manque d’égard si l’occasion se présente.

Finalement, je me trouvai d’un coup face à elle, au gré des conversations, sans l’avoir cherchée. Hors de question d’être allé vers elle directement, elle aurait pris ça comme une victoire, et je ne voulais pas la lui accorder. Non, elle ne méritait pas cette satisfaction, aussi, fus-je surpris quand je la croisais au tours et détours des salutations et présentations. Et voikà, nous nous retrouvions. Je lui fis un impeccable baisemain par pure politesse avant de me redresser.

« Madame Clark, le plaisir est partagé, mais la surprise est entière ! Je commençais à me demander si vous ne vous étiez pas éclipsée par ennui de cette fête que vous organisez…. Ne pas accueillir vos invités à la porte… quelle tristesse pour eux… et vous dont on vante les qualités d’hôtesse… je crains d’être déçu ! Mais je suppose que ce n’était qu’un oubli bien involontaire !  Et puis… cette petite garden party pour tester vos produits est toute à fait charmante ! Je me dois de vous féliciter ! »

Je lui souris et finis par rajouter.

« Votre frère et moi avons eu une très intéressante discussion dont je suis sûr qu’elle pourra vous intéressez… que diriez-vous de marcher un peu et d’en parler de manière plus discrète… je crois qu’il serait très important pour vous… et pour ces lieux, pour ces plantations que vous avez reprises, que nous en connaissiez la teneure… mais est-ce une bonne idée d’en parler en plein milieu de la foule, au lieu de le faire un peu à l’écart ? »

Je lui fis un signe du bras l’invitant à m’accompagner un peu à l’écart Rien de bien caché, juste hors du milieu de la foule…


Prière de me MP sous le compte d'EVERARD ZULLHEIMER
avatar
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t128-peuple-amelia-clark-proprietaire-de-plantations
Nationalité : ambrosienne
Messages : 80
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Dégustation aux plantations Clark. Lun 10 Avr 2017 - 19:03
J’hésite sincèrement entre le tuer ou lui faire une vie d’enfer. Je ne sais pas trop quoi choisir, je pense  que la seconde solution est une idée merveilleuse et passablement splendide, entre nous, il va tellement finir par me haïr qu’il préfèrera encore être entouré de ses créanciers que de moi ! Ses petits piques affables me décrochent un sourire entre le carnassier et le divin, formant une aura de prédatrice en chasse de son lapin.

-La vérité est que je vous ai évité Monsieur de Lascelle, je voulais vous garder pour la fin, ne dit-on pas, le meilleur pour la fin ? Allons ne soyez point fâché contre moi, tout le monde me réclame, d’ailleurs j’ai fait part à Monsieur de Rocheney de votre arrivée. Il est fort impatient de vous voir.

Que de sourire et de convivialité entre nous, sous les amusements des gens qui écoutent. Beaucoup de ces créanciers sont là, dont Monsieur de Rocheney. Cette dégustation est son petit piège à con. J’ai d’horrible perfidie je le sais et j’ai bien envie de le voir vouloir s’échapper de ces gens là, ça m’évitera de le supporter.

-Allons marcher dans ce cas.

Lui signifiais-je, je l’abandonnerais ensuite, et c’est sans conviction que je l’invite à se détourner du lieu d’assemblée, pour contourner vers le jardin, agrémenté par mon père sous les conseils de son frère, oncle Nemrod. Le dos tourné à l’assemblée et n’ayant plus d’oreille indiscrète, je trouve un visage neutre, nul question de lui montrer mon agacement.

-Alors, quoi des stupidités de mon frère est-il important de me parler ? Si vous faites partis de ses oublis de créance avant son départ, sachez que vous n’avez qu’à lui écrire, il fera bien une escale qui vous permettra de recevoir votre argent !

Je ne suis pas bien agréable alors que je suis entourée de si jolie jardin,aux buissons automnales en fin de floraison et sous un soleil ambrosien profitable. Nul doute que je me demande ce qu’il me veut et que je n’apprécie point cette latence qui me contraint à m’éloigner  de la réception


avatar
Zenon de Lascelle
Propriétaire (fauché) d'un hippodrome
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 24
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Dégustation aux plantations Clark. Ven 14 Avr 2017 - 22:17
Oh… Rocheney était là ? J’étais sûr à deux cents pour cent qu’elle l’avait fait exprès ! Elle l’avait, j’en étais plus que persuadé qu’elle l’avait invité pur se venger de m’avoir fait venir… mais bon, je ne pouvais pas apprécier… mais bon, je haussais les épaules comme si de rien n’était, histoire que je donne le change. Je ne cherchais même pas à le chercher du retard, gardant mon calme le mieux possible.

« Si je devais me soucier de chaque fois où je pourrais croiser un potentiel créancier, j’aurai davantage de cheveux blanc... et je n’oserai pas sortir de chez moi… donc bon, inutile de me soucier de cela pour l’instant… de plus j’ai encore huit mois pour le régler avant que je n’ai de sérieux ennuis… d’autant que votre frère a d’ores et déjà payé mes gains d’un tel pari. Je l’ai déjà gagné… mais vous l’auriez su si vous n’étiez pas parti pour essayer de garder votre panache… enfin, j’ai de quoi le rembourser lui, et aussi rembourser le comte d’Aulney, que j’ai déjà vu en rentrant chez vous… on ne peut qu’avouer que vous savez toujours qui inviter ! »

Toutefois il fallait reconnaitre que même si c’était un joli sarcasme déguisé, un camouflet dissimulé, je devais lui montrer que j’appréciais le compliment. Pour la forme.

« Mais que vous désiriez me garder pour la fin me touche profondément, ma Dame ! »

Je lui proposais donc mon bras pour que nous puissions nous éloigner afin de parler en privé. Elle l’accepta, ce qui me surprit un peu, j’aurai cru qu’elle m’offrirait un nouveau petit camouflet, mais non. Aussi me contentais-je de marcher en silence. Son frère m’avait décrit les lieux, il m’avait décrit l’endroit où, probablement, elle me guiderait dans cette situation. Et il n’avait pas tort. Elle m’emmena à l’écart. Pas suffisamment pour qu’elle ne voit plus ses invités, bien au contraire. Mais assez loin pour discuter en toute tranquillité. En effet, la petite haire permettait de voir nos bustes mais le reste était bien dissimulé !

« Eh bien… c’est délicat à dire… »

Je restais silencieux à hésiter, comme nerveux, me décalant un peu avant de prendre la parole…

« Votre frère m’a expliqué ce qui nous a conduit dans cette situation… et j’ai conclu que… que j’allais l’aider à se venger. Aussi, je vous présente par avance toutes mes excuses ! »

Une petite poussée ferme sur ses épaules suffit. Le petit rebord du bassin, haut comme la cheville fit le reste.  


Prière de me MP sous le compte d'EVERARD ZULLHEIMER
avatar
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t128-peuple-amelia-clark-proprietaire-de-plantations
Nationalité : ambrosienne
Messages : 80
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Dégustation aux plantations Clark. Lun 17 Avr 2017 - 13:16
Gagner le pari ? Que foutait-il ici dans ce cas ? Il me faut bien de mon éternel mesure pour ne pas me foutre hors de moi et le faire chasser de mon domaine sans autre forme de procès. Mais je souris, comme si de rien n’était. J’aurais du me douter que mon frère n’allait pas me laisser les gains promis, plutôt mourir le connaissant, je devais donc lui reconnaitre cela. La colère m’a fait raté quelque chose, mais au fond, je ne veux pas même savoir quoi. Cet homme m’exaspère, avec ses minauderies et ses courbettes, je ne sais pas s’il y a quoi que ce soit de plus qui m’énerve en ce monde, que ces choses là.

Je ronge mon frein en ne feignant rien, mordant peut-être au sang l’intérieur de ma joue, mais le faisant avec une tenue sans faille. Il n’est pas question qu’il me désarme au contraire. Nous avançons dans les jardins à l’ambrosienne, parmi des petits murets de buisson d’un mètre, rejoignant au centre un petit bassin. Eloignés des regards des convives, me voilà en tête à tête avec Monsieur de Lascelle.Ma joie est probablement immense, vous n’en avez pas conscience.

Pour autant, je n’ai pas le temps de vraiment faire volteface à son encontre et de lui demander des explications quant à ses excuses prononcées, pour la simple et bonne raison que happée par la surprise de ses gestes, je me sens partir en arrière, un pas aurait suffi à l’accoutumée pour m’empêcher de tomber, mais le talon bute.

Et le corps emporté à l’arrière chute. Je devrais probablement pas en mourir, quoi que…

Dans le mouvement, ma tête cogne à l’arrière, ensuquant mon esprit, qui, une fois mon etre dans l’eau, se retrouve et bien hélas, le visage enfouis. Il va surement falloir quelques instants à Monsieur de Lascelle pour réaliser que je ne me relève pas.


avatar
Zenon de Lascelle
Propriétaire (fauché) d'un hippodrome
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 24
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Dégustation aux plantations Clark. Mer 3 Mai 2017 - 23:05
Oui, c’était sale coup que je lui faisais là… mais ne l’avait-elle pas mérité. Elle était belle, elle était riche, deux critères qui plaçaient en général au-dessus de tout… seulement elle je possédait l’exact pendant négatif : c’était une garce finie, et encore, j’utilisais ce mot pour être poli… mais est-ce que vous aviez déjà entendu parler delle par quelqu’un de moins éduqué ? Eh bien moi oui … et ce n’était pas glorieux ! Elle croisa mon regard alors que je voyais ses yeux s’agrandir démesurément sous la surprise… oh oui, elle ne s’y amendait pas du tout… c’était le but ! Et c’était avec un sourire de ravissement que je la regardais choir comme au alenti dans le bassin… quelle belle vengeance que celle-ci, alors que n’importe qui pourrait la voir honteuse d’être tombée dans le bassin… et nul pour affirmer que je l’avais poussé… officiellement, j’aurai tenté de la rattraper… Impossible de voir les choses autrement… et si elle osait dire le contraire… il y aurait quelque chose de fort simple à rétorquer : elle était sous le choc, ses souvenirs étaient donc diffus, confus et elle avait l’impression que je l’avais poussée alors que j’avais cherché à la retenir, à la sauver… Un homme courageux et plein d’attention ! La presse serait unanime… e ses amis aussi, au moins autant que les miens !

Seulement voilà, après le bruit de splash dans l’eau, quand les autres arrivèrent pour voir mais qu’elle ne remontait pas, je sautais aussitôt dans l’eau, effrayant les carpes présentes et me trempant jusqu’à la taille, à cause des éclaboussures. Je n’avais de l’eau que jusqu’aux genoux. Ainsi, je pus enfin l’en sortir, la portant dans mes bras. Je n’y fis pas attention sur l’instant, mais j’entendis quelques applaudissements… Elle avait les yeux clos et elle ne respirait plus… je posais la main devant son nez… pas un souffle d’air… alors je l’allongeais sur le sol e lançais un brin paniqué qu’il fallait aller chercher de l’aide, du secours… mais la majeure partie des personnes se contentèrent de rester à regarder alors qu’un serviteur accourait… je penchais mes lèves sur les siennes, lui pinçait le nez et soufflait un grand coup. Peine perdue… alors je réalisais ! Le corse ! Je saisissais le haut de sa robe et, bien malgré moi – quoique – je tentais de déchirer difficilement l’étoffe mouillée, y renonçant pour défaire le laçage savant avec fébrilité, faute de couteau pour tout faire plus vite, puis je dégrafais le corset révélant sa lingerie pour commencer un vigoureux massage cardiaque, m’interrompant parfois pour recommencer le-bouche-à-bouche… e quand je massais j’invectivais les autres de reculer, pour gagner de la place et de l’air…

Je ponctuais parfois aussi un peu de légères claques sur le visage jusqu’à ce que finalement je l’entendisse tousser… e dès qu’elle commença à tousser et à estomaquer, je cessais pour retirer ma veste comme si elle me brulait pour la lui passe sur les épaules.

« Tout va bien, tout va bien, vous êtes sauve ! »


Prière de me MP sous le compte d'EVERARD ZULLHEIMER
avatar
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t128-peuple-amelia-clark-proprietaire-de-plantations
Nationalité : ambrosienne
Messages : 80
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Dégustation aux plantations Clark. Dim 7 Mai 2017 - 22:48
L’humiliation…elle est grande, très grande et je vais le détruire pour cela, je vais le détruire Lui et je vais certainement demander des explications à mon frère, ou pas, quand j’aurais l’esprit calme, j’aviserais de ma réaction, par l’Innommable, je vais le détruire.

La mort ne me fait pas peur, mon âme ira nourrir la dévoreuse pour l’aider à se dresser face aux dieux détrônables, les Elus marcheront sur leurs corps, souilleront leur monde et ce pauvre misérable d’Ameth sera vaincu comme s’il n’était rien qu’un morceau de paille défraîchit et abandonné. Je n’ai pas peur de mourir, mais le moment ne semble pas venu, et l’eau vomit de mes lèvres brûlent le font de ma gorge, je tousse, je glisse sur le côté, et je reprends mon souffle en ramenant cette veste sur moi, consciente de la liberté de mon torse.

-Je vais faire de votre vie un enfer…

Murmurais-je à peine audible à ce cher comte, refusant de me donner en spectacle, plus encore, et cette humiliation public…il va la payer très chère. J’ai été gentille avec lui, jusqu’à présent, il va de soit que ce ne sera plus le cas.
Les serviteurs se pressent, un de mes clients médecins félicitent au passage Monsieur de Lascelle, on me demande ce qu’il s’est passé, dans un sourire charmant et plein de confusion, j’explique m’être tant pressée pour la réception, que j’en ai oublié ma santé.

Comme une machine à la vapeur bien cadencée, ce qui vient d’arriver tourne à mon avantage, après tout, on ne se moque pas de « La Cousine » sans craindre un discrédit sociale et entier, je passe l’évènement avec une élégance folle et une aisance magnifique, je trouve même à plaisanter, on m’éloigne de de Lascelle, il vaut mieux pour lui….il vaut mieux.

Que dire…
La réception se continue avec un petit intermède d’absence pour ma part, mais quoi qu’il arrive, la maison Clark est forte de commande et d’achat, mon aisance semble avoir poussé à des achats et des commandes en tout genre, remplissant mon porte-monnaie, je ne vais pas bouder cela. La fin d’après-midi a bien sonné et je suis épuisée, les gens sont partis, mais pas Monsieur de Lascelle. Des hommes se sont chargés de le convier discrètement, à ne pas reprendre le ferry.

Je dépose une cigarette dans le cendrier,assise dans un salon cossue de la maison, on y pousse d’ailleurs, enfin pousse, on y fait rentrer sans délicatesse Monsieur de Lascelle, je suis en train de relire mes comptes. Mes pupilles se redressent et je le dévisage.

-Une humiliation qui a mal tourné je suppose ou vous vouliez vraiment me tuer Monsieur le Comte ? Je me fous totalement de sa réponse, il peut se le dire. [color=white]J’ai une question, pour vous. Une délicieuse question. Combien coute un comte de Lascelle à la location ? Voyez-vous, j’ai bien réfléchis, vous avez essayé de me tuer, ou bien seulement vous vous êtes raté sur une petite boutade aquatique. Cela vous laisses donc un choix. Je vous détruits, tout simplement, vous, votre réputation, vos chevaux, bien que pour la réputation ce ne soit pas difficile. [/b] Il peut essayer de répondre, je m’en fous. Rien ne m’atteindra en vérité, car j’ai décidé de le considérer comme ce qu’il est : rien. Et je ferais brûler ses haras s’il le faut et tous ses foutus canassons, en y mettant des sommes folles. Oublions les paris débiles, les choses sottes, vous avez besoin d’argent et je n’ai pas le temps de me perdre en conjecture. Les personnes en affaire ont besoin de jolis choses, d’habitude un homme choisis une jolie petite créature pour l’exhiber, mais je me dis qu’inverser en tout point cette chose sera grandiose. Voyez-vous, j’y ai réfléchis, j’ai besoin d’une jolie chose, vous êtes un peu vieux, mais pas dénué de quelques attraits il parait. Vous voyez où je veux en venir Monsieur de Lascelle ?

Il le voit non ? J’ai besoin d’une petite catin nécessiteuse pour jouer les jolies choses à mon bras. Si ce cher comte a voulu jouer l’ennemis, bien. Maintenant il a le choix et il sera payé pour cela, j’ouvre une boite d’acajou de beau volume ou trône plusieurs rame de roue d’or. Je me tiens à ma table, prestigieuse et je le dévisage. Alors Monsieur le Comte, pour tout cela, deviendriez-vous ma petite chose ?

Car oui pour moi tout cela est mon humiliation pour lui, suis-je un peu mauvaise dans ma perspicacité ? Peut-être.

-Je ne vous veux pas en gigolo, je vous rassure, ni mari. Je vous achète sous condition, enfin je vous loue. Laissez-tomber les plaisanteries, et les mauvais mots, soit vous êtes mon opposé, soit nous trouvons un terrain d’entente.

Il pourrait prendre cela à la légère, en rire, nos points de vues différeront mais il est un peu coincé. A mon sens seul, bien entendu, le tout est de savoir lequel de nous deux va perdre.


avatar
Zenon de Lascelle
Propriétaire (fauché) d'un hippodrome
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 24
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Dégustation aux plantations Clark. Lun 15 Mai 2017 - 18:10
Je lui souris alors qu’elle me lançait ces quelques mots… faire de ma vie un enfer. Par le diable, elle en était bien capable ! mais bon, allons, soyons fou, je mettrais tout cela sur le compte du délire post traumatique, forcément ! Je lui souris avec un petit air compatissant et avec douceur, je l’aidais autant que possible mais laissais bien vite la place au médecin, c’était son travail. Toutefois je restais à ses côtés et attendis, au cas où elle serait dans le besoin de faire appel à moi… oui, ce n’était pas prévu qu’elle se noie. C’était littéralement, de se noyer dans un verre d’eau. De prime abord, du moins. Mais voilà, c’était arrivé, et je devais faire en sorte que tout se passe bien maintenant, même si je savais que je risquais de le regretter. E effet, elle ne semblait pas femme à oublier et pardonner. J’aurai peut-être dû en trembler de peur. Peut-être ? Non, presque certainement !

En tout cas, après qu’elle se fut changer et que l’on ait longuement félicité l’homme du genre, moi, bien sûr, un serviteur me fit signe de le suivre, Madame Clarke voulait me parler, en privé cela allait de soi ! Houlà, cela ne sentait pas bon. Elle était la seule qui savait ce qui s’était vraiment passée. Et plus encore, elle pouvait effectivement me pourrir la vie. Mais rien d’officiel. Même si elle disait à un journaliste que j’avais tenté de la tuer, pour le coup, ma parole aurait plus de valeur que la sienne, beaucoup plus… donc si elle voulait me punir, tout devrait rester dans le feutrer bien sûr ! alors bon, que me voulait-elle ? J’entrais dans un fort joli salon. Enfin, elle aurait pu m’y convier sans ces deux personnes qui m’y firent entrer avec une délicatesse toute relative.

« Madame. »

Je me contente de m’asseoir et de m’installer dans un fauteuil, face à elle alors qu’elle prenait la parole, et bien qu’elle me pose plus ou moins des questions, je n’y répondais pas. Il n’y avait rien à dire. A quoi bon, je le voyais bien qu’elle n’avait pas vraiment envie de m’entendre ! Autant me taire et faire attention… que je ne loupe rien de la conversation, enfin, du monologue plutôt. Enfin quand son intention me parut assez claire, je me retins de jubiler ouvertement. Bien au contraire. Oh ma dignité en prenait un coup, il fallait le reconnaitre, mais bon, d’un autre côté, il fallait aussi admettre que j’avais ainsi des revenus assurés et qui permettraient de rembourser mes dettes… donc je fis mine de me rembrunir, comme si elle avait eu une excellente idée pour se venger. Autant la conforter. Je détournais le regard et faisais l’homme honteux.

« Trouvons un terrain d’entente… combien ? »

Je faisais mine de ne pas être ravi et semblait me morfondre en fait. Et dans l’homme honteux, dans l’homme humilié. Quel talent d’acteur. Il en fallait pour courtiser certaines personnes fortunées. Et elle me récompensait sans même le savoir. Tant mieux… toutefois, il fallait quelque chose de plus pour être vraiment crédible, quelque chose auquel elle ne s’attendait pas forcément, mais qui serait parfait !

« Je… je voulais juste mettre à exécution la petite vengeance imaginée par votre frère… et même si cela vous est égal, je regrette profondément que vous ayez été blessée dans cela… et je vous prie d’accepter mes plus profondes excuses… »

Je soupirais profondément et sortis de ma poche pectorale un bon vieux cigare… et sa vue me décomposa, il avait pris l’eau. Dommage… je soupirais de dépit cette fois et le rangeais. Et je haussais les épaules.

« Et quelles sont vos conditions ? »


Prière de me MP sous le compte d'EVERARD ZULLHEIMER
avatar
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t128-peuple-amelia-clark-proprietaire-de-plantations
Nationalité : ambrosienne
Messages : 80
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Dégustation aux plantations Clark. Ven 19 Mai 2017 - 9:56
J’ignore qui lui a parmi de s’asseoir et si nous n’étions pas seuls, j’aurais convié un des hommes qui l’on fait rentrer si délicatement, de le virer de ce fauteuil pour lui faire comprendre de rester debout. Mais je n’ai pas la force de le considérer plus, ou de lui donner de cela, allant jusqu’au moindre détail de sa vie de misère, alors soit. Je parle plus tot.

Oui vous pouvez lire dans ma voix, le dédain le plus entier à son encontre, je méprise cet homme et je pense que mon idée m’est bien sincèrement la plus amusante pour moi. Je le veux en chien à mes pieds, un toutou qui pourrait mordre la main de celle qui lui donne l’argent, mais j’aurais la satisfaction de lui faire faire les pires cabrioles pour quelques roues. J’en serais satisfaite, vous n’imaginez pas combien.

-Une rente mensuelle dont vous disposerez entièrement, 10 rames d’or ceci incluant les costumes, le fiacre et tout ce qui vous rendra potable. De ce fait simple, vous serez disponible à la moindre de mes exigences et je vous convie à faire ce que je vous demande à chaque fois.

Je dis 10, je pense 12, j’envisage une petite fortune, mais en vérité, je ne doute pas qu’il essaiera de négocier.

-Vos frasques devront s’être calmées, si une seule vient à éclore, vous perdrez votre rente. Point de chose intime je vous rassure, je préfèrerais être baignée dans une eau croupie que faire ce genre de chose. Non, le minimum acceptable dans notre société en public, sera parfait. Vous devrez cependant faire ce que je vous demande, si parfois il y aura quelques petites choses désagréables, rien qui ne soit synonyme de mort physique ou de blessure quelconque.

Je suis satisfaite…si vous saviez à quel point.


avatar
Zenon de Lascelle
Propriétaire (fauché) d'un hippodrome
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 24
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Dégustation aux plantations Clark. Lun 22 Mai 2017 - 16:58
Je ne vais pas vous mentir. La situation étant ce qu’elle était, je trouvais que je m’en sortais plutôt bien. Mais je n’avais pas le droit d’afficher mon soulagement. Je devais continuer à être piteux, à être penaud, comme si je m’en voulais vraiment… s’il suffisait d’un coup sur la tête pour que ça se passe mieux, j’étais prêt à recommencer sans vergogne aucune. Non, ce n’était peut être pas une excellente idée… enfin bon, allez, on continue à faire un peu pitié et on évite de montrer que l’on jubile… surtout à la mention d’une rente mensuelle… même si le concept de rente mensuelle me laissais un peu de marbre… je tachais de la regarder en étant honteux, alors que j’entendais le prix… 10 rames d’or était une véritable petite fortune, rien comparé à mes dettes mais de quoi vivre dans un joli petit manoir aisément et si en plus c’était mensuel… j’inspirais profondément. Et je continuais à l’écouter… parce que le Zénon que j’incarnais ici n’avait mas vraiment le choix…

« Très bien, madame, je comprends. Mais… mais voyez-vous, un homme de mon envergure, avec mon réseau… il faudrait monter la somme à au moins quinze rames d’or, par journée sortie en votre compagnie… que ce soit équitable pour vous que vous me « sortiez » au bout d’une laisse deux fois ou dix fois dans le mois… ainsi, vous le louerez vraiment… Vous voler est loin de mes intentions, ma dame… quant aux services, selon le désagrément… puis-je vous prier de penser à une prime de pénibilité selon la tâche ? »

J’en demandais beaucoup, mais en étant un peu trop gros, elle augmenterait peut être à douze rames d’or la soirée… comme une pute de grand luxe… au final, elle comptait me traiter comme ça, sans ma partie sexuelle… ce qui aurait pu être sympathique… mais il ne fallait pas trop en demander, n’est-ce pas ?
Je suis satisfaite…si vous saviez à quel point.

Nouveau soupire pour bien marquer mon dépit. Il n’était pas complètement feint. J’avais besoin de cet argent ! Je baissais les yeux, refusant de la regarder dans les yeux. Elle ,n’accéderait pas à mes demandes, je m’en doutais, mais elle reverrait sans doute son offre à la hausse… mais bon, j’avais aussi une autre question, toute bête, mis qui allait avec l’argent.

« Madame a peut être des consignes concernant la tenue vestimentaire à faire paraître à vos côtés, ou même des consignes autres que celles énoncées ? Quant à mes frasques, madame, je ne pourrais hélas pas tout faire taire, pour des raisons financières… j’ai bien une solution si vous désirez l’entendre, ne pourriez-vous pas… ne pourriez vous pas… eh bien… si vous rachetez mes créances et que c’est à vous que je dois de l’argent, uniquement, vous serez l’unique maîtresse de mes frasques, madame... »

L’autre notion intrinsèque à celle-ci était que donc, elle aurait tout loisir de m’humilier davantage… et j’étais sur qu’elle comprendrait cette idée, et plus encore, qu’elle aimait. Je lui avais lancé un délicieux appât… est-ce qu’elle allait mordre ?


Prière de me MP sous le compte d'EVERARD ZULLHEIMER
Aller à la page : 1, 2  Suivant

[CLOS]Dégustation aux plantations Clark.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: Îles alentours-
Sauter vers: