AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: Îles alentours

[CLOS]Dégustation aux plantations Clark.

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t128-peuple-amelia-clark-proprietaire-de-plantations
Nationalité : ambrosienne
Messages : 128
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Dégustation aux plantations Clark. Lun 22 Mai 2017 - 17:20
Un lourd silence s’installe entre nous deux, un silence où je l’observe de tout mon dédain le plus entier. Je réfléchis à ce que je sais, au pour et au contre et a des choses bien plus compliquée. Le prix qu’il me demande est trop élevé, il va s’en dire, mais, je me saisis d’un morceau de papier et d’un crayon, les faisant glisser jusqu’à lui sur la table.

-Ecrivez vos frasques, endroit, personne, somme. Je vous laisse dix minutes.

Je réfléchis encore, le laissant faire et observant par la fenêtre, la journée qui se termine, l’argent n’est pas un souci pour moi, en vérité, il est une chose anodine, mon ex-époux m’a permis d’acquérir une certaine somme, mais le reste, c’est mon seul labeur, ainsi je ne puis dire que j’ai quelque souci. Ma fortune est loin d’être une petite somme et chaque jour qui passe, mon patrimoine s’enrichit. Quand il a terminé, je prends le papier et lit précisément ce qu’il a indiqué.

-Vos frasques sont à la hauteur de votre personne Monsieur de Lascelle.Finis-je par lâcher. J’enverrais les sommes à votre nom pour certains endroit : le bordel, le casino et trois des bars dont le nom sous entends bien le misérable des lieux. En vous louant pour 11 rames d’or chaque mois Oui j’augmente d’une rame, glissant par là un accord tarifaire de nouveau marchander.

- cela sous-entendra de ne plus vous y voir y foutre un pied. Si vous y retourner ou que vous faites de nouveau une ardoise, vous vous engagez à être loué gratuitement. Comprenez bien que je vais vous louer, nous allons établir un contrat, le signer et que vous allez devoir raviser votre attitude. Vous pourrez baiser discrètement toujours vos domestiques ou ce genre de personnage, mais si vous effleurer de trop près des visages désobligeant et dégradant pour ma personne et que les rumeurs se propagent, alors les choses n’iront pas.

Qu’il ne soit pas idiot, je ne le suis pas non plus. Je détaillerais le contrat ainsi que je le souhaite, et ainsi qu’il acceptera les termes, mais tout cela, au fond, ne sera pas une partie de plaisir. L’argent contre sa liberté et sa dignité, au final, il va refuser, non ? Vu les montants indiqués, je doute qu’il en est les moyens, et c’est pour cela que je me délecte des choses, pour autant, il a eu une idée intéressante, je peux racheter ses dettes pour le mettre à mes pieds, s’il refuse. Et dans ce cas là, son hippodrome changera de propriétaire, croyez-moi.

J’ai dis que je ferais de sa vie un enfer….


avatar
Zenon de Lascelle
Propriétaire (fauché) d'un hippodrome
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 47
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Dégustation aux plantations Clark. Lun 22 Mai 2017 - 18:19
Je lui avait donné pas mal de grain à moudre sans doute… mais bon, était-ce de ma faute si elle demandait trop ? Allons, ne soyons pas stupides, il fallait e montrer intelligente. Elle ne pouvait pas me brider à ce point. Elle pensait pouvoir diriger ma vie comme elle l’entendait, mais non, ce n’était pas ainsi que cela fonctionnait. Aussi, c’était hors de question de répondre amen à tout ! D’abord parce que je ne voulais pas, mais aussi parce que je ne le voulais pas, tout simplement. Je faisais un rapide calcule dans ma tête, si elle ne voulait aucune frasque d’aucune sorte… et bien il allait falloir monter les sommes. Enfin bon, je notais comme elle me le demandait de mon écriture brouillonne et parfois mal lisible… oui, ben hein, je ne pouvais pas écrire comme une princesse qui passe sa journée devant son bureau hein ! Je lui souris en le lui tendant, sachant très bien qu’elle aurait des commentaires à faire.

Elle parlait d’éponger mes dettes contre le fait que je foutais plus les pieds aux lieux indiqués… pour la plupart, je pouvais m’en passer, mais certains… j’étais un peu accroc… et même pour l’augmentation d‘une rame d’or. Aussi, il était hors de question que je me contente de ça. Si elle voulait absolument que je cesse mes frasques, alors il n’y avait qu’à y mettre le prix… et là, le prix n’y était pas… aussi, je savais que cela n’irait pas. Avant même qu’elle continue et parle de loué gratuitement. Alors c’était à mon tour.

« A ma connaissance, madame, Madame, ma vie ne vous appartient pas, me louer ne signifie pas me posséder à ma connaissance… aussi… aussi ne pourrez-vous pas simplement me refuser mes frasques. Quant au personnes dégradantes ou désobligeantes pour votre personne, je tiens à vous rassurer sur un point : elles ne seraient dégradantes que si vous n’étiez pas capable de les éclipser sans rien imposer… à vous entendre vous vous craindriez menacée… oh, je vous rassure, ce n’est pas le but, hein ! C’est juste que je ne comprends pas en quoi cela peut nuire à votre réputation… vous serez en mondanité avec un bel homme à votre bras, et qu’on vous reprochera-t-on ? Sauf engagement plus personnels entre nous nje ne vais pas me tenir chez moi, au garde à vous, en attendant votre bon vouloir. Je m’occupe comme il me sied, madame. Et ce ‘est pas une malheureuse rame d’or qui y changera quoique ce soit. De plus, pour mettre à terme à cette ambiguité, payez-moi à la soirée. Ainsi, vous n’aurez pas à avoir l’impression que je fais des frasques sur le temps où vous me payez, et je n’aurai pas à attendre votre bon vouloir pour faire quelque chose… en somme tout le monde y gagne, et surtout vous, car je peux descendre à huit rames d’or par sortie... »

Je me trouve très généreux… même si j’avais beaucoup perdu en dignité j’en avais encore un minimum.

« Ou alors il faudra me fournir de quoi combler le manque de frasques vous-même… »

Une solution intermédiaire valable, non ?


Prière de me MP sous le compte d'EVERARD ZULLHEIMER
avatar
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t128-peuple-amelia-clark-proprietaire-de-plantations
Nationalité : ambrosienne
Messages : 128
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Dégustation aux plantations Clark. Mar 30 Mai 2017 - 8:46
Un rire s’échappe de mes lèvres, un vrai rire, me rendant moins harpie que je ne le suis et plus gracile. Il faudra indiquer quelque part dans l’histoire ambrosienne, que Zenon de Lascelle, vulgaire libertin et noble désargenté a fait rire Madame Clark, Amélia. Je ne peux m’empêcher, je l’avoue sans aucun détour ainsi qu’il me déclare que je devrais moi-même combler les frasques. Je ris parce que toute la répugnance que la chose m’inspire prend plus d’ampleur encore en l’imaginant avec une chemise de soir, s’agiter sur moi comme un chien en chaleur, de trois vas et viens avec l’écroulement, comme s’il avait accompli les plus valeureux des devoirs.

Ainsi je ris, sans pouvoir m’en empêcher et mes pommettes rougies, j’ouvre le regard pour l’observer, l’air encore rieur. Pour une fois que je cesse d’être sévère.

-Je suis parfois un peu dans la démesure quant à mes exigences, je le reconnais. Le souci avec un homme comme vous, c’est que vos ardoises seront payées et vous en ferait de nouvelle. 12 rames d’or le mois pour une dizaine de sortie. Ça ne vous fait pas même une semaine et demi de travail et tout le monde sera content.

Il est bien hors de question que je lui dise qu’il m’a un peu permis de vendre plus, les messieurs aiment leur semblable quand ils achètent, je ne choisis pas Zenon que pour l’humilier mais parce qu’il a un bagout qui convient aux affaires et je n’en trouverais pas dix comme lui.
Il n’est pas question d’avoir 8 rame d’or pour une sortie, il a oublié d’être bête. Deux sorties et le voilà à gagner bien plus, maintenant s’il chipote encore, je me passerais de son humiliation. Je suis peste mais pas sotte. Ainsi je resserre les pans de mon châle, je sens la fièvre venir, il n’est pas saillant pour le mois d’automne de tomber dans un bassin.

-Mon frère vous a-t-il indiqué les raisons de sa stupide vengeance ?

Un frisson vient, je tremble, alors que les joues rouges restent mais je ne ris plus. Je suis gelée.

-Savez-vous remettre du bois dans une cheminée ?

Demandais-je dans l’espoir qu’il fasse quelque chose et ravive ce feu alors que la glace me coule le long de la colonne, l’agitation du rire semble avoir eu des raisons d’anticiper la dégradation de ma santé, mais je vais refuser de prime abord d’accepter que je suis probablement malade.


avatar
Zenon de Lascelle
Propriétaire (fauché) d'un hippodrome
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 47
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Dégustation aux plantations Clark. Sam 3 Juin 2017 - 1:39
Entendre Madame Amelia Clarke, la femme qui ne rit jamais, éclater de rire était quelque chose de singulier… et plus encore, parce que son rire… son rire n’était pas désagréable à l’oreille, il avait quelque chose de cristallin, alors que pourtant, à force de la voir simplement sourire, beaucoup, dont moi, pensaient qu’il y avait un problème avec son rire, qu’elle avait un rire disgracieux, peut être… ou alors qu’elle avait un problème de dentition qui faisait qu’elle ne pouvait se permettre d’ouvrir grand la bouche pour rire… là j’avais la preuve d’une chose toute simple : si elle ne riait pas, c’était tout simplement parce qu’elle n’avait pas motif de rire. Elle disposait donc d’un manque flagrant de sens de l’humour, et pire encore, de sens de l’hilarité ! Mais bon, il fallait bien reconnaitre que son rire faisait du bien… Pour ma part j’en avais les yeux ronds, et dans ma tête un proverbe célèbre de tapait l’incruste de manière plus présente. Femme qui rit…

Bon, elle avait défini avec précision le prix, et je sentais qu’il n’était plus temps de négocier… soit, je ne négocierai pas davantage. Quant aux frasques, j’eus une idée intéressante… même si je me doutais qu’elle allait refuser, mais j’étais sûr que ça allait être drôle, au moins, de voir son visage.

« Je comprends, 12 rames d’or me semblent être un prix raisonnable et équitable… très bien… quant à mes frasques… vous n’avez qu’à me servir de garde-fou… ainsi, vous saurez me dire stop… qu’en dites-vous ? C’est un bon compromis, et en plus en votre présence je ne saurai visiter des maisons de tolérance ou des lieux trop mal famés… vous ferez ainsi d’une pierre deux coups, ne pensez-vous pas ? »

Et ce serait un juste retour des choses pour ma perte de dignité régulière qu’elle allait m’infliger… si elle était capable de dépenser jusqu’à douze rames d’or, c’était que j’allais en prendre plein la figure. C’était l’évidence même, mais bon, voilà qu’elle changeait de sujet. Je me contentais d’opiner du chef à sa question Oui, son frère m’avait parlé de son humiliation, aussi, j’avais été l’instrument de sa vengeance. Rien de plus !

Quant à savoir pour lui remettre une buche dans le feu, j’ruai pu ergoter, ou dire que je savais et ne rien faire, mais bon, je pouvais faire preuve d’un peu d’empathie et je me levais pour directement remettre une buche au feu avant de doucement prendre la main de la jeune femme pour l’emmener jusqu’à un fauteuil situé plus près de la cheminé pour qu’elle se réchauffe pendant que, bien aimablement, je posais les mains sur les épaules et je me mettais à frotter pour la réchauffer.

« Votre cuisinière connait-elle le thé du chasseur ? Ce serait parfait pour vous réchauffer… »


Prière de me MP sous le compte d'EVERARD ZULLHEIMER
avatar
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t128-peuple-amelia-clark-proprietaire-de-plantations
Nationalité : ambrosienne
Messages : 128
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Dégustation aux plantations Clark. Dim 4 Juin 2017 - 18:12
Je le dévisage, il m’a déjà fait rire une fois et mon regard ancré, je ne scille pas, vient-il vraiment de me proposer de rester presque collé à lui comme un chaperon pour lui éviter les endroits néfastes ? Cet homme…la luxure irait bien à son esprit, mais il n’a rien d’un impie, l’argent lui manque ? Tant pis. Il n’a pas ce petit quelque chose, qui pousse un esprit à croire, que les élus de la cabale sont les véritables dieux de ce monde et que l’Innommable aura tôt fait de faire disparaître ces autres créatures qui ne sont que mauvaise et omniprésentes. Croyez-moi, je ne sais que trop bien, reconnaître un impie, ce ne sont pas ceux qui ont le cœur blessé ou autre…les amethiens en transforment certains mais nous ne les approchons pas. Ce n’est pas le dépit d’une croyance qui fait de vous un impie, mais la force de la croyance.

Je ne ris pas, je souris en coin.

-Ne jouez pas avec une chose que vous ne pourrez pas controler Monsieur de Lascelle, vous vous userez de ma présence en garde chiourme plus rapidement que vous ne l’imaginez.

Présomptueuse ? Oui tout à fait. Cet homme n’a aucune idée de l’entrave qu’il se met au pied. Et j’ose croire que dans ce jeu de mépris, je vais être la grande gagnante, j’abjure entièrement sa personne et ses habitudes.
Quoi qu’il en soit, la glace glisse dans ma colonne et je ne me sens pas bien, je n’ai pas même la force de rechigner son attention et je me retrouve frigorifiée. Le front brulant, je tremble, je secoue la tête, à peine, la douleur qui vient me vrille les tempes.

-Je ne sais pas…Appelez quelqu’un s’il vous plait, je ne me sens pas bien.

Il n’est pas idiot…je tremble, et je sens mon corps être soulevé, qu’est-ce qu’il fait ? J’essaye de protester, recroquevillée contre lui, et j’entends bien vaguement les agitations, domestiques et parents. Sœurs et mère, on s’empresse, la fièvre a grimpé, je suis pourtant de bonne nature, en mon cœur, je prie l’élu, pour veiller sur le possible châtiment des Dieux qui ont mis cet homme sur ma route…car c’est sa faute que cette température ! Il n’aurait pas joué avec mon frère, je ne serais pas malade.

Il me monte jusqu’à ma chambre et je voudrais lui hurler de cesser, lui dire de s’en aller, alors que les yeux clos, j’entends ma mère le remercier, l’idiote ! L’ancienne princesse est d’une douceur…ensuite, je ne sais plus, j’abandonner, j’ai froid…il part, c’est tant mieux.

Soudain, je ne sais pas pourquoi, le délire, me fait craindre le contrat que j’envisage avec cet homme, ce sera funeste. Pour lui et pour mmoi.


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [CLOS]Dégustation aux plantations Clark.
Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: Îles alentours-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous sur