AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: 3ème niveau de la cité

Quand on arrive en ville... [Pv]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
Zenon de Lascelle
Propriétaire (fauché) d'un hippodrome
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 107
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville... [Pv] Jeu 28 Sep 2017 - 18:52
Je balayais de la main ses propos, d’accord elle avait une vie sans doute un peu pauvrette, d’accord, j’étais bien habillé, mais je vivais à côté d’une écurie, je devais jouer les caniches pour madame Clark… même si là, c’était un cas un peu particulier. J’avais sans doute moins d’argent qu’elle ! Mais le peu que j’avais, je le mettais dans les apparences, et pour le reste, avec une bonne dose de bagou, tout passait beaucoup mieux ! Je lui fais un petit sourire amusé. Si elle savait…. Enfin, elle n’était pas obligée. Et pareil, là, au restaurant, si je pouvais l’emmener ici, c’était avec mes dernières roues.

« Vous savez, même si mes intentions étaient mauvaises, vous ne risqueriez pas grande chose d’un vieil homme… »

J’exagérais. En effet, j’étais encore bien fringant, et si jamais je me décidais un jour à me raser la barbe, je paraitrais, à n’en pas douter, une dizaine d’années de moins ! Je lui souris et l’installais dans le restaurant avec toute la courtoisie due à une dame, comme si elle était l’égal des ladies que j’avais l’habitude de fréquenter. Pour moi c’était normal, pour elle, ce n’était peut-être pas le cas ? ¨Peut être sen serait-elle gênée ? Pas trop, si j’en jugeais son regard et ses manières. Tant mieux, même si la gêner aurait pu être quelque chose de fort joli à voir, et de très amusant, aussi.

« Tant mieux, j’ai craint que vous ne mangiez pas de viande… comme la majeure partie des Amethiens en ville sont des serviteurs de la lignée et qu’ils sont végétariens, je me disais que c’était peut-être quelque chose de normal et de courant, dans le protectorat. »

Mais bon, cela devait aller Je restais silencieux et je la regardais alors qu’elle portait son toast, un toast qui me fit légèrement sourire et je venais heurter son verre du mien, très délicatement avant d’en prendre une gorgée, et manquer de m’étrangler de rire en voyant sa réaction pour ce petit apéritif… elle n’avait pas dû boire souvent de cet alcool, mais ce n’était pas une mauvaise chose !

« Alors disons à une nouvelle amitié… et à votre arrivée à Ambrosia ! »

Je lui fis un clin d’œil avant d’ajouter.

« Alors, comment le trouvez-vous ? Un peu trop fort ? »



Prière de me MP sous le compte d'EVERARD ZULLHEIMER
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t246-peuple-amarillys-sacretti
Nationalité : Amethienne
Messages : 195
Date d'inscription : 12/04/2017
MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville... [Pv] Sam 14 Oct 2017 - 14:06
Monsieur De Lascelle était un homme intriguant et amusant à la fois. Je savais clairement que la soirée allait être agréable en sa compagnie.

- Oh voyons, vous n'êtes pas si vieux que cela, lui dis-je dans un sourire.

Je ne pouvais m'empêcher d'observer l'endroit où l'on se trouvait, il n'y avait pas foule, aussi cela donnait un côté assez intime à notre repas. Sa remarque tenait la route, la plupart des amethiens ne mangeaient pas de viande.

- En effet, il n'est pas chose courante dans le Protectorat de manger de la viande ou du poisson. Mais comme je vous l'ai dit, je ne suis pas difficile et je mange de tout, même s'il est vrai que je ne mange que très rarement de la viande. J'ai été élevé dans le respect de la nature et des animaux, si cet animal à été tué dans le but de nous nourrir, alors le plus grand respect est celui de lui rendre hommage en savourant sa chair.

Je ne savais plus vraiment à quand remontait la dernière fois que j'avais mangé un animal, mais cela faisait un moment. Pourtant j'aimais ça, ainsi que tout ce que la nature pouvait offrir de merveilleux et de délicieux. Par contre, l'alcool n'était pas mon fort. Après avoir trinqué, je me sentais confuse alors que Monsieur De Lascelle semblait amusé de me voir ainsi.

- C'est... bon mais un peu fort pour moi ! Excusez-moi, je n'ai pas l'habitude de boire de l'alcool. Qu'est-ce que c'est ?

Je repliais ma serviette sur mes genoux, les joues un peu rouges de confusion. J'allais boire cet apéritif plus doucement en évitant de trop faire honte à ce monsieur.

- Vous avez l'habitude de venir ici souvent ? Vous allez me trouver un peu curieuse, mais parlez-moi donc de vous, avez-vous une femme et des enfants ?

Je ne connaissais rien de cet homme, aussi était-il temps de faire plus ample connaissance. Il venait au magasin pour acheter des fleurs, aussi pensais-je qu'il courtisait sûrement une dame... ou même plusieurs dames qui sait...
avatar
Zenon de Lascelle
Propriétaire (fauché) d'un hippodrome
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 107
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville... [Pv] Jeu 19 Oct 2017 - 23:22
Pas si vieux, donc reconnaissait-elle que j’étais vieux ? Possible… dans l’absolu, cela ne me gênait pas de le dire ! Je lui souris et j’attendis un moment, en silence, avant de me décider à dire ou faire quelque chose… je fis, vous vous en doutez, une petite mine offusquée, comme si ses propos m’avaient vexé ! Mais pour me vexer, il m’en fallait tellement plus… après tout, je m’étais habitué à de petites humiliations, et même plus, parfois, avec ma « compagne » du moment, même si le terme ne révélait pas la vérité, Amelia et moi n’étions clairement pas aussi proches que cela ! Mais… mais ma relation avec elle était assez particulière, assez importante et en même temps assez…stagnante… mais je n’étais pas ici pour parler, ou penser, à Amelia Clarke, la reine des épines, le glaçon impérial – bien que je puisse avoir eu, par moment, l’impression que ledit glaçon fondait au creux de ma paume…

Je l’écoutais me parler des habitudes alimentaires du protectorat en silence, même si, in fine, je n’étais absolument pas d’accord sur la manière qu’elle avait de voir les choses… en effet, en quoi tuer un animal pour le manger s’éloignait du respect de la nature ? Bien une vision de pensée tronquée à l’Amethienne… oh, vous ne connaissiez pas cette expression Raclusienne ? Quelque chose de tronqué à l’Amethienne signifiait juste quelque chose dont on oubliait tout aspect contraire à ce qui nous arrangeait… je l’aimais bien, et l’utiliser était en général assez amusant. Je ne comprenais pas le rapport entre le fait de manger peu de viande et le respect de la nature. En somme c’était, tout simplement, « Non, je ne veux pas manger de viande ! » et « bon, ben puisque quelqu’un d’autre l’a tué… » mais je n’allais pas le lui reprocher, cela pouvait s’avouer contreproductif !

Je préférais donc trinquer à cette amitié et je ne pus m’empêcher de rire en voyant sa tête. Ce n’était pas quelque chose d’extrêmement fort, et même, comme le disait le dicton, ce n’était pas du Don de Natos, mais c’était correct, suffisamment pour un petit apéritif avant de passer au vin de table, rouge, avec le gibier, bien sûr ! Un minimum de gout !

« Ne vous en faites pas, ce n’est pas si fort que cela. C’est une sorte de vin cuit très léger, aux fruits… j’espère que vous aimez quand même un petit peu ? »

Je lui souris avant de reprendre.

« Et pour répondre à votre autre question, oui, je viens régulièrement ici ! Mais rassurez-vous, votre curiosité n’est pas mal placée, loin s’en faut… non, je n’ai pas de femme actuellement, et je n’ai jamais eu d’enfant. A vraie dire j’ai été marié quatre foi, si je ne me trompe pas, et deux sont décédées soit de maladie, soit en mettant au monde un enfant qui n’a pas survécu… c’est la malchance légendaire des Lascelles ! »

Je ne croyais pas vraiment à cette malchance légendaire ! Mais bon, elle avait bon dos !

« Et vous, parlez-moi un peu de votre famille. Un donné pour un rendu, après tout… »




Prière de me MP sous le compte d'EVERARD ZULLHEIMER
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t246-peuple-amarillys-sacretti
Nationalité : Amethienne
Messages : 195
Date d'inscription : 12/04/2017
MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville... [Pv] Lun 6 Nov 2017 - 17:24
J'aurais du tourner sept fois ma langue dans ma bouche avant de parler. Il m'arrivait trop souvent de parler sans réfléchir. Je n'avais pas vraiment fait attention à ce que j'avais dit mais ce n'était pas une mauvaise intention. La mine offusquée de Monsieur De Lascelle me troubla, et je m'aperçus que ce n'était pas vraiment la bonne phrase à dire. Il avait sans doute compris que je le traitais de vieux malgré tout.

- Excusez-moi... je ne voulais pas dire que vous êtes vieux... Je...  ce n'est pas du tout ce que je voulais dire.. euh...

Je me mis à balbutier un peu confuse, et le sang me monta rapidement aux joues. Je me mis à fixer le sol en évitant de croiser son regard. Nous n'avions pas encore commencer à dîner que j'avais déjà mis les pieds dans le plat !

J'avais quand même l'impression d'accumuler gaffes sur gaffes durant cette soirée. Monsieur De Lascelle devait me prendre pour une adorable petite idiote. L'apéritif n'était cependant pas mauvais, mais j'avais bu ça comme si c'était de l'eau.

- Oui c'est bon, j'ai bu juste un peu trop vite...

J'avais peut être encore commis une bourde en lui demandant de me parler de sa vie. Je me mis tout de même à écarquiller les yeux lorsqu'il me dit qu'il avait été marié quatre fois. Quatre fois ! Il devait sacrément apprécier la compagnie féminine pour se marier si souvent. Même si sa vie n'avait certainement pas été facile pour autant, il m'en parlait comme si c'était une fatalité, et je n'en percevais aucun chagrin.

- Et vous n'avez pas de compagne actuellement ?

J'étais peut être un peu trop curieuse mais il était peut être en route pour un cinquième mariage ? Lui parler de ma famille allait être plutôt rapide, bien que je ne tenais pas à révéler mon secret.

- Mon père est mort il y a quelques années, ma mère l'a rejoint l'année dernière. Je n'ai pas de frères ou de sœurs et je ne connais pas vraiment ma famille éloignée.

La douleur d'avoir perdu ma mère était encore présente, c'était une femme extraordinaire et courageuse, mais quelque part je lui en voulais de m'avoir révéler le lourd secret de ma paternité qu'à ses derniers instants. Je me mis à partir dans mes pensées en faisant tourner le verre de vin cuit dans ma main, d'un air triste.

Mais je me repris au bout de quelques secondes, nous n'étions pas ici pour nous apitoyer sur nos sorts, mais pour partager un délicieux repas. D'ailleurs j'attendais impatiemment de pouvoir goûter aux recommandations de Monsieur De Lascelle !
avatar
Zenon de Lascelle
Propriétaire (fauché) d'un hippodrome
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 107
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville... [Pv] Jeu 16 Nov 2017 - 17:02
Comprenez bien, elle était touchante, oui, mais elle était aussi très naïve. Elle était un jeu, c’était l’évidence même, mais bon, je n’étais pas mesquin, je n’allais pas le lui dire… c’était bien la moindre des choses. Oh, je n’avais pas vraiment de mauvaises intentions, mais quand je me lasserais je l’oublierais, tout simplement. Mais je n’avais aucun problème avec tout ça. Après, qu’elle se montre maladroite, disons que ça rendait les choses plus intéressantes… surtout pour la mettre un peu en boite. Je lui fis un sourire amusé, preuve que je prenais pas tout cela au sérieux, juste au cas où… qu’elle ne s’inquiète pas ! Je restais silencieux, un peu, avant de finalement la regarder à moitié s’étouffer. Elle avait bu trop vite donc ? Eh bien qu’elle prenne son temps !

« Allons, buvez donc plus lentement, nous avons notre temps, n’est-ce pas ? »

Sa question suivante me fit sourire, car pour beaucoup, elle aurait pu paraitre déplacée, et d’une certaine manière, elle l’était… et elle pouvait laisser croire à un véritable intérêt de sa part… raison pour laquelle je n‘y répondis pas, préférant m’excuser de lui avoir poser cette question qui l’avait replongé dans de douloureux souvenirs, et l’avaient redu un peu mélancolique, peut-être ?

« Désolé, je n’aurai pas dû poser la question, c’est sans doute encore trop douloureux ! Mais passons donc à des choses plus délicieusement plaisantes ! »

Je restais silencieux quelques instants, ayant fait signe au serveur, afin de commander le repas, commandant pour ma part une pièce de gibier joliment assaisonnée et commandant, pour elle, ce que l’on appelait un assortiment de saveurs. Il s’agissait, tout simplement, d’un beau plateau contenant des dizaines de bouchées qui lui permettrait de gouter un peu de tout. Et vu le nombre de bouchées il y aurait la quantité.

« Voilà qui devrait vous ravir les papilles ! Et vous vous ferez une idée de la cuisine, de cette manière ! »

Je la resservais d’un peu d’alcool, me resservant aussi en la matière. Avec les bouchées, autant profiter des crus qui allaient avec. Ainsi, elle se retrouvais aussi entourée par plusieurs verres de différents crus qui devaient aller avec.

« Voilà, si vous avez des questions sur quel vin va avec quelle bouchée, n’hésitez pas, je m’y connais bien, mais bon, je pense que nous avons un peu de temps avant que les bouchées ne soient servies. Parlez-moi un peu de votre vie en Ambrosia ! Quelles merveilles vous ont le plus ravi ? »



Prière de me MP sous le compte d'EVERARD ZULLHEIMER
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t246-peuple-amarillys-sacretti
Nationalité : Amethienne
Messages : 195
Date d'inscription : 12/04/2017
MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville... [Pv] Sam 13 Jan 2018 - 16:25
Je n'étais clairement pas à l'aise, même si j'essayais de dissimuler du mieux que je le pouvais cette gêne. Je n'avais pas l'habitude de tout ceci, je restais quelqu'un de simple, et que quelqu'un s'intéresse à moi et m'invite au restaurant n'était pas chose courante.

Je lui souris. Certes, nous avions notre temps, mais que se passera-t-il à la fin du dîner ? Il me raccompagnera peut être chez moi et puis... c'est tout ? J'avais une certaine appréhension de la fin de soirée, et je ne voulais pas trop y penser pour le moment. Je me disais qu'un homme gentleman comme lui ne pouvait sans doute pas avoir d'arrière pensées... Et puis je n'étais sans doute qu'une gamine à ses yeux. Et ce n'était pas non plus mon désir... enfin c'était ce que je me persuadais de croire.  

- Oui vous avez raison, passons à autre chose !

Le souvenir de ma mère était toujours trop douloureux et je n'arrivais pas à le cacher aussi bien que les malheurs de Monsieur De Lascelle. Je ne savais pas comment il faisait pour garder tous ces souvenirs horribles sans en ressentir la moindre émotion. Pourtant il ne me répondit pas à la question que je lui avais posé sur une probable compagne actuelle. Sans doute j'avais été trop curieuse pour le coup. Mais ce n'était pas grave.

Il commanda un assortiment de saveurs et cela me fit réellement plaisir. Mais peut être que ce serait un plat un peu trop copieux pour moi.

- Je vous fais confiance, Monsieur De Lascelle, j'espère que vous m'aiderez tout de même à finir si jamais je n'y parviens pas !

Il ne serait pas convenable ni même très poli vis à vis de mon interlocuteur de ne pas finir mon assiette, mais mon estomac avait été si habitué à ne manger que le strict minimum que j'avais peur de ne pas avoir un appétit assez gros pour ce genre de menu.

- J'aurais sans nul doute des questions sur les vins, étant donné que je ne m'y connais pas du tout !

Que dire sur ma vie à Ambrosia si ce n'est que le Protectorat ne m'avait jamais autant manqué ? Cependant la ville n'était pas dénuée de belles choses.

- Je n'ai pas encore eu le loisir de faire le tour complet de la ville, mais j'adore le quartier religieux, il est magnifique, ainsi que le marché et les serres. Même si je préfère largement les champs fleuris du Protectorat sur ce point. Je suis passée également devant le Palais Impériale, il est remarquable. Par contre je n'ai pas encore eu l'occasion de visiter les îles voisines, dont votre hippodrome. Comment est-il ?

Ambrosia était une jolie ville. Et je ne pouvais pas la comparer au Protectorat. Lorsque l'on vient d'un pays si beau et si paisible, il est difficile de se faire à une autre vie où les gens semblent beaucoup plus préoccupés et angoissés par leurs affaires. C'est ce que j'avais ressenti en venant ici, une sorte d'individualisme. Par chance, j'étais tombée sur des personnes agréables, comme celui dont je partageais en moment même un dîner. Je me demandais pourtant ce qu'il faisait de ses journées, et comment il pouvait gérer un hippodrome s'il n'était pas viable financièrement...
avatar
Zenon de Lascelle
Propriétaire (fauché) d'un hippodrome
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 107
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville... [Pv] Dim 25 Fév 2018 - 22:32
Je lui souriais toujours, tachant tant bien que mal de mener une conversation qu’elle semblait avoir du mal à entretenir elle-même… ah, que voulez-vous, tout le monde n’avait pas eu matière à s’entrainer à parler et à tenir une conversation… je n’allais pas lui reprocher d’avoir plus travaillé qu’étudié… ç’aurait été vraiment stupide… je lui faisais un petit signe de tête approbateur… je restais un moment silencieux, alors qu’elle parlait de l’aider à finir… j’étais sur qu’elle pourrait finir, car il ne s’agissait que d’une série de bouchées… et il serait dommage de louper une saveur parce qu’elle n’avait plus faim… je lui répondais alors.

« Oh, vous savez, je suis sûr que vous apprécierez cette possibilité de manger juste des bouchées… comme ça, vous ferez le tour des saveurs inconnues, et une fois fini, vous saurez ce que vous aimez ou ce que vous n’aimez pas… et s’il vous plait, appelez-moi Zénon, c’est quand même plus convivial… »

Oui, Monsieur de Lascelle, c’était d’un froid… en fait ça constituait une barrière à franchir… peu à peu, je regardais au tour et quelques autres clients arrivaient, et le restaurant, sans se remplir pleinement avait déjà sept ou huit tables de prises…. On nous apporta alors les bouchées, et la pièce de gibier, pendant qu’elle me décrivait par le menu ce qu’elle avait bien pu faire depuis son arrivée à Ambrosia… et je fis mine de comprendre ce qu’elle trouvait à un simple champ de fleur comparé à la magnificence de notre cité…

« Je suppose que, comme ^pour beaucoup d’autres choses, il faut s’y habituer… d’est vrai que c’est à l’opposé de ce que vous connaissez… »

Je souris alors que je découpais proprement un petit morceau de viande pour l’enfourner dans ma bouche et en fermer presque les yeux de satisfaction tant ce morceau était excellent, les champignons sauvages venant sublimer la viande que j’avais dans mon assiette… puis, doucement, je découpais une autre petite pièce de viande et la lui tendait, sur ma fourchette, pour qu’elle puisse gouter alors que je lui précisais ce que voulait dire ce geste.

« Une pure merveille, désirez-vous en gouter un morceau ? »

J’enchainais alors pour parler de l’hippodrome.

« Oh, eh bien, je préfère ne pas en parler et que vous veniez à l’occasion, je vous ferais une visite privée, qu’en dites-vous ? »  $



Prière de me MP sous le compte d'EVERARD ZULLHEIMER
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t246-peuple-amarillys-sacretti
Nationalité : Amethienne
Messages : 195
Date d'inscription : 12/04/2017
MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville... [Pv] Lun 26 Mar 2018 - 16:44
Même si je n'étais pas totalement à mon aise, Monsieur De Lascelle faisait en sorte que je me sente bien et il semblait être très patient avec une personne comme moi, il arrivait à me détendre peu à peu.

- Bien Mons... Zénon. Dans ce cas là appelez-moi aussi Amarillys, ou plutôt Lilly, c'était le surnom que l'on me donnait dans ma famille.

Il avait raison, je devais m'habituer à cette ville, même si cela était parfois difficile, mais je me sentais bien dans la boutique de Madame Flora, je me sentais utile. J'avais vraiment eu de la chance de pouvoir travailler à mon aise en tant que fleuriste, d'autres ne devaient pas avoir la même chance d'aimer ainsi leurs métiers.

- Êtes-vous déjà aller au Protectorat ?

Quelqu'un qui n'avait pas mis les pieds dans ce magnifique pays ne pouvait certainement pas comprendre la beauté des paysages et la gentillesse des gens. Ambrosia avait beau être une superbe capitale, on ne pouvait pas la comparer au Protectorat.

La commande arriva à ce moment là, et j'observais mon plat avec l'eau à la bouche. Tout avait l'air d'être délicieux et je savais pas quoi commencer. Je ne savais pas pour la plupart quel type de viande c'était mais j'attaquais une viande rouge qui avait l'air très tendre.

- Vraiment délicieux !

Monsieur de Lascelle eu cependant un geste très familier en me tendant sa fourchette pour que je puisse goûter sa viande au lieu de m'en couper un morceau et de me le mettre dans mon assiette. J'hésitais un moment, puis j'avalais ce que j'avais dans ma bouche, et ne me fit pas prier pour attraper du bout des dents le morceau qu'il me tendait. Certes, ce geste était plutôt bizarre pour deux personnes qui ne se connaissaient pas, et cela me fit plutôt rougir. Je passais ma serviette devant ma bouche en acquiesçant de la tête.

- C'est vraiment très bon, la viande est si tendre, et cette saveur qui se dégage dans la bouche, c'est incroyable !

Je ne m'y connaissait pas plus que ça en cuisine, mais je n'avais pas mangé quelque chose d'aussi raffiné depuis très longtemps. Comme les gens du Protectorat, je me contentais des choses simples de la vie et surtout en matière de nourriture. Je découvrais une nouvelle cuisine et cela me plaisait vraiment.

- Oh, j'accepte volontiers votre invitation, je serais vraiment enchantée de voir votre hippodrome. Vous devez avoir tellement de magnifiques chevaux ! Et puis je me mis à penser soudainement à mon enfance. Lorsque j'étais enfant, nous possédions une vieille jument, Mirabelle, j'ai appris à monter à cheval dessus, mais elle était têtue comme une mule, parfois elle ne voulait plus avancer et il fallait ruser pour qu'elle fasse un pas. Oh excusez-moi, je me remémorais juste quelques souvenirs...

Monsieur de Lascelle devait se moquer de mes souvenirs d'enfance, ce n'était certainement pas de vieux chevaux qu'il devait posséder, mes des étalons de pures races qui devaient être incroyables.

- Vous êtes si gentil avec moi, je ne sais comment vous remercier.

Je lui souris et j'avalais ma deuxième bouchée, le cœur rempli de satisfaction.


avatar
Zenon de Lascelle
Propriétaire (fauché) d'un hippodrome
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 107
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville... [Pv] Mer 28 Mar 2018 - 17:06
Le repas se passait bien et je savais que je m’en sortirai pour une somme particulièrement raisonnable. Donc tout était parfait, n’est-ce pas ? Je lui souris encore et toujours alors qu’elle insistait pour que je l’appelle par son surnom, soit, je me contentais d’un hochement de tête… mais bon, son surnom était d’y classique… mais fort heureusement pour elle, j’avais un peu d’imagination…

« Lilly… ça sonne bien… mais… est-ce que je peux me permettre une petite originalité ? Je préfèrerai, quitte à vous appeler par un surnom, vous appelez Lys… est-ce que j’ai votre autorisation ? Je suis sûr que ça vous va si bien… une belle petite fleur… »

Oui, j’essayais de me rapprocher d’elle de manière indirecte, essayant d’instaurer une intimité qui n’existait pas vraiment entre nous… mais je n’avais rien à perdre et puis, ça pouvait l’aider à se sentir plus à l’aise, non ? Je lui fis un énième sourire alors que je répondais à sa question… une question sans doute bien étrange pour moi… pourquoi aurai-je voulu quitter le centre du monde ? Soyons honnêtes, on ne disait pas que quiconque n’ayant pas vu le protectorat n’avait pas vécu, mais plutôt que quiconque n’avait pas vu Ambrosia n’avait pas vécu… oui, j’étais un Ambrosia, relativement patriotique, bon, assez patriotique, certes.

« Hélas, je n’ai pas vraiment eu cette chance… la fortune familiale a fait en sorte que je sois forcé de rester ici, en Ambrosia. Non que j’aie à me plaindre de cela… mais du coup, j’ai fort peu voyagé hors des confins de l’empire, hélas… mais j’aimerai beaucoup en apercevoir les merveilles… qui sait, un jour, j’aurais peut-être la chance d’y aller… »

Difficile de présenter les choses plus joliment sans doute, même si j’avouais bien volontiers que je n’avais pas franchement envie d’y aller… je la regardais savourer mon morceau de viande, trouvant ses joues roses ravissantes… c’était amusant de la voir rougir de la sorte…. Et ça donnait envie de voir jusqu’où je pouvais la faire rougir… je prenais une nouvelle bouchée de ma propre viande alors qu’elle continuait à s’extasier sur la viande.

« Je vous avais dit que ça vous plairait, non ? »

Je ne relevais pas ses réminiscences… nous ne jouions pas dans la même cour, c’était évident… les chevaux que j’élevais s’arrachaient comme des petits pains. Des animaux d’exception… alors sa vieille jument… toutefois je lui faisais signe que c’était sans importance, d’un air bienveillant.

« Ce n’est rien, quant à me remercier, vous voir sourire, vous voir pleine de joie, je doute de pouvoir trouver meilleure récompense… »

Oh, je ne doutais pas de finir par l’avoir, ma récompense…



Prière de me MP sous le compte d'EVERARD ZULLHEIMER
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t246-peuple-amarillys-sacretti
Nationalité : Amethienne
Messages : 195
Date d'inscription : 12/04/2017
MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville... [Pv] Ven 20 Avr 2018 - 14:44
Monsieur De Lascelle voulait m'appeler « Lys ». Cela ne me déplaisait pas, au contraire. L'amarillys était déjà une fleur en elle-même, et me donner le surnom d'une autre fleur tout aussi belle, quelque part, cela me flattait. En floriographie, le langage des fleurs, le lys était fort de symbolique selon sa couleur. Mais à quelle couleur me voyait-il ? Le lys blanc, celui de la pureté, ou bien plutôt le jaune, l'amitié ou encore l'orange... le désir ? Je rougissais à nouveau.

- Vous avez mon autorisation, le lys est une magnifique fleur c'est vrai. Mais peut être trop joli pour une fille comme moi.

Je reprenais une bouchée d'une autre viande, tout aussi délicieuse. Je comprenais quelque part que les gens natifs de la capitale aiment vraiment leur ville, elle possédait beaucoup de richesses, mais je trouvais cela dommage que Zénon n'ai jamais eu la chance de voir toute la beauté de mon pays.

- Je suis certaine que vous allez adorer le Protectorat et ses habitants, si jamais vous pouvez y faire un tour un jour. Je vous garantie un dépaysement total ! Je lui souriais, tout à fait sûre de ce que j'avançais.

Il avait tout à fait raison, ce petit restaurant qui ne payait pourtant pas de mine, était délicieux. Leur cuisine était sensationnelle, et c'était vraiment un régal de découvrir toutes ces saveurs que je ne connaissais pas.

- Oui vous aviez tout à fait raison et je n'en doutais pas. Par contre, pouvez-vous m'éclairer au sujet des vins ? Je suis totalement perdue à ce niveau là. Par exemple, quel vin pourrait aller avec cette viande rouge un peu forte en goût ?

Je lui désignais une viande que j'avais entamé dans mon assiette. Certainement du gibier, même si je ne savais pas vraiment de quel animal il s'agissait. Non que je voulais m'enivrer, mais je souhaitais que mes papilles dégustent tout ce qu'il y avait de meilleur dans ce restaurant et pour faire plaisir à mon merveilleux ami. Il était si généreux avec moi, que je ne voulais pas le décevoir...


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville... [Pv]
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: 3ème niveau de la cité-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous surDes mêmes auteurs