AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez|

Demande de lancement de rp - Dante Oak et Eva Chesterfield

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Aernia
La Grande Conceptrice
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 223
Date d'inscription : 12/04/2016
MessageSujet: Demande de lancement de rp - Dante Oak et Eva Chesterfield Lun 31 Juil 2017 - 19:09
Demande de lancement de rp – Dante et Eva


L’île de la Pourrière est un joli endroit, la neige l’a rendu aussi blanche que la plus pure des porcelaines et sur le ferry qu’ils ont pris pour se rendre sur la petite île, en ce dimanche froid, Dante Oak Et Eva Chesterfield se retrouve coincés. En effet, le ferry a une petite panne mécanique à cause du froid, rien qui ne serait pas rapidement réparé mais cela immobilise tout de même ceux qui devaient se rendre sur l’île pour flâner à la Foire de l’Hiver.
On peut apercevoir les éléments de la foire et même la grande roue qui tourne au lointain, elle n’est pas si loin, mais là, à la nage, je pense que personne n’aura envie de tenter. Par la radio, on  envoie deux petits bateaux qui feront navette pour emmener les passagers sur la terre ferme, en attendant, il n’y a qu’à prendre son mal en patience.

Sur le ponton métallique, un marin apporte des tasses de café fumant que le bar du ferry sert gratuitement en dédommagement, il s’empresse de passer entre les passagers et il tend une tasse à Eva, puis à Dante, les deux protagonistes sont prêt l’un de l’autre.

-Tout de même c’est un scandale !  Moi qui pensait que nous étions à la pointe de la technologie.

La grosse dame qui vient de parler tient un tout petit chien blanc dans ses bras, elle porte une grosse fourrure et en se baissant pour poser son petit chien à terre, ses grosses fesses (son fauxcul en vérité) pousse Dante vers Eva. Elle se redresse, ignorant bien ce qu’elle vient de faire et le nez dressé vers les cieux et l’air hautain, elle s’éloigne pour aller parler au capitaine.

Les gens…je vous jure !
avatar
Eva Chesterfield
Cantatrice et danseuse
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 21
Date d'inscription : 24/04/2017
MessageSujet: Re: Demande de lancement de rp - Dante Oak et Eva Chesterfield Sam 12 Aoû 2017 - 19:59
Eva se réjouissait de pouvoir retourner à l’île de la Pourrière. Elle adorait cette période de l’année où se rendre sur l’île promettait la foire animée, le gel permettant de faire le patin à glace. Elle aimait aussi simplement contempler les étendues enneigées, la façon dont cela dénudait et habillait les arbres. Il y avait un petit air d’exceptionnel, tout simplement, et c’était parce que cela différait du quotidien ordinaire, qu’elle adorait s’y rendre. Et puis, les foires avaient le don de se renouveler et de se montrer plus attrayantes chaque année, que cela soit au niveau des stands, ou encore pour les gens qu’on y voyait passer.

Mais pour l’heure, elle était bloquée sur le ferry, à contempler l’île devenue soudain aussi inaccessible qu’une dangereuse montagne. Les yeux bleu-vert de la jeune femme glissait sur les remous de l’eau, mais aucune idée fantaisiste d’y aller à la nage ne la traverse, évidemment. Même si elle n’avait pas froid aux yeux, elle n’était pas excentrique à ce point ; par-dessus tout, cela risquait fort de gâter la fourrure, les gants et l’écharpe qui l’emmitouflaient, et qui lui gardaient une agréable chaleur. En-dessous, une robe à faux-cul classique, au corset presque étouffant, mais elle s’y était habituée. Le tout était de ne pas se mouvoir trop vite, ce qui lui convenait. Autre source de chaleur : la tasse de café fourni gracieusement par le bar du ferry. C’était tant mieux, car en vérité Eva avait connu des jours meilleurs pour l’Impériale, tout de même…

Elle réchauffait ses mains autour du café – ses gants étaient plus là pour paraître élégants que pour tenir vraiment chaud – quand elle entendit vaguement une femme près d’elle se plaindre. Une dame avec un petit chien. Eva n’était pas très adepte des animaux de compagnie et s’en passait aisément, au risque de ce que cela pouvait dire sur sa personnalité. Elle n’aurait pas prêté davantage attention à la remarque offusquée de la dame, si elle ne s’était pris soudain une secousse et un corps contre le sien. Le choc était léger, mais suffit à lui faire lâcher la tasse de café, qui alla nourrir les poissons des eaux aux alentours, un type d’alimentation sans doute parfaitement adapté pour ces créatures.

Laissant échapper un juron fort peu adapté aux manières d’une dame, elle eut une pensée de regret pour le liquide bienfaisant, et se retourna vers celui qui lui était rentré dedans. Elle se trouvait face à un homme de même taille qu’elle, droit comme un i ou presque, pourvu d’une barbe bien entretenue. Le visage inspirait probablement la confiance, mais pour l’heure, il était surtout responsable de la perte de son café.

« Drôle de manière d’aborder les femmes. Ne vous a-t-on pas dit qu’il y avait plus élégant, et possiblement moins dangereux ? Avec une rambarde plus petite, vous auriez dû aller me repêcher dans l’eau glacée. »

Eva adorait faire des caprices, ou des remarques acerbes, selon la personne en face. Il ne fallait guère s’étonner de sa réaction, qui n’était d’ailleurs pas non plus méchante, plutôt moqueuse. Elle ne connaissait même pas l’homme de vue, mais elle jugerait vite de quel genre il était, selon sa réponse. Et vu la bourde qu’il venait de faire, il avait intérêt à avoir au moins un certain sens de l’humour.

Enfin un peu d’animation dans cette attente froide.


“J’aurais voulu qu’elle eût peur et me demandât grâce, mais, cette femme était un démon.”
           
avatar
Dante Oak
Bibliothécaire à l'Université
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t317-dignitaire-dante-oak-bibliothecaire-de-l-universite-d-ambrosia-terminee
Nationalité : Raclusien d'origine, ambrosien d'adoption
Messages : 40
Date d'inscription : 25/06/2017
MessageSujet: Re: Demande de lancement de rp - Dante Oak et Eva Chesterfield Mar 15 Aoû 2017 - 21:02
Dante laissa s'échapper un long soupir d'entre ses lèvres gercées par le froid glacial. Il commençait à regretter quelque peu sa décision de se rendre à la Foire de l'Hiver ayant lieu comme chaque année sur l'Île de la Pourrière. Onze années. Cela faisait onze longues années, onze hivers qu'il ne s'était rendu à la foire. Sa dernière visite remontait à ses années en tant que pupille, accompagné de son tuteur et d'autres gentlemen. Il avait énormément apprécié ses précédentes et lointaines visites, mais son chemin de vie fut différent par la suite, et il se priva de lui-même de ses sorties pourtant fort distrayantes. En réalité, il n'avait même pas eu la sensation que ces escapades sur l'île lui avait manqué avant d'avoir embarqué sur le ferry. Mais dernièrement, l'homme avait envie de changement. Il souhaitait délaisser sa vie d'ermite au profit d'une vie plus dynamique et enjouée. Ses dernières rencontres devaient y être pour quelque chose. D'abord son Altesse Emily de Brez, quelques jours plus tard le vicomte Valerian d'Andressy. Deux jeunes personnes avec de fortes personnalités, des caractères imposants, qui l'ont poussé, exhorté littéralement à s'ouvrir quelque peu. Tous deux lui ont donné un avant goût de ce qui devait l'attendre, là, de l'autre côté des murs de la bibliothèque, et ici, à l'extérieur de sa demeure. En bref, Dante Oak en avait assez d'être embourbé dans cette solitude pesante. En ce dimanche d'hiver, il lui avait pris l'envie de délaisser ses livres au profit d'êtres humains, bien vivants et bien réels.

Seulement après quelques instants sur le ferry qui relie la terre d'Ambrosia, à celle de la fameuse île, ce qui était une douce félicité tourna bien vite au cauchemar. Une panne technique avait immobilisé leur transport, et ils se retrouvaient littéralement bloqués au milieu des flots et du vent froid et sec. Il y avait bien trop de monde au goût du bibliothécaire. Au moindre mouvement, il avait la nette impression qu'il allait se retrouver tout contre l'un des autres passagers. Il se sentait étouffer, compressé, vraiment pas à son aise. Les odeurs et les bribes de conversations se mêlaient les unes aux autres, étourdissant ses sens. Et ce qui devait arriver arriva. Une forte dame, avec un grand claquet et peu de bonnes manières – l'on en a déjà tous rencontré une –, le bouscula dans sa précipitation et le fit se percuter malencontreusement à sa voisine. Allant de suite présenter ses excuses, il fut interrompu dans son élan par une voix féminine qui poussa un juron des mieux choisis, soit dit en passant. Dante examina la femme à ses côtés, celle-ci regardant en contre-bas, en direction des vagues, et eut confirmation sur la provenance du blasphème, lorsqu'elle se tourna vers lui, le jaugeant d'un regard inquisiteur et lourd de reproches. S'en suivit une réplique acerbe concernant son (manque d') éducation, qui le fit blêmir, si cela fut possible d'être déjà plus pâle qu'il ne l'était avec ce froid. Passé l'étonnement, il s'empressa de lui répondre avec courtoisie. « Je vous prie de me pardonner Madame. C'était une bousculade, et non une intention toute volontaire de ma part. » Que dire d'autre face à ce sourire... moqueur ? Était-elle vraiment en colère ou se jouait-elle de lui ? Quoiqu'il en soit, il s'efforça de lui rendre son sourire, le sien étant contrit et sincère, mais un peu gêné. « Soyez certaine que si vous aviez basculé, je me serai immédiatement jeté à l'eau pour vous repêcher... » Diantre ! Qu'était-il en train de baragouiner ? Encore une fois, il devait avoir l'air du parfait idiot de village, se repentant, à travers mille excuses et maladresses... Il proféra mentalement quelques insultes et sobriquets, à sa propre intention, les yeux perdus dans le vague un court instant, puis sembla se rappeler la présence de la jeune femme. Il la dévisagea rapidement, prit note de son allure globale, nota la silhouette et la posture assurées. C'était une belle jeune femme, qui aurait pu le charmer, sans aucun doute. Mais en cet instant précis, le sourire qu'elle arborait le laissait tout à fait incertain sur comment il se devait d'agir, mais aussi sur le caractère de la femme en question.

Après un moment qui lui parut immensément long, il lui tendit le café qui lui avait été donné. « Prenez, il est encore chaud. » Si elle tenait tant à pouvoir se réchauffer avec le doux breuvage, il lui en faisait cadeau volontiers. Il pourrait se contenter de son chapeau, de son épaisse écharpe et de son lourd manteau jusqu'à leur arrivée sur l'île, bien qu'il sentait le froid lui piquer le bout du nez. Et comme toujours, sa conversation s'arrêta sur cette phrase. Que dire de plus ?


 

Demande de lancement de rp - Dante Oak et Eva Chesterfield

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: Îles alentours :: île de la Pourrière-
Sauter vers: