AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: Palais impérial :: 1er étage

Les rêves ça se compare pas.

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
avatar
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t155-pupille-emily-de-brez-cantatrice#2422
Nationalité : Eskroise
Messages : 208
Date d'inscription : 26/02/2017
MessageSujet: Re: Les rêves ça se compare pas. Mer 13 Sep 2017 - 20:52
Les cheveux maintenus en arrière, les mains sur le torse du vieil homme, la demoiselle désormais allégée de ses attributs arborent un étrange sourire tout à fait charmant, charmé, et gourmand. Il faut avouer que son cœur inquiet tambourine dans sa poitrine, mais que son corps, tout à fait déraisonnée, réagit d’une autre façon. D’abord, une impulsion de surprise et d’envie, entremêlés dans le fond de ses entrailles, jouant un rôle tout neuf dans la découverte de ses envies.

Et puis, l’envie de soupirer sous l’emprise. Bien que têtue, obstinée, Emily n’a jamais déprécié quelques menues petites choses, offertes par un autre que Jonas, qui sont restés bien pour elleet que Gaël ne connait pas. Des petits riens attention, que ce soit une fessée ou ce genre de chose, ça ne se raconte pas. En soit, tout dépend de l’homme et de ses propres envies…

Se rajustant sur Nemrod, elle glisse ses mains pour tirer sur sa chemise et la remonter. «Vous avez tendance Monsieur l’Envers, à toujours vouloir tout bien m’expliquer et me répéter quand je sais déjà les choses. C’est un défaut. Pensez-vous que je ne sais rien ? »

Les yeux brillants d’une lucidité, sa tête maintenue à l’arrière, elle frotte l’antre contre la raideur, espérant garder le sabre du vieux militaire à ses plus vives excitations. «Après tout, j’ai dévoré vos biographies… » Le jeu, s’il en est un, n’est aps du tout pris à la légère et la demoiselle défait brutalement la chemise, toujours coincée de cette main dans sa chevelure. «Oups… »

Murmure-t-elle nullement navrée, provocant le tuteur en train de montrer un aspect de sa personnalité qui pousse Lily à des choses plus pointues…




"C'est fou comme c'est une chose pratique le mariage.
On passe de fille de pécore à future duchesse de Brez"
avatar
Nemrod L'Envers
Maître espion
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 105
Date d'inscription : 05/03/2017
MessageSujet: Re: Les rêves ça se compare pas. Jeu 14 Sep 2017 - 0:56
Vous ne bluffiez pas. Vous ne lui mentiez pas. Mais ça, elle ne le savait pas, peut être penserait-elle que vous exagéreriez sur le sujet. Vous espériez qu’elle en serait un peu effrayée. D’autant que vous n’étiez pas doux avec sa chevelure que vous serriez dans votre main sans la moindre gêne vis-à-vis d’une potentielle douleur physique pour elle. Non pas que vous puissiez vous ficher de ce que pouvait ressentir votre pupille… bien au contraire, voyons ! Mais peut être lui fallait-elle juste une petite « leçon » qui lui passe l’envie de jouer avec vous, afin d’éloigner le risque de fauter, et ce, même si vous en creviez d’envie… je soupirais profondément avant de finalement rester ainsi, incapable de briser le statu quo avant d’avoir déterminé quel effet votre idée lui avait fait…. Vous le regrettâtes presque tout de suite, car au lieu de la décourager, cela avait même tendance… à faire l’effet inverse… avoir lui votre biographie… dévoré même… mais non, vous n’exposiez pas ce genre de choses dedans, vous y dissertiez sur vos victoires et leur intérêt moral, mais surtout de l’importance de vos échecs, et des grandes décisions auxquels ces échecs vous avaient amené… tout simplement !

Et là, vous ne sentiez qu’une seule chose : que vous aviez échoué…. Pour le moment… et plus les secondes s’égrenaient, plus cela devenait évident ! Votre chemise finit déboutonnée de force, faisant sauter la majeure partie des boutons. Mais qu’importe ce détail, c’était la chair en dessous qui l’intéressait, une chair façonnée par l’art militaire, de jolis tissus cicatriciels ici et là, mais les restes d’une musculature longtemps utilisée et longtemps conservée… aujourd’hui vous étiez en forme, pas autant qu’avant, mais pas de quoi faire peur, ni de quoi rougir ! Bien conservé l’ancien… pas parfait mais correct ! Vous resserriez votre emprise, l’écartant de vous.

« Nathanaël, jette mon livre ; ne t'y satisfais point. Ne crois pas que ta vérité puisse être trouvée par quelque autre ; plus que tout, aie honte de cela. »

Vous aviez cité un ouvrage de philosophie nommé « nourritures terrestres », qui était très instructif, par moment… en l’occurrence, oui… elle connaissait votre vie, mais pas votre intimité, elle connait juste ce que vous aviez bien pu dévoiler… mais ça, elle ne s’en rendait pas encore compte.

« Il y a une différence entre la vie que relate ma biographie, et la vie que je vis et que vous vivez sous ma férule… n’y a-t-il aucune différence ? »

Vous ricanâtes avant de la repousser, par la chevelure, sur le côté, sur l’assise du canapé, en fait, première leçon qui vous permettrait peut-être de trouver une issue.

« Mais puisque vous y tenez, vous allez adorer la nouvelle série de règles : la première de toute c’est que je choisis où et quand, pour commencer. Et jamais une fois la journée commencée sauf exceptionnellement, trop de risques de se faire surprendre… »

Ça ne lui suffirait sans doute pas, alors autant lui donner manière à gamberger.

« Moi qui pensais que c’était justement pour ce genre d’activité en douce que je devais prendre le jeune François à mon service… enfin bon, je lui conseillerai quelques servantes intéressantes… mais pour en revenir à notre affaire, ce n’est pas à moi de convaincre, avant quoique ce soit, je veux une bonne raison. Une raison assez rationnelle pour que je la reconnaisse. »

Voilà qui lui donnerait matière à gamberger !
avatar
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t155-pupille-emily-de-brez-cantatrice#2422
Nationalité : Eskroise
Messages : 208
Date d'inscription : 26/02/2017
MessageSujet: Re: Les rêves ça se compare pas. Jeu 14 Sep 2017 - 8:32
La demoiselle roule des yeux, elle se retient de sourire, elle ne sait comment lui dire que les biographies elle en a lu et pas seulement des officielles. Mais elle va se contenter de se taire, tout se sait toujours n’est-ce pas ? Non que Monsieur l’envers ait eu des amantes et la réputation qui va avec, tout au contraire, une femme, un enfant et de la peine, mais…il y a eu des livres, d’histoire, parfois des livres d’histoire plus léger, vrai ou faux, elle n’y a prit aucune vérité dedans, mais elle avoue ne pas avoir été indifférente. Et de toutes façons il lui prouve bien là non ? En tous cas, la demoiselle sourit en coin, avec amusement.

Relâchez, elle écoute, mais finit par sourire, nonchalante et s’étirant vers les cieux, dans cette vêture indécente mais dans laquelle elle ne se sent pas si mal, elle se retourne vers lui, sous un œil un peu refroidis. «Je ne vois pas ce que vient faire Gaël ici, mais soit. De toutes façons, les filles c’est pas son truc ! » Elle le sait, elle, mais elle ne rajoute rien, fâchée ? Oui bien sûr, pourquoi veut-il mêler Gaël à cela ? Son ami n’a pas à être dans l’histoire ! «Je suis désole d’ailleurs que vous confondiez amitié et sexe. »

Non mais, de quel droit ?Elle n’aime pas du tout, mais au moins, il est sauf, ou presque pour le moment, car ses envies éveillées, bien que fâchées, ne seraient en rien contre, mais par principe. «De toutes façons, si ce n’est pas vous, ce sera un autre, et beaucoup moins discret peut-être. » et de là alors, déshonneur sur toi,  sur ta vache…etc etc. Sur elle aussi. Mais cela a moindre importance. Surtout que c’est totalement faux, mais il ne le sait pas et puisqu’elle ne doit passer que pour une petite gourgandine affamée, ce qui n’est pas le cas, elle a juste envie de lui et de ses attentions, sans amours, juste une liaison, gardant encore les traits du tuteur et de la pupille.

Rien de bien méchant en fait, ni de terriblement indécent, les Dieux y seraient moins furieux, et elle…et bien elle apprendrait encore des choses. C’est sans aucun cas de conscience qu’elle se dit cela, car pour elle son mariage n’a pas de sincérité et n’est qu’un détail qu’on lui a imposé, son rôle d’épouse est usurpée !!

En soit, elle vient de mentir parfaitement, utilisant ce que lui a apprit Nemrod, ou qu’elle connaissait déjà ! Mais voilà. Elle sourit donc à son tuteur. «Vous m’aidez à me rhabiller ? Quoi ? La journée à commencé… » Petit rappel ? Elle provoque encore, mais c’est drôle et bon !

Spoiler:
 




"C'est fou comme c'est une chose pratique le mariage.
On passe de fille de pécore à future duchesse de Brez"
avatar
Nemrod L'Envers
Maître espion
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 105
Date d'inscription : 05/03/2017
MessageSujet: Re: Les rêves ça se compare pas. Mar 10 Oct 2017 - 15:26

La princesse était aveugle, c’était évident. Pour quelles raisons s’aveuglait-elle. Vous en auriez ri dans une autre situation. Vous aviez déjà parlé à votre valet, enfin, plus coursier que valet, mais il semblait donc qu’il faille sans doute parler à la rousse aussi, mais peut-être était-il préférable qu’elle continue à ignorer les regards qu’il avait pour elle quand elle ne regardait pas… ce serait peut-être préférable… oui, évidemment. Vous n’en parleriez donc pas davantage. Enfin bon, au moins vous aviez pu mettre en place tout cela de manière posée et tout était réglé pour que vous soyez le plus libre possible, dégagé des responsabilités de cette histoire, et des possibles avances supplémentaires de la jeune dame. En somme, si elle voulait quelque chose, il allait falloir que vous agissiez, tout simplement ! Vus aviez la main et vous la saisiriez entièrement. Vous sourîtes et opinâtes du chef. Toutefois, vous ne putes vous empêcher de rajouter un petit mot.

« Qui confond quoi ? »

Mais ces propos concernaient plus vous-même que la jeune femme, vous ne teniez pas particulièrement à revenir sur le sujet. Juste par principe. Toutefois, glisser une allusion comme ça, là, en douce, ne pouvait pas faire de mal. Et puis, la faire gamberger n’était pas un mal, elle avait trop souvent des certitudes bien admises, bien enfoncées, bien prononcées… ça allait lui remuer un peu le cerveau…

« Juste une chose… si Gaël n’aime pas les filles, il faudra m’expliquer sa présence aux vices et délices… où il n’y a, à ma connaissance, pas de gigolos… »

Vous sourîtes à l’idée de la confusion que ça allait causer dans sa tête rousse… mais ça lui ferait beaucoup de bien ! Vous vous tûtes un moment avant de vous décider à vous lever et commencer à l’aider à se rhabiller, il y avait quelques boutons à remettre en place, des boutons difficiles d’accès pour ses petites mains, notamment dans son dos… vous vous doutiez que cela avait un objectif secondaire, celui de vous faire échouer à vos propres règles. Mais votre propre discipline vous en empêcherait, vous étiez confiant. Vous l’aidâtes à se rhabiller et lui indiquâtes de filer, elle avait un programme chargé.

« Nous retrouvons-nous pour déjeuner ou pour diner ? Je ne me souviens plus si c’est aujourd’hui ou demain que vous êtes invitée à déjeuner en compagnie du corps consulaire Eskrois ? »

Question légitime. Juste pour être sûr de l’organisation…
avatar
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t155-pupille-emily-de-brez-cantatrice#2422
Nationalité : Eskroise
Messages : 208
Date d'inscription : 26/02/2017
MessageSujet: Re: Les rêves ça se compare pas. Jeu 12 Oct 2017 - 11:52
«Nous sommes à Ambrosia et il est intelligent, mieux vaut faire croire que l’on aime tout ce qu’un homme doit aimer plutôt que l’inverse. » Déclare-t-elle sans une once d’hésitation. Franchement, Gaël aurait pu lui en parler de cette idée ! Mais au fond d’elle, en vérité, s’agite une petite pensée, lui faisant douter des prétentions de Gaël, mieux aurait fallu que le vieil homme ne dise pas cela, il venait de faire germer une graine, qui depuis des années, restée couvée dans le cœur de la jeune femme.

Pour autant, elle ne se démonte pas face à lui et se contente de l’inviter à la rhabiller. «Demain pour l’Eskrois, ce midi vous deviez déjeuner dehors, et je prends un cours de maintien à table que vous devrez vérifier ce soir, selon vos dires. » Les mains sur les hanches, elle sourit et le laisse le rhabiller. «A ce soir Monsieur l’Envers. » Déclare-t-elle dans une révérence soignée, avant de pouffer de rire et de déposer un baiser sur la joue du vieil homme. «Faites attention à vous. » Souligne-t-elle avant de disparaitre pour une longue, très longue journée.

****

Lavée d’une longue journée, coiffée plus posément, vêtue d’une robe plus agréable que l’on qualifiait d’intérieur, il est presque 21h quand Emily en a terminé, et la faim lui vrille l’estomac, alors que plus tôt, dans la journée, elle avait envoyé à son mot à son tuteur pour la pardonner de son retard du soir, à cause d’un entretient avec un homme de son pays envoyé par son époux, qui, avait partagé avec elle des choses et autres sur les indications politiques de son époux.

Elle a donc faim et le dos fourbu, mais la fatigue bonne lui provoque une énergie nouvelle, tout a fait délicieuse qu’elle répartit dans tout son être avec plaisir. Elle s’est installée avec un verre de vin blanc et un livre, qu’elle bouquine assise sur le sofa, en attendant l’arrivée de son tuteur, assise en tailleur, elle sirote le nectar, et dévore les lignes d’un récit historique, non pas à propos de son tuteur, mais à propos de l’Impératrice d’Ivoire, d’il y a de cela deux cents ans, ancêtre de Nemrod d’ailleurs, destituée de son trône par son frère, à cause d’une maladie qui lui rongeait l’esprit.

Dans le récit ile st expliqué comment en vérité, des opposants avaient réussi à empoisonner les pages de son livre de prière personnel, la poussant à une décadente folie qui se traduisit par une mort brutale. Quand son frère reprit le livre en question et qu’il débuta la même maladie, il fut découvert le subterfuge après une véritable panique historique.
Le procès à l’encontre des responsables avaient même évoqué des grands noms, rapidement blanchis, par Dieux sait qu’elle possibilité. Elle en était au conclusion du livre quand elle entendit la porte. Elle eut du mal à détacher son regard des pages, alors qu’elle relevait le bout de son nez, enfin, vers la silhouette de son tuteur. Attendait-elle quelque chose de lui ? Elle ne le savait pas, peut-être…elle espérait en tous cas…

Spoiler:
 




"C'est fou comme c'est une chose pratique le mariage.
On passe de fille de pécore à future duchesse de Brez"
avatar
Nemrod L'Envers
Maître espion
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 105
Date d'inscription : 05/03/2017
MessageSujet: Re: Les rêves ça se compare pas. Lun 16 Oct 2017 - 20:51
S’il y avait bien une chose que l’on ne pourrait jamais vous reprocher, ce serait d’être un saut… vous saviez ce qu’ilm en étit du jeune François, et vous saviez que vous aviez raison. Mais encore une fois, il valait mieux qu’elle pense ainsi, qu’elle s’aveugle. Comme ça, ça éviterait les désagréables déconvenues. Certes, vous alliez passer sur des leçons plus privées avec votre pupille, mais vous ne cherchiez pas à en faire une marie-couche-toi-là pour autant. Et si vous la laissiez dans son état d’esprit, elle éviterait d’aller trop loin… vous lui sourîtes et opinâtes devant son programme prévu et le vôtre, qu’elle maitrisait mieux que vous ne le voudriez en réalité. Et vous la laissâtes partir sur un « à ce soir » … bien sûr, el fait que vous puissiez finir tard étant une évidence que vous ne prîtes même pas le temps de signaler. Elle s’y état habituée, avec le temps, non ? Au bout de plusieurs mois, elle savait comment vous fonctionniez, théoriquement parlant. Oh, bien sur, ce qu’elle prenait pour des rendez-vous que j’avais était le plus souvent des excuses pour disparaitre durant des heures dans votre bureau secret.

****

Le travail abondait, et le nier n’aurait jamais été qu’une erreur. En effet, si vous aviez été plus jeune, vous auriez vu tout cela sous un œil de défi, vous auriez pris cela comme une compétition contre la montre… mais aujourd’hui, aujourd’hui les émotions avaient commencé dès le petit déjeuner et vous commenciez à en avoir un peu marre, vous travailliez depuis lors et aviez même mangé en travaillant, vous fichant que l’on vous traite de vieil ours mal léché… surtout que vous aviez trop de travail pour vous permettre de ne pas froisser quelqu’un. L’empire ne se maintenait pas en place tout seul, et entre les assassinats politiques les complots, et les renseignements, cela vous faisait tant de travail… et vous n’aviez confiance en personne pour vous permettre de vous trouver un assistant… il allait falloir vite mettre Nicolas au parfum, histoire de le former… vous n’aviez qu’un seul soucis : il y avait des choses que sa sœur ne devait jamais savoir, et vous ne saviez pas s’il saurait tenir sa langue sur le sujet. Aussi, vous devriez lui préparer des épreuves, pour tester sa loyauté en la matière… parfois, les ordres de l’impératrice devaient être ignorés pour le bien de l’empire. Mais il n’y croirait que difficilement…

Vous regardates l’heure exacte et futes surpris. Déjà neuf heures du soir ou pas loin… et vous aviez encore beaucoup de travail. Trop de travail. Mais Emily devait vous attendre pour diner, aussi vous vous levates, vous étirates et prites un passage secret pour sortir de vos appartements afin de rentrer par la « grande porte » et venir à la rencontre de votre pupille afin de lui parler, posément.

« Laissez-moi deviner, vous n’avez pas encore diner ? J’ai envoyé chercher le repas, qui devrait bientôt arriver. »

Nulle trace d’une invitation à plus pour ce soir, à vraie dire vous aviez un peu la tête pleine de votre travail, d’ailleurs vous ajoutâtes.

« Après diner je dois à nouveau m’absenter, pour régler certaines affaires. Je compte sur vous pour vous gérer et ne pas vous coucher trop tard à cause de vos livres ? »

On frappa, ce devait être le diner.
avatar
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t155-pupille-emily-de-brez-cantatrice#2422
Nationalité : Eskroise
Messages : 208
Date d'inscription : 26/02/2017
MessageSujet: Re: Les rêves ça se compare pas. Dim 22 Oct 2017 - 12:01

Regardant son tuteur, elle sourit. «Non je vous ai attendus » Elle l’attends souvent pour dîner, détestant manger seule et préférant encore prendre son repas à pas d’heure. Toute recroquevillée, la jeune femme se détends, repoussant un bras, puis deux d’elle, avant de soupirer et de se redresser tout simplement. «Je finis ma page et je pense aller au lit, la journée a été longue. »

Elle sourit, à vrai dire, elle ne sait pas trop comment agir après l’affaire de ce matin, hors, se prendre la tête n’est pas de mise et elle préfère encore se régler à l’habitude. Inutile de presser le vieil homme pour quoi que ce soit et puis, elle connait son corps et quelques autres subtilités, si jamais son esprit ou plutôt son corps s’embrase trop furieusement.

Laissant le dîner rentrer et se faire installer sur la table, l’odeur d’un rôti de gibier lui fait gargouiller le ventre, un bon roti de cerf à vue de nez, avec des petites pommes de terre rissolée et des haricot vert, probablement nappé d’une sauce au vin.

Rapidement seuls avec la compagnie d’eux-même, Emily se retrouve à table avec un air gourmand aux lèvres, retirant la cloche avec un soupir de plaisir. «Bon appétit Monsieur l’Envers ! » Lâche-t-elle en prenant son couteau, posant sa serviette sur ses genoux et en faisant preuve d’une certaine élégance. « Aujourd’hui j’ai rencontré le seigneur de Morensac, un des conseillers de Lowell venu m’apporter sa sagesse. Il a lorgné dans mon décolleté minuscule, parler de ses maîtresses satisfaites de sa force viriles. » Elle fait une moue de dégout. «Et m’a appris que Lowell avait reçu de mes nouvelles et qu’il était heureux de mon épanouissement. Et qu’il espérait que je me rapproche du Seigneur Beauregard, qui, selon Morensac, de son propre avis, était d’une lignée magnifique, destituée par des profiteurs. » Elle s’arrête. «Enfin, il ne l’a pas clairement pas dit, mais sa lourdeur et son insistance…ça m’a donné envie de relire l’histoire de l’Impératrice d’Ivoire ! »




"C'est fou comme c'est une chose pratique le mariage.
On passe de fille de pécore à future duchesse de Brez"
avatar
Nemrod L'Envers
Maître espion
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 105
Date d'inscription : 05/03/2017
MessageSujet: Re: Les rêves ça se compare pas. Mer 25 Oct 2017 - 23:46
Vous lui sourîtes alors qu’elle confirmait ce que vous supposiez. Oui, elle vous avait attendu… elle n’aurait pas dû se donner cette peine… sinon, il lui arriverait parfois de manger après minuit. Vous pouviez oublier si souvent de manger… d’ailleurs cela vous faisait penser que vous n’aviez pas déjeuner, à cause de cette excuse que vous lui aviez donnée. Donc vous aviez quand même un peu les crocs, et vous ne voyiez pas de raison d‘attendre davantage pour vous rendre dans la salle à manger, histoire d’en profiter un peu… vous ne doutiez pas que le repas serait délicieux. Mitonné par les cuisines du palais…. Leur chef, Maitre Chubb, était particulièrement doué dans son domaine, et du coup, vous étiez fort bien placés, ici, et ce, aux frais de l’Etat, à cause de votre sang, déjà, et ensuite en raison de votre situation – grand et ancien ministre. Enfin bref, vous regardiez la jeune femme s’installer comme il fallait et vous déposâtes, comme elle, votre serviette sur vos genoux alors que l’on soulevait les cloches avant de se retirer. Voilà, vous étiez juste tous les deux ! Le fumet entra en contact avec vos narines, les faisant presque frétiller… le menu était d’exception, et vous souhaitâtes un bon appétit à votre convive.

Elle commença à parler de sa journée. Au moins, elle pouvait le faire, vous… c’était plus compliqué, mais vous vous intéressiez souvent à ce qu’elle avait à raconter… Morensac, donc ? Il portait bien son nom, celui-là… vous restâtes silencieux. Il était typiquement Eskrois, exception faite, peut-être, de sa vulgarité et de son obscénité… notamment à parler de sa virilité et de ses maitresses… l’avait-elle remis à sa place, comme il se devait ? Vous vous le demandiez… si elle ne le disait pas, peut-être l’avait-elle enduré sans rien dire. Et puis… et puis… venant de cette chienlit, se rapprocher voulait dire devenir assez proche pour connaitre intimement la personne… et vous ne saviez pas si vous réprouviez cela ou l’approuviez… ce serait peut-être une occasion sublime de pénétrer ses desseins… chose que vous n’aviez pas réussi à faire pour le moment. Il payait ses serviteurs une véritable fortune pour éviter la corruption, d’une part, et en plus il les faisait venir de chez lui, pour leur patriotisme…

« L’impératrice d’ivoire est un cas intéressant… pas le plus exemplaire des règnes, mis il met bien en exergues un fait bien précis : l’ancienne lignée cherche à récupérer ce qui lui revient de droit. Ne vous y trompez pas ! Il leur revient de droit, nous, les De Choiseul, avons été, et restons, des usurpateurs, profitant d’une faiblesse dans la lignée pour usurper leur pouvoir. Rien ni personne ne changera cela, et ce, jusqu’à ce que les deux lignées se mêlent… nous avons, pour en arriver là, trahi et nous sommes parjurés… voilà la réalité. Que nous pensions être meilleurs qu’eux ou pas n’intervient en rien dans cette histoire… ce sont des faits. En quoi devraient-ils se retenir d’user de tous les moyens ? »

Vous prîtes le temps de prendre quelques bouchées, pour commencer à vous restaurer, servant un verre de vin à chacun de vous deux. Enfin, vous reprîtes votre exposé.

« L’actuel héritier de la lignée impériale originelle est quelqu’un d’assez mystérieux… il en devient difficile à connaitre ses objectifs. Mais bon, en tant que votre cousin par alliance, il serait normal que vous le fréquentiez un minimum… vous apprendrez sans doute beaucoup à son contact… laissez même entendre que son retour sur le trône serait une bonne chose et vous pourriez même l’apprécier un tant soit peu. »

Oui, c’était un homme de société, charmant et charmeur, plein d’esprit et de bonne conversation. Vous en conveniez en grinçant des dents. Il aurait été moins dangereux s’il avait été un rustre inculte… mais ce n’était pas le cas. Alors vous décidâtes de rebondir sur l’impératrice d’ivoire.

« Soraïs De Choiseul était une impératrice pour le moins particulière… l’histoire remonte donc à loin… mais elle nous a prouvé à quel point l’ancienne lignée était dangereuse et prête à tout… et elle rappelle aussi, par son histoire, que le pouvoir ne doit jamais être pris pour acquis… car on ne sait jamais qui pourrait ne pas avoir renié ses anciens serments… C’est là toute la difficulté du rôle du ministre de l’intérieur comme du chef de la garde impériale… savoir de qui se méfier… Vous de même, méfiez-vous de Raimond Beauregard… il est lié par le sang, de près ou de loin, à toutes les familles et toutes les lignées les plus importantes de ce monde… Celle de votre époux, par la sœur benjamine du père votre beau-père ! Cousins issus de germain, par exemple… »

Voilà un tableau bien réglé, à son sujet ! 
avatar
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t155-pupille-emily-de-brez-cantatrice#2422
Nationalité : Eskroise
Messages : 208
Date d'inscription : 26/02/2017
MessageSujet: Re: Les rêves ça se compare pas. Sam 28 Oct 2017 - 22:35
Installée et souhaitant un bon appétit à Nemrod, Emily a faim sans avoir faim en fait. Peut-être que la fatigue prend un peu le dessus. Avec facilité, elle commence à parler de sa journée, histoire de lancer la conversation et surtout, avoir l’avis de son tuteur sur diverses choses. Il lui parait important, de ne pas laisser filer l’avis de l’homme, pour la simple et bonne raison que cela ne pourrait que l’aider dans sa formation.

« Ou de la tuer dans l’œuf ! » Sa réponse est un peu brusque. Un rougissement pointe sur ses joues. «C’est ce que dit toujours mon oncle, quand il parle avec un de ses hommes que je vois jamais mais que j’écoute au porte. Soit on unit la lignée, soit on bute. Hop ! »

Le hop est prononcé gaiement, alors que le sujet ne l’est pas. Une fois la lignée morte, personne ne parle plus d’usurpation ou autre. Elle s’arrête. «Mon oncle est perfide, mais c’est le côté fils de puterie de la famille. » Elle hausse les épaules. Elle n’admettrait pas du tout qu’elle pourrait envisager cela grâce à l’apprentissage de Nemrod. Mais plus elle comprend les choses, plus elle saisit les possibilités…

Elle joue du bout de sa fourchette avant de piquer dedans et de ramener la nourriture à ses lèvres. Ses yeux se fixent sur Nemrod. «Mais il va me bouffer ! » Lâche-t-elle horrifiée. «J’ai pas les épaules pour ça. » Elle ne se fait pas confiance…l’air un peu perdu, elle inspire. «Je veux dire…oui, je suis capable, mais j’ai l’impression qu’il va me bouffer. »

Penaude d’être franche mais pas gênée, elle ne saurait expliquer pourquoi Beauregard la met mal à l’aise, en vérité, elle ne sait pas pourquoi, c’est seulement physique ! Peut-être est-il trop Raimond pour qu’une jeune Emily ne soit à la hauteur. « Raimond Beauregard me fait quand même moins stressé que d’autres, mais c’est un homme intelligent et cultivé, alors c’est ce qui m’impressionne le plus. Pourtant je sais que je dois faire une bonne impression si je veux tenter de me rapprocher un peu, sans que Lowell n’ait envie de le tuer au passage…il se fait rapidement des idées… » Elle soupire. «Je ne sais pas trop que penser, avec cette après-midi et l’autre idiot j’ai l’impression, je sais pas…vous savez c’est comme si les pièces de l’échiquier avait pris le contrôle des joueurs… »

Face à sa propre réflexion, Emily hausse les épaules, elle ne saurait comment expliquer tout cela, mais bon ! Elle finit par sourire à Nemrod, certaine de ne dire que des bêtises. «Désolé je suis fatiguée je ne dis que des bétises ! »




"C'est fou comme c'est une chose pratique le mariage.
On passe de fille de pécore à future duchesse de Brez"
avatar
Nemrod L'Envers
Maître espion
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 105
Date d'inscription : 05/03/2017
MessageSujet: Re: Les rêves ça se compare pas. Dim 29 Oct 2017 - 2:13

Le repas était délicieux. ET comme d’habitude, il était trop copieux pour vous, en fait… c’était quelque chose de simple chez vous : cette incapacité de faire un véritable repas en une seule fois, mais davantage à picorer tout au long de la journée Un petit estomac… rien de plus… pas de maladie ou autre, juste un petit estomac. Ce n’était jamais pour déplaire à des hôtes, quand vous étiez l’invité… mais vous ne pouviez pas non plus vous forcer au-delà de toute limite ! Vous sourîtes à la jeune femme qui semblait en forme pour discuter de choses assez pointues… et dans sa fraîcheur, il y avait de la lucidité, plus que vous ne l’auriez pensé possible à cette heure.. oui, vous aviez empêché de le tuer… mais il y avait bon nombre de choses que vous auriez voulu faire avant de le faire tuer… mettre fin à la lignée erait une solution… mais pourquoi tuer dans l’oeuf une poule qui pourrait pondre un œuf d’or…

« Et dans le fond je suis d’accord. Ce n’est pas perfide, c’est... c’est pragmatique, plus qu’autre chose ! Mais pourquoi faire disparaître quelqu’un s’il peut s’avérer utile plus tard ? Rien ne dit que l’on ne regretterait pas la mort prématurée de quelqu’un. Par exemple, pourquoi ne serait-il pas plus utile soumis au trone par le mariage ? Par exemple en servant de prétexte pour que ma nièce n’épouse pas un nouvel Amethien tout en évitant les vexations en faisant comprendre qu’il s’agit de stabiliser l’empire. Oh, bien sur, ce n’est qu’un raisonnement hypothétique ! »

Sa réponse concernant Raimond Beauregard vous fit sourire… la bouffer ? Oh non… il la ferait passer pour une rustaude… mais au-delà de ça, elle ne risquait rien… il ne lui ferait pas le mal, vous le saviez parfaitement, car même si cet homme était un ennemi du royaume par sa simple existence, sa lignée avait prouvé à maintes reprises sa loyauté à la couronne eskroise. Un féal fort assidu…

« Attention, à votre discours, on pourrait croire qu’il vous plait...  mais ne vous en faites pas... cet homme vous est davantage dévoué que n'importe quel serviteur ici... enfin je pense... quand à partager sa couche... apparemment l'idée de le mettre en danger vous fait plus peur que l'idée de me mettre en danger... »

Vous lui sourîtes un instant avant de finalement déposer vos couverts et vous essuyer la bouche bien proprement et me lever pour vous rapprocher d’un jeu d’échec dont la partie était entamée… une partie contre vous-même… bien engagée et avec une légère domination du terrain pour les noirs…

« Venez, regardez… cet échiquier, c’est votre terrain de jeu, selon votre propre perspective… dans cette perspective, disons que je suis le chevalier sur le plateau que vous tachez d’utiliser à vos propres fins… toutefois, de mon point de vu, vous, vous êtes l’une des tours sur léchiquier, où, par exemple, l’impératrice est la reine, et où je suis le joueur. C’est ça tout le secret des jeux de cour… nous sommes toujours sur les échiquiers d’autres personnes… et tous les échiquiers sont imbriqués… c’était comme si vous jouiez sur trois ou quatre échiquiers en même temps et que chacun avait un incidence sur les autres, tout en sachant que sur chacun, vous n’incarnez qu’une seule pièce… mais si vous êtes fatiguée, nous reprendrons ces métaphores demain ! »

Oui, c’était peut être un peu compliqué… maintenant.. et il fallait encore que vous vous remettiez au travail, près cela…

« Tout est toujours une question de point de vue... »
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les rêves ça se compare pas.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: Palais impérial :: 1er étage-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous surDes mêmes auteurs