AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: Palais impérial :: 1er étage

Les rêves ça se compare pas.

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
avatar
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t155-pupille-emily-de-brez-cantatrice#2422
Nationalité : Eskroise
Messages : 190
Date d'inscription : 26/02/2017
MessageSujet: Re: Les rêves ça se compare pas. Mer 28 Mar 2018 - 9:17
Le rire de Nemrod rend confiance en la jeune femme, il est si sérieux qu’elle se sent gauche, mais le voir rire la fait sourire. Pour un homme d’âge mûr, il a gardé quelque chose de très attirant, qui plait beaucoup à Emily et qu’elle découvre dans ce rire. Elle sourit donc avec plaisir et l’observe. « Je vais savoir faire ça moi ? » Cette question n’est pas posée par manque de confiance, mais par jeu, Emily sourit, comme si elle retrouvait une certaine assurance, joueuse, elle s’amuse d’ingénue, tout en observant le vieux militaire.

Elle sait parfaitement ce qui l’a attiré chez cet homme, son charisme et son aura attractive, ce mélange surprenant qui la fait se sentir gamine et qui lui donne envie de devenir très femme entre ses bras. Ce n’est pas correct, ni même bien, mais c’est ce dont elle a envie ! La découverte de ces choses, au fond, elle pourrait remercier Lowell de l’avoir faite sa femme. Bah oui, sans ça, il est clair qu’une petite pécore thormienne n’aurait jamais été la pupille de l’oncle de l’Impératrice.

Naturellement elle se défait de ses lingeries de nuit, elle secoue rapidement la tête à la négative. «Non, ça me plait dans la chambre…laisse-moi…juste…m’habituer. Vous êtes…tu es…enfin. » Elle pouffe. « Je crois que je suis un peu trop admirative de qui tu es…mais ça va venir. » Elle a envie de rire, tutoyer Nemrod l’Envers, même dans l’intimité…elle a envie qu’il continue, elle aime ce tutoiement à son encontre, mais elle a l’impression d’être impolie en ne disant pas vous. C’est bizarre. Ça lui passerait en avançant dans l’intimité.

Les mains de Nemrod ont une douceur troublant qu’Emily n’a jamais connu, la brusquerie de Jonas n’est pas comparable. Les batifolages dans le foin n’ont pas cette tendresse de découverte, il s’agit juste de pulsion de gamin qui découvre et elle se mordille la lèvre inférieur en rougissant. Pas de honte, seulement, elle rougit, sans même pouvoir se l’expliquer, les cheveux fauves désordonnés autours de son visage, son souffle tremble.

Gagnant de confiance, elle glisse ses bras autours du coup de Nemrod, alors qu’il l’embrasse et elle l’entraîne sur le matelas pour s’allonger, écoutant sa question. Réfléchissant, elle ferme les yeux en sentant la main aventureuse de ton tueur. « Tu sais…je connais les jeunes gens qui batifolent dans le foin. Jonas n’était pas plus délicat que moi pour ça…il essayait mais ce n’était pas ce genre de relation. » Ses cuisses se referment sans refus autours de la main de Nemrod, simplement par réflexe à son approche, elle sourit. « ça ne veut pas dire que je ne connais rien, ça veut dire que je connais pas tout… » Elle pouffe en retenant un frisson. « Vous…tu vois ? » Elle laisse un silence. «Je connais des positions, des gestes mais ce n’est pas immense je pense. » Voilà tout.




"C'est fou comme c'est une chose pratique le mariage.
On passe de fille de pécore à future duchesse de Brez"
avatar
Nemrod L'Envers
Maître espion
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 90
Date d'inscription : 05/03/2017
MessageSujet: Re: Les rêves ça se compare pas. Mer 4 Avr 2018 - 9:14
« Tu sais, il n’y a que deux méthodes efficace pour plier un homme : son estomac et sa libido... »

Vous souriez devant son trouble évident… mais quoi de plus normal, dans le fond, dans la mesure où vous étiez… ben qui vous étiez. Vous restâtes silencieux alors qu’elle semblait vraiment tout découvrir. Et c’étaoit aussi pour ces risons que vous y alliez très très lentement. Vous vouliez qu’elle se sente à l’aise, qu’elle se sente désirée, qu’elle se sen te désirable. ET par tous les dieux, elle l’était, elle avait été gatée par Aernia, à tout point de vue… vous aviez donc entamé vos caresses, vos tendresses à son encontre.

« Fais comme tu le sens. Le principe c’est de sentir à l’aise... »

Vous glissiez votre main dans ses cheveux, doucement, savourant la délicate soie de son contact… vous essayiez de tout faire pour qu’elle soit complètement  à l’aise, en confiance… vous embrassates doucement sa joue, puis sa gorge, alors qu’elle reprenait la parole…  elle connaissais quelques petites choses ? Soit,alors, doucement, vous retiriez votre main pour que vous puissiez, doucement, vous écarter un peu avant de venir doucement prendre ses lèvres, avec toute la délicatesse dont vous étiez capable. Vous lui disiez alors, doucement.

« Et si tu me montrais ce que tu connais, déjà, et je compléterai alors ensuite... »

Oui, vous ne voyiez pas meilleure manière de lui apprendre que la  laisser prendre un peu « la main », mais dans le sens où elle allait devoir tout faire, tout controler, mais plus dns l’idée que vous alliez la guider pour qu’elle soit en mesure d’approfondir ce qu’elle savait… c’était la meilleure méthode car ainsi, vous iriez juste assez lentement pour qu’elle soit à la fois en confiance et en plein « apprentissage »… car même si on y mêlait plaisir, cela restat, même de manière détournée, une sorte de leçon.. elle n’en avait juste pas la forme. Mais il y avait bon nombre de choses que vous pouviez lui transmettre.

Doucement vis lèvres avaient glissé depuis sa gorge, parsement sa peau de lune de baiser, mordillant même parfois, et là, c’était au tour de son ventre d’y passer… vous y allez doucement, et vous attendiez de voir aussi, de son côté ce qu’elle alait faire, ce qu’elle savait faire… l’indécence était un art. Un art dont vous étiez loin d’être un maître... et si vous aviez décidé d’une personne capable de lui montrer comment envoûter un homme tout en restant courtoise et bien élevée, et en bonne société,l alors vous auriez demandé à Méréïphaïne d’Argosme de lui offrir des leçons… elle n’aurait sans doute pas pris ombrage d’une telle leçon…

« Je te promets que ça va être autre chose que de te rouler dans le foin avec un pécore inculte en la matière. »


avatar
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t155-pupille-emily-de-brez-cantatrice#2422
Nationalité : Eskroise
Messages : 190
Date d'inscription : 26/02/2017
MessageSujet: Re: Les rêves ça se compare pas. Mar 17 Avr 2018 - 19:26
«Je sais faire de très bon ragoût. » Plaisante-t-elle. «Mais je suppose que c’est pas très brillant pour une princesse hein ? » Moqueuse, d’elle-même, elle se laisse volontiers aller à quelques bêtise. « Je fais des tartes aux fraises aussi, mais sincèrement, la différence entre ça et des briques, c’est parce que je dis que c’est des tartes aux fraises. » Ce n’est pas le moment de dire quelques bêtises, mais ça a le don de la mettre plus à l’aise, la jeune fille sourit, mais reste troublée. Sa propre nudité ne la dérange pas, être nue devant Nemrod est un peu plus compliquée. Est-elle assez jolie ? Il a du en voir des belles femmes, mais elle ne se range pas d’elle-même chez les moches ou les vilaines frisées. Est-ce qu’il la pense jolie ? Elle n’irait pas lui demander.

Elle hoche d’ailleurs la tête, faire comme elle le sent. Oui, ça irait, elle y arriverait, pour l’instant, c’est encore assez délicat. Mais rien d’insurmontable, elle va finir par se laisser aller, tout doucement et trouver ses marques dans la nouvelle situation.

«Heu…d’accord. » Prendre la main, une idée étrange, elle se sent gauche, et un peu maladroite encore et pourtant, elle sait aussi plaire. Normalement. Elle n’en est plus très sûre à vrai dire, impressionnée, intriguée, incertaine, beaucoup d’hésitation, elle inspire un bon coup et puis…rit. Sans pouvoir s’en empêcher, oui, la phrase de Nemrod la fait rire et elle pouffe sans pouvoir se retenir, avant de hocher la tête. Elle rougit un instant, se mordant la lèvre, avant de venir quérir un baiser aux lèvres de son tuteur. Ses mains aventureuses se glissent contre son corps et vont à la recherche de chose plus intimes. Une question la taraude brusquement, serait-il aussi vigoureux qu’un jeune homme ou bien faudrait-il plus de temps à jouer avec son épée, pour qu’il le soit ? Elle ne va quand même pas lui poser la question et par-dessus les tissus de ses vêtements, elle sentirait bien la réponse à cette interrogation.

Son baiser continue, elle n’est pas pressée dans cet exercice et apprécie les rougeurs que la barbe de Nemrod lui procure déjà. Sa peau claire marque vite…mais ce n’est pas grave, tandis qu’elle vient se lover un peu plus contre lui, glissant sa jambe aux siennes, elle s’amuse à sortir la chemise de son pantalon pour au moins commencer à le dévêtir, son torse au moins, car elle aimerait bien sentir sa peau contre la sienne.




"C'est fou comme c'est une chose pratique le mariage.
On passe de fille de pécore à future duchesse de Brez"
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les rêves ça se compare pas.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: Palais impérial :: 1er étage-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous sur