AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: 4 ème niveau de la cité

Atomes crochus [LIBRE]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
Beth Coste
Etudiante ambrosienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t335-peuple-beth-coste-etudiante-a-l-universite-terminee
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 508
Date d'inscription : 03/08/2017
MessageSujet: Re: Atomes crochus [LIBRE] Mar 17 Oct 2017 - 12:00
Ce n’était que des badinages en fait. Elle se fiait aux différentes odeurs et goûts qu’elle avait retrouvé dans ses études mais elle n’était en rien un nez ou un sommelier. Sa description du vin en était même enfantine puisse qu’elle puisait ses connaissances de divers journées à la plage et d’une conversation passée où elle avait glané quelques termes.

“Imagé peut-être mais c’est uniquement à cause de mes connaissances dans la flore et la faune. Je vous remercie en tout cas et, pour plus de clarté, j’aime en effet votre vin.”

Une façon à elle de le remercier à son tour de l’avoir amené par sa production viticole vers des impressions enfantines qui étaient assez agréables. Elle lui sourit ensuite, amusée de savoir qu’il connaissait la bière. L’étudiante avait toujours eu le sentiment que cette boisson était populaire et qu’elle n’était pas consommée et peu appréciée au sein de la noblesse. Comme le cidre ou la gnôle en fait. On les trouvaient en abondances dans son cercle sociale mais elle doutait que les caves de l’Empire en regorgent. Et puis, un bon verre de bière, on sait à quoi s’attendre. Le vin avait tendance à tourner comme du vieux lait et il n’y avait rien de pire que cette sensation.

“Je veux bien vous croire sur parole.”

Il avait bien raison, un cuissot de sanglier ne figurait pas au menu et ni figurerait certainement pas de sitôt. Alors qu’elle l’écoutait attentivement, elle se retrouva à nouveau surprise par sa curiosité et l’entrain qu’il montrait. Comme par magie, il essayait de lier ses études avec ses activités viticoles comme si c’était la chose la plus naturelle du monde. Il était fin dans ses arguments et elle ne le vit pas venir. Un beau chasseur que ce mangeur de sanglier.

“Hypothétiquement, oui. Je n’y mettrais pas la même poésie que vous, mais c’est fort probable en théorie. Pour ce qui est de la qualité du vin, je n’y connais rien mais le reste est faisable avec quelques nuances.” dit-elle en se grattant la tête. “Voyez-vous, je suis versée en Ecologie et Biodiversité mais pas vraiment en Biologie pure. Quoi que, l’amélioration des plantes faisait partie de mes sujets d’études. En fait, il vous faudrait quelqu’un qui ait fait Biologie avec spécialité Agroalimentaire et même Géologie appliquée pour plus de résultat sur l’aspect qualité. Je connais un chercheur, il fait partie de mon groupe de révision… Intéressant…”

Beth devenait plus animée au fur et à mesure qu’elle parlait et on avait l’impression qu’elle se parlait à elle-même plutôt qu’à un interlocuteur. Faisant quelques pas, regardant le ciel, se mordant la lèvre, elle en avait presque oublié la présence du Sire Beauregard.

“Quoique, je pourrais… Hypothétiquement, bien sûr ! … Aider sur l’enrichissement du sol et la combinaison d’autres espèces au sein d’un environnement ciblé qui pourrais aider au goût, dans une certaine finalité. Je me spécialise dans la recherche et l’équilibre de la biodiversité en milieu localisé après tout. Et un vignoble en est un, pas un Parc National bien sûr mais il y a faune et flore... Influence marine, contrainte environnementale, climat… la liste est longue… Mais il y a possibilité… Peut-être même un thèse…” dit-elle en ce retournant vers l’héritier viticole avec ravissement. Tiens, il était encore là ?

“Pardon, vous disiez quelque chose ?”
avatar
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois
Messages : 76
Date d'inscription : 29/08/2017
MessageSujet: Re: Atomes crochus [LIBRE] Sam 28 Oct 2017 - 22:22
Je n’avais jamais refusé de voir l’intérêt des sciences. J’estimais, certes, que certaine connaissances devaient continuer à être éviter, mais j’étais aussi partisan de l’inverse dans d’autres domaines, la fermentation et autres restait essentiel ! Je lui fis un sourire fort poli alors qu’elle me répondait que c’était un bon vin. C’était un peu réducteur, mais difficile pour un néophyte de juger comme il fallait le vin. Bon, par contre, même si discuter avec elle était bien, je devais vite trouver une manière de l’écarter.

« Vous m’en voyez ravi… et pour votre plaisir, je vous invite à venir à ma cave,pour vous voir obtenir une bouteille, si vous le voulez, considérez cela comme un cadeau d’un connaisseur à une connaisseuse en devenir… qu’en pensez-vous ? »

Oui, si elle parlait avec de telles images maintenant, avec un peu d’entraînement, elle serait une fine goûteuse de vin… oh, sans doute pas une  sommelière, mais… mais elle semblait avantageusement placée pour avoir un bon potentiel en la matière… et vous savez que lorsque l’on trouve une jolie petite perle, on ne la laisse pas filer comme ça… par principe ! Je lui fis un petit sourire entendu alors qu’elle se disait incompétente, ou du moins, pas la plus compétente en la matière.

« Ce sera un plaisir de le rencontrer, si vous pouvez nous mettre en contact… mais si vous pouvez, sachez que nous cherchons toujours de jeunes talents pour rester les meilleurs viticoles du monde... »

Je lui souris et je la laissais un peu faire ce qu’elle devait, me parlant de son avis, de ses idées… ah, au final, elle n’était pas si peu compétente dans le domaine que cela… je lui fis un petit sourire et je l’écoutais, elle semblait tellement vibrante de passion… mais elle avait raison sur un point : il y avait de la faune et de la flore, dans des vignes, et cette faune était tellement riche, pour peu que l’on s’y intéresse… du petit gibier, quelques autres animaux, des reptiles, aussi, à certains endroits… parfois, cela devenait un véritable vivier…

Enfin, elle s’arrêta… voilà qui était bien… une personne passionnée…. Et avec plus de lumière, j’aurai sans doute vu en cela l’étincelle des gens promis aux hauteurs… mais bon… j’avais une petite idée à lui soumettre. En effet, elle n’était pas riche, cela se voyait à ses vêtements, et j’avais une petite idée qui pourrait l’intéresser.

« Non, non, rien de particulier, j’aime votre passion… mais dites-moi… vous êtes étudiantes… dans quelles conditions étudiez-vous ? Car, voyez-vous, je suis toujours intéressé par certains… poulains, dirons-nous.. et votre passion m’a séduit… passez à mon hôtel particulier, si vous êtes intéressée… mais j’aime dispenser des bourses de recherche estudiantines pour des personnes talentueuses. Mais plus que le talent, c’est la passion que je recherche… un talent est souvent bien vite source d’ennui, sans passion, mais la passion peut très largement compenser un manque de talent ! »

Bon, bien sur, j’exigeais un certain niveau de talent, et je n’investissais pas sans un minimum de garantie, ni un minimum de retour sur investissement ! Je restais un peu silencieux et j’attendais de voir ce qu’elle en penserait.

« Et quand bien même, je serai ravi de vous laisser lire le rapport de mon maître viticulteur… il y a toute une partie consacrée à la biodiversité des différents domaines viticoles… et cela devrait vous intéresser, non ? Oh, bien sur, il faudra signer quelques petits accords de confidentialité… »

J’avais trouvé une perle, vous disais-je… et il n’était aucunement question de la laisser me filer entre les doigts comme ça !
avatar
Beth Coste
Etudiante ambrosienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t335-peuple-beth-coste-etudiante-a-l-universite-terminee
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 508
Date d'inscription : 03/08/2017
MessageSujet: Re: Atomes crochus [LIBRE] Dim 5 Nov 2017 - 11:37
“C’est un cadeau que l’on ne refuse pas.” dit-elle avec un sourire.

Il lui aurait fallu économiser pendant des années afin de se permettre d’acheter une seule bouteille. Qui sait, arriver avec une telle denrée à un repas de famille permettrait de montrer à son oncle qu’il n’avait pas investi dans ses études pour rien et que ça lui faisait au moyen des relations dans le beau monde.

Ainsi, Beth partit dans sa tirade enflammée sans même vérifier si le Sire Beauregard était encore présent. Elle continuait sans s’arrêter et aurait pu parler pendant un bon moment. Seule la réalisation qu’il y avait un possible thèse à l’arriver lui fit recouvrir ses esprits et reporter son attention sur son interlocuteur. Dans sa ferveur, elle n’avait pas entendu la demande su gentilhomme de rencontrer son collègue de révision. Elle avait des choses bien plus importantes qui occupaient son esprits.

D'ailleurs, elle n'était pas la seule. L'Eskrois semblait avoir des idées également et le discours qui lui fit la ravit plus qu'elle n'aurait pu le dire.

“Je suis mieux lotie que beaucoup, fauchée mais je m'en sors. Mon oncle me paye mes études et pour le reste ben c'est au jour le jour, je me fais de l'argent de poche où je peux. Quand j'y pense, j'aurai dû me présenter pour recevoir une bourse pour ma première licence, mais bon, j'étais jeune et je ne m'en croyais pas capable. Et puis ça a laissé la place à d'autres. J'ai de la chance d'avoir une famille généreuse.”

C'était vrai, son oncle ne la voyait pas comme une pièce rapportée d'un orphelinat, il la voyait vraiment comme sa nièce et ne l'avait jamais fait se sentir comme si elle était adoptée. Au contraire, il lui avait offert il y a des années de lui payer ses études comme il l'avait fait pour ses fils, lui donnant le même départ dans la vie que ses propres enfants.

“La recherche c'est ma spécialité.” rétorca-t-elle aux anges après tout ces compliments. “Je passerai pour que vous puissiez m'en dire plus sur le sujet.”

Elle se doutait bien qu'il avait une idée derrière la tête mais elle aurait été folle de ne pas au moins écouter sa proposition. Encore faudrait-il qu'elle n'oublie pas la date et l'heure de leur prochaine rencontre. Un nouveau bouquin ou un article intéressant la poussant vers une prise de note intensive pourrait lui faire perdre la notion du temps et hop, de fil en aiguille, elle aurait perdue la semaine. C'était vraiment un miracle qu'elle arrive à ses cours...

“Ce serait avec plaisir ! Se serait mon premier rapport viticole à lire. Pardonnez-moi mais, vous avez bien dit accord de confidentialité ? Vous avez peur que j'aille vendre vos secrets à la compétition ?” dit-elle simplement avec un sourire. “Je suis ambitieuse mais pas à ce point. Qu'à cela ne tienne, si ça vous rassure alors je signerai.” conclut-elle pour qu'il ne s'alarme pas.
avatar
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois
Messages : 76
Date d'inscription : 29/08/2017
MessageSujet: Re: Atomes crochus [LIBRE] Ven 17 Nov 2017 - 20:34
Non, un cadeau du seigneur légitime de ces terres était en effet un cadeau que l’on ne se refusait pas ! Et puis, si elle avait peu de moyen, pourrait-elle vraiment se permettre de regarder les dents du cheval qu’on lui offrait ? Certainement pas. Cette petite perle promettait d’orner le magnifique collier des exploitations viticoles familiales ! Je lui souris et j’attendis de savoir ce qu’elle pensait de l’offre qu’elle était sur le point de recevoir, car si je lui avais déjà dit que j’avais quelque chose d’utile à lui proposer, c’était à elle devenir vers moi pour avoir des détails, ou, tout simplement, des aides financières. Encore une fois, je ne cherchais pas à simplement promouvoir la science ? Je promouvais la science utile. Pas le reste !

Sa situation n’était apparemment pas aussi mauvaise que ce que j’avais espéré, donc elle serait peut-être moins reconnaissante, et si sa gratitude était moins grande, elle serait sans doute moins encline à travailler pour moi à mes conditions à l’aveugle, mais elle semblait assez passionnée pour oublier de manger ou dormir, aux vues de sa passion en parlant de ce qu’elle faisait. Et j’avouerai volontiers que je n’avais pas proposé de venir lire le rapport de mon maitre viticulteur sans raison… peut être la pousser un peu plus à accepter de faire partie du « collier » ?

« Première licence ? Auriez-vous plus d’une corde à votre arc ? Intéressant… en tout cas mes compliments à votre oncle. Il doit être fier de vous, non ? »

Ah, elle venait de dire qu’elle passerait ! Parfait ! Je lui souris et inclinais obligeamment la tête pour lui faire comprendre que son geste m’allait droit au cœur. Et que cela me convenait parfaitement. Je restais un moment silencieux avant de me dire qu’elle oublierait certainement. Bon, peut-être proposer quelque chose d’autre ? Oui, mais bon, si elle ne venait pas, elle n’aurait pas la bouteille. La carotte d’avoir pensé à faire le déplacement…

« Merci… cela peut paraitre incongru, mais en réalité, il s’agit juste du protocole, c’est un document confidentiel. Vous comprenez, j’espère… sinon, je peux aussi vous proposer de passer à l’université ? J’y passerai de toute façon avant de formaliser quoique ce soit, pour m’entretenir avec votre enseignant référant, de même que si vous vous montrez intéressée et que l’avis de votre professeur me convient, il me faudra en discuter avec celui qui paye vos étude, question de logique ! Mais nous ‘en sommes pas, là ! Ce que je voulais dire, c’est que je suis tout à fait disposé à fixer avec vous un entretien pour en reparler, d’ici quelques jours ou semaines, comme vous préférez, quitte à me rendre à votre université pour cela ? Ce n’est jamais qu’une idée… »

Je souris et j’entendis un toussotement dans mon dos, je me retournais. Mon rendez-vous. Bon, l’inviter à prendre congé, ou la congédier, peut-être ?

« Deviser avec vous est un véritable plaisir, et je serai ravi de réitérer cela, une fois mon rendez-vous terminé… je n’ose vous proposer de m’attendre, bien que je n’en ai pas pour longtemps… Donc libre à vous de voir. Monsieur et moi-même avons une question d’honneur à régler au premier sang… si voir d’autres ferrailler vous intéresse ou vous amuse, tout public est le bienvenu. Mais je puis comprendre aussi que vous e goutiez pas ce genre de spectacle… »
avatar
Beth Coste
Etudiante ambrosienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t335-peuple-beth-coste-etudiante-a-l-universite-terminee
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 508
Date d'inscription : 03/08/2017
MessageSujet: Re: Atomes crochus [LIBRE] Jeu 23 Nov 2017 - 11:05
“J’ai deux licences et je travaille sur mon Master. Fier, je ne sais pas, il n’est pas vraiment du genre à s’épancher.” dit-elle en haussant les épaules.

Comme bien des hommes de la famille, il restait assez sobre dans l’expression de ses sentiments, ça ne faisait pas de lui un être complétement dénué d’émotions. Il préférait juste les garder pour lui. Beth n’y faisait même plus attention, c’était son caractère et il était accommodant, elle n’avait aucune raison de le critiquer, bien au contraire.

Alors que l’Eskrois lui expliquait les tenants et aboutissants de la confidentialité viticole, Beth écoutait attentivement. Si elle manquait souvent des détails dans les conversations, elle avait tiqué en l’entendant suggérer de passer à l’Université, de rencontrer son Directeur de thèse et son oncle. Elle ne comprenait pas bien ce qu’il voulait dire par là. Il avait un projet d’amélioration de son vignoble, certes, mais elle ne savait pas comment interpréter l’implication qu’il laissait entrevoir sous ses jolies mots. Assez naïve, elle se laissait généralement emporter par ses émotions mais elle était loin d’être sotte en ce qui concernait les Sciences.

Ses études étaient sa vie, elle comptait en faire son gagne-pain et elle prenait un soin tout particulier à ne pas fusiller sa carrière en choisissant les bonnes études et les meilleurs sujets d’études. Gardant le sourire, elle restait emballée par la possibilité de lire ce rapport qui lui donnerait un point de vue complètement nouveau sur la biodiversité des comtés d’Eskr.

“Non non, je comprends, si lire ce rapport veut dire signer un accord de confidentialité à ce sujet, ça ne me dérange pas. C’est bien plus fréquent que l’on croit en Biologie. Mais je suis vraiment trop curieuse ! Dites-moi quand et je passerais ! Il faudra juste que je le marque quelque part pour m’en souvenir.”

Nul besoin de le faire venir à l’Université pour l’instant, c’était le faire se déplacer pour rien. Si Beth courrait dans tous les sens dans ses meilleurs jours, elle était une véritable tornade dans le milieu éducatif. Les couloirs et escaliers, n’avaient pas de secrets pour elle et elle sprintait de salles en salles afin d’aménager son emploi du temps. Entre cours, conversations pédagogiques avec ses professeurs et ses révisions entre étudiants, il n’y avait pas assez d’heure dans une journée à son goût.

Le Sieur lui fit enfin savoir qu’il devait prendre congés, voyant la silhouette du nouveau venu se dessiner dans la nuit, Beth se désintéressa complètement de ce qu’il venait de dire. Enfin, elle entendit ses propos mais n’écouta absolument pas leurs sens. Il devait discuter avec un gentilhomme, fort bien, elle retournerait à son observation céleste. Point barre.

“Moi de même, se fut très instructif de vous rencontrer. Allez donc vers votre ami, il semble impatient de vous voir” dit-elle en lui adressant un signe de tête et un dernier sourire.

Ensuite, elle reporta son attention sur son télescope le plus naturellement du monde, le faisant pivoter vers sa cible avant de coller son œil à l’objectif.
avatar
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois
Messages : 76
Date d'inscription : 29/08/2017
MessageSujet: Re: Atomes crochus [LIBRE] Mer 29 Nov 2017 - 17:26
Deux licences… et en train de travailler sur son master… elle me donnait l’impression d’être de ces personnes qui, ne sachant pas quoi faire en sortant des études, continuent à étudier et y trouve une telle passion qu’ils finissaient par ne plus vouloir arrêter ! Et vous commenciez à comprendre mon point de vue sur le progrès et la recherche, non ? Voilà !  Je restais silencieux, ne cherchant pas à l’encourager en mentant, ni à la décourager en lui présentant ma propre façon de penser. Tout cela… nous en reparlerions si elle était intéressée une fois que nous en aurions plus clairement discuté. Mais ce n’était ni le lieu, ni l’heure. Le duel allait commencer, et je n’aimais pas l’idée de la laisser regarder quand je pouvais faire preuve d’un peu de cruauté…

« Je vous ferai parvenir un message par coursier une fois que je saurai quand je pourrais vous inviter à me retrouver, puis-je avoir votre nom entier s’il vous plait, afin de savoir à qui l’adresser ? »

Je lui souriais, exécutais une révérence minimaliste et lui offrait un baisemain d’adieu, comme à une dame, avant de regarder le nouvel arrivant, fronçant les sourcils, reprenant un sérieux presque professionnel. Mais il y avait un problème. La jeune femme restait là, même plongée dans ses étoiles. Oh, je me doutais que, ayant eu un petit aperçu de son esprit, je me doutais qu’elle occulterait tout le reste… mais je n’aimais, quand même, pas cette idée… J’accostais donc le nouvel arrivant, venu seul, comme convenu.

« Monsieur, le bonsoir. Je vous demande une dernière fois de renoncer à votre défi, pour votre propre bien. »

Il n’était pas bien vieux, et malgré la lune, je pouvais voir le rose lui colorer les joues. Apparemment, ma proposition avait agacé, voire plus, mon interlocuteur. Tel était le but, mais aussi l’absence de nécessité de ce duel ; D’accord, il y avait eu offense, mais que pouvait-il sincèrement faire ? Me blesser ? Et après, cela ne laverait pas son honneur. Quant à moi, j’envisageais de le défigurer. Oh, pas quelque chose d’énorme, mais peut être une balafre sous l’œil, sur je pouvais, comme un souvenir. Dans tous les cas, il ne répondit pas et porta la main à son arme, alors que doucement, je m’écartais et désignais la jeune femme.

« Voyez-vous, il y a une spectatrice inattendue… peut-être serait-il préférable de trouver un autre endroit ? »

Mon adversaire hésita avant de faire la chose la plus naturelle du monde – de son point de vue, sans doute – aller s’approcher de la jeune femme, lui demander son attention, bien sûr, et si elle ne s’en rendait pas compte, lui tapoter délicatement l’épaule.

« Veuillez m’excuser, mademoiselle, mais je souhaitais vous poser une question. Voyez-vous, dans le but de venger une offense faite, je suis en passe de défier sabre au clair votre précédent interlocuteur. Aussi, j’aimerai – nous aimerions – savoir si vous pourriez jurer par Taren que vous n’interviendrez en rien, auquel cas, votre présence n’est pas dérangeante. Dans le cas contraire, je vous demanderai de vous absenter pendant… un peu moins d’une heure, dirons-nous ? »

Il se tourna vers moi et je haussais les épaules. Il faisait bien ce qu’il voulait. Moi je me doutais qu’elle ne dérangerait pas. Toutefois, je ne pus que tenter de calmer les choses en préciser.

« Que votre conscience s’apaise, ma chère, il ne s’agit en rien d’un duel à mort, bien loin de là, il s’agit d’un duel au premier sang ou à l’abandon… aussi, vous ne serez pas coupable de complicité si jamais quelque mal arrivait durant ce duel… »

Je ne pouvais pas non plus la mettre en dehors de cet endroit avec un coup de pied aux fesses !
avatar
Beth Coste
Etudiante ambrosienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t335-peuple-beth-coste-etudiante-a-l-universite-terminee
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 508
Date d'inscription : 03/08/2017
MessageSujet: Re: Atomes crochus [LIBRE] Lun 4 Déc 2017 - 12:54
La jeune femme s’exécuta, lui donnant son nom complet pour qu’il puisse prendre contact avec elle et retourna en effet à ses étoiles. Son point de repère trouvé, elle admira le nœud de papillon caractéristique de cette constellation et notamment l’éclat rougeâtre de Bételgeuse qui se démarquait le plus nettement et dont le lustre pouvait faire penser à la naissance d’une supernova lui avait-on confié. Une brillance rouge pour cet amas d’étoiles aussi nommé le chasseur, comme quoi les Astronomes savaient avoir de l’humour. La nébuleuse était remarquable et sa clarté éblouissante ravit la jeune femme. Rajustant sa vision, elle se focalisa sur un point au Sud-Ouest où résidait le plus fidèle compagnon du Chasseur, le Grand Chien.

En plus de l’observation de la voie lactée et de ces environs, l’Astronomie offrait une multitude de connexions, des légendes qui liaient les étoiles entre elles et qui faisait de la carte du ciel, une histoire brillante et vivante en évolution constante. Elle appréciait tout particulièrement le génie de ces explorateurs qui savaient regarder une masse rayonnante et voir dans une croix apparaître un cygne, ou dans un pentagone se distinguer un cocher, donnant ainsi aux astres une identité et une personnalité propre.

Alors qu’elle s’émerveillait de ces allégories célestes, on lui tapota sur l’épaule. Pensant que le Sire Beauregard avait fini son affaire, elle se sentait toute contente de flatter la luminosité du ciel et de l’inviter à plonger son regard dans le télescope à suite. Pourtant, ce fut un regard inconnu qu’elle rencontra. Un nouveau venu qui lui faisait une demande des plus incongrue à savoir jurer ou s’en aller, le tout sans bonjour, au revoir ou merde. Les nobles étaient vraiment une espèce à part… Dans les bas cercles, quelqu’un vous offensait et ça se réglait avec un bon bourre pif suivit par une bière et des rires. Là, ils compliquaient tout avec leur rencontre nocturne, leur clandestinité et des cérémonies aiguisées à n’en plus finir et elle ne put s’empêcher de rire. C’était vraiment pas banal.

“Vous avez un sacré culot, Monsieur, de me demander de légitimer votre escarmouche devant les dieux ou de vider les lieux. Je ne me ferai ni juge, ni avocat, laissez donc Taren là où il est, voulez-vous. Quant à partir, le ciel n’attend pas et j’ai déjà perdu assez de temps à deviser avec Monsieur.” dit-elle en désignant l’Eskrois avec un sourire. “N’y voyez aucune offense, parlez avec vous fut un plaisir mais l’heure tourne.” finit-elle en faisant un signe vers les cieux.

En fait, elle trouvait le tout extrêmement comique, burlesque au fond que ça en devenait théâtral. D’ordinaire docile, elle aurait obtempéré pour bien des raisons mais voilà, le nouveau venu s’y était vraiment mal prit. D’abord en invoquant une confirmation divine alors que sa démarche n’avait rien de légal et ensuite, en lui demandant de partir. Il lui priait de mettre la Science de côté pour des broutilles ! Mais où allait le monde ! L’aube serait sur elle bien assez tôt et une nuit claire avec une lune pleine ne se répéterait pas cet hiver. Loin de se soucier du malheur qui aurait pu arriver à ces deux hommes, elle avait soudainement le souhait que le dégustateur viticole donne une bonne leçon à ce damoiseau pour avoir osé insulter cet art noble. D’un naturel peureux, elle aurait pu prendre la fuite mais son intransigeance face aux priorités de l’instruction lui donnait des ailes.

“Maintenant, si vous voulez attendre l’aube, je serai ravie de vous initier à l’observation des étoiles et Monsieur de Beauregard pourrait nous jouer un bel air de musique.” conclut-elle en reportant son œil sur l’objectif.
avatar
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois
Messages : 76
Date d'inscription : 29/08/2017
MessageSujet: Re: Atomes crochus [LIBRE] Ven 12 Jan 2018 - 10:01
La situation était un peu délicate, en effet, cet homme ne comprenait pas qu’elle n’interviendrait pas dans nos histoires, même si je m’en doutais bien, et d’un autre côté, il était vrai qu’il aurait été préférable qu’elle n’intervienne pas, qu’elle s’éclipse, afin qu’elle ne soit pas témoin de la suite, question de discrétion… mais bon, tant pis, moi, je m’étais résolu à ce qu’elle soit là, même longée dans son univers, au sens propre. Je ne voyais pas de raison de faire les choses autrement… je me contentais donc d’écouter et de me taire, attendant donc la bonne solution, le bon moment… j’attendais que cela commence, en somme. Enfin, si elle voulait vraiment rester, qui étais-je pour l’en empêcher ? Je ne doutais pas que mon adversaire verrait les choses différemment… un peu plus conservateur que moi, il ne tolèrerait sans doute pas qu’une roturière lui refuse quoique ce soit… mais bon… je restais un moment encore en silence avant de finalement prendre la parole.

« Rester jusqu’à l’aube ne sera pas possible et je crains qu’il ne faille que cinq minutes pour régler cette histoire... »

C’eut encore une fois le don de faire bouillir mon adversaire qui se retourna vers moi, prêt à en découdre, et je continuais, plus posément.

« Et votre témoin n’a qu’à se place près de notre jeune amie, ainsi, vous serez assuré de sa non intervention, et le problème est réglé... »

Tout était plus simple comme ça, même si, je le reconnaissais, elle aurait dû s’en aller avant que cela ne commence… saisissant la poignée de ma lame, je la dégainais d’un mouvement souple et en dirigeait la pointe vers mon adversaire, dans une tierce à la fois très conventionnelle et très convenue. Lui-même dégaina et m’imita. Et alors que son témoin donnait le départ de cette joue d’acier, je changeais ma garde pour une seconde, moins habituelle mais toute aussi efficace, alors que je lui laissais la possibilité de lancer le premier assaut. Assaut qui fut paré. Puis vint un deuxième assaut, puis un troisième, et à chaque parade que j’effectuais, je souriais, moqueur, avant de finalement, sur la septième et ultime passe, ma lame heurta la sienne un peu plus tôt qu’il ne l’escomptait, la déviant de sa trajectoire pour venir pénétrer la peau sous l’œil et tracer une ligne sanglante à cet endroit, balafre inoubliable de sa défaite.

« En avons-nous fini ? »

Oh non, il ne pensait pas en avoir bien vite fini, mon adversaire… mais je ne comptais pas lui laisser le choix en la matière, puisque je m’adressais à son témoin, qui ne put qu’abonder en mon sens. Aussi je me désintéressais de mon adversaire pour aller déranger poliment l’astronome en herbe.

« Je vous prie de bien vouloir nous excuser pour ces quelques instants bruyants… vous ne serez plus importunée, je vous le promets, puisque nous en avons fini. »
avatar
Beth Coste
Etudiante ambrosienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t335-peuple-beth-coste-etudiante-a-l-universite-terminee
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 508
Date d'inscription : 03/08/2017
MessageSujet: Re: Atomes crochus [LIBRE] Mar 16 Jan 2018 - 10:58
Beth n’en avait que faire de leur dispute. Les seuls astres qui l’importaient ce soir étaient bien plus insaisissables que deux nobles ayant pour projet de s’empaler mutuellement avec de grosses aiguilles. Elle n’en avait rien à faire si le nouveau venu la considérait comme une rustaude mal élevée qui devait céder sous la pression bourgeoise. Il pouvait aller se brosser tiens.

L’étudiante avait d’ailleurs recommencé à les ignorer mais Aernia que c’était difficile. A chaque bruit de lames qui s’entrechoquent, elle fronçait de plus en plus les sourcils, incommodée par ce son qui ressemblait à des ongles sur un tableau noir. Ne pouvaient-ils pas se charcuter en silence ? Cela ne serait jamais arrivé si ils avaient sorti les poings au lieu de l’acier. Ah ces nobles alors ! Aucun savoir vivre… Essayant d’oublier ce tintouin désagréable, elle décida donc de se mettre à chanter. Oh pas bien fort, juste un murmure pour se changer les idées. Elle savait bien que ses prouesses en chants avaient tendance à vider des pièces entières et ces hommes souffraient déjà bien assez.

“Alouette, gentille alouette, alouette je te plumerai
Je te plumeras la tête, je te plumerais la tête
Et la tête, et la tête alouette, haaa…”


Le témoin à ses côtés devait être le seul qui pouvait bien l’entendre et il avait l’air de vouloir que ça finisse rapidement ! Pour le salut de ses tympans, la fin du combat arriva vite et le Sieur Beauregard revint vers elle triomphant et désolé de la gêne occasionnée. Détachant son regard du ciel, elle le regarda un instant, puis son adversaire ensanglanté qui s’éloignait ? Restait ? Difficile à dire…

“Vous lui avez bien sonné les cloches en tout cas, vous êtes donc tout excusé.” dit-elle en lui adressant un petit sourire.

Il y avait peut-être du bon à un petit duel de temps en temps. Elle doutait que les deux jouteurs allaient se taper dans le dos et boire un verre ensemble pour fêter ça mais bon, c’était les nobles quoi, fallait pas chercher à comprendre. Duel fini, elle pouvait retourner à ses occupations tranquille mais c’était sans compter sur l’adversaire de l’Eskrois qui revenait à la charge.

“Il a pas l’air d’être d’accord avec vous.” dit-elle en désignant la silhouette qui se rapprochait.
avatar
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois
Messages : 76
Date d'inscription : 29/08/2017
MessageSujet: Re: Atomes crochus [LIBRE] Mer 14 Mar 2018 - 20:13
Tout était réglé, et j’avais en toute logique fait mes excuses pour le dérangement à la personne dérangée, en l’occurrence, l’étudiante prometteuse… je lui faisais un sourire et la remerciais d’un mouvement de tête de son amabilité. Elle aurait pu refuser d’accepter mes excuses, même si ça aurait été bien mal avisé dans la mesure où elle aurait alors à faire une croix sur l’offre que j’avais évoquée, mais le réalisait-elle ? Sans doute pas. Dans le fond, elle devait forcément en être consciente… je lui souris et je restais silencieux alors qu’elle me disait qu’il revenait à la charge. Je regardais par-dessus mon épaule et posais ma rapière. Puisqu’il ne jouait pas les gentlemen, je ne comptais pas agir en gentleman.

« Je vous prie de m’excuser un instant… »

Je me détournais pour me rendre jusqu’à mon adversaire qui chargeait, sabre au clair, et j’attendais son premier coup, furieux, un coup en diagonal, de haut en bas et de gauche à droite… je me glissais sous la lame jusqu’à ce que, finalement, je sois au contact. Père était un chevalier efficace, nous ne nous étions jamais aimés, mais il m’avait appris quelque chose de simple mais d’efficace : toujours avoir des cals en métal dans ses gants de duelliste, juste au cas où. Et même si je n’avais jamais été doué pour l’écouter, ne serait-ce que parce que mère le méprisait, pour ça, exactement, je savais néanmoins qu’il avait l’expérience du combat, et pour cela, je l’avais écouté. Sous sa garde, je lançais de coups successifs. Un de la droite, un de la gauche, le premier dans son menton – j’étais sûr d’avoir entendu des dents se casser – et l’autre dans la tempe pour l’assommer. Je me retenais suffisamment pour que je n’entende pas l’os craquer. Il s’effondra mollement au sol et je faisais signe à son témoin de l’emmener voir un médecin… au moins, comme ça, j’étais bien débarrassé.

« Voilà, nous en avons terminé… et si vous me parliez un peu de ces étoiles qui vous fascinent au point d’occulter la violence à proximité ? »

Oui, je lui demandais une sorte de cours en la matière… même si je n’espérais pas la voir m’en donner un exhaustif, j’étais curieux toutefois de sciences, même si je ne maitrisais pas vraiment celles-ci… et il n’y avait pas de plus belle tâche pour un apprenant que de faire apprendre pour prouver qu’il comprenait… je lui faisais un sourire alors que j’attendais de voir si ça la tentait.

« Je connais quelques constellations, mais au-delà de ça… c’est particulièrement nébuleux, mon éducation, faite en grande partie par ma mère – du moins dans le choix des choses à savoir et le rebut – ne portait pas sur la manière de se repérer aux étoiles ou leurs études… »
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Atomes crochus [LIBRE]
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: 4 ème niveau de la cité-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous surDes mêmes auteurs