AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: 4 ème niveau de la cité

Atomes crochus [LIBRE]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
avatar
Beth Coste
Etudiante ambrosienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t335-peuple-beth-coste-etudiante-a-l-universite-terminee
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 447
Date d'inscription : 03/08/2017
MessageSujet: Re: Atomes crochus [LIBRE] Dim 18 Mar 2018 - 17:00
Une fois le combattant revenu à la charge, Beth avait repris observation du télescope allant jusqu’à faire mine de ne pas entendre. C'était plus simple ainsi. Intervenir était hors de question et elle n'avait pas particulièrement envie de les admirer. Si un règlement de compte ne la dérangeait pas en soi, chacun ses problèmes, elle n'aimait pas voir le résultat. Elle avait rigolé à leur jeu d'aiguille et respectait les coups qu'ils étaient en train d'échanger mais pas assez pour applaudir.

Déjà, le Sieur Beauregard revenait.

“Je suis simplement incapable de faire deux choses à la fois et puis... regardez-moi ça, ça fait rêver.” dit-elle en levant les yeux au ciel.

Il y avait une beauté dans ce vaste lumineux qui insufflait une certaine humilité. Elle se sentait petite face à cette immensité qui la laissait l'observer sans broncher. C'était presque divin, une intervention divine qui l'autorisait à regarder de l'autre côté du miroir, de voir une bribe d'un plan, d'une continuité, d'un but que les Dieux avaient dessiné dans le ciel. Reportant son regard sur l'Eskrois, elle répondit à son sourire joyeusement alors qu'il s'autorisait un... brin d'humour ?

“Une connaissance astronomique nébuleuse... c'est une bonne blague, je m'en souviendrai !” commenta-t-elle le plus sincèrement du monde.

Elle s'approcha de lui pointa vers Orion et déplia sa carte du ciel.

“Le ciel raconte une histoire, regardez, même à l’œil nu c'est une belle histoire et je pense qu'elle va vous plaire... Orion, le Chasseur. La constellation la plus facile à repérer en hiver, enfin avec un peu d'aide... Vous voyez le baudrier ? Et là un peu plus en bas, vous suivez le baudrier et vous avez le Chien, le compagnon d'Orion, le Grand est là et le Petit ici ! C'est ses compagnons de chasses. Et ils chassent... ils chassent... le Lièvre juste là et ils ont fait peur à la Colombe en passant... C'est bien foutu hein ?”

A chaque nom, elle lui montrait la formation de ces constellations sur la carte et ensuite du doigt au ciel, en les discernait facilement. La nuit était claire et les étoiles assez brillantes. Il faisait frais mais c'était une des rares nuits d'hiver sans nuage et la lune miroitait de tout son plein.

“Bon, le ciel c'est plus que des histoires ou repérer des constellations. C'est la dernière frontière inexplorée, la prochaine devrais-je dire. Je sais ça parait fou mais il y en a qui y croient. Un jour, on sera là haut.”
avatar
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois
Messages : 68
Date d'inscription : 29/08/2017
MessageSujet: Re: Atomes crochus [LIBRE] Mer 28 Mar 2018 - 12:26
Incapable de faire deux choses en même temps… en soit, ce n’était pas une mauvaise chose, il fallait le reconnaitre. Je regardais la jeune femme avec un sourire en coin… oui, en effet, c’était une bonne chose que de se concentrer sur une seule chose à la fois, même si, à l’entendre, on aurait pu y voir un défaut, mais je ne le voyais pas comme ça. Je voyais cela comme une bonne chose, quelque chose de positif.

« Faire plus d’une chose à la fois c’est prendre le risque de mal faire les deux… donc je suppose que c’est une bonne chose, non ? »

Quoique certains pouvaient réussir les deux, comme moi ! Mais je comprenais que ce ne soit pas donné à tout le monde… je souris et j’attendais de voir ce qu’elle allait me montrer. Le ciel étoilé était magnifique, il était vrai… mais pour autant, je ne voyais pas que sa magnificence. J’y voyais quelque chose d’autre et qui me déplaisait un peu. Aussi beau que cela soit, cela renvoyait au monde sa propre insignifiance… je soupirais devant ça, un peu accablé…

« Je ne l’ai pas faite exprès, c’est ça le pire… »

Je lui souris et je restais encore silencieux, la regardant me montrer quelques constellations, suivant son doigt pour bien les repérer. Je reconnaissais que ceux qui avaient nommé les constellations avaient eu la tête bien faite, assez logique, mais de là à estimer que le ciel était bien fait… certes, puisqu’on le devait à Aernia et Soarnial, il devait l’être… mais bon… de là à dire que… Elle parlait de nouveau et je ne pus m’empêcher d’éclater de rire… aller vers les étoiles… non, je n’y croyais pas un seul instant… je lui fis un sourire et je restais silencieux un instant, silence uniquement ponctué de mon rire et de ma difficulté à le calmer…

« Pardon, ce n’est pas contre vous… c’est que rien n’indique qu’on peut les atteindre, rien n’indique que ce n’est pas un royaume inaccessible, celui des dieux, alors y aller…. Et puis… et puis vous comptez faire comment, avec un canon, comme dans le roman feuilleton ? »

Oh, je ne me moquais pas d’elle, mais de cette idée.

« Soyons réalistes… avant de tenter ce genre de bêtise, il y a bien des choses que la science doit faire pour aider son prochain, et si un jour on a du temps à perdre, alors nous verrons… »
avatar
Beth Coste
Etudiante ambrosienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t335-peuple-beth-coste-etudiante-a-l-universite-terminee
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 447
Date d'inscription : 03/08/2017
MessageSujet: Re: Atomes crochus [LIBRE] Mar 17 Avr 2018 - 17:00
“Je suppose que vous avez raison.” dit-elle un instant songeuse.

Il est vrai que par maintes occasions, elle s’était dispersée dans son travail et avait oublié des objets ou des tâches à faire. Le pragmatisme de cette réalisation la dépassait totalement, ignorante de ces propres fautes peut-être ou trop obnubilée par le spectacle du ciel qui occupait toute son attention. Joignant son rire au sien, elle en vint même aux larmes.

“Vous êtes trop terre à terre, si je puis me permettre. Comment faire est le bout du tunnel, ce qui compte c’est le chemin. Les Sciences sont d’abord un moyen d’exercer son imagination puis de réaliser ou abroger nos folies par des expérimentations. Faut croire que ce loufoque de Prof d’Astronomie a déteint sur moi avec ses idées mais qui peut le blâmer.” dit-elle en désignant la voûte céleste.

Toutes ces lumières scintillantes appelaient les hommes au plus profond de leur besoin primal. Ce prof un peu déjanté lui avait enseigné quelques choses bien qu’elle ne suive pas ses cours.

“Vous savez ce qui nous attire dans les choses qui brillent ? C’est bête mais si rudimentaire… alors appât du gain, l’or, le pouvoir, bien sûr ! Mais la raison originelle c’est beaucoup plus primale que ça.
C’est la réflexion miroitante du soleil sur un point d’eau. Ça appelle notre besoin vital à nous hydrater et attire notre regard, nous pousse à aller dans sa direction. Alors métaux, bijoux, paillettes, étoiles et j’en passe mais il est normal que l’on soit attiré. Et plus profond le désir, le plus extravagante seront les hypothèses et la soif d’en découdre.”


Pour une Biologiste, cette hypothèse rayonnante avait eu une incidence assez révélatrice, ça coulait de source comme disait l’autre. Alors oui, la brillance de l’eau avait évolué en idée du luxe et de la richesse, la montée sociale de l’homme dans un monde divisé par les classes, une évolution toute aussi primaire que bénéfique au développement humain aurait dit certains.

“Ça vous en rendrait presque humble, non ? Reconnaître que malgré notre sophistication et nos progrès, nous sommes toujours attirés par nos besoins les plus innés.
Alors, certains crient à l’hérésie quand on parle du ciel et d’y aller, ce royaume inaccessible réservé aux Dieux, c’est bien ça que vous avez dit ? J’en convient, ce ne serait pas très bien vu de venir toquer à leur porte sans invitation mais qui sait, ils nous feront peut-être un signe quand le moment sera venu.”


De quoi rêver ! Et c’était bien sûr la clé de sa passion pour la Science, le rêve et les possibilités qui s’en suivent, avoir l’esprit étriqué n’avait pas sa place dans cette discipline.

“Alors bêtise ou pas… on s’en fiche, c’est pas fait, à voir à la prochaine édition.
Sinon, je suis curieuse ! Qu’est-ce que la Science peut faire en priorité pour aider son prochain selon vous ?”


avatar
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois
Messages : 68
Date d'inscription : 29/08/2017
MessageSujet: Re: Atomes crochus [LIBRE] Sam 5 Mai 2018 - 0:11
Non, il ne fallait pas se contenter de supposer, c’était trop facile, mais c’était aussi une manière de faire une concession, alors je haussais les épaules, comme si cela n’avait pas vraiment d’importance, dans le fond. Je me contentais donc de sourire de rajouter, sur un ton légèrement détaché, comme si cela n’avait pas de réelle importance, ce qui était bel et bien le cas ici, quoiqu’on en dise…

« Oh, il y a des gens qui y arrivent, mais ils sont une extrême minorité… et puis, ce serait mal avisé de présumer de nos forces, n’est-ce pas ? Au final, nous sommes condamnés à nous plonger dans une activité et faire l’autre à la manière d’un dilettante... »

Pour la suite, je n’étais pas complètement terre à terre non plus, je rêvais, comme tout un chacun, et que mademoiselle m’excuse si je ne visais pas assez haut… mais le monde avait suffisamment besoin de changements, à commencer par placer la bonne personne sur le trône, ce qui était mineur face au reste des problèmes. Nous n’étions pas d’accord quant au fonctionnement de la science fallait-il croire, mais sa manière était trop idéalisée, pas assez pragmatique.

« Point de désaccord je le crains… celui qui cherche toute sa vie sans trouver est quelqu’un qui a raté ses recherches, qu’il ait parcouru du chemin ou ait fait du sur-place ne change rien au fait qu’il a échoué et a gaspillé sa vie en vain. Car au final, il n’aura fait que profiter de ceux qui s’échine à vraiment agir pour vivre à leurs crochets, comme un parasite. La recherche pour la recherche ne doit pas être encouragée, c’est pour le résultat que la recherche compte. Si le chemin est agréable, alors soit, c’est un plus, mais celui qui dira que le chemin compte autant que la destination est systématiquement quelqu’un qui a atteint sa destination. Les sciences sont un outil. Et il revient à ceux qui maitrisent un tel outil de le mettre au service des autres. C’est un devoir. Et qu’importe que le résultat soit une nouvelle technique de dessalage des morues ou une nouvelle manière de produire de l’électricité. »

Ma vision était réductrice, mais elle se basait sur quelque chose de simple : la volonté de changement du monde. Le monde réel n’était pas fait pour les rêveurs, et seuls les nobles assez riches pour se passer de résultats et de travail pouvaient se permettre de rêver. Que les autres gagnent leur croute. Comme tout le monde. Elle y compris.
Je replongeais mon regard dans la voute céleste et je restais à ne rien dire, la laissant reprendre alors qu’elle parlait… encore une fois point de désaccord, et je trouvais cela presque aussi limitée que ma propre version… le reflet dans l’eau… c’était une chose possible certes, mais je ne donnais pas mon avis cette fois. Pour moi, c’était surtout un rappel de la lumière dans l’obscurité et du coup un moyen superstitieux, étant donné que l’or brillait, de lutter contre la peur du noir qui signifiait l’inconnu, le dangereux…

« Je pense que ça nous rend surtout superstitieux, tout cela… l’humilité vient plus de ce que les astronomes ont appris sur les étoiles… nous ne sommes rien, pas même l’équivalent d’une de nos secondes, à leurs yeux… »

Je souris.

« Quant à ce qui devrait être fait en priorité, regardez autour de vous, il y en a des milliers, de possibilité : de nouvelles techniques de cultures agricoles, pour que la nourriture soit moins chère et plus accessible à tous, idem pour l’invention de nouvelles méthodes de tissages, par exemple. D’autres systèmes de production d’électricité, que chacun puisse y avoir accès… les idées ne manquent pas. Là, il faut être créatif, et là, elle peut être encouragée. »
avatar
Beth Coste
Etudiante ambrosienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t335-peuple-beth-coste-etudiante-a-l-universite-terminee
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 447
Date d'inscription : 03/08/2017
MessageSujet: Re: Atomes crochus [LIBRE] Dim 24 Juin 2018 - 17:36
Beth l'écoutait et plus elle entendait ses dire, plus elle s'y perdait. Elle avait beau répéter les paroles qu'il prononçait dans sa tête, elle n'arrivait pas à saisir le sens des phrases qu'il bavait. Son discours allait sans finir, se transformant en monologue de prose qui l'embrouillait. Ainsi, elle se souvint d'une citation très sage qu'un de ses professeurs avait dit en classe une fois: "C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son que tant de gens paraissent brillants avant d'avoir l'air con."

Malheureusement pour le Sieur Beauregard, c'était exactement l'opinion qu'elle avait de lui en ce moment. Il la prenait pour une idéaliste ne respectant pas sa place qui devrait se donner aux avancées du monde plutôt qu'à ses notions rêveuses et, en retour, elle le prenait pour un noble arrogant qui donnait au devoir sa propre définition pour servir ses ambitions avec une fausse notion de vouloir servir le monde.

“Je crains que nos avis divergent sur ces points et qu'aucun de nous ne flanche. Je me trompe ?”

Afin de calmer le jeu, elle lui sourit tout simplement. Les Sciences qu'elle étudiait avait un but précis dans sa tête. Elle ne voulait pas servir le monde, le gouvernement ou l'intérêt général. Elle était en recherche constante de nouvelles inspirations afin de comprendre la création divine que le panthéon leur avait laissé et son secteur n'allait pas apporter d'avancées technologiques signifiantes au bon fonctionnement de la société, alors à quoi bon essayer de se défendre.

“Allez, et si on changeait de sujet, je sens que je ne suis pas de taille à vous affronter sur celui-ci. J'admets ma défaite.
Par exemple, et si vous m'expliquiez ce qui pousse un homme de votre condition à se battre ? Non franchement, ça m'intéresse, vous n'avez pas l'air du genre à vous cacher et à faire ça sous le couvert de la nuit, alors qu'est-ce qui s'est passé avec l'autre là ?”


avatar
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois
Messages : 68
Date d'inscription : 29/08/2017
MessageSujet: Re: Atomes crochus [LIBRE] Hier à 22:22
Bon, au moins nous pouvions nous accorder sur le fait que nous n’étions pas réellement du même avis, et que nous n’aurions sans doute pas la possibilité de nous entendre sur le sujet. Et pour le coup, je devais avouer que je ne voyais pas pourquoi, mais bon, les scientifiques… enfin bon. Je souris poliment alors qu’elle disait cela. Et puis de toute façon, je n’avais pas besoin de la faire rejoindre ma cause, en fait. Je pouvais tout à fait me permettre de ne pas surenchérir, et d’ailleurs, c’était ce que je faisais, faute de mieux. Ce qui me gênait plus, par contre, c’était cette vacuité de l’utilité d’une telle science purement théorie. Enfin bon… je me contentais de dire.

« Accordons nous sur un désaccord, donc. Et restons-en là ! »

Oui, voilà, je ne voulais pas chercher la petite bête. Pas maintenant en tout cas. Je lui fis un sourire avant de finalement lui sourire alors qu’elle changeait de sujet… c’était vrai qu’il était de bon ton de savoir reconnaitre quand on avait perdu, et il était dans ma mansuétude naturelle de faire comme si de rien n’était sur ce point. Je restais silencieux avant de finalement entendre sa question. Je pouvais comprendre que le concept d’honneur puisse lui sembler un peu étrange, certes, mais je me disais qu’il s’agissait sans doute de choses purement nobles… je la regardais avant de finalement lui répondre, en essayant de clarifier les choses.

« Certains estiment qu’une offense doit se régler dans le sang, que c’est une question d’honneur. Et en tant qu’homme d’honneur, en tant que personne bien éduquée, je ne peux me dérober, que la loi soit en ma faveur ou en ma défaveur n’entre pas en ligne de compte. Il est des choses au-dessus des lois, et que l’honneur seule peut régler. Certes, il s’agit plus d’une tradition qu’un impératif… mais c’est tellement ancré que tout bon gentilhomme qui se respecte ne passerait pas outre… »

Voilà une bonne manière d’expliquer les choses. Je lui fis un sourire avant de finalement revenir sur le pourquoi de ce duel qui la touchait plus ou moins de près, puisqu’elle avait assisté à toute la scène.

« Quant à ce duel… disons que comme souvent, tout est une histoire de femme. Il est possible que je me sois un peu trop intéressé – sans dépasser les limites de la décence et de la bienséance, cela va de soi - à l’épouse, ou la future épouse, je ne saurais pas dire, de cet homme qui a estimé dans toute sa sagesse que cela portait atteinte à son honneur personnelle. Mais qui suis-je pour le contrarier sur le sujet, au juste ? »
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Atomes crochus [LIBRE]
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: 4 ème niveau de la cité-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous surDes mêmes auteurs