Les Chroniques d'AmbrosiaConnexion

Atomes crochus [LIBRE]

Partagez
Sujet: Re: Atomes crochus [LIBRE] Atomes crochus [LIBRE] - Page 4 1545043444-icon-minipostedMer 26 Sep 2018 - 16:40
“C’est vrai, c’est un peu extrême comme réponse pour une simple boutade… Mais si c’est dans votre culture…”

Ah voilà, il fallait qu’ils restent cachés, ça expliquaient beaucoup. Protéger son honneur tout en suivant les traditions… Mouaip, c’était quand même une drôle de clique ces nobles. Ils se compliquaient bien la vie et ils avaient l’air d’aimer ça en plus. Déjà que c’était pas simple de se faire une place dans le monde mais alors, le faire en traînant un nom à coucher dehors et la pression familiale du beau mariage et de faire grossir les coffres, merci bien !

“Enfin… C’est pas comme si ils allaient vous jeter en prison pour un duel, si ? Vous auriez quel genre de réprimande si c’était à se savoir ?”

Curieuse à l’excès, elle ne vit pas que sa démarche pouvait être interprété de travers. Beth n’avait aucun désir d’aller dénoncer le duel pour autant, elle souhaitait simplement comprendre quel genre de remontrance il pourrait avoir dans un but purement théorique.

La suite pourtant, lui fit froncer les sourcils. Le noble seigneur en cape semblait s’énerver contre elle. Sec, il bombait le torse et son ton prit une tournure des plus surprenantes.

“Ah mais je vous juge pas, loin de là, je pensais juste que j’avais bien choisis ma nuit pour aller faire une ballade, c’est tout. C’est pas banale comme rencontre, il faut bien l’admettre.”

Espérant calmer ses ardeurs, elle souhaitait juste expliquer les circonstances étranges de cette nuit. Oui, ça lui foutait un peu les boules de se trouver devant un prétendant au trône qui était à mille lieux du standing de feu le Prince Consort mais bon, c’était comme ça. C’était pas des histoires qui la touchaient vraiment.
Elle l’écouta à nouveau en se grattant la tête. Ouais quelqu’un important et tout le tralala… La vache, ça le rendait pas aimable en tout cas !

“Je sais pas moi, vous pourriez être en recherche de belles vignes dans le coin, y en a pas mal qui sont relativement à l’abandon dans les alentours.
Mais bon, si c’est le trône ou un duel de plus qui vous retient, c’est vous qui voyez. C’est vos histoires et je ne m’en mêle pas mais y a quand même des choses plus belles et intéressantes à faire dans le coin que se battre sous la lune.”


Atomes crochus [LIBRE] - Page 4 Lnc8hf10
Sujet: Re: Atomes crochus [LIBRE] Atomes crochus [LIBRE] - Page 4 1545043444-icon-minipostedJeu 25 Oct 2018 - 9:58
Dans ma culture ? Non, ce n’était pas dans la culture eskroise de dissimuler les griefs, bien au contraire… mais les ambrosiens étaient quand même plus compliqués sur le sujet… oh je ne risquerai pas ma vie, et je ne risquais même pas grand-chose… question de diplomatie : cela ferait mauvais genre de mettre aux fers ou même d’infliger une amende à un étranger d’un lignage aussi prestigieux… Lowell n’apprécierait pas… j’eus un sourire en coin… en fait, cela dépendant du statut, tout simplement…

« Je suppose que la réprimande dépendra beaucoup du rang de la personne…. Mais étant donné mon sang et mes relations… on me fera subir… allez, tout au plus un sermon sur le fait que tenter d’occire son prochain, ce n’est pas bien… »

Je ris à cette phrase. Voilà de quoi détendre à nouveau l’atmosphère, dans la mesure, où, je le savais, je soufflais le chaud et le froid en permanence… quant au reste, je ne voyais, sincèrement, pas l’intérêt de mettre l les duels hors la loi. Mais bon, je supposais que c’était une autre manière de faire rentrer de l’argent dans les fontes de l’état en toute discrétion… et comme c’était une « punition » qui s’en serait plaint ? Enfin bref… je regardais la jeune femme alors qu’elle me détrompait. Sincèrement, il valait mieux pour elle de ne pas me juger. Elle était peut-être jolie, intelligente, mais elle n’était personne. Et ça, c’était le plus important. Elle n’avait pas assez de bon sang pour que je puisse tolérer un jugement ou une critique trop appuyée de sa part… d’une certaine manière, elle avait de la chance de vivre à Ambrosia. Je m’adoucis. Non, ce n’était pas banal.

« Tout le monde n’a en effet pas la chance de rencontrer son souverain légitime en pleine nuit dans un parc… »

Je m’esclaffais par contre vraiment quand elle me parla des vignes que je pourrais être en train de prospecter dans le coin… non, mais, ça, c’était vraiment amusant ! Surtout quand on savait à quel point on m’empêcherait d’acquérir des terres aussi proches de la capitale… je fis un sourire en me clamant. Mieux à faire que de se battre sous la lune ? J’étais d’accord, mais nous aurions sans doute encore des divergences sur les choses mieux à faire, justement. Je restais un moment sans rien dire avant de sourire et de lui dire.

« Possible… mais il existe certaines valeurs qui valent le coup de prendre le temps d’être défendues sous la lune, comme l’honneur, par exemple… »

Voilà, une manière de relativiser les choses. Hey, on n’allait pas dire, que je ne faisais pas d’efforts. Toutefois, je me demandais si passer autant de temps à me justifier devant une paysanne était une bonne chose… je restais silencieux avant de finalement lui lancer, comme ça.

« Mais je suppose que cela vous passera sans doute un peu au-dessus, absorbée que vous êtes par votre science… d’ailleurs ! J’avais une question sur le sujet ! Comment faites-vous pour accepter d’avoir tort, in fine ? Je veux dire, quoique l’on découvre aujourd’hui et du coup, que l’on affirmera, quel effet ça fait de savoir que toutes vos théories seront remises en causes, voir invalidées, grâce aux progrès d’autres ? »

Oui, j’avais du mal à comprendre comment on pouvait accepter ce genre de choses…. Donc ce n’était ni une critique, ni une insulte déguisée, juste une curiosité…
Sujet: Re: Atomes crochus [LIBRE] Atomes crochus [LIBRE] - Page 4 1545043444-icon-minipostedDim 23 Déc 2018 - 16:36
“Ça m'a l'air compliqué quand-même.” doit-elle avant de se joindre à son rire.

Bon elle ne comprenait pas tout, pratiquement rien à vrai dire. Mais c'était un autre monde, un monde auquel elle n'appartenait pas et n'appartiendrait jamais, Aernia soit louée ! Sa petite vie partagée entre le Cercle des Sciences et l'île de l'Université lui convenait parfaitement. Elle pouvait flâner en ville, transformer une sortie au marché en véritable exploration et course à travers la cité. Passer une journée au bord de l'eau à dessiner ou encore s'installer dans les jardins royaux sans qu'on la remarque ou la dérange. Il y avait une facilité et une liberté certaine à n'être personne, ou personne qui importe. On la laissait tranquille et elle aimait ce sentiment.

“Si vous le dites.” répondit-elle simplement.

Elle le laissa donc s'esclaffer à loisir, puis relativiser les choses. Ils étaient bien différents mais ils avaient assez de jugeote pour le pas trop insister sur les sujets qui fâchent. Il était fier comme artaban et elle insouciante comme une cigale. Des êtres bien à l'opposé l'un de l'autre dont la rencontre incongrue resterait muette et ignorée des autres.

Sa question lancée dans les airs la raviut tout particulièrement. Il avait de la suite dans les idées, c'était le moins qu'on pouvait dire. Elle le voyait réellement curieux et intéressé peut-être depuis la première fois depuis le début de leur conversation.

“Écoutez, c'est une vérité universelle qu'on est limité par son époque. Des choses que l'on pensait impossible il y a vingt ans sont désormais concrètes.
Je m’appuie sur des théories énoncées au siècle dernier, majoritairement. Quelles soient infirmées ou prouvées par mes travaux aujourd'hui n'a pas d'importance. La clé, ce qui importe, c'est quelles ne soient pas abandonnées, mises de côtés parce qu'elles ne sont pas jugées importantes. Il n'y a rien de pire que l'oubli en Sciences. Que nos travaux soient reconnus ou non, on essaye de reprendre les théories d'antan et leur donner une vision moderne avec les nouvelles données que nous avons.”
dit-elle doucement avant de faire une pause. “Alors, qui sait… dans dix, cent, mille ans, on dira peut-être de moi que j'étais une réformatrice ou une délurée complètement à côté de la plaque, je m'en fiche.
Mais, si ne serait-ce qu'une personne continue mon travail avec l'idée de la mettre au goût du jour, quel panache !”


Elle avait parlé avec une douceur certaine, pratiquement émerveillée par ses propres mots. C'est justement un des points qui l'avait fasciné avec les Sciences. Des précurseurs détrompés des années plus tard étaient toujours dans les programmes. On enseignait le vrai, comme le faux, comme uej référence que l'erreur n'était pas une faute mais un piédestal pour les générations futures.

“Et pour vous ? Qu'est-ce que cela fait de goûter sa propre création ? Une nouvelle technique que vous auriez développé, un ajout ou une suppression qui ferait une différence. C'est en fait un procédé scientifique que de faire du vin. Qu'est-ce que ça fait de pouvoir toucher son œuvre ?”


Atomes crochus [LIBRE] - Page 4 Lnc8hf10
Sujet: Re: Atomes crochus [LIBRE] Atomes crochus [LIBRE] - Page 4 1545043444-icon-minipostedVen 15 Fév 2019 - 7:51
Nous ne pouvions définitivement pas nous entendre, c’était avéré. Au mieux, elle pouvait être utile et je ne renonçais pas à mes idées. La seule chose qui m’intriguait était cette question que je m’étais posé et que du coup, je lui avais posé… cette question de savoir qu’un jour, tous les scientifiques finissaient par avoir tort. En soit, attention, je n’avais rien contre la science, bien au contraire. Seulement, ; il ne fallait pas nier que cela limitait grandement les choses… je restais un instant en silence avant de finalement la regarder avec un air plus intéressé que par ses autres paroles… toutefois, sa conclusion sur le sujet était particulièrement arrogante et déplacée. A vrai dire, si quoique ce soit persistait on, dirait qu’elle avait la folie des grandeurs. Tout simplement. Enfin bon, elle était jeune et avait des rêves plein la tête. On ne pouvait ni le nier, ni le lui refuser. Elle avait le droit de rêver… mais le nombre de personnes qui marquaient l’histoire sans être de la haute société étaient d’un nombre infime ! Et c’était normal. Je restais silencieux, ne rétorquant rien, quoique je puisse dire en toute honnêteté, c’aurait sans doute été mal pris.

« Eh bien pour être honnête, mon cas est différent. J’emploie des personnes qui inventent et innovent. Je ne le fais pas moi-même. Pourtant vous m’en attribuez la création. Voilà qui est intéressant… au fond, n’est-ce pas ce que vous risquez, dans le fond. Que quoique vous trouviez, on ne vous en offre aucun crédit ? Je vais vous donner un conseil : ne laissez jamais quelqu’un qui a trop d’argent sponsoriser vos travaux ou vous en perdrez tout le crédit… »

Oui, voilà la triste vérité des choses… garder le crédit de ses travaux… il suffisait de comprendre cet aspect ou alors il fallait s’assurer que l’on ne puisse vous en retirer le crédit, mais cela, c’était une autre histoire. Mais bon. Tout cela pour dire qu’il faudrait sans doute que je réponde à ce qu’elle me disait au lieu de digresser.

« Et pour être honnête, il y a un certain plaisir, ou un plaisir certain, à profiter d’une invention de la sorte. Mais pour en revenir à ce que je disais tout à l’heure, il ne s’agit en rien d’une science pour la science, mais d’une science appliquée et surtout d’expérimentation. Empirique, je le crains. Nous sommes loin de la grande science dans vous vantez les mérites… »

Oui, voilà une bien grande vérité… mais bon, je supposais qu’elle idéalisait trop le concept même de science.

« Après si je vous écoute tout est science, chose que je ne soutiens pas forcément… la science requiert des protocoles, notamment, et l’expérimentation empirique s’en dispense clairement… de plus, je doute que la science prenne en compte les Dieux, est-ce que je me trompe ? Le Don de Natos ne porte pas son nom pour rien… »


Atomes crochus [LIBRE] - Page 4 Sl9nLZE
Sujet: Re: Atomes crochus [LIBRE] Atomes crochus [LIBRE] - Page 4 1545043444-icon-miniposted
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum