AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: Îles alentours :: île de la Pourrière

Et deux jus de pomme qui piquent !

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t155-pupille-emily-de-brez-cantatrice#2422
Nationalité : Eskroise
Messages : 166
Date d'inscription : 26/02/2017
MessageSujet: Et deux jus de pomme qui piquent ! Sam 12 Aoû 2017 - 8:57
Une casquette de gavroche vrillée sur la tête, Emily y a caché sa tignasse rousse, retenue par des épingles de chignon, pour qu’on ne la reconnaisse pas. Ça, avec un pantalon d’homme, une chemise, un gros pull marin bleu et un manteau d’homme qui cache ses formes. Sa taille, pas trop possible de la détailler, ses seins sont bandés et c’’est plutôt désagréable, mais au moins, elle est méconnaissable, et si tant est qu’n la scruterait un peu trop, sacasquette enfoncée laisse peu d’place aux détails. «J’te plait comme ça ? »

Minaude-t-elle auprès de Gaël, pensant qu’en ressemblant à un garçon, forcément, il devrait pas la trouver vilaine. Oui, pour elle, il reste un amoureux des hommes, quoi qu’il dise et au fond, dans cet accoutrement, elle espère bien lui plaire ! C’est toute sourire que la demoiselle glisse dans la foule de la foire, en compagnie de son meilleur ami !

SI Nemrod apprend ça, il va gueuler. Mais elle s’en fiche ! Quelques heures de libertés, la voilà qui s’est faufilée, déguisée, pour aller profiter de la foule avec le jeune garçon qui est son acolyte de toujours. Elle n’est point fâcher d’être là, point fâchée d’y aller, point déçue non plus ! Elle évite tout bonnement de parler trop fort, essayant de mettre du grave dans sa voix, et de tenir la main de son ami. Bah oui, deux hommes qui se tiennent la main, à Ambrosia ça ne plait pas trop !

« Bah alors c’messieurs, ça leur dit pas deux jus de pomme qui piquent ? » Hélés par un tavernier tout maigre, Emily sourit, elle attrape le bras de Gaël et l’entraîne vers le stand de boisson sous tente, histoire qu’ils essayent ce cidre. L’homme leur sert deux gobelets. « Dégustation gratuite messieurs, si ça vous plait, allez à l’intérieur ! » Les gobelets ne sont évidemment pas remplis, mais Emily remercie l’homme et boit sa gorgée, en faisant une grimace.

C’est pas super bon…mais elle se reprends vite fait et remercie l’homme avant de dire qu’elle veut tester sa force. Crédible pour deux gringalets ! Elle tape l’épaule de son collègue et l’entraîne. «Bon Dieu qu’il était pas bon son truc ! J’ai la langue toute rappeuse maintenant ! » Lance-t-elle en riant. «J’ai envie de faire de la grande roue, tu veux ? Elle m’tente depuis qu’on est arrivé !’ »

Et vu la bouille qu’elle arbore en disant ça, ça veut dire qu’elle a très très envie s’il te plaiiiit.




"C'est fou comme c'est une chose pratique le mariage.
On passe de fille de pécore à future duchesse de Brez"
avatar
Gaël François
Valet de Nemrod
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois - Thormien
Messages : 57
Date d'inscription : 19/05/2017
MessageSujet: Re: Et deux jus de pomme qui piquent ! Mer 23 Aoû 2017 - 9:52
Oh ouais, la fête foraine ! Comme j’étais content d’y aller ! Genre content d’chez content ! M’sieur l’Envers m’avait donné mon aprèm, alors je pouvais en profiter. Mais c’était pas ça, l’plus important ! L’plus important, c’était qu’elle avait ait l’mur pour qu’on y aille ensemble ! Sinon, ç’aurait pas été drôle, devoir y aller tout seul ! J’souris et j’dévisageais le faux m’sieur qui m’accompagnait du coup. Ben ouais, quand on est une princesse, il faut bien s’déguiser pour passer inaperçu… mais là, elle passerait presque pour un mec qui sort à peine de l’adolescence et qui, du coup, a pas d’poil au menton… mais ça m’f’rait mal qu’elle se fasse trop draguer et moi que dalle… fin bref ! Moi j’dis, de toute façon, on va s’amuser ! Alors quand elle se met à faire de p’tites mines en m’demandant si elle me plait, j’me contente de lui mettre une bonne claque sur l’cul avant qu’on aille dans la foule. Heureusement, comme il fait bien froid, ben y a moins d’monde que d’habitude ! Et j’dois donner froid aux bonnes gens en m’baladant avec des manches courtes… mais comparé à Thorm, il fait même pas frisquet !

Ah on nous propose un jus d’pomme qui pique… moi j’dis pas non ! Et j’le bois… j’prends le gobelet et j’y trempe les lèvres… hey c’était costaud sa merde ! Pas dégueu, mais pas bon non plus, le genre de truc que tu peux boire à la chaine, mais qui fait plus un effet de « bof » qu’aut’chose ! Je lui souris en voyant sa réaction, pis j’ricane d’vant sa tête et sa plainte. Moi j’connais un r’mède cont’ les langues râpeuses. Même qu’c’est elle qui a commencé à m’le faire. Alors au moment ou y a la langue un peu dehors, j’la chope entre mes doigts et j’frotte !

« Voilà, pu râpeuse ! Et puis, son truc, là… faut r’connaître que c’est pas du cidre de gonzesse ! »

J’risque de m’faire mordre alors j’retire vite les doigts. Elle a les dents qui font mal quand elle s’y met. Pis j’prends sa main pour pas qu’on s’perde dans la foule – parce que y ‘en a moins que d’hab’, mais y en a quand même ! J’lui souris et j’dis oui d’la tête. Moi j’aime moyen ça, mais si on fait un tour d’grande roue, ça veut d’après, c’est à moi d’choisir, et j’veux faire un tour dans l’labyrinthe des miroirs ou dans le chapiteau des monstres. Pis là j’pense à un truc et j’lève la tête vers la roue.

« T’sais c’que j’me dit ? Qu’j’aurai du proposer à Saraid d’nous accompagner… elle aurait adoré ! »

Elle sait pas qui c’est. J’vais pas le lui expliquer, flemme. Pis elle me tap’rait une petite crise de jalousie ! Mais Saraid, c’est ne copine, ptetre plus, j’sais pas. Tout c’que je sais, c’est qu’elle est gentille, pas toujours finaude, mais très mignonne. Elle m’plait bien, surtout quand y a des reflets roux dans ses ch’veux. Ouais, j’ai un faible pour les reflets roux, et alors ? Pis comme Lil’ a ses journées bien prises, faut bien que je m’trouve d’autres comparses pour mes escapades ! Pis elle m’aide à mieux grimper… on dirait un chat, cette fille, elle grimpe n’importe où, même quand j’vois pas d’prises, elle en trouve.

« Bon, on y va à la grande roue ? »
avatar
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t155-pupille-emily-de-brez-cantatrice#2422
Nationalité : Eskroise
Messages : 166
Date d'inscription : 26/02/2017
MessageSujet: Re: Et deux jus de pomme qui piquent ! Ven 25 Aoû 2017 - 22:02
«Saraid ? C’est qui ça Saraid ? » La voix de Lily n’est pas très engageante, elle réagit au vif, jalouse de nature, sans l’avouer, son amitié avec Gaël ne saurait souffrir d’aucune concurrente, mais ce n’est que de l’amitié bien entendu et elle regarde son ami, en attendant une réponse. Elle attends une réponse, en donnera-t-il ? Elle n’en a aucune idée ! Il l’énerve, voilà ! «Tu veux pas y aller avec Saraid ? »

Et voilà, elle boude ! Emily déteste sa vie au palais, elle déteste être enfermée dans cette foutue vie d’ambassadrice, et elle déteste, encore plus, ne pas savoir qui est Saraid ! A Thorm, elle aurait de suite su qui c’était et tout aurait été au mieux, mais là !
Cette foutue jalousie, elle ne l’aime pas, peut-être a-t-elle peur de perdre Gaël à Ambrosia. Il accepte d’être valet de Nemrod, de vivre ici, mais pourquoi ? Juste par amitié ? Un jour il s’en irait peut-être et elle serait triste. Parfois ça l’angoisse, mais elle en lui dirait pas, après elle se résonne, il a fait la moitié du monde pour la retrouver ce n’est pas pour partir avec le premier venu !

Mais là, c’est une fille. Sa rivalité d’amie entre en jeu.
Ça ne lui plait pas du tout. Du tout !

Elle a dit ça avec un grand sourire, comme si de rien n’était avant de se diriger à la grande roue, il n’y a pas grand monde, ce qui est bien, elle se permet donc de payer les tickets et de s’installer dans une nacelle où ils ne seront que deux. Les mains dans les poches, elle n’a pas réellement froid, mais elle ne parle pas trop.

« Tu vas faire quoi le soir du grand bal d’Hiver ? Nemrod veut que je sois cavalière, et j’aurais préféré qu’on passe la soirée tous les deux. » Un joli sourire sur les lèvres, elle regarde son ami avec tendresse, cela lui aurait plus de passer la nuit avec lui plutôt qu’à faire bonne figure. « Je peux trouver un compromis et on se retrouve dans la nuit, t’en penses quoi ? »

Elle se demande un instant s’il a pas prévu autre chose, mais là, ça lui ferait mal. Lily n’aime pas trop se la jouer possessive, elle ne devrait pas l’être, mais elle ne l’est qu’avec Gaël, alors c’est troublant. Elle a envie de se serrer dans ses bras…non, c’est pas une bonne idée, deux « hommes » en public, c’est un coup à se faire cracher dessus, pire, attirer l’attention d’Amethien, alors, autant pas trop se la ramener.




"C'est fou comme c'est une chose pratique le mariage.
On passe de fille de pécore à future duchesse de Brez"
avatar
Gaël François
Valet de Nemrod
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois - Thormien
Messages : 57
Date d'inscription : 19/05/2017
MessageSujet: Re: Et deux jus de pomme qui piquent ! Dim 27 Aoû 2017 - 18:42
Oups, j’ai merdé… j’aurai pas du parler d’Saraid. D’abord parc’que j’oublie qu’Lil est jalouse comme vc’est pas permis, du coup, j’aurai du m’la fermer. Mais là, trop tard !  J’lui souris et j’attends un peu, histoire qu’ça passe, j’suis pas sûr qu’c’est une bonne idée d’commencer à m’justifier… elle va prendre ça comme un aveu ! Alors non, j’dis rien, une tombe, j’attends qu’ça passe, j’lui dit juste un truc. Tout con, si elle veut pas passer à aut’chose !  J’lui dit que j’peux avoir mieux à faire que d’passer du temps avec que’qu’un qui tire la gueule. Mais j’en ai pas b’soin, elle m’emmène vers la grande roue., pas l’choix. J’la suis sans problème. J’reste sans rien dire alors que j’paye le gars pour monter dans un des trucs et pour qu’on soit qu’tous les deux, même si y fronce les sourcils et qu’y dit dans sa barbe mal taillée que si c’est pas malheureux d’voir des jeunes gens dev’nir pédérastes. Moi j’n fous et j’m’installe en face d’elle dans la… ah oui, y appellent ça une nacelle !

J’avais pas vous dire que j’suis bien. Si les gens pouvaient aller haut dans l’ciel y auraient des ailes, tout connement. Pas d’ailes, donc le plancher des vaches. Logique. Basta. Bon, au moins vu qu’elle parle, j’peux m’concentrer là d’ssus au lieu d’penser au vide. Le bal de l’hiver… j’y avais pas pensé. Pour moi, c’était juste une soirée où j’aurai du boulot, comme d’habitude… mais ptetre pas.

« Chais pas, j’ai rien prévu… j’me suis dit que j’me point’rai chez les gens du ^peuple et que j’verrai. A c’qui parait, y va y avoir des feux d’joie et des danses, alors j’regarderai ptetre. Ou j’participerai… j’en sais foutre rien, j’verrai à c’moment-là ! Mais j’crois qu’y faut être débile pour croire qu’tu pourras fout’le camp en douce… Va y avoir d’ces grand’gens partout qui viendront faire des courbettes et tu seras coincée là-haut… alors moi j’veux bien qu’tu tentes de trouver un compromis, mais j’y crois pas trop, et même si j’adorerai qu’on fasse la fêtre ensemble, je vais pas m’les cailler à la sortie du palais en t’attendant pendant qu’tout l’monde fait la fête… »

C’est un peu dur, c’que j’dis, mais c’est vrai. Soit elle trouvait un compromis qui serait vraiment bon et solide, alors okay, j’viendrai la r’trouver dehors pour l’emm’ner dans les festivités, soit j’essayais d’m’occuper tout seul de bout en bout ! J’voulais pas me r’trouver à l’attendre comme un débile à m’les geler, logique, maint’nant, j’savais qu’elle allait pas aimer c’que j’avais dit, mais bon, j’allais pas lui dire des belles phrases comme le vieux. D’abord, j’savais pas. Et ensuite, elle en avait rien à battre elle aussi, des belles phrases.

J’étais prêt à l’attendre souvent, j’avais parcouru les trois quarts du monde pour la r’trouver. Mais j’pouvais pas non plus attendre qu’elle vienne me donner une caresse sur la tête quand elle avait l’temps. J’voulais dire, j’adorais Lil’, mais bon, même si j’le voulais, entre ses choix, sa vie, et moi, be,n fallait trouver un juste milieu, et j’savais que ça allait m’faire autant d’mal qu’à elle… mais bon, pas l’même monde, ptre qu’il fallait commencer à s’y habituer ? J’aimais pâs du tout, pas DU TOUT, ça ! Mais j’avais pas l’choix ! Et elle non plus.

« C’que j’te propose c’est que tu m’dise si tu trouves un compromis, un vrai ! Qui tient et tout et j’viendrais te r’trouver. Sinon, ben sinon, y a pas le choix hein ! Si j'ai pas d'compromis une semaine avant l'bal, j'me démerde pour m'occuper pendant la soirée. »

Pas super joyeuse, la discussion, hein !
avatar
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t155-pupille-emily-de-brez-cantatrice#2422
Nationalité : Eskroise
Messages : 166
Date d'inscription : 26/02/2017
MessageSujet: Re: Et deux jus de pomme qui piquent ! Dim 27 Aoû 2017 - 19:14
Emily hausse les épaules, les lèvres plissées dans une moue un peu triste, trouver une idée, elle en a déjà une. Mais…elle a l’impression qu’il en a assez et elle peut le comprendre. S’il ne veut pas être avec elle, peut-elle le forcer et faire un caprice ? Le Rossignol sait pourtant aussi faire preuve de réalisme, elle se sent moins enjouée d’être ici, moins ravie, moins heureuse. « Je peux assister une heure ou deux au bal, histoire d’être vu et puis dire que je suis fatiguée. Parait qu’on force pas les dames à faire trop d’chose si elles disent qu’elles sont fatigués. On se serait installé dans les appartements de Nemrod et puis…on aurait été juste toi et moi. »

Maintenant qu’elle le dit à voix haute, ça a pas l’air super intéressant pour lui, après tout, il a peut-être envie de s’amuser et de faire la fête comme ils la faisaient avant, elle, elle ne peut plus. Elle finit par soupirer et s’accouder à la rambarde, assise un peu avachie, elle regarde l’horizon, tout ça, c’est bien jolie,l’horizon blanc et l’air froid mais ça lui réchauffe pas le cœur.

«T’as peut-être pas envie d’passer ce soir là avec moi ! » Cette fois, elle plaisante plutôt bien, lui lançant un regard complice et malicieux avant d’aller s’asseoir à coté d’lui, faisant bouger la nacelle peut-être un peu trop. «T’es pas trop malheureux ici au fait ? » Lâche-t-elle naturellement, toute collée contre lui, avec un joli sourire.

Ça sert à rien de bouder, ni dese faire des idées, c’est même pas beau du tout, alors, elle essaye de faire mieux. T’être que c’est la réalité de ce qu’il a dit qui la fait réagir ainsi, à quoi ça sert après tout de se bouder pendant les rares moments ensembles, en plus, elle a l’impression de culpabiliser…

«Tu pensais qu’on rentrerait, pis non. Et tu deviens le valet d’mon tuteur, pour rester, c’pas super pour toi. Et moi j’ai l’impression de pas être une bonne amie… »

Elle hausse les épaules et soupire, sa main se relève pour repousser ses cheveux, elle le regarde avec tendresse. Quelques instants s’arrêtent, elle l’observe avec tendresse, avec des sentiments qu’elle n’a jamais considéré plus profond que son petit esprit veut bien accepter, un mouvement de son bras pourtant fait chavirer sa casquette, ils sont bien tout en haut, arrêté, alors que le chapeau fait une chute libre, libérant sa tignasse rousse dans un mouvement magnifique, elle s’est pourtant tourné pour tenter de la rattraper, ses ondulations de feu ondulent dans le vide, alors qu’elle regarde son couvre chef tomber tout en bas.

Là, c’est la merde…




"C'est fou comme c'est une chose pratique le mariage.
On passe de fille de pécore à future duchesse de Brez"
avatar
Gaël François
Valet de Nemrod
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois - Thormien
Messages : 57
Date d'inscription : 19/05/2017
MessageSujet: Re: Et deux jus de pomme qui piquent ! Dim 27 Aoû 2017 - 21:15
Ouais, j’avais douché l’bon moment. Mais bon, fallait bien qu’ça sorte maint’nant :  mieux vaut qu’ça sorte pendant un bon moment qu’pendant un mauvais, non ? J’lui souris, même si ça r’ssemble un peu à une grimace… ouais, j’ai pas été cool de lui dire tout ça, mais c’était important que j’le dise ! Question d’principe ! Et question d’tranquillité d’esprit. J’étais v’nu ici pour elle. Enfin, j’dis pas ici sur la grande roue, hein, j’dis ici à Ambrosia ! J’y étais v’nu en m’disant qu’on pourrait rentrer. Et j’me retrouvais à devoir m’faire une vie ici pour elle. Oh, j’aurai pu être plus mal, hein, j’avais un boulot bien, de la bouffe, un pieu, mais… mais je repensais toujours à Thorm… J’devrais être là-bas… pas ici. Et elle aussi. Mais elle avait pas l’choix. Et moi ? J’l’avais ? Houlà, c’que c’était compliqué… moi j’savais pas trop !

Je ne répondais pas à sa proposition. Il n’y avait rien à dire. En somme, j’aurai tourné en rond jusqu’à ce qu’elle revienne du bal, si jamais elle en revenait avant la fin. J’adorais Lil’, mais non, je ne s’rai pas un éternel pigeon. J’voulais bien être là pour elle, et je l’serai, mais je n’pouvais pas rester indéfiniment collé à une personne qui m’voyait malgré tous mes efforts, comme son meilleur ami inverti. Même si j’aurai adoré rester comme ça avec elle, j’savais que ce s’rait pas sain. Fallait que j’m’éloigne un peu, qu’j’ai davantage de vie propre. Par sécurité. Pour mon propre bien !

« J’veux bien passer la soirée avec toi mais j’veux pas attendre indéfiniment qu’tu puisse fout’le camp, c’est ça l’pépin… C’pas que j’suis malheureux, c’est juste que… rien, laisse tomber ! Pour l’moment, ça va ! »

Ouais, j’vais pas lui dire que ça va pas, parc’qu’elle me considère pas en tant qu’tel ou des conn’ries du genre… dans tous les cas j’lui dirai pas c’qu’elle veut pas entendre… alors, ptite plus venimeux que j’le veux vraiment, j’lui balance une p’tite vach’rie… enfin bon… enfin j’voulais, mais elle s’approche du bord et fait tomber sa casquette en balançant des conn’ries sur l’amitié… ouais, des conn’ries. Une mauvaise amie. Ben voyons… j’lui mets une tape sur l’arrière d’la tête, doublement méritée… Crétine !  Forcément fallait qu’ça arrive ! J’la regardais  avant d’soupirer. Moi j’avais rien sur le caillou, ça aidait pas…

« Bon ben… comment on va faire… moi j’peux pas t’aider… ben écoute… oh je sais ! »

J’souris et je chope ma veste, elle est pas propre. Parc’que c’est ma veste pour passer inaperçu. Elle est crade. Du coup j’l’enlève et j’lui la passe, même si ça pourrait cailler. Mais ça caille moins que dans l’ruisseau d’Thorm. Elle sait quoi faire, non ? Bon, allez, j’lui explique c’que j’dois faire.

« Frotte ta tronche avec ça. C’est l’vieux qui m’a dit d’faire ça :  pour passer inaperçu, porter une veste bien crade. Tu veux pas savoir où elle a trainé, mais frotte un peu tes joues, ton nez et ton front. Y dit qu’c’est l’idéal pour passer inaperçu en ville !  Faut puer et être crade ! Mais pour toi, crade ça devrait suffir pour pas qu’on s’intéresse trop ; Et frotte tes ch’veux avec aussi. Pour qu’y soit moins brillant… j’espère qu’ça devrait aller… »

Au pire, si faut pas la r’garder, j’ai d’autre ptits trucx. J’suis pas démuni…
avatar
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t155-pupille-emily-de-brez-cantatrice#2422
Nationalité : Eskroise
Messages : 166
Date d'inscription : 26/02/2017
MessageSujet: Re: Et deux jus de pomme qui piquent ! Jeu 7 Sep 2017 - 9:20
Faut dire que Lily a plus envie de s’amuser, ni même de rester, elle a envie de rentrer au palais, de s’enfermer et d’étudier. Au moins, le nez dans ses bouquins, elle peut tout à fait se concentrer sur autre chose, au lieu de se dire qu’elle oblige Gaël à faire tout ce qui n’a pas forcément envie de faire ! Elle réalise qu’elle est égoîste de pas lui dire de rentrer, que tout va bien et que tout irait bien. Elle devrait peut-être le lui dire ? Mais au fond, même si elle aime qu’il reste, elle le force pas, est-ce qu’elle est aussi autoritaire ? ça pour sûr qu’elle l’est !

Elle finit par lâcher un gros soupir. «T’as raison, t’a qu’à faire ce que tu veux, de toutes façons, on se retrouvera au moins le lendemain. » Elle hausse les épaules, c’est pas grave qu’elle essaierait tout ce qu’elle peut pour pas y rester et se retrouver dans ses appartements, elle ferait comme ça de toutes façons, avec ou sans lui, alors ! Elle aurait préféré avec lui, mais sinon. Faut grandir un peu dans la vie !

La casquette partie, elle fait un de ces sourires penaud tout à fait charmant et dont elle a le secret, le laissant trouver une solution ! Elle le regarde réfléchir et son cœur fait boum boum boum, quand elle l’observe. Boum boum boum dans sa tête, elle détourne les yeux, pourquoi cela fait ce bruit franchement !

Elle fait une grimace, la veste dans les mains, la bouche en dégout alors qu’elle l’écoute. Elle n’est pas chaude, ni même branchée à l’idée de faire ça, mais c’est comme foutre la main la première fois dans les boyaux de la bête morte à préparer, un grand coup d’inspiration, elle se frotte, levisage les cheveux, en fermant bien les yeux et la bouche et coupant sa respiration. De toutes façons, elle est pas une mijaurée !

Elle finit par s’barbouiller, et rendre le tout à gaël, l’air de rien, non mais ! « Alors ? » ça passe ? De toutes façons il le verrait bien, la roue s’apprête à redescendre, et elle inspire. « Il fait pas assez froid ici quand même. » Lâche-t-elle en regardant défiler l’horizon, sans en rajouter, profitant, plutôt que de parler bêtement, elle s’autorise même à glisser son petit doigt à celui de Gaël puis, lui prendre la main, histoire de profiter tous les deux, pis c’est tout !




"C'est fou comme c'est une chose pratique le mariage.
On passe de fille de pécore à future duchesse de Brez"
avatar
Gaël François
Valet de Nemrod
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois - Thormien
Messages : 57
Date d'inscription : 19/05/2017
MessageSujet: Re: Et deux jus de pomme qui piquent ! Jeu 7 Sep 2017 - 12:04
Pourquoi j’ai l’impression que quand elle dit qu’j’ai qu’à faire c’que j’veux j’ai l’impression d’entendre « fais c’que tu veux mais c’est mieux si c’est comme je veux » ? Ptetre parc’que Lil’ a tendance à souvent décider pour la bande de potes…j’lui souris et pis j’attends qu’elle se barbouille le visage. Bien sûr que j’l’attendrai dans les appartements de nemrod, ça m’emmerde, mais c’est comme ça ! J’suis v’nu pour elle, mais j’vais pas la laisser tomber ! Même si ça m’emmerde. Ou alors j’ferai v’nir quelqu’un, en douce, pour qu’j’m’ennuies pas. En fouinant j’ai trouvé une sortie en douce, mais ça s’rait pas simple, j’verrais ! j’avais encore un peu d’temps pour ça !

« On a l’temps, on verra bien ! Et si on arrêtait d’se gâcher la journée ? »

Ouais, v’là ! Du coup j’attends qu’elle s’frotte un peu l’visage avec ma veste. Mais elle le fait pas bien, y a un an et plus, elle aurait pas fait la grimace ou quoi ! Mais maint’nant, ouais ! Elle avait changé ! Elle était moins marrante. Les batailles de crottin, ça m’manquait un peu… enfin, façon d’parler ! J’pensais qu’elle s’rait rester la même… mais péter dans la soie, ça f’sait changer les gens. C’tait normal ! J’lui souris avant d’la voir s’barbouiller un peu, bon, quand même ! Alors j’fais signe de la tête que c’est pas mal, puis j’lui ébourriffait les ch’veux pour qu’ça fasse mal coiffée, et j’lui frotte encore un peu les ch’veux d’mon manteau avant d’le poser sur l’siège.

« Ici par rapport à Thorm, c’est que dalle ! J’pourrais m’baigner dans la mer ! Y fait presque aussi chaud qu’en été pendant qu’chez eux y neige ! Mais bon, msieur l’envers y m’a dit qu’y fallait pas que j’sois trop différent des autres ! Donc y faut que j’m’habille comme que si j’avais froid ! »

Ben ouais logique ! Pis j’sens qu’on r’descend, alors j’attends. J’me demande c’que j’vais faire après ! Oh j’sais ! C’t’année y avait apparemment un truc tout nouveau à la foire, un truc sucré ! ça avait une couleur rose et pis c’était bizarre comme truc. Le mec, j’crois qu’il s’app ’lait Wharton, disait qu’c’était d’la barbe à papa ! Pas d’quoi fouetter un asticot mais si y avait foule c’était qu’c’était bon, non ?

« Eh dis ! Y a un truc qu’y faut essayer ! Y appellent ça d’la barbe à papa ! Tu verras ça a l’air bizarre mais y parait qu’c’est que du sucre ! Allez ! »

Et j’ai toujours une surprise pour elle dans ma poche… grâce à saraid… j’lui souris et j’lui prends la main qu’elle a sur la mienne et j’la fourrais dans ma poche. Y a un truc sympa pour elle, si elle le trouve. Un ptit brac’let d’cuir où y a gravé les noms d’toute la bande… faut juste l’trouver entre un trognon d’pomme , des papiers et autres ! A tous les coups c’est tout au fond !

« Tiens, j’ai un truc pour toi ! Cherch’le dans la poche ! »

avatar
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t155-pupille-emily-de-brez-cantatrice#2422
Nationalité : Eskroise
Messages : 166
Date d'inscription : 26/02/2017
MessageSujet: Re: Et deux jus de pomme qui piquent ! Mer 13 Sep 2017 - 20:54
Elle se frotte le museau, sans moufter. Pas se gâcher la journée ? Au fond Lily sait que la journée est déjà gâchée, c’est comme ça, c’est pas comme avant. Non, parce qu’au final, il y a quelque chose qui va pas et elle est persuadée qu’il s’agit de son rang social et ses obligations. Elle regrette d’avoir accepté de devenir ambassadrice, mais le choix était fait. Alors elle essaye de sourire.

Elle comprends pourtant qu’elle est jalouse de l’autre fille, mais elle ne comprends pas vraiment pourquoi ! Faut croire qu’elle aime pas trop la menace qu’elle représente, ça peut faire comme Jonas et sa fiancée ! Mais Jonas n’est pas Gaël et personne n’est Gaël en fait ! Alors bon, tant pis, elle hausse les épaules, toutes barbouillées et elle se laisse aller.

«De la barbe à quoi ? » Elle fronce les sourcils. « Je veux bien goûter ta barbabamachin, mais moi le sucre….je tuerais plutôt pour une saucisse dans un petit pain, avec de la moutarde. Ou une tartine de pâté. Comme celle de ta mère quant on était gamin ! » Elle a le regard tout pétillant, mais elle se presse contre Gaël avec un joli rire alors que sa main se glisse dans sa poche. « Mais un chat y retrouverait pas ses petits dans tes poches ! »

Le minois tout heureux, la belle demoiselle pouffe en se mordillant la lèvre, cherchant son petit trésor dans la poche de son ami, toute serrée contre lui, elle farfouille, et ressort un trognon de pomme tout marron qu’elle balance dans une poubelle en pouffant. Intriguée et curieuse, elle continue de farfouiller. «Mais j’ai rien pour toi ! » C’est vrai qu’elle a rien pour lui ! Elle se rattraperait quand elle le pourrait. Au final, après une petite recherche, elle trouve et elle ressort le bracelet avec un grand sourire, le cuir, les prénoms, elle sautille et tends son poignée. «Mets-le moi ! Mets-le moi »

Elle le laisse faire avant de le prendre dans ses bras d’un grand bon plein de joie, le serrant si fort qu’elle n’a pas envie de le lâcher. Faut dire qu’il la connait trop bien. Elle relève sa tête et dans l’empressement, pendant que c’est sa joue, elle dépose un gros baiser sur…ses lèvres.

Oups ! Elle retire son visage, le regarde et hausse les épaules. «T’as le gout de pomme. » Plaisante comme si de rien n’était avant de s’éloigner et prendre sa main. «La barbabamachin ! » Ni vu, ni connu, je t’embrouille, alors qu’elle rougit comme une pivoine…elle l’entraîne, mais s’arrête avant pour lui cogner, l’épaule. Elle aurait presque oublié, ça aurait été bizarre sans. «Merci ! »




"C'est fou comme c'est une chose pratique le mariage.
On passe de fille de pécore à future duchesse de Brez"
avatar
Gaël François
Valet de Nemrod
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois - Thormien
Messages : 57
Date d'inscription : 19/05/2017
MessageSujet: Re: Et deux jus de pomme qui piquent ! Jeu 14 Sep 2017 - 23:20
Elle croyait ptetre que la journée était foutue, hein ! Ben pas moi !  Moi j’tais sûr qu’on pouvait bien s’éclater ! Même si elle comprenait pas comment !  Mais bon, j’avais un avantage !  Un gros !  J’avais l’brac’let dans la poche ! Oh, pas un truc énorme, hein, juste un p’tit machin, une bande de cuir large de moins d’un pouce, dessus, y avait les noms d’la bande :  Jonas, Gaël, Lil’, et Morv’… euh, enfin Marv’ !  Mais sur l’machin, j’aurai pas su dire si c’était un a ou un o !  Spas qu’je sais pas r’connaître les lettres, mais j’avais un pépin, et j’voyais souvent les lettres qui s’mélangeais et pis c’était pas clair tout ça ! Et pis de toute façon, lire c’était une vach’rie ! Une belle salop’rie, alors bon !

J’tais content que l’truc lui plaise, c’était l’but… mais j’lui avais pas donné dès que j’l’avais eu. Avec Lil fallait attendre… c’était comme quand on dressait un clebs : quand y étaient pas content ben suffisait d’filer une gat’rie. Lil’ elle fonctionnait pareil : avec un cadeau ça la f’sait marrer sévère ! et paf, choc à pic !  Sourire et contente !  J’la connaissais bien ! J’lui souris et j’restais silencieux. Pis j’la laissais sauter d’joie !  Juste au cas où ! J’le lui accrochais pour qu’elle puisse l’admirer autour d’son poignet… mais y avait un souci, avec ça… ça f’rait trop vulgos sans doute avec les belles robes et tout !

« Bon, il est un peu large, mais j’me suis dit qu’avec de belles robes, tu peux pas l’porter, alors il est assez grand pour qu’tu puisses le mettre à la ch’ville s’tu veux, pour jamais avoir à l’enl’ver ! cool hein ! »

Ouep, idée d’génie, mais pas d’moi, d’Saraid plutôt, une chic fille ! J’restais un moment à la r’garder l’admirer ! Et j’la laissais même m’serrer dans ses bras !  Elle était trop contente ! moi aussi j’la serre… mais comme elle serrait fort, j’tâchais d’la serrer au moins aussi fort :  avantage pour moi, car j’faisais plus de travaux ‘force… mais la force, ça valait que dalle quand on fait c’qu’elle a fait… elle a voulu m’faire un bisou, pis ça a dérapé, sur ma bouche… j’suis resté comme un con, sérieux, on aurait duit un vrai gland ! Mais bon, j’savais pas quoi faire ! Pis quand elle en rigole j’me mettais deux tartes, dans ma tête,  pis j’lui répondais.

« Ben toi t’as la bouche qui goute la terre d’mon manteau ! »

Bon, c’est pas vrai, elle a une bouche ou y a un peu d’pomme, ou y a un peu d’terre, quand même, pis y a plein d’autres ptits trucs… mais bon spas important. Elle me prit par l’bras pour m’emm’ner bouffer d’la barbe à papa, mais vu comment elle a réagi, moi j’avais une meilleure idée. J’freine et j’lui attrape la main dès qu’on passe vers un tas bien blanc. Comme ça j’prends d’la neige dans la main.

« Hey Lil’, t’as faim ? »

SPLATCH dans la gueule la neige, et bien visé hein, pile sur la bouche, venais lui écraser la neige pas tassée sur les chicos. Pas fort hein !

« Ben commence par bouffer ça ! »

J’m’écarte vite pour pas prendre un coup, pis je m’dégageais comme ça, pour lui lancer une vraie boule de neige.

Sérieux, un hiver sans bataille de boules de neige… c’était pas cool !
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Et deux jus de pomme qui piquent !
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: Îles alentours :: île de la Pourrière-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous sur