AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: Palais impérial :: Rez-de chaussée

[CLOS]Prétentions légitimes [Pv]

avatar
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois
Messages : 30
Date d'inscription : 29/08/2017
MessageSujet: [CLOS]Prétentions légitimes [Pv] Mar 5 Sep 2017 - 16:54
Le grand jour était là. Plus le moment du bal de l’hiver approchait, plus le moment où il faudrait se déclarer prétendant serait proche. J’avais prévu de m’y déclarer, mais ça n’avait pas tourné comme prévu, la rumeur s’était répandu que l’usurp… euh, pardon, que l’impératrice allait choisir son prétendant officiel à cette date. Il n’y avait plus de temps à perdre ; Les chances étaient minces, infimes, même !  Mais je devais tenter le coup. Seulement, comment faire en sorte de parler de cela à l’impératrice en personne dans la mesure où je n’avais aucun accès au palais, des ordres précis sur le sujet apparemment. C’était injuste. Je n’avais aucune idée meurtrière vus à vis de l’impératrice, ou du moins, aucune qui ne m’aidait dans l’immédiat. Alors je n’avais pas le choix. Il faudrait que je me présente aux doléances publiques. Mais si je donnais mon nom, alors on me refuserait l’accès, je le savais très bien. En tout état de cause, je devais trouver une autre méthode. Et je trouvais une autre méthode en m’inscrivant aux doléances publiques sous le nom de naissance de mon père, qui n’était pas associé à la vraie lignée de trop près !

Et le jour des audiences, je dus attendre mon tour, ou du moins, non, j’arrivais volontairement tard, pour passer en dernier, paré comme un paon de mes plus beaux atours, des vêtements au couleurs pourpres frappés non seulement du signe des Beauregard, mais aussi du signe des « Deux-cimes ». Car c’était en leur nom que je venais, au nom de la lignée. J’avais une tenue impeccable, et brodée de fils d’or. Voilà qui allait bien, la cape qui allait avec était du blanc le plus pur, un blanc parfait qui tranchait avec le reste de ma tenue.. voilà qui m’allait bien, j’avais très fière allure. Et je ne venais pas seul, j’avais fait venir, pour pouvoir bien parader, une garde d’honneur – bien qu’elle soit désarmée – soit une douzaine de personnes, en livrée des deux-cîmes, des gardes du corps, hommes comme femmes. Parité parfaite !

« Sire Raimond, fils du seigneur Artémon de Malecourt »

Et quand vint mon tour, mon « cortège » s’ébranla pour rejoindre et atteindre le devant du trône et, proprement, ils s’écartèrent de moi pour paraitre, sur deux rangs, dans mon dos. Je plongeais mon regard vers l’impératrice mais je ne m’inclinais pas. Pas de genou à terre. Pas devant l’usurpatrice. Jamais. Impeccable sur son trône, je souris en me disant que de là, elle ne devait pas s’attendre à ce genre de situation… Je fis néanmoins une révérence polie, mais sans plus. Pas de supplément pour une souveraine illégitime.

« Votre altesse, je vous prie d’excuser cette mascarade, mais il semblerait que je sois – malgré mon rang, et malgré ma famille, un persona non grata au palais. Vous comprendrez donc aisément ce subterfuge. Je continue à ne pas comprendre cet état de fait, d’autant que vous savourez volontiers notre vin au palais… »

Oui, il n’était pas normal.

« Mais je ne suis pas là pour ça. Je suis ici, madame, pour vous annoncer que Nous, Raimond Beauregard de Tercorail, Prince Deux-Cîmes, avons l’insigne honneur de vous demander votre main ! »

Je m’inclinais poliment, attendant sa réponse, ou une réaction. Mais je ne pouvais m’en empêcher alors je rajoutais quelques petits mots.

« En gage de présent, comme il est d’usage, Nous vous offrons ceci, pris dans le trésor même des Deux-Cîmes. »

Je ne croyais pas que cela serait un moyen de l’acheter, mais le présent d’un prétendant était une vieille tradition, qui s’était un peu perdue depuis quelques siècles. Toujours eut-il qu’un  de mes hommes sortit et présenta un petit coffret plat qu’il ouvrit et ^présenta à sa majesté : un ensemble de broches, colliers, et boucles d’oreille avec une tiare assortie en argent et saphirs qui dataient  des derniers jours du règne de ma dynastie. Des antiquités en parfait état ! Un cadeau qui n'avait pas de prix !
avatar
Lilith de Choiseul
Impératrice de vapeur
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t35-grand-lilith-de-choi
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 2528
Date d'inscription : 14/01/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Prétentions légitimes [Pv] Mar 5 Sep 2017 - 22:50
Il aurait été faux de dire que j’ignore tout à fait son arrivée et que je suis surprise, durant une pause, Baptiste est venu me souffler le nom, le personnage et l’attroupement qui l’accompagne. Mon oncle doit être aux anges. Il faut avouer que la lignée du sire qui se présente gouvernait autrefois, avant que l’incompétence de son aïeul ne le desserve.

Mon sourire en coin, impériale, je le dévisage s’avancer dans les plus grandes pompes. Il faut avouer qu’il provoque un murmure plus que général, et il a fait venir bon nombre de prétendants déjà présenté et de courtisans ! Un petit attroupement dans l’immense salle du trône, alors que je me tiens droite et le dévisage s’octroyer le strict minima de sa présentation.

Que j’accorde au prieur le minima, est une chose, mais à lui…je prends note de son manque d’excès pour me saluer, et son surplus d’excès pour se présenter. C’est amusant, le narcissisme dont il fait preuve, c’est une chose que je note dans un coin de ma tête. Mais il aurait été étonnant que cette lignée soit humble et modeste.

Mon oncle a veillé a faire refuser l’entrée à cette famille au palais et personne ici n’est assez stupide pour ne pas comprendre pourquoi, sauf lui,c e qui a le don de faire pouffer l’assemblée, certainement autant pour moi que pour lui, cela voudrait donc dire que les de Choiseul se méfie encore ? Bien entendu.

Il ne me laisse pas en placer une, ah je puis confirmer que ‘japprécie, réellement, cet état de fait ! Voyons cela avec une parfaite ironie. Son présent est très beau, il va pour ainsi dire bien loin de mes gouts personnels, mais ce n’est pas là l’important.

-Nous sommes donc fort ravie, de vous conter parmi tous les prétendants à notre main Seigneur Beauregard de Tercorail. Votre présent nous honore.

Il n’est pas le plus parfait qu’il soit, un prétendant aurait pu marquer des points depuis fort longtemps en confiant un présent pour le peuple ambrosien et pas seulement pour la vacuité narcissique que je pourrais avoir. Ces bijoux ne seront rien de plus que de l’inutilité, ils finiront en exposition historique,et encore, il est fort probable que cela ne quitte point des caisses…

Je n’ai que peu de choix, les exposer, pour ainsi rappeler feu son ancêtre, déchu et destitué, ne faisant qu’offrir un peu plus de visibilité ou porter ces bijoux, et porter les bijoux de cet homme ? La signification serait bien trop forte à mon gout, décidément, son narcissisme.

Le prétendant qui viendrait à penser au peuple avant moi-même aurait une place de choix.

Bien, le silence s’impose, attent-il quelque chose ? Je n’ai pas fait plus de pallabres pour aucun de mes prétendants, s’attent-il à quelque chose ? Peut-être l’accès au palais ? Il s’est présenté, il a fait ce qu’il devait, et donc ?

-Ne vous formalisez donc plus pour le respect de vieille règle fournie à la garde impériale, ils seront ravis de vous laisser pénétrer les portes du palais pour accéder à votre logement au troisième étage ou aux instants dévoués aux prétendants.

En dehors de cela, pourquoi serait-il au palais ? Il peut donc y loger pour y avoir pleinement accès et pouvoir trainer librement ici, en dehors…ah en dehors de cela.Oui, qu’ils viennent s’installer dans des petits appartements dévoués aux dignitaires, cela arrangerait certainement l’espionnage de mon vieil oncle. Je doute sérieusement que son narcissisme lui permette de supporter un simple appartement commun.


avatar
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois
Messages : 30
Date d'inscription : 29/08/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Prétentions légitimes [Pv] Mer 6 Sep 2017 - 18:37
Oui tout à fait, mon présent l’honorait. C’était la moindre des choses, ces bijoux dataient de la période où ses ancêtres n’étaient que des pécores quand les miens montaient sur le trône ambrosien, qui à l’époque n’était pas encore le trône de l’empire de vapeur, mais le trône de granit. Il avait été remplacé il y avait de cela fort longtemps et c’était bien dommage, mais bon, je supposais que l’on pouvait compter mon empire comme un aigle foudroyé… quand bien même ce soit complètement faux, d’un certain point de vue. La lignée survivait et j’en étais le parfait exemple. Mais bon, je décidais de ne pas aborder cela. Je me souvenais très bien des origines des de Choiseul, comme on me l’avait enseigné en histoire, pour soulever l’indignité de leur sang à régner.

« Je vous en prie, Dame d’Echois Seul. C’est Nous qui sommes honoré de votre offrir l’échantillon que voici. Et nous vous prions de comprendre que le reste ne quitte pas nos coffres, mais chaque objet, chaque pièce, est d’une telle valeur que les pertes seraient irrémédiables, historiquement parlant, s‘il arrivait quelque chose sur le trajet. Nous espérons que vous comprendrez donc cette précaution. »

Chaque pièce étant inestimable, s’étonnait-elle vraiment que je ne puisse pas tout lui apporter et lui servir sur un plateau ?  Par contre, pour certains, cela pouvait promettre une forme d’apport de ces pièces, petit à petit si jamais j’obtenais sa main. Un bel apport, une belle dot. Par contre, pourquoi ‘avais-je appelé dame d’échois seul ? parce que le domaine d’où venait la famille des usurpateurs était là-bas à l’origine. De petits nobles bouseux quia avaient préféré se fondre dans la masse de l’empire deux-cimes plutôt que de réclamer une indépendance qui aurait été vaine et sanglante… le trône n’était pas à eux, et si on ne reconnaissait pas mon sang « Deux-Cîmes », alors pourquoi reconnaitrai-je sa couronne au juste ? Verbalement, au moins ! Il s’agissait de pure logique, quand on y pensait !

Enfin, elle m’offrit ce qui était, pour moi, normal, et qui aurait toujours dû l’être : l’accès au palais au même titre que n’importe quel dignitaire. Cela nous avait été tant et tant refusé que nous avions été à deux doigts de ne plus approvisionner le palais en vin. Nous n’étions pas leur seul fournisseur, mais ils l’auraient senti passé. C’était d’une certitude. Aucun vin n’égalait – objectivement – le Don de Natos. J’eus une petite courbette.

« Nous n’en attendions pas moins de la part de la personne que l’on vante tant d’être juste… »

Une manière de souligner que ce n’était pas forcément vrai, juste une vantardise. En effet, après tout, dans cet endroit que l’on jugeait comme utopique, certains étaient défavorisés alors qu’ils ne devraient pas l’être. Je n’avais rien de plus à ajouter, et je m’apprêtais à partir, avant de me retenir pour lui lancer, enfin, quelques derniers mots, sans doute bien sentis.

« Il existe une dernière question qu’il doit s’agir de régler Les audiences privées n’ayant apparemment pas cours pour moi, nous craignons de devoir faire étal de cela en public. Aussi, nous vous demandons officiellement un entretien concernant l’arbitrage d’une terre que nous estimons revenir de droit à notre famille. Préférez-vous que nous réglions cette question en privé ou en public ? »

Il ne s’agissait pas ici de réellement obtenir quelque chose. Je n’étais pas idiot, loin s’en fallait. Elle refuserait l’audience privé et arbitrerait en ma défaveur quel que soit le lopin de terre concerné. Mais à défaut de refaire monter sur le trône ma lignée, je comptais au moins récupérer cela, mes terres d’origines. Les terres de ma famille, notre fief ancestral, sous édit de confiscation impériale depuis le début du règne des usurpateurs.
avatar
Lilith de Choiseul
Impératrice de vapeur
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t35-grand-lilith-de-choi
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 2528
Date d'inscription : 14/01/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Prétentions légitimes [Pv] Sam 23 Sep 2017 - 19:04
Les d’Echois seul…bout de terre, un rien me direz-vous mais surtout pas une offense. Ce n’est pas notre nom, c’est notre histoire et nos actions, chose que Raimon Beauregard ne peut aisément pas comprendre, puisque son ancêtre n’a jamais rien fait de plus glorieux qu’être un mauvais Empereur. Je souris, même, à sa tentative de m’offenser ?

-Nous comprenons bien vos précautions, il est bien normal de prendre soin des vestiges de l’histoire de votre lignée.

Et cette lignée un jour cesserait d’exister, puisqu’il est dernier mâle de la maison des deux cimes, disons que s’il ne fait point bon mariage, il finira sans nul doute par éteindre son nom et nous lever une épine du pied. Mais je ne lui en veux aucunement, je comprendrais presque l’orgueil dont il fait preuve…
Je suppose qu’il n’a pas compris mon insinuation, s’il veut résider au palais, il pourrait y déambuler, en dehors de cela, seuls les instants officiels pour les prétendants lui permettraient l’accès. En soit, le bal pour la prochaine fois, mais il l comprendrait tout seul ?

Je doute le voir crapahuter en courtisan dans l’enceinte du palais.

Je ne réponds rien à ses courbettes superflues, et sous-entendu puant l’ironie, grand bien m’en fasse, j’ai beaucoup d’autres choses à faire et peu de temps pour lui.

-Nous vous laissons le soin de faire une requête pour une entrevue privée. Puisque désormais vous pourrez l’obtenir ?

Je lui souris, une manière comme une autre de le congédier en bonne et dû forme, tout en me relevant de mon siège. Il est temps de quitter la salle du trône car contrairement à lui, je manque de temps pour discuter et j’ai des choses à faire. Maintenant qu’il rentre dans la partie, je peux être certaine que ce ne sera pas de tout repos.


avatar
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois
Messages : 30
Date d'inscription : 29/08/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Prétentions légitimes [Pv] Lun 25 Sep 2017 - 17:21
Je souris à l’impératrice, la regardant droit dans les yeux, alors qu’elle parlait justement de l’histoire de ma lignée. Je me retins de lui lancer au visage que ce n’était pas l’histoire de ma lignée mais l’histoire de l’empire. Tout simplement. Un jour ou l’autre, nous reviendrions au pouvoir, c’était l’évidence même, pour moi, même si d’autres n’y croyaient absolument pas. Ma famille avait encore de bons partisans en ces lieux, sans doute au nez et à la barbe de ces usurpateurs. Et je savais très bien une chose : nos deux lignées ne devaient pas coexister. Pas indéfiniment du moins. L’une devrait disparaitre au profit de l’autre ! Je lui souris, néanmoins, poliment, sans rien dire, serrant les dents et me jurant une nouvelle fois vengeance. Je savais aussi que je devais devenir paranoïaque pour survivre, car je devenais presque dangereux pour eux, en me présentant comme prétendant, je devrais sans doute faire venir plus d’hommes de confiance, déjà, et me procurer un gouteur…

« Si jamais nos lignées venaient à s’unir, pour le bénéfice de tous, cela va sans dire, nul doute que les vestiges de l’empire vous intéresseraient au plus haut point. »

La lignée des De Choiseul n’était pas sans tache, même s’ils essayaient de le faire croire. Tous n’avaient pas été de bons souverains, et avant l’accession au trône, selon mes archives d’alors, ils avaient commis quelques atrocités bien senties pour qu’elle soit bien vue par le trône… tous avaient commis des erreurs. Mais il n’y en avait qu’une et une seule qui était impardonnable : l’usurpation du trône et le lèse-majesté ! Et je ne pouvais, actuellement, rien faire. A mon grand dam ! Je pouvais serrer les dents, jouer les courtisans, et attendre le bon moment pour frapper.

« Nous vous remercions, et nous vous ferons parvenir une demande d’audience privée pour régler ce litige terrien ! »

Je ne m’inclinais pas, et je lui tournais le dos aussi sec pour m’en aller. Enfin, ne m’inclinais pas… je faisais une légère inclinaison de la tête. C’était mieux que rien ! Je ne pouvais pas en faire plus. J’avais l’impression d’être sale, à avoir dû ainsi quémander audience, quémander, tout court, auprès de l’usurpatrice…  J’en étais souillé, et humilié, d’une certaine manière !  Et dire que je devais prendre sur moi… il serait pourtant si facile d’organiser un attentat et faire disparaitre le frère et la sœur…
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [CLOS]Prétentions légitimes [Pv]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: Palais impérial :: Rez-de chaussée-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous sur