AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: 4 ème niveau de la cité

Soirée de dégustation œnologique [libre sur invitation]

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
avatar
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois
Messages : 35
Date d'inscription : 29/08/2017
MessageSujet: Soirée de dégustation œnologique [libre sur invitation] Ven 8 Sep 2017 - 23:31
J’avais toujours aimé les belles maisons, les beaux appartements, et cet hôtel particulier était tout simplement parfait. Oh, il n’était pas le plus grand ou le plus luxueux, mais il avait un avantage qui n’était pas négligeable. Laissez-moi vous expliquer ! c=Comme chacun le savait ici en Ambrosia, j’étais le propriétaire – enfin, je le serai quand la magistrale raclure qui me servait de père aurait la décence de crever – d’un magnifique vignoble dont la réputation, non contente de ne plus être à faire, avait, selon les journaux, chaque année, transcendé l’essence même d’un bon vin. Il ne s’appelait pas le Don de Natos pour rien. Et chaque bouteille s’arrachait à plusieurs rames d’or. Alors vous imaginez la valeur d’un tonneau mis en perce à un mariage ? Les bouteilles étaient commandées parfois plusieurs années à l’avance, notamment juste après les meilleurs crus, comme le cru 432AM !  Une véritable folie, le meilleur jamais produit ! Et en quantité qui plus est ! On avait même fait l’éloge du nouveau Don* !

Donc oui, j’avais choisi mon hôtel particulier en venant m’installer sur plusieurs critères. Sa proximité vis-à-vis du palais était une évidence, certes, mais pas seulement. Ainsi, il y avait aussi le fait de bénéficier d’un petit jardin aux magnifiques fleurs, la vue sur l’extérieur du cercle, mais surtout, et c’était le plus important :  une cave spacieuse. Ou plutôt deux caves communicantes : l’une pour l’entreposage du vin et des spiritueux ayant besoin de ténèbres et de fraicheur, oh bien sûr il y avait une communication, via le cellier, avec les cuisines ! Mais l’essentiel n’était pas là ! L’essentiel était un accès par l’extérieur, directement par la cour, avec de petites marches pour rentrer dans une grande pièce bien sèche, aux murs nus et au sol recouverts de terre. La terre était changée avant chaque réception, vous vous doutez bien. Mais le but du lieu était de faire rustique. Les lumières étaient nues et on sous le boisseau, et au milieu, un pressoir à raisin servait de table décorative.

Oui, vous l’avez compris, j’avais préparé une réception, et j’avais fait le tour des connaissances que je possédais et du gratin ambrosien, pour qu’elle soit réussie. Qui louperait une occasion de gouter le Don de Natos à l’œil ? J’avais tout prévu, y compris avoir quelques jolies grappes du raisin du Don de Natos. Que l’on picore les grains sans hésiter !  J’avais poussé le vice à utiliser des nappes et napperons dans les teintes pourpres justement pour l’ambiance et tout était resplendissant, mélange de raffinement et de rusticité qui rappelait Tercorail ! Bon, peut-être était-ce du mauvais gout de l’afficher ainsi, mais au fond de la pièce, seule décoration sur le mur, deux blasons l’un au-dessus de l’autre : les Beauregard en grand, et en dessous, en plus modeste, les monts jumeaux des deux-cimes. Oh, niveau décoration, il y avait bien sûr aussi une carte des cépages que nous possédions, et des cages remplies de bouteilles pleines, pour la décoration… j’étais venu avec plusieurs tonnes de vin, et j’en recevais d’autres bouteilles chaque année !

Ah, enfin, les premiers invités arrivaient ! Déjà mes gens commençaient à accueillir les invités. Sire de Voisin le premier. Que le premier ministre que déplace était un honneur !



[HRP : *Le Nouveau Don serait l'équivalent IRPdu beaujolais nouveau]

Consignes:
 
avatar
Mélusine Duval
Ministre de l'éducation et des pupilles
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t66-grand-melusine-duval-ministre-de-l-education-et-des-pupilles
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 912
Date d'inscription : 26/01/2017
MessageSujet: Re: Soirée de dégustation œnologique [libre sur invitation] Sam 9 Sep 2017 - 14:00
Une journée comme les autres, ou presque. Mélusine était au Ministère comme d'habitude, finissant de remplir les dossiers qui commençaient sérieusement à s'accumuler sur son bureau. Elle reposa sa plume et s'adossa à son fauteuil en poussant un long soupir. Chaque jour voyait son lot de paperasses à lire et à signer, de formulaires à remplir et de dossiers de pupilles, d'orphelins et de scolarité à traiter. Cela ne s'arrêtait jamais.

Mélusine referma un dossier et le posa sur le haut de la pile. Quelque chose cependant attira son attention. Il y avait un papier cartonné qui dépassait en dessous de la pile de dossier. La Ministre tira doucement dessus en évitant que tout son travail ne finisse éparpillé sur le sol. C'était une invitation pour une dégustation d'un fameux vin de la part de Raimond Beauregard de Tercorail. Cela lui semblait étrange que la carte ne se trouvait pas au fond de la poubelle, elle avait certainement du oublier de la jeter. L'invitation était pour le Mercredi 29, et c'était justement aujourd'hui.

La Ministre de l'Education regarda pensivement le carton, le faisant jouer entre ses doigts. Le Don de Natos était célèbre et elle se remémora une scène du passé avec feu son mari. Alexandre Duval adorait ce vin, et il avait une fois acheté une bonne bouteille pour célébrer leur anniversaire de mariage. Ils avaient fêté ça dans un parc, un petit pique nique simple mais arrosé de ce grand cru. Mélusine se souvint de cet instant où la bouteille échappa des mains de son mari pour se déverser à moitié sur la nappe blanche. Alexandre était devenu fou et il se maudissait tandis que Mélusine fut prise d'un fou rire en voyant son mari nettoyer et sauver ce qu'il pouvait. Mais c'était une autre époque...

Elle sortit de ses pensées en regardant l'heure de l'invitation puis posa ses yeux sur la pendule. Il était 18h05. Mélusine n'aimait pas vraiment les soirées mondaines, elle y allait parfois pour prendre des nouvelles de chacun, pour parler avec ses confrères, bien souvent de travail, mais en général on ne la voyait pas souvent. Et depuis la sordide affaire de l'orphelinat White, on avait fini par ne plus la voir du tout. Pourtant elle avait envie d'une pause, de souffler un peu, et elle se disait qu'après tout elle pouvait s'octroyer un peu de temps pour la dégustation de ce fameux vin, et si la soirée ne lui plaisait pas, elle pouvait partir à tout moment sous le prétexte de la fatigue. Il lui restait donc environ deux heures pour se préparer et se rendre à la soirée.

Elle se hâta donc jusqu'à chez elle pour se changer et vêtir une robe sobre bleue foncée avec de la fine dentelle blanche autour du cou et des manches, puis elle enfila un chaud manteau d'hiver et s'en alla en calèche jusqu'à l'hôtel Beauregard. Il était 20h pile lorsqu'elle arrive sur les lieux. Mélusine était quelqu'un de ponctuel mais elle ne voulait pas arriver la première pour cette soirée, aussi attenda-t-elle quelques minutes dans le véhicule pour voir qui était en train d'arriver. En apercevant le premier Ministre de loin, elle se décida enfin à sortir de la calèche et à entrer dans le bâtiment.

Le personnel l’accueilli avec sourire et lui prit ses affaires tandis qu'elle observait la décoration pour le moins surprenante. Elle ne s'attendait pas du tout à ce genre de décor rustique. Elle salua poliment les personnes qu'elle connaissait avant de se retourner vers l'hôte qui les accueillait. Ce jeune homme était tout à fait intriguant...


avatar
Nicolas De Choiseul
Prince héritier / Soldat de l'armée ambrosienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t319-les-dignitaires-nicolas-de-choiseul-soldat-de-l-armee-ambrosienne#7164
Nationalité : Ambrosien
Messages : 436
Date d'inscription : 28/06/2017
MessageSujet: Re: Soirée de dégustation œnologique [libre sur invitation] Sam 9 Sep 2017 - 16:15
Le prince fixait le carton d'invitation qui flambait dans la cheminée devant lui. Il en avait encore l'amère goût dans le travers de la gorge des tenants de l'invitation. Il devait pourtant trouver comment cacher son dégoût du personnage pour réussir à en avoir quelques aperçu. Bien que de tous les prétendants à ces yeux, il était le dernier sur lequel Nicolas aurait misé. Autant le ¨rieur, on peut en dire ce qu'on veut il est droit, pieux et bon sang il n'a pas cette arrogance qui sortait par les yeux et qui avait suinté de la missive d'invitation. Les yeux azur de l'héritier fixait les vestiges de cendres de l'invitation avant de se résoudre, il l'avait promis à Lilith, et il tiendrait parole, peut importe de côtoyer les égouts de la cours s'il pouvait l'aider dans son choix.

Nicolas passa une main lasse dans sa tignasse rebelle, il n'aurait qu'à s'inquiéter de l'invitation que le jour même n'est ce pas ? Pour le moment il pouvait vaquer à d'autres occupations, enfin peut être. Il quitta ses appartements résistant à l'envie de mettre un coup de pied dans l'âtre pour évacuer sa frustration. Il irait, peut importait que l'hôte ne lui plaise pas, il ferait en sorte d'être un invité des plus charmant.

(...)

Il était l'heure, et pourtant le prince n'était pas prêt, ou plutôt il trainait fortement, et son coiffeur râlait encore et encore qu'il dérangeait sa coiffure toutes les deux minutes. Mais Nicolas n'en avait cure, il s'était mis sur un croquis de mécanique et n'en démordait pas, il voulait le terminer ce n'est qu'en voyant le pauvre homme s'arracher presque les favoris que le prince consentit enfin de sortir de l'établis, en piètre état il faut bien l'avouer. Aussi il dut passer à la salle de bain avant de passer la tenue sélectionnée par le majordome, un uniforme de l'armée avec quelques médailles accrochées des victoires du prince. Il passa ensuite directement vers la porte et se fit arrêter par le coiffeur qui tira et plaqua les boucles indisciplinées avec un gel et donner l'allure princière qu'il convenait à Nicolas. Celui-ci remercia les serviteurs avant de descendre vers les écuries.

Y aller en carrosse ? Il aurait pu, sans doute que sa sœur aurait préféré, mais rien de tel qu'une bonne chevauchée avant une soirée insipide et peu joyeuse. Il était bien 20h passé quand le prince enfourcha son étalon préféré et partit tranquillement dans la rue avec son escorte. Dire qu'il faisait semblant de ne pas les voir était difficile, mais étrangement on s'acharnait à le traiter en potentielle cible aussi le prince ne faisait pas trop de difficulté pour accepter les contraintes liées à sa naissance. Il arriva en vue du lieu de la fête et ralentit quelque peu l'allure pour diriger l'imposante bête vers l'entrée. L'étalon renâcla en voyant les carrosses alignés, mais il se laissa guider parmi eux jusqu'à la porte. Il confia l'animal après en être descendu en prévenant le page du caractère belliqueux du cheval avant de retirer ses gants et avança sur les marches jusqu'à l'entrée où les confia attendant son tour de rencontrer l'hôte de la soirée. Il n'était pas vraiment dans les temps, mais il ne s'étonnait pas que sa présence serait peut être une surprise pour les personnes présentent.


avatar
Adrianne Langlois
Propriétaire du Moulin Rouge
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t354-peuple-adrianne-langlois-nouvelle-proprietaire-du-moulin-rouge http://monde2resine.fr.gd/
Nationalité : Ambrosia
Messages : 102
Date d'inscription : 05/09/2017
MessageSujet: Re: Soirée de dégustation œnologique [libre sur invitation] Dim 10 Sep 2017 - 3:09
Dès qu'elle avait reçu l'invitation, Adrianne avait su qu'elle devait absolument être présente à cette soirée ! Elle ne fréquentait que peu les mondanités à présent. Mais être à cette dégustation pourrait la faire rencontrer les grands de ce monde et donc booster son nouveau spectacle. Et puis qui sait ? Ambrose Lampré serait peut-être attiré par l'appât du gain de tous ces bijoux et ces soieries qui se côtoieront ce soir-là. La jeune femme en était toute excitée. Elle pensait encore à la montagne de fleurs qu'il lui avait fait livrer au Moulin et son petit coeur se mit à battre la chamade.

Quoi qu'il en soit, ce soir était le grand soir. Elle avait passé plusieurs jours à réfléchir à la tenue parfaite pour l'occasion. Et son dévolu s'était tourné vers une grosse robe de couleur violet foncé avec quelques reflets pourpres. Le corsage remontait quelque peu sa poitrine et mettait alors ses formes à son avantage. Elle avait couplé cela avec un grand chapeau assorti affublé d'une voilette. Et évidemment quelques bijoux dont une belle rivière de diamants autour du cou, des boucles pendantes aux oreilles et quelques bracelets fins aux poignets. Un peu de noir sous les yeux, du rouge sur les lèvres et le tout était paré pour le spectacle de ce soir.

Spoiler:
 

Adrianne enfila alors avec l'aide de sa femme de chambre son manteau en fourrure bien chaud ainsi qu'une paire de gants. Puis elle prit le fiacre jusqu'à la demeure mentionnée dans la missive. Bien sûr, elle connaissait la famille du propriétaire des lieux. Même si elle n'avait que vaguement suivi toutes les affaires entre la famille impériale et eux. Elle savait par contre que le Don de Natos était un véritable délice qu'elle ne manquait jamais de servir à ses propres invités de marque.

Elle arriva finalement devant la belle bâtisse et se sentit tout de suite à l'aise. Alors qu'un homme l'aidait à descendre de la voiture, elle se demandait qui pourrait bien être de la partie ce soir. Elle était d'humeur joueuse, elle n'avait pas envie de rentrer seule ce soir. Quelques carrosses attendaient déjà non loin. Elle s'était fait un malin plaisir d'arriver en retard à la soirée. Adrianne aimait se faire désirer. Elle confia ses affaires au personnel présent pour l'occasion et rejoignit le reste de la fête.

Et évidemment, lorsqu'elle entra en scène, les regards se tournèrent vers elle. Elle ne passait clairement pas inaperçu avec sa tenue et s'en amusa. Elle sourit avec le plus grand plaisir à ce public massé dans la pièce. Pour un peu elle ravirait même la vedette à l'hôte d'ici. Elle dut en remettre quelques uns en place gentiment en leur rappelant qu'ils étaient tous ici pour goûter le nouveau Don de Natos après tout, pas pour lui faire la cour. Même si elle jubilait en son fort intérieur d'avoir gagné son pari.

Et son regard se posa alors sur le fameux Raymond Beauregard, l'héritier de ce vin si délicieux. Elle le dévisagea comme le prédateur guettant un morceau de choix et se promit de lui dévoiler tous ses talents lors de cette soirée.


avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Soirée de dégustation œnologique [libre sur invitation] Lun 11 Sep 2017 - 21:57
L’invitation de Raimond Beauregard avait sagement attendu sur le bureau de la chambre d’Eva, décachetée. Elle l’avait gardée dans un coin de sa tête, les jours précédents, hésitant à s’y rendre, mais comment aurait-elle pu résister, de toute façon ? C’était déjà une marque de reconnaissance envers elle, ou du moins la famille Chesterfield. Laquelle lui en aurait probablement voulu de ne pas se présenter à cette soirée… Et puis c’était une réception ; donc, forcément une occasion de se montrer, où il y aurait du beau monde, et de fréquenter quelques personnes intéressantes. Le tout mâtiné d’un peu d’alcool gratuit, ce qui n’était pas sans déplaire à la cantatrice. Si on le lui demandait, elle aurait même une chanson qui parlait de vin !

La jeune femme s’était donc préparée, soigneusement, comme à son habitude, et comme la noblesse dont elle faisait partie l’exigeait. Si l’occasion avait été autre – et l’invitation à titre nominatif absente – elle aurait pu en profiter pour y aller en travesti, mais il fallait y renoncer. Elle se contenterait donc d’une robe noire élégante (clic), traversée de rouge, agrémentée d’un châle aux reflets clairs, le tout recouvert d’un manteau le temps de la traversée jusqu’à la réception. L’hiver n’était décidément pas sa saison préférée, et il fallait toujours une bonne raison qui l’incitait à sortir quand il pouvait neiger. Beauregard pouvait se vanter que sa petite sauterie en fasse partie. Le Don de Natos avait seulement bien intérêt à porter son nom.

Elle n’était pas la première arrivée mais elle s’en moquait. Eva descendit de la calèche qu’elle avait empruntée, contemplant un instant l’hôtel particulier dans lequel avait lieu la réception. Eh bien, l’homme n’avait pas vu petit pour cette réception, et c’était tant mieux : il pouvait au moins se targuer d’avoir du goût. La cantatrice se décida finalement à entrer après avoir vu la Ministre de l’Éducation pénétrer les lieux, laissant son manteau aux mains du personnel. Un sourire ironique, amusé, ne manqua pas d’affleurer sur les lèvres d’Eva quand elle vit la décoration rustique qui les entourait dans cette cave sèche. Un pressoir à raisin, des grappes par-ci par-là, des nappes pourpres, les blasons, les cages emplies de bouteilles sans doute pleines… Sans doute au cas où quelqu’un aurait pu oublier que c’était une soirée de dégustation pour laquelle ils étaient venus. Une démangeaison ressemblant fortement à un bâillement se manifesta, mais elle garda parfaitement contenance, saluant d’ores et déjà les personnes qu’elle pouvait connaître ou reconnaître, déjà présentes, et accordant salutations respectueuses mêlées de sourires charmants à ceux qui le méritaient.

Un uniforme de l’armée, ornée de quelques médailles, attira son attention ; elle reconnut le prince héritier, et pendant un instant, elle s’étonna de le voir là. Autant par sa personne, que par sa tenue toute militaire, elle le trouvait étrange en ce seul lieu. Mais si tout le gratin d’Ambrosia était invité, en quoi aurait-elle dû s’étonner ? A lui, elle adressa une révérence sincère et plus prononcée que les autres. Ce ne fut d’ailleurs pas la dernière personne qu’elle reconnut. Une robe violette, aux reflets pourpres, attira manifestement l’attention de plusieurs personnes. La propriétaire du Moulin Rouge. Entre cette robe, le chapeau et les bijoux, il aurait été difficile de la manquer. Eva s’immobilisa, la contemplant, son esprit étant pris entre deux courants paradoxaux : le fait d’apprécier et d’admirer cette femme pour ce qu’elle était, ou bien la considérer comme une rivale. Eva supposait qu’elles ne devaient pas être si éloignées l’une de l’autre, au niveau d’un tempérament fougueux, et ce face à face pouvait être aussi dangereux que séduisant.
avatar
Hélène de Valene
Comédienne
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Empire de vapeur
Messages : 339
Date d'inscription : 29/01/2017
MessageSujet: Re: Soirée de dégustation œnologique [libre sur invitation] Lun 11 Sep 2017 - 23:34
Mademoiselle Hélène de Valene,
Nous avons l’immense plaisir de vous inviter à profiter d’une dégustation privée des meilleurs crus du Don de Natos.
Cette dégustation sera accompagnée d’un cocktail dinatoire.
Cette soirée aura lieu Mercredi 29 à partir de vingt heures à l’hôtel particulier Beauregard.
En espérant que vous nous ferez l’honneur de vous joindre à nous.

Raimond Beauregard de Tercorail
Prince héritier de sang Deux-Cîmes


C'est avec un verre de vin à la main que je lus le carton d'invitation reçu plus tôt dans la matinée. Je crachais d'effroi le liquide sombre que je dégustais alors que je découvrais le nom de l’hôte de la soirée.
Raimond Beauregard de Tercorail.
N'était-ce pas l'homme qui s'était déclaré prétendant ? L'homme qui espérait donc épouser l'impératrice  ?
Je posais mon verre sur une commode et prit un petit linge afin de m'essuyer le menton, je le jetai ensuite sur le sol tout en me dirigeant vers la grande fenêtre de ma chambre donnant un aperçu de la quasi la totalité de la ville. Une immense vue, magnifique et dégagée.
Tout en me perdant dans la contemplation du paysage s'étendant sous mes yeux, une question se répétait dans mon esprit, cognait le long des parois de mon crane.
Qu'allais je faire ?


Ce soir là, je m'habillais d'une robe en velours bordeaux resserrée à la taille, et, si le décolleté en était presque indécent, le magnifique collier que je portais sur ma poitrine le dissimulait, presque.
Évidemment, en plein hiver je ne sortais jamais sans mon immense manteau de fourrure blanche. Je n'aimais pas le fait qu'il eut fallu tuer quelques animaux pour confectionner cette pièce mais je n'aurai pu sortir de mes appartements sans mourir de froid les longs hivers de la Capitale sans lui.

Un peu avant vingt heures, je m'installais confortablement sur la banquette de ma calèche.  Étant un peu stressée, j'allais à une soirée organisé par le fichu prétendant de Lilith après tout, j'avais englouti quelques verres de vin à la va-vite afin de me détendre. Si Caroline n'avait pas eu l'air d’apprécier de part sa moue désapprobatrice, elle n'en avait rien dit. Brave fille.
Alors que nous partions en direction de l’hôtel de Beauregard, je fermais les yeux. Un peu de repos ne me ferait pas de mal avant d'affronter cette énième soirée mondaine.
C'est dans un sursaut que je m'éveillais alors que le fiacre stoppait sa route.
On ouvrit la petite porte presque immédiatement. L'air froid s'engouffra dans la petite cabine alors jusqu'à moi, je frissonnais. Je m'empressais de relever le col de mon manteau afin de préserver ma gorge dénudée. Je ne pouvais me permettre de tomber malade avec le nombre de représentions qui m'attendait prochainement.
Je me levai et descendis de la calèche gracieusement. Un domestique me tenant ma main en guise d'appui me guida jusqu'à une salle de réception, anciennement une cave à vin de ce que je pouvais estimer, ou il me débarrassa de mon lourde manteau. La décoration tout à fait rafraîchissante me rappelait mon petit chalet en campagne. Peut être pourrais je y séjourner bientôt ?

Alors que je me mêlais tranquillement aux quelques convives déjà présent, je crus apercevoir Nicolas de Choiseul. Mon cœur fit un bond. Lui, ici ? Nous serions certainement amené à nous rencontrer dans la soirée. Je n'osais le déranger pour le moment, intimidée. Je laissais mon regard se promener autour de moi.
La Ministre de l'éducation se trouvait là elle aussi, belle comme toujours dans une magnifique robe bleu foncé.
Une femme aussi attira mon attention, une somptueuse robe violette rehaussant ses courbes féminine avec élégance. Je ne l'avais jamais vu mais, sans aucun doute, je puis affirmer qu'il devait s'agir de la nouvelle propriétaire du moulin rouge. Il faudrait probablement que j'aille me présenter.
Eva Chesterfield. A plusieurs reprises, nous nous étions croisées, à l'opéra, au Grand théâtre, à certaines réceptions entre artistes et comédiens. Mais peu sinon jamais nous ne nous étions parlées. Peut être ce soir ?

Mais pour l'heure, je cherchais mon hôte du regard.
Là-bas.
Je me dirigeais alors vers lui, doucement. Le laissant le temps de m'apercevoir et de venir à mon encontre s'il le désirait. Dans le cas contraire, je ne doutais pas un seule moment qu'une bonne bouteille de Don de Natos saurait m’accueillir comme il se doit sous peu !


avatar
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t155-pupille-emily-de-brez-cantatrice#2422
Nationalité : Eskroise
Messages : 169
Date d'inscription : 26/02/2017
MessageSujet: Re: Soirée de dégustation œnologique [libre sur invitation] Mer 13 Sep 2017 - 20:50
Ne tenant pas en place, la demoiselle tortille ses doigts dans tous les sens. «C’est pas la mode Ambrosienne, je vais être ridicule ! Ridicule ! » Voilà ce qu’elle marmonne à son tuteur, sans même le regarder, nerveuse. «Des froufrous, des machins, des trucs muches ! C’est pas la mode ! » Pas la mode et pas son gout. Emily le déteste ! Il l’a fait exprès ! Sa robe ? Un très bel ouvrage mettant sa silhouette en valeur, mais composé d’exagération de jupon qui vont l’obliger à faire trèèèèèèès attention à ses mouvements. «Je m’en fiche, c’est pas la mode ! »

Elle fait la tête à son tuteur, dans son manteau de fourrure de Thorm, la tête tournée par la fenêtre, ah ça ! Oui, elle lui en voudrait ! Robe de princesse d’accord, princesse ringarde ! La mode n’est pas aux excès de froufrou, l’impératrice porte des tenues beaucoup plus, elle le sait, elle est ambassadrice, elle l’a vu ! Alors hein !

Rien n’y fait, la demoiselle fait sa mauvaise tête, pire depuis que Gaël s’est fichée de sa tête ! Bien entendu qu’elle est belle cette robe, c’est une tenue de princesse, avec des élégances partout et un raffinement certain mais cela ne lui correspond pas !Très fâchée mais bien habillée et surtout bien coiffée, la demoiselle finit par se taire. Au fond, elle aime quand même le corsage, mais elle a fait sa forte tête, sans parler de..et bien de faire sa fière devant son meilleur ami !

Le fiacre s’arrête, elle descend, galamment tenu par son tuteur qui lui tends la main, après être descendu en premier, un regard noir comme les abysse, elle parvient à descendre de la voiture en pestant intérieurement alors que deux domestiques s’empressent d’arranger sa jupe. Gaël a raison, on dirait un paon qui s’est foiré en faisant la roue !

Foutue Gaël, mêmesi elle aime un peu, elle déteste, par principe ! Pourtant, elle sourit et s’avance, stressée à l’idée de se défaire de son manteau et d’apparaitre, pourtant, ça arrive, c’est fatidique et à l’entrée, elle sourit en tenant le bras du vieil homme qui l’accompagne. «Je suis moche. » Voilà ce qu’elle marmonne, risquant d’élancer sa main pour faire un grand coucou à Nicolas de Choiseul. Elle se retient, d’un rien. «Y a votre neveu ! » Marmone-t-elle à Nemrod, avec un si beau sourire.

Spoiler:
 




"C'est fou comme c'est une chose pratique le mariage.
On passe de fille de pécore à future duchesse de Brez"
avatar
Nemrod L'Envers
Maître espion
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 73
Date d'inscription : 05/03/2017
MessageSujet: Re: Soirée de dégustation œnologique [libre sur invitation] Mer 13 Sep 2017 - 22:36
A entendre la jeune femme que vous aviez pour pupille se plaindre de l’autre côté de la porte, vous aviez compris que la robe que vous lui aviez offerte pour l’occasion était pile poil ce qu’il lui fallait pour une telle soirée. Tout simplement. Oui, c’était chargé, oui, ce n’était pas la mode exacte. Mais vous saviez exactement ce que vous faisiez en lui fournissant une telle merveille. Car oui, la robe était une merveille. Mais surtout, elle était typiquement Eskroise ! Voilà ce que vous souhaitiez : qu’elle rappelle à tous les convives que, non contente d’être une jeune et jolie pupille, elle était princesse du royaume d’Eskr, épouse du prince régent – et sans doute couronné dans l’année – et ambassadrice de ce même pays. Si vous aviez pu, vous lui auriez fait porter la tiare princière, mais vous attendiez encore que le prince vous l’envoie, conformément à une lettre que vous lui aviez envoyée, pour qu’elle puisse pleinement faire valeur ses droits comme les siens. Tout simplement. En attendant, quand elle sortit de ses appartements en grande robe de bal, vous lui sourîtes et glissâtes dans ses cheveux, non sans un mouvement de tête appréciateur, la robe lui allait mieux que vous ne l’imaginiez, une broche d’émeraude et de saphirs.

« Parfait. »

Vous lui proposâtes votre bras et la conduite au fiacre qi l’emmènerait se mêler à tout le gratin ambrosien. Mais là n’était pas le vrai but. Les serviteurs que vous preniez avec vous, c’était à dire le valet pour elle et le cocher pour la calèche, ainsi que les deux « bras » pour le vin, avaient sous le fiacre, dans un compartiment dissimulé, des livrées de ce jeune arrogant présomptueux, et ils allaient pouvoir espionner… ce serait parfait ! Vous ne faisiez jamais rien sans rien ! Donc pour le coup, vous vous plaisiez de votre propre duplicité ! Voilà qui vous ravissait, l’idée de se faire avoir comme ça…

Sur le trajet, vous ne répondîtes pas à ses récriminations, mais en arrivant, une fois descendu, vous laissâtes le valet aider à descendre la jeune femme pour qu’elle ne trébuche pas. Sa petite broche dans les cheveux lui allait bien, sobre mais marquant… rappelant les couleurs de sa robe. Vous signalâtes au majordome qui elle était pur aller l’annonce. Elle était une princesse et une ambassadrice, vous ne pouviez pas lui permettre de laisser les autres oublier ! et devant son ultime récrimination, vous ne pouviez que lui répondre.

« Non, mais si son altesse veut le croire, eh bien qu’elle fasse au moins semblant de n’avoir aucune rivale en matière de beauté. ? Ce qui n’est pas complètement faux… »

Vous restâtes silencieux avant de finalement. On vous annonça tous les deux, et vous entrâtes, attendant logiquement que les Eskrois sincline devant votre cavaière, ce serait bien la moindre des choses ! Y compris votre hôte de la soirée.

« Oui, j’ai vu. Allons le saluer ! »

Je la guidais vers le jeune prince, pour que nous puissions le saluer, comme il se devait !

« Nicolas… »

avatar
Mereïphaïne d'Argosme
Propriétaire de mines de diamant
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t366-dignitaires-mereiphaine-d-argosme-dame-de-compagnie-imperiale#9416
Nationalité : Ambrosienne (naissance) | Raclueienne (mariage)
Messages : 34
Date d'inscription : 16/09/2017
MessageSujet: Re: Soirée de dégustation œnologique [libre sur invitation] Jeu 21 Sep 2017 - 14:20
L’hésitation | *J’ignore de quelle façon coiffer mes cheveux encore. Les laisser fauve, lâcher sur mes épaules, manquerait cruellement de distinction. Les coiffer simplement concilierait mon rôle simple de dignitaire. Leur faire une structure complexe me plairait. Peut-être qu’un intermède serait parfait ?*

Quelques réflexions féminines devant le miroir de la coiffeuse, encore installée en simple chemise de corps, ouvragée, mais dont la transparence dévoile les fraises sucrées de ma poitrine. Je soupire, réunissant mes cheveux ensembles, je me retourne vers ma domestique.

--Qu’en penses-tu Aneth ?
--Tout dépend de ce que vous choisissez au final pour la soirée ma dame.
--C’est vrai. Je soupire. Optons pour la première tenue.
--Me faites-vous confiance pour la coiffure ma Dame ?
--Bien entendu Aneth.


L’entrée | Le lourd manteau d’hiver possède les mêmes couleurs que la robe, permettant tout à fait de supporter le maigre rempart que celle-ci peut offrir contre le froid. Mais il est de bonne coutume de ne pas se soucier des froideurs de l’hiver, lorsque l’important est de paraître. N’est-ce pas ?

Ainsi parvins-je à la soirée, enroulée dans un manteau, la capuche dissimulant le travail complexe d’une coiffure longue. Quand on n’est faiblement dotée par la nature, il faut savoir mettre en avant d’autre de ses avantages. Et j’ai pour adoration, de traiter ma chevelure, de milles façons!

J’aurais pu être étonné de recevoir un carton du Prince des Deux-Cimes. Je ne l’ai pas été. Au final, cela m’arrange. Non mon Impératrice ne m’a pas donné des consignes, j’apprécie de me retrouver dans les mondanités. Cela me permet de garder un œil pour ma Dame de vapeur. Suis-je trop zélée ? Je crois que oui.

Je suis annoncé bien moins glorieusement que les précédents arrivés, mais je n’en fais que peu de cas, préférant me fondre dans la masse, avec la curiosité de voir qui se trouve là. Ainsi parvins-je délesté de mon manteau, la coiffure flamboyant aux couleurs rousses de ma chevelure, et une robe d’inspiration classique dont j’affectionne le drapé. Elle rappelle un peu Argos, et même si je n’ai pas d’amour exagéré pour ma ville d’adoption, je ne l’ai point en désamour.

A mon poignet, un bracelet de diamant fin, mon alliance à l’annulaire, et un ras de cou de diamant aussi. Je n’ai pas d’affection pour ces pierres, mais elles composent désormais mon monde.

Du beau monde dans l’assemblée, il me faut probablement un peu de temps pour mettre des noms sur les visages les moins connus, mais les plus célèbre de la capitale ne m’échappe pas. Prince, ministre, princesse entre autre, je me glisse dans la soirée, je prends mon temps, j’ignore qui encore je vais aborder.




"Fati constantia victrix" (la constance triomphe de la fatalité"
avatar
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t128-peuple-amelia-clark-proprietaire-de-plantations
Nationalité : ambrosienne
Messages : 124
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: Soirée de dégustation œnologique [libre sur invitation] Sam 23 Sep 2017 - 8:26
Je me suis renseignée sur chaque personne invité à la soirée, chose aisée à faire quand l’on est, comme moi, organisatrice de mondanité et qui sait, parfaitement, qui payer pour se renseigner. C’était donc le Prince des Deux-Cimes, mon fournisseur principal de vin, bien que je lui faisais parfois l’audace de choisir un blanc plus Raclusien, mais je revenais de toujours à lui qui invitait. Mon cher et tendre Oncle viendrait en compagnie de sa pupille et mon cousin Nicolas. Une presque réunion de famille dont je me serais aisément passé en toute vérité.
Entre le vieillard impérialiste et le jeune soldat, je n’ai que peu d’affinité. Quoi que non, j’ai adoré mon oncle, et puis Lilith m’en a privé. Quant à Nicolas…et bien je crois que nous n’avons que trop peu d’échange pour avoir une animosité ou une amicalité. Mais par principe, je vais dire que nous ne nous adorons pas.

Je ferais excellente figure pour autant.
Il y avait aussi la plus réputée des cocotes, nouvelle propriétaire du Moulin Rouge. Andrianne Langlois, une femme qui faisait son trou à force des …non je ne vais pas terminer ma phrase. J’hésitais encore entre l’apprécier, lui reconnaitre ses talents ou la détester. Pour autant, je la conviais aux dîners, elle occupait les mâles les plus idiots et paraissait pour autant avoir une certaine aisance à tenir une conversation. Il faudrait que je me penche sur la seconde chose.

La ministre Duval…dont on disait qu’elle avait pleuré tant et si bien les morts des enfants. Il me faisait rire de voir que les choses avaient été si simple pour que l’accusation retombe sur le directeur de l’orphelinat…mais je ne dirais rien de plus. La cantatrice Chesterfield, sœur de l’horrible corbeau poisseux, qui agite beaucoup les bouches de ses frasques et qui ne fait pour autant que peu de chose. On l’a dit resplendissante et libre…je n’en sais rien, je ne me suis jamais réellement penchée sur son cas. La putain de ma cousine serait de la partie, aussi. Et une de ses … courtisanes.

Oh je ne suis pas dupe, une Roblois de Sourdan d’origine, autant dire que je me demandais si Beauregard attends quelque chose de cela ou bien est-elle venue là toute seule comme une grande pour faire quelques points d’ancrages pour ma cousine ? L’un ou l’autre, je prendrais soin de glisser quelques bons mots.

-Levez cette main de là.

Marmonais-je entre mes dents, alors que nous allions sortir du fiacre. Manteau d’hermine blanche et toque assortis, sans parler du manchon, je me dirige vers l’intérieur de la maison en compagnie de Zenon, il est celui qui m’exècre le moins en ce moment…je ne saurais expliquer pourquoi. En tous les cas, je m’avance rapidement aux bras de mon cavalier.

-Mademoiselle de Valene, quel plaisir de vous voir ! La dernière fois, c’était…après la mort de notre pauvre prince…les prédictions de ce Monsieur Brisendan furent-elles vraies ? D’un rire, je confie à Zenon. Il nous avait prédit, je ne sais plus quelle bêtise, un nouvel enfant pour moi et une séparation pour Mademoiselle de Valene. Je ris avec délicatesse. En tous cas, sa fuite, il ne nous l’avait pas prédit.

Un peu de médisance par ici, par là, aux dernières nouvelles, je ne crois pas qu’une séparation ait eu lieu pour Mademoiselle de Valene. Que ce soit le cas, ne serait qu’un hasard, qui me rendrait perfide de le lui rappeler !

Spoiler:
 


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Soirée de dégustation œnologique [libre sur invitation]
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: 4 ème niveau de la cité-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous sur