Les Chroniques d'AmbrosiaConnexion

Partagez
Sujet: DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale 1545043444-icon-minipostedSam 16 Sep 2017 - 9:05
Mereïphaïne d'Argosme
ft. Marie Coutance
Surnom : La veuve diamant
Âge : 28 ans
Métier : Propriétaire d'une mine de diamant
Nationalité et origines : Ambrosienne d'origine, elle porte la nationalité raclusienne de part son mariage.

Situation conjugale : Veuve
Culte : Taelle | Roya | Thorgen |Pohn
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Groupe : Les Dignitaires
Carnation : Blanche
Taille : 1m70
Corpulence : Normale
Cheveux : Roux et long
Yeux : bleu/vert
Signe(s) distinctif(s) : Brûlée dans le bas des reins par les soins de son défunt mari
Caractère :

L'esprit | "Du bon mot à la bonne phrase, j'ai le verbe facile et agréable, quelque peu espiègle, on m'apprécie lors de dîner et de soirée pour ce genre de chose, c'est ce qui a, je crois, plut à sa majesté, mes traits d'esprits, mon humour et mes tournures de phrases, sans être assassine, j'ai souvent le bon mot pour le bon moment, où je déride les situations délicates, de quelques facéties de syllabes.
J'avoue volontiers avoir un esprit travaillé, cultivé, conscient et instruit pour plaire et complaire."


L'audace|"Difficile frontière entre audace et insolence, mais l'audace c'est la hardiesse de ne connaître ni frontière, ni limite. Un but me fait face, il me faut y parvenir, c'est tout."

La féminité |"Sans excès, ni même surplus, j'ai toujours pensé que ma féminité siégeait dans ma chevelure de feu, aux boucles rondes. Sans cette parure, plus précieuse que tous les diamants du monde, je me sens moi, belle, femme.
L'on raconte que mon port est altier, sans imperfection, mon maintient sans égale, ma façon de bouger délicieuse. Je n'ai pas la sublime beauté de certaine femme, à vrai dire, mes yeux sont trop sombre à mon gout, mon visage presque commun, pour autant, je saurais accaparer une pièce, de par les mots et par ma tenue. Ou attirer les regards qui m'intéresse. Je ne suis pas assez belle, mais j'ai d'autres choses qui relève cette imperfection"


La musicienne|"Violoncelliste depuis l'enfance, c'estdans l'instrument que j'ai enfouis toute ma fougue de petite sauvage. Je joue à en perdre la tête, à m'essouffler le corps, c'est convenable, puisqu'il s'agit d'art et ça canalise ma fougue, qu'enfant et adolescente, j'arborais comme une fierté sans égale, avant de comprendre le ridicule de mes audaces!"

La résolue|"Les choix sont difficiles, mais ils existent. Et quand je les fais, je suis déterminée, cela se finit comme je pense que cela doit se terminer, un point c'est tout!"

La fidèle|"Les Roblois de Sourdan sont des fidèles à l'Empire depuis le coup d'état de Mérimin. Il coule dans mon sang la fidélité à l'empire au lion et à la roue. Incorruptible, il y en a qui ont pensé pouvoir me dériver de cette ligne de conduite, ils ne sont plus là pour comprendre leur erreur."

La malicieuse|"Se conjuguant à d'autres particularité de ma personne, la malice est dans ma nature. Jouant sur mes traits, venant à l'improviste, elle agit le plus souvent dans l'intimité."

La gourmande|"Les sucreries sont de mes passions, petites brioches perlées de sucres, je dévore volontiers ces choses, sans honte et sans heurt, sachant me tenir pourtant, mais ne disant jamais non à un morceau de chocolat ou un peu de miel."

La sportive |"La natation est probablement le meilleur moyen de se dépenser à mon sens, ou le cheval. Cavalière d'excellence, il ne faut guère me pousser à la course pour me voir vous défier!"

La pieuse | "Taelle - Mon premier culte ne fut pas le sien, mais la vie m'a fait apprendre à l'honorer. Remerciant les richesses des mines qu'elle a confié entre mes mains, je veille à déverser une partie des finances qu'elle me permet d'obtenir, aux divers temples de la cité Ambrosienne. J'honore Taelle au quotidien.
Roya -Venue bercée la mortelle que je suis Roya a façonné mon sens artistique pour le violoncelle. Je joue aux offices en son honneur, et il arrive souvent que les temples me demandent en cet honneur. C'est ma façon de la remercier en offrant mon violoncelle aux offices qui me veulent.
Thorgen - Les Roblois de Sourdan sont depuis toujours, corsaire aux mains de l'Empire, ils furent par le passé, à la main de l'ancien Empire avant de se ranger, dans les rangs de Mérimin. Fille de la mer, je n'ai jamais eu de cesse de prier le Dieu de mes ancêtres.
Pohn - Dieu de l'imprévisible, j'ai ressenti une affinité profonde envers ce dieu qui a guidé le hasard sur ma route tout au long de ma vie. C'est dans un instant sombre de ma vie, que j'ai appris à aimer le hasard qu'il mettait sur ma route pour rendre plus forte."


Histoire :


Les Roblois de Sourdan | "Fati constantia victrix" (la constance triomphe de la fatalité.

L'île de Sourdan, petit morceau de terre dans les mers ambrosienne n'est que terres escarpées, offertes par la première famille régnant sur ce qui était l'empire, avant qu'il ne soit...l'empire, à mon ancêtre, remerciement à ses faits de bravoure. L'histoire raconte ainsi, le beau rôle de l'aïeul de Beureagard, actuel prince des deux cimes.
La vérité, gardée jalousement, est qu'il fut remercié d'une terre si maigre, si escarpée et sèche, sujette aux mauvais vents et tempêtes, que ce fut en vérité, une moquerie.

Mon aïeul Pharem Roblois prêta allégeance à l'ancêtre de beauregard, dans le but unique de rallier à sa flotte, d'autres hommes de mer, qui permirent ensuite, d'appuyer la prise de pouvoir de Mérimin.

L'histoire raconte que soutient de l'Empereur, il fut pris au dépourvus en vérité, et se retrouva en mauvaise position faces à ceux qu'il avait rallié, ne pouvant ainsi venir en aide à l'empereur de l'époque.
En vérité mon ancêtre avait manipulé l'histoire, pour assurer un pied auprès de l'aïeul de Beuregard, lui faisant des serments d'allégeances factices. Il est évidant que promesse fut faites qu'un jour, nous nous chargerions d'honorer notre serment.

La seule vérité sur l'histoire est connu des souverains de Choiseul. Plus tard, quand le Sang de Neiman fut fondé, mon aïeul rejoint ses rangs, transmettant sa place, et ainsi de suite, jusqu'à moi. "


L'enfant des mers ambrosienne|"Je naquis à l'été, en pleine après-midi, sortant aisément du giron maternelle. J'avais déjà un aîné Euphérus, de cinq ans, et je connaîtrais la joie d'être grande sœur, trois ans plus tard, à la venue de Martheïa.

Bien que corsaire, les Roblois de Sourdan, fiers de leur noblesse mérités et conscient de leurs devoirs de serviteurs de l'Empire, nous apprirent, dès notre prime jeunesse, à nous tenir, à nous montrer et à être. Instruits, plein d'esprits, je tenais le rôle de l'indiscipline, avec mes cheveux roux fauves et mes airs impétueux. Ma mère eut bien du mal à me canalyser, il fallut du temps, et de l'apprentissage,pour me tenir à bonne éducation.

Ce fut le violoncelle qui scella mes apprentissages. J'avoue avoir voulu être corsaire et prendre le flambeau, me jugeant mieux que mon frère! Mais il n'en était rien. On me formait pour devenir, un jour, dame de compagnie, dans l'espoir que j'en sois une en vérité. L'honneur revenait souvent aux Roblois de Sourdan, mais la dernière était une aïeule lointaine, la famille n'obtenant que des garçons.
Je finis par comprendre l'importance de m'éduquer, de me former, et de me tenir, quand ma petite soeur se noya. Ce ne fut la faute de personne, une journée d'été comme une autre, un courant vif, et un trop tard. Je me jurais, sans savoir pourquoi, de me montrer aussi digne et belle qu'elle prévoyait de l'être. Fougueuse et un peu imbue de moi-même, me pensant meilleure que mon frère pour son rôle, je décidais de comprendre que ce n'était pas le cas, et de revoir un peu mon caractère, pour l'étoffer d'humilité ou de modestie.

Il s'avéra que ce fut la meilleure idée de ma vie. Non que je n'aurais pas été bonne en tant que femme corsaire, il en existe, mais j'étais bien meilleur pour l'esprit et les conversations. Moi qui voulait tant être une femme d'action! On m'apprit d'ailleurs que cela ne pouvait m'empêcher d'être sportive, je fus comblée! Il en faut peu quand on est adolescente!"


Le tutorat eskrois| "Ce fut un noble eskrois qui obtint mon tutorat. Je dois avouer qu'il ne passa durant ces trois années, rien de bien palpitant. L'homme était gentil mais vieux et ne faisait pas grand chose. Il entretenait de longue correspondances dont je lisais les lettres en cachette mais n'apprenant si ce n'est parfois, à me dire que le code de certaines fins m'étaient indéchiffrable.


Je fis de mon mieux pour transmettre, "au cas où" à mon père, sans pour autant avoir quoi que ce soit de concret. Peut-être que cela n'était rien. Et je me faisais des idées!

Quoi qu'il en soit, trois années, dont la dernière à Raclus où je rencontrais mon futur époux, le beau, le merveilleux et le jeune Clitère d'Argosme..."


L'épouse raclusienne|"Nul amour ne fut plus joyeux, heureux, bien vivant que celui de Clitère et de Mereïphaïne! Je puis vous le jurer. Il se passa deux ans après mon tutorat, avant qu'il ne se décide à faire sa déclaration à mon père.
En même temps, je lui avais demandé d'attendre ainsi pour me faire place à la cour. Il était gentleman, raclusien d'Argos, propriétaire des plus grandes mines de diamant de la ligue et nous étions amoureux. Pendant les trois ans de cours qu'il fit, tout s'avéra parfait.

Pleine de confiance, et amoureuse, je me mariais et devint Madame d'Argosme. Il fut alors nécessaire, de retourner sur nos terres. Enfin, ses terres, moi je n'avais que son nom. Folle de bonheur et heureuse, je dois avouer que je n'aurais jamais penser au pire.

Hélas...

J'aurais dû?

Tout se passa bien, même les premiers temps sur le domaine. Je portais quelques difficultés avec les esclaves qui peuplaient la demeure et les affaires de mon époux. Je lui en fis part rapidement, alors qu'il ne faisait qu'en rire, il en eut finalement assez et me rappela qu'il s'agissait de la ligue et pas de ma capitale souillée, encore moins de mon Empire détestable.
Choquée et fervente ambrosienne, je le regardais effarée alors qu'il me prévint de ne pas "'la ramener" je ne le fis pas. C'était la première fois que je le voyais ainsi. Ce ne fut pas la dernière.

Le temps passa, l'humeur déclina, il montrait son véritable visage. Peut-être n'aurait-je jamais du défendre les esclaves? Poser des questions? Me refuser à lui? Je ne sais pas. Clitère prouva qu'il était en vérité un homme sombre et malveillant, pas même fou, seulement...malveillant.
Je découvris que certaines esclaves assouvissaient des désires troublants, j'aurais du me taire, je le sais. Mais puisque je me rebellais, au lieu d'être épouse docile, il tourna sur moi ses désirs, sans que je consente. Je n'étais pas son égale à ses yeux mais son épouse et donc...la conception était différente.

De fil en aiguille les choses s'envenimèrent, quand il forca ma couche après des refus, et que je tombais enceinte, je sacrifiais la vie de cet enfant que je ne pouvais aimé. Ce fut bien assez discret pour qu'il ne doute de rien.
La seconde fois, je fus trahie par une esclave, plus apeurée de lui que de moi. Il commença à me faire mal physiquement.

Le temps devint étouffant, ridiculisée, méprisée, il posa un jour si grièvement la main sur moi, un soir d'ivresse et de folie, alors que je me refusais une énième fois, qu'il me laissa presque à terre. Je ne pus bientot plus écrire à ma famille,à qui je taisais pourtant les maltraitances, et quand un jour, je compris que cela finirait par me faire mourir, je décidais de passer à l'action.

Il forca une esclave à m'attaquer avec de l'acide, publiquement ce fut une esclave rebelle qui avait touché sa maîtresse. J'appris la vérité quand il se vanta de son coup, à mon chevet, en riant et m'informa qu'il m'avait puni pour les enfants que j'avais retiré de mon ventre. Il jura qu'il ne me toucherait plus et qu'il allait prendre maîtresse pour avoir un bâtard et me répudier une fois l'enfant en route.

Ce fut trop. Epuisée, je trouvais mon réconfort dans la prière et un prêtre de Pohn éveilla en moi une nouvelle ferveur. Les dieux m'avaient mis beaucoup d'épreuve sur la route, mais j'étais une de Sourdan, pas ça. Je pris donc raison de cette maitresse qui arriva assez vite et j'en fis mon amie. Sournoise que je suis, ou bonne manipulatrice, je décidais d'en faire ma meilleur amie, et comme il ne se cachait pas de ses mépris avec elle, l'ayant séduite ou presque, je la convainc de le tuer.

Ce fut assez sanglant. Elle le poignarda pendant un ébat, elle fut pendue, j'étais libre et je n'avais aucun remord."


La veuve diamantaire| "J'héritais donc de tout. Que dire de plus? J'avais 26 ans, veuve, les mines d'Argos étaient mienne! Voilà tout, mais je détestais raclus et ses esclaves, la ligue m'horripilait et Ambrosia me manquait.

Je retournais chez moi, pour ne jamais en repartir, non sans avoir affranchis les esclaves qui m'avaient été fidèles parce que je les défendais. Ils restèrent à mon service et je désignais un homme compétent pour la gestion de mes bien, autant dire que je retournais à la capitale, couverte par des rumeurs et je me rapprochais dans l'immédiat de l'impératrice, ou plutôt de sa cour.

On m'appela la veuve diamantaire d'ailleurs. "



La dame de compagnie impériale|"Je ne devins qu'il y a quelques mois, une dizaine, la dame de compagnie de l'impératrice. J'avais fait mes preuves à la cour, femme d'intellect, j'étais prisée pour mes bons mots et ma présence, je n'en faisais que le nécessaire, l'Impératrice se rapprocha peu à peu...avant qu'enfin, je ne fasse honneur à ma propre famille, malgré la réputation historique que nous avions!!!

Revivant au sein de la capitale, comme jamais! Je fus déboussolée de la mort du Prince et je me sentis coupable d'avoir faillis à la protection de l'Impératrice. Oui, la protection, à mes yeux, ma famille et moi sommes des protecteurs, des gens qui oeuvrent pour le bien de l'Empire avant tout. Et je n'avais pas fait de mon mieux.

Je ne pouvais rien y faire, mais c'était une vérité.

Je ferais donc bien tout pour me racheter, quitte à..."honorer la promesse des Roblois à un certain homme. " Oui, jusque là. Que les Dieux me pardonnent mais c'est mon devoir pour l'Empire! "


Divers :  La mort de son époux fut orchestré par ses soins |"Comment aurait-il pu en être autrement? Lui trouver une maîtresse ignorant ce qu'elle faisait, en faire mon amie, le laisser lui faire peur, si peur et la pousser à commettre ce que j'aurais du faire, comme un conseil, jusqu'à la voir pendue...sans regret, sans remords, pour ma propre liberté."

Son corps serait défiguré par les marques de maltraitance de son défunt époux | "Il n'y avait pas de folie dans ses actes, seulement du soin, méticuleux, parfait, soigné, pour faire ce qu'il voulait. Il faisait pour instaurer la peur, la peur, selon lui maîtrisait les chevaux les plus indociles, moi, il ne me poussait qu'à me rebeller. A l'habitude, il veillait à ne point former de cicatrice trop visible, la rébellion de trop peut-être? L'acide a dévoré une majeur partie du bas de mon dos, peau de chagrin, craquelure rosée, difformité de chair, sans cesse à me rappeler celui qu'il était."

Elle aurait choisi d'avorter par deux fois.| "Deux vies que je ne désirais pas, deux vies nées par la force, je savais par avance que je ne les aimerais pas comme il se doit. Bien entendu, je chérirais une part d'elles, mais une autre, sombre et froide, aurait vu ce qu'elles représentaient, rappelant toujours ces hurlements, ces suppliques, prononçaient de mes lèvres auprès d'un époux exigeant..."
Date de naissance : 1984
Double compte : Non
Où nous as-tu trouvé? : Par un ami
Commentaire : Superbe design!
[/i][/i]


DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale 2C85Wic
Sujet: Re: DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale 1545043444-icon-minipostedSam 16 Sep 2017 - 21:03
Bienvenue sur le forum, si tu as besoin, Everard et moi sommes à ta disposition Very Happy


DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale SeN42bM
Sujet: Re: DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale 1545043444-icon-minipostedDim 17 Sep 2017 - 11:55
Bienvenue !

Bon courage pour ta fiche que Jatren te guide pour sa finition !
Sujet: Re: DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale 1545043444-icon-minipostedDim 17 Sep 2017 - 20:06
Bienvenue parmi nous!


DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale Lnc8hf10
Sujet: Re: DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale 1545043444-icon-minipostedDim 17 Sep 2017 - 22:37
@Votre majesté: Je vous remercie votre altesse!

@Prince: Que Pohn veille tout autant sur vous.

@Beth: Mademoiselle, je vous remercie!

Ma fiche est terminée!


DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale 2C85Wic
Sujet: Re: DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale 1545043444-icon-minipostedLun 18 Sep 2017 - 19:43
Voilà un personnage intéressant et qui a un avenir plein de promesses ! :3

Tu es donc validée

Tu as la possibilité de créer ton carnet de bal désormais ou encore de proposer des pv si tu en as besoin !
Si tu ne l'as pas fait, peux-tu remplir ton profil correctement s'il te plait?
Pas la peine de passer dans les registres puisque nous les mettrons obligatoirement à jour en te validant, top non ? Mais si jamais tu as besoin de nous communiquer quoi que ce soit, cette partie du forum fera certainement ton bonheur !

Maintenant tu as toutes tes clés en mains pour jouer, n’oublies pas, pour la bonne harmonie du forum, que quand tu as finis un rp, il faut passer par ici! En attendant et bien va comploter !

Que Thorgen veille sur toi !





DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale BIgCvU7
Sujet: Re: DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale 1545043444-icon-minipostedLun 18 Sep 2017 - 20:18
Bienvenue chère Madame !


DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale PgBAQbj
Sujet: Re: DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale 1545043444-icon-minipostedJeu 21 Sep 2017 - 9:25
Merci à chacun de vous !


DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale 2C85Wic
Sujet: Re: DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale 1545043444-icon-minipostedJeu 21 Sep 2017 - 18:37
Bienvenue parmi nous !
Sujet: Re: DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale DIGNITAIRES - Mereïphaïne d'Argosme - dame de compagnie impériale 1545043444-icon-miniposted
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum