AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: Palais impérial :: Rez-de chaussée

EVENT | Le Bal du Renouveau

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
avatar
Everard Zullheimer
Premier serviteur d'Ameth en Ambrosia
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Amethien
Messages : 1229
Date d'inscription : 14/04/2016
MessageSujet: Re: EVENT | Le Bal du Renouveau Sam 14 Oct 2017 - 20:45
Il y avait beaucoup de monde. Trop à mon gout, je n’aimais pas la foule et les gens m’aimaient rarement. Car lorsque mon frère avait été la lumière, pendant ce temps j’avais été les ténèbres. Lui, le souriant, le chaleureux, moi l’austère, le trop sobre. Je n’avais jamais été le plus aimé des deux… bon, je n’avais jamais cherché à l’être non plus, le plus aimé… à quoi bon ? Il était important que l’on montre une église forte et unie… Le premier serviteur d’Ameth en Ambrosia. J’étais le visage du Protectorat de la Lignée d’Ameth, je ne pouvais me permettre de me montrer tendre, amical, et trop ouvert, sinon les gens croiraient que je pouvais leur marcher sur les pieds. Comme cette jeune femme, la princesse d’Eskr…. Je ne disais pas qu’elle n’était pas douée d’un esprit fin et aiguisé, bien au contraire, mais disons juste qu’elle donnait l’impression qu’on pouvait essayer de lui marcher sur les pieds, de, comme on disait, la lui faire à l’envers !

Enfin bref, le bain de foule, ce n’était en général pas tellement à mon avantage. Mais bon. Je tachais de faire un sourire à la foule sous mon masque noir. Je regardais alors un peu autour avant de finalement apercevoir ma cousine, ravi, intérieurement, je me dirigeais vers elle pour aller lui sourire et lui souhaiter le bon soir, bien poliment. Bien affectueusement… je m’arrêtais à sa hauteur.

« Cousine, je suis ravi de vous voir, comment vous portez-vous aujourd’hui ? »

Je lui baisais doucement les joues dans une accolade fraternelle très délicatement avant de voir la foule se fendre en deux. Ah, l’impératrice arrivait. Comme tout le monde, je m’inclinais, non sans détailler, encore une fois, comme tout le monde. Je regrettais un peu qu’elle ait mis un pantalon au lieu d’une robe, il n’y avait rien de plus joli que le mouvement d’une robe dansant à son rythme autour de sa porteuse qui valsait. Mais elle portait du vert couleur, qui, définitivement, lui allait particulièrement bien ! Elle mettait en avant son regard et sa pâleur naturelle !

Après un bref discours, je souriais, bref et concis. Le seul intérêt de son pantalon moulant, c’était en train de me remettre en tête ses délicates cuisses qui, doucement, luxurieusement, s’écart…. Non, il ne fallait pas y penser. Il était l’heure que j’aille faire ma déclaration… non, pas une déclaration d’amour, bien sûr ! Je l’aimais beaucoup, mais tout de même ! Je souris à Olympiane.

« Bon c’est à moi d’entrer en scène…. Souhaitez-moi bonne chance. Et pensez, si cela vous sied, à me réserver une danse. D’accord ? »

J’attendais une réponse, agissais en conséquences en je m’écartai pour aller me diriger vers les prétendants, alors que petit à petit, la rumeur devait se propager. Tout le monde devait s’étonner de mon action. Je me tenais droit comme un i et m’approchais de l’impératrice pour lancer alors d’une voix forte et claire, posée et que l’on sentait habituée à porter dans une assemblée. Une voix à sermons.

« Moi Everard Zullheimer, premier serviteur de la Lignée d’Ameth en Ambrosia, déclare qu’en vertu de l’accord passé par l’empereur Jérôme, troisième du nom, j’ai l’insigne honneur, votre Altesse, de vous demander votre main en épousailles, par la grâce de Saahar Namar Ur’ten Ameth, puise son règne être long et prospère, par la grâce d’Aernia, et par la grâce des Dieux ! »

Elle l’aurait su si elle avait été plus posée il y avait quelques jours, si elle avait fait la part des choses…

« J’espère que vous daignerez accorder à cette demande toute l’attention qu’elle mérite. »

Définitivement, ça avait fait l’effet d’une petite claque dans l’assemblée…


avatar
Zenon de Lascelle
Propriétaire (fauché) d'un hippodrome
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 47
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: EVENT | Le Bal du Renouveau Sam 14 Oct 2017 - 22:14
Accaparer son monde… quelle belle manière de présenter les choses. Ça avait quelque chose de poétique, mais venant de quelqu’un comme elle, c’était une phrase à prendre comme à la fois un compliment et une insulte. Toujours les épines sous les roses. Et de préférence bien acérées… Voilà ce qu’il fallait retenir. Mais je souris, et opinais du chef, comme si je prenais cela comme un compliment, tout en restant intérieurement dubitatif. Oui, avec elle, toujours rester prudent, car c’était trop souvent un pas en avant trois pas en arrière. Mais bon, j’avais compris qu’elle ne désirait pas que je parle trop, alors je prenais sur moi, et je ne pouvais pas m’empêcher de sourire un peu benoitement à la situation… au final, elle m’avait demandé de venir pour une telle occasion, ce n’était pas négligeable. Je lui fis un petit sourire amusé, avec un clin d’œil, écoutant ses rumeurs. Je connaissais déjà de vue toutes les personnes, mais je riais sous cape en entendant chaque petit mot qui s’était présenté… elle n’épargnait personne !

« Vous êtes bien sage aujourd’hui… pas de médisance ? »

Enfin, nous avions l’insigne honneur de voir l’impératrice arriver, avec son frère… elle était bien sûr en pantalon, et si cela devait mouler son derrière, je devais néanmoins reconnaitre que… que les pantalons étaient une insulte aux corsets. L’un ou l’autre, mais pas les deux ensembles. Distraitement, j’écoutais son discours tout en essayant de comparer les deux cousines… définitivement l’une se plaçait au-dessus de l’autre… Amelia avait plus de prestance et de noblesse que sa cousine. Et puis, il fallait beaucoup de charme pour porter une aussi belle robe. D’ailleurs je lui faisais remarquer quelque chose comme ça… il n’était pas difficile, quand on commençait à la connaitre, qu’il y avait quelque chose entre les deux cousines et qu’Amelia ne l’aimait pas, alors autant faire un peu de lèche !

« Ne la regardez pas, vous avez plus de prestance dans votre robe que votre cousine dans tous les pantalons du monde. C’est d’un vulgaire… »

Oui, bon, d’accord, c’était un peu d’hypocrisie, et alors ? Je lui souris et l’entrainais lentement vers le groupe que composait son oncle, la princesse d’Eskr, les Sourdan, et la ministre des armées… une figure sombre et solitaire qui avait du mal à accrocher tant la lumière que la sympathie.

« Mesdames, messieurs, Votre Altesse. »

Je faisais une révérence proprement impeccable avant de me redresser et de me tourner vers la cérémonie. Que venait faire le prieur dans toute cette histoire, je le signalais à haute voix et je regardais, curieux…. Un espoir monta en moi, allez, si j’avais raison… si j’avais raison, j’allais gagner gros ! et là, la voix porta dans toute la pièce. Il était prétendant. Oh, comme c’était parfait. Mu par une envie soudaine, je me penchais et embrassais avec douceur la joue de ma cavalière avant d’expliquer.

« Je vous prie d’excuser ces débordements, mais je viens de gagner plus de six cents rames d’or… j’ai parié une belle somme sur le fait que le prieur se déclarerait aujourd’hui il y a plusieurs semaines… »

Je lui fis un petit sourire avant de rajouter sur un ton particulièrement posé.

« Aussi, ma chère, j’espère que vous ne refuserez pas que je vous invite à diner pour fêter cela ! »


Prière de me MP sous le compte d'EVERARD ZULLHEIMER
avatar
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t155-pupille-emily-de-brez-cantatrice#2422
Nationalité : Eskroise
Messages : 162
Date d'inscription : 26/02/2017
MessageSujet: Re: EVENT | Le Bal du Renouveau Sam 14 Oct 2017 - 23:59
Une tension parcoure le corps de la princesse, résolue à prouver que l’enseignement qu’il lui donne porte ses fruits, elle a peur. Peur car elle a bien conscience des enjeux, du tout, faisant cette fois des preuves dans la cour des grands ! Elle hésite entre sourire et concéder à Nemrod qu’il a raison, les Eskrois ne s’attendent à aucun exploit et en faisant un peu preuve d’audace à sa sauce, elle pourrait tout faire passer.

Elle hoche au final la tête, déglutissant un peu, et espérant qu’elle ne s’emmêlerait pas dans sa tenue faisant honneur à son petit univers thormien et à son grand monde Eskroi. Confiant pourtant sa peur, elle se mordille l’intérieur de la bouche, cherchant des ancrages dans des visages connus. Gaël lui manque terriblement et elle se sentirait bien plus à l’aise en sa compagnie ou s’il n’était pas loin. Pour autant, c’est Nemrod qui est sa seule bouée et l’ancrage qu’il représente est tout aussi important.

Elle hoche encore la tête, incapable de parler cette fois, mais finis par inspirer, une grande fois, sourire, une autre et souffler. « La première Monsieur l’Envers, il serait impensable pour moi qu’il en soit autrement. » Les mains horriblement moites, il serait le premier à y avoir droit, le pauvre, alors qu’elle n’attends que de se diriger dans un coin. cela serait merveilleux de se mettre dans un coin !

A la place, ils se dirigent simplement vers les sièges de dignitaires, les hauts dignitaires, et elle voudrait se faire toute petite et disparaitre. Pouf, tout d’un coup, mais à cette place, la venue de deux personnalités rousses la tétanisent. Qui est-ce ? Déjà que sans masque…alors avec. «L’honneur est partagé Ma Dame. Messire. » Elle incline simplement de la tête, un léger sourire aux lèvres, raidissant un peu son corps ce que peut sentir Nemrod, alors qu’elle abaisse la tête ! Presque parfait malgré le léger frisson.

Hors la chose disparait quand l’arrivée de l’Impératrice se fait. La bouche entrouverte, Emily ne sait que dire, surprise par le port du pantalon, éblouie par le maintient impériale, au fond d’elle, elle avoue qu’elle aimerait être capable d’être aussi…de pouvoir….enfin d’être…elle ne le serait jamais. «Même avec dix vous, je ne serais jamais comme ça. » marmone-t-elle.

Pour une eskroise, la vision de Lilith est comment dire…elle incarne quelque chose. De fort, de puissant. Elle se souvient parfaitement des demoiselles à la cour eskroise, rêvant de se libérer en Ambrosia. L’Impératrice porte un pantalon, prouvant tout à fait qu’elle n’est en rien enclavé par des dimensions d’obligations, et sa tenue est époustouflante, pas faites pour Lili qui ce soir, aime la « simplicité » de sa robe. Elle s’y sent presque bien en vérité, malgré la crainte de se vautrer à cause de la traîne.
Absolument silencieuse durant le discours, ses yeux se fixent sur l’Impératrice de Vapeur qu’elle cotoie pourtant tous les jours, prise par ses pensées à admirer la jeune femme. « Elle est tellement… » Tenant fermement le bras de Nemrod comme si elle allait le perdre, elle parle à Monsieur Roblois de Sourdan, qui a eue l’idée de murmurer son prénom, voyant qu’elle était perdue. Interrompue par une salutation, Emily met quelques secondes à réaliser

Fronçant les sourcils et papillonnant des cils, elle dévisage, d’abord, la dame venue à leur rencontre, se contentant de la saluer d’un votre majesté et d’une simple révérence. Incapable de parler, de prime abord, elle a quelque peu de difficulté à concentrer ses pensées alors que la dame porte une robe dévoilant presque ses genoux. L’indécence flagrante au profit de la mode la choque plus que tout autre chose, mais elle remarque que les conservateurs agités à propos du pantalon impériale ne font en rien cas de cela.

« Il le serait si vous aviez la politesse de saluer aussi ceux avec qui nous conversions. » Dit-elle avec une vérité troublante, soucieuse d’un sourire, en se demandant, pour autant, qui elle nomme comte. Nemrod ne porte pas de titre et… « Oh pardon, vous…oh mince… » Elle se mords la lèvre en se tapant mentalement dessus. Le comte est Monsieur de Sourdan ! Qui d’autre. Voilà qu’elle rentre sa tête dans ses épaules, ce n’est pas fortiche comme première rencontre. «Veuillez me pardonnez je n’avais point compris que vous parliez à Monsieur Roblois de Sourdan. » Voilà, elle a envie de remonter aux appartements et de s’y enfermer. Nemrod serait déçu et elle le comprendrait. Deuxième rencontre et PAF deuxième erreur. Elle a la voix rauque de malaise quand elle reprends la parole. «Techniquement on ouvre le bal en compagnie de son cavalier, donc son frère. »

Elle n’a plus guère envie de se faire remarquer mais elle ne peut simplement se taire ! Elle observe le défilé des prétendants sans plus dire un seul mot, vraiment fâché contre elle-même, observant Raimond Beauregard et d’autre, jusqu’à relever la tête, alors qu’une sorte de murmure agite l’assemblée, comme une clameur sourde.

Elle salue avec amabilité les nouveaux venus, révérence, tout le patatras, jouant de ne pas les nommer, mais de leur répondre avec élégance.

La puissante voix de Everard Zullheimer prit soin d’accaparer la salle, tout le monde, ou presque se tait. Emily se penche en avant, essaye de regarder les visages, les expressions, observe les dames parler derrière leur main, les messieurs se pencher aux oreilles des autres et elle hoquète de surprise en voyant Monsieur de Voisin et son expression. Elle l’aurait reconnu entre milles celui-là, croisant son regard, la princesse s’enfonce littéralement entre Nemrod et l’autre noble, convaincue que disparaitre est la meilleure des idées.
Blème, elle se raccroche à Nemrod, encore une fois, sans trop savoir pourquoi, avant de déglutir et de se ressaisir. Surement grâce à ce Monsieur parieur et sa joie exprimer. «Nous ne sommes pas à un baiser près Monsieur. » Dit-elle en repassant à la robe fort belle sur les hauteurs de la dame des armées. Elle hausse les épaules pour elle-même, tirant un peu Nemrod vers le bas pour qu’il écoute son murmure. « Qui est la dame ? » Elle aimerait savoir qui porte les cheveux aussi court et le rouge aussi rouge ! Les traits non dissimulés révèle un visage jeune comparé à la barbe grisonnante. C’est de la pure curiosité !

La salle est toujours agitée, attendant réponse de l’impératrice, alors qu’Emily regarde encore vers de Voisin. Il la regarde encore ! Détournant brusquement la tête, la jeune femme se cale de manière à ne plus être visible pour lui, se détournant carrément en direction de Monsieur de Lascelle, à qui elle trouve quelque chose de rudement amusant. C’est probablement le plus sympathique de la petite assemblée ! « Un coup de chance Monsieur ou bien vous aviez un bon…tuyau comme on dit ? » Sourit Emily qui réalise que parler paris et jeux d’argent, ce n’est pas convenable et voilà, nouvelle faute !




"C'est fou comme c'est une chose pratique le mariage.
On passe de fille de pécore à future duchesse de Brez"
avatar
Mélusine Duval
Ministre de l'éducation et des pupilles
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t66-grand-melusine-duval-ministre-de-l-education-et-des-pupilles
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 927
Date d'inscription : 26/01/2017
MessageSujet: Re: EVENT | Le Bal du Renouveau Dim 15 Oct 2017 - 2:00
Mélusine parcouru la salle des yeux en reconnaissant sans trop de mal certaines personnes derrière leurs masques, et elle fit signe de la tête à son cavalier d'approcher du buffet pour se désaltérer un peu. Il y avait d'ailleurs Madame De Valène que l'on ne pouvait rater avec sa robe criarde qui se faisait servir une coupe de champagne. La Ministre de l'Education la salua poliment avant de demander la même chose, et Jack fit de même. Elle commençait de plus en plus à prendre goût à ces breuvages alcoolisés dernièrement, cela lui calmait les nerfs.

L'entrée de l'Impératrice ne se fit pas attendre, accompagnée de son charmant frère. Mélusine eu un sourire en coin en voyant sa tenue et entendant les remarques des convives. S'il y avait bien quelqu'un qui n'en faisait qu'à sa tête, c'était bien elle. Mélusine ne pouvait qu'admirer cette femme qui avait su s'imposer dans un monde où l'apparence n'était qu'illusoire. Sa tenue lui allait parfaitement bien.

C'est alors qu'un jeune homme accompagné d'une jeune demoiselle se mit à la hauteur d'Hélène, Mélusine et son cavalier pour leur faire la causette. Bien qu'il avait l'air d'un jeune homme respectable, la Ministre ne fut pas charmée par ses manières. Elle but une gorgée de champagne avant de lui répondre.

- Bien tenté Monsieur, mais nous sommes Ambrosiennes.

Il ne l'avait pas reconnu et cela ne gênait guère la Ministre de l'Education. Jack cependant semblait trépigner d'impatience au bras de Mélusine. Il s'excusa poliment qu'il devait aller saluer quelques dames plus loin, mais qu'il garderait une danse pour la Ministre. Et voilà comment Mélusine se fit larguer en quelques minutes par son cavalier... Elle enrageait intérieurement contre lui, se maudissant de lui avoir demandé de l'accompagner. De plus, le jeune homme qui se tenait devant elle leur demandait de « bavasser » sur les prétendants ! Mélusine essayait de trouver une excuse pour s'éclipser elle aussi, cherchant désespérément du regard quelqu'un qui pourrait l'aider dans cette situation ennuyante.

- Je suis d'accord avec vous, l'Impératrice est rayonnante, et sans nul doute qu'elle choisira un prétendant à sa hauteur.

Mélusine restait cependant polie même si elle détestait tous ces commérages sur les prétendants. Elle n'avait pas vu venir le discours d'Everard. Elle fut tout aussi étonnée que l'assemblée. Si Lilith de Choiseul choisissait le prieur, cela deviendrait si... perturbant...


avatar
Hélène de Valene
Comédienne
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Empire de vapeur
Messages : 336
Date d'inscription : 29/01/2017
MessageSujet: Re: EVENT | Le Bal du Renouveau Dim 15 Oct 2017 - 22:56
Alors que je dégustais ma coupe d'un champagne fort appréciable, la ministre de l'éducation se posta près de moi, à la recherche sans doute de quelque alcool de qualité. Elle me salua simplement. Je m'empressais de lui répondre une salutation tout aussi cordiale d'un sourire sincère.

C'est à ce moment que l’impératrice arriva au bras de son cavalier, n'étant nul autre que son frère, Nicolas de Choiseul. Je m'empressai de finir les bulles qui pétillaient dans mon verre.
Lilith était magnifique.
Ma bouche resta entrouverte, mes yeux détaillaient sa tenue avec admiration. Corset, pantalon, cuir.
Elle était parfaite.

C'est alors que Valerian entra en scène accompagné d'une jeune femme. Je ris doucement derrière mon loup alors qu'il me confondait avec une raclusienne. Certes, je n'avais pas assorti ma tenue aux couleurs de ma patrie. Je n'en avais que faire. J'aime le fuschia et le fuschia m'aime. N'était-ce pas le but d'un bal masqué que de ne pas se faire reconnaître ?

Alors que ce filou de comédien nous proposait de bavarder aux sujets de prétendants, j’ôtai mon masque de devant mon visage.

-Mon cher ami, c'est un plaisir de vous voir ici ce soir. Je pris une gorgée du délicieux breuvage que contenait le verre que le domestique venait tout juste de m'échanger contre celui désormais vide. L’impératrice saura faire le choix le plus judicieux pour l'empire. Soyons patients.

A cet instant, une voix se fit entendre. Ma nuque se hérissa.
Lui.
Plus aucun bruit dans la salle n'atteignait mes oreilles, en avait-il seulement ? Ou bien Everard Zullheimer avait-il réussi la prouesse de faire taire l’intégralité de l'assemblé ?
Je restais figée, une main, ma main ?, serrant le bras de Valérian alors que je me forçais à garder une expression de marbre.

Cet homme si cruel partager la vie de ma douce Lilith ?
Jamais.


avatar
Nemrod L'Envers
Maître espion
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 67
Date d'inscription : 05/03/2017
MessageSujet: Re: EVENT | Le Bal du Renouveau Lun 16 Oct 2017 - 20:54
Cela venait de commencer et pourtant vous sentiez qu’Emily en avait déjà marre… mais vous deviez vous tenir, l’un comme l’autre, même si pour vous, au final, il ne s’agissait jamais que du résultat de votre travail. Vous n’aviez pas sélectionné les participants, mais vous aviez écrémé la base pour retirer les plus indésirables. Un exemple, cette outre à vin qu’était monsieur de Lascelle n’aurait pas été invité si votre nièce ne s’était pas entichée de lui suffisamment pour s’afficher à son bras pour un tel évènement… voilà qui lui ferait peut-être du bien, s’il ne l’entourloupait pas. Même si elle ressemblait à sa cousine sur ce point : on ne la lui faisait pas à l’envers facilement. Un bois très similaire toutes les deux, mais sculpté différemment…

Nous n’avions pas beaucoup avancé dans la foule avant d’être rejoints par les roblois de sourdan. De bons alliés, des gens solides, qui avaient leur point noir au tableau, mais pas plus que les autres. Un groupe, une famille, sans défaut, ç’aurait été trop gros, trop impensable, trop faux. Ainsi, même s‘ils avaient prouvé leur loyauté à maintes reprises, le fait était qu’ils avaient trahi leur précédent souverain pour s’allier aux de Choiseul… vous vous contentâtes d’un salut poli et présentiez comme il se doit la pupille à votre bras, encore des gens intéressant à connaitre pour elle. Même si elle s’inclinait trop pour une princesse Eskroise, surtout pour l’épouse du prince régent…

La cohue commença à se faire en annonçant l’arrivée de Lilith. Vous fîtes en sorte que la princesse ne soit pas bousculée mais au passage, vous approchant, vous lui murmurâtes quelques petits mots sur ses manières, pas un réel reproche, mais juste quelque chose à signaler.

« Vous vous inclinez trop pour le commun de la salle. Un hochement de tête suffit. Vous n’êtes pas leur égale, vous êtes leur supérieure, alors vous daignez leur accorder votre attention, vous ne les remerciez pas pour cela. Et un détail, encore heureux que vous ne soyez pas Lilith, d’abord parce que vous n’avez pas à l’être, et ensuite, parce que vous portez aussi bien les longues robes qu’elle les pantalons. Regardez la en robe et vous comprendrez qu’elles vous vont mieux. »

Voilà, vous ne reviendrez pas sur votre petite leçon rapide. Quant au compliment, sans être factice, il était peut-être un rien exagéré, mais elle avait peut-être besoin de l’entendre… et puis… et puis on ne pouvait avoir la grâce, l’élégance, et la prestance de sa féminité avec un pantalon, même si le pantalon allait bien à Lilith et que vous ne la voyiez que difficilement porter une vraie robe…puisqu’au final, les cours de maintien et compagnie, ils étaient fait pour le port de robes, tout simplement, aussi, forcément, la démarche pour un pantalon et une robe n’était pas la même. Un exemple, tout simplement, le fait d’avancer en posant le pied d’abord sur la pointe avant le talon était quelque chose de logique pour quelqu’un portant une robe, et c’était de cette manière que l’on donnait encore et toujours le cours sur la manière de marcher aux femmes, y compris à Lilith. Mais en portant un pantalon, le mouvement faisait gauche, faisait glissade, il valait mieux appuyer du talon d’abord. Seulement, cela donnait parfois aux femmes une démarche viriliste pas toujours très seyante…

De toute façon, alors que les prétendants commençaient à défiler, vous vîtes arriver à vous la ministre de la guerre et vous espériez qu’elle avait compris la petite leçon rapide que vous veniez de donner à votre pupille quand vous vites la ministre s’incliner devant la princesse comme ce que de droit. L’appellation de comte vous surprit un peu… diantre ! Oui, vous l’étiez, même si dans les faits, ce n’était pas le cas, dans le droit vous ne cessiez de l’être…

« Madame la ministre. »

Vous ne fîtes aucun commentaire sur l’indécence de sa tenue qui tranchait avec son caractère sans doute glacial. Mais vous levâtes un sourcil réprobateur. Qu’espérait-elle en venant dans une telle tenue… c’était indécent, pas obscène, mais pas loin. A sa question, vous ne répondîtes pas, les spéculations n’étaient pas votre truc, mais à votre avis la première danse serait soit pour son frère, en symbole pour sa famille, ou au prieur, une manière de rappeler la mort de son frère à l’assemblée… mais cela dépendrait. Par exemple, si le prieur se déclarait comme vous vous y attendiez, il serait évincé de cette première danse. Et il y avait tellement d’autres facteurs…

« Nous verrons. »

Nous fumes vite rejoints par ma nièce et son « Jules ». oh, ce ne l’était pas, mais disons que c’était exceptionnel, je les saluais bien poliment et nu pus m’empêcher un sourire en voyant la réaction de Zénon de Lascelle à l’annonce du prieur. Pour moi avec mes informations, c’était l’évidence, mais qui d’autre aurait pu le déduire sans une grosse part de hasard… mais je savais que cela choquerait beaucoup de monde. Qu’importe ! Je lui fis un petit sourire avant de plonger mon regard dans celui de ma nièce.

« Et vous, Amelia, comment vous portez-vous ? Assez bien pour me réserver une danse dans la soirée, n’est-ce pas ? Toutes mes félicitations d'ailleurs ! J'ai appris qu'avec un nouveau commercial, les ventes avaient décollé ! »

Puis vous vous tourniez vers son cavalier.

« Et vous, monsieur de Lascelles, comment se porte vos écuries ? J’ai entendu dire que votre prochaine génération de chevaux sera exceptionnelle… est-ce que tous vos poulains sont d’ores et déjà vendus ?  Car j’aimerai beaucoup faire l’acquisition d’un des prochains poulains prévus entre Fierté lunaire et votre étalon noir, comment s’appelle-t-il, déjà ? Aigretemps, c’est cela ? J’aimerai acquérir une haquenée… »
avatar
Mereïphaïne d'Argosme
Propriétaire de mines de diamant
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t366-dignitaires-mereiphaine-d-argosme-dame-de-compagnie-imperiale#9416
Nationalité : Ambrosienne (naissance) | Raclueienne (mariage)
Messages : 29
Date d'inscription : 16/09/2017
MessageSujet: Re: EVENT | Le Bal du Renouveau Lun 16 Oct 2017 - 21:47
Emily de Brez [ « Une certaine élégance habite la jeune femme, un rien de fraicheur qui serait dévoré à la cour. Mon frère, en chevalier servant, se pose à son flanc, et dans des salutations d’usage, tout à fait cérémonielle, je m’incline avec respect face à la jeune demoiselle décidée de ne pas faire cas de ses petites imperfections. Elle est jeune, elle peut. Et je ne dirais à ce simple sujet. Quand à Monsieur l’Envers c’est avec un respect plus grands que je m’incline, sans pour autant trop en faire.

Cette demoiselle sera magnifiquement formé avec tel tuteur, j’en suis persuadée. »


Ses Majestés, Lilith et Nicolas de Choiseul. | « Le silence encouragé dans la salle, l’annonce de mon Impératrice, mon corps se soumet à une révérence sur son passage. Si j’entends les murmures, je ne les relèves pas, préférant à loisir me taire, que de trop parler. Je pourrais aisément parler de la prestance du frère et de la sœur, de sa tenue, de tant de chose, mais je connais le stratagème qu’elle met en œuvre ce soir.

Car il a déjà été fait et qu’il pourrait être évident. Si tant est que l’on ne s’impatiente pas trop. Peut-être que je surestime mes déductions, mais j’en doute. J’ai su reconnaître ses sourires à ce sujet, je pense aisément qu’elle ne lance qu’un appât. »


Madame la ministre | « Un instant d’inattention est pardonnable, Madame. L’empressement de voir un visage que l’on apprécie nous fait ce genre de chose. »

Voilà qu’il sera bon de faire circuler demain dans les couloirs du palais quelques rumeurs à ce sujet. Madame la ministre, si prompt à la froideur, et à la tenue, semble … comment dire…pressée de saluer l’homme qu’elle a remplacé. Une femme en attente de quelques espérances ? Elle a le comportement des femmes amoureuses, qui n’osent le dire et qui pressent le pas à la rencontre de celui qu’elles attendent.

Demain…oui…ce sera une charmante rumeur. »


La Cousine et son Jack Russel | « Monsieur de Lascelle en veine ? Mais par quel miracle ? » D’un rire charmant, je ne fais que taquiner le Comte, s’il me connait quelque peu, il saura que ce n’est en rien méchant, la chose est rare. Peut-être que dans la nuit, Pohn aura eu raison de sa soudaine veine, des rames d’or mais une tragédie par la suite ! Je pourrais le parier moi aussi ! Sa réputation le précède ne soyons point dupes ! "

Les prétendants | « Défilant les uns après les autres, je prends une coupe de champagne, pour détailler d’un regards, les visages agités, mais l’avancée du Prieur Zullheimer est le clou de la soirée, il faut en faire cas. Et je me détourne de sa vue à lui, pour chercher les regards, mise en retrait, je garde l’œil agile pour observer.

Les plus grands conservateurs font des moues, les plus hostiles aux amethiens de même et dans cette parade de gens tous coupables et innocents, je ne saurais réellement voir des réactions qui me vont sous les masques. Ce n’est que l’expression de Madame de Brez qui me fait froncer les yeux, et mon attitude se tourne là où va son regard. Monsieur de Voisin.

Je les soupçonne un faible instant d’accointance, mais je ne saurais déterminer plus … la jeune femme a l’air naïve, intelligente, mais naïve, peut-être qu’en lui tenant compagnie, plus tard, je pourrais la questionner…je note cela dans un coin de ma tête. »





"Fati constantia victrix" (la constance triomphe de la fatalité"
avatar
Lilith de Choiseul
Impératrice de vapeur
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t35-grand-lilith-de-choi
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 2528
Date d'inscription : 14/01/2017
MessageSujet: Re: EVENT | Le Bal du Renouveau Mar 17 Oct 2017 - 14:22
-Allons Nicolas, je n’ai rien prévu de faire du tout.

Cette phrase a un sens double, je ne pense rien faire de particulier avec Olympiane de Thiam, mais je n’ai pas non plus l’intention de faire quoi que ce soit de plus. Et tout ceux qui attendent quelque chose, vont le savoir ce soir. Puisque oui, je ne vais choisir personne ce soir. Je n’ai en vérité lancé la rumeur, de mon propre chef, que pour pousser le protectorat à choisir ou non un prétendant, tout comme je pousse les autres à se présenter.

C’est une stratégie simpliste que j’adore.

Et je dois avouer qu’après mon discours, discerner autant de visage, décidé à se présenter, comprendre le nombre quand on me le chuchote à l’oreille en estimation, j’ai l’impression que cette nuit n’en finira jamais et tous ceux qui le désirent, peuvent obtenir une danse, autant dire qu’ils risquent tous de faire preuve de…talent pour les valses et qui plus est, de ne pas passer à côté, c’est une occasion de me parler, de chuchoter, de tenter quelques séductions, de mise en avant…

Certains vont refuser et je les bénis d’avance, ils n’aiment pas la danse, ils ne sont pas stupides au point de croire que se forcer à une chose pour me plaire leur donnera des points, en fait, ils ne seront pas beaucoup à ne pas vouloir, mais il y aura des intelligents je l’espère et comme il faut de l’équité, quand je les recevrais pour des instants privé pour me faire la cour, je leur octroierais un peu plus de temps.

J’ai tellement hâte de me retrouver en privé avec certain. J’en sautille de joie d’avance.

Vraiment…

Le défilé s’engage. Monsieur Van Pelt n’est pas là ce soir, le jeune prétendant semble avoir même disparu de son pupillat, et vu les soucis de Thémis, je me dis que ce n’est peut-être pas si mal, à moins qu’il n’y ait fourberie dans la chose, des dissidents entre raclusiens sur le fait que Séraphine ait envoyé son fils sans consultation des autres…Mais cela ne regarde l’Empire que si cela se trame sur son territoire, hors je sais que si une chose doit arriver, comme un règlement de compte, cela arrivera probablement en pleine mer…bref.

Ils défilent.

Même phrase à chacun, je regarde à peine Beauregard, il sait de part avance que je ne le choisirais sûrement pas. Mais comment dire…il tente sa chance et c’est tout à son honneur. S’il est majestueusement orgueilleux et superbement hautain, je serais curieuse de découvrir un peu plus cet homme, disons que j’aime converser avec les ennemis, si tant est que je le considère ainsi. Je l’imagine fort bien se voir prince et me remettre à ma place de femme, persuadé que les choses se passeront ainsi et cela me fait sourire.

« Je reconnais votre prétentions Sire Raimond Beauregard, comte de Terrecorail… »

Même début de phrase, même schéma, blabla, le laissant défiler, comme les autres, sans esquisser un seul sourire, le visage calme et paisible, comme toujours. Jusqu’à l’arrivée d’un murmure de la foule.

Que vous dire ? Suis-je heureuse ? Fébrile ? Ressentirais-je quoi que ce soit d’époustouflant au fond de moi ? Je le regarde, Prieur écouté, homme théatral, à la maîtrise parfaite de son rôle et de son austérité. J’ai mis du vert pour lui et c’est puéril, je veux lui plaire sans lui plaire. Je veux le séduire sans le faire. Je veux le détester sans y arriver, je veux concéder à une amitié délicate et compliqué, je lui ai déclaré mes sentiments et nous nous sommes quittés. Ainsi je comprends ce qu’il voulait me dire, mais je saisis aussi que j’ai décidé que c’était terminé. Et je ne mettrais pas dans la balance ce que je ressens pour lui.

C’est un Amethien, seul le pays compte, la lignée, c’est sa seule priorité et je le comprends, la mienne est l’Empire.

« Je reconnais vos prétention, Prieur Everard Zullheimer, premier serviteur de la Lignée d’Ameth en Ambrosia … »

Rien, pas un sourire, pas une expression différente, c’est nécessaire. C’est ce quel’on m’a appris depuis l’enfance. Seulement le même air calme et paisible, la même expression que pour les autres…en vérité, je n’ai aucune envie de l’affronter encore et comme j’ai décidé de présumer que mes mots ne lui avaient rien fait, alors à quoi bon ? J’ai compris son ressentis par rapport à l’altercation avec mon frère, son assentiment et sa colère, est-ce pour autant un juste retour que son « on a pas ce qu’on veut toujours dans la vie » ?

Disons que oui. Loin de lui je suis apte à tenir ce discours, il en sera peut-être autre durant la danse….

Le défilé se termine, je crois avoir à peine pris conscience de tous les prétendants, qui le désirera obtiendra une danse, j’espère tomber sur une contredanse en compagnie de certain, m’évitant le tête à tête, mais une valse avec Everard ne serait point de reçu, un quadrille. En tous les cas, j’inspire, et me redresse, souriant à mon frère, je saisis son bras.

-Prêt pour l’ouverture du bal ?

Lui soufflais-je entre nous.

-Il s’est présenté… Marmonnais-je en traversant la salle pour nous rendre au centre de la piste, sous le regard attentifs des musiciens prêts à jouer, organisé à leur estrade. J’inspire et me pose face à mon frère, nul doute que tous aimeraient entendre ce que nous nous disons, mais ce n’est pas possible. Je ne suis pas certaine de l’effet que cela produit sur moi.

Je regarde mon frère, révélant ma perplexité un instant, avant d’entendre la musique débuter. Durant les trente premières notes de musiques nous dansons seuls, avant d’être rejoint par les autres potentiels danseurs. J’ai pour autant l’impression d’être plus jeune, la danse que nous apprenions ensembles et nos bons moments tous les deux, à danser. Nous ne pouvons pas faire les pitres cette fois, mais il me semble que hier encore, nous pouvions faire les idiots. Pourtant c’est si loin et nous voilà parfaits sous les regards de tous.




avatar
Nicolas De Choiseul
Prince héritier / Soldat de l'armée ambrosienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t319-les-dignitaires-nicolas-de-choiseul-soldat-de-l-armee-ambrosienne#7164
Nationalité : Ambrosien
Messages : 504
Date d'inscription : 28/06/2017
MessageSujet: Re: EVENT | Le Bal du Renouveau Mar 17 Oct 2017 - 18:17
Nicolas reste impassible, parfaite image de celui qu'on oublie, d'ailleurs il s'efface en présence devant sa soeur, c'est sa soirée, même s'il pressent que ce n'est que le début d'un cauchemar éveillé. Les prétendants passent, les uns après les autres, figures qu'il reconnait ou pas, certains lui sont connus et pas des meilleurs souvenirs, il sait très bien qu'il n'a rapporté à sa soeur que de maigres informations sur eux tous. Mais en même temps, a t il fait de son mieux ? Il l'ignore, il ne sait pas trop quoi penser jusqu'au murmure de la foule. Et là il le voit, dans ses atours d'arrogance et de mépris mêlés. Il ne montre rien, l'homme lui est à ce jour indifférent, il aurait mieux fait de ne rien voir ni de rencontrer la cousine de cet homme. D'Ameth il n'a plus envie de rien, ce pays le pousse dans une direction qu'il ne peut emprunter, et alors que le Prieur interpelle la foule comme le coq qu'il est son regard profite que les regards se détournent tous sur l'homme pour parcourir la foule rapidement. La surprise n'est pas de son côté, cela ne l'aurait pas étonné que Nemar ne joue pas son joker en place lors de cette soirée. Il est pourtant ... Déçu ? Oui, parce qu'il imagine bien le trouble qu'il espère en sa soeur, son regard plonge toujours dans la foule et il la voit enfin.

Quelques secondes qu'il vole avant de détourner les yeux, ne pas s'attarder sur elle, c'était essentiel, après tout il ne savait plus quoi penser. Son dos est droit, son regard se pose de nouveau sur la foule, comme si les hommes qui se pressent près de sa soeur ne l'intéresse pas. Et c'est le cas, il avait bien prévenu Olympiane, la cour c'était une soupe de requin qu'il faut éviter, paraître, mais ne pas dépareiller, tout un art qu'il n'avait pas pu la préparer à affronter. Il a reconnu la robe, ne saisit pas ce qu'elle signifie, ou alors elle n'en avait pas d'autre ? Lui s'efforce de penser à autre chose, sa soeur, elle a besoin de lui, l'Empire ne peut avoir deux têtes, cela ils le savent, doivent faire front ensemble. Enfin le nombre décroit, et le silence se fait peu à peu alors que les derniers rejoignent le groupe ou se disperse dans la foule dans l'attente de la danse avec l'Impératrice. Il croise son regard, un simple signe de tête répond à son sourire, s'effacer, c'est son désir ce soir, il a pu observer les visages lors de la révélation du Prieur, il sait qu'il pourra faire le compte rendu dans les jours qui viennent avec elle. Il se lève et lui offre son bras, prêt, non il ne l'a jamais été, il préférait largement les simili de danse qu'ils avaient plus jeune, singe le maître avant de se faire reprendre. Il entend bien sa phrase, attend qu'ils soient au centre de la piste, loin de toutes les oreilles qui guettent mais ne captent pas les sons.

« C'est le meilleur pion en place d'Ameth, cela n'aurait pas logique que Nemar nomme un autre » Il lui sourit et sagement tend les bras, lui adressant un regard sincère et franc.« Profite simplement d'être heureuse ? Ce serait un bon effet tu ne crois pas ? » Et avec l'art enseigné depuis l'enfance il l'entraîne sur la piste, pas un faux pas, pas une fausse note, la scène pourrait presque être agréable si le poids de ce que le Prieur vient de lancer n'étreint pas son coeur. Il profite du laps de temps qui leur est encore accordé pour lui souffler avec un air déterminé.« Ne fais pas que ma confidence te fasse choisir autre chose que tu n'es entrevu. » Il est sincère, le bonheur de sa soeur, passe avant le sien, parce qu'elle a déjà sacrifié beaucoup plus que lui, elle a le droit à ses yeux de connaître le bonheur, même si le Prieur lui semble à ses yeux, bien trop impliqué dans la Lignée d'Ameth pour la survie de l'Empire. La danse se poursuit, les danseurs les rejoignent et il s'ingénie à la faire paraître Impériale, c'est son rôle, ce soir en tout cas. Avant de terminer la danse il lui sourit et serre sa main dans la sienne avant de souffler. « Ne t'en fais pas, et profite, je vais aller voir si nos Ministres ou nos altesse en résidence veulent danser. » Une deuxième danse se doit d'être pensée, et après l'Impératrice, il ne peut sans doute pas inviter Olympiane de suite, pour un peu qu'elle désire danser avec lui... Emily serait peut être disposé si elle le veut, il retournera à sa place si elle ne veut pas. Le rang, il ne peut y déroger ce soir, et n'inviter que l'altesse avant les autres. Il n'ose regarder autour, se concentre jusqu'au dernier instant sur L'impératrice, ne voulant pas manquer d'attention en cherchant un regard dans la foule. Il s'incline, fait un baise main à sa soeur, et s'efface face au premier prétendant qui a l'honneur de la deuxième danse de la reine de soirée.


avatar
Valerian d'Andressy
Gentleman cambrioleur
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t245-dignitaires-valerian-d-andressy-comedien-gentleman-cambrioleur#4847
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 363
Date d'inscription : 11/04/2017
MessageSujet: Re: EVENT | Le Bal du Renouveau Mar 17 Oct 2017 - 22:34
Que dire en toute vérité, de cette délicieuse soirée ? Je pourrais vous narrer séant, que face au Prieur je me tiens sagement. Non que j’ai quelques reproches à m’effectuer, voir même des craintes à dissimulés, mais je laisse volontiers, la jeune Pia avec son cousin adoré. Il n’est nul besoin en toute vérité que je vienne à m’y mêler, préférant m’avancer, observer, m’amuser, jouer le jeu et d’avoir du mal à reconnaitre qui derrière les masques sont cachés !

D’un rire j’aurais pu répondre à ma pupille préférée, que non, je ne peux me présenter. Je ne le veux en vérité et comment ferais-je après avec Lampré et puis, je veux éviter à mon Impératrice bien aimée, de se sentir comme un trophée que ces messieurs espèrent chasser, et franchement, ai-je une gueule de mari adoré ? Soyons sérieux en vérité.

Pour Emily je lui disais d’y aller après, il ne fallait point se séparer, et puis elle n’était point seule, je lui conseil en vérité, de l’approcher entre deux danses, quand elle vient à se reposer et alors que les dames adorées, qui sont à m’entourer, sont en train de me parler, je remarque que l’une est hostile en vérité.

Mais son regard de biche apeuré, je devrais lui dire quelques petits mots en vérité, hors je préfère, il faut l’avouer Hélène et Pia qui sont là.

-Du fushia, qu’elle étrange idée mon adorée ! Je vous aurais pensé à vous abandonner à quelques couleurs de sa majesté ! Mais bon, vous faite souvent comme il vous plait. Et oui Madame la Ministre je m’étais trompé, sauf pour vous en vérité ! Votre délicieuse froideur il faut l’avouer, le plus beau gage de votre beauté. Il laisse sur vos lèvres adorées, des marques de sévérité, qui je l’avoue avec facilité me pousse à me dire que si je viens à continuer, je me mets en danger.

Je devrais éviter, elle a giflé le limier, et moi qui ne suit rien pour elle il faut l’avouer, je pourrais perdre un œil qui sait. Voir mes bourses adorées. Il ne faut pas se leurrer, femme qui picole sans se cacher, même les couilles elle peut vous arracher !

Toutefois, laissons ses petits entre faits de côté pour regarder l’agitation de l’assemblée, quand Zullheimer fait son acte de théâtralité. Je pourrais fort avouer qu’il est bon pour se faire écouter, et je sais reconnaitre en vérité tout le talent inné, mais je suis secoué ! Ah point un autre amethien pitié ! Un ambrosien est dans mes préférés ! Un peu de sang de l’Empire et non pas encore un de ces êtres sans rire !

Mais je ne sais que trop bien pour vérité, qu’il y a contrat qui fut jadis passé, ma pauvre impératrice adorée, vendue avant même d’être née ! Qu’ils aillent donc se faire écorcher !

-Imagines-tu en vérité, Zullheimer comme marié ? Si l’on passe l’étrangeté, je dois avouer qu’encore un amethien cela me déplairait ! je viens à réaliser. Pardon Pia adorée, votre cousin il est, mais je dois avouer que le voir se déclarer me provoque un choc entier. Il est jumeau de l'homme que nous avons inhumé ! Les portraits ne seraient certes pas à rectifier, mais c’est…dérangeant en vérité.

Je ne suis point seul à le penser pas vrai ? En tous les cas, je viens à souffler, préférant tendre la main à Pia pour que nous dansions elle et moi.

-La première de mes danses est pour vous. Hélène, ensuite toi et moi ! Et je serais bien honoré qu’une danse vous m’accordiez…

Ainsi je l’invitais, la Ministre avinée, qui ne s’est pour encore pas réellement jeté sur l’alcool présenté. Quoi qu’il en soit, je viens à saisir Pia et l’entraîner, m’accordant à me mettre à danser, une fois le Prince et sa sœur assez engagé, pour que nous nous y mettions aussi en vérité.

-Que pensez-vous vous-même de cette déclaration ,

Une manière de danser et de faire un peu la conversation.


Lampré ou d'Andressy?
Charmant charmeurs, voleur de coeur, briseur de couche, l'on s'attarder pour un baiser de sa bouche. Mais est-il Valerian ou bien Lampré? Nul ne le sait séant, à vous de deviner
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: EVENT | Le Bal du Renouveau
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: Palais impérial :: Rez-de chaussée-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous sur