AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: Îles alentours

[CLOS]Week-end de chasse [Pv Monsieur Beauregard]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
Mereïphaïne d'Argosme
Propriétaire de mines de diamant
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t366-dignitaires-mereiphaine-d-argosme-dame-de-compagnie-imperiale#9416
Nationalité : Ambrosienne (naissance) | Raclueienne (mariage)
Messages : 58
Date d'inscription : 16/09/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Week-end de chasse [Pv Monsieur Beauregard] Jeu 23 Nov 2017 - 9:31
Réaliser | « Emportée par la musique et par la communion avec mon instrument, la voix de Beauregard me tire de mes attentions et un léger rougissement vient poindre sur mes joues, sans qu’il ne soit fait de pudeur jouvencelle. Non, je souris même, moqueuse envers moi-même alors que je pensais presque tout le monde parti et enfermé dans un instant solitaire.

-Une dernière, vive, pour vous, pour vous remercier »


Jouer | «  Réfléchissant avant de débuter, je laisse l’archer glisser doucement, introduisant la musique lentement avant de me laisser gagner, une improvisation aléatoire, que je lui offre avec plaisir, seulement, m’inspirant de la chasse d’aujourd’hui et en espérant qu’il le remarquerait. Je n’en ferais pas moi-même l’allusion !

Quelques minutes rapides avant que je ne m’arrête, essoufflée, mais heureuse de mon envolée, resplendissante il faut en convenir de l’emportement musicale. J’abandonne doucement mon instrument, le replaçant dans sa couche, et le posant avec précaution dans un coin de la salle, décidée à venir m’installer en face de lui. »


Discuter. | « -J’ai l’habitude, ici, de finir ma soirée seule à jouer, ne remontant que tardivement me coucher, c’est bien agréable, ce soir, d’être en votre compagnie.

Soufflais-je à Raimond, curieuse de découvrir l’homme dans un peu plus d’intimité et soupçonnant cependant qu’il ne se tiendrait qu’à une certaine présence, sans parvenir trop loin. Je me doute qu’il se méfie de mon lignage, après tout, mais je pense aussi qu’il s’agit là d’un mal nécessaire, moi-même je me méfie des gens de toutes ces maisonnées, il leur suffirait d’un accident de chasse pour venger le passé.

Mais nous avons toujours été présenté comme des traîtres rachetés, repentant face aux de Choiseul…

-Je n’aurais espéré, même dans mes pensées les plus inconsciente, pouvoir rester seule avec vous, mais les Dieux ont semble-t-il été assez clément sur ce sujet…
»




"Fati constantia victrix" (la constance triomphe de la fatalité"
avatar
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois
Messages : 76
Date d'inscription : 29/08/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Week-end de chasse [Pv Monsieur Beauregard] Mer 29 Nov 2017 - 17:27
Je n’avais pas prévu de me retrouver seul avec le sang des traitres, mais je ne m’en étais pas rendu compte. C’était arrivé, tout simplement. Je me contentais de me dire qu’il s’agissait peut-être d’une occasion à saisir ? Je restais donc poli et souriant, et ce, malgré le fait que je n’appréciais pas forcément cela, cette proximité, cette occasion, peut-être, de l’amadouer. Car il s’agissait de cela. Faire en sorte qu’elle soit une traitresse jusqu’au bout, même sans s’en rendre compte ! Il me fallait juste rester prudent, car ni les serments, ni rien ne liaient cette famille à personne. Elle avait prouvé il y avait longtemps qu’elle en faisait peu de cas, quitte à blasphémer. Bon sang n’aurait su mentir !

Je la laissais jouer, me contentant d’écouter, en silence, n’ayant rien à dire. Pourquoi aurai-je parlé, dans ce genre de cas ? Je restais donc parfaitement silencieux, et je m’attendais presque à ce qu’elle joue jusqu’à ce que je m’endorme, mais non, je restais éveillé, savourant l’air plus vif, m’évoquant, par son rythme, la chasse d’aujourd’hui, voir même la chasse en général. Cela ne valait pas un concert de cors de chasse, sur ce thème, mais c’était déjà pas mal ! Même si j’avais toujours eu de mal avec ce genre d’instruments à corde, ayant une préférence pour les cuivres et les percussions. Le piano, à la limite… mais bon, tout le monde connaissait mon préféré, non ? Ce petit pipeau d’ivoire et d’argent que je trainais justement toujours avec moi. Un instrument grossier, quand on le comparait à tous ces instruments importants, mais je le trouvais plus aisé, plus mélodieux…

Le morceau fini, je la laissais ranger son instrument définitivement trop encombrant, avant de la regarder venir s’installer à mes côtés, pour discuter, et me faisant remarquer ce que je savais déjà, le fait que ma compagnie était très agréable. Je me contentais, à cela, d’un signe de tête princier, montrant que j’acceptais le compliment et qu’il me touchait. Je le lui retournais volontiers, ne serait-ce que pour jouer le jeu…

« Je dois avouer que je ne m’attendais pas à avoir une aussi bonne compagnie à cette heure-ci… je ne suis pas un couche-tôt, aussi, il n’est pas rare que je sois, moi-même, seul, le soir, en bas, que ce soit chez moi ou chez les autres… »

Je tachais de me montrer aussi enjoué et aussi agréable que possible, même si cela pouvait m’arracher un peu la gorge. Je lui souris, et je tachais de percer le sous-texte de ses propos suivants… ne jamais avoir espéré pouvoir rester seule avec moi… voilà quelque chose que je comprenais… mais je ne savais pas exactement quoi penser de tout cela… je restais silencieux un moment avant de finalement répondre. Le fait qu’elle essaye de jouer la corde du charme étant tellement évidente qu’elle ne saurait être vraie… c’en était presque grossier…

« Ma foi, je ne m’attendais pas à de tels espoirs pour votre part… et je ne peux me demander donc ce que vous espérez encore de cette soirée… peut être mieux me connaitre ? Fort possible… mais pour cela, vous n’auriez pas besoin de prendre votre soirée… en effet, ne savez-vous pas que l’on apprend plus sur quelqu’un en une heure de jeu qu’en un an de conversation ? »

Une manière de lui signifier qu’elle ne cherchait pas au bon endroit, probablement, mais aussi qu’elle ne serait pas satisfaite de ce qu’elle pourrait apprendre avec un moment de conversation comme celui de maintenant.

« Dans tous les cas, je vous remercie de me porter autant d’attention… c’est plus que je ne m’attendais, je dois bien l’avouer. Reste à savoir quels sont vos désirs ? Peut-être un sujet en particulier ? D’ailleurs, pendant que j’y pense, encore merci pour ce dernier morceau ! »
avatar
Mereïphaïne d'Argosme
Propriétaire de mines de diamant
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t366-dignitaires-mereiphaine-d-argosme-dame-de-compagnie-imperiale#9416
Nationalité : Ambrosienne (naissance) | Raclueienne (mariage)
Messages : 58
Date d'inscription : 16/09/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Week-end de chasse [Pv Monsieur Beauregard] Lun 4 Déc 2017 - 11:39
Parole de courtisane | « Les hommes aiment à être flatté, les hommes idiots se contentent des mots, les prenant pour acquis comme un gage juste et les hommes intelligent savent parfaitement qu’il y a plus que cela dans les paroles que l’on donne.
Je viens à placer le Prince des Deux-Cimes, dans la seconde catégorie, appréciant tout à fait de ne pas le prendre pour un idiot. Au-delà de mon devoir de dame de compagnie, et de courtisane, il représente un certain défis vers lequel je me brûlerais peut-être, mais qui ne risque rien à rien. Non ?

A mon compliment, il l’accepte. Et j’en souris sans pudeur, je ne sais jouer les demoiselles timides, troublées, ou même pudique, j’ai la fougue de mes cheveux de feu et probablement des restes de la rebelle que j’étais jadis. Mais n’est-ce pas une autre forme de charme ?

-Nous avons là, une habitude commune, j’aime que la nuit s’avance et être encore réveillée, je me tiens à la fenêtre, un bon verre de vin en main et j’observe la nuit, l’été notamment, ce petit plaisir s’ajoute à des ballades sur des terres que je connais par cœur.

Conservation simple, lui laissant à croire que je veux qu’il me connaisse un peu mieux, vérité ou semi-vérité que celle-ci alors que j’observe un instant le feu. Politesse de « roi » comme on le dit, il parle, et se montre enjoué, il pourrait à loisir traîner à faire la tête, mais il s’en retient peut-être. Je sais parfaitement que nous sommes intelligents l’un comme l’autre pour ne pas être sur nos gardes mutuelles !

-J’ai fais votre connaissance à la chasse Sire. En quelques sortes, et je n’ose en ce soir que profiter de votre présence, que je trouve la plus agréable et la plus intéressante de ce séjour. Vous connaître ne m’est permis que si vous le désirez et je n’espère rien de plus qu’un peu de temps en votre compagnie. Je ne suis que Dame diamentaire, noble certes, mais avoir le privilège d’une intimité tardive avec vous est une chose que je n’aurais pas cru possible, vous êtes le Prince des Deux-Cîmes et je ne suis qu’une dame de cour.

Je pose mon humilité de partager sa présence, ainsi que n’importe quelle femme espérant devenir maîtresse d’un grand homme le ferait. Je n’en ai pas de honte, le rouage est celui-là, rien ne dit pour autant que je souhaite être dans sa couche, je m’en offusquerais dans un rire. Non je suis son « sujet » plutôt.

-Je vous en prie, j’ai improvisé mes notes aux souvenirs de la chasse d’aujourd’hui.

De quoi parler ? Une excellente question, il me propose le choix, en quelques sortes…

-Nous pouvons discuter de sujet bien sérieux ou prendre seulement le plaisir de quelques échanges de bavardage, tout le monde n’aime pas cela, mais j’éprouve quelques sympathies à seulement profiter d’une conversation simple. Et vous ?

Un début de conversation comme un autre, qui m’aiderait à cerner ses attentes pour ce soir, je pourrais divaguer sur des sujets politiques mais je n’en avais pas envie. A dire vrai, je voulais seulement profiter de quelques paroles et quelques mots, se laisser porter à dire vrai, tout simplement ! »





"Fati constantia victrix" (la constance triomphe de la fatalité"
avatar
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois
Messages : 76
Date d'inscription : 29/08/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Week-end de chasse [Pv Monsieur Beauregard] Ven 12 Jan 2018 - 10:02
Je n’aime pas vraiment ça, quand j’y pense… lui ressembler… certes, cela me donne le sentiment de ne pas être seul… mais d’un autre côté je ne suis pas sûr d’aimer ressembler à mon ennemi…. Car oui, aussi sympathique que nous puissions nous trouver, il s’agissait d’une traitresse, fille de traitresse, adversaire et ennemie… mais rien ne nous empêchait de conserver un minimum de respect… je me souviens d’une légende là-dessus, où un seigneur Eskrois, en guerre perpétuelle avec son voisin, le respectait tellement que, lorsqu’il apprit que celui-ci manquait de sel et arrivait à cours, il lui fit parvenir, sur ses propres deniers, de quoi combler ce manque. Un ennemi que vous respectiez…. Voilà une notion qui vous avait toujours paru étrange… mais dans le fond, peut-être n’était-ce pas si mal… je lui souris et me décidait d’essayer cette idée. Je restais un peu silencieux avant de finalement regarder un peu l’extérieur par la fenêtre. Nombre d’étoiles étaient visibles et j’appréciais cette vue, même si, en la matière, j’étais fort peu instruit. Je me souvenais, à ce sujet, des propos de mère : les arts et les sciences ne sont pas acceptables lorsque l’on règne : ils occupent l’esprit, et parasitent la gestion du royaume. Nécessairement. Ma gouvernante avait une manière plus intelligente de présenter les choses : « on ne peut être au four et au moulin ». Aussi, mes rares activités annexes à mes leçons pour gérer un royaume étaient elle plus souvent en dilettante, pour ne pas obscurcir mon esprit politique.

« Je préfère le crépuscule à la nuit, pour la promenade, car même si les ténèbres ne sont jamais qu’éphémères, elles gâchent les lumières du ciel... »

Et je la pratiquais davantage à cheval qu’à pied, bien évidemment. De plus, la culture de masse du raisin était aussi la raison de sortir au crépuscule pour voir les derniers rayons du soleil éclairer les feuilles de vigne d’un éclat superbe. Mais bon, je ne comptais pas la contredire si elle en rajoutait dans le domaine de la nuit. Libre à elle. Je ne voyais pas la raison de ne pas continuer à parler de tout cela avec elle… de toute façon, cela ne servirait pas à l’éclairer…
La suite , après contre, fut presque… grossière… en fait, le simple fait de me cataloguer comme prince et elle simple dame de la cour ne me semblait pas être quelque chose de bien futé… en fait, c’était tellement grossier que je ne voyais pas ni ne comprenait la raison de cette parole… elle était bien plus que ça, et si j’étais prince, elle était la dernière à devoir le reconnaître, ou peu s’en faudrait… je ne répondit donc à cette humilité de pure façade qu’avec un reniflement léger mais suffisamment dédaigneux pour montrer que non seulement nt je n’étais pas dupe, mais qu’en plus, elle était un tant soit peu insultante…

« Je vois. C’était intéressant, comme improvisation... »

Ma voix était devenue un peu plus sèche, sans doute, mais c’était malgré moi… en fait, je reconnaissais que j’avais été un peu vexé qu’elle ne joue ainsi avec moi, ou qu’elle tente de le faire aussi ouvertement… comme si j’étais le dernier des simplets.et je n’allais pas le lui expliquer, elle le savait, non ? Je n’étais pas un idiot, et jouer de la sorte était une injure que j’aurai habituellement fait payer, mais c’était une proche de l’usurpatrice, donc c’était forcément volontaire…

« Moi, j’éprouve le plaisir de parler en bonne intelligence, et qu’importe le sujet... »

Clairement une remontrance, mais c’était normal n’est-ce pas ? Quant au sujet, si elle n’était pas capable de trouver un bon sujet de conversation, c’était bien mal me connaître qu’après ses propos, je l’aide. C’était elle la dame de compagnie, c’était à elle de trouver les bons sujets. Ça faisait partie de ses fonctions, de ses attributions, après tout… et si elle ne pouvait pas, alors elle était une bien piètre dame de compagnie…

« Quel est donc le sujet simple que vous pourriez trouver à aborder ? »
avatar
Mereïphaïne d'Argosme
Propriétaire de mines de diamant
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t366-dignitaires-mereiphaine-d-argosme-dame-de-compagnie-imperiale#9416
Nationalité : Ambrosienne (naissance) | Raclueienne (mariage)
Messages : 58
Date d'inscription : 16/09/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Week-end de chasse [Pv Monsieur Beauregard] Sam 17 Mar 2018 - 20:25
La perte | « Je constate par le ton de sa voix, qu’il devient réfractaire. Mauvaises interprétations ou suppositions quant à mes mots. J’en prends note élégante. Monsieur n’est pas si stupide. Pourtant, je n’agis pas pire que les nobles qui le soutiennent, mais je ne me démonte pas. Je continue de sourire, esquisses de lippes charmantes, laissant les mots couler entre nous sans réellement les retenir. La remontrance ne me touche guère, je ne la saisis pas. Je le perds. Mais le dosage a mal été fait et j’en suis la seule coupable.

-Vaste possible. L’on dit que vous êtes musicien amateur et la question que j’aimerais vous poser est si vous jouez d’un instrument. Voir même vos préférences en la matière ? Je n’ai que trop d’amour pour les cordes, personnellement. Il faut dire qu’il s’agit de la seule chose qui n’ait jamais su me faire tenir en place, enfant.

En disant ces mots, je m’amuse, faisant vibrer une corde dans un son grave, avant de la stopper. Séductrice, peut-être malicieuse, je laisse quelques notes filées entre les cordes pincées. »


La réflexion | « Je prends le temps, sous la comédie du naturel, de l’observer avec plus d’attention. Je note qu’il n’est pas comme les riches hommes d’éducation…il est imbu de sa personne, mais pas assez pour être idiot. Ce sont les plus difficiles à manipuler, ou les plus simple, la seule chose à faire est de se soumettre…voilà une bonne difficulté.

Il n’a pas aimé ma façon de faire et je le sais désormais, peut-être qu’en éveillant son goût de l’intrigue, par quelques petites attitudes de provocation, il sera à même de s’intriguer, mais j’ignore si la chose est faisable. L’essai est la seule réponse… »





"Fati constantia victrix" (la constance triomphe de la fatalité"
avatar
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois
Messages : 76
Date d'inscription : 29/08/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Week-end de chasse [Pv Monsieur Beauregard] Mer 28 Mar 2018 - 12:28
Elle était dame de compagnie, non ? Donc elle devait savoir faire la conversation. Alors qu’elle me montre donc ce qu’elle pouvait trouver comme sujet de conversation…. Non qu’elle ne puisse pas dépasser sa fonction, mais si elle ne pouvait pas l’assumer pleinement, alors en quoi pouvait-elle être plus ? Je lui souris et je restais silencieux, attendant de voir ce qu’elle allait proposer comme sujet de conversation selon mes critères… n’était-elle pas à la hauteur ? Enfin, elle revint sur le seul sujet qu’elle pouvait trouver. Bon, je supposais donc que cela devrait aller.

« A vraie dire je ne suis pas un grand musicien, guère plus qu’un dilettante, en la matière, mais j’ai toujours beaucoup aimé le pipeau. Je l’ai toujours sur moi, en général, mais pas maintenant, hélas, il est resté dans ma chambre. Et je ne saurai vous faire écouter les quelques airs simplistes que je joue alors que vous êtes une virtuose… ce serait tellement déplacé… »

Je souris avant de hausser les épaules.

« Moi il s’agissait plus d’une manière comme une autre de me détendre, occasionnellement, et une manière de me donner l’impression que j’étais comme tout le monde, ce que je n’ai jamais été et que je ne serai jamais… »

Oui, j’étais un Prince de Sang de la plus ancienne lignée régnante de ce monde. Et je comptais bien faire en sorte que ce règne revienne à nouveau, quitte à faire le dos rond à sa majesté l’usurpatrice, quitte à essayer de lui donner l’impression que je saurai la soutenir… et rien qu’à cette idée, ça me retournait les boyaux. Je regardais Méréïphaïne en silence avant de finalement reprendre la parole.

« Mais dites-moi, puisque l’on parle de manière plus intime, peut être pourriez-vous m’expliquer ce qui vous plait tant dans les instruments à cordes ? »

Je glissais mes doigts délicatement sur chaque corde, les caressant pour offrir un bruit atténué de chacune d’entre elle.
avatar
Mereïphaïne d'Argosme
Propriétaire de mines de diamant
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t366-dignitaires-mereiphaine-d-argosme-dame-de-compagnie-imperiale#9416
Nationalité : Ambrosienne (naissance) | Raclueienne (mariage)
Messages : 58
Date d'inscription : 16/09/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Week-end de chasse [Pv Monsieur Beauregard] Mer 4 Avr 2018 - 9:05
Spoiler:
 

La musicienne | “Elle garde le silence, installée dans le creux de son fauteuil, les pupilles disposées sur Raimond. Elle paraît affranchie d’une certaine liberté, alors que sa crinière rousse entoure son visage. Boucles rousses , impétueuses et farouches, révélant au fond, ce que Méréïphaïne est au fond d’elle. Elle est dame de cour, certes mais possède l’âme folle d’une corsaire, de ce rêve qu’elle n’a pu accomplir, il reste des vestiges. Elle n’en veut ni aux siens, ni à personnes de ne pas l’avoir faite forban, mais ses yeux possèdent un éclat de fougue que seuls ses plus proches amants peuvent voir.

Elle sourit au prince de sang, Raimond paraît son opposé, posé, princier, il n’est que plus intéressant de se sentir face à un défi. Mais à dire vrai, il ne possède pas cette épice si particulière qu’elle aime chez ses potentiels amants. Oh ce n’est pas ce qu’on lui demande, et elle fait bien fî de cela, quand ses missions l’approchent d’autres, elle s’accomode. Mais elle prend le choix de penser qu’elle ne le connaît pas encore assez. Il ne se livrera pas à elle comme n’importe quel homme flatté de quelques bons mots.

-Quand j’étais enfant, j’étais...une demoiselle impétueuse, probablement trop encline à exploser, et il a fallu trouver quelque chose pour me canaliser. Rien ne marchait, ni les punitions, ni les réprimandes et je continuais à être...une enfant non pas indisciplinée, mais terriblement vivante et incapable de supporter le calme. Une vieille nourrice a eu l’idée de conseiller la musique...et depuis ma fougue passe à travers les cordes de mon violoncelle.

Elle prononce ces mots en souriant, heureuse de ce souvenir, mais quelque chose en elle traduit cette fougue passionnelle, il aurait été indélicat pour elle d’expliquer à Raimond que sa fougue se traduit à d’autres activités, mais s’il venait à le dire, elle sourirait.

-C’est une forme de libération, une étincelle de moi qui se libère...voyez-vous ce que je veux dire?

Ses yeux dans les siens, elle se demande s’il n’a jamais été impétueux ou fougueux, elle l’imagine mal faire preuve de spontanéité et elle en devient curieuse de le découvrir, mais n’as aucunement l’intention de le lui dire, est-ce que Raimon Beauregard pouvait être surprenant? Elle l’ignorait, mais elle finirait probablement par le découvrir.”





"Fati constantia victrix" (la constance triomphe de la fatalité"
avatar
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois
Messages : 76
Date d'inscription : 29/08/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Week-end de chasse [Pv Monsieur Beauregard] Sam 5 Mai 2018 - 0:13
Je souris en l’entendant parler une enfant impétueuse, trop vivante ? Je voyais ce qu’elle voulait dire. Ma sœur avait été comme ça, plus jeune, moi je n’en avais pas le droit…mais bon, je n’allais pas m’en plaindre, j’avais un destin et il n’attendrait pas que je sois devenu raisonnable… donc il avait fallu que je le sois très tôt, quoiqu’on en dise. Et je n’avais pas véritablement de loisir propre à me défouler de la sorte. Oh, certes, je n’étais pas mauvais escrimeur, mais je ne serais jamais au niveau d’un Lascelle… quoiqu’avec les olympiades, qui savait, j’avais peut-être ma chance… nous verrions. Il fallait que j’en touche deux mots à Lowell. Je n’en restais ^pas moins une fine lame et un bon tireur… je lui souris avant de continuer sur le sujet de son souvenir par un autre.

« Mère avait une manière bien à elle de calmer le manque de discipline et le trop plein de fougue. Les douches glacées et la badine. Attention je ne parle pas de la simple petite baguette sur les doigts, mais plus la cravache pour les chevaux sur le corps, au visage si ça allait trop loin. Aujourd’hui encore je pense que c’est pour mon bien, mais reconnaissez que cela vous calme vite un gosse… je me souviens aussi d’avoir pris le fouet. Une fois. Mais je n’en ai hélas plus la moindre trace comme blessure de guerre… et ensuite, il y a eu le maitre d’arme et les coups du plat de la lame de ces robustes épées que l’on utilisait autrefois… je suppose que vous avez eu de la chance d’avoir une telle échappatoire. »

Oui, preuve en était que le destin n’épargnait pas les gens. Mère était persuadée d’agir pour mon bien, et aujourd’hui encore, j’étais heureux de constater que cela me servait fort bien. Ça m’avait aidé à me faire rentrer le calme et la discipline.

« Mais je vois ce que vous voulez dire… le pipeau me faisait un peu cet effet, au même titre que l’escrime, ça me faisait du bien car cela représentait l’intégralité des activités où la discipline comptait moins que la créativité et l’inventivité… »

Finalement je prenais une décision.

« Que la raison aille au diable. Je suis un piètre musicien mais je serai ravi de vous jouer l’un de mes airs de mirlitons de mon pipeau… me ferez-vous le plaisir de m’accompagner ? »

Je lui proposais mon bras pour nous rendre dans mes appartements où je prendrais mon pipeau, l’inviterai à s’asseoir puis à l’examiner, tout d’ivoire et d’argent, avant d’entamer des airs guillerets de bergers.
avatar
Mereïphaïne d'Argosme
Propriétaire de mines de diamant
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t366-dignitaires-mereiphaine-d-argosme-dame-de-compagnie-imperiale#9416
Nationalité : Ambrosienne (naissance) | Raclueienne (mariage)
Messages : 58
Date d'inscription : 16/09/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Week-end de chasse [Pv Monsieur Beauregard] Lun 7 Mai 2018 - 13:40
Les confidences | « Ainsi dit-il avoir été corrigé comme il se doit durant l’enfance, laissant à la jeune femme, un sourire réservé et silencieux, révélant sans détour, la dissimulation de ce qu’elle pourrait lui dire. La chance de l’échappatoire, oui, enfant, mais l’adulte a connu des souffrances, des punitions, aux envergures différentes mais aux douleurs semblables, peut-être pire. Là où les siens ont évité la chose, l’époux lui, ne l’a pas fait. Que peut-elle lui dire à ce sujet, en rire serait une idée, mais Méréïphaïne n’aime point avouer cela. Les secrets de son mariage sont connus, mais ce ne sont que des rumeurs avouées à mi-mot, avec l’impatience qu’un amant révèlerait tout. Pourtant, ils ont tous eu, ou presque, la décence de taire ce qu’ils ont pu voir, si tant est qu’elle se soit révélée entièrement nue...ce qui n’arrive qu’au bout d’un temps certains.

Faut-il compter que seul Richard Welton a eu l’occasion et le droit de savoir? Peut-être que ce ne serait point faux, mais elle-même n’est pas certaine. Disons oui, peut-être...peu importe. La question n’est point ici. Elle affiche sur ses traits le mystère du secret et n’a aucun doute quant à la réserve de Raimond Beauregard sur ce genre de chose. Il reste malgré tout, un gentilhome. »


La découverte | « Elle n’aurait peut-être jamais cru voir un prince de son espèce, car il en a la carrure malgré un titre défait, jouer des airs de berger. Il parait se dévoiler quelque chose de plus agréable dans l’attitude de Raimond Beauregard, quelque chose qu’elle n’avait point encore discerné, de tout à fait charmant. La légèreté peut-être soufflé par le son du pipeau, faisant même danser le pied de la rousse, assise dans un fauteuil.

L’inconvenance de la situation pourrait être palpable, si tant est qu’on y pense, car les gens qui auraient pu la voir entrer, ne se doutent pas un instant que rien d’outrageant ne se trame. La veuve diamantaire y pense bien peu, laissant échapper le sourire sur sa bouche comme preuve unique de son plaisir à l’entendre jouer. La simplicité de l’instant offre à cet homme quelque chose de nouveau, qu’elle n’aurait pas pensé voir en lui, comme quoi, tout peut arriver dans la vie.

A l’arrêt des notes, l’air charmé qui lui colle aux traits est une merveilleuse chose, elle ne se dissimule pas et se permet, même, de prendre la parole.

-Je n’aurais jamais pensé, voir un homme de votre rang et de votre lignée, devenir aussi simple…je veux dire. Cela tranche tellement avec votre paraître, que c’est une merveille à découvrir. Cela vous va bien Messire. Mais vous devez le savoir. N’est-ce pas ?

Elle a admiré la flûte et le joueur, surprise de sa découverte, pourtant à son habitude, elle est curieuse mais peut-être avait-elle quelques à priori, en tous les cas, maintenant, elle reste agréablement surprise, charmée d’une excellente façon, reconnaissant la forme dilettante de la pratique, sans pour autant lui lever une excellente pratique. Après tout la musicienne a l’oreille. »




"Fati constantia victrix" (la constance triomphe de la fatalité"
avatar
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois
Messages : 76
Date d'inscription : 29/08/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Week-end de chasse [Pv Monsieur Beauregard] Mer 16 Mai 2018 - 22:27
Je ne suis pas à plaindre, comprenez-le bien. Une éducation stricte ne faisait pas de mal et c’étaient aussi les punitions qui avaient formé l’homme que j’étais… et mère (puisse-t-elle reposer en paix) avait de quoi être fière de l’homme que j’étais devenu. Il n’y avait rien à me reprocher, et j’étais moi-même reconnaissant envers elle pour la situation qu’elle m’avait offerte. Je n’avais certainement pas de raisons de me plaindre. J’étais riche, j’étais puissant, et pire encore : j’étais un prince de sang. Certes, je n’étais prince de rien à cause des usurpateurs, mais cela ne signifiait pas que je ne méritais pas mes titres. Loin de là, même ! J’étais l’héritier d’une lignée plus que millénaire soigneusement conservée et soigneusement surveillée pour qu’elle reste la plus noble possible. J’étais le prince idéal, en termes de légitimité, avec un passé familial chargé de gloire. Certes nous avions été chassés du pouvoir, mais les allégeances n’étaient pas aussi changeantes normalement. Quant on jurait devant les dieux, on devait s’y tenir, et pas changer d’avis, comme ça, comme un claquement de doigt ; et que les dieux ne punissent pas les traîtres, c’étaient aux hommes de régler cette histoire.

Enfin bref, je regardais la jolie rousse qui avait accepté de me suivre alors que je jouais avec naturel né de l’habitude. Mais il ne s’agissait jamais de ces grands airs comme on l’enseignait. Ce n’était pas de la grande musique, mais des airs populaires, des gens vivaient alentour du château de Tercorail quand j’étais enfant. Il n’y avait qu’un seul air que je savais jouer et qui était de la grande musique. Il s’agissait d’un air profond, puissant et très symbolique. Il s’agissait d’un air intitulé « la descente des montagnes ». Cet air était peu apprécié en rapport avec le fait qu’il s’agissait de l’hymne de ma famille et le véritable hymne impérial. Mais je ne lui faisais pas l’affront de le lui jouer, je m’en tenais à mes airs faciles de mirlitons, assez faciles à apprendre dans la mesure où ils demandaient moins de travail.

Je souris quand elle prit la parole une fois que j’eux fini… concentré, je ne l’avais que peu regardé durant mon petit récital du pauvre… elle avait l’air charmé, mais étrangement, j’avais des doutes sur la sincérité de ses paroles… elle était une courtisane après tout, une femme de la cour, et mentor était une nécessité pour survivre. Mentir, dissimuler, tromper… c’était ce qui me forçait à prendre les choses avec du recul… mais j’acceptais néanmoins le compliment d’un signe de tête. Car c’était quand même très appréciable.

« Je vous remercie des compliments. Je ne sais pas si ça me va bien, je trouve ce passe-temps malvenu et déplacé, car il ne convient pas, il ne sied pas à mon rang, mais il me fait du bien. Donc je doute qu’il aille vraiment bien… ou alors je ne comprends pas en quoi... »

Et ne pas comprendre, je n’aimais pas cela. Ça me mettait quelque peu mal à l’aise, d’ailleurs, cet aspect des choses. En quoi est-ce que cela m’allait bien ? Est-ce qu’au fond, ce n’était pas une insulte déguisée ? je n’aimais pas quand je n’arrivais pas à me fixer… mais bon, il valait peut-être parler d’autre chose…. Ou revenir sur le sujet de la musique et non sur moi… ce serait plus simple !

« Mais cela ne vaut pas un vrai répertoire… ce ne sont que des airs de mirlitons qui ne nécessitent que trois notes, quatre à tout casser…
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [CLOS]Week-end de chasse [Pv Monsieur Beauregard]
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: Îles alentours-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous surDes mêmes auteurs