AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: 4 ème niveau de la cité :: Ministère de la Justice

Clos | Guet Apens [Pv]

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Richard Welton
Ministre de la justice
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 69
Date d'inscription : 04/04/2017
MessageSujet: Re: Clos | Guet Apens [Pv] Dim 25 Fév 2018 - 22:36
Je regardais Mélusine droit dans les yeux, curieux de voir ce qu’elle pouvait s’apprêter à dire… en fait, je me doutais qu’elle avait des questions. Mais je n’avais pas forcément envie d’y répondre, pour la simple et bonne raison qu’elle n’avait pas de réelle compréhension de la situation… en fait, plus le temps passait, plus je me disais que son ministère devait avoir quelques taupes bien senties… ça m’aurait même semblé logique… enfin bon, là n’était pas le sujet ! Je lui souris et je la regardais avec un rien d’ennui alors que je l’écoutais poser des questions, qui, pour une fois, étaient logiques, mais qui, malheureusement, étaient hors de propos. D’ailleurs je lui expliquais cela de la meilleure manière qui soit.

« A mon sens il s’agit de meurtre rituels… c’est ce que j’ai déduis, et je vous épargnerai le cheminement de ma pensée, ce serait trop fastidieux, mais bref, s’il s’agit de meurtres rituels alors il ne faut pas chercher à qui profite le crime, mais plutôt chercher son occurrence, se récurrence, ce genre de choses… donc la seule manière de faire cesser cela est de les prendre la main dans le sac, si vous préférez… quant à savoir comment agir, je vous l’ai dit, non ? Par l’infiltration et une surveillance discrète des lieux… dans le pire des cas, nous les empêcheront de ritualiser en toute tranquillité é et ils devront recommencer précipitamment, en les poussant à l’erreur. Voilà la logique que je suis. »

Voilà tout ce que je pouvais bien lui expliquer sans exposer plus que de raison les hommes et femmes qui seraient infiltrés. La mission était risquée, mais je ne voyais pas de meilleure manière de réussir…

« Oh, certes, il y a toujours un risque d’échec conséquent, mais c’est la meilleure chance que nous ayons pour le moment ! Et nous devons stopper ces meurtres à tout prix. »

Oui, voilà comment mettre fin à la conversation sur les méthodes. Et elle me connaissait suffisamment pour savoir que je ne risquerai pas de vies inutilement, mais que je n’hésiterai pas à prendre certains risques… je restais silencieux et j’attendais un peu, alors qu’elle parlait de nouveau des cinq enfants disparus…. Enfin, mort ! Mais j’étais surprise qu’elle n’ait pas eu le rapport… j’avais dû oublier, me préoccupant plus de résoudre l’enquête que de transmettre des informations… alors je haussais les épaules…oui, bon, j’aurai peut-être dû la prévenir en effet… enfin, non, je devais juste la prévenir si ça la concernait, ce qui n’était pas le cas, si ?

« Je ne savais pas que j’avais des comptes à rendre sur mes découvertes… j’ai dû oublier de faire de grands panneaux en cinquante par un mètre vingt avec dessus marqué en gros « on a encore retrouvé des gamins morts » … »

Une manière de lui rappeler qu’en effet, je n’avais absolument aucun compte à rendre. Bon, d’accord, j’étais un peu sarcastique… mais sincèrement, à quoi s’attendait-elle ? A de l’adoption illégale de couples qui ne pouvaient avoir d’enfants et qui traiteraient lesdits enfants comme des rois ? Soyons sérieux.

« Arrêtez de vous impliquer émotionnellement, Mélusine, ce ne sont pas vos enfants. Et si vous ne pouvez pas garder du recul sur tout ça comment voulez-vous faire votre travail comme il faut. Oui, ils sont tous morts… c’était à prévoir… pourquoi enlever des mioches et des tire-laines qui ne manqueraient à personne, sinon ? »

Oui, désolé de lui dire ça, mais à sn avis, à quel emploi se destinaient les orphelins ? Pas aux hautes études administratives… donc normal qu’ils ne manquent à personne, et même normal que je sois soulagé, d’une certaine manière, d’avoir cinq potentiels cambrioleurs en moins…
avatar
Mélusine Duval
Ministre de l'éducation et des pupilles
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t66-grand-melusine-duval-ministre-de-l-education-et-des-pupilles
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 1031
Date d'inscription : 26/01/2017
MessageSujet: Re: Clos | Guet Apens [Pv] Lun 12 Mar 2018 - 17:30
La Ministre écoutait attentivement Richard, mais il tournait toujours autour du pot pour les explications rationnelles. Enfin, Mélusine ne chercha pas à poser plus de questions sur le sujet, sachant qu'il ne lui divulguerait sûrement pas tous les détails de la procédure. Il fallait arrêter ces meurtres rapidement, et sur ce point ils étaient d'accord. Même si cela était risqué pour les membres de l'Orphelinat et qu'elle n'approuvait pas ce danger.

Mélusine ne supportait plus Richard en tant qu'homme, il n'avait plus aucun sentiment, il était juste devenu une sorte de machine à travail. Certes, il était plutôt bon dans ce domaine, mais elle regrettait amèrement l'ancien amant. Et il la dégouttait encore une fois pas son attitude.

Sentant que la colère la submergeait et retenant malgré tout ses larmes, elle se leva, les mains serrées l'une contre l'autre et fit quelques pas en direction d'une fenêtre. Pourquoi était-il obligé de lui parler de cette façon-là ?

- Tu n'es pas obligé d'être si désagréable. Je tenais seulement à être informé sur ces disparitions, ce n'est pourtant pas trop demandé.

Elle se tenait de dos, regardant à travers la fenêtre, le regard dans le vide, ne pouvant plus supporter de le voir en face. Ce n'était que des enfants, peu importe leur classe sociale, ce n'était que des êtres vivants sans défense. Il avait mis sa vie familiale totalement de côté, oubliant peut être qu'il avait eu lui aussi un enfant, dont il se foutait sans doute royalement, mais la famille s'était sacrée pour la Ministre, et elle aurait tout donné pour en avoir une à nouveau.

- Bon assez. Cesse de me parler comme une enfant, Richard. Si tu veux que cette collaboration se passe bien, il faut que ça aille dans les deux sens. Ne juge pas ma façon d'avoir de la peine pour des enfants innocents.

Elle avait une boule au ventre, et croisait ses bras en évitant toujours de le regarder. Intérieurement, elle bouillait, elle se retenait de faire à nouveau un geste ou une parole déplacée. Il était devenu insupportable et elle avait comme l'impression qu'il aimait se jouer d'elle. Elle pris une longue inspiration.

- Bien, j'attendrais les ordres du Ministère de la Justice pour les affectations, en espérant que tout se déroule au mieux. Maintenant, si tu n'as plus besoin de moi...

Elle se retourna face à la porte d'entrée, sans le moindre regard en sa direction. « Besoin » n'était certes pas le bon mot qu'elle aurait du employer, il n'avait aucunement besoin d'elle. Elle ne se sentait que comme une paillasse dont il se servait pour s'essuyer les pieds, rien d'autre. Richard n'avait besoin de personne. Il disposait des gens comme il le voulait, sans aucun état d'âme. Elle fit quelques pas en direction de la sortie en attendant qu'il lui donna la permission de se retirer.


avatar
Richard Welton
Ministre de la justice
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 69
Date d'inscription : 04/04/2017
MessageSujet: Re: Clos | Guet Apens [Pv] Sam 17 Mar 2018 - 17:14
Non, en effet, je n’étais pas forcé d’être désagréable, mais j’avais espéré un « oui » d’entrée de jeu, avant routes les questions que je trouvais sans doute un peu trop nombreuses… et que je jugeais sans doute trop évidentes… quant à ces histoires d’enfants, si j’étais aussi sec ou désagréable avec elle, c’était pour une raison simple :  j’estimais qu’elle s’investissait trop et elle transposait sans doute son besoin de maternalité sur eux… si elle voulait se charger de gosses directement, il ne fallait pas faire ministre, il fallait faire nourrice ou gouvernante… et ça m’exaspérait un peu… quant à ne pas la traiter comme une enfant… il fallait suivre, aussi ! Si elle ne pouvait pas percevoir les tenants et les aboutissants de mes propos, je ne comprenais pas pourquoi elle se plaignait si je lui réexpliquais plus simplement !  Je grommelais juste au sujet de sa capacité à suivre, mais tout bas, voir juste dans ma tête.

« Je ne juge rien, je constate, je prends les faits, je les mets bout à bout et quand l’impossible est écarté, ce qui reste, aussi improbable que cela soit, est la vérité… »

Cette phrase était de moi, et mes talents de déduction n’étaient plus à faire, toutefois, je n’étais pas le genre à estimer avoir la science infuse. J’étais sûr de mon fait, certes, mais j’étais aussi ravi que quelqu’un puisse les remettre au travers de la logique, en cause, auquel cas, je serai ravi d’entendre d’autres conclusions toutes aussi pertinentes, tant qu’elles étaient dénuées d’émotions…  Enfin, je n’insistais pas plus, alors que je lui souriais devant le fait qu’elle acceptait de collaborer. Elle ne me regardait pas et je me désintéressais d’elle pour reprendre le fil des fulgurances qui traversaient mon esprit et que je devais ordonner en permanence. Si elle y tenait tant que cela, je lui ferais sortir les rapports des cadavres, puisqu’apparemment, elle avait besoin de savoir qui était mort te qui ne l’était pas…mais bon sang, ça m’avait un rien gonflé. Je ne lui rendais aucun compte !

« En effet, pour le reste, je pense que nous serons en mesure de nous débrouiller tout seuls… merci pour tout Mélusine…. Je vais demander à Armand de te raccompagner. »

Je sortis en sa compagnie pour aller chercher le jeune gendarme pour qu’il puisse raccompagner Mélusine.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Clos | Guet Apens [Pv]
Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: 4 ème niveau de la cité :: Ministère de la Justice-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous surDes mêmes auteurs