Les Chroniques d'AmbrosiaConnexion

Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv]

Partagez
Sujet: Re: Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] - Page 3 1545043444-icon-minipostedVen 22 Juin 2018 - 12:59
Je lui souris, l’entendant parler, presque susurrer, après avoir gémi…et avant de recommencer… elle n’avait rien avoué, mais il était possible, ou même probable, que cela arrive… après tout, j’étais fortement doué pour la faire avouer, surtout pour lui faire avouer certaines indécences, au final… je lui fis un sourire et doucement, je venais la faire taire en ^posant ma bouche sur la sienne. Je lui souris et je lui caressais doucement la joue avant de reprendre mon grand œuvre à la naissance de son monde… elle était offerte… je lui fis un sourire et je lui lançais, l’air de rien.

« Oh, je suis sur qu’il y a suffisamment d’indécences à avouer pour nous combler pendant longtemps… et je crois que mes méthodes… novatrices, pour faire avouer seront à la hauteur… »

Voilà ce que je cherchais à lui faire avouer, mine de rien… je restais un moment silencieux avant de finalement reprendre mes attentions. Hors de question de la laisser se « reposer », car la combler était un art en soi. Je lui souris de nouveau alors que je me penchais, venant embrasser les pointes de son désir, tout en me disant qu’il serait une bonne chose que de la pousser plus loin… mais pas trop vite… oui, comme elle le disait, c’était la cruauté incarnée que de la faire languir, mais pourquoi est-ce que je me serai privé de la torturer de la sorte ? surtout que…

« Pour quelqu’un qui est torturée de la sorte, vous me semblez extrêmement ravie… »

Mais bon, c’était évident… j’en eus un frisson… j’avais envie de m’introduire en elle, maintenant, fortement. Brusquement. Oui, voilà ce que je voulais ! Il fallait que ce soit ainsi, mais avant... ; avant il fallait que je me contienne, que je me retienne, et que cela dure un peu… je lui fis un sourire avant de finalement accélérer un peu la cadence, histoire d’embraser la flamboyante dame un peu plus, alors qu’elle se laissait aller à de nouvelles indolentes indécences visuelles… j’en avais désormais presque la chair de poule tant je sentais que je ne pourrais résister à l’appel de ses voluptés. Le doigté délicat seul ne suffisait pas, vous vous en doutiez…

Doucement, redressée et m’attirait à elle, je m’approchais, mon bassin venant chastement – ce qui était un comble – à la rencontre du sien et ses lèvres étaient si proches… doucement, je m’approchais encore jusqu’à rencontrer ses lèvres que je baisais des miennes avec une grande tendresse. Résister… elle voulait résister… alors soit. Je ralentissais… oui, moi aussi je pouvais me montrer un peu cruel, sur le sujet…

« Ah mais c’est cela qui rend le jeu languissant… après tout, pas d’abdication, pas de soulagement absolu… »

Je lui mordillais doucement les lèvres avant de finalement éclater de rire et continuer mon manège, sans la moindre gêne ni la moindre forme de scrupule… je lui souris et doucement je baisais son corps en ligne droite jusqu’à sa fleur avec laquelle je jouais un instant pour finalement lui apporter un nouveau baiser plus langoureux…

« Alors, cessez-vous de résister pour vous soumettre pleinement à la justice et son glaive impartial ?
Sujet: Re: Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] - Page 3 1545043444-icon-minipostedSam 23 Juin 2018 - 22:28
Le jeu | « Il ne cesse jamais et en aucune occasion, alors que la dame vient d’exprimer un aveu, comme un autre, d’irrévérencieux orgasme. Nul autre mot suffit pour dire la chose, et pourtant, il continue, décidé bien aisément à ne point la laisser se taire, d’une quelconque façon que ce soit, ravissant l’esprit, et peut-être le cœur, de la dame de compagnie impériale. Elle aime tout cela, en compagnie de Richard, plus encore même, elle aime ce jeu qui est vrai, cette complicité réelle, l’amant choisi et voulu, aux partages les plus gourmands.

-il faut reconnaitre votre adresse Monsieur, elle ravit chaque parcelle de mon être !

Il est bien fautif de son air ravi et de ses airs sulfureux, la valse des corps n’est que meilleur et meilleur encore, que celle de sa langue et de ses murmures aux creux de ses intimités féminines. Aurait-il fallu plus d’indécence ? Entre eux, il y en a jamais réellement assez !

-Voilà de la cruauté mon cher, pour vous comme pour moi, ô ciel ! Moi qui vous pensez gentilhomme, vous n’etes donc…qu’un terrible bras de justice…

Eclat de rire face à ces pitreries…Elle aurait pu en profiter des heures, l’éternité ou presque, peut-être indéfiniment et dire que ces moments viendraient à lui manquer plus tard, quand elle se retrouverait éloigner de lui, dans la solitude la plus flamboyante. Joueuse dévergondée, elle s’abandonne, se reprends mais se laisse surtout faire et portée jusqu’à l’instant, impatient.

-J’abdique Gendarme, j’avoue tout, et je me reconnais coupable. Coupable de vouloir vos indécences et de ne chercher que la sentence glaive…oh, ne vous éloignez donc plus tant de moi..

Elle se saisit de lui avec espièglerie, sans pour autant parvenir aux choses indécentes, préférant l’amener à elle et rouler sur le matelas, se trouver sur lui et se plaire à ne point laisser le glaive pourfendre, intrépide lionne à la crinière fauve, elle lui sourit et l’observe.

-Tu m’avais manqué…

Elle lui confie le murmure en venant déposer un baiser à ses lippes, l’ivresse du plaisir s’’égale à celui du jeu, jusqu’à la tendre confession. Baiser d’amants, elle l’offre, serpentine créature dont le corps épouse l’autre dans les moindres formes. »



Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] - Page 3 2C85Wic
Sujet: Re: Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] - Page 3 1545043444-icon-minipostedSam 7 Juil 2018 - 0:25
Le jeu nous prenait et nous collait aux tripes avec une certaine délectation, j’aimais énormément Méréïphaïne pour ces instants de détentes et de plaisir, mais plus encore, de complicité séductrice qui nous mettait tous les deux dans un état presque second. Mais c’était cette complicité aqui me séduisait le plus… je restais un moment sans rien drire ni rien faire, comme une pause, alors qu’elle m’accusait de n’être qu’un cruel bras de la justice… ne savait-elle pas que…

« Faites attention à ce que vous dites, ma dame… car pour le moment, la justice a fait peur de doigté et vous ne sauriez soutenir l’assaut de son bras vengeur. »

Je lui souris et venais quémander un baiser sur ses lèvres avant de finalement l’entendre enfin abdiquer, à renoncer à lutter et s’offrir pleinement et chacun de ses aveux m’arracha un frisson de plaisir et d’anticipation des plus délectables… je restais un instant sans rien dire avant de finalement lui caresser la joue avec tendresse alors qu’elle m’attirait à elle et changeait à nouveau la position pour reprendre le dessus, cela ne me gênait pas. Je lui faisais un petit sourire avant de finalement la laisser faire, glissant ses mains sur ses hanches remontant sur son corps pour finalement l’attirer à moi, alors que les choses « sérieuses » commençaient.

« C’est ta faute si je t’ai manquée… il fallait me proposer un rendez-vous plus tôt… »

Je lui souris et je l’attirais à moi alors que nous nous fondions l’un en l’air, que je la serrais contre moi, et que je lui laissais toute latitude pour commencer à mener la danse. J’aimais quand elle le faisait… je frissonnais de plaisir en sentant cette fusion charnelle, et même aussi un peu émotionnelle..., alors que je continuais doucement à baiser ses lèvres, bécoter sa peau délicate, la parsemant de baiser alors que je sentais sous mes mains les muscles bouger, gracieux, harmonieux…
Mes mains glissèrent sur son corps, immobilisant son visage près du mien avant de finalement lui susurrer à l’oreille.

« J’adore tes indécences, mais elles me donnent l’impression d’être toujours trop loin, trop espacées… »

Je lui mordillais la gorge, doucement, y laissant l’empreinte légère de mes dents. Oh, ça ne durerait pas longtemps. Le suçon que je laissais un peu plus loin, par contre… mais c’était trop tentant, j’aimais gouter sa peau, et j’aimais encore plus la manière qu’elle avait de jouer de nos bassins comme d’un seul corps dont elle connaissait chaque muscle, chaque mécanique de fonctionnement sous sa peau… c’était un régal au toucher, et un régal pour d’autres choses, clairement.
Sujet: Re: Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] - Page 3 1545043444-icon-minipostedDim 12 Aoû 2018 - 23:00
Adorable complicité | « La dame a le cœur qui bat fort à la réponse de l’amant. Il lui a manqué…comme un besoin venant grappiller l’esprit et dévorer, rappelant sans cesse les exquis des instants, et qui sont nécessaires pour pouvoir respirer. Allongée sur lui, cajolée à son corps, elle sourit, mordillant sa bouche de baiser délicat, doux, qui se pose à peine pour s’envoler aussi vite.

-Ma faute, ta faute…nous sommes égaux dans la culpabilité mon cher.

Lui, elle, eux…il n’y a pas de réels coupables, juste deux êtres trop occupés, qui se dévorent le temps de quelques instants avant de s’échapper. Le besoin s’agrandit, lui, eux, cela devient brusque et soudain, alors qu’il fige son visage près du sien. Elle le regarde, l’observant comme elle le fait en de rares fois. La vérité est qu’elle peut aimer cet homme, autant que leur complicité, sans parler d’autres choses, les sentiments ne sont pas que volage et elle ne regrette pas de l’avoir connu que tard, il lui a offert des confiances qu’elle n’avait plus.

-Tu es pire qu’un jeune homme quand tu dis cela… Rit-elle en le laissant gagner son corps. Elle a envie maintenant de se fondre en lui et de ne plus rien d’autre. Seulement de se conjuguer en un seul corps, la chaleur de leur peau lui semble désormais brûlante, elle s’intensifie, le visage enfoui dans le cou de l’autre, elle retient son souffle, gémit d’une complainte douce à ce suçon sur son cuir et dans l’adresse de ses indécences, elle murmure.

-Serres-moi…serres-moi à m’en étouffer. Dit-elle en faisant de même à son tour, amenant enfin le glaive à son fourreau, décidée à ce que la justice pourfende l’accusée de toute son accablant bras, et une fois possédé de tout, elle laisse l’intense douceur se former.

Assise sur l’amant, à califourchon, elle le serre fort, trop fort, elle abdique au besoin de retirer toutes séparation et ses mains le serre, alors que ses bras sont à ses épaules. Elle cherche ses lèvres, elle s’en saisit des siennes et dévore le baiser sans le lâcher, sans s’éloigner, tremblante d’une lenteur qui devient plus brusque, elle a ce besoin vicéral de le sentir, de cesser l’attente pour le précipice de la possession et dans la valse qui s’approfondit et s’intensifie, elle ne peut retenir ses soupirs, ni même la puissance qu’elle offre…

Pourquoi se retenir, en vérité, elle s’est perdue et viendra bien le moment où elle l’entraînera aussi à cette perte. Son front, au sien, elle ne peut s’empêcher de sourire, complice, amusé, la bouche asséchée et le corps brûlant, il ne pourrait lui en vouloir de cette brusque chevauchée, se détachant de la langueur du jeu qui avait commencé. A cette fièvre insensée, elle s’abandonne, peut-être reprendrait-il la main, mais qu’importe.

»


Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] - Page 3 2C85Wic
Sujet: Re: Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] - Page 3 1545043444-icon-minipostedJeu 23 Aoû 2018 - 19:11
Cette complicité que nous partagions était des plus uniques… je ne prétendais même pas avoir partagé autant de complicité avec mon épouse, et pourtant, nous avions été proches, pendant un temps, croyais-je encore. Je lui souris et je me taisais, la regardant alors que doucement, nos corps s’unissaient, se rapprochaient et se fondaient, alors que nous étions ainsi étreints dans un plaisir partagé, mutuel, et complice. Je lui caressais doucement le visage alors que mes lèvres avides venaient quérir les siennes d’une multitude de baisers de plus en prononcés, de plus en plus luxurieux. Je lui souris et je l’admirais un peu, ainsi offerte, alors que nos corps s’entrelacent de délice.

Je la laissais prendre le dessus sans me déranger pour cela, et j’admirais son corps offert à ma vue alors qu’elle chevauchait vers le plaisir, conversant de gémissements à gémissements alors qu’elle donnait le rythme et le ton de nos délicieuses indécences… mes mains placées sur ses hanches, je sentais les muscles sous sa peau bouger, entrainer nos intimités dans une délicate valse tendre et pleine d’attention l’un pour l’autre… et doucement, mes mains remontèrent sur son corps, venant dans son dos, l’attirant à moi dans une étreinte possessive, ferme, inéluctable ; absolue. Je l’étouffais d’une étreinte puissante, serrant presque trop, pour lui accorder ce qu’elle désirait, mes lèvres s’attardant sur la peau alors que mes narines, enfouies dans ses cheveux, savouraient le parfum de ceux-ci, de sa peau aussi, le parfum enivrant de ses désirs qu’elle m’accordait plus qu’à tout autre.

Front contre front, je plongeais mes yeux dans les siens et je restais avec elle, en elle, dans cette petite bulle de temps, cette parenthèse de vie qui, comme beaucoup d’autres, nous était dévolu… je lui souris et tout doucement, lentement, je nous fis basculer, encore, et encore, la roulant sur le lit comme on roulait la paysanne dans le foin, mais nous étions proches du bord du lit, et nous chutâmes…. Je heurtais le sol du dos, elle me heurta de son corps, et j’éclatais de rire alors que je prenais un nouveau baiser sur ses lèvres délicieuses. Cela devait bien finir par arriver….

Je la gardais contre moi, et je ne cherchais pas à me relever, me contentant de reprendre le dessus pour l’imposer un autre rythme, plus prenant, plus robuste, non que son rythme soit mollasson, mais c’était pour changer un peu… 
Sujet: Re: Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] - Page 3 1545043444-icon-minipostedLun 3 Sep 2018 - 18:13
Indécence de cuir | « La chute, comme un vertige de peau, enivrante et brusque. Cette chute. Elle arrache aux lippes un rire, une envie de plus, de fondre et de se conjuguer. La dame se perds, bien qu’elle soit déjà perdu. L’amant n’est pas que le forban de couche. L’amant n’est pas le passager qui affole le corps. Il est plus. Elle ne le sait pas. Il est le complice de gourmandise, le complément d’indécence, l’absolu, ou presque, d’une personnalité que peu de gens connaissent. Avec Lui, elle est…elle-même. Au-delà des masques. Au-delà des obligations de paraître. Ainsi donc, la dame rit.

Elle rit et embrasse. Se laissant conquérir dans l’inversement des vertiges, et rends les armes. La chute, le rire, le tout a donné d’autres envies. Elle ne peut se défaire de lui,ni ne le souhaite. Corps contre corps, toujours cambrée au-dessus de lui, ses lèvres brûlent son souffle saccadé. Il donne l’intensité des mouvements et la fait trembler. Le frisson s’installe dans le bas de son ventre, il possède, joue du rythme et elle s’y offre, incapable d’y objecter de réponse, et sans désire de le faire. Un long instant, c’est à lui seul que revient tous les possibles, jusqu’à ce qu’elle vienne à murmurer.

Elle lui offre la supplique de l’intensité, joignant à ses requêtes fiévreuses, l’agitation du geste. C’est l’abandon du corps. Où le sien finit, où celui de l’autre commence peu lui importe en toute vérité. Elle ne réclame désormais plus que la fièvre brusque de l’enlacement. Tout ce qui est nécessaire, c’est ne former qu’un seul être de plaisir. Ses courbes viennent répondre à ces mouvements, la symphonie est humide. Le claquement du cuir brusque, maintenant, il n’y a plus que l’intensité du besoin et du désir.

L’esprit enveloppé d’ivresse, la Dame D’Argosme oubli la bienséance de son rang, détenue aux mains de l’Inspecteur, elle endiable ses sens comme une parjure à l’honneur, dont elle se fiche éperdument. C’est le besoin de lui qui prime et peu importe le reste. Peu importe même qu’elle se perde aux frissons car ils appartiennent à celui qui les fait naître… »


Cavalcade de chair. | « L’empressement n’est pas le mot qui convient. C’est un autre plus adéquat qui devrait être trouvé. L’assouvissement réclame souvent l’empressement. Cette idée de fusion brusque et rapide, qui ne se console d’aucun détail autre que l’accomplissement. On pourrait même dire : enfin ! Enfin…oui, enfin, elle délaisse son cri dans une tourmente de son, au diable voisin et curieux, l’appartement est bien discret pour que cela ne porte point préjudice à leurs rangs. Au sien, surtout, celui de l’Autre qui n’est pas relâché par les bras de la Dame.
Elle détient, incapable de se défaire et le corps poisseux de la course nouvelle, reste essoufflé contre son torse. Elle l’observe, comme prenant à nouveau conscience de la réalité, ses yeux semblent perdus, son esprit réalise….

L'unicité est là, deux pour un, un tout délicieux. Elle prends conscience. Un frisson la parcoure. Une vérité à ses pensées qui la trouble plus que son cantique. »



Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] - Page 3 2C85Wic
Sujet: Re: Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] - Page 3 1545043444-icon-minipostedLun 17 Sep 2018 - 16:34
La délicieuse impression de complémentarité, elle m’envahissait, à n’en point douter… je lui souris alors que nous étions désormais sur le sol, elle, me chevauchant dans une délicieuse cavalcade où rire, plaisir, tendresse, se mêlaient comme de rien, d’une manière si naturelle que ça en devenait presque effrayant…. Mais bon, je préférais ne pas trop penser, préférant me laisser envahir, préférant la laisser chevaucher, la laisser guider, la laisser s’offrir…. Moi, je ne me faisais pas passif, mes mains et mes lèvres parcourant son corps avec délice et avec une certaine avidité, passant par tous les petits endroits que je la savais préférer, pour la faire frissonner, pour la mettre dans tous ses états. Je souris à cette idée et je continuais, savourant les délices de cette chevauchée fantastique qui ne faisait chuter. Ici, il n’y avait ni rang, ni position sociale, juste un plaisir commun, partager, et complétement égal, espérais-je. Non, savais-je. Je restais silencieux avant de finalement lui soupirer des mots doux, des indécences, les deux mélangés, dans l’oreille, alors qu’elle continuait à mener le jeu. Jusqu’à ce que, doucement, sans forcer ni violences aucune, je la renversais, prenant adroitement le dessus, et cessant cette cavalcade pour m’enfoncer lentement dans un antre secret, caché par de la chair, pour lui offrir de nouveaux plaisirs avant que tout ne s’achève… un plaisir plus douloureux, mais tout aussi absolu, il fallait le reconnaitre… enfin, pour qui savait y faire.
Donc quand je m’en chargeais…
Et cet endroit serait toujours un cimetière…

Je lui fis un sourire avant de finalement lui caresser la joue avec tendresse, l’embrassant avant de glisser mes doigts là où le vide n’était plus comblé, pour éviter qu’elle ne se sente désertée, avec douceur, avec tendresse. Les ébats n’avaient pas besoin d’être furieux ou brutaux pour qu’ils soient bons. Il suffisait qu’ils soient tendres et mesurés… je soudais mes lèvres aux siennes au rythme lent des marées qui s’imposaient en elle, sans jamais excéder la vitesse qui me semblait être la bonne pour combler tous ses désirs, toutes ses envies, pour l’emmener vers les affres que nous connaissions bien et qui nous laissaient pantelants, en sueur, mais heureux, ensemble, et chacun pour soi, aussi, étrangement. Et quand cette délivrance arriva, je me retins aussi longtemps que possible pour sentir la sienne arriver, non par nécessité de nous laisser aller ensemble, mais par envie de la savoir comblée, vraiment… je lui souris alors et, calé contre elle, je ne disais rien, caressant doucement sa peau douce et joliment entretenue, glissant mon nez dans son cou, sentant la fragrance à la fois délicate de son parfum, et plus musquée de son « effort ».

« Toujours aussi parfaite… »

Je n’avais aucune envie de me relever, aucune envie de me redresser. Au final, là, tout de suite, comme ça, le sol, ce n’était pas si mal, n’est-ce pas ? Oui, bon, d’accord, elle y était pour beaucoup, certes, dans l’idée de ne pas avoir envie de me relever. Mais qu’est-ce que ça pouvait bien faire ? au fond, le plancher était chaud, aussi chaud que le corps de mon amante contre qui je me calais avant de lui dire, dans le creux de l’oreille, comme une suggestion…

« Je t’imagine tellement, mon indécente, me le montrer et t'offrir alors que nous sommes aux yeux de tous… cette idée me donne des frissons… »

Je lui embrassais la gorge avec tendresse.
Sujet: Re: Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] - Page 3 1545043444-icon-minipostedDim 14 Oct 2018 - 22:26
Complicité | “Il y avait de la tendresse et de la complicité, cela se mêlait dans le plaisir, si aisément, que cela en était effrayant. Mais pourquoi prendre peur, elle aimait n’être qu’elle et posséder quelqu’un d’aussi proche pour pouvoir délaisser le rôle de courtisane. Elle ondulait au-dessus de Richard avec aisance, laissant son souffle se faire rieur et complice. Elle avait de la chance dans sa vie désormais et elle le savait, parce qu’il était là et cela ne la troublait pas encore assez. Elle n’avait pas réalisé la porter de la chose.
Et quand bien même elle l’aurait fait, elle s’en serait fichée. En partie. Parce qu’ils savaient parfaitement de quoi été composé leurs échanges. C’était leur relation. Ils n’avaient pas besoin de s’aimer, s’adorer était suffisant. S’entendre, se comprendre, ce que devait être au final les relations saines et probablement celles de couple marié. Mais cela n’existait pas une fois la bague au doigt et elle le savait. Non qu’elle veuille se marier déjà. Ni qu’elle ne souhaite quoi que ce soit. Ou qu’elle pense qu’il puisse être différent une fois marié, mais…elle ne pensait pas que le mariage n’imposait pas un éloignement.

Au douleur du plaisir Méréïphaïne s’abandonne. Elle ne savait plus tout à fait ce qu’était le monde, mais aux tumultes de la fin, elle se laissait prendre. Consciente des soubresauts délaissant en elle les expressions masculine, elle abandonna la fin de son chant de plaisir. Essoufflée, échevelée et repu, elle avait un frisson sur le corps qui courrait, parsemant sa chaire d’une chaire de poule avouée et assumée. Elle tremblait même encore un peu, plongée dans un second état où elle était consciente mais chamboulée à l(extrême. Il avait conquis les terres d’argosme et elle n’osait plus bouger, son visage dissimulé dans le sien, elle soupira rieuse, avouant tout dans ce souffle, alors que sa main ne se retenait pas de ce tremblement…

Le sol était dur à son dos, mais il était aussi agréable que la plus moelleuse des couches. Elle fut agitée d’un sourire amusée quand il parla de sa perfection et elle admettait volontiers qu’elle l’atteignait le plus souvent en sa compagnie. Non que les autres hommes ne soient pas des amants appréciables, mais il y avait le tout qu’elle pouvait détenir avec Richard et cela bousillait tout pour les autres. Son tremblement se dissipait mais il la fit frissonner par ses paroles et son baiser. Richard avait quelque chose d’insatiable et cela lui plaisait. Dans un sens, c’était valorisant cette avidité et elle se sentait magnifique. Non, elle ne se jugeait pas d’une beauté époustouflante, elle était de celles qui avait une beauté différentes, discrète qui ne se révélait pas comme ça. Et là, elle s’épanouissait.

« hum…le frisson d’être surpris ? » Dit-elle avec lascivité. Elle avait conscience du danger, mais cela lui plaisait. Le scandale devait s’éviter, mais ils étaient bon dans le domaine, à son avis. Ses mains se perdirent afin de venir cajoler sa peau dénudée. Elle perdit ses doigts dans son dos et dans ses cheveux, elle était pleine d’ivresse à sentir son cuir contre le sien.

«Je ne te dirais pas ce que je vais faire, mais l’idée devrait te ravir. » Taquine, elle ne lui révèlerait rien de plus, préférant lui laisser le goût de l’intrigue. Ce qu’il se passerait leur offrirait une saveur sans égale. Le sol lui martelait le dos de sa présence, mais elle adorait la sensation, mêlée au plaisir qui se dissipait dans son corps. « Si tu n’avais pas été ministre, je t’aurais emmené pour des plaisirs indécents à Argosme… » Cela aurait été doux de l’embarquer dans sa demeure, elle ne portait plus depuis longtemps le voile du passé, tout au contraire, la dame se l’était largement approprié. »




Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] - Page 3 2C85Wic
Sujet: Re: Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] - Page 3 1545043444-icon-minipostedDim 4 Nov 2018 - 14:58
Être à même le sol, cela ne changeait rien... ; je lui fis un sourire avant de finalement lui caresser la joue… nous aimions tellement ces instants… je restais un moment sans rien dire avant de finalement lui bécoter la peau douce et salée par le plaisir… je lui faisais un sourire tendre, alors que nous continuions, du début à la fin, une union légère et délicate, pleine de tendresse… un vrai régal. Oh, nous pouvions être brutaux, bien sûr, mais l… là c’était différent… je ne pus m’empêcher de sourire et de l’enlacer avec une certaine passion. Le plaisir des échanges corporels étaient délicieux… je frissonnais de nouveau, les affres de plaisir m’envahissant jusqu’à ce que nous soyons, l’un comme l’autre, repus de chair et de délice. Et que nous soyons par terre n’était clairement pas un problème… en fait, c’était sans importance. Le poêle chauffait le sol autour de lui, après tout. Normal. Je restais sans rien dire avant de finalement l’entendre parler de cette surprise. Elle me rendait intensément curieux… je lui susurrais alors.

« Méfie-toi… tu sais qu’aucun mystère ne me résiste… »

Evidemment… je restais un moment avant de finalement lui sourire pour resserrer mon étreinte sur elle, la gardant bien contre moi, savourant ses frissons, sa délicieuse chaleur… un véritable régal… je restais un moment silencieux avant de finalement lui embrasser les lèvres. Je ricanais doucement avant de lui susurrer au creux de l’oreille que je mordillais au préalable.

« Mais je vais faire un effort et éviter de chercher à deviner, si l’idée est sensée me ravir… »

Oui, un petit effort de ma part, ce ne serait pas si mal… dans le même ordre d’idées, je lui caressais la fesse avec tendresse, griffant doucement. Puis, je la regardais dans les yeux, m’écartant doucement alors pour lui dire, en lui faisant ressentir la douleur sèche, quoique légère, sur son postérieur délicieux.

« Tu sais, pas besoin d’aller aussi loin pur de délicieuses indécences… Nous savons tous les deux que tu peux être plus sulfureuse que la pire des cations, et plus désirable qu’une déesse tout à la fois… et sans jamais perdre un soupçon d’élégance et de charme… »

Je lui fis un clin d’œil et je m’écartais, lui lançant.

« J’ai faim… une collation avant de reprendre te tenterait-elle ? »

Mais avant cela, je lui apportais un linge mouillé d’eau chaude pour qu’elle puisse débarrasser, si elle le désirait, des traces de son plaisir hantant ses cuisses.
Sujet: Re: Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] - Page 3 1545043444-icon-minipostedVen 23 Nov 2018 - 15:14
Au grès de l’indécence | « Elle aimait se sentir ainsi abandonnée, la peau salée de l’effort mais surtout le sien contre elle. Elle ne se demandait pas si elle aimait Richard, elle savait simplement son affection et refusait plus de profondeur à sa réflexion. Cela n’aurait rien compliqué, pas pour la courtisane, mais cela aurait pu être plus pesant pour eux. Peu importait, la complicité et la tendresse suffisaient amplement et dans l’indécente situation, ils se trouvaient comme des rois gourmands. Un rire vint à ses lèvres, pouffer son amusement, il était un grand Inspecteur et rien ne lui résistait, mais pourquoi vouloir savoir ? Elle caressa son bras, volubile, sans mot dire, il pouvait tout découvrir, cela ne la dérangeait en rien, mais il se privait de la surprise.

–Fais donc un effort, ce serait dommage de te priver de la surprise, tu ne crois pas ? De cette sensation légère que provoque l’impatience de la découverte avant de parvenir au cœur de la chose.

Elle se laissait faire, savourant sa griffure qui lui tira un frisson. Il chuta à ses reins d’ailleurs et fit frémir son épiderme pâle, une œillade languissante lui fut offert alors qu’il lui offrait un compliment délectable. La dame savait sa puissance de séduction et son art était son chef d’œuvre. Certain aurait pu prétendre que c’était minable, ou bien encore dégradant et tant d’autres termes indélicats mais c’était faible de s’en tenir à ce genre de pensée. Peu importait.

–Oui…

Elle répondit simplement, acceptant le linge pour nettoyer sa peau qui avait été souillé, et prit son temps pour le faire, avant de nettoyer la pièce de tissus. Se baladant nue dans la pièce, elle arpentait le plancher avec la grâce féline de la luxure. Mais c’était pour ravir les yeux de Richard, tout simplement.

–Mais tu sais, t’emmener n’était que pour vivre le délice d’un scandale…des fois c’est ce qui me manque, le bruit des couloirs qui s’agitent. Ce qui est étrange, peutt-être parce que je fais naître tant de rumeur que cela me manque de ne pas en faire naître une véritablement.

Un haussement d’épaule accompagna la suite de ses propos donc, et elle se moqua un peu de ses dires. Méréïphaine se servit un verre de vin dont elle raffolait, bien qu’il soit Deux-Cîmes, et fit de même pour Richard, le nectar portait à sa bouche permit à ses lèvres assoiffées de se satisfaire de la boissons et ses yeux le regardèrent.

–Comme tu es ministre il y a la saveur du secret mais…des fois je rêverais de transgresser la chose, hors je suis bien trop servante de l’Empire pour écouter ma déraison.

Voilà tout. Elle aurait peut-être aimer cela si elle n’était pas servante de sa majesté, mais il n’était pas question de tâcher Ambrosia de quelques frasques avec son ministre de la Justice… »



Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] - Page 3 2C85Wic
Sujet: Re: Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] - Page 3 1545043444-icon-miniposted
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum