Les Chroniques d'AmbrosiaConnexion

Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv]

Partagez
Sujet: Re: Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] - Page 4 1545043444-icon-minipostedDim 9 Déc 2018 - 6:51
Nous nous laissâmes porter par le plaisir jusqu’à son comble jusqu’à, enfin, la délivrance, la libération ! Je lui fis un sourire avant de finalement ‘embrasser avec tendresse. Je la gardais contre moi alors que nous étions au sol, à même le plancher doucement baigner de la chaleur du poêle… je lui fois un sourire et je bécotais doucement son oreille, avec beaucoup de tendresse et beaucoup de jeu… puis, enfin, je m’écartais pour lui donner un linge humide pour se nettoyer. J’étais un gentilhomme. Et puis bon, cela faisait partie de nos petits rituels qui nous rendaient la chose délicieuse, non ? Je lui baisais tendrement les phalanges alors qu’elle parlait à nouveau de cette idée de voyage à Argosme…  Je suris vraiment. Je comprenais sa réaction et ses envies. Je savais exactement ce qu’elle voulait et mon ancienne réputation, des plus sulfureuses, me manquait un chouillat… j’avais aimé, cette réputation scandaleuse et au final, c’avait été une véritable petite drogue… et le sevrage n’était pas si simple….

« Oh oui, le scandale a un parfum magnifique… ça me manque aussi, tu sais… »

Mais monsieur le ministre, l’homme que j’étais, avait dû se ranger, mais bon… je restais sans rien dire avant de finalement lui embrasser la joue, en enfouissant mon nez dans sa crinière ardente. Oui, le parfum du scandale avait quelque chose de particulièrement entêtant il fallait le reconnaitre, alors, quand elle dit qu’elle rêverait de transgresser les règles sur ce point... alors je ne pus m’empêcher de lui susurrer dans le creux de l’oreille, verre à la main.

« Tu sais, mon bureau a une porte… et un verrou… »

Oui, si on voyait les choses comme ça… elle pouvait se permettre un certain degré d’indécence, non ? Je lui fis un sourire… cela pouvait s’avérer particulièrement joueur… et que ce soit risqué… eh bien disons que rien n’arriverait de mal... ; je lui fis un sourire avant de finalement l’embrasser, goutant le vin sur ses lippes. Puis, je prenais un peu de mon propre verre de vin, hmmm, un vin épicé, une vraie petite merveille… un Don de Natos succulent…
Plaisantant, je lui lançais alors.

« Ou alors il faut que nous remettions le couvert, que je te demande de m’épouser, et ensuite, mille et une nouvelles indécences s’offriraient à nous… »

Oui, bon, d’accord, je plaisantais et cette plaisanterie allait un peu trop loin… je lui fis un sourire avant de finalement lui lancer.

« Quoique cela en ôterait une certaine saveur, peut-être… non ? »
Sujet: Re: Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] - Page 4 1545043444-icon-minipostedSam 12 Jan 2019 - 7:01
Le goût du scandale |  « La dame était dévouée à l'empire, mais il y avait un goût de scandale qui manquait à son corps et son cœur. Comme si l'interdit la cajolait tendrement, l'invitant aux indélicatesses aisées des gens qui se moquent du reste du monde. Elle avait envie de se jouer de tout ce que la terre pouvait porter, un instant, arrêter sa dévotion et se montrer égoïste. Mais c'était folie qu'elle ne pouvait fiare, son cœur et son âme étaient dévoués à l'Empire et elle devait garder dans les rangs, ce que sa famille avait instauré depuis toujours. Mais l'ivresse d'un interdit ...cela la faisait parfois chavirer.

Elle eut un sourire délicieux, si elle n'était pas si décidée à se tenir, et à agir pour le Grand Empire de vapeur, qui sait, quel scandale pourrait-il vivre à deux. Un sourire la gagna alors qu'elle terminer de nettoyer son intimité et soupira d'aise, sa chevelure endiablée répandue sur sa peau. Elle le laissa venir contre elle et souffla.

 « Me voilà tenter de t'en offrir un, puisqu'il me manque tout autant. »

Peut-être cela pourrait servir son statut ? Oh non, elle s'imaginait des choses et il n'était point question que cela arrive. Car si cela se réalisait, elle risquait de voir son intimité avec l'Impératrice défait, et sa proximité releguée. Elle avait été envoyé pour canalyser le Ministre, mais qui sait, un brin de folie pouvait toujours les prendre dans le secret d'ici. Elle continua pourtant et il continua lui aussi. Un soupir traversa ses lippes rosées et elle ferma les yeux en câlinant, telle une chatte sauvage, le corps du ministre.

 « Le ministère a des tas de porte avec des tas de verrou. »

Cette précision était joueuse, elle le dévisagea avec délice, buvant de son vin et souriant d'exquise' manière, son envie se peaufinait, bientôt, il aurait tout le loisir de se retrouver dans une situation pleine d'épice suave. Elle éclata de rire, quand il parla encore de mariage et elle secoua la tête. Son baiser cette fois fut bien tendre, alors qu'elle vint poser ses lèvres sur sa joue.

 « Le mariage ne nous a pas réussi, ni à toi, ni à moi... » Murmura-t-elle.  « Mieux vaut ne pas trop le mêler à nos affaires... » Son baiser trouva la gorhge du ministre qu'elle cajola de tendresse.  « Et quand bien même, l'idée de t'avoir pour mari est une épreuve que même les Dieux n'auraient la volonté de m'infliger. » Elle pouffa de rire. Non Richard n'était pas un mauvais amant, ni un mauvais homme, mais il pouvait s'avérer un mauvais mari. Il vivait pour son travail.  « Et les Dieux n'auraient pas la méchanceté de t'offrir une femme telle que moi. » Quant à elle...oh non.

Elle posa son verre et passa délicatement ses mains autours de la taille du ministre. Venant épouser la forme de son bassin du sien, elle dévisagea son visage, impudique et murmura.  « Nous pouvons aisément nous rapprocher de la fenêtre...pour l'instant. Eteindre les lumières...et regarder le monde nous ignorer pendant des choses délicieuses... »

Cela avait un petit goût d'interdit, léger, personne ne regarderait vers la fenêtre pour y voir deux membres de la cours nus et droit, les corps l'un contre l'autre, fondu dans une position sulfurueuse. Mais eux, aurait ce délice et ce frisson qu'ils avaient connu et qu'ils se risqueraient , un jour peut-être, à connaître de nouveau...qui sait ? »


Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] - Page 4 2C85Wic
Sujet: Re: Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] - Page 4 1545043444-icon-minipostedMer 13 Fév 2019 - 11:28
M’offrir un scandale, voilà qui était bien dangereux à proposer, mais c’était aussi ce qui me donnait envie d’accepter, dans l’absolu… au fond, même si une réputation scandaleuse n’était en rien une bonne chose, un scandale délicat et délicieux orchestrée par une maîtresse du genre… voilà quelque chose d’incommensurablement agréable… mais la raison devait sans cesse dominer la passion. C’était un impératif de nos situations respectives… je lui fis un sourire alors, avant que finalement elle ne m’encourage encore en ce sens. Oui, des verrous, il y en avait toujours, c’était certain… une bonne solution, il fallait le reconnaitre… je restais sans rien dire avant de finalement la regarder, joueuse, lovée contre moi.

« Fais attention, tu vas me vexer… je ne suis en rien une épreuve, je suis un homme parfait. C’est toi qui le dis, pas moi… alors ce n’est en rien une épreuve… mais tu as raison, tu n’es en rien un cadeau… tu es un laideron que nul homme ne désirerait… »

Je l’embrassais après cette petite pique douce. Elle était désirable, sulfureuse, une ode au scandale comme au plaisir… ce n’était jamais qu’une plaisanterie. Je lui fis un sourire avant d’écarter sa crinière pour lui mordiller avec tendresse la nuque, un court instant alors que finalement, elle venait susurrer de nouvelle tentations à mes oreilles… oh cela risquait de finir en rumeurs, mais bon, ; encore faudrait-il que nous soyons vus, et cet endroit était prévu pour être discret sans doute… je frissonnais avant de finalement glisser mes mains sur ses  hanches délicieuses et je la repoussais contre la fenêtre, m’écartant pour aller éteindre la lumière. Son idée me tentait particulièrement. En dessous, nul lampadaire susceptible de nous révéler… mais ce frisson d’interdit quand même… je frissonnais en me glissant dans son dos, nu, bassin contre reins, et je laissais glisser mes mains sur son ventre, remontant aussi bien plus haut…

« Vile tentatrice… tu sais bien que chaque indécence, chaque impudeur que tu oseras dire, il te faudra en apaiser les conséquences… et c’est pour cela que tu continues… »

Je la plaquais contre la vitre, savourant de sentir son corps ainsi coincé sous le mien, contre le mien. J’adorais la sentir ainsi. Doucement, mes mains glissèrent à nouveau sur son corps, en caressant chaque parcelle. Puis, je me mettais à frotter mon instrument de masculinité contre ses rondeurs, doucement, alors que ma maintenait se poser, rien de plus, sur sa gorge. Je profitais de cette proximité avec son corps pour lui attraper l’oreille et la mordiller. J’imaginais ses propres sensations, entre la brulure de mon corps contre le sien, et la glace de la fenêtre donnant sur l’extérieur qui venait martyriser ses pointes érigées…

« Infame succube… »

J’avais dit cela chaudement, comme s’il ne fallait voir en cela qu’un compliment, lié à la situation actuelle… une infâmes tentatrice se repéchant de chair, de désir… je l’embrassais dans le cou…

« J’aime tes impudeurs… »


Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] - Page 4 NNHWSd0
Sujet: Re: Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] - Page 4 1545043444-icon-minipostedDim 17 Fév 2019 - 11:56
L’ivresse de la complicité| « Un rire vint à ses lèvres, nuance de plaisir et d’amusement, de taquinerie et de complicité. Lui, parfait ? Il était un homme presque parfait, la dame d’Argosme n’avait jamais connu de personne aussi tendre et douce en matière masculine, en toute vérité elle avait cotoyé la violence, l’irrespect, les imbéciles et les malheureux. Ils trainaient dans sa couche des dignitaires sans attraits et insipides, imbus, idiots, paresseux, un peu mégalo, bref, tant de chose qui faisait briller Richard. Mais il avait un défaut, il était un bourreau de travail, une qualité mais pour une femme…ce n’était pas la perfection. Oh la dame d’Argosme s’en moquait, elle était imparfaite.

«Oh non, je ne suis pas un cadeau et tu le sais… »

Elle était secrète, malicieuse, manipulatrice. Ce n’était pas si péjoratif, mais en tant que courtisane, les hommes la destinaient imparfaite, seul Richard pouvait savoir ou comprendre plutôt, qu’elle n’était pas juste une dame de compagnie impériale, c’était plus complexe.
La musique qu’elle composait dans ses indécences, ravivait des idées, des envies, des malices, elle soufflait ses indécences à l’oreille de Richard, elle l’invitait à les désirer et elle devenait désirable. Elle l’observa doucement céder, frissonnant à chacun des gestes qui encourageaient son idée. Elle souriait, le bout du nez relevé, elle ne le mettait pas au défi, mais elle s’amusait dans ses petits riens délicieux, qui formait un tout indécent. Elle vola des baisers, avec une gourmandise assoiffée, consciente qu’ils avaient ce manque d’esclandre. La pente vers laquelle elle pouvait se laisser glisser était savonneuse, pourquoi avoir envie de faire scandale ? Peut-être par ivresse d’un sentiment qui nous échappe. Ils…enfin, elle, ne pouvait se satisfaire d’être parfaite et sans reflet. Elle voulait être bien plus…tellement plus…un instant.

Son souffle s’approfondis.
Sa poitrine puisa dans les profondeurs de sa respiration, entre retenue impatiente et fébrilité délectable. Richard éveillait les sens indécents de Méréïphaïne et les comblait dans un frisson, sa peau s’impatienta de la présence de la sienne. Face à la fenêtre, elle souriait, le monde ne les voyait pas, mais elle, elle le voyait. Son corps se pressait contre le sien, un sourire ne disparaissait plus de ses lippes.

« Je continuerais jusqu’à l’épuisement de vos ressources cher Inspecteur. »

La vitre fraîche lui fit pousser un soupir, il était bien le seul à qui elle exposait sa croupe marquée, le seul qu’elle concédait d’offrir cette faiblesse, cette signature maudite qui faisait de sa peau un parchemin froissé et rosé. Bien entendu, dans le noir, il ne pouvait le discerner mais aucun autre ne pouvait l’avoir aussi nu que cela…il y avait dans cette position un rien de soumission qui lui convenait parfaitement, éveillant ses sens charnels dans une douce déraison. Elle sentait la caresse de sa virilité, et elle accentua cette sensation en la caressant de son fessier à son tour, sourire vissée aux lèvres.

La vitre faisait hérisser l’extrémité de sa féminité, à moins que ce ne soit le chaud du corps de Richard. Le mélange était là, se mélangeant dans une douce dualité qui provoquait sur sa peau, la course d’un frisson qui picotait sa chair. Elle répondit par un « oui », un aveu délicieux et joueur, affirmant qu’elle était une succube. Son corps réclamait dans ses soupirs qu’il la presse un peu plus, qu’il s’impose encore, car c’était l’envie du moment, elle provoquait cet homme là…la belle rousse incita l’indécence, jusqu’à ce qu’il gagne ses impudeurs et n’arrache à sa gorge des complaintes brûlantes. Elle se cambra, se courba, abdiqua, et son corps devint modèle de ses assauts. Ils contemplèrent Ambrosia en ne le voyant pas totalement, et la dame d’Argosme plongea le limier dans les tréfonds d’une luxure nouvelle, impérieuse, impétueuse et cruellement vibrante, jusqu’à ce que l’aube ne vienne trahir les amants et ne les oblige à se défaire de l’un de l’autre…avant qu’Ambrosia ne puisse s’éveiller tout à fait et que le jour ne les trahisse. »




Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] - Page 4 2C85Wic
Sujet: Re: Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] Anima Sana In Corpore Sano : Bis repetita placent [Pv] - Page 4 1545043444-icon-miniposted
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum