AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: Correspondances

A ma mère, Isabelle de Thiam (solo)

avatar
Olympiane de Thiam
Violoniste
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t305-pupille-olympiane-de-thiam-musicienne http://monde2resine.fr.gd/
Nationalité : Amethienne
Messages : 1085
Date d'inscription : 02/06/2017
MessageSujet: A ma mère, Isabelle de Thiam (solo) Mer 8 Nov 2017 - 20:04
A ma mère, Isabelle de Thiam,

Chère mère,

J'ose enfin vous envoyer de mes nouvelles. Je sais que mon départ a été difficile pour vous comme pour moi. J'ose espérer que vous vous portez bien. Votre absence laisse un vide en moi mais nous savions vous et moi qu'un jour il faudrait bien que je parte. Et puis, trois ans, ce n'est pas si long après tout. Et vous avez toujours Madeleine pour vous tenir compagnie.

J'ai bien continué mes exercices de violon comme vous me l'aviez conseillé. Et je continue toujours d'ailleurs. Cela m'a valu une bonne place dans l'orchestre de l'Opéra d'Ambrosia. Je gagne ma vie à présent, je ne suis pas un poids pour mon tuteur. Vous savez mieux que quiconque que c'est important pour moi.

Mon tuteur est quelqu'un de très gentil. Il a ce petit grain de folie qui fait que nous nous entendons à merveille lui et moi. Et puis, il est plutôt beau garçon. Mais je vous rassure, nous n'avons pas ce genre de relation lui et moi. Nous sommes plutôt de bons amis. Je ne pensais pas qu'on m'attribuerait un tuteur qui me corresponde à ce point. Mes trois ans ici vont être plutôt agréables avec lui à mes côtés.

Mon voyage à bord du bateau s'est très bien passé. Cela n'a pas été aussi long que je l'aurai cru. J'ai d'ailleurs fait la connaissance d'un jeune homme particulièrement charmant. Nous avons beaucoup discuté lui et moi, c'est quelqu'un de très cultivé. Cet homme n'est autre que le frère de l'Impératrice d'Ambrosia, Nicolas de Choiseul. Quelqu'un de haut rang et qui pourtant a su rester simple sans jouer de sa position.

Je dois vous avouer que nous n'avons pas fait que discuter. J'ai cédé sous son charme. Il n'est pas que bel homme, il a de l'esprit. Je savais que cela n'allait pas forcément mener très loin vu son rang mais j'avais envie d'y croire ne serait-ce que le temps du trajet. J'ai vécu quelque chose de pur et sincère. Et arrivée en Ambrosia, je me suis rendue compte que j'aurai dû plus écouter vos précieux conseils.

Je me dois de vous le dire moi-même avant que d'autres ne le fasse. Ma très chère mère, ne soyez pas triste ni inquiète pour moi. Car je ne suis sujette à rien de grave. Je porte la vie tout simplement. Le fruit de cet amour que nous avons vécu Nicolas et moi sur ce navire grandit à présent en moi. J'ai rencontré Everard et nous avons discuté ensemble des possibilités qui s'offraient à moi. J'avoue qu'aucune ne me satisfait pleinement. Et je n'arrive d'ailleurs pas à démêler tout cela.

Nous sommes peu à connaitre ce secret, le père lui-même n'est pas au courant. Mais nous savons tous que les langues se délient vite. Lorsque mon ventre sera rond, je ne pourrai plus le cacher à personne. Pour le moment, mon tuteur et son valet, ma sage-femme qui n'est autre qu'Elena Spina et Everad composent ce petit groupe. Vous en faites dorénavant parti. Et oncle Nemar de même. Là encore, nous savons que nous ne pouvons pas le lui cacher et qu'il valait mieux le lui dire nous-même.

Je ne sais pas vraiment s'il avait prévu que je sois un pion pour un lui ici. Et moins encore à présent avec ce "désagrément". Pour le moment, nous tentons de gagner du temps pour me laisser réfléchir. Mais cela ne durera pas éternellement.

Mère, encore une fois, ne soyez pas triste et réjouissez-vous comme moi de cet enfant à naître. Il est un don des Dieux, il ne peut en être autrement. Il a été conçu dans l'amour le plus total, même si cela ne fut que fugace. Je ne sais pas comment pourrait réagir le père et la nation d'Ambrosia à tout cela. Ni même ce qu'oncle Nemar va en dire. Mais je ne peux qu'attendre et voir. Nous savons tous qu'il est difficile de ne pas se plier aux décisions de Nemar Wyross. Mais je ne veux y penser pour le moment.

Tenons nous informées vous et moi ma très chère mère de tout cela et bien plus.

Je vous embrasse et pense tendrement à vous.

Olympiane

[lettre envoyée cachetée via le réseau d'Everard]



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: Correspondances-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous sur