AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: 2nd niveau de la cité :: Le Moulin Rouge

Acte 2, scène 4: La Meneuse et le Valère

avatar
Valerian d'Andressy
Gentleman cambrioleur
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t245-dignitaires-valerian-d-andressy-comedien-gentleman-cambrioleur#4847
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 359
Date d'inscription : 11/04/2017
MessageSujet: Acte 2, scène 4: La Meneuse et le Valère Jeu 14 Déc 2017 - 23:04
-Quel silence, il me plait…quand finisse les audiences, on l’entends respirer. Mais voilà que je viens le déranger. Quelle étrange idée !

Sur la scène du Moulin, seul, avec entrain, je me promène sans m’inquiéter, arpentant les planches dégagées par envie de m’amuser. Le Valère n’a plus mis pieds ici depuis quelques années ! Quoi ? Mais il n’est pas dit qu’Andressy allait abandonner ce monde de rêve bleuté, dans lequel on vient boire et chanter, s’émerveiller, observer !

Une main dans la poche installée, je regarde le silence régner. Pas un bruit, pas un chat, rien d’autre qu’Andressy, seulement moi. Et dire que Lampré a presque malmener, la belle dame de ce lieu de gaiété ! Franchement, il devrait tout à loisir être châtié ! Une gifle, il mériterait ! Même deux, cela ne serait point trop abusé ! Mais que voulez-vous, Lampré est Lampré. Il s’amourache d’une voltigeuse rusée, se fait recoudre par une demoiselle d’université et la belle meneuse, il vient à la taquiner ! N’est-ce pas cela qui plait ?

-Il faut dire que je n’aime pas le silence, il a une vilaine présence. Il s’immisce sans tabou, dans les instants les plus doux, s’amuse à imposer de la gêne sans même faire parler et taquine les esprits inquiets ! Non, le silence est un vilain galant que je chasse séant…

Dans la solitude installé du lieu de renommée, je me laisse simplement aller à quelques paroles lancées. Bien entendu qu’une demoiselle m’a laissé entrer, elle a même dû aller la chercher, empressée, la dame de ce lieu redoré. Au lieu de me tenir sagement, je me suis avancé séant, laissant mes pas m’emmener, au chemin de la scène adorée.

Adorée, que dis-je, désirée ! Ma vie ne lui est que trop liée ! Je ne vis que de la représentation, je suis moi-même une incarnation. Ignorant lequel de mes deux amis est le vrai, Valérian ou Lampré, mais sur cela je ne vais pas radoter. De ce fait, je me laisse porter par quelques idées, voguant sur des bétises déblatérées, et décidé à suivre une de mes grandes idées !

-Allez oust, va-t-en, file aux quatre vents !

M’écriais-je presque immédiatement, dans un éclat de voix fracassant !


Lampré ou d'Andressy?
Charmant charmeurs, voleur de coeur, briseur de couche, l'on s'attarder pour un baiser de sa bouche. Mais est-il Valerian ou bien Lampré? Nul ne le sait séant, à vous de deviner
avatar
Adrianne Langlois
Propriétaire du Moulin Rouge
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t354-peuple-adrianne-langlois-nouvelle-proprietaire-du-moulin-rouge http://monde2resine.fr.gd/
Nationalité : Ambrosia
Messages : 109
Date d'inscription : 05/09/2017
MessageSujet: Re: Acte 2, scène 4: La Meneuse et le Valère Sam 16 Déc 2017 - 2:08
Le Moulin était plutôt calme aujourd'hui. Cela tranchait radicalement avec l'ambiance festive qui avait enflammé les lieux la veille au soir. Adrianne se félicitait encore d'avoir fait l’acquisition de ce monument du spectacle. Pour le moment, les affaires marchaient du tonnerre. Et puis, ce n'était au final pas très compliqué à gérer. Même si elle devait avouer que Gustave l'aidait pour beaucoup. En parlant de lui d'ailleurs, elle l'avait envoyé faire une course en ville qui lui prendrait surement un moment. Elle en avait profité pour lui coller Matilda comme accompagnatrice, cela lui ferait sans doute du bien de sortir un peu plutôt que de rester enfermée ici.

La diva était donc plus ou moins seule dans la bâtisse. Tout du moins l'était-elle dans son appartement en tout cas. Pour le reste, quelques danseurs étaient là pour faire des répétitions de routine dirons-nous. Mais le gros de la troupe était parti avec la bénédiction d'Adrianne pour se choisir une tenue pour le festival du renouveau qui aurait lieu dans quelques jours à peine. C'était d'ailleurs le but de la course de Gustave : récupérer les robes qu'elle avait fait faire pour elle et sa protégée.

Mais pour le moment, Adrianne passait en revue ses costumes dans son petit appartement. C'est là qu'une jeune fille, une des danseuses, vint frapper à sa porte. Elle posa alors la robe qu'elle avait dans les mains et alla ouvrir.

"Madame, il y a quelqu'un dans le Moulin..." dit-elle d'une petite voix.
"Et ?" fit la diva, levant un sourcil. "Est-ce qu'il ou elle a demandé à me voir ?"
"Eh bien... pas exactement. Ou peut-être que oui... Je ne sais pas trop à vrai dire..." répondit la jeune fille rougissante, un peu honteuse de s'être laissé séduire et d'avoir laissé entrer un inconnu.

Adrianne soupira alors avant de faire un geste de la main, enjoignant la demoiselle à rebrousser chemin. Elle passa quelques vêtements afin de paraitre présentable, étant jusque là dans quelque chose de plus décontracté comme un simple peignoir de soie. Elle était habillée avec un haut blanc sans manches et à dos nu avec un serre-taille noir et une longue jupe noire fendue sur presque la totalité de la jambe et de la cuisse. Une paire d'escarpins blancs complétaient la tenue. Une touche de maquillage faisait ressortir son incroyable beauté. Et en guise de bijoux, juste une paire de boucles d'oreille de diamants ainsi qu'une bague assortie. Malgré la fraicheur du temps à l'extérieur, il faisait relativement chaud dans la bâtisse. Aussi ne prit-elle pas la peine de prendre une veste.

Un baiser à l'adresse de son miroir et la jeune femme se dirigea alors vers la pièce principale du Moulin. Là, elle tombe sur un homme récitant des mots sur sa scène. Elle se fit toute petite, l'écoutant quelque peu, le regardant attentivement. Ses yeux s'arrondirent alors quand elle comprit qui était là sur sa scène. Et un sourire amusée naquit sur ses lèvres. Pourquoi diable Valerian d'Andressy venait-il céans ?

"Est-ce moi que vous chassez de ma propre maison ?" dit-elle alors en sortant de la pénombre, toujours avec ce sourire sur sa bouche, les mains dans le dos.

Elle se mit alors à rire, un rire léger et légèrement suave qui laisse un goût sucré sur votre langue et semble vous caresser la peau. Puis elle tend la main vers l'homme à présent devant elle.

"Adrianne Langlois. Je suis enchantée de faire enfin votre connaissance Monsieur d'Andressy. J'admire beaucoup votre talent, sachez-le. Et je suis assez curieuse de savoir ce que vous faites chez moi."



avatar
Valerian d'Andressy
Gentleman cambrioleur
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t245-dignitaires-valerian-d-andressy-comedien-gentleman-cambrioleur#4847
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 359
Date d'inscription : 11/04/2017
MessageSujet: Re: Acte 2, scène 4: La Meneuse et le Valère Sam 30 Déc 2017 - 9:11
–Diable non, je parlais au silence ! Je cherchais à briser sa cadence, sans faire aucunre révérence, mais le voilà bien chassé, avec votre délicieuse arrivée !

Sous mes yeux, la nymphe des lieux, vient à se rapprocher, délicieuse femme tout en courbe et volupté, de ses formes ajustées, je détaille le dessin parfait. Et bien, elle a réputation, d’avoir le corps fait pour la damnation et il me semblerait, que cela est encore plus loin que la vérité. Je ne vais pas m’en plaindre vous savez, à dire vrai, je vais même en profiter !

De geste théâtral et d’allure sculpturale, je m’avance pour saisir sa main et y déposer un baiser serein. Charme et élégance, geste exagérée sans outrance, me voilà en pleine représentation, le costume d’Andressy je porte sans hésitation. Ce cher comte est le rôle que je joue depuis tant d’année, que j’ignore si c’est lui ou Lampré, que je suis en vérité. Mais je vais vous avouer, que l’un comme l’autre, me sied.

Ainsi dame de désir, Lampré n’a pas souhaité conquérir, elle a le charme, et la beauté, un sourire qui peut me posséder, mais gentleman est l’homme masqué, il s’amuse sans jamais posséder, une femme, vous saisissez ? Et il a l’esprit accaparé, par une voltigeuse qui lui plait. Mais cela ne veut rien dire, j’ai le cœur et l’esprit qui aime séduire, la dame Langlois est désormais dans mes complices de choix.

-Je vous retourne aisément le compliment, vous avez fait de cet endroit, un lieu plus que charmant, où certes les mauvaises langues délient leur venin, mais ce n’est absolument rien, si l’on vient à comparer, les mots des belles langues déliées. Voyez ma chère, je me disais, de bien des planches j’ai foulé le parquet, et ici jamais. C’est une chose à rectifier !

Un sourire endiablé et une présence étalée, j’éclate d’une virile beauté dont je sais parfaitement jouer. Mais nous sommes l’un comme l’autre, des créatures sans apôtres, beaux et plein de volupté, je suis certain qu’en tant qu’amant, nous pourrions tout déchirer ! Mais je m’égare en vérité ! Je suis là pour un autre projet.

-Vous et moi, chez vous, et un spectacle qui ma foi, sera fou ?

Ainsi ne passais-je donc pas par quatre chemin, en ayant toujours sa main, je l’amène à moi pour la faire danser sur une musique qui n’est pas du tout en train d’exister, mais que j’ai dans mes pensées !


Lampré ou d'Andressy?
Charmant charmeurs, voleur de coeur, briseur de couche, l'on s'attarder pour un baiser de sa bouche. Mais est-il Valerian ou bien Lampré? Nul ne le sait séant, à vous de deviner
avatar
Adrianne Langlois
Propriétaire du Moulin Rouge
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t354-peuple-adrianne-langlois-nouvelle-proprietaire-du-moulin-rouge http://monde2resine.fr.gd/
Nationalité : Ambrosia
Messages : 109
Date d'inscription : 05/09/2017
MessageSujet: Re: Acte 2, scène 4: La Meneuse et le Valère Mer 3 Jan 2018 - 20:43
Adrianne sourit quand à la réponse charmeuse de Valerian. Elle connaissait son talent de comédien mais aussi sa réputation de bel enjôleur. Non pas que cela lui déplaise, au contraire. Elle avait enfin droit à ce petit jeu qu'elle allait prendre un plaisir à jouer. Mais mieux valait rester sur ses gardes. Elle ne voulait pas tomber dans ses filets comme la première jeune fille en fleur venue. Malgré ça, elle aima le contact de sa main dans la sienne. Et ses manières étaient celles d'un véritable gentleman. Le jeu allait être délicieux.

Elle l'écoutait parler attentivement, examinant chacun de ses gestes et chacune de ses paroles. Un sourire restait sur son visage. La compagnie était pour le moins plaisante. Et le propos dont il faisait allusion encore plus. La diva réfléchit alors au concept énoncé, croisant un bras sur sa poitrine et posant un doigt sur sa joue. Valerian d'Andressy ici au Moulin Rouge... Ce n'était pas une si mauvaise idée après tout... Ses pensées cessèrent alors qu'il évoquait le fait de jouer ce spectacle à deux. Et avant même qu'elle puisse répondre, il l'entraina dans une danse folle dont seul lui entendait la musique.

Pour un peu la belle se laisserait séduire. Mais elle garde la tête sur les épaules, laissant le comédien mener la barque, gardant sons sourire amusé sur ses lèvres.

"Et bien Monsieur d'Andressy, je ne vous savais pas si bon danseur" fit-elle alors qu'ils virevoltaient dans la salle de spectacle vide.

Adrianne laissa quelques minutes d'amusement et cessa finalement la valse. Après tout, elle était curieuse d'en savoir un peu plus sur ce qu'il avait vraiment en tête.

"Ne croyez pas que je n'aime pas danser en votre compagnie mon cher mais vous aviez un projet si je ne m'abuse ? Pourquoi ne pas parler de tout cela afin de vous voir sur mes planches le plus vite possible ?"

La diva caressa de façon subtile le bras de son cavalier et lui fit mine de la suivre d'un mouvement de doigt, non sans se départir de son air charmeur et amusé. Puis elle tourna le dos et se dirigea en balançant non sans trop des hanches alors vers son bureau, en l’occurrence l'une des pièces du petit appartement qu'elle occupait depuis quelques temps maintenant. Elle n'avait pas pour projet de le coucher dans son lit. Tout du moins, pas tout de suite. Mais elle estimait qu'ils seraient plus tranquilles pour discuter de tout cela.

Adrianne ouvrit la porte et lui intima d'entrer. La pièce principale était relativement rangée. C'était elle en général qui faisait office de bureau pour recevoir les gens qu'elle auditionnait. Enfin, ceux qu'elle estimait digne d'entrer au Moulin Rouge. Il y avait là un canapé ainsi qu'un fauteuil assorti, une table basse et un joli bar, rempli évidemment.

"Je vous en prie prenez place cher Comte" fit-elle. "Mon bureau est assez atypique il est vrai mais je m'y sens bien. Et l'ambiance y est moins formelle que dans la salle de spectacle, même si j'adore m'y produire je vous l'avoue. Puis-je vous servir un verre ? Et vous m'expliquerez ensuite votre projet plus en détail."


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Acte 2, scène 4: La Meneuse et le Valère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: 2nd niveau de la cité :: Le Moulin Rouge-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous sur