AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: Palais impérial :: Rez-de chaussée

[CLOS]Donc, pour résumer, je suis souvent victime des colibris, sous-entendu des types qu’oublient toujours tout, euh, non... Bref, tout ça pour dire, que je voudrais bien qu’on me considère en tant que tel.

avatar
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t155-pupille-emily-de-brez-cantatrice#2422
Nationalité : Eskroise
Messages : 195
Date d'inscription : 26/02/2017
MessageSujet: [CLOS]Donc, pour résumer, je suis souvent victime des colibris, sous-entendu des types qu’oublient toujours tout, euh, non... Bref, tout ça pour dire, que je voudrais bien qu’on me considère en tant que tel. Ven 15 Déc 2017 - 9:14
«Oui, non…merde ! » Un juron échappe des jolies lèvres rosées de la demoiselle, visiblement perdue, cherchant, à droite, ou à gauche, un élément de reconnaissance quelconque dans ce foutu palais impériale. Emily de Brez a généralement un bon sens de l’orientation, en forêt, par temps froids et en tenue de chasse. En ce qui concerne les palais plein de pierre, en jupon et robe, trop chaud, et plein de courtisan à l’affût, ce n’est pas la même histoire.

Pourtant, elle a déjà parcouru maintes fois le palais, à dire vrai, elle connait l’endroit tout simplement et il serait mensonger de parler de dire qu’il en est autre. Mais elle s’est bel et bien perdu ! Franchement ! Agacée par sa petite perte de temps, mais pas non plus au point de hurler dans un coin, la demoiselle pousse un soupir. Il faudrait des indications sur les murs, quelque chose de claire, pour se trouver dans ces foutus dédales ! Elle soupire.

Bon bien, fort peu ravie d’elle-même, la jeune femme s’arrête dans son périple, pensant tout à coup reconnaître les lieux ! Un peu de mauvaise foi ne fait jamais de mal à personne ! Plutôt décidée à ne pas demander son chemin et risquer d’entacher sa réputation de rustaude mal dégrossis d’Eskr et donc se ridiculiser encore une fois, elle prend part d’ouvrir une porte et de pénétrer à l’intérieur, comme si de rien n’était.

Ou presque…

Une odeur vive vient brûler son odorat ou en tous cas lui dire clairement que ça pue ! Prise d’un haut le cœur, instinctif, elle se ressaisit pour mettre sa main devant son nez et proclamer, haut et fort. «Bordel, ça pue ! » Avant de réaliser qu’elle se trouve dans un endroit sombre, plein de machin et truc dont elle n’imagine pas même l’utilité et la silhouette d’un homme tout prêt lui fait comprendre qu’elle a peut-être pas mis les pieds au bon endroit. «Je crois que je suis pas au bon endroit… »

Bien entendu qu’elle n’y ait pas, elle voulait aller à une salle de réunion pour être en avance et travailler son dossier, l’ambassadrice eskroise se maudit par avance de ce raté et pousse un gros soupir en prenant assise dans un fauteuil, l’air boudeur, visiblement fâché, faisant peu cas de déranger quelqu’un. Elle ne s’en rappellerait probablement qu’après…une fois sa bouderie bien avancé.




"C'est fou comme c'est une chose pratique le mariage.
On passe de fille de pécore à future duchesse de Brez"
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [CLOS]Donc, pour résumer, je suis souvent victime des colibris, sous-entendu des types qu’oublient toujours tout, euh, non... Bref, tout ça pour dire, que je voudrais bien qu’on me considère en tant que tel. Mar 19 Déc 2017 - 20:06
Ne jamais déranger Philippe de Choiseul dans son travail. Il s'agissait là d'une règle basique et connue de la plupart des occupants du palais. Enfin, la plupart. Pas de tout le monde visiblement. L'inventeur avait le chic pour se mettre dans un état pas possible des heures durant et de faire passer un sale quart d'heure aux malheureux qui dérogaient à la règle. De plus, n'importe quel sain d'esprit tâchait d'éviter le laboratoire où Philippe conduisait ses expériences, on n'était jamais à l'abri d'une éventuelle explosion, comme l'inventeur avait un talent naturel pour les provoquer (jusque là, aucun dégât bien grave fort heureusement, il s'agissait simplement de matériel réduit en poussière, et une fois seulement, un mur entier abbatu, rien d'irréparable).

Enfermé dans son laboratoire, il avait pensé être parti pour être en paix durant au moins quelques bonnes heures pour paufiner ses plans, mais voilà que ses espérances se voyaient réduites à l'état de rien par le léger grincement de la porte de la salle, s'ouvrant sur une personne qui ne faisaient pas partie de la rare sélection qui pouvait se permettre d'entrer sans risque de déclenchement d'un ouragan. Philippe se redressa sur sa chaise, crayon immobilisé entre ses doigts, les yeux écarquillés dans la semi-obscurité.

Il fallait dire que la laboratoire avait vu des meilleurs jours. Un désordre monstre régnait - qu'il n'avait pas eu le temps de ranger - et des produits douteux dégageant des odeurs désagréables flottaients dans des éprouvettes. L'occupant des lieux, lui, avait les cheveux hérissés sur le crâne et les vêtements frippés, on aurait dit qu'il n'était pas sortit depuis trois semaines d'affilées alors qu'il était seulement arrivé ici ce matin. Il fallait croire que c'était le travail qui le mettait dans cet état.

Philippe arqua un sourcil à l'exclamation de la demoiselle rousse. Mais quel toupet ! Elle se permettait de l'interrompre et elle osait ensuite insulter ses locaux?
- Mais je ne vous permet pas, protesta Philippe. Que fichez-vous ici nom d'un chien? C'est une propriété privée.
Il avait toujours eu un certain penchant pour l'exagération et le non-sens...
- Non, vous croyez? répondit-il ensuite d'un ton peu avenant et dégoulinant de sarcasme.
Il se leva d'un bond et marcha - ou courru plutôt - jusqu'à elle, une grimace sur le visage alors qu'elle avait prit place dans un fauteuil.
- Ne vous asseyez pas ici, il y a des papiers. Prenez donc un tabouret. Que faites-vous là en plus? Vous vous promenez? C'est l'heure de la ballade c'est cela?
avatar
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t155-pupille-emily-de-brez-cantatrice#2422
Nationalité : Eskroise
Messages : 195
Date d'inscription : 26/02/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Donc, pour résumer, je suis souvent victime des colibris, sous-entendu des types qu’oublient toujours tout, euh, non... Bref, tout ça pour dire, que je voudrais bien qu’on me considère en tant que tel. Sam 30 Déc 2017 - 8:55
Se relevant séant de son assise, Emily fait une moue boudeuse, toujours contrariée, toujours dans sa tête, elle dévisage l’homme qui s’approche en courant vers elle, prête à le frapper soit dit en passant, au cas où il tenterait quelque chose, un bon coup dans le bide, et hop ! Mais au lieu de cela, il se contente de n’être visiblement pas content. «Non, c’est pas l’heure de la balade ! Je me suis perdue, dans ce palais plein de couloir et d’escalier et de courtisan et de gens qui se foutrait de moi si je leur demandais mon chemin ! » Lâche-t-elle agacée, un peu sur les nerfs, aussi à cause du dossier eskrois, les larmes aux yeux, parce que fatiguée de cette sarabande perpétuelle d’obligation et de tout ! Voilà !

«Et vous alors, vous faites quoi ? J’espère que vous êtes pas un nouveau cuisinier ! » Souffle-t-elle en reniflant l’odeur sans pour autant tenter de cacher son nez. Ce n’était pas pire que le purin des chevaux, ou encore d’autres odeurs de produit pour tanner le cuir. «Faut aérer un peu, ça sent presque le… » Elle allait dire le cul, pour souligner l’odeur de renfermer, mais se retint, réalisant qu’elle était quand même pas du tout sur son territoire, ni même polie.

S’arrêtant donc, elle tortille sa bouche et laisse ses épaules retombée, comme vaincue, murmurant. «Je vous prie de m’excuser, j’étais…pour de vrai…complètement perdue et ça m’a un peu agacée contre moi-même, mais je vous en prie, ne le dites pas à Monsieur l’Envers, mon tuteur va désespérer et je veux juste faire bien, mais j’ai pas toujours la bonne technique. Je suis la Princesse Emily de Brez, ambassadrice d’Eskr, pupille de Monsieur Nemrod l’Envers et je vous demande de m’excuser, si vous le voulez bien…. »

Emily lâche un peu trop de mot, sans savoir si c’est une bonne chose, elle ignore qu’elle est d’ailleurs chez le petit cousin de son tuteur, ou cousin tout court, elle n’en sait rien. C’est une petite révérence qui accompagne ses derniers mots, vraiment navrée, mais la bouderie retombée, elle a envie de se cacher dans un trou de souris. C’est dingue, plus on la dégrossissait de ces manières de thormienne, plus elle devenait timide ! Un comble !




"C'est fou comme c'est une chose pratique le mariage.
On passe de fille de pécore à future duchesse de Brez"
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [CLOS]Donc, pour résumer, je suis souvent victime des colibris, sous-entendu des types qu’oublient toujours tout, euh, non... Bref, tout ça pour dire, que je voudrais bien qu’on me considère en tant que tel. Mer 3 Jan 2018 - 11:45
Philippe écouta toutes ces excuses avec une expression irritée sur le visage, indiquant clairement que cela n'allait pas suffire pour justifier cette intrusion brutale dans son laboratoire. ‹‹ Je suis bien triste pour vous, mais ce n'est pas une raison pour... pour faire irruption ainsi, et sans frapper qui plus est! ›› Il cessa ses beuglements en voyant les larmes briller dans les yeux de l'intruse et secoua la tête avec un soupir. L'inventeur n'était pas quelqu'un de méchant, il avait simplement son petit caractère...

Il écarquilla les yeux à la remarque de la demoiselle. Si Philippe devait être le nouveau cuisinier, les gens allaient tomber comme des mouches au palais ! Fort heureusement, tel n'était pas le cas, il était simplement l'inventeur qui avait le don le plus affirmé pour empester les couloirs des lieux.
- Je ne suis pas le nouveau cuisinier, je suis inventeur.  Et ce parfum délicat qui chatouille vos récepteurs olfactif n'est autre que celui du soufre. J'aérerai quand j'aurai estimé la chose viscéralement nécessaire, voilà.
Bien sûr, il eut été plus sain d'ouvrir les fenêtres et faire circuler l'air frais dans l'immédiat (surtout que de la poussière, fumée et poudre de craie flottaient, épaisses, dans toute la pièce), mais Philippe était d'un naturel entêté et il aimait pousser l'impropreté à ses extrêmes.

L'inventeur considéra les excuses de son interlocutrice, bras croisés, apprenant au passage qu'elle était ni plus ni moins l'ambassadrice d'Eskr et la pupille de son cousin Nemrod l'Envers.
- Bon, soit, je vous pardonne pour aujourd'hui. Mais à votre prochaine visite, faites attention et frappez à la porte. Trois fois. Et ne rentrez pas avant que je ne vous y ai autorisée.
Il demeura silencieux quelques secondes avant de réaliser que les convenances lui dictaient de se présenter à son tour.
- Ah, oui, je suis Philippe de Choiseul, le cousin de votre tuteur. Je crois que nous n'avions jamais été présentés l'un à l'autre par le passé.

En même temps, on ne pouvait pas dire que Philippe sortait de son laboratoire très souvent. Cela lui arrivait de temps en temps, quand le devoir l'appelait à tel ou tel évènement, ou alors quand il décidait d'aller se dégourdir les jambes dans le quartier des Sciences. En dehors de ça, il n'était pas ce que l'on appelait un animal sociable.
avatar
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t155-pupille-emily-de-brez-cantatrice#2422
Nationalité : Eskroise
Messages : 195
Date d'inscription : 26/02/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Donc, pour résumer, je suis souvent victime des colibris, sous-entendu des types qu’oublient toujours tout, euh, non... Bref, tout ça pour dire, que je voudrais bien qu’on me considère en tant que tel. Ven 5 Jan 2018 - 14:40
«C’est parce que je ne savais pas que c’était…chez vous ! » Soupire-t-elle. Non, elle n’a pas frappé, car elle pensait que c’était une autre pièce, elle n’a pas fait exprès ! Et elle dit cela d’un air si décontenancé par sa propre bétise et son propre manque de repaire, qu’elle en est vraiment désespéré. Désespéré au point de se sentir épuisée ! Et elle se mit à avoir des larmes aux yeux…

«Vous allez tomber malade avec cette odeur…non ? » Dit-elle en se demandant si ce souffre pouvait monter à la tête et causer des ravages terrible au cerveau ! Non qu’elle se fasse du souci, ce n’est qu’une question, Emily ne connait rien à l’art des inventeurs, c’est une tanneuse, pas une inventrice, chacun ses spécialités et les sangliers seront bien gardés !

Forte de faire des excuses à cause de son intrusion qu’elle ne voulait même pas faire à la base, Emily se sent tout de même assez décontenancé par ses propres stupidités. Pour autant, elle eut un sourire adorable quand il lui dit, que la prochaine fois, elle devrait frapper trois fois ! Etait-ce un code secret qu’il ne disait pas à grand monde ? Elle n’en ose rien demander, mais se jure de s’en souvenir, se rehaussant de son fauteuil, elle l’en remercie presque d’une grosse bise, mais se retient.

A la place, elle se présente. Un hoquet de surprise lui agite la bouche et elle dévisage Philippe de Choiseul un bref instant ! «Je n’aurais jamais pensé que Monsieur l’Envers était votre cousin ! » Elle réalise. «Je veux dire…il est…enfin…plus, enfin, pas tout à fait…vous êtes …je veux dire. » Quelle grandiloquence ! Non ? «Il est vachement tout sérieux, et ordonné…quoi ! » Quoi que…elle mentait. Nemrod l’Envers pouvait s’avérer parfois, beaucoup BEAUCOUP moins sérieux. «Je suis vraiment désolé de vous avoir dérangé ! Vous travaillez sur quoi ? Si ce n’est pas indiscret ! » UN léger silence. «Vous voulez peut-être que je m’en aille ? »

Elle le réalise maintenant, mais elle ressemble à une tape l’incruste cette chère Emily, à se tenir là sans avoir la permission et restant en plus ! L’idée de ressortir et de se perdre à nouveau l’angoisse un peu et elle ne se sent pas de voir les courtisans, un coup d’œil stressé vers la porte, elle tortille ses doigts mais ne dit rien qui pourrait être une supplique demandant au cousin de l’Empire, de pas la chasser tout de suite…




"C'est fou comme c'est une chose pratique le mariage.
On passe de fille de pécore à future duchesse de Brez"
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [CLOS]Donc, pour résumer, je suis souvent victime des colibris, sous-entendu des types qu’oublient toujours tout, euh, non... Bref, tout ça pour dire, que je voudrais bien qu’on me considère en tant que tel. Sam 27 Jan 2018 - 17:16
Il haussa les épaules à la question de la demoiselle, laquelle manifestait une certaine méfiance à l'égard du souffre et l'odeur détestable dégagée par ce dernier.
‹‹ Si... Très certainement. Mais pas en trop grande quantité. ››
Pourtant, le seuil recommandé, il l'avait dépassé depuis longtemps. Philippe n'était malheureusement pas un modèle de prudence... Il n'en était pas suicidaire pour autant, et s'il aurait préféré mourir plutôt que d'avouer que la jeune femme avait raison, il n'allait pas se laisser intoxiquer par fièreté. L'inventeur se dirigea donc de sa démarche bondissante vers l'une des fenêtres dissimulée derrière d'épais rideaux, bataillant un instant pour repousser la masse de tissu et permettre alors à un rayon de lumière de se faufiler à l'intérieur. Cette brusque clareté lui arracha une grimace: il était resté dans son trou depuis un peu trop longtemps. Finalement, la fenêtre s'ouvrit et un vent frais déboula dans la pièce, chassant momentanément la puanteur ambiante.

Philippe fut soulagé de voir les larmes disparaître des yeux de sa visiteuse impromptue pour, à la place, lui décocher un sourire charmant. Le sourire laissa place à de la surprise une fois que les présentations furent faites, et l'inventeur ne put s'empêcher de rire doucement en l'entendant. C'est vrai que si on devait placer son cousin et lui côte-à-côte, la ressemblance ne sautait pas exactement au visage. Nemrod l'Envers paraissait bien plus rangé et réfléchi que lui, l'inventeur incongru.

Il agita une main pour lui signifier de ne pas s'excuser, elle était déjà pardonnée. Philippe n'était pas rancunier — heureusement.
- Je travaille sur le prototype d'une machine qui nous permettrait d'explorer les fonds marins. Mais bon, elle est loin d'être achevée, soupira t-il en songeant à la montagne de détails à régler pour que son Aquacuriosis fonctionne convenablement.
Il rangea quelques plans qui étaient tombés à terre sous le coup de vent issu de la fenêtre, puis se tourna vers elle en croisant les bras:
- Mais dites, pourquoi vous êtes arrivée ici? Je veux dire, vous êtes peut-être attendue ailleurs. Vous avez besoin que je vous guide quelque part?
avatar
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t155-pupille-emily-de-brez-cantatrice#2422
Nationalité : Eskroise
Messages : 195
Date d'inscription : 26/02/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Donc, pour résumer, je suis souvent victime des colibris, sous-entendu des types qu’oublient toujours tout, euh, non... Bref, tout ça pour dire, que je voudrais bien qu’on me considère en tant que tel. Lun 5 Fév 2018 - 17:04
Est-ce rassurant ? Non, mais bon, que peut-elle dire ? Elle est chez lui quand même ! Mais bon, si cet homme ne se formalise pas, elle ne doit pas s’inquiéter du danger ! Surtout pas venant d’un de Choiseul. La jeune rousse essaye de s’en convaincre tant bien que mal ! Elle le regarde pourtant aller aérer, appréciant la vivacité de sa démarche et souriant à la grimace. Cela doit faire un petit moment qu’il n’a pas été exposé à la lumière du jour ! mais un inventeur, ça doit aimer se cacher !

Présentations faites et stupeurs passés, Emily écoute avec curiosité les paroles du cousin de son tuteur, les mains derrière le dos, elle n’ose pas trop déambuler, elle se retient. «C’est possible d’explorer les fonds marins ? Genre, les grands grands fonds ? » Dit-elle en ouvrant la bouche. «Wah. » Que dire d’autre ? Elle n’y croit pas, Emily n’a pas de grosse curiosité, mais il faut reconnaître quand quelque chose est étonnant ! Elle sait que les gens plongent pour explorer sous la mer, mais qu’il y a des endroits très loin au fond de l’eau !

En tous cas, c’est Philippe qui lui fait retrouver ses idées, elle se frappe le côté du crâne, peut-être plus fort qu’elle ne l’aurait voulu ! «Je dois trouver une salle de réunion où l’on m’attends ! Je les ai totalement oublié ! Mais … j’ai pas envie de les voir. » Oh ça, non, ils sont tous moches, pas drôle et ils sentent parfois des parfums trop écoeurant. Mais bon, Emily préfère les odeurs naturelles, de chevaux par exemple ! Que des trucs plein de chichi qui pique le nez parce que trop présent !

«Vous sauriez pas où se trouve celle qu’on appelle la salle des jardins ? Je sais qu’elle donne sur les jardins, mais pas plus… » Elle tourne sur elle-même, cherchant une horloge et quand elle en trouve une, elle hésite à demander si elle est en état de fonctionnement ou pas ? «C’est la bonne heure ? » Elle est en retard si c’est ça. «Et mer…ince ! »

Se reprend—t-elle au dernier moment, bon, bah voilà, parfait ! Nemrod ne serait pas content ! On lui ferait la remarque etc etc ! Foutu palais mal indiqué !




"C'est fou comme c'est une chose pratique le mariage.
On passe de fille de pécore à future duchesse de Brez"
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [CLOS]Donc, pour résumer, je suis souvent victime des colibris, sous-entendu des types qu’oublient toujours tout, euh, non... Bref, tout ça pour dire, que je voudrais bien qu’on me considère en tant que tel.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: Palais impérial :: Rez-de chaussée-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous surDes mêmes auteurs