AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: Îles alentours

Île recluse, bateau mon beau bateau où es tu ?? ~Max~

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
avatar
Alberic de Fremont
Héritier raclusien / pirate
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t383-pupille-de-fremont-alberic-pretendant
Nationalité : Raclusien / Amethien
Messages : 104
Date d'inscription : 03/10/2017
MessageSujet: Île recluse, bateau mon beau bateau où es tu ?? ~Max~ Ven 12 Jan 2018 - 21:29
Les vagues, c'était la seule chose qui calmait à peu près les nerfs d'Albéric alors qu'il se trouvait sur la falaise à les dominer. Bon sang, qu'ils étaient longs ces jours, et il ne pouvait même pas descendre au port, l'Imprévisible était à quai pour le moment loin de lui. Et il détestait ça... Il n'aimait pas la savoir loin de lui, elle lui était essentielle que ce soit sa proue ou sa voilure, ne pas pouvoir se trouver sur son pont ... Bon sang qu'il détestait cette attente.

Présentation officielle mes nœuds oui ! Ils faisaient tout pour le retenir sur ce bout d'île alors qu'il aurait du être près d'elle à s'assurer qu'on la menait à bon mouillage... Il serra les poings et inspira tout l'air qu'il put avant de crier au vent sa rage en un long cri. Et peu importe que les gens d'ici le prenne pour un fou, il allait tourner fou à rester enfermé. Là dans l'obscurité mourante du début de journée, dans les embruns gelé dans lesquels flottaient quelques flocons il restait à toiser l'océan.

Mais qu'est ce qui lui avait prit ? Pourquoi est ce qu'il devait se prêter à cette mascarade ? Il devait bien se tenir parce qu'il s'y était engagé mais son sang bouillonnait d'envie d'action. Pourquoi est ce qu'il ne partirait pas ? Le tuteur ? Il serait temps une fois en ville de s'en inquiéter, peu importait qu'il traîne sur ce morceau de terre depuis au moins dix minutes... C'était dix de trop ! En effet, notre prétendant à du faire escale afin d'obtenir les informations relatives à son pupillat, et voila que les autres prétendants avaient saisit l'opportunité de filer en ville et lui... Lui se trouvait là sur ce caillou décrépit avec pour toute informations "votre dossier est incomplet nous vérifions patientez s'il vous plait".

Vieille bique !! Il poussa rageusement une pierre à la mer du bout de la botte et la regarda rouler sur les rochers avant de se fondre dans l'océan. Qu'est ce qu'il ne donnerait pas pour une bonne bataille dans les règles de l'art à affronter n'importe quoi... Que le temps ... Il n'aimait pas attendre et son caractère impétueux remontait fortement dans ces cas là, ses mouvements plus brusques qu'à l'ordinaire s'imaginant seul sur ce côté désolé de l'île.


avatar
Maxine Van Pelt
Espionne raclusienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t423-pupille-maxine-van-pelt-terminee
Nationalité : Raclusienne
Messages : 44
Date d'inscription : 04/01/2018
MessageSujet: Re: Île recluse, bateau mon beau bateau où es tu ?? ~Max~ Mar 16 Jan 2018 - 14:22
Patience… les voilà qui venaient. Cachée derrière un petit regroupement d’arbres, Maxine faisait le guet à l’entrée des logements des pupilles. Arrivée tard la veille, elle avait entendu une assemblée discuter en privé d’une échappée belle en ville, n’ayant pas vu leur visage, elle s’était levée à l’heure des loups afin de voir ce qu’il en retournait. Il n’y avait rien de plus normal que de tout faire pour connaitre les secrets de tout un chacun. A la fraîche, ce petit groupe de pupilles ayant fait le mur revenait vers la bâtisse tout en essayant de ne pas se faire prendre. La jeune femme jubilait de leurs mines fades et défraîchies notant ceux qu’elle connaissait grâce aux portraits qu’elle avait vu et puis les autres qu’il lui faudrait mémoriser.

Une fois seule, elle profita de l’absence des gardes pour filer à son tour. Quel beau début de journée, ça l’enchantait presque de se retrouver en terre lointaine. Se mettant en marche avec l’idée de faire le tour de l’île, Maxine resserra son manteau pour chasser le froid. Elle était partie depuis un petit moment déjà lorsqu’un cri retentit. La jeune fille fit volte-face laissant l’écho de cette plainte pleine de douleur s’effacer avant de partir dans sa direction. Des pupilles avaient-ils décidé de battre en duel à l’aurore ? Quelqu’un était tombé de la falaise ? Quoi que c’était, une telle clameur méritait son attention, ne serait-ce que pour le gain d’information.

Elle ralentit en apercevant une silhouette perchée vers la falaise, reprenant une marche plus calme et tranquille alors qu’elle s’approchait. La personne en question, un jeune homme, vengeait sa rage sur une pierre et était visiblement l’auteur de ce cri, il n'y avait pas âme qui vive présent à part eux. Il regardait les vagues se brisant sur les rochers et tout dans sa stature suggérait un raz-le-bol complet. Intriguée, elle décida de s'approcher afin de découvrir la raison de sa rage.

De dos, elle ne le reconnue pas mais, arrivée à sa hauteur, l’apparence particulière du pirate ne savait mentir. Que ce soit du dernier portrait qu’elle avait vu de lui ou encore des lointains souvenirs d’enfance, le prétendant d’Adop n’avait pas bien changé, si ce n’est sa barbe. L’espace d’une seconde, elle se demanda comment s’adresser à lui. Ça faisait des années qu’elle ne l’avait vu et les convenances primaient, toujours. Contenant son envie inattendue de familiarité et laissant tout de même une possible révérence pour plus tard, elle prit donc la parole.

“Albéric de Frémont, quelle surprise.” dit-elle ironique en lui offrant un sourire.
avatar
Alberic de Fremont
Héritier raclusien / pirate
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t383-pupille-de-fremont-alberic-pretendant
Nationalité : Raclusien / Amethien
Messages : 104
Date d'inscription : 03/10/2017
MessageSujet: Re: Île recluse, bateau mon beau bateau où es tu ?? ~Max~ Mar 16 Jan 2018 - 23:19
Il aurait bien balancé toute la falaise dans la mer mais doutait que les propriétaires des lieux apprécient ce genre de choses. En plus de cela il décelait la présence d'une personne aussi il tenta de se tempérer, ne maîtrisant son agacement qu'en partit avant de se figer face à la rousse. En voyant son sourire il ne put que lui répondre par un des siens. Ce n'est pas tous les jours qu'on se découvre un allié dans une place ennemie, surtout quand vous connaissez déjà la valeur de l'allié en question. Il s'inclina galamment sur la main de la jeune femme et effleura son dôme de main de ses lèvres juste assez pour ne pas friser l'indécence. Il se releva et libéra ses doigts qu'il avait subtilisé l'espace d'un instant en lui rendant un sourire franc.

- Mademoiselle Van Pelt, le plaisir est pour moi on dirait une fois de plus, ainsi donc tu m'as précédé ? Quand es tu partie ?

Point là des questions de hasard, des réponses étaient attendues, l'Imprévisible avait encore à gagner en vitesse et il s’enquerrait de savoir quels vaisseaux pouvaient le distancer, ou non. On ne refait pas un pirate, il sait saisir les occasions qui lui sont données, d'ailleurs il était content que leurs pupillat se trouvent sur les mêmes périodes. Ils n'avaient pas eu cette chance pour leurs service militaire, de toute façon, il doutait fortement qu'on les ai laissé s'entre aider, même si d'après les dire et échos elle s'en était sortit bien mieux que nombre de ses camarades. D'ailleurs s'il avait respecté une partit du protocole, la vouvoyer ne faisait pas partie de ses habitudes. Même si sa tante l'étranglerait de le voir si familier avec une autre pupille.

Elle n'avait pas changé, du moins elle gardait cette étincelle qu'il avait découvert en elle, se frisson de danger et de créature indomptable. Quand ils avaient été présentés, cela avait tout de suite collé entre eux, il savait bien lui donner l'importance qu'elle savait mériter, quand elle savait faire semblant de lui donner le rôle du sauveur et guerrier. S'il avait eu le choix, c'était une femme comme elle qu'il aurait choisit, une femme qui n'aurait pas peur de laisser ses atours à la maison pour fendre les flots et monter au combat. Mais le sort en été jeter, et bien qu'il ne sache pas vraiment s'il correspondait il était là, à la disposition de l'Impératrice du Fer. Il aurait pu avoir un sort bien pire, il en était conscient, mais quelque part qu'on lui coupe les rames le chagrinait quelque peu. C'est un regard droit et sincère qu'il posait sur elle, bien différent de ceux qu'il posait en général en public.

- Que deviens tu Max ? Ca remonte à loin notre dernier échange de courrier .... Et comment se porte ta grand mère ? Je ne l'ai pas vu depuis longtemps aussi ...


Mais on lui avait bien fait comprendre qu'il n'avait pas à montrer de préférence ni se présenter à son seuil alors qu'il n'était plus un enfant. Ce qu'on leur pardonnait petit, était aujourd'hui révolu. Pourtant il n'y avait jamais eu d’ambiguïté entre eux, c'était sa meilleure amie, sa meilleure partenaire, et en cela il n'avait pas vraiment changé. Enfin peut être, c'est vrai qu'elle semblait aujourd'hui plus femme qu'elle ne l'avait jamais été, mais pourquoi changer ce qui était hier pour un impossible demain ? Il enviait presque le tuteur ou la tutrice de la jeune femme, lui même ignorait encore quel destin se présentait devant lui. Pourtant il le savait et cela sans doute tous les deux qu'il ne serait jamais bien loin de son bateau. En y pensant...

- L'indomptable est à quai, tu veux le voir ? La pauvre avait du subir un nombre impressionnant de commentaire sur le vaisseau qu'il avait eu en anniversaire, peut être qu'elle apprécierait de le voir en vrai ?


avatar
Maxine Van Pelt
Espionne raclusienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t423-pupille-maxine-van-pelt-terminee
Nationalité : Raclusienne
Messages : 44
Date d'inscription : 04/01/2018
MessageSujet: Re: Île recluse, bateau mon beau bateau où es tu ?? ~Max~ Mer 17 Jan 2018 - 14:08
Si elle avait été une autre personne, elle aurait pu fondre comme neige au soleil lorsqu’Albéric réalisa qui elle était. Son visage s’éclaira et sa rage disparue laissant place à un sourire qui disait tout. Acceptant son baisemain hardi, elle effectua une révérence ce suivant, respectant ainsi les convenances et s’assurant que des possibles regards curieux ne voient rien de plus que deux connaissances. Un peu surprise qu’il lui donne du Mademoiselle, elle retrouva pourtant ce tutoiement familier qu’elle appréciait partager avec lui.

“Quelques jours avant toi, deux ou trois il me semble. Ma tante voulait certainement envoyer un message. Tu as fait bonne voile, je ne suis arrivée qu’hier soir.”

Il n’avait pas changé, toujours aussi impétueux, taquin et galant. Déjà enfant, sa force de caractère l’avait surprise, un mélange de volonté et de valeur ancrées en lui si profondément le rendant borné certes, mais quel panache. Un homme d’action menant son navire à la victoire et qui inspire le respect par sa seule présence. Tout naturellement, ils avaient su se cerner, prenant part à des jeux communs, courant le Port d’Adop de long en large et laissant leur affection mutuelle se développer. Maxine n’aimait pas qu’on lui dise quoi faire, elle voulait mener le jeu. Pourtant, Al avait une telle stratégie, une intuition si fine, qu’elle se rangeait à ses côtés en acceptant la place de leader de ce dernier, allant même jusqu’à lui donner le bon rôle. Un comble.

Elle se demandait si il avait gardé sa part de mystère, de méfiance ou encore sa timidité. Plus jeune, il était assez réservé, parfois froid et comme elle, ne montrait pas ses sentiments bien souvent. Elle savait ainsi que leur retrouvaille ne dépasserait pas le baisemain et les coutumes d’usages. Toutefois, alors qu’elle le regardait également droit dans les yeux, elle se demanda pourquoi il était si dur de se retrouver en présence d’un être cher et être incapable de dire un simple –tu m’as manqué-. Cette pensée lui fit détourner le regard.

“Toujours pas mariée si c’est ce que tu veux savoir.” dit-elle en fixant les vagues. “Quant à ma grand-mère, égale à elle-même, inamovible. Elle a une santé de fer. Je comptais lui écrire dans la semaine et elle sera ravie de nous savoir retrouvés.
Comment se porte ton cousin ? Et ta famille ?”


Il était toujours aussi prévenant. La grand-mère de Max comptait beaucoup pour elle, plus que sa propre mère, c’était triste à dire mais ainsi. Avec Albéric, ils représentaient son cercle proche et ça lui faisait presque chaud au cœur qu’il ait immédiatement pensé à lui demander de ses nouvelles. Perdre l’un deux la réduirait en miette, un chagrin si profond qu’elle perdrait certainement la raison. Sa grand-mère était son guide et Albéric son lien avec la réalité. Sans le savoir, il avait réussi à la garder connectée au monde. Que ce soit lorsqu’ils se voyaient ou échangeaient des lettres, cette relation la maintenait engagée avec un être humain. Et elle en avait grand besoin, sans lui elle se serait effacée complètement, perdant la petite part d’humanité qu’elle avait encore.

“Al, tu veux me présenter la femme de ta vie ? Ça ne se refuse pas.” dit-elle presque moqueuse en le laissant la guider vers le vaisseau.

Il l’avait bassiné depuis des années à son propos ! Imprévisible par-ci, Imprévisible par-là ! Et que je te rajoute un couche d’Insubmersible pour bonne mesure. Elle savait l’attachement qu’il portait aux navires, le sien en particulier, c’était normal. Petit, il ne souhaitait que prendre la mer, un besoin empirique certainement lié à son éducation mais ce rôle de Capitaine lui allait à merveille. Étrangement, Maxine aimait d’ailleurs lire les longues descriptions à son sujet.

“Parle-moi d’elle et de ton équipage. Tu as de nouvelles aventures à me raconter ?”
avatar
Alberic de Fremont
Héritier raclusien / pirate
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t383-pupille-de-fremont-alberic-pretendant
Nationalité : Raclusien / Amethien
Messages : 104
Date d'inscription : 03/10/2017
MessageSujet: Re: Île recluse, bateau mon beau bateau où es tu ?? ~Max~ Mer 17 Jan 2018 - 21:52
Rassuré sur la rapidité de son vaisseau, il se détendit, n'osant pas abordé les sujets sensibles qui pourraient faire naître une gêne entre eux. Il lui fut reconnaissant de se plier au jeu des convenances, que de possible curieux les observent, rien ne sortirait d'autre qu'un pupille en rencontrant un autre. C'était malheureusement ce qu'ils faisaient de mieux, duper leurs entourages, même si lui faisait front depuis le début, elle avait du elle composer. Et il savait combien il était difficile de ne pas pouvoir être soi même quand les apparences en ce monde comptent autant. Il avait sourit à sa remarque d'absence d'engagement, comme elle, il n'était pas prêt, pourtant il devrait l'être. Mais quel déconvenue serait celle de son ami d'enfance quand elle saurait le rôle qu'il jouait dans la mascarade de leurs familles. Est ce que comme lui elle avait accepté le pupillat pour se libérer de la laisse qu'on leur imposait ? Peut être, mais quoi qu'il en soit, il était heureux de sa présence, et ravi de la revoir même s'il n'était pas capable de s'exprimer sur le sujet clairement.

Oh mes cousins égaux à ton souvenirs, Perceval est à quai et surveille le navire, j'avoue que je ne pouvais pas rêver meilleur second depuis qu'Arnaby a pris sa retraite. Elian est entré cette année en service, Faustine commence ses classes auprès de ma mère, quant à Sylvan, il s'est engagé dans l'armée pour de bon.


Il ne voulait pas remuer le couteau dans la plaie, mais son cousin le plus jeune avait vraiment démontré lors de ses classes un entrain que ses supérieurs n'avaient pas laissé passer. S'il n'y voyait lui que des jeux de guerre, préférant largement les jeux sur l'eau, son cousin excellait en tactique. Sans doute qu'il saurait mettre à profits ces données pour la famille. C'est vrai que contrairement à elle, lui, même s'il se confrontait souvent avec eux, pouvait compter sur le soutient des siens. Et en pensant à eux son regard se voila quelque peu alors qu'ils descendaient vers le trois mats.

Père appréhende l'hiver à venir, ses bronches ne sont pas remises depuis la saison passée.


Il ne voulait pas paraître alarmiste, après tout, son père était entouré et des médecins avaient bien entendu soigné son mal. Mais ... S'il pouvait confier cette peur qui le tenaillait c'était bien à elle et à personne d'autre. Il avait pris le large une fois de plus, pour trois ans cette fois, coupé de tous, peut être que son cousin lui aussi reviendrait dans quelques mois pour son propre pupillat mais rien n'était fait pour le moment. Ils avaient eu l'autorisation de partir, et Perceval avait même fait valoir qu'en tant que second il serait prêt à s'assurer que l'Imprévisible était bien traité en l'absence de son capitaine. Pourtant il retournerait à Adop sous peu, avec le reste de l'équipage qui embarquerait sans doute sur un autre vaisseau. Il changea pourtant de sujet, rapidement, comme gêné de s'être laissé aller de cette façon devant sa femme, car en effet ils arrivaient devant le navire sur lequel l'équipage somnolait.

Mes aventures, voyons, la plus grande en devenir reste la notre, trois ans libéré de tous et lâché en gibier dans le grand bain ! Enfin l'occasion de prouver notre valeur au monde même si mon aventure à moi prend une tournure qui n'est pas banale.


Ménager son effet, elle le connaissait assez pour savoir qu'il abordait un sujet qui le gênait, surtout face à une amie qui comptait autant pour lui. Se marier... C'était étrange, comme elle il n'y avait jamais pensé, comme elle les adultes décidaient de ce genre de choses, seulement aujourd'hui ils l'étaient adulte, enfin un peu..

Figure toi que ma tante s'est mise en l'idée de me faire épouser l'Impératrice... Enfin moi ou un des neufs qui ont débarqués pour rejoindre la cité y'a une heure... Certains étaient un peu pâle c'est vrai... Aurais je conduit un peu trop vite dans les vagues pour leurs pauvres petit minois ? Enfin, les présentations ne sont pas faites !! Maxine, ma très chère amie, voici l'Imprévisible, ma chère Imprévisible voici Maxine ! Vous vous connaissez déjà, que ce soit à l'une ou l'autre j'ai tout dit !


Il partit dans un éclat de rire qui fit sursauter le mousse de quart et qui reconnu son capitaine. Il lui fit signe de dérouler la passerelle sur le pont et sauta dessus pour l'attacher au port avant de tendre la main à son amie.

Alors, prête à monter à bord quartier maître ? Si seulement ils n'étaient pas aussi superstitieux je suis certain que tu serais déjà second si tu n'étais pas capitaine d'ailleurs ! Bon un petit tour ? De toute façon la vieille bique là haut ne semble pas s'intéresser à mon sort avant une heure décente, tss les bureaucrates ....


avatar
Maxine Van Pelt
Espionne raclusienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t423-pupille-maxine-van-pelt-terminee
Nationalité : Raclusienne
Messages : 44
Date d'inscription : 04/01/2018
MessageSujet: Re: Île recluse, bateau mon beau bateau où es tu ?? ~Max~ Jeu 18 Jan 2018 - 17:37
Elle écouta donc le résumé qu’il lui faisait de sa famille notant les nouvelles informations mais ne commenta pas. Al aimait profondément sa famille et elle le lui rendait bien. Ils étaient soudés comme elle ne l’avait que peu vu, l’opposé complet de la sienne. Enfin, dans le cas de Maxine en tout cas. Elle n’éprouverait aucune peine si d’aventure l’un d’en eux venaient à disparaître, à part pour l’une d’entre eux. Pour les autres, elle serait même ravie de faire le sale boulot elle-même, juste pour s’assurer que leur fin était vraiment arrivée.

En réponse aux inquiétude de son ami, Max lui lança un regard compatissant. Pour toute autre personne, elle aurait gardé le silence, soutenant l’idée qu’aucun mots d’encouragements ne changerait leur malaise.

“Tu le reverras, en vie et en bonne santé.”

Ça pouvait sembler assez mince comme support, mais la Raclusienne ne pouvait pas faire mieux sans réfléchir plus avant. Si elle avait du mal à exprimer ses sentiments, elle n’avait aucune expérience lorsqu’il s’agissait de réconforter quelqu’un. De plus, à la vue de tous, elle ne pouvait pas montrer de familiarité avec son ami sans que cela soit mal vu. On lui avait bien dis de rester loin des autres prétendants de Raclus et d’oublier quelconque lien ou affinités passées. Thémis avait décidé de faire cavalier seul dans cette nouvelle opportunité de mariage royal et laisser le reste de la Ligue sur le banc de touche si possible. Cette décision de la Haute-Chair d’envoyer son fils avait aussi donné à Maxine son ticket de sortie. Elle n’allait pas se plaindre.

Alors qu’ils arrivaient près de l’Imprévisible, le pirate semblait s’agiter comme s’il hésitait à lui parler de quelque chose. Elle fut très vite refroidie par ses mots, s’attendant à ce qu’il lui parle de ses aventures en mer et non pas de son possible mariage. Maintenant une expression neutre, elle l’écouta donc calmement notant tout de même s’il usait encore et toujours de l’humour pour se tirer d’une conversation déplaisante. Elle ne pouvait pas dire qu’elle était surprise, connaissant les plans de sa tante elle avait bien imaginé que le Président de l’assemblée d’Adop essayerait de caser son neveu. La jeune femme avait pourtant espéré avoir tort en imaginant ce scénario.

“Tu vas avoir de la compétition.” dit-elle énigmatique avant qu’il ne fasse les présentations avec son navire.

Elle cachait son dépit, à défaut de nommer ce qu’elle ressentait un crève-cœur. Bien décidée à revenir sur le sujet dans un endroit moins exposé, Max saisit donc la main de son ami et monta la passerelle. D’un signe de tête elle salua le mousse qui devait être impressionné par la rapidité de son capitaine à ramener des filles alors qu’ils venaient juste de débarquer.

“Quartier maître ? C’est une offre d’emploi que tu me fais ?”

Elle connaissait bien sur la superstition des marins, ayant lu avec attention les lettres qu’elle recevait de lui mais ne s’était jamais vraiment destinée à une carrière maritime. En revanche, elle devait bien avouer que le vaisseau était une merveille, telle qu’elle en avait rarement vu, comprenant ainsi l’attachement qu’Albéric avait envers son navire. Alors qu’elle détaillait les différents mâts et la structure globale du bateau, elle passa sa main dégantée sur le parapet pour toucher le bois vernis.

“C’est cette bureaucrate qui te faisait enrager alors ?”

Une simple déduction mais la nommer –vieille bique- d’emblée était assez révélateur et ça expliquait ainsi la fureur dans laquelle il était sur la falaise. Se voyant offert un tour du propriétaire, elle lui fit face alors qu’un grand sourire apparaissait sur ses lèvres.

“On descend ou on monte ?” demanda-t-elle en désignant le grand mât.
avatar
Alberic de Fremont
Héritier raclusien / pirate
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t383-pupille-de-fremont-alberic-pretendant
Nationalité : Raclusien / Amethien
Messages : 104
Date d'inscription : 03/10/2017
MessageSujet: Re: Île recluse, bateau mon beau bateau où es tu ?? ~Max~ Dim 21 Jan 2018 - 9:31
Il avait beau fanfaronner, il n'en menait intérieurement pas large, le fait de se faire choisir limiterait grandement ses trois ans de pupillat. Mais il doutait qu'un jeune comme lui pourrait intéresser la toute puissante Femme de Fer qui trônait sur le pays Impérial. Il devait y avoir en effet des gens plus qualifiés, plus intéressant que lui, même s'il comptait faire ce que sa tante lui demandait. Mettre les formes, ils le faisaient tous les deux depuis longtemps, même s'ils avaient du mal à se cacher l'un à l'autre. Il sourit à son exclamation, bien sur qu'il aurait été sérieux, si elle avait été tentée par la mer comme lui. Mais, et bien que cela ne le chagrine pas, les flots n'avaient que vaguement l'attention de Max, contrairement à lui qui comptait bien passer le plus clair de son temps sur les eaux.

- Va savoir, serais tu prête à abandonner le plancher des vaches pour toujours ?


Ils se taquinaient mutuellement, il doutait qu'elle ait réellement envie de naviguer plein temps comme lui. Mais avoir une stratège et une fine lame comme elle à bord serait un atout indéniable. Restait qu'elle restait femme, mais il saurait bien faire entendre raison aux autres. On ne dénigre pas quelqu'un à cause de son sexe tout de même ! Il se hérissa intérieurement de nouveau et fixa le ciel qui s'étoilait lentement dans le levé du jour.

- Oui, en fait je suis venu trop tôt et je pense qu'elle n'avait pas eu sa dose de drogue caféinée journalière... Me dire à moi de prendre l'air et de revenir aux heures d'ouvertures... Je me suis retenu de pas chercher le registre moi même et de m'inscrire tout seul ....

Il soupira alors qu'il se sentait déjà mieux sur son vaisseaux. Sa maîtresse, sa femme, est ce qu'il saurait partager l'amour immodéré qu'il avait pour ses 300 tonnes de bois et d'acier avec une autre ? Il n'en était pas certain, mais vu que ses oncles avaient réussit, pourquoi pas lui ? Il leva les yeux sur les voiles repliée pour la station au port puis sur le mat de mizaine avant de sourire pour lui répondre.

- Et bien en fait tout dépend de l'épaisseur de tes jupons.


Il partit dans un éclat de rire et s'éloigna avant de se prendre une baffe ou pire et leva les mains en signe de réddition.

Je veux dire par là qu'on peut monter, mais faudra attacher tes jupons sinon tu dévoilera tes jolies jambes à une poignée de marins qui viennent de faire un trajet relativement long et stressant et qui ont hâte d'arriver au port si tu vois ce que je veux dire.


Sa mère et toutes les femmes bien nées lui auraient certainement mit un soufflet pour ces insinuations, mais face à Max et leur complicité, il était franc. Peut être un peu trop, mais au moins cela avait le mérite d'être clair, parce que si l'équipage dormait encore il savait que son second était en train de vérifier le bateau, et que le mousse lui aussi en profiterait certainement pour se rincer l'oeil. Dommage qu'elle n'ait pas les pantajupes de son enfance qui permettait de grimper sans exposer trop de l'anatomie féminine. Mais il pouvait tout à fait reproduire l'effet avec quelques cordes si elle le laissait faire bien sur. Ils n'avaient plus cinq ans, et bien que ce soit sa meilleure amie, elle avait aujourd'hui peut être une sensibilité bien naturelle à l'égard de mains qui pourraient frôler ses mollets.

- Sinon on peut simplement aller à ma cabine je te montrerais mes dernières cartes, j'ai encore trouvé un îlot désert, je me dis que si ça se gâte avec la famille je pourrais toujours me faire mon propre repaire !


En montrer l'emplacement à quelqu'un d'autre que son cousin lui était venu spontanément, après tout, enfants ils s'étaient tous les deux confiés, pourquoi aujourd'hui serait différent ? Et s'il accepterait volontiers de la visite ce serait certainement d'elle. Ne voyez là aucunes pensées mal tournées, il est juste avare d'ami réel, et elle fait partie d'une manière que peu peuvent comprendre. En effet, qui pourrait croire à l'amitié entre un homme et une femme ?


avatar
Maxine Van Pelt
Espionne raclusienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t423-pupille-maxine-van-pelt-terminee
Nationalité : Raclusienne
Messages : 44
Date d'inscription : 04/01/2018
MessageSujet: Re: Île recluse, bateau mon beau bateau où es tu ?? ~Max~ Dim 21 Jan 2018 - 22:13
“Qui sait, je garde toutes mes options ouvertes et ça nous permettrait de passer plus de temps ensemble.”

Elle avait pris un ton assez cavalier en disant cela mais elle devait bien admettre qu'elle avait souffert de l'absence de son ami. Ils ne s'étaient pas vu depuis des années et bien des choses c'étaient passées depuis. Elle n'avait pas pu tout lui dire bien sûr, annoncer à un être cher que sa famille projetait de la transformer en machine à tuer ne venait pas naturellement. Ce n'était pas non plus le genre d'information que l'on met dans une lettre. Ne voulant pas suivre le chemin tout trac e qu'on avait imaginé pour elle, Maxine devait penser à son avenir tôt au tard et une version où elle devrait prendre la fuite n'était pas à négliger.

Elle n'avait jamais montré d'inclination profonde pour la vie maritime mais s'enfuir toutes voiles dehors avec Albéric avait son charme et ça réglerait bien des problèmes.

“Tu t'es retenu ? Ça m'étonne de toi...”

Elle le titillait, c'était de bonne guerre. Il saurait bien lui rendre la pareille, d'ailleurs... Quel culot ! Il avait trouvé une réponse parfaite à sa proposition de monter le mâts. Prenant une expression faussement indignée, elle était tout de même prête à le pousser un brin pour lui faire payer sa remarque déplacée. Seules les mains levées du pirate lui firent arrêter son geste en plein élan, acceptant ce mince mea culpa.

“Je vois ce que tu veux dire, ce n'est probablement pas judicieux de faire ça maintenant, une prochaine fois quand je serai convenablement habillée.”

Albéric avait une bonne mémoire. Dans le temps, la jeune fille portait exclusivement des pantajupes lui permettant de courir à sa guise. Ce n'était pas le genre de vêtements qu'elle pouvait désormais se permettre d'avoir en public. Si elle avait entendu dire que la mode Ambrosienne autorisait le port du pantalon pour les femmes, elle attendait de voir la Cour pour se faire une idée. Pour l'heure, elle avait enfilé une robe sombre aux reflets cuivrés et son manteau long pour se protéger du froid. Des atours bien inappropriés à une grimpette improvisée.

Acceptant son invitation de se rendre en cabine, elle suivit le Capitaine sans prêter attention au mousse restant sur le pont et qui les observait depuis leur arrivée. Une fois en cabine, Maxine sourit en voyant la pièce, c'était lui tout craché. Le bateau lui appartenait dans son ensemble mais sa Cabine était son refuge, là où il dormait et où il prenait des décisions pour l'ensemble de l'équipage, son petit coin de solitude en somme.

“Alors, cette île, montre-moi...”

Elle parcouru les cartes qu'il lui montrait tout en enlevant son manteau, découvrant ainsi sa belle robe dans laquelle grimper le mât aurait été une punition. En cabine, il faisait plus chaud que sur le pont et elle ne voulait pas attraper un coup de froid avec ces changements de températures. La traversée avait déjà été rude avec tous ces courants d'airs et les assauts des vagues et ce n'était pas le moment de tomber malade.

“Tu penses avoir besoin d'un tel repaire un jour ? Ta famille te soutiendra quoi que tu choisisses, c'est plutôt moi qui aurait besoin d'une île déserte pour disparaître...”

Elle releva la tête tout en fixant son regard sur Albéric sachant bien qu'elle en avait trop dis. Il lui fallait une diversion.

“Tu as une préférence pour ton tuteur ? Je sais que nous n'avons pas le choix et qu'ils sont désignés au hasard mais tu opterais pour une personne en particulier ?”
avatar
Alberic de Fremont
Héritier raclusien / pirate
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t383-pupille-de-fremont-alberic-pretendant
Nationalité : Raclusien / Amethien
Messages : 104
Date d'inscription : 03/10/2017
MessageSujet: Re: Île recluse, bateau mon beau bateau où es tu ?? ~Max~ Lun 5 Fév 2018 - 23:21
Elle accepta la proposition, et sans un regard pour le mousse qui dévisageait la jeune femme et qui retourna vite à son poste de surveillance après un regard furieux du capitaine, ils prirent la direction de la cabine du vaisseaux. Celle-ci se situait sous la barre du navire, avec des baies vitrées de vitraux représentant des navires en mer. C'était la première fois qu'une personne autre que son équipage pénétrait les lieux, il se sentit un peu mal à l'aise. Non pas de la présence de son amie, mais du désordre ambiant qu'il ne manquait pas de mettre à chaque nuitée. Il s'arrangea pour faire disparaître rapidement de la vue les vêtements dans la panière prévue à cet effet et sortit la caisse de bois roulante de sous la table. Tout était attaché et d'ingénieux systèmes de poulies et de rails, permettant l'ouverture de tiroirs camouflés dans le décor de la pièce. Il étala les cartes maritimes, certaines anciennes avec des lignes tracées et barrées de toute part pour être rectifiées, d'autres qui paraissaient plus récentes. Il pointa l'île isolée dans un archipel un peu décalé de la côte Raclusienne. L'emplacement était stratégique, les courants nombreux pour partir au nord au sud ou à l'est, et la disposition des lieux idyllique pour conserver une base invisible du large, ou des airs. Quand elle tenta de diverger le sujet il commença à répondre dans l'ordre avec une idée précise derrière la tête.

La famille sans doute, mais qui sait les gouvernements peuvent retourner leurs vestes et au cas où, on ne sait jamais. Pourquoi dont aurais tu besoin de disparaître ? Bon au pire ce n'est pas encore le confort idéal, mais au cas où...


Il la laissa devant la carte allant dans son bazar personnel; fouillant à la recherche de sa cassette, il mit quelques minutes à trouver ce qu'il cherchait et le ramener. Il lui tendit alors une chevalière simple, frappée d'un dragon de mer avec un I majuscule visible dessus. Avec un sourire il attendit qu'elle s'en saisisse pour lui répondre.

Avec ça, c'est le meilleur laisser passer que j'ai, tu pourras rester sur l'île mais je te préviens, les travaux sont en cours, et le bruit est assourdissant. On creuse la roche, le plus dur est de faire passer la lumière en conservant la couverture aérienne végétale.

Il se pencha de nouveau sur la carte et pointa les divers endroit de l'île qui posaient problèmes.

Ici et là, cela va, mais aux pointes comme au centre, on doit user de précautions, surtout qu'on ne veut pas attirer l'attention, rien que les matériaux nécessaires sont une plaie à acheminer, tu n'imagines pas les efforts de discrétion que cela demande.


Détourner son attention des tuteurs, non pas qu'il n'apprécie pas le sujet, juste qu'il n'aimait pas l'inconnu, n'aimait pas ne pas diriger et surtout appréhendait quelque part de se trouver face à quelqu'un qu'il ne saurait tolérer. Il soupira et s'absorba dans la carte avant de lever les yeux sur elle et lui sourire. Il savait bien qu'elle ne lâcherait pas le morceau et détourna légèrement le regard sur les papiers devant eux.

Et bien si je pouvais choisir ... Disons une personne qui ne me bride pas trop, qui aurait vraiment quelque chose à m'apprendre ? Et qui me laisse voir ma chérie autant de temps que je le désire, mais en cela c'est quelque part raté, elle sera en cale sèche....Et toi dis moi ? Qu'aimerais tu avoir ? Un homme peut être ? Qui saurait voir la femme merveilleuse que tu es et te fasse découvrir tout pleins de choses agréables ?


Si lui n'avait pas vraiment d'attente à ce sujet, peut être qu'elle en avait ? Ils n'avaient jamais abordé le sujet auparavant et il était il est vrai curieux de savoir. Est ce qu'elle avait entendu comme lui les rumeurs des apprentissages ? Après tout, n'était il pas lui, issu d'une telle union qui aurait fauté avant les liens sacrés devant les Dieux ?


avatar
Maxine Van Pelt
Espionne raclusienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t423-pupille-maxine-van-pelt-terminee
Nationalité : Raclusienne
Messages : 44
Date d'inscription : 04/01/2018
MessageSujet: Re: Île recluse, bateau mon beau bateau où es tu ?? ~Max~ Jeu 8 Fév 2018 - 19:19
Si certains aspects du caractère d’Albéric étaient similaires au sien et qu’ils se soient compris assez vite durant leur enfance, il avait cette dimension bordélique qu’elle n’avait jamais compris. Le bordel en général dépassait sa notion de compréhension. Comment pouvait-on s’y retrouver si les choses n’étaient pas organisées ? C’était invraisemblable. Si elle ne se serait pas gênée pour faire la remarque à une autre personne, elle se garda de critiquer le capitaine sur son bateau et se contenta simplement de lever les yeux au ciel tout en lui lança un sourire en coin qui voulait tout dire. Pendant qu’Al rangeait et dépliait les cartes, elle se mit donc à l’aise tout en regardant les vitraux avant de la rejoindre. L’île en question était bien proche des côtes Raclusienne, un peu trop à son goût mais on ne pouvait pas tout avoir dans la vie.

“Disons qu’il faut toujours avoir un plan B.” dit-elle en le regardant s’éloigner. “Tout comme toi, j’aime être prête à toute éventualité. N’oublions pas que la capitale est un coupe gorge, que Raclus n’est pas meilleure dans ce registre et, si on peut empoisonner un Prince Consort, on peut atteindre n’importe qui, n’importe où et n’importe comment.” conclut-elle.

Elle aurait été bien en mal d’empêcher un empoisonnement sur sa personne, il fallait juste faire attention. Une attaque de front, c’était à voir mais elle n’avait pas l’intention de se prendre à ces jeux bien longtemps. Que ce soit le gouvernement ou sa famille, les choses bougeaient et tous seraient amenés à choisir un camp un jour ou l’autre. Elle souhaitait s’en sortir indemne et triomphante mais prévoir un plan de secours n’avait jamais fait de mal à personne. Laissant son ami à ses recherches, elle attendit donc patiemment qu’il revienne et saisit l’objet qu’il lui tendit intriguée. Elle se retrouva sans voix face à la confiance continue qu’il lui montrait encore malgré les années d’éloignement.

“Merci, je la garde précieusement.” dit-elle en observant la chevalière tout en montrant sa liesse. “Ce n’est pas juste une île déserte, tu construis donc un refuge.”

Elle se demanda ainsi ce qu’il craignait vraiment. Les De Frémont n’étaient pas de ceux qui renient les membres de leur famille sans raison valide et Albéric n’était pas homme à trahir les siens.

“Je réfléchirai à ton souci de travaux et de ravitaillement si tu n’as pas trouver de solution d’ici là, tu es rusé, tu y arriveras. Quant à la bague… personne n’en saura rien.”

Elle attira l’attention de son ami sur l’anneau dans le creux de sa paume, frotta ses mains ensemble quelques secondes pour finalement souffler sur ses poings et les ouvrir. La chevalière avait disparu. Pas peu fière de son tour, elle lui offrit un sourire ravi, c’était la première fois qu’elle y arrivait avec autre chose qu’une pièce. La magicienne en herbe était donc satisfaite d’elle-même et ne le cacha pas. Vint ensuite la question des tuteurs. Désolée pour lui, elle hocha la tête lorsque la question du navire fut abordée mais elle explosa franchement de rire à la suite de la conversation.

“Quel flatteur tu fais ! Cette tradition dépassée… prenons des jeunes gens de toute part et confions-les à une noblesse mûre pour 3 ans afin qu’ils apprennent les choses de la vie, toutes les choses de la vie. Quel cynisme !
C’est à en oublier les risques pour une femme. Un homme tel que toi fera certainement sensation à la Cour et ta réputation ne s’en portera que mieux.”


Une injustice bien sexiste qu’elle réprouvait entièrement de même que le pupillage et ces rumeurs d’apprentissages nocturnes qui circulaient. Quand on voyait le panel d’âge qui grouillait parmi les gens de cour, c’était proprement écœurant de s’imaginer partageant une couche avec certains d’entre eux ou de se voir refourguer un autre pupille pour expérimenter. Les Ambrosiens avaient des traditions bien étranges. A Raclus c'était bien plus simple, bien que prohibé pour les gens de sa condition, le Service Militaire offrait certaines occasions d'expérimenter bien satisfaisante.

“Mais bon, tu sais à quel point il m’est difficile d’apprécier quelqu’un. Alors homme ou femme, peu importe tant qu’on me laisse tranquille. Un beau visage à regarder pourquoi pas mais, je ne me fais pas d’illusion. Il y a peu de chance pour que j’approuve de mon tuteur ou que j’en vienne à éprouver estime ou quoi que ce soit d’autre.
Alors tant qu’on me laisse certaines libertés, j’essayerai de me montrer aimable.”


Ou pas.
D’ailleurs parler de la capitale et ses mystères lui avaient rappelé quelques ragots sur des bagarres à mains nues qui s’organisaient en secret dans les lieux malfamés de la Capitale. Généralement pour le peuple, certains groupes préparaient des tournois où tout le monde pouvait participer et parier. Albéric y avait sans doute eu vent puisse que le lieu de prédilection de ces affrontements étaient les Docks.

“Tiens j'y pense, as-tu entendu parlé des combats illégaux qui se trament en ville ?”
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Île recluse, bateau mon beau bateau où es tu ?? ~Max~
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: Îles alentours-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous surDes mêmes auteurs