AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: Îles alentours

Île recluse, bateau mon beau bateau où es tu ?? ~Max~

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
avatar
Alberic de Fremont
Héritier raclusien / pirate
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t383-pupille-de-fremont-alberic-pretendant
Nationalité : Raclusien / Amethien
Messages : 138
Date d'inscription : 03/10/2017
MessageSujet: Re: Île recluse, bateau mon beau bateau où es tu ?? ~Max~ Jeu 11 Oct 2018 - 20:29
Mais qu'est ce qui n'allait pas chez lui exactement ? Sérieusement ce n'était pas son genre d'agir sans réfléchir un minimum, enfin si mais .. Jamais au détriment des autres, et surtout pas au détriment d'une personne à qui il tenait énormément. Il baissa le regard sur la porte et écouta les sons dans ces lieux. Percevant avec son ouïe fine plus qu'il n'en était possible, déterminant la position des autres êtres vivants proches. Pas suffisamment proche pour avoir surpris son geste inconsidéré. Qu'est ce qu'il aurait fait si jamais on les avait surpris, prétexté une amitié d'enfance n'aurait pas suffit, elle aurait été salie, et jugée, par sa faute entière à lui. Il se traita d'imbécile, si lui se moquait de ce qu'on pouvait penser à son encontre, il ne voulait pas que la jeune femme pâtisse de sa désinvolture par rapport à des règles qu'il jugeait lui stupides et étriquées. Elle semblait elle plongée dans son élément, prenant le registre et se mettant en place pour remplir les documents liés à leurs trois ans à venir.

Son soupire à fendre l'âme ne l’engagea pas du tout à se rapprocher pour constater l’étendue de la tâche, préférant largement son coin de mur que de s'attabler à remplir ces papiers. Honnêtement, cela ne l'avait pas intéressé, il était trop .. trop vieux pour ces bêtises là après tout. Il était sans doute le plus âgé des pupilles et n'avait pas vraiment l'envie de voir les choses ailleurs. Sa vie lui convenait, il avait presque été soulagé d'avoir passé l'âge sauf qu'il ne l'aurait passé qu'à son prochain anniversaire. Il remarqua son regard posé sur lui et grimaça en la voyant tendre la main. Il leva les yeux au ciel et pourtant se décolla du mur pour tirer un siège près du sien, mais pas trop, tentant de retrouver les distances de convenances nécessaires. Il saisit pourtant sa main tendue vers lui, s'inclinant de manière à la fois chevaleresque et ironique avant de souffler.

- Tu vois ce que tu arrives à me faire faire ? Mais que ne ferais je pas pour ces si beaux yeux et être proche de toi.


Il se laissa choir plus que ne s'installa sur la chaise, libérant sa main pour s’avachir à moitié sur la table, sa main venant en soutien pour sa tête alors qu'il prenait le premier papier devant lui. Il le laissa tomber devant lui avant de comprendre pourquoi la harpie les avait laissé, ils en auraient pour ... Un temps en effet incommensurable. un nouveau soupire passa ses lèvres avant qu'il ne tourne son regard sur elle.

- Bon et si on rendait cela plus drôle, laisse moi remplir les tiens et remplit les miens, on mettra en commun avant de les rendre.


Au moins cela l'amuserait au vu des questions posées, bien que par lettres ils n'avaient certainement pas pu exprimer tout ce qu'ils avaient fait. Mais cela pourrait être amusant, de voir comment les autres vous voit ? En fait cela l'intéressait bien plus que sa posture désintéressée semblait laisser le faire croire. Il regarda la pile de papiers et pouffa un peu avant de lui faire un nouveau clin d'oeil.

- Et au pire, on pourra toujours le faire nous même si jamais les versions ne nous plaisent pas !
C'était un nouveau jeu, un nouveau flirt vers ce qui pourrait être un test. Que connaissait elle réellement de lui ? Et lui d'elle ? A part leurs engouements certains pour les ennuis de toutes sortes.


avatar
Maxine Van Pelt
Espionne raclusienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t423-pupille-maxine-van-pelt-terminee
Nationalité : Raclusienne
Messages : 59
Date d'inscription : 04/01/2018
MessageSujet: Re: Île recluse, bateau mon beau bateau où es tu ?? ~Max~ Ven 12 Oct 2018 - 15:08
“Est-ce un compliment que je discerne sous cette montagne de reproche ?” dit-elle en se redressant sur son siège.

La jeune femme le regarda s’installer en souriant. Elle pensait qu’il serait beaucoup plus difficile à convaincre et qu’il allait traîner les pieds jusqu’à la table en maugréant mais il fut beaucoup plus raisonnable que d’ordinaire. Enchantée par le louange qu’il lui avait adressé, elle n’avait pas pu s’empêcher de le relever à haute voix mais nota qu’il gardait ses distances malgré son commentaire sur son désir d’être proche d’elle. C’était probablement mieux, ils étaient dans des bureaux et n’importe qui pouvait passer devant la porte. Elle se demanda l’espace un instant si il serait si mal d’aller la fermer mais se retrouver à huit-clos avec lui n’était pas une bonne idée en cet instant. Elle devait d’abord faire le point et déterminer ce qui lui arrivait.

A l’idée qu’il lui proposait, elle haussa un sourcil méditant sur sa proposition. Elle savait qu’il avait besoin de se distraire mais il fallait bien admettre que c’était saugrenu. Il n’y avait qu’Al pour montrer une telle imagination. Elle regarda les documents à remplir et l’étendue des questions en y réfléchissant et en tapant ses doigts sur la table…

“J’imagine que ça pourrait être amusant…” commenta-t-elle en voyant le visage de son ami se dérider. “Alors, commençons par le commencement… Prénoms et Nom : Albéric, Solange, Francine de Frémont…” dit-elle en attrapant une plume.

Il voulait rendre la chose drôle… Il allait en avoir pour son argent. Bien sûr, elle le faisait marcher, elle savait parfaitement que ses deuxièmes prénoms étaient Frank et Kristoff. Elle l’avisa un instant en trempant la plume dans l’encrier et avisa le questionnaire. Les informations sur la famille et ses origines, ça s’était facile. En revanche, les détails personnels étaient complètement différent. Elle savait pertinemment qu’il ne lui disait pas tout et c’était exactement la même chose pour elle. Elle ignorait d’ailleurs comment il réagirait si elle lui disait ce qui lui était arrivé après son entrainement militaire. Serait-il comme tous les autres ? Verrait-elle de la peur dans ses yeux… ?

Laissant ses divagations de côte, elle essaya de rester fidèle à ce qu’elle connaissait de son ami. Son désir profond de protéger ses proches, sa passion pour son navire, son envie de voguer les flots et d’aventure et ce, à perpétuité. Elle se garda bien d’écrire son propre nom et de conter leur enfance ensemble mais elle essaya de rester fidèle à ce qu’elle savait de lui, que ce soit la dualité de sa religion, son premier affrontement sur l’Imprévisible et les entraînements à la caserne. Elle trouva l’exercice assez intéressant mais excessivement intrusif. Avaient-ils vraiment besoin de savoir tant de choses sur les pupilles ?

Des souvenirs partagés lui revenait en mémoire, des images, des sons et la solitude de lire les maintes lettres qu’il lui envoyait. Plus que tout, ce fut une de ses rares explosion de violence qu’elle se rappelait le mieux. Lorsque sa famille lui avait annoncé qu’elle ne quitterait plus Thémis jusqu’à nouvel ordre à son retour du camp. Elle était rentrée dans sa vie natale après son Service Militaire pour ne plus en sortir. La jeune fille avait pour projet de repartir à Adop et de voir son ami à nouveau mais elle avait été enfermée contre son gré pendant de nombreuses années. Elle s’était battu, avait presque commis l’irréparable ce jour-là mais sa grand-mère l’avait interrompu juste à temps. Le pirate ignorait qu’elle avait failli tourner une arme contre son propre père lorsqu’il lui avait dit qu’elle ne reverrait pas son ami, peut-être jamais.

Elle le regarda un instant alors qu’il était en train d’écrire. Elle resta même captivée par sa présence à ses côtés, tant qu’elle pensa à voix haute sans même s'en rendre compte.

“C’est bon de te revoir… Tu m’as manqué…”


avatar
Alberic de Fremont
Héritier raclusien / pirate
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t383-pupille-de-fremont-alberic-pretendant
Nationalité : Raclusien / Amethien
Messages : 138
Date d'inscription : 03/10/2017
MessageSujet: Re: Île recluse, bateau mon beau bateau où es tu ?? ~Max~ Sam 13 Oct 2018 - 22:37
Rendre l'inévitable amusant, c'était un de ses nombreux talents, et même s'il avait mis la distance "rexpectable" entre eux, il aurait bien fait autrement. Seulement... Seulement s'il s'était écouté, la jeune femme serait sur ses genoux et ils riraient en répondant aux questions de manières puérile et enfantines. Et cela, ce n'était plus sa tête à lui qu'il risquait en faisant ce genre d'exercice, mais bien l'avenir de la jeune femme. Et même si dans sa famille ils étaient relativement progressistes, il n'avait jamais saisit ce que la sienne semblait vouloir conserver. Les vieilles manières et les rond de jambes avec cette hypocrisie permanente, il avait bien un doute sur les agissements mais refusait simplement de l'imaginer. Si elle voulait lui en parler, elle savait qu'il ne jugerait pas puisqu'après tout, sous leurs airs de marchands ils avaient bien des secrets. Bien que pour elle, c'était vrai qu'il en avait peu, trop peu au gout de Perce par exemple.

Entendant qu'elle acceptait de jouer il haussa un sourcil avant de pouffer dans sa barbe aux prénoms qu'elle lui donnait, sachant pertinemment qu'elle ne se tromperait pas. Il se saisit d'un des formulaires et entama de les remplir à son tour. Maxine, il tiqua rien que sur les prénoms, en avait elle d'autres que celui qu'il lui connaissait ? Il l'ignorait, son regard glissa sur la feuille qu'elle remplissait rapidement. Elle semblait mieux le connaître que lui en tout cas. Il eut un sourire pourtant, il avait tant à apprendre d'elle, tant à découvrir, cela était presque grisant de se trouver un nouveau but. De sa famille à elle il ne connaissait que la matriarche qu'il appréciait grandement, femme forte et pourtant avec une très grande classe, elle l'avait laissé entraîner maintes et maintes fois sa petite fille sans s'y opposer. C'est donc un portrait très élogieux qu'il dressa de cette femme de caractère qui avait guidé son amie bien plus que ses parents. C'était un sujet qu'ils n'avaient que peu abordé, Max restait secrète sur tout, et plus intensément encore sur sa famille.

Il avait noté que son cousin et son arrivée à Ambrosia en tant que prétendant, chose qui avait ulcéré sa tante d'ailleurs, chose qu'il n'avait pas pris lui comme une insulte. Il appréciait le rêveur des Van Pelt, plus dans la lune qu'aux choses de l'existence, mais ne s'y fiait pas. Il n'était sans doute pas le meilleur perspicace de ce temps, mais avait lui aussi eut une éducation atypique et savait repérer ceux dans le mêmes cas que lui. Il avait sans doute pas eu lui non plus son mot à dire, le mariage de l’Impératrice de vapeur était sur toutes les lèvres de tous les pays, et cela lui passait au dessus de l'esprit presque autant sans doute que le cousin de Max. Elle aurait été une sirène, peut être qu'il s'y serait intéressé plus profondément, pour sa part, à part ce qui touchait à la mer il avait un esprit libre de tout ce qu'on encombrait les jeunes gens. Il regarda la feuille et pouffa de rire, elle n'en voudrait sans doute pas, il livrait là des choses qu'elle ne voudrait sans doute pas exposer. Il continua cependant, rajoutant tout de même un paragraphe sur la famille, sa sœur et son frère, il ne se rappelait pas les prénoms mais était ils essentiels pour ce formulaire qui irait croupir dans un coin ?

Bon pour l'entrainement militaire, il put à peu près être fidèle à ce qu'elle aurait mis, elle adorait l'ordre contrairement à lui, et excellait d'ailleurs dans les rangements de toutes sortes quand lui se contentait d'un malle et de tout fourrer dedans. Un nouveau sourire sur les lèvres et il entame la logique qu'il lui a toujours admiré, voire peut être même envier ? Lui même était plus brut dans ses actes, alors qu'elle pouvait dans les situations les plus extrêmes trouver une échappatoire quand lui ne voyait qu'un cul de sac. Il rajouta sa mémoire exceptionnelle, et ses nombreux talents qui faisaient d'elle une femme accomplie, hésitant une seconde avant de mettre en plus sa douceur et sa générosité, cependant .. Cependant c'était avec un nombre restreint de personne cela, mais elle était tellement plus. Il se rendit alors compte que sur les dernières années qu'il devait remplir il n'avait pas grand chose, juste des obligations de famille qui l'avait retenu à Thémis. Il resta alors évasif, prenant le soin des mots pour ne pas paraître cacher quelque chose. Il releva la tête pour la fixer après les quelques mots qu'elle prononça, la regardant intensément alors que de nombreuses questions lui venaient en tête, souriant pourtant en posant sa main sur la sienne pour la serrer brièvement.

- Je n'ai jamais douté de te revoir, même si on m'a dit de ne pas e faire d'illusions, j'étais prêt à monter à Thémis pour t'y voir.


Il rit et relâcha sa main, ne voulant pas qu'on surprenne son geste, sans doute bien trop intime dans une salle aussi petite et dénuée de chaperons. Il se racla la gorge avant de tenter de rire, retournant à la feuille qu'il remplissait avant de sourire un peu contrit mais enchaînant tout de même.

- Ils ne m'ont pas laissé faire, ils pensaient que j'y laisserais la vie, alors et bien .. Tant que tu recevais mes lettres j'ai essayé de ne pas m'inquiéter de trop pour toi.
Il soupira en buttant sur une question de plus et releva son regard azur dans celui de la jeune femme. Même ta grand mère m'a réexpédié chez moi, elle n'a rien voulut me dire, me contraignant à la patience, c'est la seule qui m'ait laissé un espoir de te revoir. Il fit un effort de mémoire et prenant la voix de la vénérable aïeule il lui répéta les mots d’antan : "Soit là quand elle aura besoin de toi, ne doute pas, et voit l'avenir comme elle le fait ! Alors peut être aurez vous l'opportunité de croiser de nouveau vos destins. "

Il lui sourit de nouveau avant de lui tendre le désastre, tableau qu'il avait d'elle, peut être qu'elle n’apprécierait pas d'être ainsi dévoilée, mais à ses yeux, elle était toujours la jeune femme intrépide, bagarreuse, un poil désagréable avec ceux qu'elle n'aimait pas, mais avec un cœur bien plus grand qu'elle ne voulait le laisser paraître. Il patienta de voir si elle lui rendrait ce qu'elle avait écrit, se préparant à refaire le formulaire, non pas qu'elle n'avait pas vu juste, mais ce qu'elle écrivait sur lui... Il voulait le garder, pour que cela rejoigne les lettres qu'il n'avait jamais brûlées, trésor dans sa cachette qu'il n'avait confié à personne.


avatar
Maxine Van Pelt
Espionne raclusienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t423-pupille-maxine-van-pelt-terminee
Nationalité : Raclusienne
Messages : 59
Date d'inscription : 04/01/2018
MessageSujet: Re: Île recluse, bateau mon beau bateau où es tu ?? ~Max~ Dim 14 Oct 2018 - 16:46
Qu'avait-elle fait... ? ... Soudainement, elle réalisa qu'elle avait parlé à haute voix et Albéric la regardait désormais avec une expression indéfinissable sur son beau visage. Il sembla que sa remarque passa sans qu'il se pose trop de questions ou qu'il en vienne à lui demander d'où venait cette soudaine et singulière confession. Il en vint à lui faire un aveu en retour qui la surprit. Il n'en avait rien dit dans ses lettres acceptant son absence avec une facilité déconcertante. D'abord blessée par son manque d'indignation, elle s'était ensuite résignée elle-même, c'était probablement mieux ainsi.

“Tu ne me l'avais pas dis.” dit-elle en serrant sa main en retour.

Il lui faisait donc des cachotteries lorsqu'il voulait. Al avait toujours été l'impulsif de la bande, ses émotions se lisaient sur son visage et il lui était très difficile de les cacher. Par lettre, il était plus facile de tempérer ses hardeurs et réfléchir aux mots les plus appropriés à utiliser. Elle avait maintes fois fait des brouillons de ses écrits avant de parapher la version finale et lui envoyer. Le risque qu'il lise entre les lignes et fasse quelque chose d'imprévisible était trop grand, elle devait sans cesse faire attention afin qu'il soit en sécurité. Il s'en était fallut de peu pour qu'on lui supprime le droit de continuer à lui écrire mais elle était arrivé à négocier ce point.

“Que devrais-je dire ? Au moins, tu savais où j'étais. Alors que toi, tu voguais les océans au gré de tes désirs, sans destination apparente et...” elle s'interrompit, renonçant à lui dire que l'angoisse d'une tempête ou d'un accident l'avait rongé pendant de nombreuses années. La nouvelle de sa visite à sa grand-mère la fit pourtant sourire. “Elle m'a tenu le même discours... Elle t'aime beaucoup tu sais et c'est très difficile de lui plaire.”  

Sa grand-mère était une femme remarquable, un joyaux dans une famille qui s'y entendait dans l’orfèvrerie. Elle avait beau avoir moins d'importance politique que la Haute-Chair de Thémis, tous se levaient et se taisaient lorsqu'elle entrait dans une pièce. Des Van Pelt, elle était la seule qu'elle ne supporterait pas perdre, la seule pour qui elle s'inquiétait et la seule auquel elle faisait des confidences. Elle avait été sa guide toute sa vie, remplaçant ses parents, son frère, sa sœur, ses cousins... elle était toute sa famille, la seule dont elle avait besoin. Qu'Albéric soit allé la voir et qu'elle lui ait donné des conseils signifiait beaucoup et, cela voulait aussi dire qu'elle acceptait son ami tel quel. Un fait prodigieux en lui-même, la patriarche n'aimait personne complètement.

“Tu sais, ces dernières années ont été compliquées. C'est dur d'en parler.”

Plus que tout, c'était un changement dans le regard d'Albéric qu'elle craignait le plus. D'ailleurs, elle allait bientôt pouvoir découvrir comment son ami la voyait. Maxine attrapa donc les papiers que lui tendait le pirate et elle y jeta un regard rapide, retenant les feuilles qu'elle avait elle-même rédigé pendant un moment. Un sourire se dessina sur ses lèvres à mesure qu'elle lisait et elle lui tendit finalement son application en retour sans le regarder, trop occupée à consulter la description qu'il faisait d'elle. S'était une chose de se décrire, une toute autre quand c'était un de vos proches qui le faisait. Il avait une vision si différente d'elle, plus profonde et plus belle...

“C'est un portrait très flatteur...” dit-elle d'une voix sourde.  “Peut-être trop... c'est ainsi que tu me vois ?”

Elle devait bien avouer que le tableau qu'il avait fait de sa personne était élogieux, presque intime. Plusieurs choses la dérangeait, notamment, la différence dans leur façon d'écrire. Un seul coup d’œil suffisait pour réaliser que c'était bien un homme et non une femme qui avait écris ces papiers et des questions indiscrètes pourraient s'en suivre. Elle n'avait aucune envie qu'une personne avisée en vienne à faire le rapprochement entre leur arrivée, leurs noms se suivant dans le registre et leurs applications respectives. Ainsi, elle avait décidé de réécrire le tout mais ne voulant pas blesser le jeune homme, elle se ravisa de le faire immédiatement. Il n'avait d'ailleurs pas encore finis de lire ce qu'elle avait écris et elle était impatiente de voir si elle avait vu juste.


avatar
Alberic de Fremont
Héritier raclusien / pirate
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t383-pupille-de-fremont-alberic-pretendant
Nationalité : Raclusien / Amethien
Messages : 138
Date d'inscription : 03/10/2017
MessageSujet: Re: Île recluse, bateau mon beau bateau où es tu ?? ~Max~ Dim 14 Oct 2018 - 20:37
Il haussa les sourcils, étonné qu'elle s'inquiète ou qu'elle se soit inquiété pour lui, il avait tenté de répondre régulièrement, et même si sa lubie d'envoyer des lettres une fois dans chaque port avait surpris son équipage ils s'étaient sans doute fait à l'idée des bizarreries du capitaine. Un sourire passa sur ses lèvres, la doyenne de la famille l'avait jaugé pendant très longtemps, ce n'est que sa persévérance qui avait conduit celle-ci à la phrase sibylline qu'il lui avait dit plus tôt. Qu'elle ait tenue le même discours à sa petite fille ne le surpris pas vraiment, c'était une femme comme Adop sait les forger, au caractère bien trempé. Il hocha la tête, comprenant qu'elle n'en dirait pas plus, respectant son choix et lui souriant doucement, ne voulant pas la forcer ou lui faire croire qu'il changerait par ce secret entre eux. Lui même n'était pas vraiment blanc comme neige.

Alors qu'elle lisait il put tout à loisir admirer le profil de la jeune femme, notant les différences d'avant leurs séparations, un regard plus déterminé, des petits détails qu'il n'avait pas forcément vu tout de suite. Il patienta, c'était la seule qui parvenait à le faire attendre sans qu'il rouspète ou fasse l'enfant, la seule qu'il avait attendu et dont il n'avait jamais douté. Il réceptionna les documents mais ne se mit pas à la lecture tout de suite, il avait toujours eu du mal à saisir les expressions de son amie, et tentait de savoir si ce qu'il avait mis était en adéquation sur ce qu'elle pensait d'elle. Mais à part son visage concentré et son sourire qui ne disait rien de plus il entreprit de lire à son tour. Elle avait répondu à toutes les questions alors que lui en avait éludé pas mal. Elle le connaissait très bien, bien qu'il devait avouer qu'elle dressait elle aussi un tableau bien flatteur du pirate qu'il était. Pourtant il ne manquait rien, les renseignements étaient bien tous là, écrit d'une écriture droite et régulière qu'il lui connaissait. Quand il entendit sa voix il redressa la tête, lui souriant avec une pointe de sérieux au fond des yeux.

- Pas assez je dirais, mais je ne veux pas qu'ils te connaissent aussi bien que moi, j'ai gardé quelques impressions tout de même. Il lui fait un clin d’œil avant de prendre sa main de nouveau pour la porter à ses lèvres déposant un baiser tout aussi spontané que bref avant de lui rendre, soufflant ensuite presque en murmure. Tu m'as énormément manqué, mais ... Disons que je n'ai pas eu le courage de prendre ta famille d’assaut, je me rappelle le regard de tes parents durant leurs rares visites, ils ne semblaient pas apprécier les dessins de mes bras. Il ne se rappelait pas vraiment le couple, qu'il avait trouvé pompeux et empreint d'arrogance, le contraire de leur fille qui faisait tout pour être leur fierté. Rien que pour cela il les trouvait imbus d'eux même et qu'il ne méritait pas les efforts mis en oeuvre par son amie. Il préférait largement la voir telle qu'elle était avec lui, que quand elle était en société. Elle semblait enfermée dans ces tenues et ces manières qu'il réprouvait.

Il savait qu'il devait lui faire des efforts, avait promis autant à sa tante qu'à sa mère de faire d'en faire, mais changer totalement, son cousin comme sa famille devait bien se résoudre au fait qu'il était un cheval sauvage qui ruait dans les brancards depuis trop longtemps pour être ramené dans le troupeau. Et bien qu'en effet le métier qu'il s'est choisit n'était pas porté sur les attitudes, les apparences restaient importantes pour eux. Et il devait bien s'incliner pour ne pas perdre son vaisseau, ni de vue ses objectifs. Bien qu'à cet instant il était loin d'y penser, préférant remettre à plus tard sa confrontation avec son rôle à tenir. Il tira des papiers neufs et lui tendit, rajoutant un clin d'oeil pour atténuer le fait qu'il allait lui aussi les remplir de nouveau.

- Bon allez, comme tu l'as dit plus vite ce serait fait, plus vite nous serons dehors d'ici. Non pas que tu n'ais pas vu juste, tu as une vision très juste, bien que trop flatteuse aussi, il va falloir que je rectifie sinon ils vont presque croire que je suis quelqu'un d'appréciable !

Il rit et se mit à la tâche, après avoir glissé dans sa veste les papiers qu'elle avait remplit, voulant les garder, un souvenir de plus pour sa boite privé. Il n'osait pas vraiment assumer ce qu'elle remuait en lui aujourd'hui, elle était une femme accomplie, d'une beauté à renverser à terre les hommes, elle n'aurait qu'un battement de cils à faire pour en avoir des dizaines à son service. Cette pensée le fit tiquer quelque part, mais il devait bien se rendre à l'évidence, son propre destin n'était pas fixé, et sa famille portait un poids sur ses épaules. Serait il capable de s'enchaîner réellement à quelqu'un d'autre ? Il en doutait, son navire c'était sa vie, et ses proches son destin, il essaierait, mais ne se faisait pas une seule illusion. Les neufs autres avec lui sans compter le cousin de la jeune femme serait sans doute bien plus fins joueurs que lui, qui ne comptait pas s'imposer. Son regard se détacha de la feuille qu'il avait remplit plus vite, sachant exactement ce qu'il voulait confier ou pas, et brossant un tableau plus neutre de lui même, ne voulant pas vraiment leurs fournir de données qu'ils pourraient utiliser contre les siens.


avatar
Maxine Van Pelt
Espionne raclusienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t423-pupille-maxine-van-pelt-terminee
Nationalité : Raclusienne
Messages : 59
Date d'inscription : 04/01/2018
MessageSujet: Re: Île recluse, bateau mon beau bateau où es tu ?? ~Max~ Lun 15 Oct 2018 - 15:49
Il l’intriguait avec ces impressions qu’il avait gardé pour lui. A la lecture, elle avait pensé qu’Albéric avait tout dis, que pouvait-il y avoir de plus dans son caractère qu’il avait tu ? Rechignant à lui poser la question, son ami se permit un énième écart de bienséance en embrassant sa main. Elle n’avait jamais noté combien il se permettait en incartades par le passé et, si cela l’aurait franchement horripilé chez un autre, c’était assez normal chez lui pour qu’elle ne pense même pas à lui en faire la remarque. Pourtant, il fallait bien avouer qu’il écouterait plus volontiers ce genre de conseil s’il venait d’un visage ami et non d’un tuteur quelconque qui essayerait de le faire rentrer dans le moule de force.

“Personne n’a le courage, ne t’en fais pas. Ils sont impossible à satisfaire et trouveront toujours quelque chose à redire.”

C’était valable sur tout et sur tout le monde. Les Van Pelt, tous autant qu’ils étaient, ne trouvaient satisfaction qu’entre eux, dénigrant les uns et les autres et transformant la désapprobation en sport national Thémissois. On lui avait conté que ses parents s’étaient mariés par amour mais elle avait peine à y croire. A les voir, ils n’aimaient personnes, leurs enfants encore moins, alors imaginer une affection entre eux était d’ une improbabilité navrante. Elle préférait ne pas y penser d’ailleurs. Pour la première fois de sa vie, elle était ailleurs, loin de chez elle, libre d’une certaine manière. Elle avait retrouvé son meilleur ami et ils allaient pouvoir rester ensemble pour les trois prochaines années. Entre ses mains, elle avait le portrait le plus beau qu’on ait jamais fait d’elle et elle avait le reste de la journée vacante d’activité. Ambrosia n’avait pas l’air si mal d’un seul coup.

“Tu as bien raison, les premières impressions doivent compter autant leur annoncer la couleur dès maintenant. Il serait malvenu de les tromper d’emblée.”

Elle attrapa les documents intacts en essayant de masquer son sourire en coin. C’était l’hôpital qui se moquait de la charité… Elle dressa donc un autre portrait d’elle-même, plus taciturne et plus discret. Elle nota sa passion pour la musique et pour l’équitation, ses origines Raclusienne, son arbre généalogique et, bien entendu, diverses petites informations que sa famille lui avait demandé de noter. Ils avaient imaginé que des mots clés lui permettrait d’avoir un tuteur au plus haut de la hiérarchie et de la vie Impériale. Elle rirait bien si son tuteur se révélait en Chevalier ou banneret de rien. Durant le voyage, elle avait longtemps hésité à suivre ces conseils mais elle c’était rendu compte qu’elle n’avait pas le choix. Connaissant sa famille, ils avaient des espions partout et en imaginer un furetant dans les applications des pupilles était assez imaginable.

Elle finit donc son portrait terne de la jeune fille de bonne famille qu’elle allait devoir jouer et soupira. Décidément, elle préférait la description faite par son ami, elle ne s’y reconnaissait pas mais elle était beaucoup plus flatteuse. A l’instar d’Al, elle plia l’application qu’elle allait garder et la glissa dans la poche intérieure de sa veste. Replaçant correctement le jabot qu’elle portait pour cacher ses bleus, elle se demanda si le maquillage qu’elle avait dans ses affaires serait assez et elle avait dans l’idée d’aller vérifier le plus tôt possible. Sinon elle devrait repenser sa garde-robe pour la semaine à venir… D’ailleurs il semblait qu’on venait les chercher, ils avaient certainement trop traîné à remplir les applications et un majordome s’était présenté devant le Capitaine pour le conduire à sa chambre.

“Je dois également rejoindre le dortoir pour me changer, je vous suis.”

Ils montèrent donc dans les escaliers et arrivèrent aux étages des chambres. Le majordome eut la délicatesse de les conduire à la porte de la Raclusienne en premier. Non sans mal, elle réussit à sortir la clé sans que ses poches pleines de pièces ne fassent trop de bruit. Le serviteur emboîta le pas et elle arriva à faire un signe à Al qu’elle le retrouverait plus tard. La jeune femme referma la porte derrière elle non sans se demander où elle allait bien pouvoir le rejoindre mais elle avait l’état de ses ecchymoses à s’occuper avant. La jeune femme enleva sa longue veste puis le jabot et s’assit devant la coiffeuse. Elle allait avoir un long travail pour dissimuler ces marques et Albéric n’était pas le plus patient des hommes.


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Île recluse, bateau mon beau bateau où es tu ?? ~Max~
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: Îles alentours-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous surDes mêmes auteurs