AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: Préface Ambrosienne :: Registres ambrosiens :: Identités ambrosiennes

GRAND - Everard ZULLHEIMER

avatar
Everard Zullheimer
Premier serviteur d'Ameth en Ambrosia
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Amethien
Messages : 996
Date d'inscription : 14/04/2016
MessageSujet: GRAND - Everard ZULLHEIMER Jeu 19 Jan 2017 - 0:28
ZULLHEIMER Everard
ft. Daniel Craig de La boussole d’or
Surnom : ...
Âge : 40 ans
Métier : Premier serviteur d’Ameth à Ambrosia
Nationalité et origines : Amethien
Situation conjugale : Célibataire
Culte : Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Groupe : Grand
Carnation : blanche
Taille : 1m1m80
Corpulence : Musclé
Cheveux : courts blonds
Yeux : bleus
Signe(s) distinctif(s) : Constamment barbu, et il a une marque au fer rouge  de cheval sur la poitrine accompagné du chiffre latin I et des lettres Pt
Caractère :Pourrait-on qualifier d’opiniâtre l’homme que vous connaissez sous le nom d’Everard Zullheimer ? Oui, sans doute… Après tout, on n’arrive pas là où il en est en faisant des concessions, ou du moins, pas au sein du Protectorat d’Ameth… mais bon, prenons les choses comme elles viennent concernant la personne que nous avons-là… alors, que dire de plus. Au-delà de son opiniâtreté, on constate une amé noble dernière, une âme généreuse, bercée par les préceptes religieux de son pays. N’y dit-on pas que celui qui donne est bon, mais celui qui fait donner les autres par l’exemple l’est plus encore ? Oui, une éducation au cordeau t pleine de bon sens ont créé un homme plein de bon sens et de sagesse enseignée au sein des monastères. Mais plus que cela, cet homme aux tenues austères et au caractère parfois un peu grognon en est devenu un homme de conviction, presque un fanatique, mais qui lui en voudrait ?

Parfois libertin – dans son plus grand secret – il n’est pas vraiment un coureur de jupon, désapprouvant la luxure poussée à l’extrême comme toute autre forme d’excès contraire à ceux que bénit Ameth, il se montre régulièrement moralisateur et donneur de leçons Mais ce n’est pas pour mal faire. Il estime souvent que la politique devrait être guidée par les sages ecclésiastiques dont il fait, bien évidemment, partie…
Droit et presque intègre, il essaye de garder des scrupules dans ses actes, mais c’est parfois, selon lui, difficile… aimant les bons mots, il a fait vœu de ne jamais mentir, mais qu’(est-ce que la vérité ? Selon à qui on la demande, elle peut si facilement changer… N’allez pas croire néanmoins qu’il ne fera pas tout pour atteindre ses objectifs, il est là pour ça, atteindre ses objectifs et remplir la volonté d’Ameth.
Opposé à la violence, il a horreur de ça et la réprouve violemment, sauf en cas de légitime défense, et encore. Toutefois, il a appris à se battre au sein du monastère de platine, maniant un lourd bateau aux embouts ferrés.

Ne prenez pas les mots suivant pour de la fierté mais pour de la rectitude, il n’estime ne devoir plier l’échine devant personne d’autre que son éminence le Premier Intendant et devant la lignée. Il force néanmoins une courbette TRES MINIMALISTE, devant l’impératrice, pour éviter l’incident diplomatique.
Histoire :Que dire de notre prieur d’Ambrosia ? Et bien nous pourrons commencer par dire qu’il est né et qu’il a été élevé à la capitale du protectorat d’Ameth appelé tout simplement la Ville Sainte d’Ameth, petit fils d’un des précédents Premiers Intendants… Oui, au cœur du pouvoir. On pourrait même dire qu’il a tété les mamelles du pouvoir, car rien n’empêche une femme d’atteindre les plus hautes responsabilités, c’est juste un fait plus rare que la moyenne. Mais là-bas l’éducation était stricte, très stricte. Pas question de privilèges, mais de travail commun. A peine savait-il parler qu’il fut confié en même temps que son – frère comment aurai-je oublié de parler de son frère jumeau Elrich – à la nurserie locale pour y vivre comme tous les autres enfants, au rythme de l’apprentissage des leçons tirés des livres d’Ameth… nul favoritisme, nul avantage, juste la stricte règle pour tous. Et ils continuèrent ainsi jusqu’à leurs onze ans, les deux frères, inséparables, aussi proche que des jumeaux peuvent l’être, et pourtant si dissemblables.

Ce ne fut qu’à leur douzième anniversaires qu’ils furent séparés pour le temps monacale. Une période de six ans pendant laquelle ils se rendirent chacun dans un monastère après de soigneux examens. Et si Elrich avait des prédispositions pour certaines choses, ce n’était pas le cas d’Everard. Si ce premier fut envoyé au premier monastère de l’or, le second fut envoyé au second monastère de platine. Des enseignements différents dont nul ne discute avec les autres, chaque monastère étant jaloux de ses secrets et seuls les abbés savent ce que tous les monastères enseignent. Donc bon bref, il est impossible de parler de ce qu’Elrich fit pendant ces six ans. Mais on peut parler de ce que fit Everard. Pendant six ans il apprit, toujours plus. On lui apprit la dialectique, la rhétorique, l’art de parler et de séduire par les mots. On lui apprit l’histoire, la géographie, même. Il s’agissait aussi de cours d’algèbres ainsi que langue, et le reste du temps, c’était la prière ou les bases du combat. Point de lame pour les moines, mais juste se battre avec l’emblème de la profession des prêcheurs :  le bâton de pasteur. Déjà on le formait pour aller à l’étranger, mais il ne le savait pas.

La vie d’ascète lui réussissait, et il prenait gout à cette vie. Il envisageait même de garder racine dans le monastère, aimant cette vie d’ascète isolée. Mais la vie n’en avait pas décidé ainsi. Il avait 19 ans quand lui et son frère furent envoyés ensemble au sein de la capitale ambrosienne. Pour être pupille impérial. Chacun eu droit à son propre mentor. Lui, il eut la chance d’être sous la tutelle d’une excellente personne. Il s’agissait d’une personne fort sympathique, une femme pleine d’intelligence, Mme Alena Clark, belle-sœur de l’empereur. Une femme qui lui apprit bien plus sur l’art et la manière de parler, de se tenir, de se montrer diplomate et de savoir parfois mettre ses convictions de côté/. Beaucoup de leçons de morale aussi. Et, comble du souvenir. Une fois où il s’était comporté comme un idiot. Elle l’humilia en public… plus encore, elle lui offrit la plus précieuse des leçons : agis en gamin irresponsable, et tu seras traité en tant que tel :  elle lui fit prendre la fessée fesses nues devant toute sa suite, à la palette, comme n’importe quel gosse… il ne put pas s’asseoir pendant plusieurs jours. Jamais elle n’avait été aussi sévère avec ses enfants. Mais ce n’était pas la peine… et puis, on est toujours plus exigeant avec les gosses d’autres, n’est-ce pas ?

Ce fuit le seul grand fait notable de cet apprentissage de trois ans, une période riche en toutes sortes d’apprentissages. Mais pour autant, il ne cessa jamais d’apprécier les manières d’un ascète, vivant dans des conditions sobres, parfois spartiate et continuant autant que possible à vivre au rythme des prières, bien que je fus obligé de m’adapter. Normal. Il apprit tant de choses qu’il se rendit compte que malgré tout le bonheur de sa vie monacale, elle ne lui suffirait plus jamais… mais il y retournait pendant plusieurs années après son temps de pupille. Il redevint moine et retournait à ses anciennes études jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge de 26 ans. Là on l’informa de sa mission : son frère devrait se marier à la future impératrice d’Ambrosia, et lui devrait le suivre en tant que diplomate et second serviteur d’Ambrosia. Il l’accompagna dans la vie de château… mais son frère, son frère se révéla bientôt complètement, homme de prière plus qu’autre chose, il n’était pas rare que l’un ou l’autre se confesse, et c’est ainsi qu’il apprit que son frère se portait plus vers la prière que vers son épouse.

Et un jour advint l’impensable. Elrich isola dans les ténèbres de la chapelle, en pleine nuit, son frère, pour lui demander de le remplacer. Arrivaient alors les quarante jours de prière et de jeune demandés par les écritures les plus stricts, il le pria de le remplacer dans le lit conjugal, c’était, selon lui, au-dessus de ses forces. Refusant, d’abord, Everard finit par se laisser convaincre de passer quelques nuits, de temps en temps, avec l’épouse de son frère… autant ne pas le nier, il y prit assez facilement gout. L’impératrice était une excellente amante, pleine de fougue, de passion, de plaisir, luxurieuse et luxuriante… lui faire l’amour fut un ravissement et un plaisir qu’il recommença plusieurs fois, au cours des années…

Durant ses années à Ambrosia, il prit aussi une pupille, la jeune et belle Elena Spina, trouvant en elle une aide zélée et dévouée en qui il comprit qu’il pouvait compter sur elle, mais se rappelant en permanence néanmoins la seconde grande leçon de Mme Clarke : à la cour, ne faire entièrement confiance à personne… mais tout le monde fait un bon outil tant qu’on se rappelle qu’il peut casser, n’est-ce pas ? Et puis cette petite plutôt jolie pourrait toujours réchauffer son lit lors qu’il s’ennuierait…. Enfin peut être… il verrait bien. Mais en tout cas elle ne déçut aucune attente, ni dans son temps comme pupille ni au cours de son ascension fulgurante des années précédentes… une alliée de poids comme sage-femme et herboriste de la cour… il avait toujours le chic pour trouver les bonnes personnes à éduquer… et en plus elle devint une Amethienne plus que fervente…

Enfin bref, la vie prenait une tournure de routine. Son frère priait, lui, il gérait les églises Amethiennes en Ambrosia, répandant la bonne parole au sein du palais, conseillant parfois un peu l’impératrice, et parfois remplaçant son frère dans la couche impériale. Mais voilà, avec la mort de son frère tout bascula… il apprit par Elena que l’impératrice avait perdu son enfant et ce, par un empoisonnement… quelle information intéressante…

Mais avant tout, il fallait régler quelque chose : il fallait trouver l’assassin de son frère, le venger, et régler la question de la position Amethienne à la cour. Tout simplement. Et pour cela, il envoya un corbeau de son pigeonnier personnel au Premier Intendant. Il devrait, en attendant, trouver le coupable et le châtier en attendant les instructions de celui qui parle pour la lignée.
Divers : Il est bon à savoir qu’il a pruis la réputation de gant de fer au sein de la cour. Et il a promis 5000 Roues d’or pour tout renseignement permettant de trouver le meurtrier. Il est prévu qu’il officie au service funèbre de son frère.
Il est aussi l’auteur d’un traité sur l’importance de la foi amethienne dans la vie de tous, ainsi que d’un traité de langue mortes. Mais c'est son traité de philosophie sur la confrontation entre pouvoir temporel et le pouvoir spirituel qui lui a valu son titre de grand !
Il ne se déplace jamais sans un long bâton ferré à l’embout qui lui arrive à a hauteur sans se recourber. Le bâton est d’une droiture extrême et il ne s’en sépare jamais… même en présence de sa majesté. Tout du long des chevaux et des corbeaux sont gravés.
On lui prête plusieurs aventures bien placées mais pas une carrière de coureur de jupons.
Il connait par son frère les passages secrets du palais. Il est peut-être le seul hors de la famille impériale…
Date de naissance : 1991
Double compte : Nop
Commentaire : Staff rulz
avatar
Lilith de Choiseul
Impératrice de vapeur
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t35-grand-lilith-de-choi
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 2001
Date d'inscription : 14/01/2017
MessageSujet: Re: GRAND - Everard ZULLHEIMER Ven 20 Jan 2017 - 13:46
Et bien vous voilà arrivé beau-frère, voilà une fiche délicieuse et un personnage tout à fait exquis, une vrai gourmandise! Je n'ai rien à redire!

Tu es donc validé

Tu as la possibilité de créer ton carnet de bal désormais ou encore de proposer des pv si tu en as besoin !
Si tu ne l'as pas fait, peux-tu remplir ton profil correctement s'il te plait?
Pas la peine de passer dans les registres puisque nous les mettrons obligatoirement à jour en te validant, top non ? Mais si jamais tu as besoin de nous communiquer quoi que ce soit, cette partie du forum fera certainement ton bonheur !

Maintenant tu as toutes tes clés en mains pour jouer, n’oublies pas, pour la bonne harmonie du forum, que quand tu as finis un rp, il faut passer par ici! En attendant et bien va comploter !

Que Ameth veille sur toi !





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: Préface Ambrosienne :: Registres ambrosiens :: Identités ambrosiennes-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous sur