AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: Îles alentours :: Hippodrome de Lascelle

On est bien chez les autres, mais mieux chez soi ~Zenon~

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Maxine Van Pelt
Espionne raclusienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t423-pupille-maxine-van-pelt-terminee
Nationalité : Raclusienne
Messages : 29
Date d'inscription : 04/01/2018
MessageSujet: Re: On est bien chez les autres, mais mieux chez soi ~Zenon~ Sam 24 Mar 2018 - 18:45
Il lui souriait, visiblement intrigué par sa question et... ravi ? Elle ne pensait pas avoir le moindre impact et fut d'autant plus surprise lorsqu'il lui autorisa à monter ses chevaux sans trop de conditions. Il avait tout à fait raison quant au chaperon, elle devait s'y plier même si elle n'appréciait pas d'être suivie partout. Etant une jeune fille de bonne famille et célibataire... il était normal qu'elle soit accompagnée. Prenant une bouffée de sa cigarette elle se redressa sur son siège.

“Vieux jeu...” dit-elle en lui adressant un sourire.

Il lui avait donné l'autorisation et elle n'allait pas se priver. Toutes ces coutumes étaient d'un ennui et d'un dépassé ! C'était affligeant, on était en 439 AM, si elle avait envie de sortir se promener, elle était parfaitement capable de sortir seule, merde ! Laissant la question du chaperon de côté, elle savait que ce n'était pas sage de faire une suggestion sauf si elle mettait un membre de sa famille en avant. Plutôt mourir que de passer du temps avec son cousin ! Elle aurait préféré que se soit Albéric mais, son tuteur aurait pu imaginer qu'elle ne faisait ça que pour passer du temps avec le Raclusien et il se serait fait des idées pour rien. A part boire un coup et se battre dans les bas fond de la capitale, ils ne faisaient rien de mal ensembles, ou si peu.

“Comme vous le désirez.” répondit-elle pour le piano et les armoires.

Il est vrai que si elle pouvait s'épargner une recherche de meubles, alors pourquoi pas. En revanche, elle fronça les sourcils à son commentaires sur la femme de chambre. Ca ne lui plaisait absolument pas.

“A votre convenance, je voulais juste vous épargner une dépense inutile. Je peux aussi m'en passer si vos finances ne le permettent pas.”

Elle lui envoyait une pique en représailles, normal. Elle n'était pas contente du résultat. Maxine avait pour politique de ne s'entourer que de personne en qui elle avait confiance ou pourrait avoir confiance. Si sa suivante n'était pas rémunérer par elle, l'autre option pour qu'elle sache qui était le chef était l'amour ou la peur. Elle n'avait le temps ni pour l'un pour l'autre. Dommage... il faudrait bien qu'elle trouve quelque chose à un moment donné mais pour l'heure, le sujet était clos.

“Les désirs de mes parents sont obscurs. J'imagine que toute famille souhaite un mariage profitable à défaut d'heureux. Ils veulent certainement que je charme un prétendant éconduit ou un noble de bonne naissance.
Pour vous guider un peu dans l'étendue de mes contacts avec mes parents, la conversation que nous avons en ce moment dépasse de loin celles que j'ai pu avoir en leur compagnie sur cette dernière année.”


Elle les évitait, ils l'évitaient. C'était un accord qui profitait à tout le monde. Sa petite colère il y a quelques années où elle avait failli prendre une arme et ouvrir feu sur eux restait bien présent dans les esprits et ne pas se parler était pour le mieux.

“Personnellement, je ne me sens pas prête au mariage et je ne tiens pas à ce que mon pupillage m'y prépare, j'ai des ambitions plus... périlleuses.” dit-elle en s'autorisant un ricanement. “Néanmoins, si vous souhaitez m'enseigner la dernière dance à la mode en Ambrosia, pourquoi pas.”

Quant au reste, il pouvait se brosser, ils pouvaient se brosser d'ailleurs. Elle n'avait pas l'intention de penser au mariage. Pour tromper son monde, il faudrait bien qu'elle se rapproche de certains hommes de son âge, qu'elle joue le jeu et qu'elle n'aille pas plus loin. C'était une des rumeurs qu'elle souhaitait faire courir à son sujet mais elle ne souhaitait pas les rendre une réalité. Il n'y avait rien de plus commun qu'une jeune femme de noble lignée qui cherche un époux, c'était une couverture pour ne pas trop se faire remarquer, rien de plus.

“Pour le reste, on vous prête une réputation assez remplie je dois dire.” commenta la jeune femme en prenant une gorgée de muscat. “Si les on-dit sont vrais vous êtes la plus fine lame du royaume... voilà un aspect de mon éducation que je souhaiterai parfaire, si vous êtes intéressé ?”


avatar
Zenon de Lascelle
Propriétaire (fauché) d'un hippodrome
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 78
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: On est bien chez les autres, mais mieux chez soi ~Zenon~ Mer 28 Mar 2018 - 17:04
Vieux jeu ? Certainement pas, mais il y avait quand même des mœurs à respecter. Elle n’était pas n’importe qui, et moi non plus, et il ne serait pas dit que je sois assez mal avisé pour laisser une jeune femme en âge de se marier se laisser aller à des émois avec qui que ce soit. Je lui fis un sourire charmeur, vous savez, celui qui n’avait pas marché dans la stalle, mais cette fois, je le fis avec une once d’espièglerie supplémentaire… inutile de dire que je savais qu’elle n’allait pas apprécier des masses le fait d’avoir un chaperon, mais en avoir un était légitime.

« Merci. »

Ce fut la seule réponse que je fis à sa remarque sur le « vieux jeu » … au fond, ça prouvait que je faisais quelque chose de bien sur le sujet, non ?  Je ne disais rien et attendais la suite de ses propos avec un intérêt non dissimulé… en effet, j’étais curieux de voir si elle allait apprécier ou pas le fait de ne pas pouvoir payer elle-même sa suivante. Mais je voulais et devais avoir confiance en ma maisonnée… sinon, je me sentais dépossédée de celle-ci. J’avais besoin de me savoir bel et bien chez moi, et si une personne chez moi ne me rendant pas de compte était supportable, deux auraient été trop. Elle était déjà là en tant qu’esprit indépendant.

« Je vois. Bon eh bien j’y réfléchirais. Il est normal qu’une dame de votre rang soit courtisée. Je ne dis pas qu’il faut céder aux courtisans, mais être courtisée pourra au moins calmer toute idée de vos parents vous concernant… peut être devrais-je sélectionner les personnes qui pourraient vous courtiser, à petite dose, et en public… ainsi, vous ne sauriez être ennuyée par une tentative délibérée de la part de vos parents de vous mêler à une de leurs idées de mariage…. Il suffit de trouver les personnes assez importantes pour cela… »

Oui, je me rangeais sans soucis de son côté en la matière… je restais un moment silencieux avant de finalement reprendre la parole.

« Il faudra toutefois m’éclairer sur vos ambitions. Je suis aussi là pour tenter de vous aider à y accéder. Un guide et un mentor, voilà ce que je suis sensé être pour vous, mais je crains qu’il ne faille pas trop en demander, sur le sujet ! »

Je ricanais à mon tour quand elle parlait de ma réputation bien remplie... il était vrai que ma réputation était ^pour le moins, faite, en ces lieux. Et je ne cherchais pas à dissimuler cet aspect de ma vie… je restais silencieux et j’attendais un peu avant de répondre… Puis elle mentionna mes compétences avec de l’acier entre les mains. Oui, il fallait reconnaitre que j’étais plutôt bon… j’avais ma petite réputation en la matière. Jamais perdu un duel, même contre des jeunots plus vifs… en général, cela désamorçait les griefs… et dans le pire des cas, je me débrouillais suffisamment bien au pistolet pour que cela passe...

« Je suppose que ça pourra se faire, je ferais venir le tailleur pour vous confectionner un ou deux pantalons, pour que vous puissiez vous mouvoir comme il faut une rapière à la main. Le jeu de jambe étant essentiel… pour le reste… pour le reste, je compte sur vous pour ne pas vous créer de problèmes l’arme à la main, ne serait-ce que parce que je ne tiens pas à devoir présenter des excuses en votre nom à qui que ce soit. Aussi, cela n’ira que tant que votre comportement sera exemplaire. »

Je lui laissais le temps d’étudier cela avant de conclure.

« Avez-vous déjà été formée dans un art, dans une science, ou dans un métier, que vous souhaitez continuer à exercer ici ? Hormis le piano j’entends… »



Prière de me MP sous le compte d'EVERARD ZULLHEIMER
avatar
Maxine Van Pelt
Espionne raclusienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t423-pupille-maxine-van-pelt-terminee
Nationalité : Raclusienne
Messages : 29
Date d'inscription : 04/01/2018
MessageSujet: Re: On est bien chez les autres, mais mieux chez soi ~Zenon~ Ven 6 Avr 2018 - 15:49
Elle sourit à son remerciement et son regard espiègle. Bon… il laissait tomber le côté charmeur, c’était déjà ça. Laissant le sujet de la maisonnée de côté, ils discutaient à présent des potentiels courtisans qu’elle devrait recevoir et occuper. La perspective ne lui faisait pas plaisir et elle ne souhaitait pas que ça aille plus loin mais il était plus prudent de s’afficher un brin pour éviter les racontars mal venus et au contraire entretenir une réputation de jeune femme à marier.

“Si vous avez des suggestions, je suis toute ouïe mais faite moi grâce de soumettre une candidature qui vous porte à cœur. Cela me peinerait de devoir éconduire un de vos parent ou ami.” dit-elle avec ironie en écrasant sa cigarette désormais finie.

Les rumeurs sur sa dote ferait bientôt le tour de la Cour et elle ne doutait pas que quelques fortunes meurtries cherchent à se tailler la part du lion. Son tuteur aurait lui aussi pu essayer de joindre la file et lui faire des avances mais il était occupé avec une fortune bien plus importante disait-on. Une chance pour elle !

“Chaque chose en son temps. J’ai des ambitions comme tout le monde mais nous devrions mieux nous connaitre avant et comme vous l’avez si joliment dit, je ne veux pas trop vous en demander.”

C’était plus fort qu’elle, il fallait qu’elle joue. Que ce soit sur les mots, dans son ton ou par un fin sourire bien placé, le comte était un compagnon de discussion qui n’était pas désagréable. Il usait de formes et d’intonations qui lui plaisait, la poussant même à répondre de la même façon. Si elle l’avait cru bêta au début il n’en était plus rien. Bien au contraire, il était assez éveillé, pas aussi intuitif qu’elle cela va s’en dire mais c’était pour le mieux, elle préférait garder une longue d’avance.

“Nul besoin, j’ai déjà des pantalons et ne vous inquiétez pas, je n’ai pas l’intention de me battre en duel à chaque coin de rue.”

Il la prenait vraiment pour une princesse toute droit sortie de sa tour d’ivoire… la vache, il allait tomber de haut. Elle portait le pantalon, elle fumait, buvait, jouait aux cartes, ne bagarrait et plus si affinités. L’idée de l’escrime lui plaisait car son tuteur était un adversaire redoutable mais elle ne voulait pas se transformer en reine du duel. Le but était de faire profil bas tout en sachant se défendre. Elle avait déjà des pantalons pour l’équitation bien sûr. Elle montait comme un homme une jambe de chaque côté, n’optant pour une amazone que lorsqu’elle voulait faire une ballade toute calme et sereine et ne pas dépasser le trot. Pour le reste c’était tout rêne dehors, sa monture pouvait prendre une allure rapide à souhait, elle restait en contrôle mais offrait assez de liberté pour le cheval et elle s’amusent.

Le reste de la conversation la fit rire ouvertement. Elle était déjà à l’aise si elle se permettait de rire mais il fallait bien avouer qu’il frisait le comique.

“Peut-être pas comme vous l’entendez.” dit-elle en reprenant une gorgée de muscat. “Comment dire…”

Comment lui dire qu’on lui avait appris à espionner et tuer ces dernières années… ? Et bien en ne le disant pas, tout simplement. Il n’avait pas à le savoir, n’aurait pas compris de toute façon et il était crucial que cela reste secret. Pour sa sécurité d’abord, pour le futur et puis, à son grand regret, pour la sécurité de sa famille. Il était primordial que pour le moment on ne touche pas à un cheveu des Van Pelt, elle avait encore besoin d’eux.

“Vous m’accordez beaucoup plus d’importance que je n’en mérite.
Je n’ai pas de métier à proprement parlé, la seule formation réelle que j’ai est mon Service Militaire. J’aurai aimé continuer dans cette voie mais ma famille a jugé qu’une carrière militaire n’était pas appropriée, ils ont fait d’autres choix pour moi il semblerait.”
ajouta-t-elle absentement. “Ainsi, il n’y a pas d’activités que je souhaite poursuivre ici. Une nouvelle occupation pourquoi pas, il faudrait que j’y réfléchisse. Vous avez des recommandations à m'apporter ?”


avatar
Zenon de Lascelle
Propriétaire (fauché) d'un hippodrome
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 78
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: On est bien chez les autres, mais mieux chez soi ~Zenon~ Sam 14 Avr 2018 - 21:47
Je lui souris alors qu’elle me confirmait tout cela pour les prétendant, mais je n’y répondis pas. Je comptais plus offrir un simulacre de cour qu’un réel courtisan, déjà parce qu’aux vues de son pedigree, je n’avais pas grand monde d’intéressant, et qu’en plus, je ne me voyais pas proposer des amis. Moins de gens envisageraient un simulacre, mieux cela serait ! Ce serait autrement plus crédible, en fait… il fallait que je prépare avec minutie tout ça et je le rangeais dans un coin de ma tête… oh, je ne comptais pas tenter ma chance, d’abord parce que ce serait des plus mal vu et malvenus, et ensuite, parce que je me disais que ce serait fort dommage de voir Amelia ma becqueter le foie… parce que oui, elle commencerait sans doute par ça ! Ou par les yeux, peut être… non que j’aie peur, non… en fait, quand elle s’y mettait la peur c’était loin d’être un terme assez fort ! Elle pouvait se montrer terrifiante… heureusement que j’avais une ou deux techniques pour la calmer… sinon… j’y serais sans doute déjà passé…

Par contre je ris franchement devant sa pique évidente. Non qu’elle ne me touche pas, mais je la trouvais suffisamment bien envoyée et j’avais suffisamment d’humour pour être capable de pleinement savourer cette répartie… ça allait être haut en couleur, cette collaboration. Je le sentais venir ! Je me calmais bien vite pour lui sourire et opiner du chef au sujet des pantalons… parfait, si elle avait tout cela, nous étions moins mal partis que ce que j’espérais… parfait alors !  Je restais un autre moment silencieux avant de l’écouter de nouveau parler… trop d’importance ? Non, je ne croyais pas, mais bon, de toute façon, si elle avait trop de temps libre, je me chargerais de le diminuer, ne serait-ce que parce qu’il n’était pas bon que la jeunesse devienne oisive.

« Je ne ferais aucune recommandation avant de mieux vous connaitre. Cela me semble préférable. Je ne vais pas vous faire faire des choses qui ne vous conviennent pas, car cela ne serait alors plus une activité mais un devoir. Et ce n’est pas le but. Quant à vous accorder plus d’importances que vous ne le méritez. ; je n’irais pas jusqu’à dire cela… vous êtes ma pupille et il s’avère nécessaire que je m’occupe de vous et de votre épanouissement. Donc, non, je ne vous juge pas en dessous de votre importance… bien au contraire. Je ne vous traiterai jamais que comme ce que vous méritez. Vous l’aurez compris. »

Je lui fis un sourire avant de finalement rajouter, sur un ton plus doux.

« Avez-vous des connaissances en ville que vous souhaitez ou souhaiteriez fréquenter ? »

Je restais silencieux.

« Et d’éventuelles autres questions ? »  



Prière de me MP sous le compte d'EVERARD ZULLHEIMER
avatar
Maxine Van Pelt
Espionne raclusienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t423-pupille-maxine-van-pelt-terminee
Nationalité : Raclusienne
Messages : 29
Date d'inscription : 04/01/2018
MessageSujet: Re: On est bien chez les autres, mais mieux chez soi ~Zenon~ Mar 17 Avr 2018 - 17:06
Le rire puissant de son tuteur résonna dans la pièce . Elle voulait tester un peu ses limites et il semblait l’apprécier pour ses répliques plus placées. Peu de monde aurait réagi de la même manière, il n’était peut-être pas si mal que ça après tout. Si la façon de choisir les tuteurs était assez obscure, elle devait bien avouer qu’elle aurait pu tomber plus mal. Il avait de l’humour et rendait en réplique aussi facilement qu’il encaissait. Il était peut-être un peu trop curieux pour être honnête, se cachant derrière un masque de gardien qui veut bien faire mais qui au final ne sera pas le plus efficace.

Elle portait elle aussi un masque, laissant deviner son impertinence, une once d’ironie et sa passion pour les ripostes verbales mais pas grand-chose d’autre. Il avait pu entrevoir une bribe d’information à son sujet tout autant sur son éducation que ses expériences mais elle avait su garder le meilleur et le pire pour elle-même, comme elle le devait. Question de sécurité.

“Une collaboration reposant sur le mérite, vous me surprenez M. De Lascelle.” conclut-elle en lui adressant un signe de tête.

Et mince… Il l’avait flatté et elle était tombée dans le panneau comme un oisillon du nid. S’il y avait une chose qu’elle ne supportait pas, c’était bien que le mérite ne soit pas relevé, tout comme le retard, le manque d’organisation, la familiarité, le mensonge, la lâcheté, la… et bien d’autres. La liste était longue, trop longue pour une première rencontre, autant le laisser découvrir ses aversions par l’expérience. La leçon serait plus efficace ainsi et elle y prendrait un plaisir un peu malsain mais il n’est jamais trop tard pour apprendre.

Vient ensuite ses questions sur ses connaissances en Ambrosia…

“Tout à fait, mon cousin est arrivé en même temps que moi. J’ai aussi des connaissances d’enfances ou des amis de famille qu’il faudrait que je contacte.
Plus récemment, j’ai eu un échange de lettres avec une Dame de compagnie de l’Impératrice. Elle souhaite que nous nous rencontrions, certainement pour parler de la situation de ma ville natale. J’ai également quelques rendez-vous à l’ambassade Raclusienne de prévu si vous m’autorisez à y assister.”


Nul besoin de nommer certaines personnes, elle souhaitait rester vague pour l’instant surtout sur son amitié avec Albéric de Frémont. Si ses deux-là, étaient amis d’enfance, elle n’avait aucune envie que cela se sache à la Cour. Elle était surveillée comme jamais et on pourrait faire pression sur elle en s’en prenant à lui. Son tuteur n’irait certainement pas jusque-là mais d’autres n’auraient pas sa délicatesse.

Pour le reste, elle lui sourit tout en s’installant plus confortablement dans son fauteuil, elle avait en effet des questions suite aux murmures incessants de la Cour et il fallait éclaircir le vrai du faux. La Raclusienne n’y croyait pas mais toute information était bonne à prendre. De plus, on lui avait fait un tel portrait de la Cousine de l’Impératrice qu’elle se devait impérativement de la croiser.

“Dites-moi, les échos de votre mariage prochain font bouillonner la Cour. J’aimerai beaucoup rencontrer votre promise, Amélia Clark. On la dit femme de caractère et de classe, je ne peux que vous féliciter dans votre choix.”


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: On est bien chez les autres, mais mieux chez soi ~Zenon~
Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: Îles alentours :: Hippodrome de Lascelle-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous sur