Ses mains dans mes cheveux... J'adorais toujours quand il les caressait. C'était si doux... Tout comme ses mains qui parcouraient ma peau, ses lèvres qui me couvraient de baisers... Le feutré de la chose éveillait des souvenirs et ne faisait que renforcer le désir. Cela faisait un mois que nous ne nous étions pas mêlés mais nos corps se souvenaient l'un de l'autre parfaitement. Le bouquet final me fit me mordre les lèvres tant cela m'avait manqué. Il fallait que nous restions discrets, autant que faire se peut. Un ultime baiser, un "je t'aime" murmuré tout contre son oreille et je me laissais sombrer dans les bras de Morphée. J'aurai voulu en profiter plus encore mais la fatigue eut raison de moi.

Le jour vint darder la pièce de ses rayons. Je gémissais un peu, ne voulant pas quitter les bras tendres de mon aimé. C'était la première fois que nous nous réveillions l'un contre l'autre. Et je n'aurai changé ce moment pour rien au moment. Mon doigt toucha son nez alors que je lui souris. Puis il descendit sur ses lèvres qu'il vint poser sur les miennes. Ô Ameth, je donnerai tout pour que ce matin soit le même tous les autres jours de ma vie. Mais je savais bien que cela n'arriverait probablement jamais... Je le regardais chercher ses effets et se préparer à me quitter avec attention.

Ne pleure pas Pia... Pas maintenant...

Je me retins, je ne voulais pas gâcher ce moment. Il devait rester heureux, au moins le temps qu'il s'en aille... Je le laissais me rendre décente à nouveau, cachant le tout petit ventre que j'arborai. Il était encore caché mais bientôt, je ne pourrai mentir à personne. Je fermai les yeux alors que ses doigts se perdirent dans ma chevelure. Mais les rouvris en un air peiné lorsqu'il se décida enfin. Je ne dis rien, me contentant de sonder son regard. Ni lui ni moi n'avions envie de nous quitter. Mais il était des choses en ce moment que nous ne pouvions éviter malheureusement.

Ma gorge se serrait alors qu'il disait vouloir trouver une solution. Mais une solution pour qui ? Pour Nous ? Ou bien, pour lui et moi chacun de notre côté ? J'avais envie de croire qu'un jour il y aurait bien un "Nous". Parce que si je ne le faisais pas, personne ne le ferait pour moi. Son ultime déclaration fit bondir mon coeur dans ma poitrine et m'arracha un sourire. Et je plongeai à corps perdu dans ce baiser, peut être le dernier après tout... Je m'accrochai instinctivement à sa chemise, ne voulant le laisser partir.

"Je t'aime..." arrivai-je à murmurer près de ses lèvres avant de le laisser finalement rejoindre sa vie.

Je restai là, sur le lit, seule. Je ne pensais plus à rien. Je me sentais juste... abandonnée... Dieu que cette pièce me paraissait grande et vide à présent... On entendait juste les braises craqueler alors que le feu mourrait lentement dans l'âtre. Machinalement, je me levai et mis une buche pour réchauffer la chambre. Mon regard se perdit dans les flammes qui reprenaient doucement. Puis mes larmes vinrent couler sur mes joues. Et bientôt je me trouvais debout sanglotante à regarder un feu qui reprenait vie alors que je sentais la mienne me quitter depuis que Nicolas était parti...