AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: 4 ème niveau de la cité

Discussion au fumoir [Raimond Beauregard]

avatar
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t128-peuple-amelia-clark-proprietaire-de-plantations
Nationalité : ambrosienne
Messages : 146
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Discussion au fumoir [Raimond Beauregard] Mar 27 Fév 2018 - 20:39
Le dîner s’est déroulé de la plus exquise des façons, réunissant autour d’une large table, les grands esprits d’Ambrosia : politiques, philosophiques, religieux et même, un peu, scientifiques. Une ébauche de ce qui se fait de plus intéressant, Zenon n’avait pas été convié. Pour la bonne raison que je ne recevais en ce soir qu’une poignée précise d’esprit d’avant-garde et que je ne voulais pas le voir faire l’idiot ! Quoi qu’il en soit, après une tablée de débat sur la récente tempête, mais surtout, la foi même des ambrosiens, nous nous retrouvons tout simplement une poignet, maigre, au fumoir.

Les enfants chez leur père, à mon grand plaisir, décidés d’aller à la rencontre de leur nouveau frère, il n’y a que mon aîné qui soit resté, afin de participer au dîner, relevant une aisance assez plaisante dans la conversation malgré son jeune âge. Mais il n’est plus avec nous. Nous voilà en comité restreint, de quatre personnages, dont un invité que l’on aurait pu ne jamais croire voir au sein d’une maisonnée de ma lignée, mais je n’ai que du sang de Choiseul et pas de nom.

Parée d’un blond parfait, et d’un ras de cou en or, sertie d’une pierre bleu identique à la robe, je m’avance dans le fumoir.

-Vous avez de la chance Messieurs, les derniers Altego de la capitale sont pour vous ce soir…

Un sourire, alors que le domestique s’est déjà pressé de rentrer dans le salon pour préparer le nécessaire, alcool, cigare disposé, les Altego sont les cigares qui se sont le plus vendu l’an passé, et pour cause, ils ont été les meilleurs en production, se faisant tout bonnement dévalisé, au point de laisser la capitale dans l’attente. Le produit est plus que de Luxe ressortira peut-être cette année, tout dépendra des productions.

-La tempête de neige a-t-elle mis à mal votre production Madame Clark.

-Disons que nous n’avons pas été épargné, mais que mes prières ont été écouté.

Un fin sourire sur les lèvres, s’ils savaient la vérité. Je n’ai pas prié un de ses Dieux avilissant, mais mes élus et la tempête a moins frappé sur mon territoire. Sans pour autant l’épargner tout à fait. Heureusement que les serres de production existent.

-Je crains cependant qu’il n’y ait pas d’Altego cette année, je mise sur une nouvelle création.

Le Marquis de Blanchard en est visiblement ravi, si je puis entendre son petit soupir de satisfaction, alors qu’il va s’installer. En parfaite dame de commande et de maison, j’invite mes invités à s’asseoir. Le Marquis de Blanchard est donc là, philosophe, le Père Strauss, second prêtre d’Aernia à la capitale, le Professeur Olivet un scientifique de l’air, fantasque et Monsieur Beauregard…ainsi que moi.

-Dites-moi, mes amis –Dit Olivet- Avez-vous entendu parler de ce nouveau jeu de soirée à la mode ? Plusieurs invités se retrouvent en soirée, comme vous en organisé, en petit comité, et une d’entre elle est tué ! Pas pour de vrai, facticement. Chacun reçoit une enveloppe, avec des faits secrets et l’on doit résoudre le problème !

-J’en ai entendu parler oui…

Répondis-je simplement en prenant le verre de liqueur de violette, alcool féminin et parfait pour finir la soirée, accompagné pour ma part d’un cigare plus fin et long : un balto. Ma gourmandise, mon plus fidèle produit.

-Et vous Monsieur ? –Demande-t-il à l’ancien héritier, dont, je crois, étrangement, apprécier la compagnie.-



Spoiler:
 


avatar
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois
Messages : 46
Date d'inscription : 29/08/2017
MessageSujet: Re: Discussion au fumoir [Raimond Beauregard] Mer 14 Mar 2018 - 20:11
Il y avait des diners qui ne se rataient pas. Oh, il n’était jamais question d’affaire, mais de bonne chair, de bonne conversation, et, sans doute aussi, de bonne compagnie. N’y voyiez pas une quelconque forme d’insulte ou autres à la femme qui nous accueillait tous, ne serait-ce parce que de son sang, c’était la seule dont je supportais et appréciais la compagnie. Oui, définitivement, les repas de Madame Amelia Clark était une occasion qu’il ne fallait pas manquer. Et j’avais la chance d’y être régulièrement convié comme un invité de marque… voilà qui n’était pas si mal…plus encore, outre le repas, j’étais convié à l’après repas, dans le fumoir, pour un moment très agréable et bien plus informel… encore un écrémage mais qui nous amenais à un total de cinq en comptant mon ôte, et je ne pus que sourire et la contredire…

« Vous faites erreur, ma chère, il s’avère que j’ai encore une boite de vingt cigares Altego… mais en conséquence, je crois que je vais la garder pour une occasion particulière… s’il n’y en aura plus, ce serait bête de les gâcher… »

J’acceptais le cigare offert, néanmoins et l’allumais avant de le porter à mes lèvres, appréciant beaucoup le gout du cigare avant de finalement exhaler un rond de fumée parfait vers le ciel alors que j’entendais tout un chacun s’extasier, et ce, jusqu’à entendre cette histoire de meurtre factice… j’en avais entendu parler sans pour autant y trouver un réel attrait… si encore nous vivions dans une capitale sans meurtres, possible, oui, que cela me semble intéressant… mais là… je trouvais cela fort déplacé… mon peuple en souffrait après tout… mais ce ne fut pas moi qui en parlait le premier, mais deuxième plus haut représentant du culte d’Aernia qui donna son avis.

-Je trouve cette méthode quelque peu… barbare et irrespectueux, non ? Je veux dire, je conçois qu’au théâtre un meurtre puisse être mis en scène, mais ainsi, comme ça, parmi nous, ne serait-ce pas pécher ? Et quand bien même, ne serait-ce pas vulgaire ? »

La question se posait et j’étais relativement d’accord alors que je portais à mes lèvres dans un verre d’un alcool relativement corsé mais que j’affectionnais, pour le coup, une sorte de… j’aurai dit qu’il y avait de la sauge, sans doute… oui, de la sauge semblait être une composante majeure… et je trouvais ça délectable. J’émettais un nouveau rond de fumée alors d’enfin donner mon avis sur le sujet.

« Je suis d’accord avec vous, Strauss… Je trouve ce genre de choses assez vulgaires, de plus, en toute logique, il s’agit d’un jeu qui oblige à nous « détester », je trouverais ça fort déplacé, surtout en compagnie de aussi haut vol… ma sœur m’a parlé d’y avoir assisté et a beaucoup aimé… sans doute est-ce un jeu plutôt pour les jeunes impudents ? Oui, cela pourrait vous faire bizarre de m’entendre parler de personnes guères plus jeunes que moi, mais ce n’est jamais que mon avis… »

Je souris et renchérissais.

« Mais vous, ma chère, je ne crois pas avoir entendu votre avis sur le sujet, ma chère… »
avatar
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t128-peuple-amelia-clark-proprietaire-de-plantations
Nationalité : ambrosienne
Messages : 146
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: Discussion au fumoir [Raimond Beauregard] Lun 19 Mar 2018 - 18:04

-Vous êtes bien plus précautionneux que la plupart de mes acheteurs Monsieur. Ils fument trop vite un objet de qualité rare et ils s’attristent de ne plus en avoir. Vous ferez des jaloux…

J’apprécie Raimond Beauregard, je ne lui voue aucun respect démesuré à cause du statut de sa famille, mais je sais reconnaitre l’art qu’il peut avoir à avoir un œil sévère et aviser sur notre montre C’est bien pour cela qu’il fait partie de mon dernier écrémage ! Et que nous nous retrouvons ainsi au fumoir en un nombre limité.

Je laisse les avis se donner, c’est après tout le but de ces fins de soirées, de la conversation, et quand on m’invite à offrir mon avis, je laisse un sourire naître sur mon visage.

-L’intérêt de ce genre de dîner est d’offrir une nouvelle mode. De résoudre une enigme en faisant participer les gens. C’est un jeu étrange, que de jouer à la mort. Je crois que les esprits essayent d’innover. N’est-ce pas tant ce que prone ma cousine ? L’air de mes paroles est moqueur. Oui, je me moque sans le dire. Je n’ai personnellement aucun attrait pour résoudre des mystères, si j’aime les romans d’intrigues policières, il ne m’amuserait pas de le vivre. Je pense qu’il s’agit d’une fantaisie, qui passera ou se démarquera chez quelques nouvelles générations. Cela deviendra un instant à essayer et voilà tout. A moins que les prêtres d’Ameth ne gouvernent le monde et disent que c’est impie.

Là encore je plaisante et je me laisse aller à mes malices tout à fait déplacée si un Amethien se trouvait là. Ce n’est pas chose que l’on fait en leur présence ! On ne fait rien en leur présence en fait. Savourant le breuvage de mon verre.

-Pour autant, je reconnais qu’il faut un esprit assez aiguisé pour organisé ce genre de chose, monter le stratagème et distribuer les rôles ! Je ne saurais aucunement le faire !


avatar
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois
Messages : 46
Date d'inscription : 29/08/2017
MessageSujet: Re: Discussion au fumoir [Raimond Beauregard] Mer 28 Mar 2018 - 12:27
On ne conservait pas la mainmise sur l’une des plus grandes fortunes du monde, voir la plus grande fortune du monde sans savoir gérer la rareté et l’exclusivité… c’était ainsi que fonctionnait mon vignoble après tout ! Nous jouions sur les quantités réduites pour faire monter les prix, et cela fonctionnait particulièrement bien… pour preuve, la majeure partie de chaque cru était réservé deux ou trois ans à l’avance…

« Oh mais je le sais, pourquoi croyez-vous que je l’aie gardée, cette caisse ? »

Je riais et je ne fus pas le seul… l’un des autres convives émit l’idée que je devrais partager, mais je répondais avec un simple sourire. Un sourire qui voulait clairement dire que je n’en avais pas l’intention dans l’immédiat. J’attendrai bien sur qu’il n’y ait plus un seul cigare de ce genre avant de l’ouvrir…. Et savourer d’être le seul à pouvoir encore en fumer. Je fis un sourire amusé à notre hôte alors qu’elle donnait son avis sur ces histoires de faux meurtre organisé. Elle avait le don de savoir manier les mots et le ton pour que je m’entende bien avec elle. Sa désapprobation vis-à-vis de sa cousine était aussi un point qui faisait que nous nous entendions bien… Et je comprenais son point de vue, une fantaisie sans réel intérêt… je finissais doucement mon verre avant de prendre une nouvelle bouffée du barreau de chaise.

Ah mais je suis d’accord, il faut bien cela pour organiser cela… d’ailleurs j’ai cru entendre dire qu’il y a des personnes qui font de l’organisation de cela leur métier, tant cela devient populaire… mais vous avez raison, cela passera, comme tout, surtout quand la bonne société verra que vous n’en êtes pas friande, cela cessera… nous savons tous ici que ce qui ne vous satisfait pas en société n’y fait pas long feu… »

Il ne s’agissait pas d’une moquerie, mais d’un fait que personne n’ignorait ici, et pour preuve, l’un des convives prit la parole.

« Allons, allons, on ne sait pas si l’on a pas testé. Amelia, vous devriez… à première vue j’étais de votre avis, mais une fois que l’on est impliqué c’est follement amusant ! Je vous l’assure ! »

Pour ma part, je souriais… il était en train de s’enfoncer…
avatar
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t128-peuple-amelia-clark-proprietaire-de-plantations
Nationalité : ambrosienne
Messages : 146
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: Discussion au fumoir [Raimond Beauregard] Jeu 19 Avr 2018 - 18:50
Raimond Beauregard me décroche un sourire, je reconnais un homme qui aime le luxe et qui l’apprécie, assez, quand j’en vois un. Si les tabacs Clark sont prisés, c’est qu’ils peuvent avoir une rareté tout à fait vitale pour les plus aisés et entre gens qui savent, ce sourire est de connivence, sans qu’il soit pour autant, déplacé. Mais je note que s’élargit mon champs de possible pour le prochain produit Clark. Car oui, il est dans mes projets de faire venir sur le marché un cigare particulièrement onéreux mais tout aussi parfait qu’il le soit, ce sera certainement pour cet été si je viens à déterminer assez de client potentiel, rajoutant ceux-ci aux grès de détails, avec un coffret d’un de ces fameux cigares offerts, en avant-gout…

La discussion dévie sur ces nouvelles activités de dîner, je ne sais pas si j’aime cela, je n’aimerais sûrement pas y être prise en porte à faux et cela m’agacerait grandement, je n’ai pas un esprit aiguisé pour les intrigues de ce genre de toutes façons et Raimond sait me répondre comme il me plait. J’ai conscience que nos esprits sont rapprochés, et qu’il nous plait d’avoir du temps ensemble, en tout bien tout honneur.

Je n’ai hélas pas le temps de répondre à ce cher Raimond, alors qu’un des autres m’assure que si j’essayais j’adorerais.

-Vous avez donc pour préférence, de vous amuser en vous plongeant dans un fantasme de tuerie, consistant à deviner qui a tué une tierce personne, sans même plus vous élevez l’esprit qu’à des conversations inutiles ? J’ai pour ma part bien plus d’appréciation à converser avec mes invités sur des sujets réels, mais je concède que ce genre d’amusement doit plaire…et qu’il faut un peu de piment neuf, personnellement, je vais le dire sans concession, je ne suis pas inspectrice, je lis les romans policiers avec grand plaisir mais de là... à aller plus loin. C’est un plaisir morbide, à mon sens, que ce genre de chose, et bien assez déplacé..

Ce genre de dîner verrait bien que l’occasion ferait le larron, le mort mourrait pour de vrai et personne ne s’en rendrait compte, de quoi ravir les amateurs de sensation  forte. Au moins, j’ai tot fait de calmer l’enhardit et je le regarde avec amusement.

-Ne faites pas cette tête, si un jour je concède à tenter, je ne manquerais pas d’y aller en votre compagnie. Et il est fort à parier que l’organisateur me choisira en victime.

Plaisantais-je, car oui, l’évidence est là, l’occasion d’assassiner la faiseuse de dîner de la bonne société, indétrôné, voilà une opportunité fictivement intéressante.


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Discussion au fumoir [Raimond Beauregard]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: 4 ème niveau de la cité-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous sur