AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: Prologue final :: La salle des archives :: Archive des identités

Dignitaire - Euphérus Roblois de Sourdans

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Dignitaire - Euphérus Roblois de Sourdans Dim 11 Mar 2018 - 13:49
Euphérus Roblois de Sourdans
Johnny Harrington
Surnom : L’âme de fond pour son équipage, ses admirateurs et amis. Le requins dans son dos
Âge : 32 ans
Métier : Corsaire impérial
Nationalité et origines : Ambrosien
Situation conjugale : Célibataire
Culte : Il honore principalement Thorgen et la trinité des eaux, cependant, passionné de théologie, Euphérus connait et honore toute les trinités. Selon la situation il aura plus tendance à faire référence ou appel a une divinités plus adaptée ... (faire appel à Pohn en lançant des dés par exemple). Quand à Ameth ... il le voit plus comme une inspiration morale utile au protectorat que comme une divinités, mais il n'en parle pas trop. 
Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Groupe : Dignitaire
Carnation : Blanc
Taille : 2m04
Corpulence : 112 kg mais très peut de graisse. Euphérus est une espèce de montagne aux épaules larges et à la musculature extrêmement développée. Ce n'est pas très élégant pour un gentleman, mais c'est ainsi que les réalités de la mer rendent les hommes.
Cheveux : De long cheveux roux volumineux, voir bouclé lorsqu'il ne prend pas garde à sa coiffure. En mer, un simple catogan les retiens. A la cour, sa coiffure faussement négligée lui tombe sur les épaules. Sa barbe également bien fournie est aussi rousse que ses cheveux.
Yeux : D'un marron sombre
Signe(s) distinctif(s) : Sa taille et sa corpulence sont déjà des signes distinctifs en soit. Sous sa barbe est cacher une immonde cicatrice qui lui barre la joue droite. Il porte une marque de bronzage autour des yeux, car en mer il porte souvent ses Goggle teintée.
Caractère :
Roblois de Sourdan signifie âme damné de l’empire. Corsaire impérial c’est un travaille qui consiste a mélanger un grand nombre de qualités de guerres et de cour. Euphérus a donc vécus une éducation qui l’a préparé a reprendre le flambeau de la famille.

Une apparence social :

Le calme d’une force tranquille : Ne jamais ce laisser entraîner par un mouvement de passion ! Rester calme en toute circonstances. Bien éduqué par nos précepte, Euphérus n’a jamais un mot plus haut que l'autre. Il s’énerve dans un calme froid, ce passionne avec un sourire bienveillant et des yeux rêveur. Les effusions du à une retrouvaille n'ont lieux que dans le cadre de l'intime. la bienséance nécessaire a une bonne réputation de cour est aussi nécessaire aux corsaires. Les mouvement de passion ne sont bon qu’a jeter un marin, quelque soit sont expérience, par dessus bord durant la plus habituelle des manœuvres maritime, de la même façon qu’ils discréditent dans la cour. Ainsi, Euphérus parle avec calme, insulte avec calme, séduit avec calme, se bat avec calme et tue avec calme.

Le cultivé et captivant voyageur : Cultivé, passionné de nombreux sujets, aillant voyager autour de tout les continent et fréquenté des marins de tout les pays, Euphérus a milles et une choses à vous raconter, que ce soit sur la vie en mer, sur l'ingénierie d'un navire, sur les grands auteurs de nôtres temps et ceux d'avant, il ne taris pas d’anecdotes sur les musiciens, mais aussi sur la genèse de chacun de leurs morceaux.
Initié et intéressé à la philosophie et à la théologie, Euphérus a ses propres avis sur l'époque et sais citer de nombreux auteurs, de son avis ou non. Toutes ses connaissances lui donne une rhétorique immense. Mais là ou son éducation le rend captivant, c'est son aura, sa capacités à évoquer ses sujets pour mener ses interlocuteur à le questionner dessus. L'art de ce taire est la preuve de la connaissances, là ou l'art d'étaler sa culture est la preuve de l’ignorance.

Le guerrier audacieux : Ne jamais montrer la moindre peur. Ne trembler ni devant les pirates, ni devants les soldats, ni devant les nobles et leurs complots, ni même devant les grands qui peuvent d’un mouvement nous mener à l’exil et la disgrâce. Ne craindre ni la haine ni le poison. Ne redouter aucun poignard et aucune épée. Et toujours montrer aux ennemis de notre noble famille qu’ils ont à nous craindre. Un verbe acerbe nous sert d’épée dans le panier de crabe qu’est la cour Ambriosienne. Et de notre famille, Euphérus est celui qui ce sert le mieux de son honnêteté comme arme : « tenez vous hors de ma vue monsieurs, car je vous méprise. » est le genre de phrase qu’il donne avec un calme froid devant de hauts dignitaires. Si l'honneur de sa famille ou de sa personne devait être bafoué, il exige aussitôt réparation en duel. Euphérus n’hésite pas non plus à passer par les bas font. il traverse les quartiers les moins bien fréquentés avec un apparent calme et sans laisser paraître la moindre peur. Et en cas de raquette, souvent il lance sa bourse avec dédain plutôt que « de salir son épée ». Mais le forban n'a pas intérêt a insister...
Plus que du courage ou de la vanité, ce comportement est surtout une audace que nous montrons et a laquelle nous ne faillirons pas. Nous sommes conscient de notre position, de notre sang, de nos compétences et nos talents, et savons les mettres en valeur pour impressionner amis et ennemis. Nos peurs, notre sang nous interdit de les montrer !

L’ami sincère et chaleureux : Si il est vrais qu'on voit rapidement qui sont ses ennemis de part ses regards froids et dédaigneux et ses paroles acerbes, ont voit aussi très vite qui sont ses amis, par ses grands sourires sincères. Nous savons être reconnaissants et récompenser nos amis et nos soutiens. Euphérus est exemplaire sur ce point, il est même d’une générosités qui vas au-delà de notre éducation. Il passe son temps a proposer son aide et ses service à ses proches et mes amis. Mais en plus, avec les inconnus, il est également souriant, rassurant et galant. Il est même aimable avec les domestiques et les serviteurs, car profondément humaniste. Il inspire une grande confiance. Hélas, il sait mal mentir et montrer cette part de lui à ceux qu’il méprise. Cependant nous lui avons appris à le faire. Ça lui en coûte mais il peut le faire, il l'a déjà fait.



Mais ceux qui connaissent Euphérus, savent de lui qu’il est plus que le pantin de sa famille, plus qu’une simple âme damnée. C’est un homme exigent, bien plus avec lui même qu’avec les autres. Il donne l’impression à ceux qui commence à le cerner de porter l’empire sur ses épaules comme un grand bien qu’il s’interdise de rêver à ce rang...bien conscients que jamais il n’y aura accès.

Un homme de confiance et passionné


L’incarnation du perfectionnisme : Quoi qu’il face, quelque soit ses triomphe, il ne sera jamais satisfait. Il est si fier de notre nom et de notre héritage qu’il a toujours l’impression de ne pas être à la hauteur. Il porte littéralement la responsabilité de la sécurités de l'empire de vapeur sur ses épaules, et ne supporte pas ses faiblesses. Il se hais de se trouver si stupide et faible, manque de confiance en lui, mais il le cache. Il porte le nom de Roblois de Sourdan et compte bien le porter à la prospérité.

Un homme passionné : Il ne peut lire une nouvelle sans lire ensuite la biographie de l'auteur ainsi que l’ensemble de son œuvre. il ne peut voire une machine fonctionner sans demander à un technicien comment elle marche. Tous se qu’il fait, il le fait avec passion et perfectionnisme. Toujours avec ce calme qui nous caractérise, mais avec des yeux pétillant de joie, il ne laisse aucun détaille au hasard et aucune information dans l’inconnu. Très friand de nouveautés, il admet volontiers son ignorance dans les domaines qui lui sont étranger, surtout si cela peut lui permettre d'en apprendre plus.
Ainsi il a des notions de tout. De la médecine, à l'astronomie en passant par l’horlogerie, des mathématiques à la littérature en passant par tout les courants philosophiques...cette éparpillement provoque cependant que toute ses connaissances ne sont qu'évoquée par la maitrise très pointu que d'un ou deux hauteurs par domaine.

Aussi têtu que la marée : Cultivé et intelligents, il est rare qu’Euphérus se trompe et il le sait. Lui faire admettre qu’il a fait une erreur est tout bonnement IMPOSSIBLE. Il usera de rhétorique et même de la plus consternante mauvaise fois sur les sujets qui lui tiennent a cœur. Il lui arrive de reconnaître ses tors, mais seulement après coup, quand il est seul et qu’il réfléchit à une conversation. Et alors, il ne reviendra pas sur le sujet. Un sujet de désaccord peut être à l'origine de violentes disputes avec Euphérus. Pas qu'il y ai de grand éclats de voix de sa part, mais les termes risque d’être regrettables et insultants. Mais ce coter bourrique est autant un défaut qu’une qualités,  car c’est de là que lui vient son coté passionné, le fait de ne pas supporter les mystère qui lui résistes. Que se soit d'ordre culturel, technique ou technologique, politique ou juste personnel il est très insistant pour connaître tout les secrets qui font tourner les engrenages de ce monde.

Commandant naturel : Nous savons commander et amener les gents dans notre sillage. Le calme apparent donne confiance aux gents qui entour Euphérus et lui permet d'être pour eux un leader naturel. Un corsaire est un mercenaire, un mercenaire impérial certes, mais un mercenaire qui dois être écouté sur les champs de bataille, et qui doit en permanence imposer son autorité. Ce charisme lui permet également de diriger des alliés dans les batailles plus subtils des complots et surtout depuis l’avènement des Choisseul, leurs avortements.

L’amoureux des mers et des océans : Si Euphérus sait que ses devoirs peuvent le mener sur terre, il n’en demeure pas moins infiniment plus à l’aise à la plage voir carrément au large. Il nage comme un poisson et aime le bruit des vagues pour le bercer. Il éprouve toujours un grand malaise quand il est éloigné de la mer...



Mais avant d’être un homme, Euphérus est une arme. Son entraînement en fait un exécuteurs des basse œuvres de l’empire. Il ce voit d’ailleurs comme un monstre apprivoisé plus que comme un homme.

L’âme de fond

L’ours des mers, ou le sportif : Comme nous l’avons déjà indiqué, Euphérus est une espèce de montagne vivante. Et pour cause, depuis qu’il sait marcher son père lui a appris a nager. Habituer au crolle dans des rouleaux qui pourraient noyer plus d’un marin, il commence toutes ses journées par une série d’exercices : tractions, abdominaux, pompe, course…conscient de sa force, et de son envergure, il se montre très posé et prudent à chacun de ses gestes afin de ne rien casser.

La joie modeste : Euphérus mange certes en quantités, mais sais ce retenir et ce contenter de peux. Il sait reconnaître un met de qualités, mais ne fait pas la fine bouche sur des plats plus populaire. En claire si sa constitution lui impose un appétit plutôt démesuré, la gourmandise elle ne fait pas partit de ses défauts. Il ne boit presque jamais, et interdit l’alcool sur ses bateaux. Il se limite à 3 verres dans une journée, mais n’en arrive à cette extrémité que lorsqu’un refus serait extrêmement impolis. Hélas, malgré sa constitution, ce troisième verre de vin pourrait commencer à le rendre un peut expressif et maladroit...

Duelliste et soldat hors de paire : En plus de sa constitution exceptionnelle, il connaît les champs de batailles. L'escrime de cour n'est qu'un jeu à coté, et tirer sur une cible à dix pas est d’une simplicités enfantine. Euphérus est un excellent tireur, et qui plus est il est ambidextre. En duel, il porte donc sa pappenheimer (l’épée de duel la plus longue et donc la plus lourde) de la main gauche et sa main gauche dans sa main droite, brisant tout les codes et les habitudes de cour. En mer il manie sa terrible cuillère a pot de la main gauche et garde un pistolet dans la main droite. Il n’est cependant pas invincible au vue de sa taille...mais il manie parfaitement l’épée de duel la plus longue et la plus lourde qui soit, aussi, seul un soldat expérimenté pourra lui tirer les premiers sangs.

Le fin stratège : Nous sommes corsaire de génération en génération depuis avant que l'empire n'existe. Ainsi la stratégie maritime n'a aucun secret pour nous. Nous savons gagner une bataille perdu d'avance, retourner nos handicapes en avantages. Et tout cela, nous savons le faire à la cours. Euphérus n’est pas le meilleur menteur d’entre nous, mais il sait mentir, et il sait surtout quand et à qui mentir. Il est conscient que cet exercice lui est difficile et donc n’en abuse pas. Euphérus sait également reconnaître quelqu'un qui l’a percé à jours, user des codes sociaux pour passer des messages, et il n’a aucune peur de ce salir les main. Le poison est l'arme des femmes, mais parfois, il peut être opportun de faire appel à une femme plutôt que de faire retentir le bruit d'un pistolet...

Le sanguinaire
: Seul, avec un prisonnier qui avait parlé et qui implorait Euphérus de l’épargner, il dit : « Ma vie m'a fait tuer. Et quand on voit une âme s’échapper dans le souffle d'un amis, ou une lueur s'éteindre dans les yeux d'un ennemis au bout de son épée, on a deux chois. Devenir dépressif et renier le bien fondé de ses actions, ou y prendre goût. Je ne sais pas si ont peut dire que je l'ai choisis, mais j'y ai pris goût. J'aime que mes duels soit à mort et suis frustré lorsqu'ils doivent s’arrêter au premier sang. J'aime quand un raquetteur insiste après m'avoir rançonné. J'aime tuer. sur mon bateau, je ne fait pas de prisonnier sauf si c'est vraiment nécessaire. Et si on m’a toujours vu tuer avec un calme froid et résigné, mes victimes elles ont pu apercevoir mes yeux pétiller de plaisir lorsque leurs sangs coulent. Ce n’est pas un défaut. Je considère que c'est le fardeau de ceux qui tue au nom de l'empire. Donc non Monsieur, vous ne quitterez pas cette pièce. »
Euphérus sais cacher cette partie sombre de lui même. Mais le sang a un effet enivrant sur lui...



Mais être une arme, être un monstre, ce n’est jamais bon pour le moral, et là dessus, Euphérus qui est un être très sensible au font, est l’homme le plus torturé de notre famille.

Un immense cœur déchiré.

Le romantique : Un galant, qui porte une grande attention à ses sentiments et à ceux de sont entourage. Il voudrait bien faire un bon mariage, en l'honneur de sa famille, mais il veut aussi être amoureux et que sa femme soit amoureuse. Souvent il a l'impression de rencontrer l'amour lorsqu’il est face à un jolie minois...mais au final cela finit souvent mal. Les jolie femme sont une de ses grande faiblesse et il le sait. son coté stratège essait de les lui faire éviter. Quitte à lui faire beaucoup de mal.
Il a aussi très peur de ne pas être aimé étant donné son coter sanguinaire. Il se considère un peut comme une bête aux service de l'empire et craint a cause de cela d'effrayer l'élue de son cœur qu’il cherche avec un certain désespoir.

Le surprotecteur : Incapable de savoir que sa sœur souffrait, et bien qu’il lui reproche de ne pas lui avoir parlé des maltraitances de son mari, en réalités il se reproche surtout de ne rien avoir vu. Et il ne ce le pardonnera jamais, de la même façon qu’il ne ce pardonnera jamais de n’avoir pu sauver la benjamine de la famille de la noyade.
Les langues de vipère qui salissent la vertus de sa sœur ou qui sous entendent qu'elle aurait tué son mari risquent d’être défiés dans des duels souvent à mort, ou de tout bonnement de disparaître.

Le plus raciste des Raclusien qui soit : « Pour moi l'esclavagisme à rendu les Raclusiens fout. » dit il pour justifier son racisme ... Sa sœur à été battu par son maris, un Raclusien, voilà la vrais raison à cela. « Cette sociétés décadente régie par le commerce devrais être diriger par une figure politique forte pour soigner ses habitants malades. » Dit il avec dégoût en public, mais ce n’est rien à coté du privé : « je trouve dommage que les vers ce fassent en utilisant les sonorités des fins de mots, car pour moi, Raclusien rimera toujours avec raclure. »
Histoire :

Nous sommes les héritiers de la famille Roblois De Sourdan. Corsaire de génération en génération depuis la fondation de l'empire de vapeur.



Une histoire oubliée, mais pas pour nous.


Amiraux des Deux-Cimes, nous nous sommes vus offrir une terre par ceux-ci ... Une terre si inhospitalière, abrupt, si mal situé, que ce cadeau n'était ni plus ni moins qu'une moquerie.

Très peu de gens savent quel fut notre rôle en l'an 0, et pourtant, notre aïeul, Pharem Roblois a joué un rôle décisif dans l'accession au pouvoir des Choiseul. Amiral pour le seigneur des Deux Cimes, il retourna sa veste lors de l'accession au pouvoir de Mérimin de Choiseul. Cette trahison assura aux Choiseul une victoire absolue. Si aujourd'hui le rôle de traître indispensable que nous avons tenus a été oublié de quasiment tout le monde, les Choiseul eux ce rappellent de ce service rendu.

Car les Choiseul n'oublient pas. Nous avons été largement récompensés par l'empire pour nos actions. Pour commencer des terres. Notre première île n'est désormais qu'une partie de notre domaine. Nous disposons de terres fertiles et bien situées. Nous avons eu des navires qui de leur temps étaient très perfectionnés. Mais de cette flotte il ne reste qu'un navire...nous y reviendrons plus tard. Tous ont été vendus lorsqu'ils tombèrent en désuétude. Mais ce que nous avons surtout obtenu, c'est la confiance des Choiseul. De la même façon que de l'argent s'investit, de génération en générations nous avons fait fructifier ce cadeau immense. Tous simplement en nous montrant toujours digne de cette confiance.

Nous en avons même pu construire, dans nos temps les plus prospères, sur une petite île : un chantier naval privé. Nous y concevions, fabriquions et entreposions des navires, qui s'ils ne profitaient pas des dernières technologies, n'en demeurais pas moins extrêmement bien conçus. À leur apogée, la conception et l'optimisation des navires des Roblois de Sourdan accompagné de la qualité de l'équipage en faisait la famille la plus redoutée des mers. Mais aujourd'hui, cette île est une ruine... notre récit expliquera pourquoi plus tard.

Car hélas, le temps passe, la confiance petit à petit s'estompe, les navires vieillissent, l'argent se dépense et l'empire ne paye pas une vieille dette éternellement. Aujourd'hui, notre blason doré ce ternie. Même si les rentes de nos terres nous gardent à l'abri du besoin, l'argent est notre dernière richesse avec quelques gages de confiances des Choisseul que nous devons renouveler. Non pas que nous ayons déçus les Choiseul depuis, au contraire nous leur avons toujours été fidèle et nous nous sommes toujours acquittés des missions qui nous ont confié avec zèle. Cependant, l'absence guerre fut pour nous également une absence d'occasions de briller. Ainsi, petit à petit nous nous faisons oublier.

Notre éducation cependant est toujours aussi exigeante et prestigieuse que lorsque nous étions amiraux. En quatre siècles nos moyens de communication avec les services secrets impériaux et le trône lui-même est devenu de plus en plus sophistiqué et les codes avec lesquels nous recevons nos ordres (nous n'avons pas besoin de répondre autrement que par l'exécution de ceux ci) sont devenus presque impossible à percer. Nombre de précautions bien désuètes, si bien que bien que nos codes soient perfectionnés, nous ne les utilisons presque plus. Quel intérêt d'entretenir le secret autour d'une escorte, ou d'un pirate un peu pénible à éliminer ?

N'allez cependant pas croire que nous manquons d'argent. Notre fortune familiale a beau décliner, nous avons amassé suffisamment d'argent pour qu'Euphérus et ses fils vivent dans le luxe. C'est pour ses petits enfants que les choses risque de se compliquer.

Des siècles et des siècles que nous déclinons, que nous nous faisons oublier, pour en arriver à notre dernier héritier pour le moment. Euphérus Roblois de Sourdan. Nous allons le suivre au cours de ce récit. Notamment à partir de l'an 439 où il vécut des choses qui allaient bouleverser sa vie, mais aussi ... tout notre héritage.





Une famille fière et unie




Adrissiam Roblois de Sourdan a toute sa vie était très fière de porter le nom de notre famille. C'était un homme solide plein de convictions. Il n'eut de cesse de chanter les louanges de nos aïeux. C'était un corsaire taciturne et efficace. Cependant, il ne cacha jamais ses ambitions à ses trois enfants. Faire rentrer de nouveau le nom de Roblois de Sourdan parmi le panthéon des grands. C'est pourquoi il fit appel à des précepteurs extrêmement chers et réputés pour ses enfants. Mais de ses trois enfants, celui qui en pâtit le plus fut Euphérus. Étant le plus âgé et le seul garçon de la fratrie, il était destiné à prendre la suite d'Adrissiam, et ce dernier craignait à juste titre de ne pouvoir assouvir ses ambitions de son vivant. C'est donc cette tâche qu'il voulut transmettre à Euphérus. Il voulait en faire un corsaire mais aussi un homme de cour.

Adrissiam avait de l'ambition, mais il était un bien piètre homme d'intrigues. Il passa sa vie a essayer de se faire bien voir, mais ne supportant pas le panier de crabe qu'était la cour, il avait compris qu'Euphérus serais celui qui devrait porter ses ambitions. Quand a Mirenda, dignitaire Ambrosienne et femme d'Adrissiam, elle fut une mère attentive, quoi qu'occupée, puisqu'elle s'occupait de l'intendance des terres des Roblois de Sourdan. Ainsi les deux filles étaient élevées par des percepteurs et leur mère. Euphérus quant à lui passait plus de temps encore avec des professeurs de tir, d'escrimes, d'étiquettes, de littératures et autres que ses soeurs, et souvent son père l'amenait en mer. Il ne voyait donc pas souvent sa mère et ses soeurs, mais adorait passer du temps avec elle.

Vous devez vous demander pourquoi nous avons dit que notre famille était uni. Il faut vous contextualiser les premières années d'Euphérus. Bien que son père soit un corsaire et sa mère aimante, Euphérus se faisait éduquer avec exigence et noblesse. Il apprenait à bien se tenir et ne participait qu'à des dîners familiaux. Trop jeune pour être présenté en société, il fut très seul...jusqu'à la naissance de sa première petite soeur, Mereïphaïne. Euphérus était âgé de cinq ans quand elle naquit. Et tout de suite il fut fout de joie ! Une autre enfant, avec laquelle il allait pouvoir jouer, parler...bref vivre une vie d'enfant ! Aussitôt ses parents lui apprirent qu'en tant que grand-frère et homme, il serait responsable d'elle. Mais Euphérus ne vécu pas cette responsabilité comme une contrainte, bien au contraire.

Qu'il aimait passer du temps avec sa soeur ... et que cette dernière le faisait rire ! Elle en faisait voir de toutes les couleurs à leurs précepteurs et ses parents. Jamais Euphérus n'osait autant qu'elle se faire remarquer et faire des bêtises. Très vite, elle voulu devenir corsaire, comme Euphérus et son père.

Puis il y eut trois ans plus tard, la joie d'une nouvelle naissance. Encore une petite sœur, Martheïa. Plus sage que Mereïphaine, plus coquette aussi ... et qui promettait de devenir très jolie.

Ce fut une enfance heureuse.

Euphérus était déjà très grand pour son âge, très sportif et obéissant. Toute aussi sportive que lui Mereïphaine était beaucoup moins obéissante, et entraînait Euphérus et Martheïa dans des aventures, souvent des bêtises d'ailleurs qui se terminaient toujours de façons spectaculaires …

Toujours le même cheminement, elle proposait une bêtise, Euphérus refusait, elle le convainquait, Euphérus acceptait, puis soit il se faisait gronder seul, soit il se faisait gronder autant qu'elle. Quand Martheïa était de la partie (ce qui était rare), elle ne se faisait jamais gronder. En fait elle n'eut jamais le temps de se faire prendre. Pour Euphérus, se faire plus gronder que les autres était bien normal, il devait veiller sur ses soeurs, et il le faisait.




Un drame forgea la nouvelle génération


Euphérus, au début ne semblait vraiment pas fait pour prendre la suite de son père. À la naissance, c'était un gros bébé, très calme, ne pleurant que rarement. Petit, il s'occupait avec ses jouets calment...

Mereïphaine au début, ne semblait vraiment pas faite pour devenir dame de cour. De tout temps elle avait été indisciplinée, avec un fort caractère et un grand besoin de faire du sport. On aurait pu croire qu'Euphérus et Mereïphaine allaient échanger leurs rôles.

C'est arrivé un soir. Il ne faisait pas très chaud, l'eau était agitée, mais nos enfants ont toujours aimé l'eau...ils se baignaient à la plage. Une vague emporta Martheïa.

Euphérus qui essayait d'attraper un coquillage au fond de l'eau pour faire un collier à sa petite soeur qui n'avait que 10 ans ne s'en rendis pas compte tout de suite. Ce fut les hurlements de Mereïphaine qui l'alertèrent. Euphérus lui ordonna d'aller chercher Adrissiam et la chercha. Il plongea longtemps.

Il finit par la retrouver...

Noyée.

Euphérus avait 18 ans et portait pour la première fois un cadavre. Celui de sa soeur cadette. Il n'y a aucun mot qui pourrait décrire la peine qu'il ressentit. Pourtant, il ne pleura pas. Son père lui interdit. C'est ainsi ; par le feu et la douleur que l'on forge les meilleures armes. Euphérus deviendrait un corsaire. Il le savait. Il devait se montrer à la hauteur. Il ne voulait plus jamais échouer. Il ne voulait plus jamais décevoir. Il voulait protéger sa famille.

Pour Adrissiam se fut le moment pour Euphérus d'embarquer pour la première fois pour une mission de corsaire.


ICI MANQUE UN GROOOOOS MORCEAUX



Et il devint enfin un corsaire ... pour toujours.

Sorti de son tutorat, Euphérus reprit la mer. Il ne se sentait bien que dans son bateau, le Lilith. Il traquait des pirates durant son temps libre et travaillait pour l'empire le reste du temps.

Il fuyait le monde, alors que ce dernier continuait à tourner.

Durant neuf ans, il se tint loin de la coure et de ses intrigues. Il qualifiait Ambriosia de panier de crabe à mentalité de requins "car les requins sont les seuls animaux qui se mangent entre eux. Mais je refuse d'accorder la force, la dangerosité et la noblesse d'un requin à des persifleurs de coure. Des petits crabes teigneux leurs ressemble bien davantage."

Durant ses années, sa sœur ce maria, ce qui ravit Euphérus qui lui vivait de passionnantes aventure autour des mers et des océans. Il rencontra par quatre fois l'amour de sa vie, cela finit toujours aussi mal qu'avec Karine. C'est pourquoi il était content que sa sœur elle ait rencontrée l'amour.

Puis le monde s'effondra. Euphérus apprit en même temps pour sa soeur battue que pour l'empoisonnement de l'impératrice. Ce jour-là il était avec son père sur le grand Roblois, le navire d'Adrissiam. Dégouté par le monde, Euphérus se laissa emporter comme jamais, et une violente dispute s'engagea.

"J'en ai assez de servir cette société remplit raclure ! Je renonce à mon héritage de salle traitre, et je pars être ce que j'ai toujours été. Je serai un pirate ! J'enverrais par le font les raclusiens ! J'extirperais ma soeur des griffes de ses salles vipères d'impériaux ! On a pas besoin de vous pour vivre heureux ! Je n'ai pas besoin de votre argent père !

- Parfait ! Vas rejoindre ta soeur à se bal et essais de l'amener sur ton misérable navire. J'ai confiance en elle. Contrairement à toi, elle ne m'a jamais déçus. Nous aurions dû la former comme une corsaire et te laisser à ta littérature médiocre."

La dispute fut longue. Et bruyante.

Puis Euphérus alla au bal. Il avait prévu de tout annoncer à Mereïphaïne durant la nuit après le bal. Mais ...

A ce moment, Adrissiam sur le grand Roblois escortait un navire marchant vers le protectorat, mais une terrible tempête comme on en avait plus vu depuis des siècles déchaînait la mer. Le navire marchant commençait à couler. Mais le capitaine Adrissiam avait une mission ! Il fit charger la totalité du contenu du navire marchant sur son propre bateau. La surcharge provoquée était dangereuse, mais ... Il fallait mener la marchandise à destination.

Lorsque le navire coula, Adrissiam eu une pensée pour son fils. En réalitée il était fier de lui et confiant pour l'avenir de la famille. Qu'il regrettait de ne pas lui avoir dit ...

Quand Richard Welton, le ministre de la justice entra, Euphérus compris. Ne nous demandez pas comment, mais il savait. Il murmura d'ailleurs "papa...".

Ce nouveau drame termina de le forger à notre cause. Il portait désormais l'héritage des Roblois de Sourdan, et les dernières volontés de son père.

" Craignez nous, ennemis de l'empire. Nous voguons sans pavillons, sans frontière et sans limites. Nous sommes cachés dans l'ombre des vagues, et alors que vous pensez pouvoir échapper à l'emprise tentaculaire de l'empire, nous fondons sur vous. Vous ne pouvez vous cacher derrière aucune frontière, aucune loi, aucune batterie de canon, car nous sommes aussi habilles que l'anguille et aussi féroce que les requins. Nous sommes corsaires !"


Divers :  Vous pouvez parler des rumeurs qui courent sur votre personnage,  sa chronologie, ou des choses/faits importants que tout le monde connait à son propos par exemple. L'espace est libre et à votre convenance.
Date de naissance : 02/02/1991
Double compte : non
Où nous as-tu trouvé? : Un forum de référencement de forums, je sais plus lequel
Commentaire : Comme je le disais du temps ou j'était un chien : très bon chois Abney Park...
J'aime beaucoup l'univers de ce forum
Pour le moment je travaille ma fiche en MP avec Mereïphaïne d'Argosme et un peut avec  Raimond Beauregard aussi. Je veux être sûr de ne pas provoquer d'incohérence et surtout être fidel à la vision qu'a Mereïphaïne du personnage. Mais bon du coup, vu que je me suis inscris avec Oxyde il y a bientôt une semaine et qu'il me reste beaucoup de travaille, je serais pas contre un petit délait suplémentaire...


Dernière édition par Euphérus R.de Sourdan le Ven 20 Avr 2018 - 0:35, édité 8 fois
avatar
Lilith de Choiseul
Impératrice de vapeur
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t35-grand-lilith-de-choi
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 2932
Date d'inscription : 14/01/2017
MessageSujet: Re: Dignitaire - Euphérus Roblois de Sourdans Lun 12 Mar 2018 - 9:24
Bienvenue Euphérus Smile


avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Dignitaire - Euphérus Roblois de Sourdans Lun 12 Mar 2018 - 10:15
Milles mercis mon impératrice. Soyez assurée de mon soutien indéfectible en ses périodes troublées.
avatar
Nicolas De Choiseul
Prince héritier / Soldat de l'armée ambrosienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t319-les-dignitaires-nicolas-de-choiseul-soldat-de-l-armee-ambrosienne#7164
Nationalité : Ambrosien
Messages : 522
Date d'inscription : 28/06/2017
MessageSujet: Re: Dignitaire - Euphérus Roblois de Sourdans Lun 12 Mar 2018 - 10:28
Bienvenue !



THEMES
&
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Dignitaire - Euphérus Roblois de Sourdans Lun 12 Mar 2018 - 11:17
Merci mon prince.
avatar
Beth Coste
Etudiante ambrosienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t335-peuple-beth-coste-etudiante-a-l-universite-terminee
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 505
Date d'inscription : 03/08/2017
MessageSujet: Re: Dignitaire - Euphérus Roblois de Sourdans Mar 13 Mar 2018 - 11:05
Bienvenue parmi nous ! Bonne chance pour ta fiche Smile


avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Dignitaire - Euphérus Roblois de Sourdans Mar 13 Mar 2018 - 17:15
Merci. Je pense que samedi je devrais pouvoir remplir le caractère.
avatar
Olympiane de Thiam
Violoniste
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t305-pupille-olympiane-de-thiam-musicienne http://monde2resine.fr.gd/
Nationalité : Amethienne
Messages : 1115
Date d'inscription : 02/06/2017
MessageSujet: Re: Dignitaire - Euphérus Roblois de Sourdans Mar 20 Mar 2018 - 6:03
Bienvenu parmi nous.


avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Dignitaire - Euphérus Roblois de Sourdans Mer 21 Mar 2018 - 19:16
Merci bien mademoiselle.

J'avance j'avance. Plus que mon histoire et je serait prêt !
avatar
Aernia
La Grande Conceptrice
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 280
Date d'inscription : 12/04/2016
MessageSujet: Re: Dignitaire - Euphérus Roblois de Sourdans Ven 13 Avr 2018 - 9:07
Bonjour Eupherus, as-tu besoin d'un délai pour ta fiche? Very Happy Bonne journée!
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Dignitaire - Euphérus Roblois de Sourdans
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: Prologue final :: La salle des archives :: Archive des identités-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous surDes mêmes auteurs