AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: Correspondances

A Monsieur le vicomte Valerian D’Andressy

avatar
Everard Zullheimer
Premier serviteur d'Ameth en Ambrosia
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Amethien
Messages : 1432
Date d'inscription : 14/04/2016
MessageSujet: A Monsieur le vicomte Valerian D’Andressy Mer 4 Avr 2018 - 22:38
A Monsieur le vicomte Valerian D’Andressy


Monsieur le Vicomte,
Je vous prie de bien vouloir m’excuser du caractère quelque peu « empressé » ou « malvenu » de cette missive. Toutefois, je vous prie de croire que ceci n’est jamais que l’œuvre d’une sincère volonté de bien faire, ainsi que du désir ardent de prendre soin du seul membre de ma famille en Ambrosia qui m’anime. Aussi, j’ose espérer que vous ne prendrez pas ombrage de cette lettre. ET si telle était le cas, je vous prie de bien vouloir accepter mes plus plates excuses à la lumière bienveillante de la Lignée que je représente en ces lieux.

Comme vous le savez, je porte beaucoup d’attention à la santé et au bien être de ma cousine Olympiane, et je ne me suis jamais permis d’interférer d’une quelconque manière que ce soit au milieu d’un pupillat qui, il a été prouvé, est formateur auprès de la jeunesse de tous les pays. Toutefois, je crains de devoir mettre en avant la situation exceptionnelle du mélange détonnant entre sa santé et sa position pour risquer de vous demander la faveur d’accepter de recevoir d’un homme avisé des conseils, je me doute que vous n’avez d’ordres à recevoir que de son Altesse Impériale et des dieux, aussi je me contenterais de vous donner ce que j’appellerai des conseils, qui, s’ils sont bien reçus, montreraient le caractère tout aussi avisé que vous possédez.

Je ne sais pas si votre pupille vous en a parlé, mais, pour des raisons évidentes, je vous transmet cette demande directement :  il est de mon souhait de voir confier à Olympiane de Thiam, votre pupille, un chaperon chois par mes soins pour sa diligence, son dévouement, et cette capacité à savoir se faire intelligemment oublier. IL s’agit du fils d’une ouaille qui, s’il n’est pas de bonne famille, est de ces personnes que l’on peut qualifier de « bien ». J’espère que vous comprendrez le caractère essentiel de cette demande, permettant ainsi de veiller sur elle et de vous offrir une certaine tranquillité d’esprit.

Dans le même ordre d’idée, je ne serai que trop vous conseiller de faire attention à ses fréquentations. Il m’est déjà venu aux oreilles une certaine fréquentation – dont je tairais le nom par crainte d’altérer votre jugement sur cette personne et par crainte que vous ne saisissiez pas son danger – que je ne saurai que trop recommander d’éviter… si cette personne vous est inconnue, il serait sans doute nécessaire que vous ayez une conversation avec votre pupille. Nul doute que sous la lumière bienveillante de la Lignée, elle saura vous révéler la cause de ses tourments en ces lieux…

Bien sur, vous aurez donc compris à quel point cette jeune femme est chère à mes yeux, aussi, j’espère que vous comprendrez  aux maladresses présentes davantage la surprotection d’un parent pour un autre qu’une malversation diverse. C’est aussi dans cet ordre idée que je me suis permis de demander à quelques Protecteurs de la Foi d’éplucher un peu votre entourage au début de ce pupillat. Je ne puis que vous féliciter de n’avoir été accusé, ni vous ni vos proches, de quoique ce soit. Les personnes droites et honnêtes se font rares ici. Dans cet ordre d’idée, vous comprendrez que tenter de pervertir le cœur et l‘âme d’une future Protectrice de la foi d’une quelconque manière ne saurai être toléré… et vous êtes conscient que vous êtes responsable moralement de tous ses actes.

En espérant vous trouver en bonne forme et que votre logement n’ait pas trop souffert de la tempête.


Puisse la Lumière de la Lignée rayonner sur votre cœur, votre âme, et vos actes.

Everard Zullheimer
Premier Serviteur d’Ameth en Ambrosia


avatar
Valerian d'Andressy
Gentleman cambrioleur
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t245-dignitaires-valerian-d-andressy-comedien-gentleman-cambrioleur#4847
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 390
Date d'inscription : 11/04/2017
MessageSujet: Re: A Monsieur le vicomte Valerian D’Andressy Jeu 19 Avr 2018 - 16:00
A la réception de la missive, un tantinet intrusive, je m’étais étrangement senti épié. On ne va point se mentir, ni même hésiter, je le suis sans douter. Je n’aurais peut-être pas du continuer d’avoir cette petite protégée. Il aurait été aisé de duper le ministère, sans que cela ne soit austère. Je me serais grillé mais cela aurait été mieux à en juger. Mais n’aurais-je pas été un infidèle à la monarchie ? En ne participant pas à cela dans ma vie ?

Que de soupir ma bouche laisse s’échapper, mais allons répondre à ce cher cousin inquiet…


Au Prieur Everard Zullheimer,

Mon Père,

Il serait tout à fait grossier, de prendre votre courrier, d’une mauvaise façon. Car en vérité, il s’agit juste de votre bienveillante protection. Et puisque nous sommes tous deux au courant de la situation, nous nous comprenons. En effet, je suis presque rassuré de pouvoir discuter, de ce qui est en train…d’évoluer. Et quand à ce qui me rend inquiet, c’est bien qui pourrait l’approcher. Car je ne sais qui est responsable de sa santé, mais je pense sincèrement qu’elle s’est faites tromper. Moi-même de nature volage, je connais les gens proches de son âge, volant de bouche en couche et laissant derrière eux des demoiselles en touche. Je prendrais soin de veiller à ce que ses fréquentations ne puissent l’entacher.

J’adorerais en vérité, prendre votre recommandation, mais puisqu’elle se doit de découvrir une autre nation, durant ces trois années, je pense envisager de placer à son côté, une personne que je connais. Je puis vous assurer de ses qualités et du convenable de sa personnalité. Vous comprenez que je souhaite seulement préserver son pupillat comme il se doit. Mais comme nous sommes vous et moi, dans l’entente plaisante, sachez que je vous tiendrais au courant, au plus justement, de la vie de cette enfant. Et comme je lui fais confiance, pour ne point faire d’errance, qui irait briser notre complicité, je me porte garant de tout ce qui pourra désormais arriver. Sachez que sur elle je veillerais, comme si de ma sœur, il s’agissait.

Puissiez-vous agréer de mes hommages distingués et que les Dieux veillent à vous protéger.

Vicomte Valérian d’Andressy.


Lampré ou d'Andressy?
Charmant charmeurs, voleur de coeur, briseur de couche, l'on s'attarder pour un baiser de sa bouche. Mais est-il Valerian ou bien Lampré? Nul ne le sait séant, à vous de deviner
avatar
Everard Zullheimer
Premier serviteur d'Ameth en Ambrosia
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Amethien
Messages : 1432
Date d'inscription : 14/04/2016
MessageSujet: Re: A Monsieur le vicomte Valerian D’Andressy Mar 1 Mai 2018 - 8:44
Au Vicomte Valerian d’Andressy,

Mon enfant,

Je comprends tout à fait votre réticence, et je comprends tout à fait sa légitimité. Loin de moi l’idée de gâcher le pupillat d’Olympiane, cela ne m’a pas traversé la pensée. Mais tant qu’à faire, puisque selon vos propre aveux, vous êtes volage, ne serait-ce pas logique qu’il s’agisse de la solution d’une tierce personne dans cette histoire ? Je ne doute pas un seul instant de votre bonne volonté, toutefois, reconnaissez que l’on enseigne beaucoup par l’exemple… or, de votre propre aveu… vous n’êtes pas un exemple en la matière et si vivre le pupillat est important, il ne s’agit pas de faire renier une culture et un état d’esprit à son pupille…

Dans tous les cas, je ne vais pas insister et je vous remercie d’avoir pris le temps de lire cette missive et sachez qu’en vous montrant négligeant d’une manière ou d’une autre en matière, ce n’est pas à moi que vous risquez de devoir en répondre… il aurait été préférable que cela le soit… alors je vous en prie, veillez sur elle, non comme vous veillerez sur une amie ou une sœur, mais comme si vous veilliez sur la prunelle de vos yeux. Votre complicité n’est pas de mon ressort ni ne m’affecte, en réalité, vous n’êtes pas tuteur pour devenir son ami, son confident, ou pire, mais vous êtes tuteur pour lui ouvrir les yeux au monde. Ses errances seront donc vos errances et si mal était fait, ses échecs et ses erreurs seront les vôtres aux yeux d’Ameth et de sa Lignée… voilà ce que signifie être garant. Vous sentez-vous donc vraiment capable d’être garant de cela ?

Quant à ses fréquentations, le mieux aurait été qu’elle n’en ait pas jusque toute lumière soit faite sur cette histoire, mais je suppose que, comme précédemment vous contrarieriez mes projets ou mes idées en me disant que vous veillez au grain ? Je ne peux, hélas, que vous croire sur parole.

Puis Ameth, dans Sa grande bienveillance vous offrir la Voie vers sa Lumière.

Everard Zullheimer
Premier Serviteur de la Lignée d’Ameth en Ambrosia.


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: A Monsieur le vicomte Valerian D’Andressy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: Correspondances-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous surDes mêmes auteurs