AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: 2nd niveau de la cité :: Le Moulin Rouge

Remise en état de la revue ~~ Adrianne de Langlois

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t422-edgar-edgar-gentleman-de-la-bricole#12776
Nationalité : Ambrosien
Messages : 31
Date d'inscription : 03/01/2018
MessageSujet: Remise en état de la revue ~~ Adrianne de Langlois Dim 15 Avr 2018 - 21:27
Le jour c'est levé, plein de perplexité, pourtant ce n'est pas un rêve ou plutôt un cauchemar qui est revenu le hanter. Il se lève, un peu hagard dans les premiers pas, pourtant il ne titube pas. Il écarte les couvertures et draps qui le couvre, s'avance dans la pièce froide pour fixer le foyer et une forme recroquevillée devant. Il cligne des yeux, fixant la silhouette de sa femme qui se déplie et lui sourit. Le temps d'un battement de cils elle s'est évanoui dans les lueurs du jour qui emplissent la pièce lentement. Était ce un rêve ou la suite du cauchemar qui le hante depuis ces derniers temps ? La tempête à chamboulé les esprits, chez lui cela s'est traduit par des veillées de plus en plus tardives pour avaler tout le travail qu'il peut. Ce n'est qu'une fois les presque lueurs de l'aube qu'il monte à sa chambre. Alors pourquoi ce rêve une fois de plus ? Il sait qu'il n'est pas éveillé, parce qu'il ne sent pas l'air frais sur sa peau. C'est une fois de plus en sursaut qu'il s'extirpe du rêve. La sueur mouille son front une fois de plus, son regard se porte aussitôt sur l'âtre qui laisse échapper de maigres braises. Aucune silhouette devant, ce n'était qu'un cauchemar de plus, il frotte ses yeux et se lève. Le jour est levé, mais loin d'être haut dans le ciel. Il entend les bruits répétés qui l'ont sortit du sommeil, se drapant d'une cape il descend les escaliers pour trouver un messager.

De nouveau sa présence est demandée, dans un des lieux qu'il apprécie pour une fois. Il s'assure que la missive achève bien les travaux et il referme la porte après avoir prit le journal. Il abandonne celui-ci sur la table et remonte dans la chambre, il remet la cape à sa place, enfile une tenue plus appropriée à l'hiver après avoir fait sa toilette matinale. Lentement il descend, exceptionnellement aujourd'hui il ne retourne pas la pancarte d'ouverture de sa boutique. Il avale un léger petit déjeuner, regroupe ses instruments, s'assure qu'il n’oublie rien. Non pas que refaire le chemin le dérangerait, il n'aimait pas à montrer de l'incompétence, surtout face à un client aussi régulier que le Moulin Rouge. Il se mit en route après avoir une dernière fois vérifié ses outils, le chemin est encore vierge de bruits divers, il est tôt mais suffisamment tard pour apprécier l'éveil de la ville. Il avance tranquillement à travers les rues qui s'animent, passe le chemin jusqu'à l'entrée des artistes sur laquelle il frappe. Le même vient lui ouvrir cependant il semble quelque peu défait, aurait il perdu des proches dans la tempête ? Il ne pose pas la question, il est là pour le travail et sait très bien qu'il ne faut certaine fois ne rien demander si on ne veut pas entendre les choses. Il s'avance jusqu'à la fosse reconstruite, apparemment ici aussi les intempéries n'ont pas été tendres, alors lentement il saisit un à un les instruments et note sur son carnet les travaux à effectuer, ceux à évacuer pour réparation, ceux réparables sur place, et ceux qui ne nécessitaient qu'une révision.


avatar
Adrianne Langlois
Propriétaire du Moulin Rouge
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t354-peuple-adrianne-langlois-nouvelle-proprietaire-du-moulin-rouge http://monde2resine.fr.gd/
Nationalité : Ambrosia
Messages : 157
Date d'inscription : 05/09/2017
MessageSujet: Re: Remise en état de la revue ~~ Adrianne de Langlois Mer 16 Mai 2018 - 1:12
Cela faisait déjà deux semaines que la tempête avait fait rage à  Ambrosia. Le Moulin Rouge n'était encore pas tout à fait en état d'accueillir qui que ce soit en ses murs. Les instruments d'ailleurs étaient en piteux état et les musiciens ne pouvaient donc jouer aucune note. Adrianne n'était toujours pas remise de la disparition de Matilda. Mais grâce à Gustave elle faisait lentement face à la vérité. Et cette vérité n'était autre que la mort de la jeune fille. Purement et simplement. Seulement, elle se refusait encore à le croire. Pas tout de suite tout du moins. Il lui faudrait beaucoup plus de temps pour accepter cela.

La diva tournait quelque peu en rond ce matin-là. Elle n'avait pas réellement dormi, tant de pensées tournaient dans sa tête. Il faisait encore terriblement froid même si le temps se montrait de plus en plus clément au fil des jours. Elle avait accepté de manger quelque chose mais ne s'était pas goinfrée non plus. Son estomac contenait encore plus de liquide qu'autre chose, les deux bouteilles de Bourbon vides sur la table pouvaient en témoigner. Il était dur de se défaire de ses sales habitudes. Elle regardait les flocons légers tomber par la fenêtre, recroquevillée sur un fauteuil face à la vitre, un verre à moitié plein en main et une bouteille entamée à proximité.

Soudain on frappa à la porte. La jeune femme se contenta de boire une gorgée de son breuvage sans répondre. La seule personne qui frappait à la porte ces temps-ci était Gustave et il n'avait pas besoin de son approbation pour entrer. Il était bien en droit de se le permettre vu ce qu'il faisait pour elle ces derniers temps.

"Madame" dit-il une fois la porte passée. "Le luthier est là, comme vous l'avez demandé."

Le gardien attendit alors que la diva sorte de ses songes alcoolisés. Il avait l'habitude à présent de la voir prendre un peu de temps pour revenir à la réalité. Il faisait tout son possible pour l'aider. Mais il savait à quel point la perte d'un être cher pouvait être difficile.

Adrianne finit alors son verre. Puis elle se passa une main lasse sur le visage avant de soupirer. Elle n'avait aucune envie de s'occuper de ça mais il fallait bien faire tourner la boutique pour rentrer de l'argent. Elle se leva alors et posa la bouteille sur le comptoir ainsi que le verre. Elle lança un regard à Gustave puis hocha la tête de façon presque imperceptible à son encontre. Aussitôt, celui-ci se dirigea vers la penderie pour sortir quelques vêtements à la belle qui était alors encore en tenue de nuit. Il lui porta une longue robe noire à manches longues mais au décolleté plus que prononcé. La diva passa la robe, puis elle ajusta sa coiffure, dressant ses cheveux quelque peu en bataille. Elle mit un point d'honneur à appliquer un peu de maquillage, ne serait-ce que pour cacher son état. Mais chose inédite alors, elle ne passa aucun bijou. Et ceux qui la connaissaient savaient bien que ce n'était pas dans son état naturel de faire cela.

Adrianne fit finalement un geste de la main à Gustave après s'être brièvement regardé dans le miroir. L'homme repartit alors en direction de la grande pièce de spectacle après avoir refermé la porte. Il savait bien qu'elle allait se verser un autre verre une fois qu'il serait parti. Mais il ne pouvait pas la surveiller vingt quatre heures sur vingt quatre.

"Madame Langlois est prête à vous recevoir quand vous aurez terminé votre inventaire" fit-il à Edgard en s'inclinant légèrement vers lui. "Vous n'aurez qu'à me faire signe, je vous conduirez à elle" ajouta t-il avant de se placer dans un coin, attendant que le luthier finisse de passer en revue l'étendue des dégâts.

Spoiler:
 



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: 2nd niveau de la cité :: Le Moulin Rouge-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous surDes mêmes auteurs