AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: 3ème niveau de la cité

Guerre de popularité à l'Orphelinat [Mélusine Duval]

avatar
Daeron Azuran
Protecteur de la Foi en Ameth
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t389p10-dignitaire-daeron-azuran-chasseur-d-impie#10770
Nationalité : Amethienne
Messages : 41
Date d'inscription : 12/10/2017
MessageSujet: Guerre de popularité à l'Orphelinat [Mélusine Duval] Mar 17 Avr 2018 - 13:46

Daeron Azuran n’aime guère l’Orphelinat White. Si les pauvres gens miraculés de la tempête s’y sont installés, il ne peut voir en ce lieux qu’un territoire impie. Une zone de perdition où les démunis espèrent pouvoir survivre un peu, mais il ne s’agit pourtant que d’une place maudite, dans la gueule béante de la bête. Il y observe les visages inquiets et fatigués de ceux qui ont beaucoup perdus, et les enfants qui arrivent encore à jouer avec un rien, les gosses qui courent là où d’autres l’ont fait avant eux. Les païens ambrosiens se targuent de leur foi, pour vaincre le souvenir de l’endroit, mais personne ne peut complètement être certain de ce qui s’y passe, ou s’y passera encore. Il pousse un soupir. Mieux vaut ne pas être trop pessimiste peut-être, mais il a vu bien trop de chose pour se contenter de voir les meilleurs choses du monde dans ces situations délicates.

Le temps plus clément après la tempête, il porte pourtant encore son lourd manteau de cuir, il finit par le retirer, alors que ses efforts le font transpirer. Pour aider le peuple ambrosien, Ameth a envoyé des choses, la solidarité des amethiens, même en dehors de leur contrée, s’est exprimé par énormément de don que le temple redistribue. A bouger les caisses du chariot et à les installer, il a commencé à sentir le poids de leur contenance, l’effort ne le dérange pas, et il fait ce qu’il sait faire le mieux. Il n’est pas une personnalité public, au contraire, ni même un homme qui fait preuve de sa personnalité pour se mettre en avant, sa timidité naturelle l’éloigne de ce genre de visu. Il est ici pour aider un peu, tout en surveillant. Daeron attire un peu trop les demoiselles à son goût et quand l’une d’elle vient lui porter à boire, il la remercie d’un sourit et boit son verre avant de lui redonner. Pas un mot de plus, il se retourne à ses occupations, inconscient qu’elle espérait qu’il la regarde un peu.

Concentré à sa tâche, le tumulte à l’arrière lui fait hausser un sourcil. Tenant une lourde caisse entre ses bras, il s’arrête et demande à un de ses frères d’arme. «Que se passe-t-il ? » Les gamins paraissent plus fous qu’à leurs habitudes et il dépose sa caisse, pour attraper dans ses bras, une petite fille de sept ans, qui passe son temps à le coller. « C’est l’heure de l’arrivée de la ministre, c’était prévu. »Daeron lâche un d’accord sans plus s’y intéresser, alors que dans ses bras épais il a gardé la demoiselle qui l’enlace par le cou. Il connait cette petite, elle est effrayée depuis la chute de la neige, son père est mort, sa mère est à l’hôpital et sa grand-mère s’est réfugiée ici, et elle a très peur de cet endroit cette gosse. Il lui a promis d’être toujours là quand elle aurait peur et il ne trahit pas sa promesse. «ça va Sophie ? » Demande-t-il alors que la demoiselle le sert fort, ses yeux limpides eux se sont tournés vers le fiacre qui arrive, celui de la ministre. Le non de l’enfant avec la tête, il la hisse sur ses épaules. «Tu ne risques rien en haut. » Observant les objets qu’il y a décharger avec l’arrivée de la ministre aussi, il s’avance, faisant fi peut-être des protocoles qui lui importent fort peu. Après tout, il est un Protecteur de la Foi, seuls les impies peuvent le craindre. «Madame la ministre. » Lâche-t-il dans un hochement de tête courtois, avant d’aller vers les affaires, la gosse imitant sa grosse voix pour saluer la dame Duval.


avatar
Mélusine Duval
Ministre de l'éducation et des pupilles
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t66-grand-melusine-duval-ministre-de-l-education-et-des-pupilles
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 1048
Date d'inscription : 26/01/2017
MessageSujet: Re: Guerre de popularité à l'Orphelinat [Mélusine Duval] Dim 22 Avr 2018 - 17:08
Mélusine n'avait pas remis les pieds à l'Orphelinat White depuis son excursion avec Naomi. Trop de mauvais souvenirs hantaient encore les lieux et la Ministre se sentait à nouveau angoissé à l'idée de revoir l'endroit de son plus gros échec. Mais c'était l'Impératrice elle-même qui lui avait demandé de représenter le gouvernement auprès des plus démunis après que la terrible tempête ai fait des ravages dans la cité. Beaucoup de sans abris s'étaient réfugiés dans cet endroit en attendant que le bâtiment soit rasé.

La Ministre de l'Education n'était pas seule dans le fiacre qui la conduisait à l'ancien orphelinat, un garde du corps l'accompagnait, d'une part pour sa sécurité, d'autre part aussi car elle ramenait quelques cartons de vivres et de produits de première nécessité envoyé par le Palais. Du pain, du fromage, de la viande séchée, du poulet, de l'eau et autres nourritures qui pouvaient se conserver, mais aussi des couvertures, des produits d'hygiène, des bandages et des médicaments. Elle avait également fait prévenir par coursier de son arrivée pour ne pas que les gens soient surpris de voir la Ministre à cet endroit.

Emmitouflée dans son manteau sombre, Mélusine descendit du fiacre, un carton entre les mains. Elle leva les yeux vers ce qu'il restait de l'orphelinat et sentit une boule à l'estomac. Est-ce que les habitants du quartier lui en voulait toujours pour les enfants qu'elle n'avait pas su sauver ? Bien que l'eau ai coulé sous les ponts depuis, la Ministre avait eu des insomnies à cause de cette histoire sordide, s'en voulant de n'avoir rien pu faire, et d'avoir été bridé dans ses actes par le Ministère de la Justice. Bien que son cœur battait la chamade dans sa poitrine, elle s'avança vers le petit groupe de personne devant elle et les salua à son tour.

Un homme en compagnie d'une fillette retint son attention. Il avait l'air différent des autres gens et elle fixa son regard d'azur et s'exprima en sa direction tandis que les autres personnes vaquaient à leurs occupations.

- Sachez que l'Impératrice n'oublie pas les personnes dans le besoin qui ont été touché par la tempête, et le Palais vous envoie de la nourriture, des couvertures et autres produits utiles pour que vous puissiez surmonter la catastrophe et les pertes matérielles et humaines que cela a causé.

Mélusine parlait clairement et de son ton neutre en essayant de ne pas trahir sa voix par la peur que lui évoquait le lieu. Alfred, le garde qui accompagnait la Ministre se tenait à côté d'elle, un autre carton plus lourd entre les mains, et cela la rassurait. Instinctivement, ses yeux cherchèrent une phrase écrite sur le bâtiment qu'elle avait pu apercevoir lorsqu'elle était revenue sur les lieux juste après l'affaire des orphelins disparus. La phrase était toujours présente, bien qu'un peu effacée avec le temps, on pouvait toujours y lire « le Ministère ne nous protège pas ». Cela lui glaça à nouveau le sang comme la première fois qu'elle l'avait découverte.  

- D'autres provisions arriveront demain, en attendant, où pouvons-nous déposer ces cartons, s'il vous plaît ? dit-elle en se retournant à nouveau vers l'individu.


avatar
Daeron Azuran
Protecteur de la Foi en Ameth
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t389p10-dignitaire-daeron-azuran-chasseur-d-impie#10770
Nationalité : Amethienne
Messages : 41
Date d'inscription : 12/10/2017
MessageSujet: Re: Guerre de popularité à l'Orphelinat [Mélusine Duval] Ven 4 Mai 2018 - 14:08
«Je le sais Madame la Ministre, nous avons déjà informé vos sujets, que son gouvernement ne l’oubliais pas. » Les yeux clairs du Protecteur de la Foi dévisage, ou en tous cas, offre cette sensation, la ministre de l’éducation, ne lui laissant pas le choix de détourner le regard. L’habitude de posséder un regard…inquisiteur ne s’éloigne pas de lui, alors qu’il l’observe, venir faire à son tour, un travail de popularité. Il n’est en aucun cas question de faire en sorte de se populariser plus que la couronne, le Prieur Zullheimer l’avait rappelé, discrètement, le but était l’aide, et de toutes manières, c’est bien le seul but de Daeron. Il ne s’intéresse pas à ces batailles politiques, et il n’est que dévotion. Même auprès des païens qui ignorent le chemin salvateur en direction d’Ameth.

Daeron attrape la petite fille, dans un geste aisé, la relevant de ses épaules pour la placer dans les bras de la ministre. «Je vais m’en charger. Vous la gardez ? Elle a peur sans un adulte.» Il fit cela sans grande cérémonie, constatant que le garde du corps a les mains chargés et qu’il ne devrait pas faire cela. Attrapant le carton, il se détourne pour aller le passer à un comparse, avant de revenir chercher Sophie. «Je vous remercie Madame la ministre. Vous souhaitez que je vous accompagne quelques parts ? »

La politesse simple de Daeron découle de lui sans même qu’il y réfléchisse, il est habitué à cet endroit destructuré, au zone que l’on peut trouver et à d’autres choses, la petite jeune fille revenu à ses épaules, il attends que Madame Duval lui répondre, un oui, ou un non.


avatar
Mélusine Duval
Ministre de l'éducation et des pupilles
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t66-grand-melusine-duval-ministre-de-l-education-et-des-pupilles
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 1048
Date d'inscription : 26/01/2017
MessageSujet: Re: Guerre de popularité à l'Orphelinat [Mélusine Duval] Lun 11 Juin 2018 - 16:48
Mélusine ne pu cacher sa surprise lorsque l'homme lui remit en main la jeune fille. Personne n'avait jamais fait ce geste auparavant compte tenu de son statut, même lorsqu'elle visitait les orphelinats. Elle l'a porta avec une certaine gaucherie au début mais bien vite ces anciens gestes maternelles prirent le relais.

- Euh... d'accord...

Depuis combien de temps n'avait-elle pas porté d'enfant dans ses bras ? Il y a bien longtemps, lorsque son fils n'était encore qu'un petit être fragile... Son cœur s'emballa en regardant la fillette qui ne semblait pas avoir peur d'elle. La Ministre attendait toujours la réponse de l'orphelinat du Ruban Jaune pour sa demande d'adoption mais elle avait perdu l'habitude de ces simples gestes. Attendant que l'homme aux yeux bleus s'occupe des cartons, sa voix se faisait douce envers la fillette.

- Comment t'appelles-tu jeune fille ? La Ministre eut un sourire lorsque la fillette le lui annonça. Sophie, c'est un très joli prénom.

Mélusine n'eut pas le temps d'en savoir plus sur la gamine que l'homme revint la reprendre de ses bras.

La Ministre ne souhaitait vraiment pas entrer dans la bâtisse, mais avant de répondre à l'individu, elle voulait savoir à qui elle avait à faire.

- C'est très aimable à vous, mais, pardonnez-moi de poser la question de manière aussi directe, qui êtes vous ?

Elle l'observa, sa tenue, ses yeux et son teint hâlé, il n'était pas un Ambrosien de pure souche cela se voyait. Au final, peut importe d'où il venait, il aidait les gens dans le besoin et c'était tout à son honneur. Mais la Ministre avait appris à se méfier des gens, surtout depuis les événements tragiques qui s'étaient déroulés à cet endroit.

Alfred l'avait laissé en compagnie de l'inconnu et il s'occupait avec d'autres personnes du reste des cartons qu'ils avaient amené. Cela n'était certainement pas suffisant mais ils pouvaient tenir bien trois ou quatre jours avec la nourriture, le temps que le Palais puisse envoyer d'autres provisions en plus grosses quantités.

Mélusine se retourna en observant toutes les personnes présentes autour d'elle, qui s'affairaient à ramener les cartons de provisions à l'intérieur du bâtiment.

- Quelle est la mesure des dommages dans le quartier ? La tempête a du être relativement violente à cet étage. Pensez-vous que je pourrais quelque chose de plus pour aider ?

La Ministre avait tellement l'impression de ne servir à rien, et que les gens la voyait comme étant coupable de l'affaire des orphelins. Elle espérait qu'un tel drame ne se reproduise plus, et que l'orphelinat puisse être détruit au plus vite, même s'il était un abri de fortune pour le moment, l'endroit avait été saccagé et souillé par des gens sans aucune pitié. Il était temps qu'Ambrosia panse ses blessures.


avatar
Daeron Azuran
Protecteur de la Foi en Ameth
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t389p10-dignitaire-daeron-azuran-chasseur-d-impie#10770
Nationalité : Amethienne
Messages : 41
Date d'inscription : 12/10/2017
MessageSujet: Re: Guerre de popularité à l'Orphelinat [Mélusine Duval] Ven 15 Juin 2018 - 18:54
Devant la perplexité de la Ministre, l’homme sourit. S’il a conscience de son statut, elle reste femme, et devant les Dieux, aucun titre ne vaut un autre. Sauf un, celui de la Lignée, le descendant légitime d’Ameth et de sa grandeur. Rien de plus. Ainsi donc il ne se retient d’aucune cérémonie superflue, agit ainsi que son instinct le juge nécessaire et finit par reprendre l’enfant. « Daeron Azuran, je ne suis qu’un des protecteur de la Foi qui veille sur les personnes qui n’ont plus rien et ont décidé de prendre ce lieu terrible en guise de foyer temporaire. » Un instant, il aurait bien l’audace de lui demander qui elle est, comme un prêtre peut demander au pécheur, qui il est, mais il se retient, pensant qu’elle ne saisirait pas la nuance de ses propos et ne voulant point la déranger avec ce genre de chose.

«Beaucoup de famille n’ont plus de toit, tout ce que vous pouvez faire, Madame, c’est de vous montrer proche d’eux. Nous allons distribuer des repas, venez ? »

Il tends son bras à la ministre, l’enfant sur les épaules toujours, conscient de l’emmener dans l’antre de la bête, mais il est important, en fait, de montrer le soutient, il n’approuve pas ce monde, mais si on laisse la peur gagner, alors on laisse le pouvoir au corrompu. Après tout, n’est-ce pas la force de la prière qui a vaincu la tempète ? Seule la Foi permet de résister, et ne pas avoir peur, c’est aussi avoir la Foi en Ameth, ou aux Dieux.

« Ameth et Ambrosia seront symboliquement ensemble dans ce geste simple, je ne suis pas à l’aise avec tout ça, mais il parait que c’est bien. » ose-t-il souffler, ne comprenant point tout à l’image public, mais conscient des instructions du Prieur Zullheimer. Ainsi donc, il sourit à Mélusine, la conviant à pénétrer jusqu’aux cantines pour servir une soupe de légume et de lard, qui tiendrait au corps, ces démunis.


avatar
Mélusine Duval
Ministre de l'éducation et des pupilles
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t66-grand-melusine-duval-ministre-de-l-education-et-des-pupilles
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 1048
Date d'inscription : 26/01/2017
MessageSujet: Re: Guerre de popularité à l'Orphelinat [Mélusine Duval] Dim 9 Sep 2018 - 16:51
Ainsi donc l'homme était bien un Amethien venu aider les pauvres gens. Mélusine ne connaissait pas encore très bien les coutumes du Protectorat, elle se souvenait d'avoir eu une conversation avec le Prieur Zullheimer à ce sujet, justement pendant l'affaire des orphelins disparus. D'ailleurs il lui avait proposé de l'éclaircir sur leur religion, mais elle n'avait pas eu vraiment l'occasion ni le temps nécessaire pour bavarder avec le Prieur. Trop de choses s'étaient passées depuis.

- Honorée de faire votre connaissance, et je vous remercie du fond du cœur pour ce que vous faite pour eux.

Lorsque Daeron proposa son bras à la Ministre pour entrer dans la bâtiment, elle sentit aussitôt des palpitations dans la poitrine. Mais elle ne voulait pas passer pour une dégonflée sous prétexte que l'endroit lui avait donné des cauchemars. Il ne pouvait rien lui arriver maintenant, et il y avait Alfred si jamais les choses tourneraient mal. Avec un petit moment d'hésitation, elle accepta le bras tendu et ils pénétrèrent ensemble dans la bâtisse.

Entendre quelques gémissements de certains lui glaça le sang, elle n'était pas du tout à l'aise mais essayait de faire bonne figure. L'endroit ne ressemblait plus à l'orphelinat qu'elle avait connu, tout y avait été saccagé, et passer au peigne fin par les gendarmes. Il ne restait plus rien que les murs délabrés, la moisissure, la poussière et des débris jonchant le sol. Là, quelques malheureux étaient entassés essayant de se tenir chaud sous des couvertures usées. Ce qui ressemblait autrefois au réfectoire n'était plus qu'une pièce grisâtre et les rires des enfants avaient disparus à jamais.

Mélusine serra un peu plus le bras de Daeron, espérant ne pas faire de malaise. Elle sentait d'ailleurs que sous ses vêtements, l'homme avait l'air de s'entretenir, il était plutôt musclé. Peut être que la présence à ses côtés d'un homme viril la rassurait un peu. Tous les yeux se tournèrent vers eux lorsqu'ils entrèrent et la Ministre leur adressa un bonjour poli. Une odeur de soupe sur le feu trônait dans la pièce. Abandonnant le bras de Daeron, elle ôta son manteau et alla le poser dans un coin, puis retroussa ses manches.

- Allons-y, lui dit-elle dans un sourire entendu.


avatar
Daeron Azuran
Protecteur de la Foi en Ameth
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t389p10-dignitaire-daeron-azuran-chasseur-d-impie#10770
Nationalité : Amethienne
Messages : 41
Date d'inscription : 12/10/2017
MessageSujet: Re: Guerre de popularité à l'Orphelinat [Mélusine Duval] Dim 14 Oct 2018 - 22:02
La dame parait se soutenir à lui, connaissant les émotions que peuvent avoir les femmes, et se doutant que le lieu peut impressionner quand on connait son histoire, Daeron lui offre toute sa force pour qu’elle ne vacille pas. Bienveillant et surtout protecteur, il s’en voudrait de faillir aussi, aux ordres de Everard Zullheimer. Et cela consiste aussi à montrer toute l’alliance d’Ambrosia et d’Ameth dans ce microcosme éventré. Il l’entraîne, jusqu’à ce qu’elle vienne retrousser ses manches, arrachant alors un sourire sincère au Protecteur. Le geste est particulièrement apaisant à voir, tout simplement, il montre que le rang, le titre, ne sont rien comparés à l’aide qu’un mortel peut offrir. C’est aussi toute la beauté des hommes.

L’imitant alors, il retrousse ses manches et l’entraîne vers le comptoir où distribuer la nourriture. Bol de soupe, gâteau simple de petit biscuit au beurre, et du pain, ce n’est pas fantasmagorique, mais cela permet de satisfaire les estomacs, peu importe uand on a pas grand-chose, on est déjà heureux du peu. Pendant près d’une heure, Daeron et la ministre se retrouvent à distribuer de la nourriture, échangeant avec elle avec politesse, ce n’est que la venue d’une des enfants, qui tire sur les vêtements des deux pour attirer l’attention qui les interrompt au final.

« Le Monsieur bizarre est encore là. » La jeune enfant ment énormément, au tout départ, friande d’effrayer les autres, elle a instauré un climat d’inquiétude avant qu’on ne sache qu’elle était une menteuse. Daeron l’observe, un instant surpris et lui sourit. [color=#83541c] «C’est vrai cette fois Julie ? »[/b] agacée, l’enfant soupire.

« Mais oui ! Pourquoi tu veux plus me croire, je dis vrai, je te jure. » Elle retourne ses grands yeux vers la ministre, une femme l’aiderait sûrement…


avatar
Mélusine Duval
Ministre de l'éducation et des pupilles
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t66-grand-melusine-duval-ministre-de-l-education-et-des-pupilles
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 1048
Date d'inscription : 26/01/2017
MessageSujet: Re: Guerre de popularité à l'Orphelinat [Mélusine Duval] Sam 3 Nov 2018 - 13:11
Mélusine effectuait le service du mieux qu'elle le pouvait, versant une grosse louche de soupe dans chaque bol, distribuant à chacun pain et petits biscuits. Au delà de la nourriture, elle offrait également un sourire à chacun. La femme de glace que tout le monde connaissait bien au Ministère montrait un visage plus chaleureux, plus aimable.

La Ministre en avait presque oublié l'inquiétude et la peur que lui provoquait le lieu tellement elle était concentrée à sa tâche. Les malheureux avançaient devant la table à la file, sans se disputer ou exiger plus de nourriture que leur servait Mélusine, et ce climat la rendait plus sereine.

Une petite fille cependant vint troubler le calme du repas lorsqu'elle tira sur la chemise de Mélusine. La Ministre jeta un regard surpris vers Daeron puis s’accroupit à la hauteur de la fillette. De qui voulait-elle parler ? Son coeur se serra dans sa poitrine. Apparemment, l'Amethien avait l'air sceptique sur ces propos, mais la Ministre ne prenait pas cela à la légère, et surtout pas dans un endroit pareil. Dans le quartier, il devait y avoir pourtant beaucoup de « Monsieur Bizarre », mais la jeune fille avait l'air d'être impressionné par quelqu'un en particulier.

- Qui est ce Monsieur Bizarre, ma chérie ? Elle lui posa la question calmement, regardant la fillette dans les yeux. Et que fait-il ? La Ministre prit la main dans la sienne, dans un geste maternel, comme pour lui montrer qu'elle voulait bien la croire, mais la fillette devait l'amener à cet individu pour qu'elle puisse juger si c'était un danger ou non.

Mélusine espérait juste que ce ne soit pas un individu venu troubler l'ordre, voir même s'en prendre à sa personne. Elle chercha des yeux où était Alfred, mais il ne se trouvait pas dans la pièce, sans doute était-il resté dehors. Elle se releva, gardant toujours la petite main dans la sienne.

- Montre-moi ce Monsieur s'il te plait.

La Ministre savait bien qu'elle n'était pas seule, il y avait des gens autour d'elle pour la protéger si jamais cet individu pouvait se montrer violent, malgré tout même si elle se méfiait, elle voulait croire que la jeune fille surestimait la personne qui l'inquiétait.


avatar
Daeron Azuran
Protecteur de la Foi en Ameth
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t389p10-dignitaire-daeron-azuran-chasseur-d-impie#10770
Nationalité : Amethienne
Messages : 41
Date d'inscription : 12/10/2017
MessageSujet: Re: Guerre de popularité à l'Orphelinat [Mélusine Duval] Sam 8 Déc 2018 - 19:32
Daeron ne croit plus forcément l’enfant, un peu trop menteuse à son goût, elle a mainte fois fait preuve de duperie, ce qui lui a valu quelques punitions et un sermon du prêtre de son culte, lui rappelant que seuls les corrompus utilisent le mensonge. Mais elle insiste et la Ministre semble disposée à prêter une oreille attentive à ses propos. Par précaution, Daeron cesse ses mouvements, remerciant et bénissant la personne qu’il vient de servir, il laisse sa place à deux autres bénévoles et entraîne Madame la Ministre et l’enfant.

«Julie, tu sais que si tu nous mens encore une fois, je ne pourrais pas me taire auprès du Père Valt ? » Rappelle Daeron histoire de couper dans son élan la petite fille qui, visiblement vexée tire la main de Mélusine et l’entraîne en direction de cette zone normalement fermée qui mène vers les sous-sols des sacrifices. La proximité du lieu donne à Daeron un frisson d’effroi qui glisse le long de sa colonne vertébrale et la refroidi entièrement. Une appréhension naturelle qui lui fait porter à ses lèvres son chapelet, embrassant la breloque pieuse qui s’y trouve et murmurer quelques mots de bénédiction, demandant à Ameth de protéger les mortels présents de son regard. « Il est descendu là dedans ! »

Les sens de Daeron s’arrêtent, il regarde la Ministre, un peu perplexe et perdu, mais les voilà assez loin de la foule maintenant, Alfred n’est plus là, et il ne voudrait en aucun cas la laisser. Raclant sa gorge, il pose sa main sur la tête de l’enfant et la repousse de ce geste discret, vers la ministre.

«Madame, veuillez accepter la proximité des Protecteurs de la Foi pour votre sécurité, je vais faire demander votre garde du corps. Soyez assuré qu’Ameth veillera sur Ambrosia comme notre Prieur veille sur votre Impératrice. »

Il fait référence au rôle pris par le prieur à la mort de son frère, en tant que chevalier du corbeau, maintenant, il n’était pas question pour la ministre de s’engouffrer vers ce genre de dédale. A la place, il fait signe aux prêtres de se rapprocher et demande où se trouve l’homme qui accompagnait la dame. Mais personne ne sut que répondre hormis l’enfant. « Là dedans ! » Elle désigne encore les entrailles maudites de la bâtisse.


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Guerre de popularité à l'Orphelinat [Mélusine Duval]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: 3ème niveau de la cité-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous surDes mêmes auteurs