AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: 3ème niveau de la cité :: Quartier religieux

Interrogatoire du confesseur [Richard Welton]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Daeron Azuran
Protecteur de la Foi en Ameth
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t389p10-dignitaire-daeron-azuran-chasseur-d-impie#10770
Nationalité : Amethienne
Messages : 38
Date d'inscription : 12/10/2017
MessageSujet: Interrogatoire du confesseur [Richard Welton] Mar 17 Avr 2018 - 16:29
Les manches de son haut relevé, le col défait, Daeron Azuran observe le confesseur impérial. Il fait une chaleur humide dans les sous-sols du bâtiment, une odeur nécrosée et suintante, entre un mélange de sueur et de poussière. Là, les gendarmes et les Protecteurs de la Foi se sont réunis, le Protectorat a concédé à travailler de concert avec la justice ambrosienne, cette fois dans une idée de réelle unicité. Ils ne sont pas des opposants, ils ne sont pas des ennemis, leurs méthodes ne conviennent pas, mais elles sont efficaces. Les rumeurs ont circulé bon train sur le confesseur de l’Impératrice, autant avouer qu’il ne pouvait éviter une petite visite des croyants Amethien. L’homme aux regards azurs observe son interlocuteur, d’ailleurs. Il a été de ceux qui sont allés l’arrêter une fois qu’il était en dehors du palais, non pas au temple, mais à son appartement en ville. Le père de Rossmond est le frère de Monsieur de Voisin, il porte, il semble, le nom de leur mère par choix. Mais le pourquoi n’intéresse pas Daeron. L’homme est vieux, il a été plus ou moins bien traité, disons qu’il a eu le nécessaire à vivre. Une pièce épurée, sans confort excessif, et une nourriture plus que saine. De quoi le changer probablement des richesses du palais.

«Je vais vous laisser vous reprendre un peu. » Déclare le Protecteur en reculant dans la pièce, et se détournant enfin pour passer la porte en baissant la tête. Le confesseur a fait vœu de silence, refusant de communiquer depuis son arrestation, cependant, sous les méthodes robustes amethienne, il a admis ne pas être innocent et avoir donné du poison, mais l’homme est tenace. Maintenant reste à savoir s’il sera plus ouvert aux dialogues. En ressortant, Daeron se dirige vers l’espace réservé à l’observation, séparé par une vitre sans teint. D’un mouvement, avant tout, il lave ses mains de quelques ablutions, dans un récipient pourvu à cet effet, récitant quelques paroles, avant de remettre ses manches et son col. Un verre lui est donné et il remercie la personne, avant de se mettre à la hauteur de Welton. Si l’Ambrosien est grand, l’Amethien le dépasse tout simplement. « Nous en avons encore pour un moment. » Le prévient-il. Il ne doute aucunement de la justesse de ses méthodes, et sait parfaitement que seuls les justes et les innocents peuvent tenir la question.


avatar
Richard Welton
Ministre de la justice
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 74
Date d'inscription : 04/04/2017
MessageSujet: Re: Interrogatoire du confesseur [Richard Welton] Mar 1 Mai 2018 - 8:40
Soyons clairs sur un point : je n’aimais pas les méthodes liées aux protecteurs de al foi amethiens… ils avaient tendance à être trop barbare, et la torture n’était jamais une solution… sous la torture, si on demandait à un homme de dire qu’il était né de l’union entre une langouste et un chameau, il dirait qu’il était le fruit d’une telle union pour peu qu’il espère cela s’arrêter. Non. Il n’y avait qu’une seule véritable manière de trouver la vérité : la déduction, l’investigation, l’enquête, en bref, des méthodes fondées sur la raison plus que sur l’émotion. Il fallait une logique froide pour cela. Les amethiens étaient rarement du genre à se baser sur une vraie logique… la leur était viciée et tordue. Je ne disais rien et j’observais. Je n’étais pas le seul à vérifier et à surveiller, mais au moins, je montrais à mes hommes que cela me concernait tout autant que mes autres… je lui souris et je restais un moment sans rien dire alors que je voyais le protecteur Daeron entrer dans la petite salle d’observation. Je n’aimais pas ce qui se passait, mais bon, c’était ma petite vengeance, dirions-nous, pour les actes commis sur la personne de l’Impératrice.

« Je sais, mon frère, je sais. »

les protecteurs de la foi restaient des moines, « mon frère » était donc la parole la plus appropriée. J’accompagnais cela d’un hochement de tête et je ne précisais pas que je ne prenais rien de ce qui se disait ici pour argent comptant. La torture était un acte répugnant et trop rarement efficace pour être fiable… et j’avais le cœur au bord des lèvres. Mais je gardais contenance face au grand homme qui s’occupait de cette histoire sordide. Et s’il était grand ce n’était qu’en taille.

« Loin de moi l’idée de remettre en cause vos méthodes, mon frère, mais… mais n’y a-t-il pas un risque qu’il avoue tout et n’importe quoi, à un moment donné, pour voir les sévices s’arrêter ? »

Oui, la question était légitime, surtout quand on connaissait l’instrument de torture le plus abouti des amethiens. Ça s’appelait la chute de l’ange…. On attachait des poids aux cheville de la personne, on lui liais les poignets au dessus de la tête. On soulevait de deux mètres la personne par les poignets, causant, généralement, la rupture des articulations aux poignets, puis, une fois bien haut, on lâchait et au dernier moment, on retenait la corde : la personne se désarticulait au rythme des montées et descentes… certains pensaient que les cris lors de cette torture étaient juste la marque de la compréhension du poids des fautes…
Moi je me disais juste que si je subissais cela, j’avouerai volontiers que mes parents étaient une langouste et un chameau.

« Pour combien de temps pensez-vous encore en avoir ? »
avatar
Daeron Azuran
Protecteur de la Foi en Ameth
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t389p10-dignitaire-daeron-azuran-chasseur-d-impie#10770
Nationalité : Amethienne
Messages : 38
Date d'inscription : 12/10/2017
MessageSujet: Re: Interrogatoire du confesseur [Richard Welton] Ven 4 Mai 2018 - 15:22

«En vérité, Monsieur le Ministre, nous sommes encore loin des méthodes les plus difficiles pour lui. Il le sait. Et c’est cette tension qui a le plus d’intérêt. Il connait nos actes, et Ameth, dans sa grande mansuétude, peut lui donner la force de tenir s’il est innocent. Mais il ne ressentira point la puissance du Très haut, s’il est coupable, et il abdiquera. » Daeron Azuran ne peut tenir aucun autre discours, il croit en ses paroles, le puissant Ameth sait offrir la vérité à ses adeptes, si le confident impérial doit dire la vérité, il le fera. Et seul la force de sa Foi pourra l’aider à tenir, car telle est désormais son épreuve.

«Pour l’instant, nous allons le laisser dans l’appréhension, vous pouvez peut-être y aller à votre tour, il peut éviter le pire, s’il prends conscience du chemin de croix qui l’attends. » Daeron a bien conscience qu’il offre un travail de concert, dérogeant aux habitudes les plus strictes, mais l’homme dans la pièce adjacente n’est pas n’importe qui, mais surtout, il n’est pas ici en ennemi mais en allié de l’Empire de Vapeur, malgré ses habitudes de païens.

«Mais si vous voulez y aller, je vous préviens, que la chaleur va augmenter. » Déjà, les autres sont à l’office, afin de faire monter la température pour placer le confesseur dans un inconfort grandissant. Il ne devrait pas avoir la possibilité de manigancer, et la chaleur marche bien sur les eskrois et les ambrosiens, à cause de leurs manques d’habitudes à celle-ci.


avatar
Richard Welton
Ministre de la justice
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 74
Date d'inscription : 04/04/2017
MessageSujet: Re: Interrogatoire du confesseur [Richard Welton] Lun 28 Mai 2018 - 15:07
Oui, bon, d’accord, j’avais peut être anticipé les mauvais traitements à venir, mais on ne me fera pas retirer de l’esprit cette histoire de dromadaire. Oui, c’était ce que je pensais de la torture, et je n’avais pas mis au point une technique de déduction imparable pour rien – même s’il fallait encore la peaufiner. À quoi servait l’investigation s’il suffisait de torturer ces personnes pour avoir ce que l’on désirait…. Je soupirais et je restais un moment silencieux avant de finalement  hausser les épaules. Pas en blasphémant, mais plutôt en laissant tomber. De toute façon, je ne cherchais pas à lutter contre ce que je ne pouvais pas changer. j’étais aussi serein parce que je savais quelque chose de simple : il y avait des éléments maîtrisables et des éléments non-maîtrisables. Et ne pas s’inquiéter pour le non maîtrisable me soulageait beaucoup ! Plus que bous ne pouviez l’imaginer.
L’aveuglement et la bêtise des autoproclamés protecteurs de la foi, étaient des éléments non-maîtrisables.

« Je vois… ne pensez-vous pas plutôt, à juste titre, qu’il pense qu’il ne s’agit que d’une menace avant un interrogatoire lus en règle chez les gendarmes ? Chose logique... »

Mais qui n’arriverait probablement pas. Il était là où il l’avait mérité, si tant était que l’on puisse mériter ce genre de traitements, ce dont, il fallait en convenir, je doutais un peu… jue lui fis un sourire un rien désolé de cette situation, avant de finalement hésiter. Y aller ? Pas forcément... en fait, j’essayais de penser de manière logique et raisonnable…la bonne ligne de conduite était difficile à tenir, dans l’absolu… je restais sans rien dire. Oui, voilà, si je ne le faisais as, je ne serai pas « mêlé » à ça… en somme si jamais ils allaient trop loin, je pourrais toujours désapprouver ou démentir.

« Je préférerais éviter. Je ne souhaiterai en aucune manière interférer avec votre grand œuvre… ce serait des plus malvenus. De plus, qui suis-je pour intervenir dans votre travail ? »

Bon, si, j’aurai pu. j’étais le ministre Ambrosien  de la justice. Mais soyons honnêtes : je n’avais aucun intérêt à intervenir, même si c’étaitn possible. Je référais changer de sujet, alors. Directement, comme si de rien n’était, et du ton le plus détaché que je pouvais utiliser. Même si c’était faux.
avatar
Daeron Azuran
Protecteur de la Foi en Ameth
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t389p10-dignitaire-daeron-azuran-chasseur-d-impie#10770
Nationalité : Amethienne
Messages : 38
Date d'inscription : 12/10/2017
MessageSujet: Re: Interrogatoire du confesseur [Richard Welton] Ven 15 Juin 2018 - 18:45
«Je pensais que votre allez aurait pu faire délier sa langue, comme une chance de nous éviter… » Déclara Daeron simplement, d’une voix calme, observant l’homme de l’autre côté avec la plus grande des sérénitudes. Il aurait peut-être était bon, de voir Richard Welton y aller, la langue de l’individu ce serait délié, mais avec des si, l’on mettait Ambrosia en bouteille. A la place de cela, Daeron prend note, laisse s’écouler quelques instants de silence et d’y retourner.

J’aimerais vous dire que les lignes qui vont suivre sont d’une insoutenable cruauté, que l’art, la manière et le doigté amethien en matière d’aveu est terrible, une vision si difficile, que votre esprit ne saurait lire convenablement ces lignes sans dégout. Pourtant, Daeron Azuran est encore fort loin de ce genre de pratique, il préfère l’élégance de l’attente, de la patience même en vérité, prenant soin de provoquer l’inconfort de la soif et de la chaleur, l’étalage d’objets étranges et impossible, avant de s’en aller plus loin, et même d’offrir la prière pieuse à l’homme qui peut donc voir largement ce qu’il risque de lui arriver.

Et il voit l’homme s’inquiéter, les yeux cherchant à s’accrocher sur quelque chose, avant de revenir sur le protecteur de la Foi. Une hésitation ? Préfère-t-il les actes du protecteur plus qu’autre chose ? S’il est innocent, il n’a rien à craindre, non ? A peine a-t-il pris le choix de passer aux choses sérieuses, que le confesseur abdique en tremblant, il se raidit, se recule, il parlera, seulement en présence d’un représentant Ambrosien et sous réserve d’être transférée devant la justice de l’Empire ! «Pourquoi nous vous accorderions cela ? » S’étonne Daeron…


avatar
Richard Welton
Ministre de la justice
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 74
Date d'inscription : 04/04/2017
MessageSujet: Re: Interrogatoire du confesseur [Richard Welton] Ven 22 Juin 2018 - 12:59
Ce n’était pas parce que nous étions en train de collaborer que j’approuvais. Or, si j’approuvais, je n’étais pas forcé d’accepter. Donc je préférai regarder et ne rien dire, comme simple observateur, quand bien même cela me rendait complice, au moins passif. Mais je voyais la différence entre intervenir ou non. Que les fameux protecteurs de la foi agissent comme ils le sentaient. Moi je ne voyais pas de raison de venir troubler leurs méthodes de travail… toutefois, s’il voulait un éclaircissement sur le sujet, cela ne me posait pas non plus trop de problèmes. Je lui fis un sourire engageant toutefois avant de m’expliquer un minimum, même si cette explication ne lui conviendrait sans doute pas…

« Je crains qu’il ne soit pas sage de me mêler de cela de trop prêt, pour des raisons politiques aussi bien que philosophiques. Comprenez, coopérer ne signifie pas approuver… et je préfère ne pas me mêler de trop prêt de ce que je n’approuve pas. Loin de moi l’idée de chercher à insulter votre noble art ! Mais j’ai toujours privilégié une manière moins… invasive, dirons-nous, d’obtenir les aveux et informations nécessaire. Je pense que l’observation, la déduction, et la logique, devraient primer en matière de lutte contre la criminalité. La violence et les méthodes plus fermes ne sont pas forcément ce que j’apprécie le plus… mais je suppose que chaque méthode a des avantages et des inconvénients, bien sûr. Et vous faites ce que vous estimez juste, alors qui suis-je pour critiquer ? »

Oui, voilà, c’était la manière la plus polie et la plus sage que je pouvais fournir, et j’espérais qu’elle ne passerait pas mal. Je restais un moment silencieux avant de finalement regarder le protecteur entrer dans la salle, devant les yeux du confesseur, plus qu’inquiet. Je continuais à attendre le dromadaire comme coupable… mais bon, allons, peut être exagérais-je l’inefficacité de telles méthodes barbares – et on voulait me faire croire que le Protectorat était civilisé, avec de telles méthodes ? – je restais silencieux et je le regardais travailler. Je voyais l’homme trembler, demander à ce que ce soit la justice ambrosienne qui intervienne… et en soit, il en avait le droit, après tout, c’était le prince consort qui avait été tué, plus encore, c’était sur le sol ambrosien. Et puis, nous nous montrions plus civilisés, moins cruels… quoiqu’un dérapage serait vite arrivé… le prince Elrich était fort aimé de tous… ici aussi cela pouvait déraper, mais contrairement à dans mes locaux, ici, j’interviendrais sans hésiter, parce que les aveux comptaient plus que la sensibilité des protecteurs de la Foi ! 
avatar
Daeron Azuran
Protecteur de la Foi en Ameth
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t389p10-dignitaire-daeron-azuran-chasseur-d-impie#10770
Nationalité : Amethienne
Messages : 38
Date d'inscription : 12/10/2017
MessageSujet: Re: Interrogatoire du confesseur [Richard Welton] Ven 22 Juin 2018 - 17:08
Daeron Azuran se contente de s’incliner devant Richard Welton, simplement en gage d’acceptation de ses paroles, mais surtout d’approbation. Il peut envisager qu’un homme ambrosien ne puisse saisir le bien fondé de leurs manières, et qu’il veuille s’en détacher est à son honneur…honneur de l’avouer, point autre chose. Ainsi donc, il ne répond rien, préférant se rendre auprès du confesseur et commencer lentement à faire son office.

Il est fort étonné quand l’homme demande a être transféré, plus encore qu’il parlerait devant un homme de justice Ambrosienne, il s’étonne car il ignore pourquoi, on lui accorderait ce genre de chose, il demande même précision, préférant tout simplement ne pas trop le savoir. « Parce que j’en fais demande, devant la justice même de Tarren s’il le faut ! Et vous ne pouvez point aller à l’encontre du Juge ! »

Le confesseur devrait savoir que les Procteurs de la Foi, ne sont guère disposés à ce genre de chose, pour eux, seul Ameth compte, et c’est lui, qui sauverait le monde, mais il ne peut aller non plus à l’encontre d’Ambrosia et il le sait. Pas sur cette affaire. « Le ministre lui-même vous regarde derrière cette vitre, il y a donc représentant, parlez, ou je commence. » le confesseur tombe les yeux sur la vitre, il tremble, s’agite, lentement l’inquisiteur prend les choses nécessaire pour passer à des choses plus sérieuses.

L’hésitation et puis il parle, il parle de l’Impératrice, et du poison qu’il a administré dans son thé, de l’enfant qui devait disparaître, d’empêcher le protectorat de prendre place en Ambrosia, il se perds dans ses explications et parait s’empresser à les donner quand Daeron déplace un nouvel outil de torture sur la table. Il avoue avoir agit sur les ordres de son cousin : Le premier ministre de Voisin.


avatar
Richard Welton
Ministre de la justice
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 74
Date d'inscription : 04/04/2017
MessageSujet: Re: Interrogatoire du confesseur [Richard Welton] Sam 7 Juil 2018 - 0:21
Je restais silencieux avant de finalement le regarder faire, commencer à parler avec le confesseur impérial. Je fronçais les sourcils et j’espérais en effet ne pas arriver au moment où il aurait à se servir de sa quincaillerie ! Je restais un moment sans rien dire avant de finalement soupirer. Allez, vite, je préférais éviter de passer trop de temps dans ce genre d’endroit que je ne cautionnais pas. Par principe. Je restais silencieux et je regardais le protecteur de la foi prendre son temps pour faire comme il le devais. Je le regardais déballer les outils un à un alors qu’il en appelait à la justice de Taren, et je devais faire appel à tout mon contrôle et toute ma sagesse pour ne pas intervenir. S’il demandait la justice de Taren j’étais enclin à la lui accorder. Mais une collaboration ne fonctionnait pas comme cela… je ne pouvais pas m’imposer. Jamais. Pas avec eux.

Je restais silencieux jusqu’à ce qu’enfin, il ‘craque et lâche le morceau. Je restais silencieux, un rien incrédule, avant de finalement me reculer un peu et commencer à réfléchir aux implications de ses révélations si elles étaient vraies. Car oui, je prenais la possibilité du mensonge comme probable, ; ou au moins possible, et je ne ferai rien sans avoir trouvé des preuves attestant ou contestant les affirmations en prévision de la torture. Je toquais à la vitre sans teint et attendais que le protecteur de la foi me rejoigne pour lui poser quelques questions, trahissant au passage qu’il y avait bien quelqu’un de l’autre côté.

« Protecteur de la Foi, j’aimerai votre expertise : quelles sont les chances que cela soit vraies ? Je veux dire, il y a une potentialité qu’il lance quelque chose pour nous distraire et pour éviter la torture, n’est-ce pas ? »

Oui, la question se posait, il fallait le reconnaitre. Mais quelle es étaient les chances que cela marche ainsi ? C’était, après tout, très « gros » et le premier ministre faisait une cible parfaite… et ^pourtant, ça me paraissait trop « énorme » … d’autant qu’il n’avait aucun intérêt ni avantage à dénoncer son frère…

« Il y a quelque chose qui cloche… c'est trop gros... »
avatar
Daeron Azuran
Protecteur de la Foi en Ameth
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t389p10-dignitaire-daeron-azuran-chasseur-d-impie#10770
Nationalité : Amethienne
Messages : 38
Date d'inscription : 12/10/2017
MessageSujet: Re: Interrogatoire du confesseur [Richard Welton] Sam 11 Aoû 2018 - 14:16

[color=#83541c] « Ou qu’il cherche à être transférer en tentant l’improbable. »[/b] Dit-il gravement, ayant enfin rejoint la proximité du ministre. Il le dévisage, l’air sévère, mais surtout en pleine réflexion. Les protecteurs ne pourraient aller chercher le Ministre et tout ceci risque de devenir tendu. « Si cela ne tenait qu’à moi, Inspecteur, le premier ministre serait ici. Mais le gouvernement ne laissera pas faire cela. Il est peut-être temps que vous posiez vous-même les questions, des questions plus affutées que les miennes, je ne pourrais pas tenir longtemps mes supérieurs s’ils ont vent de ces propos. Un Saint-Homme a été tué… »

Le prieur l’avait dit, ce serait une chasse à l’homme et avec ce qu’il se passe ici, ça n’irait pas en s’arrangeant. Daeron n’est pas de nature empressé, à vrai dire, c’est un personnage méticuleux et minutieux ! Il inspire, courir les accusés ne lui va pas.

« Peut-être que si vous demandez vous, des preuves, il saura nous en donner, des choses que nous n’avons pas chercher, qui peuvent être restés dans ses appartements ou quelque chose de similaire. »

Oui, Daeron estime avoir besoin de l’esprit plus éclairé de Richard Welton, car leurs méthodes ne sont pas identiques, Daeron accuse et rend justice, sans chercher, les procès sont rares chez eux, mais cette fois, il refuse de bacler, il veut la vérité, pour le prince consort, un homme comme on en voit pas souvent, un homme qui apparait pas à toutes les générations.

Essuyant son front pourtant habitué à la chaleur, l’homme hésite. « Pourquoi accuser un homme de sa propre famille de toutes manières ? Par Jalousie inconsidérée ou quelque chose de similaire ? »

S’il a déjà mené des enquêtes, elles n’ont jamais été aussi délicates, mais cela ne pourrait que l’aider dans ses aventures prochaines, n’est-ce pas ?


avatar
Richard Welton
Ministre de la justice
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 74
Date d'inscription : 04/04/2017
MessageSujet: Re: Interrogatoire du confesseur [Richard Welton] Jeu 23 Aoû 2018 - 19:10
Bon, alors, c’était bientôt fini cette histoire ? J’avouais volontiers que mon impatience à sortir d’ici allait grandissante. Mais bon, je ne pouvais pas partir sans avoir plus d’informations, hélas. Je restais un moment sans rien dire avant de finalement lui sourire poliment, alors que le Protecteur s’adressait à moi. Au moins nous étions d’accords sur ce point : ils ne pouvaient pas tout faire, d’ailleurs, je ne pus retenir une petite phrase sur le sujet. Parce que déjà plusieurs fois par le passé, les Protecteurs de la foi avaient dépassé les bornes.

« Et souvenez-vous de cela : la justice ici, c’est moi qui la fait appliquer, et si vous laisse intervenir, c’est parce qu’un Saint Homme a été tué. Rien de plus. »

Il ne fallait pas non plus que cette intervention fasse jurisprudence. Cela m’aurait sans doute donné bien plus de difficultés. Je restais un moment sans rien dire avant de soupirer profondément. Oui, il allait falloir que j’intervienne, mais je n’aimais pas l’idée de me fonder sur des sources aussi peu fiables. Je regardais un peu le confesseur, assis, en silence maintenant, alors que finalement une question tombe. Je restais sans rien dire un instant avant de finalement proposer une interprétation sur la bonne raison d’accuser sa famille.

« De Voisin a hérité de l’intégralité des terres familiales en tant qu’aîné. Il n’est pas impossible que le petit frère en garde rancœur. Une inimité entre frères, ce ne serait pas une nouveauté. Mais je vais réunir des preuves, en effet. Sans me fier sur un témoignage aussi vague. Je ne dénigre pas votre travail, Protecteur, mais je préfère éviter de me fonder sur quelque chose d’aussi changeant que la parole d’un traitre. J’espère que vous comprenez ma situation ? »

Oui, voilà. Quant à mettre en lumière le reste d’une conspiration, cela ne me dérangeait pas de fouiller dans des endroits où je ne devrais pas. Ne serait-ce que chez mon supérieur hiérarchique. Mais je ne rendrais aucun compte de mes trouvailles au protecteur de la foi.
Et de toute façon, je savais que nous ne trouverions rien. Si les accusations étaient fondées, nous ne trouverions rien chez lui. Enfin bref.

« Je vais mettre en branle les procédures immédiatement, et parler aux bonnes personnes. Si vous voulez bien m’excuser, Protecteur… »

J’eus une légère inclinaison du buste et s’il me congédiait, je m’en allais d’un pas vif 
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Interrogatoire du confesseur [Richard Welton]
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: 3ème niveau de la cité :: Quartier religieux-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous surDes mêmes auteurs