AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: Palais impérial :: Jardins et extérieurs

Chapite 03: à mort!

avatar
Constance Jane Enverse
Garde Impérial
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 40
Date d'inscription : 27/03/2018
MessageSujet: Chapite 03: à mort! Mar 24 Avr 2018 - 11:59


Chapitre 03 : à mort!.
©️ Never-Utopia

Tu es de retour au palais, cela fait un petit moment que tu es arrivée maintenant et même si tu t’es perdue en ville, la bâtisse impériale commence à t’être bien plus familière. Ton équipier est un homme d’un âge proche de la retraite, mais tu sais parfaitement l’écouter et communiquer avec lui, à vrai dire, il t’apprend énormément et te préviens des comportements à avoir avec certains. Les courtisans te paraissent des bêtes étranges, les hommes te reluquent parfois mais devant ton stoïcisme, ils ne s’attardent pas. Pas encore, certains te disent, mais tu verrais bien. La mentalité des gardes impériaux coule dans tes veines, la fratrie militaire est aussi soudée que sur l’île et vos repas se passent dans les rires et l’amitié. De suite, tu as été intégré, et tu te sens parfaitement bien. Et puis, la bleusaille que tu es, a été mise à la proximité des prétendants et des courtisans. Tu n’es encore affilié à aucune chose particulière et cela te convient. Tu fais ton travail, sans sourciller et aujourd’hui encore, tu fais de même.

--Tu as vu ?

Tu murmures à ton binôme, cela fait un petit moment que tu fixes Raimond Beauregard dans le jardin impérial, en compagnie d’autres courtisans. Le soleil s’ouvrant à des promenades dans les espaces en fleur, ils prisent tous cet endroit et toi, tu restes assez loin pour tenir ton rôle, mais point trop pour pouvoir intervenir. Tu as remarqué un courtisan, tu n’aimes pas sa façon de se tenir, ni même ses coups d’œil et tu n’es pas folle. Tu sais parfaitement que ce n’est pas un impie sodomite qui se cache sous ces œillades. Tu inspires, ton instinct ne t’a jamais trahi et tu ne vois pas pourquoi il le ferait maintenant. Ni une, ni deux, tu cesses de réfléchir car l’homme s’est rapproché, tu fonce, comme une panthère sauvage, et tu utilises les éléments du décor pour appuyer ton avancée. Un hurlement perce la foule, mais c’est toi qui provoque cela. Tu te jettes littéralement sur l’homme qui as levé sa main en direction du prétendant, hurlant à mort les Deux-Cimes et tu le plaques au sol, laissant partir un coup de feu, tu l’espères, dans les airs. Pendant quelques instants, tu fais peu cas de la cours qui t’entoure, tu maîtrises l’homme de tout ton poids, jusqu’à lui coincer un bras au sol, son visage à terre. Tu ne réalises que maintenant qu’on te regarde, alors que ton binôme et d’autres gardes arrivent et tu dévisages les gens, surprise, détenant l’ennemi sous ton autorité.


avatar
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois
Messages : 76
Date d'inscription : 29/08/2017
MessageSujet: Re: Chapite 03: à mort! Sam 5 Mai 2018 - 0:13
Les courtisans étaient nombreux mais je ne comptais pas m’arrêter trop longtemps. La situation était claire sans doute pour tout le monde. Il y avait du changement dans l’air. Je serai le prochain prince consort et ma semence reconquerrait le trône pour mes descendants, forcément… je souris à une jeune femme qui se trouvait là à papillonner des yeux avant de saluer un autre courtisan que je connaissais fort bien. Pour le moment, rien à dire. Le rendez-vous en tête à tête avec l’usurpatrice aurait lieu dans quelques jours et je me préparais moralement, notamment en m’offrant un bain de foule de mes partisans au palais. Ils étaient plus nombreux que ce qu’on croyait… le concept des grands n’avait pas beaucoup plus aux vieilles noblesses qui se voyaient ainsi écartées des mamelles du pouvoir… et donc il n’était pas rare que les plus vieilles familles de l’empire me restent fidèles. Oh, pas toutes, certes, mais c’était ainsi. Un peu de rancœur accumulée.
Quatre siècles à attendre, c’était long…

Je prenais donc mon bain de foule quand soudain je vis et sentis plusieurs choses : premièrement un garde se ruait vers moi, deuxièmement, une personne hurlait mort aux deux-cimes en pointant une arme sur moi… la suite fut très rapide. Et je ne sentais que le souffle chaud de la détonation, ne respirais que la fumée et ne subissais qu’une légère estafilade sur la joue, la balle m’avait à peine frôlée… je portais ma main à ma joue en me comportant le plus dignement possible, avant d’y appliquer un mouchoir. Regardant encore un peu ébahi et ébranlé la jeune femme qui maintenait l’assassin au sol. Je restais interdit… j’avais le cœur au bord des lèvres en ayant frôlé la mort… finalement parvenant à prendre la parole je lançais la première chose qui me venait à l’esprit.

« Le système de sécurité est à revoir… »

J’avais besoin d’un verre, si possible costaud, pour digérer la situation. Oh, pas de quoi me rendre ivre, mais juste de quoi me remettre du choc. Mais déjà d’autres gardes venaient et faisaient escort jusqu’à une autre pièce où ils m’offrir un fauteuil et un doigt de brandy. Voilà qui me faisait du bien. Je soupirais d’aise. Puis, finalement je demandais à voir la jeune personne qui m’avait sauvé la vie. Et qui l’avait aussi risquée en ne faisant pas correctement attention plus tôt. Un incident comme ça n’aurait pas dû se produire. Pensant sans doute que je souhaitais juste la remercier on l’envoya quérir pendant que je me remettais.

Enfin, la voilà, je me contentais d’une petite remarque sarcastique.

« Est-ce que vous ne me mettez pas en danger cette fois ? »

Puis, plus sérieusement, je reprenais.

« Vous avez risqué ma vie, aujourd’hui, et je ne l’oublierai pas. Toutefois, vous avez aussi sauvé ma vie et bon nombre de vos frères d’armes pourraient sans doute presque vous en vouloir pour ça. Mais je vous remercie. »

Et ce merci était sincère.  
avatar
Constance Jane Enverse
Garde Impérial
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 40
Date d'inscription : 27/03/2018
MessageSujet: Re: Chapite 03: à mort! Sam 5 Mai 2018 - 7:32
Tu ne t’attendais pas à de la reconnaissance, en vérité, tu as fait ce que l’on t’a appris à faire. Droite et disciplinée, tu n’as aucune foutue idée de qui tu viens de sauver, à vrai dire, tu t’en fous. Il n’aurait pas été concevable, qu’au palais Impérial, un membre de la noblesse ou reconnu pour être là par sa potentiel grandeur soit tué. Cela aurait pu créer des incidents diplomatiques, dont tu ne mesures pas la porté et pire encore, cela aurait pu te rester en travers de la gorge. Car oui, tu n’acceptes point l’idée d’avoir failli. Et si cela avait été un test qui plus est? Tu ne peux savoir, alors, ni une, ni deux, tu as sauvé ce chevelu blond, sans connaître son nom, mais tu n’as pas omis d’entendre sa remarque. Tu t’en fiches et tu laisses tes compagnons embarquer l’individu. On ne te fait aucune véritable remarque, ton acolyte te félicite même de ta réaction et tu ne regardes même pas, le regard de quelques courtisans masculins qui te font serrer les points. Quel est leur besoin de te fixer comme une délicieuse chose, alors que tu peux tout à fait les étaler d’un seul mouvement? Fort heureusement, aucun ne vient t’importuner pour des ronds de jambes quelconque. On te demande, si tu sais qui tu viens de sauver.

--Non.

Pourquoi le saurais-tu? Tu ne connais pas tous les patronymes, ce n’est pas ton rôle, tu sais que tu apprends à reconnaître les personnalités, parce que tu n’es pas un poisson rouge et à force de rester immobile à la garde, tu sais, mais sinon. Alors on te donne son pseudonyme et tu le répètes sans grande cérémonie.

--Raimond Beauregard, soit.

On essaye d’insister, mais vu ton regard, au final, on te donne juste son titre, son rôle et un peu de précision, tu ne changes pas de cet air imperturbable qui te convient tout à fait. Oui, donc, c’est l’ancienne lignée...et alors qu’on tente de t’inculquer des détails biaisés par un jugement que tu n’as pas encore, on vient te prévenir qu’il souhaite te rencontrer. Pourquoi diable? Tu ne refuses pas, mais on te souhaite bonne chance, avec un sourire amusé. Tu soupires et t’enjoins donc à te présenter au lieu où se trouve l’homme que tu as sauvé.

--Sauf votre respect monseigneur, votre vie est plus en sécurité avec ma présence que mon absence. Ainsi je ne saisis pas votre insinuation.

Le sarcasme,n’est pas dans tes habitudes, d’ailleurs tu ne comprends guère le reproche qu’il vient de te faire et tu restes, en position de garde à vous, imperturbable, tu n’es pas là pour faire autre chose et tu attends qu’il en vienne au fait. Pourtant, et c’est bien la première fois, son début de phrase te provoque un sourcil interrogateur. Risquer sa vie? C’est bien la première fois que tu entends cela, et qui plus est, sa vie aurait pris bien plus de risque sans toi. Cet homme est un idiot, ou bien il n’a pas tout compris.

--Votre vie aurait pris bien plus de risque sans ma présence. Toutefois, si vous m’en faites la précision, je m’abstiendrais à l’avenir, d’intervenir si vous considérez que je n’aurais pas dû le faire. J’accepte vos remerciements quelque peu particulier et je vous demande pourquoi, mes frères d’armes m’en voudraient?

Cet homme, tu ne le comprends pas, mais comme il tient des manières nobles et des petits gestes de courtisans tu te dis qu’il s’agit d’un autre monde, fait de chose dont tu ne saisis pas les tournures, ce n’est point grave.


avatar
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois
Messages : 76
Date d'inscription : 29/08/2017
MessageSujet: Re: Chapite 03: à mort! Dim 6 Mai 2018 - 17:53
La rencontrer, oui, c’était une bonne méthode pour lui affirmer ma reconnaissance… même si elle ne devrait pas sans doute pas la mériter. ? Tout cela n’aurait pas dû arriver… enfin, je n’allais pas lui reprocher grand-chose non plus, elle m’avait sauvé la vie… même si je n’aurai pas dû avoir à la risquer au sein du palais. Je lui souris poliment alors que j’attendais de sa part une réaction quelconque à ce que je lui avais dit. Plus en sécurité avec elle que sans elle ? Hmmm… je n’étais pas forcément d’accord avec son avis… en effet, si elle avait été là comme elle le devait, cela ne serait pas arrivé… les gardes ne devaient pas résoudre les problèmes mais intervenir suffisamment tôt pour éviter qu’ils ne surviennent… ou alors… ou alors, comme c’était une bleue elle était intervenue dans une petite opération clandestine des de Choiseul visant à m’éliminer ? Sans doute… donc elle n’était pas dans la confidence… cela pouvait se révéler être un avantage. S’ils ne lui faisaient pas confiance, alors elle me protègerait.

« La garde aurait dû éviter l’incident avant même qu’il n’ait lieu, pas éviter celui-ci sur le tas, au dernier moment. Par votre manque de bonnes réactions j’aurai pu y passer… mais je me trompe peut-être ? Même avec votre intervention, la balle m’a frôlé… Donc j’aurai quand même pu y passer malgré cela… »

Donc son absence et son remplace0ment par quelqu’un de plus compétent n’était pas forcément un mal… mais je supposais, aux vues de ses marques bleues, qu’elle était nouvelle. Lui laissais-je le droit à l’erreur ? Non, a priori non… mais en même temps, ma vie et ma sécurité avait été entre ses mains, et elle les avait toutes les deux mises en danger… enfin bref, une bleue restait une bleue. Je ferais bien, à l’avenir, de compter en priorité sur ma garde personnelle, juste au cas où…
Et puisqu’elle en remettait une couche, je ne voyais pas pourquoi je n’en remettrais pas une non plus… enfin bon, il fallait au moins reconnaitre qu’elle savait où était sa place, à savoir à protéger les autres… et à obéir, donc bien que particuliers, elle ne pouvait qu’accepter les remerciements. Toutefois, c’était la question qui venait vers la fin qui me plaisait particulièrement. Elle était une preuve supplémentaire qu’elle était une bleue mal formée…

« Oh ils vous en voudront… après tout, vous venez de sauver le pire ennemi de votre souveraine… »

Oui, il s’agissait d’une vérité, elle ne trouverait nul opposant en ces lieux qui puissent rivaliser avec moi, tant du point de vue de la légitimité que des raisons de nuire… et pourtant, elle me sauvait la vie. Ce serait ironique qu’elle ait des ennuis en faisant son travail, n’est-ce pas ?

« Ce trône, est, pour ainsi dire, celui de ma famille. Donc, en tant qu’usurpatrice, elle a toutes les raisons de me craindre, voir même de chercher à me faire assassiner… qui sait, vous avez peut-être même interrompu une entreprise menée par vos supérieurs…  Toutefois, sachez que je ne suis pas un ingrat, sachez-le. Vous serez récompensée. »

Et qui saurait alors si ça ne la mettrait pas en pire situation ? Je m’en fichais un peu, aussi, je ne disais rien de plus.
avatar
Constance Jane Enverse
Garde Impérial
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 40
Date d'inscription : 27/03/2018
MessageSujet: Re: Chapite 03: à mort! Lun 7 Mai 2018 - 9:08
--Si vous le dites.

Tu réponds cela comme si ses paroles n’avaient aucun sens, car pour toi, elles n’en ont pas. Il existe des gens qui ne sont jamais contents et qui n’aiment pas avoir été sauvé, cela prouve leur faiblesse. Et cet homme est donc faible à ton regard, probablement même insignifiant. Ce n’est pas son titre, qui y changera grand chose, ce n’est qu’un fat, il en a l’allure précieuse d’ailleurs, mais ce n’est pas ce qui t’importe! Tu attends simplement qu’il ait terminé de faire son courtisan effarouché, ou précieux. Ne prenant au final son comportement que comme celui d’un enfant agité qui tient aux derniers mots. Mais toi, tu te moques bien des derniers verbes et de qui les détiendra, tu es droite dans tes bottes et aujourd’hui encore, cela ne change pas. Quand il parle de pire ennemi, pourtant, tu hausses un sourcil et ce qui va suivre, te fait hérisser le poil. Il insulte ton impératrice et cette fois, ton corps raidit, tu fais ainsi le rapprochement, car si tu ne connais pas tout à fait tous les noms qu’il faut, tu sais qui il est. Un Prince Deux-Cîme. Mais puisqu’il ose nommer ta souveraine, usurpatrice, ta réaction est immédiate, tu te rapproches, et dégaine ta lame, la pointant sous sa gorge.

--Ennemi injurieux, retirez où vous finissez au cachot pour insulte à sa majesté.

Tu es seul ici avec lui et tu pourrais lui trancher la gorge, cela ne t’ennuierait pas. S’il est véritablement ennemi, tu n’auras qu’à dire qu’il a tenu des menaces envers Lilith de Choiseul, ou sinon, tu te sacrifieras pour effacer un opposant, sans le moindre remords. Toi, tu n’as pas la délicatesse politique de ton père, et ce n’est point ta faute. Un soldat agit, un dirigeant réfléchit. Tu le dévisages, de ce que tu sais, les de Choiseul ont pris le trône aux incompétents de sa lignée, car c’est ainsi que tu le discernes. Et face à leur impossible reprise du trône à travers les siècles, tu te dis qu’il s’agit d’un enfant gâté à qui l’on a fait des promesses et qui pense réellement pouvoir faire sien, ce qui n’est plus à eux depuis des siècles. Ton visage fermé est si sévère qu’il ferait mieux de prendre garde à la suite de ses propos. Qu’il se méfie de sa réponse, sinon, tu l’emmènerais aux cachots et tu l’y enfermerais. Oui tu y vas un peu fort, mais tu ne laisseras pas passer cela!


avatar
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois
Messages : 76
Date d'inscription : 29/08/2017
MessageSujet: Re: Chapite 03: à mort! Mer 16 Mai 2018 - 22:30
Oh, aurai-je touché une corde sensible ? je ne pensais pas déstabiliser une garde aussi facilement… non que ce ne soit mon objectif, bien sûr… mais disons que je ne m’y attendais pas vraiment… en effet, je m’attendais à ce qu’elle soit plus dans le sang-froid que cela… moi il m’en restait beaucoup, de sang-froid ! Pour preuve, la voyant porter la main à son arme, je ne réagissais pas, pas plus quand elle me menaçait avec… alors je fis la seule chose qui me venait en tête, je faisais un léger mouvement en avant, juste assez pour que je la lame entaille superficiellement la peau de mon cou, j’avais un sourire sur le coin des lèvres.

« Vous ne me ferez rien de mal, car vous venez déjà de commettre une erreur… vous n’auriez jamais du ne serait-ce que penser élever la main sur moi… c’est fou comme les protocoles et les règlements sont contraignant, non ? et je doute que vous soyez bien vue pour avoir port atteinte au cousin sur prince régent eskrois et prétendant au titre de prince consort impérial à défaut d’être sur le trône qui me revient de droit. Revoyez votre histoire, ma chère, ainsi que vos leçons, car vous n’êtes définitivement pas au point. Quant à insulte à sa majesté, où en avez-vous vu une ? quand une lignée prend le trône à ses propriétaires légitimes, ils sont usurpateurs, que ce soit pour le mieux ou pas… »

Je lui fis un nouveau sourire avant de poser un doigt ganté sur la pointe de la lame et l’écarter de ma gorge. J’y portais ensuite un mouchoir et appuyais pour faire taire les quelques gouttes de sang qui perlaient… fort heureusement pour elle, je n’étais pas gravement blessé. Loin de là, mais la symbolique était là, qu’elle l’ait voulu ou non. Enfin, je plongeais mon regard dans le sien en signe de défi. Qu’elle tente de m’arrêter, si elle le voulait, mais je doutais qu’elle aille bien loin de cette manière. Maintenant, libre à elle de me faire taire par la force, mais je subodorais qu’en voyant la marque sur ma gorge, elle aurait déjà du mal à l’expliquer ?

« Maintenant, la bleue, si vous pouvez être mignonne et demander à quelqu’un de compétent de prendre le relai de ma protection, je vous prie… j’ai subi une tentative d’assassinat dans une zone supposément protégée et une autre de la part d’une des gardes… je crains qu’il ne puisse faire que constater vos dégâts… mais merci quand même pour la courtoisie dont vous avez fait preuve… »

Je lui indiquais poliment la porte.

« Après, si vous avez encore des menaces, je vous en prie, je vous écoute ! »
avatar
Constance Jane Enverse
Garde Impérial
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 40
Date d'inscription : 27/03/2018
MessageSujet: Re: Chapite 03: à mort! Mar 22 Mai 2018 - 7:58
Tu viens transpercer sa gorge d’un mouvement, de part en part, de l’oreille à l’autre, sans même sourciller, peu t’importe, un ennemi en moins, tu sais que tu en as terminé de ta place, mais tu lui offres une nouvelle ouverture et observe le sang couler de sa gorge dans un sourire. Voilà comment tu traites les affables de son espèce…

Un battement de paupière chasse ta vision macabre, tu le dévisages, sans même trembler, comme il ne le fait pas. Tu ne le sauverais pas une nouvelle fois, c’est certain et tu espères que la prochaine fois, tu pourras te tenir à son côté en l’observant se débattre comme un chien à l’agonie. Tu te redresses et range ta lame, tu le regardes de ta hauteur comme s’il n’était rien, avant de ravaler le crachat que tu veux lancer à ses pieds, injures suprêmes qui seraient avalées par le tapis hors tu le laisses parler en te détournant. Cet homme ne représente rien pour toi, prince de rien, si ce n’est du vent, qui a du mal à lâcher son titre. Tu ne fais preuve d’aucune délicatesse, tu manques probablement de cours à la diplomatie, et ce n’est pas ton statut de garde impériale qui te protège, tu aurais les ennuis qu’il faut avoir, et cela ne t’effraie pas, au contraire. Tu cracherais à ses pieds si tu le souhaites et quand tu le souhaites. Voilà tout ce que tu as à dire à sa lignée à la gloire de jadis. Tu t’es détourné avant qu’il n’entame son avant dernier couplet, balançant ta main dans le vide, comme pour lui indiquer que tu n’en as rien à faire de ses paroles. Tu sors, sans même l’entendre finir et tu t’en vas. Tout simplement. Quand un garde t’accostes, tu ne réponds pas, tu continues ta route, la mâchoire serrée. Tu aurais dû cracher à ses pieds, mais tu t’es retenue, quand même, tu n’es pas si peu éduquée que cela. Peu t’importe à toi sa lignée de jadis, il n’est rien qu’une crotte de rat dans une cours de souris. Tu sais déjà que tu ne saurais tarder à avoir des nouvelles de ton comportement.


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Chapite 03: à mort!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: Palais impérial :: Jardins et extérieurs-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous surDes mêmes auteurs