AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: 2nd niveau de la cité :: La Maison Bleue

Le devoir, c'est ce qu'on exige des autres.

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Maxine Van Pelt
Espionne raclusienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t423-pupille-maxine-van-pelt-terminee
Nationalité : Raclusienne
Messages : 62
Date d'inscription : 04/01/2018
MessageSujet: Re: Le devoir, c'est ce qu'on exige des autres. Mer 26 Sep 2018 - 16:42
Oui, la réputation de la Dame Diamant est tâchée de sang mais Maxine ne s’en formalise pas. Bien au contraire, elle aime à savoir que son interlocutrice est capable d’extrême. Elle doute qu’elle aurait pu porter le geste fatal elle-même, c’est un brin décevant mais elle admirait le fait qu’elle ait pu s’en sortir sans en souffrir. Il y avait qu’elle que chose de remarquable dans son parcours.

“J’apprécie votre amitié et vos attentions, Madame.” dit-elle très simplement.

Elle n’espérait pas si vite trouver une Dame de renom qui l’aiderait autant. Elle se demandait ce qu’elle trouvait dans cet arrangement, elle ne le faisait pas par bonté simple… Il y avait autre chose, une notion bien particulière qu’elle n’arrivait pas à nommer… Une notion qui lui était étrangère.

“Je ne crois pas que vous souhaiteriez entendre mes plus grands secrets…”

Un fin sourire naît sur ses lèvres alors qu’elle copie la position de Mereïphaïne en s’installant plus confortablement dans sa chaise. Elle imaginait les traits si composés de la Dame vire au cramoisis au récit de ces dernières années, à ce qu’elle avait fait, appris et de quoi elle était capable.

“Pour l’instant, je dépends entièrement du bon vouloir de ma famille et donc de ma ville natale. Assurer son destin est par extension assurer le mien.
Pour faire plus simple, j’assure ma survie. Je ne vous apprend rien, on peut être capable de beaucoup de choses par pur instinct de survie.”


Ce désir constant de perdurer était un de ces besoins primaires qui accompagnait tout individu et qui pouvait les conduire à l’extrême. Maxine avait maintes fois prouvé qu’elle était capable de beaucoup, souvent du pire. S’intéresser à la politique, assurer un support à Thémis et, par défaut, améliorer la réputation des Van Pelt semblait bien fade comparé à ce qu’elle avait fait par le passé mais, c’était nécessaire. On lui avait toujours dis que le devoir de la branche secondaire était d’aider et de soutenir la branche principale. Elle dépendait donc du bon vouloir de la Haute Chair et assurer le rôle qu’elle lui avait attribué était une mission qu’elle se devait d’accomplir, du moins pour un temps.

“Je peux aussi attendre…
Attendre qu’on s’en prenne à la vie de mon cousin, puis de la mienne. Attendre que Thémis tombe et qu’elle m’entraîne dans sa chute. Ce cas de figure n’est pas des plus idylliques, qu’en pensez-vous ?”


avatar
Mereïphaïne d'Argosme
Propriétaire de mines de diamant
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t366-dignitaires-mereiphaine-d-argosme-dame-de-compagnie-imperiale#9416
Nationalité : Ambrosienne (naissance) | Raclueienne (mariage)
Messages : 67
Date d'inscription : 16/09/2017
MessageSujet: Re: Le devoir, c'est ce qu'on exige des autres. Dim 14 Oct 2018 - 22:27
Regards de Courtisane | « Un fin sourire se trouvait sur les lèvres de Méréïphaine, elle observait la demoiselle avec un air qui comprenait. Mais c’était facile, elle savait elle-même tout ce qu’on pouvait faire pour ceux que l’on suivait. Pour elle, c’était l’Impératrice de vapeur, elle avait pleinement choisis ce chemin qui ne lui était pas imposé et se préférait dans le jeu des intrigues qu’en dehors. Elle hocha la tête, simplement, la jeune femme suivait sa famille, elle était jeune, elle était dans le cocon de sa naissance, un jour, elle choisirait peut-être de s’émanciper, ou pas, et d’être l’oreille attentive des siens. Tout était toujours une question de choix, en tous cas pour Méréïphaine c’était le cas.

«A moins que vous ne choisissiez au dernier instant de participer à la chute de Thémis. Mais sur ce genre de chose, je ne fais que souffler des mots. » Ses yeux tombèrent sur la jeune femme avec un air malicieux, oh, qu’elle se rassure, Méréïphaine n’était sur le sujet, d’aucun véritable parti, mais elle devait faire réaliser à Mademoiselle Van Pelt, qu’il y avait plusieurs solution à tout. Elle n’était pas obligée d’attendre, elle pouvait devenir aussi un autre instrument, mais c’était s’avouer double et traitresse. Des positions délicates, la famille des Roblois de Sourdan en savait quelque chose d’ailleurs…

«Les bonnes questions à vous poser sont celles-ci. Je peux aider ma famille, mais arriverais-je à la sauver d’une erreur politique de la Haute Chaire ? Et si je n’y arrive pas, est-ce que je crois assez en ce que je fais pour ne pas dévier, ou bien un autre possible s’offre à moi…je ne dirais pas que la haute-chaire est grillée politiquement, je dirais seulement que sa côte de popularité, sauf miracle risque de ne pas lui assurer une réellection… »

Si elle n’est pas auparavant tout à fait rejeter… »





"Fati constantia victrix" (la constance triomphe de la fatalité"
avatar
Maxine Van Pelt
Espionne raclusienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t423-pupille-maxine-van-pelt-terminee
Nationalité : Raclusienne
Messages : 62
Date d'inscription : 04/01/2018
MessageSujet: Re: Le devoir, c'est ce qu'on exige des autres. Dim 23 Déc 2018 - 16:30
La Dame l'intrigue fortement. Plus habituée qu'elle à la Cours ou à la politique, elle avance l'idée d'un tout autre chemin à prendre. Une possibilité de rébellion, de révolte qui viendrait secouer le nord de Raclus. Un séisme de taille… un de ceux qui pourrait l'entraîner dans sa chute. Était-ce bien la meilleure chose à faire ? Créer un mouvement de panique, un vague qui viendrait la submerger à son tour… une autre question à se poser. Il lui faudrait des alliés dans cette affaire et la jeune femme préférait faire cavalier seul.

En seule réponse, elle hoche la tête, rassurant son interlocutrice quelle comprend tout à fait son point de vue mais que ses propos ne sont pas tombés dans l'oreille d'une sourde. Une insurrection contre les Van Pelt… quelle douce musique. Constantin ne s'y opposerait pas si sa sœur préférée était assurée se s'en sortir saine et sauve. Quand au Conseil de la Ligue, ils apprécieraient certainement la destitution de la Haute Chair. Elle n'était pas le dirigeant le plus apprécié, surtout ces derniers temps.

“Vous présentez la chose joliment.
Ma tante ne laissera pas le pouvoir lui échapper sans se battre. À la fin de son mandat, qui sait de quoi elle sera capable pour le conserver. Elle a certainement un plan d'attaque en place. Une nièce aimante telle que moi pourrait lui offrir son soutien et une oreille attentive.”


Elle laisse cette phrase en suspens entre elles, lui rendant son expression malicieuse qui flotte de l'une à l'autre depuis le début de leur conversation. Leurs connivences chuchotées sont une nouveauté pour elle. Apprentie, elle a toujours suivit les conseils de la seule matriarche qu'elle reconnaît à sa famille, sa grand-mère. Dans leurs échanges, la Dame a souvent portée conseil à son héritière mais d'un ton qui ne souffrait aucune objection ou commentaire. La Courtisane, elle, lui laisse loisir de remarques et de répondre.

“Dites-moi, quel destin pourrait s'offrir en Ambrosia à une jeune pupille qui dévierait du chemin que sa famille a tracé pour elle ?”


avatar
Mereïphaïne d'Argosme
Propriétaire de mines de diamant
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t366-dignitaires-mereiphaine-d-argosme-dame-de-compagnie-imperiale#9416
Nationalité : Ambrosienne (naissance) | Raclueienne (mariage)
Messages : 67
Date d'inscription : 16/09/2017
MessageSujet: Re: Le devoir, c'est ce qu'on exige des autres. Sam 12 Jan 2019 - 7:25
Corruption ? | [i] Voilà une chose qui s'avérait intéressante. Méréïphaine eut un sourire entendu, car ce que disait la demoiselle était claire. Elle pouvait entendre et écouter sa tante, et certainement pas pour se montrer uniquement comme une nièce dévouée. Il y avait probablement plus que cela, et ce plus était dans l 'intérêt de la dame d'Argosme. Car oui, elle pourrait rapporter à l'Empire des choses intéressantes, elle sourit donc et releva le visage en réfléchissant. Une cigarette lui chatouille l'envie, Madame d'Argosme vient à sortir de son étuit d'argent une de ses rares petites choses qu'elle peut fumer, généralement, c'est dans des moments comme celui là qu'elle dévie à sa corruption. Une note de tabac Clark pour la saveur des chuchotements.

Ses gestes délicats et fins viennent entre elles se jouer, elle allume son tabac d'un briquet d'argent pur et laisse en suspens la question de la jouvencelle. Quel destin...oh,la réponse est à la fois si aisée et si simple. La dame prends temps de répondre.

 « Celui que vous aurez décidé d'avoir Mademoiselle. C'est là, la beauté d'Ambosia. Courtisane impériale, étrangère, intriguante, espionne... » Un rire volubile et doux ponctue sa phrase.  « Il vous suffit d'y réfléchir et de décider. On dit que les courtisanes prennent toujours novice sous leurs ailes, il y a des maîtres d'armes, des maîtres charpentiers et des maîtresse courtisane. Libre à vous de prendre ce pied. Vous avez il semble, une mentor prête à essayer de vous former sur ce chemin, n'est-ce pas ce qu'elle fait déjà d'ailleurs ? »

Elle posa cette question avec douceur, un rien ironique, elle s'amusait de leur entente facile, la demoiselle était raclusienne, une étrangère, mais qui sait, Ambrosia lui offrait des libertés qu'elle n'avait probablement pas ailleurs. Un passé familial c'était lourd.

 « Toutefois,il faudra envisager une chose : mieux vaut qu'on croit à votre chute en compagnie familial et à un chemin long pour retrouver votre rang, qu'une officielle annonce de trahison. Cela vous ferait partir dans toutes entreprises avec un malus que vous aurez bien du mal à faire oublier. »

Et elle ens avait quelque chose, n'était-ce pas l'histoire même de sa famille?




"Fati constantia victrix" (la constance triomphe de la fatalité"
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le devoir, c'est ce qu'on exige des autres.
Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: 2nd niveau de la cité :: La Maison Bleue-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous surDes mêmes auteurs