AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: Palais impérial :: 1er étage

Convocation d'un banneret[Pv]

avatar
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois
Messages : 62
Date d'inscription : 29/08/2017
MessageSujet: Convocation d'un banneret[Pv] Jeu 24 Mai 2018 - 0:01
Convoqué ? Moi, convoqué ? Eh bien sans doute était-ce une bonne chose dans le fond, ce serait une occasion pour moi de voir la famille, même par alliance. Car il fallait croire que dans le fond, elle n’était pas particulièrement famille, sans doute, ou du moins, pas avec sa nouvelle famille. La prince d’Eskr, épouse du régent, mon cousin, le prince Lowell IV, était, semblait-il, une rustre… fort heureusement, elle n’était pas une cagaude, mais au moins, elle ne faisait pas trop rustique à la cour. Grâce au boucher sans doute… enfin bon, qui étais-je pour émettre un tel avis sur ma suzeraine ? Un conseiller avisé, sans doute… mouais, ou pas. Enfin bref, tout ça pour en revenir à un point simple : Moi, Raimond Beauregard, futur comte de Tercorail, et prince de la Lignée de Deux-Cîmes…

Je n’avais pas de réelle idée de ce qu’elle me voulait, mais quand ma suzeraine me convoquait je répondais présent sans hésiter, avec promptitude et exactitude. Voilà comment un véritable vassal devait se comporter. Je soupirais et m’approchais de l’entrée des quartiers de son altesse la princesse Emily de Brez. Je me faisais annoncer, donc, car j’étais bien élevé, et j’attendais que l’on me prie d’entrer. Je suivais alors le valet qui me menait dans un petit salon où la jeune femme, bien installée dans un fauteuil, m’attendait. Première chose une fois dans la même pièce qu’elle, je m’inclinais, jusqu’à poser un genou à terre. J’inclinais la tête et posais mon poing gauche, l’opposé de mon genou au sol, sur mon cœur avant de me relever.

« Vous m’avez fait mandé, Majesté ? »

Oui, je me montrais guindé, mais je ne me souvenais pas qu’elle ait cherché à profiter plus que cela de la présence de son cousin, aussi, je ne me montrais pas plus proche d’elle… Il m’était donc impensable de me montrer plus familier avec elle… c’était triste qu’elle se montre aussi peu encline à s’entourer de la famille… enfin bon… je soupirais avant de finalement prendre la parole, d’une voix douce mais ferme qui montrait clairement que je n’avais qu’à moitié apprécié cette convocation si… fraîche…

« Que puis-je faire pour vous ? »

De toute façon, j'étais forcément dans l'expectative...
avatar
Emily de Brez
Ambassadrice eskroise / future cantatrice
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t155-pupille-emily-de-brez-cantatrice#2422
Nationalité : Eskroise
Messages : 195
Date d'inscription : 26/02/2017
MessageSujet: Re: Convocation d'un banneret[Pv] Jeu 14 Juin 2018 - 19:16
Milles et une fois, Emily vérifie sa tenue, milles fois, elle s’assure que sa coiffure est impeccable, plus encore, elle jette un œil sur tout, parsemée par l’angoisse de ce qui va se passer. Non, elle n’est pas très jouasse, pire encore, elle a encore plus le trac qu’avant de monter sur scène et elle préfèrerait, et de loin, être en chemise légère devant un public conservateur, qu’être ici, à attendre la venue de Raimon Beauregard.

A vrai dire, la jeune femme n’a rien contre le prince de sang, elle avoue même volontiers, apprécier à peu près sa compagnie, du peu qu’elle a pu en voir et ignore encore tout à fait, son véritable caractère. Lowell lui a étrangement assuré, qu’il est un homme digne de son rang, et tout à fait agréable si l’on s’intéresse un peu à sa personne. Doit-elle s’y intéresser ? Excellente question. Nemrod semble être plus certain qu’elle de sa capacité à recevoir l’homme ! Ce n’est pas cela qu’elle remet en question de toutes façons, mais plutôt, l’idée de devoir lui faire une remarque de la part de son cousin et suzerain. Elle porte un peu d’angoisse au fond, et se vérifie une fois encore.

Sa robe est gris perle, d’une élégante facture et porte sur son corsage, des broderies d’arabesque, elle aime la couleur et le contraste avec sa peau pâle, tout comme elle apprécie, le chignon souverain qu’elle a fait faire à sa domestique. La jeune enfant a les mains moites pourtant et cherche par tout moyen à en retirer ce suintement désagréable. Elle tente d’ailleurs de s’essuyer les mains sur le tissu d’un coussin, qu’elle retourne, prestement, avant que l’hôte, annoncé, ne soit prié d’entrer.

Ni vu, ni connu, elle se présente ainsi que la bienséance de son rang le veut, une inclinaison respectueuse envers son banneret, point trop appuyé, quoi que, car c’est elle « la majesté » et  un sourire joli et poli, qui la crispe un peu. Dans sa tête, elle pense que tout ceci est un bordel stressant et que ça la gonfle.

«Oui Seigneur Beauregard, mais je vous en prie, relevez-vous. » Etait-ce ce qu’elle devait dire ! Elle répond simpelment à la question qu’il a posé, consciente d’avoir pu faire un raté, il s’agit de son cousin par alliance, mais elle doute qu’il la pardonne pour un quelconque manquement à la bienséance ! Elle ne remarque pas l’air plus sévère, et sourit, l’invitant à prendre place. « Je vous remercie d’être venue en tous les cas, et je vous prie de m’excuser de n’avoir point eu assez de temps à accorder à la famille que nous sommes désormais. Mais je voulais être à la hauteur du cousin de mon cher époux avant de le rencontrer. » Elle se retient de justesse de lui demander indulgence pour son air intimidé, car elle l’est réellement, fort heureusement, elle prend place en sa compagnie.

« Je me dois de vous transmettre un message de Lowell d’abord, qui a une requête à vous faire parvenir. » Marchand sur des œufs et ne sachant point trop où se diriger, la jeune femme garde l’air innocent et timide, des fois que cela joue en sa faveur. Mais elle n’a guère besoin de trop en faire, elle est réellement dans cette configuration-là. «Il aimerait que vous calmiez un peu votre comportement face à l’Impératrice et sa famille. » Voilà c’est dit et d’après ce que lui a expliqué Nemrod et ses compréhensions, il n’y a nul doute que le prince de sang risque de fort peu aimé ce message.




"C'est fou comme c'est une chose pratique le mariage.
On passe de fille de pécore à future duchesse de Brez"
avatar
Raimond Beauregard
Héritier d'un comté
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Eskrois
Messages : 62
Date d'inscription : 29/08/2017
MessageSujet: Re: Convocation d'un banneret[Pv] Hier à 17:15
A son incitation, je me redressais, parce que cela signifiait que les formalités étaient établies ? il n’y avait pas plus assuré, alors je me tenais droit, altier. Je ne relevais rien, j’espérais juste avoir vite la raison de cette convocation que je trouvais fort déplacée dans la mesure où elle ne répondait que peu à mes invitations de venir passer un peu de temps en famille. Je ne disais rien, j’essayais de cacher la désapprobation que j’avais à son égard. La famille, c’était quelque chose d’important. Elle la négligeait totalement et aussi triste que cela paraisse, j’avais bien plus de nouvelles de mon cousin, par des correspondances, que des siennes… mais je n’étais pas là pour protester là-dessus. Le pupillat était une corvée inutile et fastidieuse. Mais bon, verrions donc bien ce qu’elle avait à dire. Je ne m’installais pas, restant debout, parce que j’étais convoqué en tant que banneret de mon cousin, et non comme un membre de la famille.

J’avouais que ses excuses étaient polies, mais je doutais qu’elles soient sincères… pour être honnête, je doutais qu’elle ait ne serait-ce qu’envie de connaitre sa famille, ou de penser à sa famille. Je lui fis un sourire fort aimable toutefois, comme si je les acceptais bien volontiers. C’était aussi cela, la cour. Mais c’était vexant qu’elle me pense assez stupide pour croire une excuse aussi stupide. Cela faisait bien assez de temps qu’elle était au palais pour savoir se comporter assez bien. Tssst… c’était fallacieux, comme excuse… trop pour passer. Elle me faisait avaler une énorme couleuvre et en retour je devais faire comme si elle avait bon gout. Par contre, qu’elle ne s’étonne pas de perdre mon respect par ce genre d’actes.

Un message de la part de mon cousin… un message qu’il ne me faisait pas parvenir par lettre, privilégiant de faire passer cela par son épouse… comprenez bien : c’était louche, clairement… je ne disais rien et je fronçais les sourcils. Attendant la suite… jusqu’à entendre son message. Non. Je ne disais rien mais mon visage se ferma aussitôt. J’avais bien fait de ne pas m’asseoir, elle venait de perdre le peu de considération restante. Il suffisait de savoir qui était son Tuteur pour savoir qu’elle ne parlait pas au nom de mon cousin. Toutefois, je me permettais de parler sur un ton posé, calme, mais sans aucune chaleur.

« Sauf le respect que je vous dois, majesté, est-ce un message de votre époux ou plutôt un message de votre tuteur que vous essayez de faire passer comme étant de Lowell ? Comprenez que dans la position où vous êtes, la question se pose, n’est-ce pas ? »

Je souris poliment, mais un sourire stationné aux lèvres, qui ne remontait pas jusqu’aux yeux… je lui fis un sourire poli, puis je me disais que je devrais peut-être adoucir le tout par des propos plus aimable… c’était sans doute préférable. Je restais un moment silencieux avant de finalement reprendre la parole.

« Quant à calmer mon comportement, puis-je me permettre une question, majesté ? Est-ce que, si ses terres d’origines étaient occupées par une personne ayant menti et trahi jusqu’à ses serments devant les dieux pour vous en chasser, seriez-vous à même de vous comporter comme si de rien n’était, comme s’il s’agissait de quelque chose de normal et acceptable ? »

Ou alors, il fallait encore simplifier pour qu’elle comprenne, étant donné le milieu de bouseux d’où elle venait ?
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Convocation d'un banneret[Pv]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: Palais impérial :: 1er étage-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous surDes mêmes auteurs