Les Chroniques d'AmbrosiaConnexion

Partagez
Sujet: Invention fatale ou folle ? [pv Amélia Clark] Ven 28 Sep 2018 - 10:45
Grand jour d’exposition ! Grand jour des découvertes. Que j’aimais ces moments. Pour beaucoup, c’est juste un petit moment à visiter, juste pour changer de vos parcs. Imbéciles que je dis ! Pourquoi garder vos esprits en repos et les laissez sommeillés alors que vous êtes dans un temple de l’innovation ? Bon, pourquoi me soucier de la mentalité de certains, alors que je pouvais de mon côté, nourrir la mienne ? L’exposition des inventions, que j’aimais ces moments. Grand jour des découvertes, que pour beaucoup… Quoi je l’ai déjà dit ça ? Mince…

Bon, passons aux choses sérieuses. Comme à chacune de ces expositions, je m’y rendais, derrière mon petit stand qui faisait peine à voir à côté de ceux ayant une meilleure renommé que la mienne. Bah, tu parles ! Ils savent juste jouer sur les apparences, mais n’ont rien dans la tête ! Aucune imagination. Alors que moi, fièrement, j’exposais mes dernières trouvailles. Je travaillais surtout ces derniers temps sur des automates modifiés. Je cherchais à pousser au mieux leurs capacités, pour les rendre plus utiles à la vie de tous les jours.

Pour le moment, je m’étais juste conçu des animaux ou des humanoïdes ne faisant pas plus grand qu’une poupée de porcelaine. Et ils arrivaient plus ou moins à faire plus d’une action. Mais, je n’étais pas ici pour rien. Car je priais pour que dans cette expo, je puisse trouver des idées, des solutions à mes problèmes de mécanique. Bien que pour beaucoup de mes confrères, l’innovation leur semblait inconnue, pour d’autres, il y avait de l’idée.

"Intéressant ce système d’aérodynamisme. Peut-être qu’avec des cylindres de cuivre au lieu de bronze, avec une boîte de « mini-piston » raccordé aux écrous internes, le mécanismes des ailes pourrait mieux s’articuler et donner plus d’élan non ?"

Mon confrère, qui était le créateur de cette machine volante aux allures de chauves-souris, me regarda bizarrement. Petite note, quand on était un inventeur, nos machines étaient un peu nos bébés, nos fiertés. Et faire la moindre remarque dessus, était perçu pour quatre-dix pour-cent des cas, une attaque personnelle. Surtout, quand vous aviez un ego aussi gros que le palais royal et que la remarque venait d’un étranger, issue d’un peuple plus connu pour être guerrier que savant. Et ça, c’était la remarque qui pouvait tout aussi me vexer. Tirant sur sa veste pour se sentir plus à l’aise, l’inventeur rétorqua sur un ton sarcastique :

"Il est clair que venant d’un homme n’arrivant même pas à faire dix pas à un de ces automates, le conseil ne peut-être que judicieux."
"Quoi ?! Comment osez-vous ?! Je ne trouve juste pas les pièces qu’il me faut. Et si je pouvais faire ce dont je voudrais, ils fonctionneraient parfaitement !"
"C’est cela oui."

A mon tour vexer, je préférais partir. La vie de tout bon inventeur dans un sens. Bon, des fois cela se passait mieux avec d’autres, mais peu d’entre nous, aimaient être critiquer sur son travail, quelque soit la remarque. Donc, au final, je revenais à ma place, m’occupant de mes propres jouets, et cherchant, avec les moyens du bord, un moyen de les améliorer ici et finalement épater la galerie.

"Ce tuyau chauffe bien trop facilement, les disques dans sa têtes tournent anormalement vite. Il faudrait que je remplace le marteau par un tuyau d’air et mette des écrous plus petits au niveau des épaules. Tuyau d’air qu’il faudra que je fabrique avec le cuivre, cuivre assouplie à la vapeur. Pour cela, je devrais mettre en place une machine à compression d’air, alimenter par un système d’approvisionnement d’eau. Avec les bonnes plaques de fer, je pourrais me faire un mini aqueduc qui alimenterais bien la machine que le labo. Avec la forge obtenue, je pourrais ainsi faire fonctionner le prototype de mini-forge qui confectionnera les pièces souhaités et remettre sur pieds plusieurs des machines, comme le suppresseurs de corruption, le wagon glisseur et la cabine anti…"

Croyez-moi, je voyais parfaitement clair mes idées dans tous ces projets qui se bousculaient dans ma tête. Je voyais chacune de ces choses se montaient devant mes yeux à vitesse accélérer. Mais, ce n’était pas parce que cela me paraissait simple et logique, que cela l’était pour le commun des mortels. On m’avait déjà fait plusieurs fois la remarque, comme quoi je perdais facilement les gens dans mes explications. Ce n’était pas ma faute s’ils étaient lents à comprendre si ? En tout cas, je faisais des efforts pour rester compréhensible pour tous. Du moins, quand j’étais entouré. Là, je me voyais seul et libre dans mes pensées. Du moins, c’était ce que je croyais. Car un bref regard me mit en alerte que quelqu’un s’était arrêter à mon présentoir, et me regardait de manière bizarre, se demandant sans doute, ce que j’étais en train de fabriquer et surtout, ce que je devais raconter.

Alors, je posais mon tournevis que j’avais pris pour inspecter le petit automate, dont je fis de même avec cette machine articuler ressemblant à un humain, avant de me tourner vers cette étrange visiteuse et faisant un petit sourire pour me montrer accueillante.

"Bien le bonjour Madame. Soyez la bienvenue au laboratoire Wolverton. Désirez-vous quelques informations ?"
Sujet: Re: Invention fatale ou folle ? [pv Amélia Clark] Dim 14 Oct 2018 - 22:51
Mon fils, l’ainé, m’avait entraîné au laboratoire des inventions. Il souhaitait une sortie mère-fils, la lubie était neuve, mais plaisante. Nous nous ressemblions à mesure qu’il vieillissait et cela ne me déplaisait pas. J’arrivais à m’entendre avec lui, ce qui n’était pas un mince exploit, à moins que cela ne soit l’évolution avec Zenon qui me change. Je ne saurais dire, j’essayais de m’éviter de penser que je ne contrôlais pas tout et cela me rendait parfois nerveuse, mais je gérais cela plus ou moins bien. Plus ou moins…

Je n’étais pas friande des inventions, c’était en vérité, un sujet sur lequel je n’avais aucune emprise, mais j’avais aperçu deux trois choses qui avaient attiré mon attention, mais rien qui ne me charme tout à fait. Je ne savais pas ce que je pouvais découvrir ici, à dire vrai, outre le terrain inconnu, il y avait une certaine idée que ses inventeurs s’amusaient. C’était pourtant sérieux, mais je ne le prenais pas tout à fait ainsi. Il y avait des choses loufoques, trop, pour que la validité du sérieux ne soit entachée. Ainsi donc, je détaillais sans m’attarder, et je parvins non sans avoir discuter le temps du déplacement avec mon fils, à l’étalage d’un homme.

Il me disait quelque chose, mais je ne savais quoi. Pourtant, je le connaissais, son visage et ses traits avaient vieillis et je cherchais une réponse, avant que mon fils ne me souffle à l’oreille son nom. Wolverton…cela me disait bien quelque chose, un noble d’Eskr je crois…enfin, je n’avais point d’affinité avec lui, mais on le disait savant fou, étrange…entre autre chose. Cela ne me fascinait pas, mais j’aimais donner nom sur personnage.

Je l’observais parler seul, alors que mon fils s’était éloigné pour regarder autre chose. « Bonjour Monsieur. » Répondis-je. « Wolverton ? Comme la famille eskroise ? » Dis-je avec un faux étonnement. Son père s’était suicidé, et tout avait implosé. Cela avait grandement parlé à la cour à ce sujet, surtout du coin des eskrois. Je n’allais pas le réduire à sa famille ceci dit. « De quoi étiez-vous en train de parler ? »

Je faisais ma curieuse, sans l’être, mais j’aimais cette sortie avec mon aîné et je me prêtais au jeu, non sans râler au fond, pour la forme…


Sujet: Re: Invention fatale ou folle ? [pv Amélia Clark] Mer 17 Oct 2018 - 8:57

Ma concentration fur perturber par cette voix féminine. Un son à la fois mélodieux et charmant. Levant la tête pour découvrir la propriétaire de cette tonalité, je découvris une femme noble, distingué, semblant bien sous tout rapport. Je ne faisais pas de distinction entre les humains, qu’ils soient nobles, pauvres, soldat, etc. Juste que je notais à son accoutrement, qu’elle faisait sans nul doute partie de l’élite d’Ambrosia. Il fallait bien qu’on vienne de quelque part non ? Et d’ailleurs, ce qui me surprit, fut qu’elle savait des choses à mon sujet. La noble inconnue était au courant de mes origines, semblant connaître plus précisément ma famille. Voilà un long moment que personne ne m’avait parlé d’elle. Pour moi, elle était morte et oublier depuis bien longtemps.

"En quelque sorte. Mais je n’ai plus rien à voir avec eux." Répondais-je en baissant la tête sur mon invention pour poursuivre mes travaux.

Curieusement, son visage ne m’était pas inconnu non plus. La noblesse ici, était un peu la célébrité, autant qu’un artiste dans un cabaret, enfin mieux. Car tel noble, conte ou prince, se faisaient connaître dans la presse. Et leur visage était exposé comme une œuvre d’art. Cela me reviendra. Là, je fus bien trop concentré sur ma machine. Déjà prit, j’en oubliais presque l’inconnue de la Haute. Ne me critiquez pas, mon travail était si important. Et vous me remercierez quand une machine fera toutes vos besognes sans que vous n’ayez à vous lever de votre fauteuil. Je sacrifie toute une vie pour cela. Alors, qu’on ne me critique pas je dis ! De toute façon, mon intention fut vite détournée une fois de plus, quand la jeune femme me questionna sur mon ralage. Ça existait au moins ce mot ?

De quoi je me plaignais ? Vaste question. En réalité, j’avais plus ou moins ou oublié les raisons, ça depuis déjà un petit moment, pleins de choses se sont rajouter depuis, et je ne savais pas quoi y répondre. Un peu hébétais, j’essayais de me rafraîchir la mémoire, déterminer une liste des priorités à énuméré. Voyant mes petits-enfants et leur état, certaines choses me revenaient. Mais je ne pouvais dire si c’était l’origine de mes tracas, ou bien si d’autres voyez le jour que maintenant.

"Et bien… Certaines pièces chauffent trop vite, ce qui risque d’entrainer une surchauffe qui peut soit mettre d’un coup hors fonctionnement l’automate comme une crise cardiaque, ou bien le faire exploser. De éléments devront être fabriquer par tout un système de compression de la vapeur, alimenter en eau pour avoir les pièces adéquates, car cela demande un travail d’orfèvre. Le tuyau d’air justement fera moins chauffer qu’un marteau et abimera moins également sa chambre. Mais pour l’énergie demander et bien…" Soudain, j’eus comme un déclic. "Mais oui c’est ça ! Un condensateur à gaz pourrait même tout arranger ! Il produirait le niveau de chaleur souhaité, et prendrait moins de place. Par les dieux ! Ce n’est qu’un prototype, mais je connais les personnes qui l’expérimentent. Je devrais les contacter."

Enthousiasmé par cette lueur d’espoir, je me pressais de noter tout cela sur mon carnet. Me connaissant, je pouvais très vite oublier cette idée en passant sur autre chose. Et je finirais hélas, sur une boucle infernale d’échec et de machines non terminées. Je fus tout excité, et j’étais pressé de me rendre chez mon collègue pour lui demander de me laisser une de ses petites machines pas plus grosses que la tête d’un chien. Mais à peine avais-je terminé d’écrire, que je me souvenais en la revoyant, cette visiteuse, qui m’avait indirectement aidé à trouver une solution.

"Excusez-moi mais… Ne nous somme pas déjà présenter ? Henry Wolverton, comme il me semble que vous l’aviez deviné. A qui ais-je l’honneur ?"

Oui, je mélangeais toutes les étapes de la vie sociétale. Mon cerveau étant trop prit par mes recherches, je pouvais souhaiter la bonne nuit avant dire bonjour. Demander des nouvelles, avant notre nom. Car ainsi étaient les choses organisé dans ma tête.




Sujet: Re: Invention fatale ou folle ? [pv Amélia Clark] Mar 11 Déc 2018 - 19:26
Il était d’une famille éteinte et sa réponse me fit comprendre que le sujet n’était pas plus intéressant que cela. A noter que la rumeur courrait que Henry Wolverton était en Ambrosia amuserait peut-être un peu, mais je supposais avec connaissance, que les rumeurs sur cette famille n’émoustillaient plus. C’était cela, tomber dans la désuétude. Je le regardais monologue toute fois et je retenais un sourire crispé. Cela ressemblait à du Lilith quand elle était dans ses affaires et cela m’horripila un instant, mais bon, je n’allais pas être vipérine, j’en manquais d’envie et je ne saisissais pas tout à fait l’intérêt, oui, moi, je ne voyais pas l’intérêt.

« Madame Amélia Clark. Lui dis-je enfin en présentant ma main. Il était un ancien noble, il devait savoir ce que l’on faisait d’une telle présentation. J’ai vaguement connu votre famille dans mes salons. Vous, je crois que je n’en ai pas eu le temps. Vaguement était un mot très important. Vous avez des œuvres intéressantes à me montrer ? Qui fonctionnent j’entends, par curiosité.

Je n’avais pas plus de curiosité que cela, l’inventrice était l’Impératrice ma cousine, mais je m’étais toujours dis que je pouvais m’amuser à jouer les mécènes d’un grand nom en devenir, cela se faisait, et j’avais assez d’argent pour essayer. Je devrais en discuter avec Zenon en tous les cas, mais j’appréciais l’idée.

D’une part cela permettait d’investir dans quelque chose d’intéressant, de me dissimuler un peu plus dans la masse de ces misérables croyants irrévérencieux, enfin, c’était une chose qui pouvait me servir, mais de là, à prendre le premier venu, c’était une autre paire de manche.

-Je recherche voyez-vous un inventeur que je pourrais financer, non que vous ayez grand-chose qui m’intéresse de prime abord, mais je ne suis pas aussi branchée dans ce genre de chose que peu l’être ma cousine…

Dis-je en détaillant, vaguement les choses.



Sujet: Re: Invention fatale ou folle ? [pv Amélia Clark] Ven 14 Déc 2018 - 18:21

Me tendant la main pour me saluer, je compris rapidement son désire, et la saisissais avec convenance. Bien que je vécusse la plupart du temps dans mon laboratoire, plus qu’éloigner de mon ancienne vie de noble, quelques brides me revenaient, m’évitant de jouer trop les rustres en présence de personnes notables, surtout devant une personne au nom aussi célèbre.

"Oh ! Je ne vous avais pas reconnu. Mille excuses milady. Enchanté de vous rencontrer."

Et bien que couper un peu du monde dans mon laboratoire aussi, je n’étais pas idiot au point d’ignorer un peu l’actualité, reconnaitre tel ou tel nom important dans la ville. Même si de mon point de vue, tous étaient égaux, car nous mourrons tous et finissons tous bouffer par les vers, et que seul la sagesse et l’intellect différencier à juste valeur les gens, je pouvais faire preuve de respect envers ceux de « hauts-rangs. » Toutefois, je préférais éviter de dire « Vous êtes de la famille de l’Impératrice ! » Car j’eu un peu le sentiment que ce genre de chose pouvait énerver les gens. Peut-être était-elle du genre vaniteuse et profiter de la notoriété de sa illustre parente. Mais si c’était le cas, elle aurait dit « Madame Amélia Clark, cousine de l’Impératrice. » Ce qui n’était pas le cas.

Et je savais, même si je ne le disais pas à tout le monde, ce que c’était de vivre dans l’ombre de quelqu’un. Malgré toute mon énergie et mon intellect, on me rapprochait toujours à mon père chef de guerre, ou à ma mère, la scandaleuse. Et le petit Henry qui a conçu une ménagerie automatique, en s’en moque ! Même l’incendie qui en avait résulté on n’en parlait pas. En tout cas, si vraiment elle à rencontrer des miens dans ses salons, alors elle devait constater la différence.

Mes yeux brillèrent, je pouvais le sentir, et mon cœur s’arrêta, lorsque que je l’entendis parler de mécénat. Voici le rêve de tout bon inventeur qui se respectait. Avoir le soutient financier d’une personne riche et faire enfin connaître son œuvre ! Déjà, entant qu’Eskroi, je devais faire face aux moqueries et « sabotages », des savants autochtones d’Ambrosia. Et chaque jour, je devais me battre pour survivre, méritait une place que je ne voyais jamais et montrer à tous, que je méritais bien mieux que ces sales réputations qu’on me collait sur le dos, car ils étaient tous jaloux !

"Mais avec plaisir ! Laissez-moi vous montrer un de mes derniers travaux ! Il doit être juste là, je ne l’ai pas encore installer sur mon présentoir." M’exclamais-je comme un enfant heureux de montrer son meilleur jouet à quelqu’un.

Pendant que je cherchais ce-dit jouet, j’apportais quelques précisions au membre de la famille Impériale. Car, j’en étais bien conscient, voir la première fois cette machine pouvais surprendre.

"Comme vous le savez, les automates ne peuvent accomplir plus d’une tâche pour laquelle ils sont programmé. Alors j’essaye de voir s’il serait possible de les pousser à plus d’une mission à la fois. Et pour y arriver, il faudrait concevoir quelque chose ressemblant à une réflexion, comme une intelligence artificielle, quelque chose qui aiderait la machine à s’adapter et accomplir la tâche la plus adaptés."

Posant sur mon présentoir, je dévoilais la fameuse machine. Cela ressemblait à une poupée de fer de forme humaine, mais sans peau, ni chaire. Juste des os de métal et des veines en tuyaux. La tête de l’automate était déformée, ressemblant à une patate, mais elle tenait sur ses deux pattes. Prenant un petit coffret, je le déposais entre les bras écarter de la machine, et activant une manivelle, l’appareil prit vie. Cette dernière avança droit devant elle. J’y posais un obstacle devant son pied. Quand ce dernier le toucha, le petit automate s’arrêta et entreprit de faire le tour. Et il fit de même quand son pied se retrouva au-dessus du vide.

A nouveau, je tournais la manivelle dans un autre sens. Et notre ami de métal, déposa son chargement et agita les bras lentement, comme s’il dansait. C’était incroyable je sais. Moi-même, j’eus du mal à le croire. Mais le spectacle ne dura pas plus longtemps. Car les petits tuyaux finirent par lâcher, crachant un souffle d’air chaud et provoquèrent l’effondrement des membres et la mise à mort du prototype. Je me précipitais donc pout tout ranger.

"Ce n’est que le début, ce que vous voyez là n’est qu’un prototype. En tout cas, c’est le résultat le plus prometteur. Malheureusement je suis face à deux problèmes majeurs. Premièrement, le matériel. La plupart des éléments sont trop gros et encombrant. Et œuvrent chauffer vite. Je suis parvenue à en faire des plus petits, mais la pressions exercer et la chaleur montent bien plus vite. Car la source d’énergie disponible à tous, n’est pas adapté. Avec celle de l’électricité, je pense pouvoir palier au problème. Mais nous venons aux seconds soucis, l’argent. Je suis indépendant, et ne gagne pas assez, juste de quoi vivre et m’acheter un peu de matériel bas de gamme. Et chaque échec à cause de cela, devient de plus en plus lourd."

On ne construisait pas des palais avec de la bouse ou des brindilles. Chaque bâtiment, chaque machine avait besoin d’éléments adaptés pour être performant. Hélas, je tournais en rond, me forçant à ne pas baisser les bras. Mais peut-être que Dame Amélia Clark, était mon signe divin pour me faire sortir de cette sale situation.




Sujet: Re: Invention fatale ou folle ? [pv Amélia Clark] Jeu 31 Jan 2019 - 6:32
Un inventeur qui ne paraissait pas s'intéresser à ma cousine, ou qui en tous cas, à l'entente de mon nom, ne s'en excitait pas. Intéressant. Il se présenta convenable et cela m'allait fort bien, une sorte de bon point pour lui, dirons-nous. J'étais d'humeur excentrique, comme m'offrir comme mécène, étrange idée, mais l'humeur s'y prêtait et c'était une aventure dans laquelle je voulais me lancer. J'en parlerais à Zenon, un jour, pour m'occuper, mais je prenais ce désir avec délicatesse et je l'écoutais se répandre. Avais-je trop d'argent au point de vouloir le dépenser ainsi ? Et pourquoi pas ! De toutes façons, cela viendrait me servir tôt ou tard...croyez-moi et puis en tant que femme de mon statut, j'estimais que cela pouvait être intéressant...de mauvaise langues prêteraient probablement des choses incongrus au sujet, mais peu m'importait...

En tous les cas, l'eskroi paraissait ravi de l'idée de mécenat, mais lequel d'entre eux, ici, ne le serait pas ? Il fallait savoir reconnaître une bonne occasion et celle-ci n'était que délicieuse ! Je choisissais donc de lui sourire, mais pas de cette façon chaleureuse et mièvre qu'une dame pouvait avoir, non, un sourire de femme d'affaire, qui montrait clairement ses appréciations. Il avait une âme d'enfant, espérons qu'il ne soit pas débile, quoi que je n'eusse jamais entendu de pareil rumeur à son encontre. Il est différent de sa mère, comme de son père, probablement une sorte d'autiste, un peu comme tous les inventeurs qui ne mangent que pour leur science et oublient de boire.

Je levais très légèrement les yeux au ciel quand j'entendis parler d'automate, je souriais cependant rapidement par la suite. Les automates étaient le reflet vaniteux de ma cousine de s'estimer légitime descendante d'Aernia. Car cette conception, dans leur culte nauséabon, reflétait la création pure, elle s'était alors montrée comme la déesse. Mais voilà que lui, pensait concevoir...comme un esprit aux automates ? Je souriais avec un amusement vil. Oui, bon je m'endiablais. Mais dans mon culte à moi, se prendre pour un de ces Dieux usurpés et trop valorisé revenaient à...comment dire...le défier ? Ou lui avouer en plein visage qu'il n'était rien. Ainsi donc, moi, vouée à la célébration de Om et Sehket, je cracherais directement sur la divine....

J'observais, sans m'émerveiller, entre nous, je n'avais pour la machinerie aucun intérêt, mais je pouvais envisager l'expension commerciale. Je ne m'enthousiasmais pas, je dévisageais l'homme par la suite et j'inspirais.

 -Si je vous finance, il va nous falloir un contrat intéressant très cher, l'argent n'est pas le souci, mais je ne suis pas non plus femme dévouée à l'art de la machinerie. Vous concevez et j'envisagerais la commercialisation de vos potentielles créations. Vous voyez ?

C'était vendre son âme au diable pour du matériel et des fonds, non ? Mais rien n'était encore fait.

-En tous les cas, tout ceci est d'un intérêt plaisant, un mois vous suffit-il pour me montrer autre chose ? C'est le délai que je vais donner à d'autre...dans un mois, vous me présenterez une création intéressante, et je déciderais, qui de mes trois choix de ce jour, je mécènerais. Rassurez-vous, je ne compte choisir aucun ambrosien dans mes potentielles décisions.

Voilà, je n'allais pas lui dire des choses douces et agréables, le direct du sujet et la plus sure des vérités.


Sujet: Re: Invention fatale ou folle ? [pv Amélia Clark] Sam 2 Fév 2019 - 9:38
La jeune femme ne me coupa pas un seul instant. Ou bien si, mais je fus bien trop absorbé dans mes explications que je ne le remarquais pas. Cela m’était déjà arrivé plusieurs fois. Des gens avec qui je discutais, disaient « Calmez-vous monsieur Wolverton ! Nous voulions savoir, cela ne nous intéresse pas, nous sommes pressés, vous l’avez déjà dit… » Etc etc. Mais quand vous étiez bien trop prit dans votre passion comme moi, vous répétiez l’erreur à chaque fois. Mon esprit étant « brancher » sur mes connaissances et mon travail, tout le reste de l’Univers n’existait plus pour moi. Surtout, quand la personne se tenant devant vous, disait se tenir prête à vous financer, on veut y mettre toutes les chances de notre côté.

Un peu comme s’il s’agissait d’une personne que j’admirais, je désirais plus que tout l’impressionner. Imaginez, mes problèmes financiers oubliés. Plus de limites, plus d’outils ou de matériel bas de gamme qui vouaient votre travail à la ruine… Plus à l’explosion. Avec bien plus d’argent, je pourrais concevoir des machines fiables. Mon rêve se réaliserait enfin ! Et je ne me concentrerais pas que sur les automates. Si mes idées aboutissaient, le sort de l’humanité n’en serait qu’améliorer. Ok, nous ne vivrons pas dans un Paradis, mais ce serait largement mieux que le temps présent. Moins de morts, moins de blesser, une société aillant une meilleure santé. Cela rime, car c’était une vérité absolue.

Et les dieux semblaient être de mon côté. Car je pus entendre l’offre offerte par mademoiselle Clark Amélia. Un contrat Commercialisé mes créations ? La tentation était forte. Mais pourrais-je vouloir le faire ? Vendre mes œuvres ? Pourquoi pas ? Si je voulais que mes machines puissent aider le monde, ils devaient bien être distribués à un très grand monde. Tant au riche qu’au pauvre. Veillez à cette équité ne sera pas évidente, mais je ferais mon maximum pour que chaque personne, puisse bénéficier de ce futur bien optimiste. Cependant, le fait d’entre prononcer ces mots, ce projet qui pourrait plus que me tirer d’affaire, me laissant sans voix.

Et je frôlais même la crise cardiaque, quand elle disait vouloir embaucher quelqu’un qui ne soit pas Ambrosien. Là, j’eus comme un vertige. C’était trop beau pour être vrai. Une voix dans ma tête me criait « Je viens de tuer l’autre voix ! Alors fonce sur cette occasion gros béta ! » Attendez… Percer dans cette ville alors que nous ne sommes pas natifs, était bien compliqué, si ce n’était impossible. Il fallait faire le double, non, le triple si ce n’était dix fois plus qu’un Ambrosien pour être pris un minimum au sérieux. Combien de fois m’étais-je fait recaler, les portes claquant au nez pour cette raison qu’était la xénophobie ? Il fallait tout de même que je réponde quelque chose.

"Ce sera avec joie que j'accepte votre marché ! Vous allez voir, vous ne serez pas déçus ! Même je me talle déjà sur le projet !"

D’accord, un mois pouvait paraître cours. Mais l’occasion était si belle, un vrai miracle, que je me sentais capable de prendre le risque pour me ruiner, vider mes fonds de poches pour acheter tout ceux qu’il me fallait pour créer un appareil incroyable. Mademoiselle Clark pouvait bien avoir une quelconque ambition derrière tout cela, mais ceci ne me regardait pas. Car moi, je comptais bien améliorer le sort de l’humanité par mes recherches et mes inventions. Et si nous venions à conjurer nos forces, alors tout le monde y gagner et c’était ce qui comptait non ?

"Au fait c’est quoi le piège ? Bah je verrais bien ! Marché conclu !"
Oui je eu un bref déclic à ce moment-là, mais sans importance, j’étais bien trop excité pour être méfiant là.

J’avais déjà plusieurs idées en tête, des schémas à terminer, des prototypes également à finalisé… Si je donnais un maximum de mes capacités, un mois serait suffisant. Un peu juste sans doute, mais je devrais respecter le délai. J’avais presque envie de narguer mes collègues inventeurs ambrosiens.



Sujet: Re: Invention fatale ou folle ? [pv Amélia Clark] Lun 11 Fév 2019 - 18:23
J’avais visiblement fait mouche, ou en tous les cas, attiré le bon esprit. Je ne voulais pas d’un ambrosien, ils avaient déjà cette nauséeuse prétention. Ils paraissaient plus ingénieux selon leur dire et bien plus méritant parce qu’ils naissaient en Ambrosia sous le signe de Aernia. Foutaise. Je me moquais parfaitement de cela, je ne voulais pas d’Ambrosia. Mon choix se ferait parmi trois prétendants à mon mécénat et je dévisageais Henry avec un sourire. Oh, il n’était en rien plaisant, voir même engageant, c’était un sourire de femme d’affaire qui réfléchissait à son propre profit. Je l’observais s’emballer et se poser une question légitime, un haussement d’épaule fut ma réponse et je me contentais de lui murmurer.

-Piège ? J’ai mieux à faire qu’un piéger un inventeur.

Lachais-je d’un claquement de langue sec. Il n’avait pas assez d’importance pour que je m’abaisse à ce genre de chose et quand bien même, cela m’intéressait peu. Je voulais simplement ce dont j’avais envie.

-Dans un mois, à partir d’aujourd’hui, présentez-vous donc à ma demeure. Je dégageais une carte de visite qui donnait mon adresse. Un projet viable, et intéressant. Ne me faites pas perdre mon temps.

S’il me le faisait perdre, il partait mal. Je le saluais avant de m’éloigner, il devrait bien réfléchir à ce qu’il allait me présenter, s’il s’avérait trop extravagant cela pourrait ne pas m’intéresser, il avait des éléments importants pour lui dans notre petit échange, à lui de savoir les reconnaître. Maintenant, il me faudrait en parler avec Zenon, voir si cela l’intéresserait de mener cette ambition en ma compagnie, mais je doute qu’il le refuse. Dans tous les cas, j’abandonnais Henry Wolverton à sa place à l’exposition. Je trouverais bien deux autres inventeurs qui sauraient retenir mon attention…




Sujet: Re: Invention fatale ou folle ? [pv Amélia Clark] 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum