AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: 3ème niveau de la cité :: Quartier des inventeurs

Invention fatale ou folle ? [pv Amélia Clark]

avatar
Henry Wolverton
Inventeur fou
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t525-peuple-henry-wolverton-inventeur-fou
Nationalité : Eskroi
Messages : 26
Date d'inscription : 17/09/2018
MessageSujet: Invention fatale ou folle ? [pv Amélia Clark] Ven 28 Sep 2018 - 10:45
Grand jour d’exposition ! Grand jour des découvertes. Que j’aimais ces moments. Pour beaucoup, c’est juste un petit moment à visiter, juste pour changer de vos parcs. Imbéciles que je dis ! Pourquoi garder vos esprits en repos et les laissez sommeillés alors que vous êtes dans un temple de l’innovation ? Bon, pourquoi me soucier de la mentalité de certains, alors que je pouvais de mon côté, nourrir la mienne ? L’exposition des inventions, que j’aimais ces moments. Grand jour des découvertes, que pour beaucoup… Quoi je l’ai déjà dit ça ? Mince…

Bon, passons aux choses sérieuses. Comme à chacune de ces expositions, je m’y rendais, derrière mon petit stand qui faisait peine à voir à côté de ceux ayant une meilleure renommé que la mienne. Bah, tu parles ! Ils savent juste jouer sur les apparences, mais n’ont rien dans la tête ! Aucune imagination. Alors que moi, fièrement, j’exposais mes dernières trouvailles. Je travaillais surtout ces derniers temps sur des automates modifiés. Je cherchais à pousser au mieux leurs capacités, pour les rendre plus utiles à la vie de tous les jours.

Pour le moment, je m’étais juste conçu des animaux ou des humanoïdes ne faisant pas plus grand qu’une poupée de porcelaine. Et ils arrivaient plus ou moins à faire plus d’une action. Mais, je n’étais pas ici pour rien. Car je priais pour que dans cette expo, je puisse trouver des idées, des solutions à mes problèmes de mécanique. Bien que pour beaucoup de mes confrères, l’innovation leur semblait inconnue, pour d’autres, il y avait de l’idée.

"Intéressant ce système d’aérodynamisme. Peut-être qu’avec des cylindres de cuivre au lieu de bronze, avec une boîte de « mini-piston » raccordé aux écrous internes, le mécanismes des ailes pourrait mieux s’articuler et donner plus d’élan non ?"

Mon confrère, qui était le créateur de cette machine volante aux allures de chauves-souris, me regarda bizarrement. Petite note, quand on était un inventeur, nos machines étaient un peu nos bébés, nos fiertés. Et faire la moindre remarque dessus, était perçu pour quatre-dix pour-cent des cas, une attaque personnelle. Surtout, quand vous aviez un ego aussi gros que le palais royal et que la remarque venait d’un étranger, issue d’un peuple plus connu pour être guerrier que savant. Et ça, c’était la remarque qui pouvait tout aussi me vexer. Tirant sur sa veste pour se sentir plus à l’aise, l’inventeur rétorqua sur un ton sarcastique :

"Il est clair que venant d’un homme n’arrivant même pas à faire dix pas à un de ces automates, le conseil ne peut-être que judicieux."
"Quoi ?! Comment osez-vous ?! Je ne trouve juste pas les pièces qu’il me faut. Et si je pouvais faire ce dont je voudrais, ils fonctionneraient parfaitement !"
"C’est cela oui."

A mon tour vexer, je préférais partir. La vie de tout bon inventeur dans un sens. Bon, des fois cela se passait mieux avec d’autres, mais peu d’entre nous, aimaient être critiquer sur son travail, quelque soit la remarque. Donc, au final, je revenais à ma place, m’occupant de mes propres jouets, et cherchant, avec les moyens du bord, un moyen de les améliorer ici et finalement épater la galerie.

"Ce tuyau chauffe bien trop facilement, les disques dans sa têtes tournent anormalement vite. Il faudrait que je remplace le marteau par un tuyau d’air et mette des écrous plus petits au niveau des épaules. Tuyau d’air qu’il faudra que je fabrique avec le cuivre, cuivre assouplie à la vapeur. Pour cela, je devrais mettre en place une machine à compression d’air, alimenter par un système d’approvisionnement d’eau. Avec les bonnes plaques de fer, je pourrais me faire un mini aqueduc qui alimenterais bien la machine que le labo. Avec la forge obtenue, je pourrais ainsi faire fonctionner le prototype de mini-forge qui confectionnera les pièces souhaités et remettre sur pieds plusieurs des machines, comme le suppresseurs de corruption, le wagon glisseur et la cabine anti…"

Croyez-moi, je voyais parfaitement clair mes idées dans tous ces projets qui se bousculaient dans ma tête. Je voyais chacune de ces choses se montaient devant mes yeux à vitesse accélérer. Mais, ce n’était pas parce que cela me paraissait simple et logique, que cela l’était pour le commun des mortels. On m’avait déjà fait plusieurs fois la remarque, comme quoi je perdais facilement les gens dans mes explications. Ce n’était pas ma faute s’ils étaient lents à comprendre si ? En tout cas, je faisais des efforts pour rester compréhensible pour tous. Du moins, quand j’étais entouré. Là, je me voyais seul et libre dans mes pensées. Du moins, c’était ce que je croyais. Car un bref regard me mit en alerte que quelqu’un s’était arrêter à mon présentoir, et me regardait de manière bizarre, se demandant sans doute, ce que j’étais en train de fabriquer et surtout, ce que je devais raconter.

Alors, je posais mon tournevis que j’avais pris pour inspecter le petit automate, dont je fis de même avec cette machine articuler ressemblant à un humain, avant de me tourner vers cette étrange visiteuse et faisant un petit sourire pour me montrer accueillante.

"Bien le bonjour Madame. Soyez la bienvenue au laboratoire Wolverton. Désirez-vous quelques informations ?"
avatar
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t128-peuple-amelia-clark-proprietaire-de-plantations
Nationalité : ambrosienne
Messages : 175
Date d'inscription : 08/02/2017
MessageSujet: Re: Invention fatale ou folle ? [pv Amélia Clark] Dim 14 Oct 2018 - 22:51
Mon fils, l’ainé, m’avait entraîné au laboratoire des inventions. Il souhaitait une sortie mère-fils, la lubie était neuve, mais plaisante. Nous nous ressemblions à mesure qu’il vieillissait et cela ne me déplaisait pas. J’arrivais à m’entendre avec lui, ce qui n’était pas un mince exploit, à moins que cela ne soit l’évolution avec Zenon qui me change. Je ne saurais dire, j’essayais de m’éviter de penser que je ne contrôlais pas tout et cela me rendait parfois nerveuse, mais je gérais cela plus ou moins bien. Plus ou moins…

Je n’étais pas friande des inventions, c’était en vérité, un sujet sur lequel je n’avais aucune emprise, mais j’avais aperçu deux trois choses qui avaient attiré mon attention, mais rien qui ne me charme tout à fait. Je ne savais pas ce que je pouvais découvrir ici, à dire vrai, outre le terrain inconnu, il y avait une certaine idée que ses inventeurs s’amusaient. C’était pourtant sérieux, mais je ne le prenais pas tout à fait ainsi. Il y avait des choses loufoques, trop, pour que la validité du sérieux ne soit entachée. Ainsi donc, je détaillais sans m’attarder, et je parvins non sans avoir discuter le temps du déplacement avec mon fils, à l’étalage d’un homme.

Il me disait quelque chose, mais je ne savais quoi. Pourtant, je le connaissais, son visage et ses traits avaient vieillis et je cherchais une réponse, avant que mon fils ne me souffle à l’oreille son nom. Wolverton…cela me disait bien quelque chose, un noble d’Eskr je crois…enfin, je n’avais point d’affinité avec lui, mais on le disait savant fou, étrange…entre autre chose. Cela ne me fascinait pas, mais j’aimais donner nom sur personnage.

Je l’observais parler seul, alors que mon fils s’était éloigné pour regarder autre chose. « Bonjour Monsieur. » Répondis-je. « Wolverton ? Comme la famille eskroise ? » Dis-je avec un faux étonnement. Son père s’était suicidé, et tout avait implosé. Cela avait grandement parlé à la cour à ce sujet, surtout du coin des eskrois. Je n’allais pas le réduire à sa famille ceci dit. « De quoi étiez-vous en train de parler ? »

Je faisais ma curieuse, sans l’être, mais j’aimais cette sortie avec mon aîné et je me prêtais au jeu, non sans râler au fond, pour la forme…



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: 3ème niveau de la cité :: Quartier des inventeurs-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous surDes mêmes auteurs