AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: 1er niveau de la Cité

Recherche de matériels et de connaissance... [pv Beth Coste]

avatar
Henry Wolverton
Inventeur fou
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t525-peuple-henry-wolverton-inventeur-fou
Nationalité : Eskroi
Messages : 51
Date d'inscription : 17/09/2018
MessageSujet: Recherche de matériels et de connaissance... [pv Beth Coste] Sam 13 Oct 2018 - 19:16

Si seulement les pièces poussaient sur les arbres. Si seulement, celles que j’avais, ne fondaient pas comme neige au soleil après une explosion ou une compression dût à la vapeur ou un piston trop bien serrer. Mais vous savez ce que l’on dit, on apprenait de ses erreurs, et chaque défaite, nous disait comment nous battre et vaincre. Mes dernières tentatives furent loin d’être couronnées de succès, et mes expériences, dévoraient tout mon matériel à vue d’œil. La machine à aviation, s’était transformée en arme mortelle, dont les ailes, on découper plusieurs choses chez moi. Le système mécanique d’écrous pour l’articulation, à chauffer et est tomber littéralement en morceaux. Et j’en passe. Des fois, je me dis qu’il valait mieux laisser tomber. Se contenter du rôle de réparateur de machine et vivre ainsi jusqu’à ma mort. Mais non ! J’avais un rêve ! En plus de celui de transporteur instantané électrique ou de zéphyr modifié pouvant défier la vitesse connue. Je rêvais d’une machine, capable d’aider l’homme en tout. Possible d’éviter à ce dernier ou cette dernière, de subir les rouages de la vie et connaître enfin un moment de paix.

Mais comme je venais de le dire, mon matériel venait à manquer. Et à la longue, mes économies se faisant avaler dans un vortex de malheurs. Non, mais sérieusement, avez-vous vue le prix rien que pour des pièces en cuivre ? Déjà, que c’était coûteux, cela réduisait le taux acceptable d’échec dans l’innovation. Fort heureusement, je connaissais une petite boutique faisant bazar. À l’intérieur, vous pouviez trouver presque de tout et n’importe quoi, à prix modeste. L’endroit parfait pour des gens du peuple, qui peinent à gagner juste une misérable piécette. Bon d’accord, ce n’était pas forcément de la première qualité. On pouvait même parler d’occasion. Mais c’était mieux que rien après tout non ?

Comme à chaque fois, je m’y rendais avec mon gros sac. Hors de question de faire des allées et retour entre le niveau de la cité Ambrosienne. Je comptais acheter tout ce qu’il me fallait, et puis c’était tout. Je traversais donc ces rues, sans faire plus attention à leur ambiance et leur décoration, les connaissant que trop bien, habitué à voir ces recoins sombres, parfois miséreux, où chaque type avait un regard louche, vous faisant imaginer un beau couteau cacher sous sa veste.

La boutique était quelque peu rustique, et avait un charme si on aimait le côté « Mal rangé comme dans l’antre d’un lutin. » Sans doute une manœuvre commerciale pour nous pousser à regarder l’ensemble des marchandises et être tenté d’acheter quelque chose, hélas pour eux, je savais très bien ce que je voulais, et je me mis donc à fouiller. Remontant les rayons chargés de produits aussi variés. Fouillant dans les étagères, repoussant, flacons, livres, nourritures en boites… Bref, dans une caverne d’Ali Baba, je cherchais la lampe magique et rien d’autre. D’accord, ce n’était pas le même conte, mais c’était ça voilà. Sentant l’exaspération monter en moi, je me rendis auprès du teneur de la boutique pour demander son aide.

"Bien le bonjour Enrique. Comment vas-tu aujourd'hui ?"
"Tiens, Henry Wolverton. Un plaisir de te revoir. Bien je te remercie.0 J'imagine que tu cherches les éléments mécaniques comme à chaque fois mon ami."
"En effet. Je me suis rendu là où tu avais l'habitude de les bazarder. Mais là, plus aucune pièce."
"On manquait de place mon chère. Alors on a tout déplacer à côté des livres scientifiques, un truc pour grosse tête."

Je ne comprenais pas bien cette nouvelle organisation. Mais il fallait avouer qu’ici, ce n’était pas le magasin grand luxe de la noblesse ou de l’Impératrice. D’ailleurs, pendant que je me rendais au lieu-dit, je réfléchissais déjà à une nouvelle machine. Un monstre de fer qui trierait justement les affaires selon la façon dont on l’aurait programmé. Il pourrait avoir de longs bras tentaculaires, avec une chambre à air chauffé qui ferrait fonctionner le cœur de l’automate pour qu’il prenne et dispose les choses là où on voudrait. Avec un système de guidage, a fil ou sans à voir, même un boitier de levier, la machine pourrait avancer pour passer dans les couloirs ou les rayons comme ici. Et justement, une machine avec un second boitier mais vocale. Avec des phrases toutes enregistrer, qui répondrait par reconnaissance de mot, pour dire, où se trouverait telle ou telle chose rechercher. Et… Tiens, j’y suis, manque plus qu’à se servir !


avatar
Beth Coste
Etudiante ambrosienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t335-peuple-beth-coste-etudiante-a-l-universite-terminee
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 538
Date d'inscription : 03/08/2017
MessageSujet: Re: Recherche de matériels et de connaissance... [pv Beth Coste] Lun 15 Oct 2018 - 15:47
Une matinée à explorer, une boutique accueillante qu’elle voyait en chemin vers son wharpz pour l’université tous les jours, allez… un peu de courage ! Elle était rentrée, sur la pointe des pieds, contemplant le capharnaüm avec un sourire d’enfant… Wow… des mois à hésiter d’entrer et voilà, elle y était ! Y avait vraiment pas besoin d’avoir peur de la devanture pendant des lustres, l’intérieur était un chaos monumental et ça lui rappelait son appartement. Elle se sentait déjà chez elle et un peu sotte de ne s’être pas arrêtée avant, c’était une boutique bien sympathique ! A force de fureter elle trouva un rayon pleins de livres et certains étaient spécialisé en Biologie.

“Lu… lu… lu… pas lu… lu… lu…
Bon ben va pour le -pas lu-…”


Beth, en tailleur sur le sol, tenait un livre au-dessus de sa tête profitant de la proximité d’une fenêtre pour lire les pages avec plus de facilité. En bonne tête en l’air, elle bloquait complètement le passage et elle n’avait même pas pensé à laisser la voix libre. Les boutiques de secondes mains, comme celle-ci, avaient souvent des trésors de bouquins qu’on ne trouvait nulle part. A force de fureter, elle avait trouvé un ouvrage sur les plantes toxiques en Ameth. Dès les premières pages, elle s’était perdue dans leurs effets et, plus particulièrement, leurs virulences. On parlait souvent de la majesté florale du Protectorat mais on oubliait souvent le revers de al médaille. Pour toute la beauté qui existait, il y avait son contraire et même une fleur délicatement nommée Adonis pouvait tuer.

“Mais non… tu déconnes… La vache, c’est crade !”

Outre les désordres digestifs causés par ingestion, d’autres étaient juste cutanées et résultaient en gangrène avancée… La vivacité des descriptions lui donnait la nausée rien que d’y penser et elle s’autorisait un commentaire ou deux au fil de la lecture. Pourtant, elle fut bien obligé de délaisser l’ouvrage. Décidément, c’était trop glauque pour elle ! Tous les bouquins étaient même assez funestes… « Tous les champignons sont comestibles, certains une fois seulement. »… « La Microbiologie, de ses origines aux maladies émergentes. »… « La Biologie du vieillissement »…

“On est sacrément barré dans notre branche quand même… à croire qu’on est fasciné par la mort. Faut arrêter quoi… Y a rien d’un peu plus joyeux dans ce foutoir ?”

Ah ben si… y en avait bien y là mais c’était pas un pavé scientifique du tout ! Comment avait-il atterrit dans ce rayon ? Elle attrapa ce livre dont la couverture lui rappelait des souvenirs d’enfance. Un sourire naquit sur ses lèvres alors qu’elle lisait les premières lignes de ce livre, Arc-en-ciel, le poisson aux écailles scintillantes.


avatar
Henry Wolverton
Inventeur fou
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t525-peuple-henry-wolverton-inventeur-fou
Nationalité : Eskroi
Messages : 51
Date d'inscription : 17/09/2018
MessageSujet: Re: Recherche de matériels et de connaissance... [pv Beth Coste] Ven 19 Oct 2018 - 21:09
Trop long et trop compliqué pour vous expliquer tout ce qui se passait dans ma tête. Chaque élément que je trouvais, me donnait une idée d’invention ou pour en améliorer une. En réalité, je venais à oublier mon projet initial, noyer par ces nouvelles et multitudes de possibilités. Je vous disais tout cela avec le plus grand sérieux. Sans doute, était-ce une des raisons importantes pour laquelle, peu de mes créations étaient soient non fini, ou bien non-fonctionnel. Pourtant, je notais ce que je faisais et les nouveaux projets qui me venaient, du moins quelques-uns. Malgré cela, j’arrivais tout de même à me perdre dans mon propre labyrinthe créatif. Complétement déboussoler dans cet univers imaginaire fait de métal et de vapeur, il fut difficile pour moi de m’en sortir. Ayant donc oublié mon idée initiale, je venais à fouiller un tas de débris sans plus trop savoir quoi rechercher.

Et ce supplice du Tartare, fut momentanément interrompu par la visiteuse voisine. Cette dernière fouillait dans les livres rangés juste à côté. Elle était jeune, et possédait un langage très populaire. La mécanique de ses mouvements, était bien celui d’une jeune femme, énergique, ayant un peu de répondant. Sans doute, était-elle dotée d’un franc-parler, peut-être un peu pipelette, n’ayant pas peur de dire, ce qu’elle pensait. Toutefois, malgré son apparence et ses manières laissant suggérer à des conditions modestes, je crus noter quelques traits chez elle, lié à un milieu plus « Hautain » ? Je ne serais expliqué, il y a avait une toute petite partie chez elle, dont je ne serais non plus décrire, qui me fit penser à de la noblesse. Mais je pouvais me tromper sur toute la ligne.

J’eus noté toutefois, quelque chose d’étrange dans ses paroles. Et ma curiosité scientifique, et mon désire de rétablir les choses dans ce qui me semblait être le bon sens, prirent le dessus.

"Si vous désapprouvez les mobiles de votre domaine, pourquoi l’avoir choisi alors ?"

Je ne savais pas de quoi elle parlait en termes de branche professionnelle. Sa jeunesse la rendait peut-être bien naïve. Sans doute, y voyait-elle une forme de romantisme et au final, elle y découvrait la partie sombre de son métier, quel qu’il soit. Au moins, chez les inventeurs, les choses étaient différentes. Car comme un artiste, nous nous laissions porter par la vague de la créativité, chaque machine se développait et prenait vie comme un fœtus dans notre cerveau, pour finalement naître et grandir dans un beau corps de métal. Le mobile de l’inventeur variait d’une personne à l’autre, et la fascination tout autant. Pourtant, on cherchait aussi à y établir des règles, de limiter l’esprit derrière des frontières établis. Pourquoi ? Car de un, l’humain aura toujours peur de l’inconnu, de deux, les inventeurs célèbres, voulaient garder leur renommée, en empêchant les plus modestes, de se prouver aux autres en les dépassants.

Mais, revenons à nos moutons. Comme vous pouvez le constater, je pouvais facilement dévier de notre histoire. En tout cas, le rapprochement pouvait se justifier. Et encore, à ce stade, j’ignorais tout de cette jeune fille. Il fut tentant de dire qu’elle était déjà une sorte de professionnel dans son domaine, mais au vu de son âge, il était possible qu’elle ne soit qu’étudiante ou apprentie. Dans ce dernier cas de figure, beaucoup de choses pourraient s’expliquer. Toutefois, étant encore un scientifique, je ne pouvais rien avancer, juste émettre des hypothèses. Car, sans preuves ou sans expérimentation, cette femme demeurait un mystère pour moi.


avatar
Beth Coste
Etudiante ambrosienne
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t335-peuple-beth-coste-etudiante-a-l-universite-terminee
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 538
Date d'inscription : 03/08/2017
MessageSujet: Re: Recherche de matériels et de connaissance... [pv Beth Coste] Jeu 29 Nov 2018 - 17:39
“C’est le principe même du chercheur de critiquer son environnement…” dit-elle absentement en tournant une page. Ensuite, elle lève un doigt en l’air imitant un de ses Profs en faisant la grosse voix.
“La recherche est neutre, elle tranche artificiellement entre «le fondamental» et «l’appliqué», Mademoiselle Coste, oui c’est à vous que je parle mon petit. La mission sociale de la recherche, ce n’est pas seulement de mener l’explication et le dialogue avec le public, c’est aussi de recueillir et respecter l’opinion d’un public informé, capable de faire des choix éclairés.”

Elle avait dit tout celui en demeurant assise sur le sol, sans regarder son intervenant. Si certains se seraient offusqué de sa remarque, elle l’invitait bien au contraire. Un des avantages à penser tout haut était justement les interventions qui s’en suivait parfois. Ces conversations riches et presque débatique. Un de ses potes les appelaient même débastussions, discussions débatiques.

“La bonne blague… La moitié des théories qu’on avance se font rejeter avant même de les avoir mises sur le papier car le public ne comprendrait pas… On nous brime, voilà tout ! Liberté intellectuelle, des clous ! Si je venais à avancer une théorie sociale sur la fascination de la mort dans les Sciences du Vivants mais vous avez pas idée, je me ferai démolir, par le public et par la communauté scientifique. On m’enverrai sur les roses en me demandant de retrouver cultiver mes carottes et plus vite que ça.”

Toujours assise sur le plancher, elle tourna sur elle-même pour lui faire face et déposa son livre ouvert sur ses jambes en tailleur. Elle médita un instant sur les conséquences d’une telle recherche qu’elle venait d’avancer. Elle touchait beaucoup trop à la religion pour qu’on lui donne carte blanche, c’était même perdu d’avance.

“Après bon, oui c’est glauque de lire la description que certains champignons peuvent avoir sur l’humain mais c’est la nature. Elle n’est ni bonne, ni mauvaise. Elle est, c’est tout.”

Elle s’autorisa ensuite un coup d’œil à ce nouveau interlocuteur. Portant la barbe, grand… la quarantaine… et le nez plongé dans du matériel d’ingénierie et de mécanique. Son regard s’illumina d’un coup et elle se releva en grand hâte.

“Vous êtes inventeur ?” demanda-t-elle alors qu’un immense sourire naissait sur ses lèvres.


avatar
Henry Wolverton
Inventeur fou
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t525-peuple-henry-wolverton-inventeur-fou
Nationalité : Eskroi
Messages : 51
Date d'inscription : 17/09/2018
MessageSujet: Re: Recherche de matériels et de connaissance... [pv Beth Coste] Ven 30 Nov 2018 - 9:27
Sans même décocher un regard à mon encontre, la jeune femme semblait s’adresser directement à ma carcasse. Quelle belle réflexion faisait-elle sur la science en générale. En quelques mots, seulement, elle montrait qu’elle avait de l’esprit. Je ne viendrais pas à dire que croiser une femme cultivée était rare, car même chez les hommes, trouver quelqu’un qui ne soit pas un parfait abrutit, devenait de plus en plus rare de nos jours. Soient, c’étaient ceux de la plèbe qui ne comprenait rien et critiquer alors, en disant que ce que vous faite, ne servait à rien, ou bien un de ces coincé de bourgeois, qui faisait mine de tout comprendre, mais en riait et pouvait dire ânerie sur ânerie.

Alors, rencontrer quelqu’un mêlant, science, philosophie et peut-être un sous-entendu de spiritualité, enfin il me semblait, était toujours plaisant, car c’était avec ce genre de personnage, qu’on pouvait avoir les conversations les plus riches, les plus instructives qui soient dans notre monde ! D’ailleurs, et si justement, on pouvait inventer une machine pouvant faire cela ? Cela ressemblerait à une grosse boite par exemple, pouvant parler. Avec des voix enregistrées ou synthétisées, on pourrait lui poser des questions et elle, elle y répondrait parfaitement, donnant une phrase ou une idée adaptée. Bon, le premier souci serait d’avoir ces voix et faire que la machine entende. Mais j’avais une théorie, sur une histoire d’onde. Le son, était fait d’onde. Si on pouvait les capturer, la machine pourrait les analysés, reconnaître certains mots et rendre automatiquement la réponse appropriée. Mais pour cela, il faudra inventer des capteurs, plus puissant et sophistiqué que des hauts parleurs, qui puissent fonctionner dans les deux sens et donner à cette fameuse boîte, l’intelligence artificielle, que je me tuais à donner à mes automates.

Euh… ? Notre histoire ? La fille ?! Ah oui la fille je l’avais complétement oubliée la pauvre. Cette dernière me fit revenir sur terre avec sa question. Une demande, dont je me pressais d’y répondre sans machine, car on abordait bien entendu, un sujet qui me touchait beaucoup et dont, j’en étais plus que fière.

"Inventeur ? Concepteur, chercheur, ingénieur, créateur d'automate… Oui je suis inventeur, mais plus en tant qu'innovateur. Le monde possède déjà tout ce qui puisse exister, nous ne sommes là que pour le copié. Et vous charmante damoiselle ?"

Je me mis à l’examiner, comme si j’avais devant moi une machine que je devais inspecter. Doigt sur le menton, réanalysant ceux qu’elle venait de me dire, je me permis de toucher son visage pour mieux regarder. Poussant un peu du côté de sa joue pour examiner ses traits, avant d’attraper sa mâchoire pour faire bouger un peu plus encore sa tête, je fis mes premières constatations.

"Voyons, voir… Vous êtes bien jeune pour faire partie de la communauté scientifique. De plus, vous avez l’esprit vif, ouvert et curieux. Et en retenant ce que vous venez de me dire… Du moins de ce que j’ai pu entendre… Je dirais que vous êtes une étudiante. Et aux vues de vos commentaires et du livre que vous tenez, en botanique. Une analyse plutôt facile. Enfin, possible que je me trompe sur quelques détails, mais pas loin non ?"

Il fallait avouer que ce n’était pas dure à deviner. En fait, elle m’avait déjà tout raconter de manière plus ou moins directe. Mais bon, en une discussion, nous ne pouvions tout savoir de l’autre. Sinon la vie serait des plus ennuyantes. Non ? Et justement, si nous devions reprendre notre conversation des plus savante et apprendre à mieux nous connaître, pouvais-je continuer à la questionner ? Enfin, je n’avais pas vraiment besoin d’autorisation. Quand j’avais une question en tête, que ma curiosité se faisait forte comme à chaque fois, je la posais sans faire fis de toute convenances. La connaissance avant tout !

"L’étude du vivant, je ne suis pas contre. Au contraire, je trouve que nous sommes tous, des machines organiques. Nous sommes plus complexes que nos machines actuelles, qui ne sont que de pâles copies. Mais peut-être qu’un jour, nous arriverons à faire, des automates à notre images, ayant les mêmes capacités qu’un humain, un chien, un papillon ! Je travails sur le sujet et peut vous en parler, mais avant, faite moi part de votre théorie sur la mort. Cela m’intéresse."

En quoi cela puisse m’intéresser ? Et bien, si je voulais copier le vivant pour mes recherches, il fallait connaître mon sujet à fond. Et la mort, une chose faisant à la fois partie de la vie, et étant une contrainte, était un paramètre à étudier. En fait, nous n’étions qu’au début de notre relation, mais je sentais que grâce à cette inconnue, je pourrais trouver des infirmations intéressantes pour mes travaux.


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Recherche de matériels et de connaissance... [pv Beth Coste]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: 1er niveau de la Cité-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous surDes mêmes auteurs