AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: L'histoire Ambrosienne :: 3ème niveau de la cité :: Quartier des inventeurs

Balades nocturnes, rencontre liée au passé ~ Henry Wolverton ~

avatar
Alberic de Fremont
Héritier raclusien / pirate
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t383-pupille-de-fremont-alberic-pretendant
Nationalité : Raclusien / Amethien
Messages : 138
Date d'inscription : 03/10/2017
MessageSujet: Balades nocturnes, rencontre liée au passé ~ Henry Wolverton ~ Sam 13 Oct 2018 - 23:21
Rien de rien, ses recherches ne donnaient rien, ajoutez à cela une tutrice qui surveille vos moindres faits et gestes, qui réprouve jusqu'à votre envie de liberté, vous aurez un jeune homme relativement à cran. Albéric ce soir en avait eu assez. Peu importe que son escapade soit découverte, d'air il avait un besoin urgent, et il profitait de l'entrevue de l'Impératrice avec la ministre pour filer par la porte de derrière. Pour cela il avait troqué sa tenue de pupille contre une veste noire et un pantalon assortit, ou plutôt empruntés par mégarde dans la laverie du ministère. Un chapeau noir complétait la tenue le faisant plus passer pour un croque mort que pour autre chose, mais autant laisser sa fugue inconnue pour le moment. Surtout que cela faisait maintenant un bon oment qu'il était enfermé dans ces lieux, il avait un besoin urgent d'air entre les remarques sur sa tenue, sur ses cheveux ou ses tatouages, cela allait bien cinq minutes.

Il n'était pas patient de nature, et il s'était persuadé qu'une séparation serait facilement gérable, comme pour l'armée. Mais il s'était lourdement trompé, il sentait l'absence des siens plus intensément que jamais et soupirait de plus en plus durant les heures du jour. Alors une escapade nocturne, quitte à ce qu'elle ne soit ni frucutueuse ni autorisée, avait au moins cette intense sensation de liberté. Bon sang, que cela lui avait manqué de déambuler dans les rues sans regarder ni être regardé parce qu'il accompagnait une femme de pouvoir. Non pas que la ministre soit désagréable, elle lui rappelait les femmes de sa famille qui savaient où elles voulaient aller et ce qu'elle tolérerait, mais elle prenait son enseignement bien trop à coeur.

Sa propre mère avait cessé de lutter avec ses cheveux depuis dix ans au moins, et ce n'était pas une mode de cours qui lui ferait couper sa mèche. Qu'il remonta sur sa tête d'ailleurs et plaça le chapeau avant de quitter le ministère incognito ou presque. Du moins il l'espérait, il avait besoin de souffler n'étant plus lui même depuis trop longtemps. Depuis son arrivée ou plutôt depuis le bal. Il souffla en parcourant les rues, remarquant les échoppes qui rouvraient, les gens qui s'activaient malgré la fraîcheur encore ambiante. Ils semblaient avoir surmonté le plus dur, et qu'est ce qu'il aurait préféré aider à la reconstruction plutôt que d'être coincé avec des paperasses sans fins. Les mains dans les poches il erra plus que ne marcha dans les rues, sans buts précis réellement, ses yeux fouillant les personnes qu'il croisait par habitude.

Un peu par hasard il se retrouva dans le quartier vivant d'inventions de la ville, son regard attiré par de multiples expositions de projets. Voila qui lui allait mieux, rien de tel que quelques personnes peu adroites dans la vie et qui laissaient des portes ouvertes par exemple. Comme celle là ? Il poussa le battant et s’engouffra à l'intérieur, pas forcément très loin, il se donna le temps d'habituer ses yeux à l'obscurité du lieu avant de commencer par vérifier si aucune âme n'était dans l'établissement qu'il espérait vide. Et peut être même qu'ils avaient laissé traîner un ou deux documents qu'il pourrait subtiliser pour étude approfondies dans sa chambre.


avatar
Henry Wolverton
Inventeur fou
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t525-peuple-henry-wolverton-inventeur-fou
Nationalité : Eskroi
Messages : 52
Date d'inscription : 17/09/2018
MessageSujet: Re: Balades nocturnes, rencontre liée au passé ~ Henry Wolverton ~ Lun 15 Oct 2018 - 23:50

Quel jour étions-nous ? Quel mois, quelle année ? Toutes ces questions n’avaient pas lieu d’être en réalité dans mon cerveau. Car, je pouvais bien passer quelques heures ou des jours entier dans mon laboratoire, je ne ferais plus attention, tellement mon travail fut prenant. En même temps, c’est normal. Je partais d’une idée sur une autre idée et etc. En plus, il fallait compter le nombre de fois où je devais revenir sur quelque chose à réparer ou améliorer. Tout cela était fort prenant, mais l’objectif final en valait la peine. Traitez-moi de fou, de rêveur, mais pour moi, je désirais tant voire un jour, chaque humain, quelle que soit sa nationalité, vivre comme un roi. Que des machines toujours plus perfectionner aideront les humains dans leur tâche de tous les jours, supprimeront les maux de notre monde, etc. Hélas, je n’étais encore qu’au début de ce rêve, et sa fin était probablement promise à un autre…

Qu’entends-je ? Quelqu’un osait me déranger en plein travail, alors que je tripatouillais les entrailles de ma dernière machine ! Un système d’alarme discret, m’alertait de la présence d’intrus. Cela fonctionnait comme la toile d’une araignée. Le fil bougeait, et à l’autre bout, la bestiole était mise au courant. Car au fin fond de mon laboratoire, une sonnette me criait à l’invasion.

"Qui donc peut bien venir me troubler ainsi ?!"

Attrapant juste à côté de moi un levier, je tirais vers moi, une petite cabine métallique, relier à un système de tuyauterie, qui me montrait par réflexion d’image sur des miroirs incliné à l’intérieur, ce qu’il se passait chez moi. J’eus déjà songé à un système plus élaboré, où grâce à cette nouveauté que fut l’électricité, les images pourraient être retransmise plus directement et avec moins de défauts. Mais je manquais de moyens et de matériels pour cela. Peut-être dans quelques années… Mais oublions donc le futur pour un moment, et concentrons-nous sur ce visiteur indésirable. Mon laboratoire n’était pas spécialement grand, alors, avec un petit boîtier, je vins défier l’inconnu. Remontant mes lunettes de soudures sur la tête, je grondais sévèrement ce malotru.

"Qui êtes-vous que fichez-vous chez moi ?! Attendez un peu que la sécurité vous tombe dessus !"

Grâce à mon petit appareil, je télécommandais un automate enterrer sous mon bazard. La machine sortie donc de sa tombe de métal, de manière complétement désarticuler comme ces morts-vivants qu’on retrouvait dans ces stupides romans ne valant pas plus de deux sous. Les bras sans articulations s’agitèrent vers l’invité et où ses mains, laissèrent émaner une faible lueur bleue.

"Grâce à son moteur à pression situer dans le cœur de la machine, cet automate peut vous assomer par un simple toucher ! Alors prenez garde mon gars."

Tout semblait fonctionner à merveille, la machine approchait à grande enjamber de cet homme de passage. Un petit coup pour l’assommer, et je pourrais le questionner, tout en attendant l’arrivée de la police. Que vouliez-vous, j’avais horreur d’être dérangé pendant que je travaillais. Et puis un géni n’était pas à l’abri d’espion et de voleur. Car nos créations pouvaient attiser la convoitise de pas mal de monde. Et je me devais de protéger mes machines. Et parlant de machine, le robot de sécurité semblait rencontré quelques… Difficultés ? Des étincelles s’échappèrent de ses bras qui tombèrent en morceaux alors qu’il n’avait fait que la moitié de la route. Et ses avants bras furent remplacés par accident par deux lames. Le métal s’était fendu pour devenir une arme mortelle. Là, je faisais une drôle de tête, je pouvais vous le dire.

"Ah… Ce n’était pas prévu ça..."

La machine qui devait juste neutraliser un homme, devenait une machine meurtrière. On aurait pu croire que notre dernière heure allait arriver, mourir aussi stupidement, même si c’était à cause de mon géni. Mais l’automate perdit son sens de l’orientation. Je ne serais vous expliquer comment, mais il finissait par tourner en rond devant nous, avant de rendre l’âme. Oui, il se désactiva comme ça, avec mêmes des écrous et autres éléments mécaniques qui sautèrent de son corps artificiel pour ne devenir plus qu’un tas de ferraille sans intérêt. Déprimant…

"Mouais… Décevant. Bon que puis-je faire pour vous aider ?"




Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: 3ème niveau de la cité :: Quartier des inventeurs-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous surDes mêmes auteurs