AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez|

[CLOS]Veillée funèbre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Lilith de Choiseul
Impératrice de vapeur
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t35-grand-lilith-de-choi
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 1696
Date d'inscription : 14/01/2017
MessageSujet: Re: [CLOS]Veillée funèbre Lun 30 Jan 2017 - 9:20
Assise sur le sol, je reconnais volontiers que j’apprécie. J’apprécie qu’il ne cherche pas de mot réconfortant, de paroles bienveillantes ou je ne sais quoi d’autre. Les choses m’horripilent grandement et rapidement quand elles sont enveloppées de trop de bienveillance, je pense que c’est de la pudeur en vérité. Je suis un visage public, n’importe quelle expression peut se retourner contre moi et quand on est au cœur d’un empire, on ne laisse pas l’ennemi voir n’importe laquelle de ses expressions.
Bien entendu, j’ai finis par considérer les sentiments les plus délicat comme de la faiblesse. Tout est une question de maintien, d’apparence et de visuel. Et je ne peux déroger à cette règle que je me suis imposée. Pourtant mon père était un homme aimant ne craignant pas de montrer son visage intime, mais c’était mon père, je ne suis pas lui.

Je le regarde quand il prononce mon prénom, cette hésitation…mais quelque chose tique et je l’observe un instant, sans trop savoir quoi, mon inconscient sait peut-être mais peu importe.

-Oui, pas tous les jours…mais nous ferons cela.

Je ne sais pourquoi il me sembla si étrange d’accepter cela, si étrange de me dire que j’allais passer du temps avec Lui, sans Elrich, et puis … non, son visage. Une douleur m’atteint de nouveau je ferme les yeux.
Je ne suis pas fâchée, les jumeaux sont d’étranges créatures, l’une manque et ils sont incomplets. Elrich l’était sans Everard, c’était facile à deviner. Je déglutis et les yeux toujours clos, je réponds, la voix peut-être un peu rocheuse à cause de la douleur.

-Plus qu’une ombre, il aurait été incomplet sans vous et malheureusement, vous l’êtes désormais. Comme je le suis. Deux moitiés seules…et incomplètes. Alors oui, vous savez, mais même si pour la forme, je pourrais en être fâchée, je serais bien idiote de l’être. Cela voudrait dire que je n’accepte pas qu’Elrich fut, comme il était et c’est faux. Mais je peux râler pour la forme ou souffler que je ne suis pas forcément tout à fait d’accord.

J’ouvre les yeux une fois la douleur passée. Reprenant mon souffle, j’ai chaud, un frisson moite dans le dos me prive de mon énergie, c’est un étau chaud plus qu’un cocon, tout est désagréable dans l’état où je me trouve.

-Cela ne change rien, ça ne veut pour autant pas dire que je suis en colère, j’accepte sans en etre parfaitement d’accord. C’est une question de compréhension.

Je suis jeune, c’est un fait, comparé aux frères, nous avions une large différence d’âge, mais je sais parfaitement ce que je dis. J’avais surpris Elrich à ce sujet. Je comprends leur façon d’être ou de faire, mais cela ne signifie pas que je suis totalement d’accord, j’ai droit de ne pas l’être, comme il a le droit de le faire tout de même.
Je parle,je raconte, je suis lasse. Me reposer m’est impossible, je suis furieuse.

-Mademoiselle Spina a examiné déjà le breuvage qui m’a empoisonné, elle peut examiner le corps de Elrich, mais il faut le faire dans cette discrétion nocturne. Je lui ai fais confiance plus qu’au médecin royal, je ne sais pourquoi vraiment, peut-être parce qu’elle est éloignée de mon entourage principal .

La colère emporte ses traits et je reste muette un instant en la voyant sur ses traits. Je souris pourtant quand elle disparait et que nous nous regardons, je suis pour autant surprise par sa main qui prends la mienne et je regarde le geste, même discret, d’un mouvement commun, j’emprisonne aussi la sienne et de l’autre, je caresse les cheveux d’Elrich.

-Ni vous ni moi ne trouverons l’absolu repos dans ce cas, tant que l’affaire ne sera pas résolue.

Je serre sa main et je crois que mes lèvres sont désormais closes dans le sentiment que l’homme que je n’ai fais que côtoyer a fini par devenir mon allié, ou en prends le chemin. Elrich serait heureux que je dise cela, il disait toujours que si je l’écoutais un peu, je me rendrais compte que je pouvais bien m’entendre avec Everard mais comme beaucoup à cette cour, je m’arrêtais à son air glacial et son fanatisme flagrant. Dommage…non ? Avais-je gâcher du temps en sa compagnie ? Peut-être
avatar
Everard Zullheimer
Premier serviteur d'Ameth en Ambrosia
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Amethien
Messages : 775
Date d'inscription : 14/04/2016
MessageSujet: Re: [CLOS]Veillée funèbre Lun 30 Jan 2017 - 15:15
Même si cela semblait un peu artificiel, il aurait été important pour lui, pour Elrich, que nous jours entendions. Et faute de l’avoir fait de son vivant, nous le ferions à titre posthume… pour lui, aussi simplement que cela. Qui sait, nos rencontres deviendraient peut-être plus naturelles, et peut être en viendrais-je à la conseiller comme je conseillais mon frère. Ce serait une bonne chose pour moi, et elle, elle comprendrait l’intérêt d’avoir un aussi solide allié à ses côtés pour peur qu’elle arrive à en apprécier la valeur. Et puis... et puis émotionnellement, quelle meilleure chose que de garder près de soi l’être de le plus proche de son être aimé ? Oui, ça aurait été logique… mais en matière de sentiments et d’émotions, la logique n’avait que peu de place… enfin bon, nous verrions bien, je supposais.

Je me contentais d’opiner du chef à ses propos suivant Sans mon frère, je n’étais pas complet, et elle non plus, deux moitiés différentes, liées à la même moitié restante sans pouvoir nous compléter l’un l’autre. C’était difficile. J’inspirais profondément. Une truste vérité que celle-ci. Nous avions, tous les deux, perdu tant en un instant… et oui, j’ai su tant de choses qu’elle ne pouvait pas me dire, et qu’il n’aurait pas dû mentionner aussi. Mais voilà, je ne pouvais être son ombre sans savoir. Tout simplement… et il est normal de parler de tout à son confesseur., n’est-ce pas ?

« Sachez, maj.… euh… sachez Lilith, que tout ce qu’il a pu me dire, ou que vous pourriez me dire et me demander de garder pour moi, sera cellé en mon cœur et en mon âme par le serment à Ameth… »

Autant dire que ce serment serait complètement inviolable… car je jurais sur ma foi. Et si pour d’autres, c’était quelque chose d’abstrait, pour mon entourage et moi, c’était parfaitement clair : plutôt subir mille et une tortures que d’avouer ces secrets… oui, ça vous semble dur a priori, mais ça n’en est pas moins logique. Qui oserait jurer sur sa foi et n’aurait pas peur du courroux divin en cas de parjure ?

« Alors si vous le permettez, je vais vous laisser le temps d’aller la chercher immédiatement…. Je me doute bien que vous vouliez que je reste avec vous, mais la vengeance avant tout, n’est-ce pas ? J’ai hâte de pouvoir me reposer. »

Je faisais bien sûr référence au fait que tant elle que moi n’aurions guère de repos avant la fin de cette histoire, avant que le prince consort, avant que mon frère, avant que son époux, ne soit vengé…

« Si vous voulez bien m’excuser, et avec votre permission, je vais y aller et la ramener par les passages secrets, pour plus de discrétion. »

J’attends son assentiment en prenant mes affaires sur un petit banc, je les avais consciencieusement pliées, mais je m’habillerai une fois dans les passages secrets. Je fis une légère inclinaison et posais la main sur une dalle du mur, à ras du sol qui fit retentir un claquement et sentir un courant d’air froid. Une porte dérobée dans laquelle je m’engouffrais, refermant le panneau derrière moi avant de finalement m’habiller en vitesse et filer vers les escaliers.


Aller à la page : Précédent  1, 2

[CLOS]Veillée funèbre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: L'histoire Ambrosienne :: Palais impérial :: Rez-de chaussée-
Sauter vers: