AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
RSS
RSS


 :: Préface Ambrosienne :: Registres ambrosiens :: Identités ambrosiennes

DIGNITAIRE - Elena Spina - Herboriste et sage femme

avatar
Elena Spina
Herboriste
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Raclusienne d'Adop
Messages : 35
Date d'inscription : 22/01/2017
MessageSujet: DIGNITAIRE - Elena Spina - Herboriste et sage femme Lun 23 Jan 2017 - 21:50
SPINA Elena
ft. Felicity Jones de A theory of everything
Surnom : Elly, Lenah
Âge : 28 ans
Métier : Herboriste et sage-femme
Nationalité et origines : Raclusienne d'Adop
Situation conjugale : Célibataire
Culte : Ameth
Orientation sexuelle : Hétéro
Groupe : Dignitaire
Carnation : Causasienne
Taille : 1m59
Corpulence : Mince
Cheveux : Brun foncé, arrivant un peu plus bas que les épaules
Yeux : Verts
Signe(s) distinctif(s) : ... Elle a une petite cicatrice en-dessous du menton, souvenir d'une chute quand elle était enfant.
Caractère : Elena, c’est la jeune fille calme, qui se tient en retrait, qui ne parle pas, dans ce salon rempli de monde, qui écoute, qui réfléchit, qui sourit, et qui va remplir à nouveau la tasse de thé de la dame âgée, qui souffre de douleurs aux genoux mais a plein d’histoires passionnantes à raconter. C'est aussi cette jeune fille à qui l'on peut demander un service car, serviable, si c'est dans ses cordes, elle fera tout son possible pour aider.

Elena, c’est cette jeune fille qui se rend chaque semaine, au moins une fois, au temple pour prier et se recueillir. C’est celle qui, régulièrement, aide dans un refuge pour enfants orphelins, et donne des remèdes gratuitement aux personnes dans le besoin. Car pour Elena, la compassion est une valeur très importante.

Elena, c’est cette jeune fille loyale qui, jamais ne trahit les secrets qui lui sont confiés, du moins quand ils proviennent d’amis ou de proches. En l’occurrence, la personne envers laquelle elle est le plus loyale est Everard. Vient ensuite l’Impératrice. Pour rien au moins elle ne trahirait Everard, qu’elle admire plus que quiconque. D’ailleurs, Elena, c’est cette jeune fille qui, en secret, développe des sentiments prochains envers cet homme plus âgé qu’elle mais tellement charismatique, au point qu’elle ferait n’importe quoi pour lui.

Enfin, Elena, c’est cette jeune fille qui, derrière son visage enfantin, a parfois aussi les réactions d’une enfant. Quand elle n’a pas ce qu’elle souhaite, elle peut faire quelques caprices. Quand on fait du mal ou que l’on critique ce à quoi elle tient, ou les personnes qui lui sont proches, elle peut entrer dans des colères impressionnantes et dangereuses. Surtout à cause de ses dons d’herboriste. Surtout qu’Elena est aussi très rancunière. Il n’est pas bon l’énerver.
Histoire : Je suis née en l’an 410 après Mérimin. Mon père, Alastair Spina, était un herboriste réputé à Adop, ma cité de naissance. Avec ma mère, Angelica, ils concoctaient toute une série de remèdes, potions, lotions et crèmes, permettant de soigner toutes les maladies connues ou presque. Toux, démangeaisons, douleurs dans les muscles, rougeurs… Ils semblaient avoir un remède à tout. Pourtant, cela n’empêcha pas ma mère de succomber à une maladie alors que je n’avais pas encore cinq ans. Une maladie des poumons. Elle avait pris froid, et malgré tous les remèdes qu’ils connaissaient, ils n’avaient pas réussi à faire cesser les toussotements, à lui permettre de respirer mieux. Plus les jours passaient, plus elle était fatiguée. Elle ne quittait plus le lit. Elle semblait plus pâle de jour en jour. Au début, j’allais me blottir contre elle, dans le lit. Mais bientôt, mon père me l’interdit. Je ne pus bientôt même plus l’approcher. Parfois, je l’apercevais, par la porte entrebâillée. Elle semblait si faible… Et mon père, si anxieux… Je ne comprenais pas, à l’époque, ce qu’il se passait. Pourtant, je sentais que c’était grave, que quelque chose n’allait pas. Quand ma mère poussa son dernier soupir, je me renfermai sur moi-même plus encore que les semaines précédentes. Je fus autorisée à assister à la cérémonie, pour lui dire adieu. Je me souviens encore de la robe que je portais. Toute noire. Achetée pour l’occasion. Je la détestai dès que mes yeux se posèrent dessus. Ma tante, la sœur de mon père, dut me l’enfiler de force. Je ne voulais pas la mettre, comme je ne voulais pas dire au revoir à ma mère.

Je voulais qu’elle revienne.

Elle ne revint évidemment pas. Mais deux ans plus tard, mon père se remaria. J’avais sept ans, et je n’aimais pas particulièrement ma nouvelle mère. Mais ce n’était pas comme si on m’avait demandé mon avis. Ma belle-mère fit de son mieux pour m’élever ensuite, comme si j’avais été sa propre fille. Au fond, elle n’était pas méchante. Elle n’était juste pas… ma maman. Alors qu’elle m’apprenait la mode, la lecture, la musique, le chant et le dessin, mon père, lui, m’apprenait petit-à-petit son métier. Le nom des plantes, leurs vertus… Plus je grandissais, plus il me confiait des tâches. Couper les feuilles, trier les racines… C’était fascinant. Et j’adorais l’idée de pouvoir aider les autres, les malades, par mon action.

Ce ne fut que bien plus tard, que je découvris que les plantes pouvaient aussi avoir d’autres effets, moins… bénéfiques. J’avais quinze ans, si ma mémoire est bonne. Je souffrais d’horribles douleurs au ventre et voulais me préparer une potion pour les calmer. En entrant dans le laboratoire de mon père, je l’aperçus en grande discussion avec un autre homme. Ils parlaient à voix basse, comme s’ils craignaient d’être entendus. Et pour cause. Ils ne parlaient pas de soigner des maux, mais d’en causer ! Quand mon père s’aperçut de ma présence, il mit fin à son rendez-vous et poussa l’autre homme – un espion – à l’extérieur. Pendant plus de deux heures, il m’expliqua la seconde face de son métier. Je fus tout d’abord choquée. Jamais je n’aurais imaginé que mon père put… Tremper dans ce genre d’affaires… Mais tout cela, tout ce qu’il faisait, il le faisait pour de bonnes raisons. Pour le bien de la cité, et de la Ligue. À la fin de son discours, il m’avait convaincue du bien-fondé de tout cela. Et dès le lendemain, il commença à m’apprendre tout ce qu’il savait des poisons. En grandissant, j’appris aussi certaines potions moins… Politiquement correctes. Saviez-vous que le dracaena permettait de ne pas tomber enceinte ? En poudre, il soignait les boutons, mais ingéré…

Ha ! Quant à ma belle-mère, elle m’apprit autre chose, à part à être une jeune fille bien élevée : elle était sage-femme, et me transmit ses connaissances en la matière. À dix-huit ans, j’étais une jeune femme éduquée, savais lire, chanter, jouer de la musique, dessiner, connaissais les plantes et leurs vertus, savais aider les femmes à accoucher… Je savais aussi que je plaisais, avec mon charme doux et innocent. Je m’attendais donc à être vite fiancée. Mais mon père faisant partie des élus de la Ligue, je fus, au lieu d’être fiancée, envoyée pour trois ans sous la tutelle d’Everard Zullheimer, du Protectorat d’Ameth. D’abord anxieuse et renfermée, je m’épanouis rapidement auprès de cet homme, Premier serviteur d’Ameth en Ambrosia. Il avait trente ans, à l’époque. Il m’impressionnait beaucoup. Bientôt, je développai un réel respect pour lui. Il me fascinait. Il était tellement charismatique… Il faut dire qu’il savait très bien parler. Il maniait les mots aussi bien que son bâton. Auprès de lui, j’appris beaucoup. Et notamment, je découvris le culte d’Ameth. À la fin de mes trois années sous sa tutelle, je me convertis officiellement. Je devins une fervente Amethienne. Et bien sûr, j’aidai mon tuteur autant que je le pus. Notamment grâce à mes savoirs d’herboriste…

J’étais toujours aux côtés d’Everard, quand mon père fut arrêté puis pendu. Je ne l’appris que deux semaines après. Le choc fut rude. Après tout, il était mon dernier parent. Je me retrouvais donc orpheline. Mais je pouvais compter sur mon tuteur. Il me soutint, m’épaula. Et me protégea même. Car si mon père avait été arrêté, c’était parce qu’il était soupçonné – à raison sans doute – d’avoir fourni un poison mortel à un autre élu, afin que celui-ci puisse faire mourir son épouse ! Cela aurait pu se retourner contre moi. Mais grâce à Everard, je ne fus pas inquiétée. Les sentiments que je lui portais ne furent que plus forts après cet épisode. Si bien que, mes trois années de tutelle terminées, je décidai de demeurer à ses côtés. Je devins herboriste à la cour de l’impératrice. C’est ainsi que je découvrais pour l’empoisonnement de l’impératrice. Les plantes n’avaient aucun secret pour moi. Or, cette odeur, ces feuilles dans sa tasse, je les connaissais. Empoisonnée, elle perdit son enfant. Heureusement, elle ne perdit pas la vie, comme son défunt mari. Mais il ne fallait surtout rien ébruiter. Je me souviens avoir acquiescé en silence, à l’injonction de l’Impératrice. Ne rien dire, au sujet de l’empoisonnement et de la perte de son bébé. Par loyauté, je tiendrais cette promesse. Enfin, presque.
Divers :
- Elena a parlé à Everard de l'empoisonnement de l'Impératrice, ou plutôt du fait qu'on lui ai fait ingérer une plante dont l'effet est de faire cesser les grossesse ;
- Elle ignore par contre qu'Everard a couché à plusieurs reprises avec l'Impératrice. Si elle le savait... Elle pourrait être particulièrement irascible (comprenez jalouse)
Date de naissance : 24 mars 1989 (si vous voulez tout savoir)
Double compte : Nope
Commentaire : Je vous déteste.
avatar
Lilith de Choiseul
Impératrice de vapeur
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t35-grand-lilith-de-choi
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 2503
Date d'inscription : 14/01/2017
MessageSujet: Re: DIGNITAIRE - Elena Spina - Herboriste et sage femme Lun 23 Jan 2017 - 22:14
Bienvenue Elena je suis heureuse de te voir parmi nous!!


avatar
Everard Zullheimer
Premier serviteur d'Ameth en Ambrosia
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Amethien
Messages : 1201
Date d'inscription : 14/04/2016
MessageSujet: Re: DIGNITAIRE - Elena Spina - Herboriste et sage femme Mar 24 Jan 2017 - 9:09
Moi aussi je te déteste ma petite .... <3


avatar
Elena Spina
Herboriste
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Raclusienne d'Adop
Messages : 35
Date d'inscription : 22/01/2017
MessageSujet: Re: DIGNITAIRE - Elena Spina - Herboriste et sage femme Dim 29 Jan 2017 - 21:00
Je pense avoir enfin fini ma fiche <3
avatar
Lilith de Choiseul
Impératrice de vapeur
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t35-grand-lilith-de-choi
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 2503
Date d'inscription : 14/01/2017
MessageSujet: Re: DIGNITAIRE - Elena Spina - Herboriste et sage femme Dim 29 Jan 2017 - 21:28
Quel délice que cette fiche ma chère Elena, je dois avouer que j'ai retrouvé trait pour trait ce pv adorable! Et c'est un plaisir que de t'avoir lu!

Tu es donc validé(e)

Tu as la possibilité de créer ton carnet de bal désormais ou encore de proposer des pv si tu en as besoin !
Si tu ne l'as pas fait, peux-tu remplir ton profil correctement s'il te plait?
Pas la peine de passer dans les registres puisque nous les mettrons obligatoirement à jour en te validant, top non ? Mais si jamais tu as besoin de nous communiquer quoi que ce soit, cette partie du forum fera certainement ton bonheur !

Maintenant tu as toutes tes clés en mains pour jouer, n’oublies pas, pour la bonne harmonie du forum, que quand tu as finis un rp, il faut passer par ici! En attendant et bien va comploter !

Que Ameth veille sur toi !




avatar
Mélusine Duval
Ministre de l'éducation et des pupilles
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t66-grand-melusine-duval-ministre-de-l-education-et-des-pupilles
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 926
Date d'inscription : 26/01/2017
MessageSujet: Re: DIGNITAIRE - Elena Spina - Herboriste et sage femme Lun 30 Jan 2017 - 0:26
Bienvenue Mademoiselle !



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: Préface Ambrosienne :: Registres ambrosiens :: Identités ambrosiennes-
Sauter vers:  
Il était une fois AmbrosiaNos Partenaires

Retrouver nous sur