AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez|

Dignitaire - Ross Brisendan, héritier de la Gobelin Bank [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Ross Brisendan
Héritier de la Gobelin Bank
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 577
Date d'inscription : 27/01/2017
MessageSujet: Dignitaire - Ross Brisendan, héritier de la Gobelin Bank [terminé] Ven 27 Jan 2017 - 13:31
Brisendan Roslin
ft. Todrick Hall
Surnom : Ross
Âge : 31 ans
Métier : Co-directeur de la Gobelin Bank, entreprise familiale
Nationalité et origines : Ambrosien
Situation conjugale : Marié
Culte : Timan avant tout ; pour le reste, il n'est pas très pratiquant
Orientation sexuelle : Quoiqu'il préfère les hommes, il a le bon sens d'honorer son épouse
Groupe : Dignitaire
Carnation : Caramel
Taille : 1m73
Corpulence : 71 kilos
Cheveux : Courts, presque ras, mais souvent teints selon sa fantaisie
Yeux : Noisette
Signe(s) distinctif(s) : Un visage qu’il adopte parfois, à la fois peu expressif et intense, qu’on qualifie dans son entourage de « masque de Pierrot » ou de « masque de Venise ». Il fixe de côté ou de face, comme un oiseau, de son regard étrangement clair aux lueurs dorées, les personnes qu’il veut mettre mal à l’aise, ou simplement qu’il étudie avec intérêt… souvent avec le même résultat.
Caractère :

Héritier d’une dynastie de banquiers avisés, Ross en retire une expérience des chiffres et un talent pour les opérations risquées mais maîtrisées ; il a pensé un temps se lancer dans la politique de préférence aux finances, mais s’est finalement décidé pour reprendre le flambeau de ses glorieux ancêtres en constatant le désintérêt général de ses cousins pour cet héritage. - Entendons-nous bien ; il n’y a pas eu à proprement parler de rupture familiale, et l’argent de leurs parents est toujours le bienvenu, mais ces cousins et cousines préfèrent le consacrer à d’autres études. - Fils à maman et à papa, né tard dans la vie du ménage qui se préoccupait davantage de ses affaires que de sa vie sexuelle, Ross a ressenti et ressent toujours à l’égard de ses parents et associés une profonde responsabilité. De même envers le pouvoir en place, qui a propulsé sa famille vers les sommets par sa protection ; on l’a éduqué dans la loyauté au régime et il n’a aucune raison de trahir cette allégeance. Au contraire, il entretient des rapports presque amicaux avec Lilith de Choiseul elle-même.

Malgré sa tendance à un style général guindé, romantique ou gothique selon l’humeur, les articles très colorés et le maquillage assorti ne sont pas rares chez Ross Brisendan. C’est une forme d’humour pince-sans-rire ; il n’a pas besoin de s’esclaffer bruyamment ou de porter un nez de clown, il préfère la subtilité, dans sa propre expression et chez les autres. Il peut s’agacer facilement d’une lourdeur, stylistique ou administrative, d’une insistance excessive, hostile ou amoureuse ; cette hypersensibilité quelque peu maniaque en fait un patron juste, précis dans ses rétributions et jamais en retard pour les salaires, mais légèrement invivable au quotidien, perfectionniste et sans concessions.

Son épouse n’a pas à en souffrir ; ils ne se fréquentent que pour accomplir leur devoir conjugal, et échangent rarement une parole, même en ces moments d’intimité. Le reste du temps, il la couvre de cadeaux qui consistent principalement en voyages, sorties et soirées qui lui permettent de s’éloigner de lui. Il en est conscient, et cela lui est parfaitement égal. La domesticité l’a déjà entendu conseiller à son épouse de prendre un amant si elle s’ennuie. Par ailleurs, lorsqu'il paraît en société avec elle, il porte des bottes surélevées pour ne pas sembler plus petit qu'elle. C'est une sorte de jeu tacite et pince-sans-rire : elle met un point d'honneur à porter ses plus hautes chaussures à talons, pour l'obliger à se surélever davantage encore, curieuse de voir quand il va abandonner.

Sa sensibilité aux imperfections qui le gênent n’a d’égale que son insensibilité aux états d’âmes qui ne le touchent pas. Non qu’il soit dépourvu d’émotions, une machine froide, comme certains ont pu décrire les hommes de sa famille – son père ayant présenté les mêmes extravagances avant lui – mais il a une étrange manière de les trier par priorités et de les exprimer. On a parfois supposé qu'il souffrait d'une quelconque affection nerveuse ou mentale, qui lui faisait voir le monde un peu différemment de tout un chacun ; mais son éducation y suffirait sans doute ; et à plus d'une occasion, il a prouvé qu'il n'était pas un mauvais bougre.

Par exemple, il se pique de philanthropie, un passe-temps qui n’enthousiasmait pourtant guère la dernière génération des Brisendan. Il a une vision globale de l’entreprise, et considère devoir en améliorer l’image à travers ses actions ; ce qu’il dépense aujourd’hui en bonnes œuvres est un investissement pour l’avenir, au niveau de la société en général mais aussi au niveau du développement de la Gobelin Bank à travers l’Empire. Il finance notamment une bourse d’études à laquelle il a donné son nom, orgueil discutable aux yeux de ses oncles et tantes, ou de ses parents, mais ces derniers peuvent bien lui accorder ce petit caprice ; ils ont une certaine confiance dans la sagacité de son esprit stratégique, au-delà de ses apparentes fantaisies.
Histoire :
Issu d’une famille aisée, l’héritier Brisendan, prénommé Roslin en souvenir d’un ancêtre illustre mais très vite rebaptisé Ross par l’usage familial, n’a jamais eu à souffrir de ces fléaux qu’on nomme la famine, le marasme ou l’ignorance. Dès son plus jeune âge, au contraire, il bénéficiait de petites responsabilités dont les résultats aboutissaient à des leçons de gestion. Ses premiers jouets furent des bouliers, des albums de personnalités importantes de l’échiquier politique, des livres d’énigmes et de jeux de mémoire, ou des puzzles représentant la cartographie des territoires connus ; puis une petite ferme dans le jardin du parc, dont il avait pour tâche de maintenir le bon état par ses décisions ; il allouait le partage d’un certain budget, décidé lors de réunions avec ses parents, aux domestiques chargés de l’entretien, au nourrissage des animaux, et à l’élaboration des cultures.

Autant dire qu’on s’aperçut très vite de ses capacités à reprendre le flambeau de l’entreprise familiale. Le jeune garçon s’intéressait d’ailleurs au travail de ses parents, sentant bien que c’était la chose au monde qui les passionnait le plus. Il avait conscience du pouvoir qui gravitait entre leurs mains, sans parler du fait que chaque poste de décision à la Gobelin Bank était alloué à une personne du clan Brisendan, par le sang ou par alliance. Il entendait ses oncles et tantes discuter gravement des mariages consentis à ses cousins et cousines, et comprenait sans peine qu’on ne briguait leur main que pour entrer dans les secrets de ces conciles financiers. Lui-même imaginait fort bien son propre mariage : inévitable, froid et professionnel, mûrement réfléchi, et nécessaire à la poursuite des affaires de la famille.

Vers ses dix ans, il traversa une période d’expérimentation : sans que rien ne soit dit à coeur ouvert, ses parents craignaient qu’on ne l’assassine, en sa qualité d’héritier, et l’autorisaient soudain à se permettre en public toutes les fantaisies, bêtises et extravagances dont il pouvait rêver, afin d’amenuiser la menace qu’il représentait pour le comploteur. Cependant, il se doutait qu’on était à sa recherche au sein de la famille : vipère interne ou venu de l’extérieur par un traîtreux mariage, c’était la question. Les tensions au sein du clan n’empêchèrent nullement la banque de fonctionner : on était accoutumé à faire passer ses pulsions et paranoïas personnelles après l’intérêt souverain de la circulation monétaire.

Puis, comme il s’était élevé, le spectre de l’assassin retomba, et peu à peu ses parents rassurés lui inculquèrent à nouveau une discipline de vie stricte et utilitaire. Adieu, fantaisies inconsidérées ! Du moins, en partie. De cette sorte d’adolescence précoce et organisée, Ross avait conservé une idée maîtresse. Il pouvait voiler ses plus grandes ambitions sous un vernis de jeunesse rêveuse. Il ne l’oublia pas, et en fit même son art. Sa famille elle-même eut un peu de mal à le reprendre au sérieux, mais alors qu’il se préparait à exercer son devoir national de pupille parmi le reste de l’aristocratie, le regard de Ross était fixé vers l’avenir, résolument et aussi froidement que celui de son père autrefois. D’ailleurs, il avait demandé à ses parents de lui choisir durant cette période une liste de fiancées acceptables, afin qu’il puisse « régler ce détail » dès son retour.

Ce fut une grande fille rousse, taciturne et amatrice d’opéra, qu’elle écrivait en amatrice, nommée Miranda Breck Stuart. Elle avait déclaré, lors de son entretien avec les parents Brisendan, qu’elle serait enchantée d’intégrer une famille aussi importante, car cela lui permettrait de faire le bien autour d’elle comme sa famille, ancienne et glorieuse mais désargentée, n’en avait plus le pouvoir. C’était à la fois la marque d’un certain réalisme honnête, et d’une soumission personnelle aux requêtes du clan, auquel elle s’estimerait redevable ; puisque sa tâche serait principalement de produire la génération suivante, il n’était pas nécessaire qu’elle s’implique, mais surtout qu’elle sache transmettre à ses enfants l’importance de développer leur héritage. La liste comptait quelques autres grands noms, mais Ross choisit finalement Miranda. Aucune autre n'avait manifesté dans sa présentation une conviction personnelle concernant la valeur morale d'une importante fortune.

Leurs rapports, dès le début, furent courtois plutôt que cordiaux. Ils partageaient une suite du grand manoir, assez vaste pour qu’ils se croisent à peine, et se préoccupaient chacun de passions suffisamment différentes pour que leurs conversations restent mondaines et vite oubliées. Ils s’étaient mis d’accord sur une tentative par mois pour produire les enfants tant désirés par leurs familles respectives. Ils se tinrent à cette fréquence avec une discipline admirable, mais leurs efforts ne furent pas couronnés de succès. Pour le reste, à savoir les sentiments, Ross se sentait bien plus proche de ses amis d’enfance de la Cour, quel que soit leur sexe, que de l’inconnue qui partageait désormais sa vie. C’était encore le résultat d’une volonté parentale transmise au fil des générations : étant le fils aîné de la branche principale – aîné et unique, s’avéra-t-il, ses parents ne témoignant pas plus d’intérêt que lui pour la bagatelle – il avait toujours été encouragé à éprouver non seulement du respect et de la loyauté, mais surtout de l’amitié envers les membres de la famille impériale proches de lui par l’âge. Il a donc fortement déploré le meurtre du prince consort, ainsi que toute autre tragédie ayant touché la famille Mérimin.

Tandis que Ross parlait avec sa femme des charités diverses qu'ils soutenaient - jamais les mêmes, de manière à toucher une part la plus large possible de la population - le jeune homme organisait ces actions avec ses amis de la Cour. Et chez lui, organiser était une conversation nettement plus enrichissante que simplement bavarder, corvée sociale s'il en est. Ce qu'il organise le plus volontiers à l'heure actuelle, c'est l'extension de sa banque aux quatre coins de l'Empire, au niveau de territoires et de peuples qu'il ne connaît encore guère et qu'il rêve de découvrir. (Son séjour en tant que pupille s'étant effectué auprès de la ligue Raclusienne, il reconnaît lui-même qu'il a encore beaucoup à apprendre ; d'ailleurs, sa vision de la banque repose principalement sur l'établissement de crédits personnalisés, fondés sur de sérieuses études sociologiques en amont. Il emploie à cet effet un secrétaire particulier, et fait appel à des chercheurs spécialisés selon les besoins.) Sa famille acceptant de lui confier l'aspect diplomatique de cette extension, il est devenu un véritable ambassadeur de la Gobelin Bank auprès des personnes de pouvoir.
Divers : Ross a deux loisirs curieux : un sport de combat qui consiste à user d’une cravache ferrée, et qu’il pratique avec un maître d’armes particulier ; et le tarot, au sens astrologique du terme (dans sa famille, allez savoir pourquoi, l’on n’encourage guère la pratique des jeux d’argent.) Il se montre modéré et discret dans sa pratique de ces deux arts, et n’y a pas englouti des sommes excessives ; peu de gens sont même au courant de ces intérêts personnels, mais il ne s’en cache pas et se lance volontiers dans de longues théories pour en défendre les points positifs. Il faut parfois être assez direct pour qu’il se rende compte que ses digressions ennuient son interlocuteur.

Lorsqu’il était petit, pendant quelques années, des soupçons ont couru dans sa famille : plusieurs personnes sont tombées gravement malades à la suite, et ses parents ont craint qu’un membre du clan ne soit en train d’empoisonner les autres afin de récolter leur héritage. Pour protéger leur enfant sans accréditer les rumeurs, ils l’ont laissé se livrer à toutes les petites extravagances qui pouvaient donner l’impression d’une faiblesse de sa part, et ont publiquement laissé courir le bruit qu’il était inapte à hériter d’eux. Ainsi, il ne représentait plus un obstacle. Libre de se conduire comme bon lui semblait, et sentant même qu’il y était encouragé, Ross restait parfois silencieux des jours entiers, portait les tenues et les bijoux de ses cousines, ou encore se lançait dans des tirades au sujet de ses centres d’intérêt les plus étranges. Dès que les soupçons de complot furent écartés, ses parents le reprirent en mains, et il se plia à leurs nouvelles instructions tout aussi docilement.

En raison de cette ambiguïté dans ses attitudes, cultivée autrefois avec la bénédiction parentale, on a répandu quelque fois la rumeur qu’il était en réalité une fille. La vérité étant surtout qu’il éprouve une grande gêne à se montrer nu. Les domestiques eux-mêmes ont rarement eu l’occasion de voir son corps, et ne peuvent jurer de rien à cet égard. Son épouse a publiquement témoigné de son identité masculine, mais il est de notoriété publique que leur mariage est le résultat d’un contrat d’affaires plutôt que d’une quelconque attirance, et qu’elle a tout intérêt à ce qu’il hérite bel et bien d’une partie de la direction bancaire. De plus, le fait qu’elle n’a pas encore conçu d’héritier pour l’héritier entretient les soupçons – uniquement dans la presse la plus scandaleuse et les rumeurs les plus vulgaires, cela dit. Ses fréquentations habituelles ne l’importunent généralement pas sur ce point.

Enfin, personne ne l’appelle par son prénom complet, Roslin, mis à part les personnes de sa famille lorsqu’elles souhaitent le rappeler à l’ordre – ce qui est rare – ou lorsque l’heure est particulièrement grave.
Date de naissance : ...
Double compte : ...
Commentaire : ...
avatar
Lilith de Choiseul
Impératrice de vapeur
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniqueambrosia.forumactif.org/t35-grand-lilith-de-choi
Nationalité : Ambrosienne
Messages : 1696
Date d'inscription : 14/01/2017
MessageSujet: Re: Dignitaire - Ross Brisendan, héritier de la Gobelin Bank [terminé] Ven 27 Jan 2017 - 13:38
Bienvenue Ross! N'oublies pas de lever l'italique comme indiquer dans le sujet de la fiche. Pourrais-tu déplacer ton image dans une zone plus grande? Caractère ou Histoire, je souhaiterais que sois visibles aux premiers abords les informations des deux premiers petits cadres, merci )



Badge d'honneur:
 

avatar
Ross Brisendan
Héritier de la Gobelin Bank
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 577
Date d'inscription : 27/01/2017
MessageSujet: Re: Dignitaire - Ross Brisendan, héritier de la Gobelin Bank [terminé] Ven 27 Jan 2017 - 15:24
Voilà Smile
avatar
Everard Zullheimer
Premier serviteur d'Ameth en Ambrosia
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Amethien
Messages : 775
Date d'inscription : 14/04/2016
MessageSujet: Re: Dignitaire - Ross Brisendan, héritier de la Gobelin Bank [terminé] Sam 28 Jan 2017 - 14:24
Sois le bienvenu !


Je tenais juste à être sur d'un point. Malgré les rumeurs, c'est bel et bien un homme et juste un homme, n'est-ce pas ?


avatar
Ross Brisendan
Héritier de la Gobelin Bank
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 577
Date d'inscription : 27/01/2017
MessageSujet: Re: Dignitaire - Ross Brisendan, héritier de la Gobelin Bank [terminé] Sam 28 Jan 2017 - 17:00
Non, j'avais simplement remarqué que Todrick Hall avait une certaine phobie de montrer son corps, et j'ai trouvé intéressant de l'inclure dans mon scénario et d'en faire un élément utile -notamment, à préserver la vie privée de mon héros en détournant les rumeurs sur une fausse piste. ^^
avatar
Everard Zullheimer
Premier serviteur d'Ameth en Ambrosia
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Amethien
Messages : 775
Date d'inscription : 14/04/2016
MessageSujet: Re: Dignitaire - Ross Brisendan, héritier de la Gobelin Bank [terminé] Sam 28 Jan 2017 - 17:29
Soit. Je tenais juste à etre sur ! ^^


avatar
Ross Brisendan
Héritier de la Gobelin Bank
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 577
Date d'inscription : 27/01/2017
MessageSujet: Re: Dignitaire - Ross Brisendan, héritier de la Gobelin Bank [terminé] Sam 28 Jan 2017 - 17:45
Voilà voilà I love you
A moins que l'autre option ne vous semble plus intéressante ? -Ce ne sera jamais une femme à la Calamity Jane, en revanche ce peut éventuellement être un homme à la Dr James Barry-. J'ai déplacé la conversation ici, mais elle peut se continuer. ^^ Je suis toujours intéressé par vos apports en cours de construction de fiche.
avatar
Everard Zullheimer
Premier serviteur d'Ameth en Ambrosia
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Amethien
Messages : 775
Date d'inscription : 14/04/2016
MessageSujet: Re: Dignitaire - Ross Brisendan, héritier de la Gobelin Bank [terminé] Sam 28 Jan 2017 - 18:13
Non, non, pars sur ton idée, on veut uste éviter les débordements et éviter les doutes, donc pas de soucis, continues ! ^^


avatar
Ross Brisendan
Héritier de la Gobelin Bank
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 577
Date d'inscription : 27/01/2017
MessageSujet: Re: Dignitaire - Ross Brisendan, héritier de la Gobelin Bank [terminé] Sam 28 Jan 2017 - 23:14
Je suppose que par débordements, vous entendez le choix d'un avatar de sexe masculin pour jouer un personnage de sexe féminin ? Ne vous en faites pas, si un jour c'était mon intention, je choisirais un beau monsieur né mademoiselle, ce ne sont pas les avatars qui manquent. ^^

Comme ça de tête, j'en vois déjà une dizaine qui feraient bien ici.:
 

Je vous finis ça demain. I love you Je préfère travailler à tête reposée. Et si d'autres idées vous viennent de votre côté, n'hésitez pas, on en discutera.
avatar
Ross Brisendan
Héritier de la Gobelin Bank
Voir le profil de l'utilisateur
Nationalité : Ambrosien
Messages : 577
Date d'inscription : 27/01/2017
MessageSujet: Re: Dignitaire - Ross Brisendan, héritier de la Gobelin Bank [terminé] Dim 29 Jan 2017 - 14:10
Voilà qui est fait, si cela vous convient cheers
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Dignitaire - Ross Brisendan, héritier de la Gobelin Bank [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques d'Ambrosia :: Prologue final :: La salle des archives-
Sauter vers: