Le Deal du moment :
Kingston A400 – SSD interne – ...
Voir le deal
81.90 €

Amélia Clark
Nationalité :
ambrosienne
Messages :
222
Date d'inscription :
08/02/2017
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
le Jeu 7 Sep 2017 - 12:48
En me regardant tout à l’heure, nue devant mon miroir, je me suis demandée, comment je pourrais plaire à un homme alors que le ventre se retrouvait désorme violacé de vergiture et la peau frippée. Ce n’est pas du narcissisme blessé, je m’observe comme n’importe quelle femme le ferait. Peut-être que je n’aurais pas eu de dégout pour ces vestiges si j’avais portais en amour mes états de grossesse, mais l’intrusion de ce corps étranger, naissant du mien, comme un parasite, m’a en tout point révulsait.

Cela a laissé tout ça et je trouve ces marques répugnantes. J’en ai du dégout et de l’horreur, pourtant, il n’y parait rien avec les vêtements, le corsage est serré, la robe magnifique et le rouge me va à ravir. J’aurais presque oublié que les couleurs me vont, je ne sais pas réellement pourquoi j’ai choisis cette robe, ni même pourquoi j’ai envie de changement, tout ce que je m’interdis de penser, c’est qu’il s’agit d’envie lier à Zenon.

Quand j’ai terminé de me regarder tout à l’heure, je me suis mise à sourire en me disant que je posais ces questions pour rien ! Bien évidemment pour rien ! Je n’ai jaamis été nu devant mon époux, fort peu, et je n’ai aucune envie de l’être. Tout simplement. Alors j’ai chassé mes idées loufoques et passer la robe rouge, dont le corsage affine ma silhouette. Le décoleté est de dentelle fine, alors que le manteau d’hermine immaculée complète mes atours.

La toque de fourrure sur mes cheveux et le manchon, je monte dans le carosse, je pars tot, je le sais, mais il va de soi que je souhaite faire la nique à Zenon de Lascelle. Hors de question de…

J’arrête mes pensées à la présence d’une silhouette et d’un comte qui me fait rapidement inspirer fortement, comment. Il m’énerve déjà, ma bonne humeur s’est envolé et je dois avouer que j’ai envie de l’étriper, pourtant, je vais m’installer simplement en haussant les yeux au ciel. Que ne ferait-il pas pour se raccrocher à ses roues d’or !

-Combien vous a couté le renseignement ?

Finis-je par demander, tapotant la paroi entre le cocher et l’habitacle pour faire partir le fiacre, avant de me rasseoir. Je ne suis pas dûpe, il avait payé. Cela couterait sa place si je trouvais le responsable, ou la responsable et je la trouverais.

-Et si je ne payes pas ? Que se passe-t-il ? Vous me forcerez à le faire ? Je n’ai pas décidé de vous obéir, que vous vous incrustiez est une chose, de là, à ce que je cède.

Non qu’on soit clair sur ce point !

-La soirée se passe au Casino, ne me faites pas honte.

Précisais-je.


[CLOS]Impair et passe [Zenon] QMwFHDj
Zenon de Lascelle
Nationalité :
Ambrosien
Messages :
130
Date d'inscription :
08/02/2017
Zenon de Lascelle
Propriétaire (fauché) d'un hippodrome
le Jeu 7 Sep 2017 - 17:43
Sortie de ce soir, alors grande tenue de soirée payée avec les derniers deniers laissés par madame Clarke, salaire du mois dernier, mais qui en valait la peine ! Je souris en voyant ma tenue et ma barbe, bien que présente, enfin taillée et rafraichie ! voilà qui serait parfait ! Je fis un sourire charmeur à ma psyche. J’étais prêt. Même s’il était fort tôt. Mais pour ce que je comptais faire, disons qu’il était nécessaire de partir tôt de chez moi En partant, j’avais fait en sorte que le fiacre ne soit pas prêt pour le lendemain soir. Comment avais-je fait cela ? Oh, et bien… nous dirons simplement que si j’avais, peut être encouragé quelqu’un à malmener l’essieu pour que le fiacre passe la journée du lendemain en réparation, puis payé une autre personne pour venir me prendre au retour… beaucoup de peut être mais qui se révélaient particulièrement utiles, même si je n’avais plus qu’une petite bourse contenant deux ou trois rames d’or… ce ddevrait suffir pour la soirée, non ? Au pire… au pire j’easpérerai madame Clarke.

Mais bon, tout ça pour dire que suand le fiacre était revenu de chez le réparateur, j’étais déjà dedans, il n’avait pas fallu attendre bien longtemps pour qu’il soit amené devant l’entrée principale de chez elle, et que j’y attende que madame veuille bien monter. Je m’étais placé au fond, à l’arrière. La porte souvrant de l’arrière vers l’avant, je ne lui sauterai pas aux yeux avant qu’il soit trop tard ; j’avais tout prévu… enfin, tout… non, je n’avis prévu qu’avec mon dernier manteau vraiment correct, même potable, un manteau bien doublé, j’aurai eu si chaud en l’attendant.

Enfin, je souris en voyant la portière s’ouvrir et alors là…. Ce fut le ponpon. Sa stupéfaction quand je vis son visage, ou plutôt quand elle me vit, déjà presque rentrée dans le fiacre… en fait sa mine valait bien plus que ce que j’avais déboursé pour être là ! Et de loin. Alors du coup, moi j’étais triomphal ! Et ps la peine de lever les yeux au ciel, ou de paraitre agacée ! Je n’avais encore rien fait.

« A vraie dire, je crois que ça m’a bien moins couté que ce j’aurai payé pour voir juste votre expression en me voyant dans le fiacre ! C’était juste parfait, vraiment. Mais je suis ravi de voir qu’Edmond ne vous a en rien parlé de ce petit tour que je vous préparais. »

J’avais dit Edmond, mais je sais que ce n’est pas lui, et elle s’en doutait probablement aussi. Il ne ferait jamais un coup pareil, n’est-ce pas ? Mais de là à révéler qui était au courant, et de quoi… je ne savais pas…. Je me demandais même si le cocher était au courant, c’était pour vous dire ! J’avais mes sources, j’avais mes leviers, mais je ne comptais pas lui en révéler un seul ! Qu’elle se débrouille !

« Mais je crois que vous ne m’avez pas compris, ma chère, pour cette sortie je ne suis en rien votre employé, je suis votre cavalier Ne l’ai-je pas exprimé clairement ? J’ai cru l’avoir fait… donc je vous prie de m’excuser si ce n’était pas limpide… donc il n’’est pas question de payer, ou de monnayer ma présence, comme la votre ! Il n’est ici question que de galanterie et de bonne compagnie. Car assurément nous le sommes l’un comme l’autre, c’est de notoriété publique, n’est-ce pas ? »

Oui, bon, là j’exagérais, elle n’était pas d’aussi bonne compagnie que moi, et ça, c’était de notoriété publique… mais bon, inutile d’insister, et une petite flatterie n’était pas un mal, n’est-ce pas, alors, par politesse, je vins prendre sa main et y déposais le baiser du baisemain de rigueur.

« Ravi de vous revoir. Vous êtes époustouflante ce soir, ma chère ! »

Oui, tout de même !

« J’ai cru comprendre où nous allions, oui, j’espère que vous aurez un peu de chance, que la partie soit amusante… je trouve peu d’égau en matière de cartes… quant aux dés… l’insolence semble de mise… mais avec vous à mons bras, je risque de ne pas tenir cinq minutes. Malchanceux aux jeux… »


[CLOS]Impair et passe [Zenon] RyNDpxv
Prière de me MP sous le compte d'EVERARD ZULLHEIMER
Amélia Clark
Nationalité :
ambrosienne
Messages :
222
Date d'inscription :
08/02/2017
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
le Sam 23 Sep 2017 - 11:32
Renvoyer le majordome ? Envisageable. Se sentir prête à supporter un nouveau venu dans la maisonnée aussi capable ? Moins. Je ne réponds donc pas à Zenon, si je choisis de l’ignorer, il se lassera. Donner un os à ronger à un cabot et il ne partira pas, ainsi donc, j’envisage de l’ignorer, tout simplement.

Pour autant, les paroles du comte me font grincer des dents et je ne réprime pas un sourire moqueur. Bien entendu, mon cavalier. S’il le souhaite, qu’il fasse, je prendrais grand soin de l’ignorer dans les instants privés et surtout, je vais immédiatement tourner mon visage vers la fenêtre, faisant ainsi comprendre mon envie oubliée de communiquer.

Qu’il fasse lui, ce qui lui chante, cet homme aime s’entendre parler et se convaincre qu’il est tout à fait gagnant de la situation. Peu m’importe, j’ai d’autre chose à faire et surtout, bien d’autres pensées en tête. Pourtant il parvient à me faire porter sur lui un regard si noir, si brutalement, que même les abysses paraitraient plus sympathiques.

-Vous n’en avez jamais assez de parler comme une poule, de caqueter votre blabla incessants et de surenchérir toujours sur des stupidités ?

Ma voix mordante, mon ton brutal, j’ai envie de lui arracher et sourire et ce regard, à main nue. Je ne peux plus le supporter, je ne peux plus le supporter parce qu’il m’amuse. Et j’ai envie de me reculer dans ma tanière et de le bouffer chaque fois qu’involontairement, il tente une approche. Je suis, sans le réaliser, un animal blessé retrancher dans sa tanière qui refuse qu’on l’approche ! Mais quelle idée j’ai eu d’un jour en faire ma cocote !

-Vous me fatiguez par avance !

Lui soufflais-je, intimement persuadé qu’au fond ça suffirait pour le faire au final déguerpir ! Pourquoi insiste-t-il ? Oh pour l’argent surement, je ne suis pas dupe. Mais c’est vraiment s’ennuyer pour rien. Je pousse un soupir, j’ai envie de m’éloigner de lui. Loin, et de cesser toute promiscuité.

Ou en tous cas, j’en suis persuadée…


[CLOS]Impair et passe [Zenon] QMwFHDj
Zenon de Lascelle
Nationalité :
Ambrosien
Messages :
130
Date d'inscription :
08/02/2017
Zenon de Lascelle
Propriétaire (fauché) d'un hippodrome
le Jeu 28 Sep 2017 - 18:53
Parler, c’était le concept même des mondanités. Et si je parlais, c’était non sans raison. En effet, j’étais doué pour ça. J’avais du bagou, et cela me sortait très souvent des ennuis… et puis, si je ne parlais pas, elle allait en profiter pour installer un silence de mort sur tout le trajet, je la connaissais assez bien pour ça ! D’ailleurs, je me permis de lui sourire, amusé lorsqu’elle me compara à une poule qui ne cessait de caqueter, soit, je l’acceptais avec beaucoup d’humilité. Si elle voulait me traiter ainsi, je n’allais rien faire pour l’empêcher de penser cela… et même, pour aller plus loin dans ma démarche : si elle me reprochait de trop parler, c’était que ça l’agaçait. Donc raison de plus pour continuer !

« Oh ? Vous voyez les choses ainsi ? J’aurai plutôt parlé de faire la conversation, mais tout me porte à croire que je suis tout seul, donc je meuble pour deux. Si vous faisiez la conversation, je ne serai pas obligé de le faire tout seul, quel manque de politesse élémentaire, ma chère ! Vous me surprenez… je ne dirais pas que vous me décevez, mais presque. A votre place, j’aurai tenté des manœuvres plus pensées pour me faire taire… mais bon, si vous vous contentez d’agir de la sorte, je prendrais donc tout cela comme une forme subtile d’encouragement ! »

Je lui souris. Comme j’aimais l’idée de pousser ma chance toujours plus loin – enfin non, ça c’était plus fort que moi, pousser ma chance toujours trop loin. En parlant de chances… elle ne m’avait pas foutue dehors par la peau du coup, si ? Oh, eh bien je prenais plus mes aises, m’installant non plus face à elle mais à ses côtés, prenant doucement sa main dans la sienne, même si je sais que j’allais me faire jeter. Vous vous souvenez, cette histoire de chance ? Ben voilà.

« Ma Dame, vous savez pourtant forte bien vous montrer agréable, regardez, en soirée vous feriez presque illusion en souriant… Mais ce soir, ce soir vous allez pleurer, je vous le jure, vous voulez jouer au casino ? Soit, je vais vous plumer ! Quelque chose me dit que ce soir, vous allez vite avoir l’impression d’avoir la guigne… mais si vous le permettez, et même sinon, d’ailleurs, je demande votre faveur, pour la chance… »

Je plongeais mon regard dans le sien avant de lui lancer, ironique et insolent.

« Sauf si bien sûr, vous craigniez la défaite au point de me refuser votre faveur ? »


[CLOS]Impair et passe [Zenon] RyNDpxv
Prière de me MP sous le compte d'EVERARD ZULLHEIMER
Amélia Clark
Nationalité :
ambrosienne
Messages :
222
Date d'inscription :
08/02/2017
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
le Dim 8 Oct 2017 - 8:42
-Quel intérêt aurais-je à vous faire une faveur ?

Lâchais-je en reprenant ma main, souillée par sa tenue de quelques instants et désireuse de m’éloigner de lui autant que faire ce peux. Je veux, j’exige et désire qu’il ne me touche pas, son contact est un poison mortel qui glisse dans mon esprit et dans ma chair, me donnant l’impression que je ne pourrais jamais vouloir m’en défaire et ça me vrille l’estomac.

-Je ne vous accorderais jamais aucune faveur de ma part.

Que la chose soit claire, aucune, jamais…

Maintenant je replace ma main sur ma jambe et qu’il ne se permette pas quoi que ce soit, sinon il risque plus qu’il ne le croit. Tout dans mon comportement exprime du rejet à son encontre,c’est plus fort que moi, c’est vicérale, je refuse de sentir ce rapprochement qui se noue malgré moi, probablement suis-je trop fière pour accepter et trop orgueilleuse aussi. J’ai toujours dit que je n’étais pas une de ces femmes vulgaires, tombant sous ses charmes idiots, mais ce n’est pas le charme ou le bagou de Zenon qui m’attire, c’est le lien qui se tisse entre nous.

Certain pourrait dire qu’il n’y a rien, pour autant ce serait faux, je l’apprécie quand il ne s’agite pas comme un imbécile, l’homme parfois posé et sérieux, serait-ce cette étrange complicité qui me plait ? Je l’ai longtemps cherché avec mon ancien mari, je ne l’ai jamais trouvé et avec lui…

Peuh, ce n’est qu’idiotie, il sait parfaitement me rejeter quand il le souhaite, que je ne me fasses pas d’illusion. Reconnaître qu’il a bien fait de le faire avant que, comme une sauvage, je ne le fasse moi-même ? JAMAIS !

-Je pense plutôt que je vais rire ce soir, et ce sera délicieux, laissez-moi votre guigne, elle vous reviendra aisément, en se rendant compte que vous lui manquez.

Je tapote sa cuisse, me voilà à sourire ? Je ne me suis pas radoucie, seulement, je veux bien rentrer dans son jeu. Me voilà encore à faire un effort ? Par l’innomable, que l’on me fusille pour telles idioties, mais j’ai beau être une créature terrible, gorgone tentaculaire, je ne peux m’empêcher d’avoir envie de cette étrange complicité. Elle est un nouveau point dans mon existence que je savoure encore honteusement…


[CLOS]Impair et passe [Zenon] QMwFHDj
Zenon de Lascelle
Nationalité :
Ambrosien
Messages :
130
Date d'inscription :
08/02/2017
Zenon de Lascelle
Propriétaire (fauché) d'un hippodrome
le Jeu 19 Oct 2017 - 23:20
L’intérêt de me donner une faveur. Elle avait une drôle de question… mais que je pouvais lui retourner telle quelle, en fait ! Ou du moins, simplement inversée… les idées se multipliaient dans ma tête notamment celle d’un pari qui me venait en jeu… oui, moi et les paris… vous commenciez à me connaitre, Non Je lui souris et je restais silencieux, attentif, hésitant sur la manière de présenter les choses… et je me décidais, en fait, à tourner les choses comme un défi. Un défi qu’elle ne saurait jamais refuser ! Oh, je savais !

« Jamais, hm ? Très bien, alors dans ces conditions, laissez-moi vous proposer un défi intéressant ! Je parie que vous m’aurez offert une faveur avant la fin de notre soirée au casino. Si vous perdez, tel un bon génie, vous aurez trois de mes vœux à exaucer ! Si je perds… humm… je vous laisse choisir le gage que vous désirerez me voir subir. Qu’en dites-vous ? Une bonne manière de me montrer ce que jamais veut dire… et moi de vous prouver qu’il ne faut jamais dire jamais ! »

Oui, la formulation était bonne surtout qu’elle se pensait sans doute complétement maitresse de sa volonté… et certaine qu’elle ne pouvait pas faire quelque chose qu’elle ne voulait pas… et pourtant… pour cela, il aurait fallu qu’elle sache elle-même ce qu’elle voulait ou ne voulait pas… après tout, si elle le savait pertinemment, alors je ne serais pas là, elle m’aurait forcé à quitter le fiacre, non ? Belle preuve que voilà !

« Ma guigne ne saurait suffire à vous faire rire… en effet, pour cela, il faudrait que vous soyez face à moi pour cela… et je doute que vous le puissiez ! Toujours est-il que je sais que je serais en veine ce soir, mais pas vous ! Je sais que vous seriez difficilement attirée par l’idée de devoir m’affronter, après tout, vous trouveriez cela comme une merveilleuse redite, n’est-ce pas ? »

Je ne m’aventurais pas à la toucher de nouveau, pas directement du moins, mais un genou qui caresse un autre genou, une cuisse effleurant la sienne… Puis, finalement, je me penchais et lui susurrais à l’oreille.

« Nouveau pari… je suis sûr que je peux gagner plus d’argent que vous durant cette même soirée… bien sûr, tous les bénéfices vous reviendraient, pour la simple et bonne raison que tout l’argent viendrait de vous… après tout, ne suis-je pas là en tant qu’animal de compagnie ? »

Je me riais fortement de cette idée !

« Mais je sais ce que vous allez dire… que cela manque d’enjeu, que vous n’êtes pas intéressée, que le risque n’est pas une bonne chose… mais réfléchissez… i cette soirée se déroule bien, vous pourrez me faire subir ce que vous désirez, sans même que je ne puisse m’y opposer ou ne veuille m’y opposer ! »

J’avais un plan, vous vus en doutiez bien !


[CLOS]Impair et passe [Zenon] RyNDpxv
Prière de me MP sous le compte d'EVERARD ZULLHEIMER
Amélia Clark
Nationalité :
ambrosienne
Messages :
222
Date d'inscription :
08/02/2017
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
le Sam 21 Oct 2017 - 9:23
-Vous êtes un baratineur Zenon, c’est tout ce que je veux vous dire.

Il parle sans s’arrêter, enfouis ses actions sous milles mots et cherchent à me faire miroiter quelque chose qui sera dans ses avantages. Je le sais, je le sens, et je n’ai aucune envie pourtant de ne pas tomber dedans. Il m’énerve. Il m’insupporte, il m’exècre. Mais il me fait rire. Et je le dévisage comme si je voulais lui arracher les yeux. Perturbée par l’effleurement de sa cuisse, je finis par souffler.

-Accepter n’est-il déjà pas une faveur comte ?

Oh je le pense, rien que le fait que j’accepte est une faveur, ainsi je ne vais pas le faire et je ne vais pas même répondre à son pari, cela ne prends pas. J’en ai envie, mais je m’y refuse. Tout simplement parce que je ne veux pas me plier à ce qu’il me propose, érigeant mon refus comme seul standard valable à ces stupidités.

-Trois vœux, je me méfies rien que ces deux mots, je puis vous l’assurer.

S’il me croit idiote, je ne sais pas ce qu’il pourrait faire et je n’envisage même pas que je lui autorise de faire ce qu’il souhaite. Non que je craigne à mon intégrité, je ne suis pas sotte, cet homme a pris une balle pour moi….

Je pousse un soupir.

-Vous m’agacez.

Je reste silencieuse, observant par la fenêtre, pensive. Non pas à cela, mais au fait que je ne veux plus un seul effleurement et je veille à m’éloigner de quelques minuscules centimètres de sa personne. Je n’aime pas sa proximité, ma main a envie de glisser sur l’espace entre nous et de se laisser effleurer. Mais je ne veux pas, enfin, je veux sans vouloir.

C’est probablement pour cela que je finis par concéder.

- La faveur accordée ne se fait que sur le terrain du casino, nous sommes d’accord ?

Qu’il prenne garde, je n’ai pas d’intérêt à me faire avoir dès maintenant, alors qu’il se méfie. Mes yeux posés froidement dans les siens, je le dévisage. Cet air guilleret, cette expression amusée, ce sourire … il mériterait que … je en sais pas, que je fasse quelque chose. De désagréable. Très désagréable !


[CLOS]Impair et passe [Zenon] QMwFHDj
Zenon de Lascelle
Nationalité :
Ambrosien
Messages :
130
Date d'inscription :
08/02/2017
Zenon de Lascelle
Propriétaire (fauché) d'un hippodrome
le Dim 29 Oct 2017 - 1:20
Moi ? Un baratineur ? Je n’aimais pas ce terme, il était trop négatif… mais Amelia était rarement positive, donc, dans l’absolu, l’entendre dire que j’étais un baratineur… ce n’était pas vraiment un mal… en somme, elle était en train de me faire un compliment déguisé, comme à chaque fois… je lui fis un sourire alors que je surenchérissais, quitte à l’agacer davantage, quitte à la faire se « fâcher »… mais bon, c’était aussi ce qui faisait qu’elle restait en ma présence, non ?

« Ma chère, vous me flattez ! »

Je me prévalais d’une qualité assez hallucinante : Je me pensais capable d’obtenir presque tout ce que je voulais rien qu’en utilisant les bons mots… Amelia était un peu ma kryptonite en la matière (oui, une petite anachronie!). Je restais un peu silencieux avant de l’entendre poser une question… voilà qui était logique. Elle se méfiait et à raison, enfin, presque à raison… je n’avais aucune intention déplacée à son enconre, enfin… déplacée… disons que je n’avais aucune intention qui puisse être mauvaise, à son encontre ! Pas mon genre !

« Allons, vous ne prenez jamais un risque ? Et réfléchissez, si je vous propose un pari, l’objet du pari ne peut avoir de sens si il a lieu avant le début du pari… Vous vous méfiez trop, vous allez finir comme cette ministre de la guerre... »

Oui, bon, je poussais l’insulte un peu loin… mais bon, c’était pour faire réagir un peu ! Je lui fis un petit sourire avant de finalement regarder par la fenêtre alors qu’elle me parlait de cette histoire de conditions au sein de casino… moi, le cadre, je ne l’avais pas envisagé autrement. C’était probablement pour cela que je finis par concéder ce point !

« Bien sûr ! De même, cette faveur ne pourra jamais être confondue avec de la courtoisie et de la politesse… j’ai un minimum d’éthique personnelle ! Mais je suis ravi de voir que j’ai réussi à piquer votre curiosité.. mais ne vous en faites pas ! »

Oui, voilà, tout de même, et alors, je lui lançais la phrase qui pouvait paraître de trop, mais qui, selon moi, pouvait l’encourager à réussir :

« Et puis, si vous pensez pouvoir me refuser quoique ce soit, comme faveur… pourquoi hésiter ? Qu’avez-vous à perdre ? Vous me cloueriez le bec… pas mal, non ? Et si vous voulez, je peux même par avance vous parler de mes trois vœux… qui sait, vous pourriez finir par avoir envie de perdre… »

Je lui fis un clin d’oeil avant de me pencher de nouveau vers elle et lui susurrer.

« Une femme de poigne et de pouvoir, comme vous l’êtes, quelle résistance pourra-je vous opposer ? Ah moins que je ne vous agace justement parce que vous pensez avoir du mal à ne pas me céder ? 


[CLOS]Impair et passe [Zenon] RyNDpxv
Prière de me MP sous le compte d'EVERARD ZULLHEIMER
Amélia Clark
Nationalité :
ambrosienne
Messages :
222
Date d'inscription :
08/02/2017
Amélia Clark
Propriétaire du tabac et opiacé Clark
le Lun 6 Nov 2017 - 21:46
Je pousse un soupir, cette tendance à noyer sous des mots, surenchérir, ça m’agace. Il m’agace, mais je ne cesse de me répéter et je me lasse de le faire. J’ai envie de m’éloigner, de me retrouver enfin sur le terrain du casino, je le regarde sans un mot.

-Allez-y parlez de vos trois vœux.

Que les choses soient claires entre nous, je ne désire rien lui permettre qui me déplaise et qu’il fasse grande attention, je pourrais me fâcher face à quelque chose qui ne me convient pas. Me fâcher d’une manière dont il ignore encore l’ampleur.

Je n’ai pas confiance, je n’ai jamais confiance en personne, c’est une chose plus forte que moi. Pourtant, j’aimerais rallier cela à l’arrière et faire confiance à Zenon, il m’a tout de même sauvé la vie en quelques sortes et je dois avouer que je tente de lutter contre mes propres réflexes mais on ne chasse pas l’instinct de survie.

-Au passage, non, je n’ai aucun mal à vous résistez Monsieur de Lascelle. A vrai dire, c’est la chose que je sais le mieux faire.

Lui souriais-je bien certaine de moi et de ma réponse et nullement inquiète de n’émettre là qu’une semi-vérité. Mais n’allons pas chipoter ce genre de chose. Je tourne mon visage, l’observant un instant. Il aurait été préférable que nous cessions ce que j’avais moi-même voulu pour le rabaisser, histoire de me payer un caniche à arborer. Mais je découvre un homme que j’apprécie avec qui je pourrais être plus aimable. Mais je ne pense point en être capable.

-Dépêchez-vous, nous n’allons pas tarder.

Nous avions amorcer la descente, nous en aurions donc finit de ce foutu tête à tête et de cette horrible proximité...


[CLOS]Impair et passe [Zenon] QMwFHDj
Zenon de Lascelle
Nationalité :
Ambrosien
Messages :
130
Date d'inscription :
08/02/2017
Zenon de Lascelle
Propriétaire (fauché) d'un hippodrome
le Jeu 16 Nov 2017 - 17:01
La noyer sous des mots était devenu un jeu, en fait, tout simplement. Elle était du genre à s’agacer d’u rien, de quoi bien rire à ses dépens. Et puis… et puis quand elle faisait sa moue agacée, elle était tout à fait charmante. Au point de presque me donner envie de faire en sorte qu’elle me foudroie du regard… bon, peut-être ne pas aller jusque-là, mais bon ! Je lui fis un sourire et j’attendis en silence, un peu, histoire d’attiser un peu ses foudres qu’elle devait bien pouvoir me réserver, elle en avait toujours pour moi, non ? Je lui souris, malicieux et lui faisais un clin d’œil.

« Je vais le faire, ne vous en faites pas ! »

Je comptais en effet développer mes trois vœux… et elle allait être surprise, j’en mettais ma main au feu, car oui, j’y avais déjà réfléchi, et j’y venais, j’allais le lui dire, mais j’aimais me faire désirer, d’une certaine manière, surtout par elle, alors en insistant qu’on allait bientôt arriver, je ne pus m’empêcher de digresser, juste au cas où… car ne pas me résister, ne pas me résister… preuve que si : elle e m’avait pas viré de ce fiacre…

« Si je vous écoutais sur le sujet, je serais en train de courir derrière le fiacre pour vous rejoindre, pas dedans, en train de deviser avec vous, comme si vous m’aviez invité à monter…. Alors ne pas me résister… disons que vous avez une petite fêlure dans votre superbe carapace. Et que je sais comment m'y infiltrer... »

Et Bim ! Et maintenant, mes trois vœux, histoire que chacun se sente bien, j’allais les énoncer pour la faire gamberger… je restais un moment dans l’attente, juste pour voir si elle ne me suppliait pas… non, mais je plaisantais, hein, Amelia supplierait quand le soleil se lèverait à l’ouest…

« Mon premier vœu sera le tutoiement réciproque quand nous ne sommes que tous les deux. »

Oui, bon, là, je ne prenais pas de risques, n’est-ce pas ?

« Mon deuxième sera le droit à davantage de sourires… cela vous va bien, après tout. »

Bon, j’aurai pu exagérer mes vœux, hein, mais bon, puisqu’elle ne renonçait pas à ma compagnie, alors autant demander des choses amusantes, ‘est-ce pas ?

« Enfin, je voudrais être votre cavalier au bal du renouveau… »

Qu’elle ose dire que je ne la surprenais pas, comme ça ? Je les avais aussi choisis pour ça, ces vœux ! »


[CLOS]Impair et passe [Zenon] RyNDpxv
Prière de me MP sous le compte d'EVERARD ZULLHEIMER
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum