Le Deal du moment : -29%
Prix cassé sur le PC portable LENOVO IDEAPAD 3 ...
Voir le deal
499.99 €

Anonymous
Invité
Invité
le Sam 22 Sep 2018 - 13:48
La ministre déclina la livraison,, peut être qu'elle ne voulait pas le voir là bas, à moins que l'objet ne soit à une usage privé et personnel ce qu'il pouvait comprendre. Vu la grandeur de l'instrument en effet c'était pour de petites mains, peut être un enfant bien qu'il n'était pas un féru de politique il ignorait si elle en avait. Évoquer cela lui assombrit le regard, il aurait bien aimé créer ses propres instruments pour un enfant. Il calcula donc pour la jeune femme le temps qu'il faudrait, voyant le carnet défiler il ne voulait cependant pas trop retarder la date, son regard tombant sur un week-end de libre qu'il s'était gardé. En ne ménageant pas ses heures ce serait possible en effet. Il reprit la guitare en main, nota son numéro de série, lui accrocha une étiquette et alla la déposer dans la pile de ses confrères et consœurs à réparer.

Il allait lui tendre le document quand elle le surprit par sa question. C'était la première fois depuis longtemps qu'on lui portait intérêt au point de s'inquiéter de son bien être. Il déposa le ticket sur la table et eu une grimace en voyant l'écharde de bois plantée profondément dans sa paume. Seul il aurait un mal fou à la retirer, elle devrait sans doute attendre que sa soeur passe mais.. Et si cela s'infectait, il tendit la main pour exposer le morceau de bois fiché dans sa chair et sourit à la jeune femme.

Ce n'est rien, cela arrive souvent quand on travaille le bois brut, je n'avais qu'à faire attention.

Il perlait cependant encore un peu de sang, aussi en lui montrant la main il glissa son mouchoir qui avait connu une meilleure décennie sans doute sous sa main. Pour ne pas tâcher la jeune femme si elle voulait voir réellement la blessure. C'était étrange de rencontrer quelqu'un qui s'inquiétait pour un inconnu, elle était décidément trop gentille, il espéra qu'elle n'avait personne qui utilisait contre elle ce côté touchant de la jeune femme. Il coinça le mouchoir entre ses doigts sans cacher le bois et tendit de l'autre main le ticket affichant une date sous trois semaines à la ministre. Peut être passerait il nu coup de fil à sa soeur, mais ils avaient eu des dégâts à l'usine aussi, sans doute qu'elle devait courir d'une endroit à l'autre pour aider ceux dans le besoin. Aller voir un médecin pour une chose aussi bénigne serait une perte de temps qu'il ne concevait pas. Il essaierait sans doute de la retirer seul plus tard, tant qu'il pouvait utiliser ses doigts et ses mains, c'était tout ce qui lui importait, de pouvoir avancer dans le travail en retard avant qu'il ne s'accumule.
Anonymous
Invité
Invité
le Lun 12 Nov 2018 - 15:35
Mélusine s'aperçut qu'une vilaine écharde était plantée dans la main du jeune homme, et se décida assez vite à lui venir en aide. Et justement, elle avait peut être ce qu'il fallait sur elle.

- Je vais vous débarrasser de cela, un instant.

La Ministre se tenait devant lui et commença à détacher un à un les boutons de son manteau, puis le plia consciencieusement avant de la déposer sur le tabouret derrière elle. Puis elle revient sur l'homme en attrapant le ticket qu'il lui tendait.

Mélusine portait un chemisier pourpre et une longue jupe sombre, plutôt élégante, maintenue par une ceinture sur lequel était attaché un petit sac en cuir souple. La Ministre avait pris l'habitude d'avoir un sac dissimulé à l'intérieur de son manteau en hiver pour une bonne raison : elle traînait souvent dans les orphelinats des quartiers bas. Elle s'était vite rendue compte des petites mains baladeuses cherchaient souvent à lui voler des objets ou de l'argent dans ses poches. Aussi portait-elle un petit sac à l'intérieur avec le minimum nécessaire : un mouchoir, un peu d'argent et du matériel féminin. Mélusine avait toujours été très coquette, elle se maquillait et essayait toujours de donner une bonne image d'elle-même. Et beaucoup plus depuis qu'elle avait eu ce poste de Ministre, il était primordiale de faire bonne figure et d'être impeccable.

Elle ouvrit le petit sac accroché à sa ceinture et glissa le ticket à l'intérieur, puis elle sortie une petite boite en ivoire décorée et l'ouvrit. À l'intérieur se trouvait toute une panoplie féminine, un coupe-ongle, de petits ciseaux, une lime... et une pince à épiler. La Ministre attrapa cette dernière avec un sourire de satisfaction.

Elle porta attention sur la main du jeune homme en essayant d'apaiser sa peur intérieure du contact de sa peau sur la sienne. Elle posa sa main sur le mouchoir de fortune du jeune homme en regardant de plus près, en tremblant légèrement, puis d'un geste sec, elle ôta l'écharde avec sa pince à épiler. Le sang perla un peu plus et elle prit le mouchoir brodé à ses initiales qui se trouvait dans son sac et vint le poser sur la blessure, puis le noua autour de la main du luthier. Le contact avait été très bref, mais on pouvait noter qu'elle avait eu cependant quelques tremblements pendant l'action.

Ce n'était pas une profonde blessure mais le sang tâcha bientôt un peu le mouchoir qu'elle venait de lui attacher autour de la main. Elle rangea ses outils puis alla prendre son manteau.

- Voilà, cette vilaine écharde ne vous embêtera plus.

Elle lui fit un sourire chaleureux.

- Je vous remercie infiniment d'avoir répondu à mes attentes, Monsieur.

Mélusine remit son manteau sur ses épaules. Elle était prête à affronter à nouveau le froid extérieur.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum